Grace to You Resources
Grace to You - Resource

Nous allons poursuivre notre série ce matin sur l'étude de la question charismatique. Et les choses sont devenues quelque peu intéressantes au cours des dernières semaines. J'ai reçu des courriers issus de tout le pays et les gens disaient prier pour moi et j'apprécie beaucoup cela. J'ai reçu une lettre cette semaine d'un homme qui a dit que j'avais tellement convaincu sa femme de la vérité de ceci que cela a occasionné une grande division dans leur foyer, ce qui n'était pas mon intention. Mais il m'a écrit pour me demander si je voulais partager un autre échange avec lui. J'ai reçu du courrier de personnes qui ont semblé d'un grand soutien, mais également de personnes qui étaient très en colère. Cependant, nous continuons de faire ce que nous ressentons que Dieu voudrait que nous fassions en travaillant à travers les Ecritures par rapport à ce mouvement afin de mieux le comprendre.

C'était intéressant cette semaine au séminaire auquel je me suis rendu, tout au long de la semaine, enseignant et parlant et donnant les cours et tout. Il m'a été demandé d'enseigner une session à ce sujet et de passer en revue le matériel de manière générale pour la faculté et les étudiants. Et je l'ai fait et j'étais intéressé de me rendre compte que la réponse était très positive et que la pensée de plusieurs de ces hommes de Dieu allait exactement dans le même sens, ce qui m'a rassuré et m'a encouragé à foncer tout droit et à continuer de faire ce que nous avons fait jusqu'ici.

Nous arrivons donc au message numéro cinq. Nous repartons de là où nous nous sommes arrêtés la semaine dernière. Nous parlions de l'introduction du livre : “Why Should I Speak in Tongues?” de Charles et Frances Hunter et je vous disais qu'ils avaient fait cette affirmation dans leur introduction que je vais répéter. Je cite: “Au XXème siècle, nous n'avons pas à nous contenter de quoique ce soit de moins que ce que les disciples ont eu. Dieu déverse Son Esprit exactement de la même manière aujourd'hui qu'Il l'a fait alors. Il n'y a aucune différence.” Fin de citation. Maintenant, cela ne constitue pas uniquement la déclaration des Hunter, c'est l'une des doctrines cardinales du mouvement charismatique. Ils affirment constamment qu'il n'y a aucune différence aujourd'hui avec la manière dont l'Esprit de Dieu a opéré à l'époque des apôtres. C'est très indispensable pour eux qu'il y ait une similitude. C'est absolument le fait fondamental et l'argument ultime d'une personne pentecôtiste, que ce qu'elle lit dans le Nouveau Testament se produise également dans sa vie aujourd'hui. Et pour essayer de soutenir cela, ils utilisent invariablement l'unique Ecriture qu'ils doivent retenir, et il s'agit d'Hébreux 13:8, qui comme je vous l'ai dit la semaine dernière, déclare: “Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui, et éternellement. " Et à partir de ce verset, ils affirment que Dieu agit aujourd'hui de la même manière qu'Il a opéré jadis. Mais, bien sûr, comme nous l'avons brièvement remarqué la semaine dernière, ce verset ne peut pas soutenir cette affirmation. Le verset n'a absolument rien à avoir avec ce que Jésus fait. Il traite plutôt de qui Il est. Il s'agit d'une formidable affirmation sur l'immutabilité, le caractère inchangeable, l'absolue constance, la divinité éternelle de Jésus-Christ. Le verset ne dit absolument rien sur la manière dont Dieu pourrait choisir d'agir, qui est variée, comme le sait n'importe quel étudiant de la Bible.

A un moment, Dieu a travaillé avec l'homme comme roi de la terre avant la chute. Après la chute, Dieu a opéré à travers la conscience et puis Dieu a établi le gouvernement et puis Dieu a agi à travers la loi. Et fréquemment, Dieu a exercé Son règne à travers les juges, et quelques fois à travers les rois, les sacrificateurs et les prophètes. Diverses choses ! Dans le Nouveau Testament, Dieu a exercé Sa domination sur terre à travers l'incarnation de Jésus-Christ qui a vécu sur terre. Dans cette ère, c’est à travers le Saint-Esprit et la vie du croyant ! Dans l'ère à venir ce sera à travers le roi qui règne sur le trône du royaume. Dieu a eu plusieurs manières de régner, plusieurs dispensations comme on les appelle, dans lesquelles Dieu a agi dans le monde de manières uniques, propres à cette ère particulière et à cette époque particulière. A une époque, Christ était l'ange de l'Eternel. A une autre, Il était le serviteur souffrant incarné. Dans le futur, Il sera le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs. Il n'y a donc pas de constance dans la manière dont Dieu agit, mais il y en a dans le caractère de Dieu et c'est ce que dit Hébreux 13:8 en affirmant que Jésus-Christ est l'exemple parfait du leader. Il ne change jamais. Il peut être suivi sans la moindre peur d'échouer et c'est cela le message d'Hébreux 13 parce que Hébreux 13 essaie de dire : suivez ceux qui exercent une autorité sur vous, au verset 7. Et en parfait modèle de celui qui donne l'exemple à l'exemple, regardez à Jésus-Christ que vous pouvez suivre sans craindre qu’Il ne dévie jamais de la vérité.

Dans la section sportive de L.A. Times ce matin, je parcourais rapidement un article rédigé par un nouveau membre des Anges de Los Angeles (anciennement les Anges de la Californie) une équipe de baseball. Il disait que les gens le critiquaient parce qu'il aurait un bras lanceur faible et il disait : « Chacun a ses faiblesses. Si vous regardez attentivement Jésus-Christ, vous parviendrez même à voir qu'Il avait Ses défauts. » Eh bien, c'était une très mauvaise analogie car, lorsqu'on examine Jésus-Christ de très près, on découvre ce que Pilate a découvert, « Je ne trouve en lui » quoi ? « Aucune faute. » Et c'est la raison pour laquelle Il est utilisé dans Hébreux 13:8 comme modèle parfait à suivre pour la vie. Il n'est pas dit qu'Il agit toujours de la même manière, parce qu'il n'est pas possible de soutenir cela par l'Ecriture. Ce qui fait donc qu'ils n'ont fondamentalement aucun verset biblique à avancer pour appuyer l'idée selon laquelle ce que les disciples ont vécu devrait constituer la norme pour tout chrétien.

David du Plessis dit et je cite : “Le Nouveau Testament ne constitue pas le récit de quelque chose qui se serait produit au cours d'une génération mais c'est le plan de ce qui devrait se passer dans chaque génération jusqu'à ce que Jésus revienne.” Fin de citation. Bien entendu, il est certainement la figure du mouvement charismatique la mieux connue dans le monde entier et il affirme que ce qui s'est passé dans le Nouveau Testament devrait se produire en tout temps. Tout ce qui dans le Nouveau Testament était miraculeux et remarquable et caractérisé par la manifestation surnaturelle est supposé constituer un standard pour toute ère de l'église. Bruner dit, et Bruner n'est pas un charismatique, dans sa théologie du Saint-Esprit il dit, je cite: “Les Pentecôtistes se réfèrent fréquemment au mouvement comme étant une reproduction fidèle du mouvement apostolique du 1er siècle.” Fin de citation. Et cela est vrai. Ils ont le sentiment que Dieu n'a pas changé mais que c'est plutôt l'église qui s'est organisée, qui s'est ritualisée, a développé une orientation doctrinale. Et qu'en le faisant, elle a perdu et abandonné la puissance du Saint-Esprit qui a finalement, au bout de 2000 ans, été récupérée dans le mouvement pentecôtiste. Et ils veulent que nous acceptions l'idée qu'aujourd'hui, Dieu fait les choses qu'Il a faites au premier siècle : les révélations, les visions, les signes, les guérisons, les œuvres puissantes, les langues, les miracles, tout ceci parce que la puissance du 1er siècle constitue toujours le mode standard d'opération du Saint-Esprit. Telle est leur revendication.

En fait, ils parlent de la restauration de la puissance du Saint-Esprit du Nouveau Testament. Et, si nous n'acceptons pas cela, c'est que nous refusons la réalité comme l'église l'a fait pendant des siècles, disent-ils. Et nous faisons partie du problème et non de la solution. Maintenant, cette revendication particulière sur leur passé qui constitue un thème majeur et un argument important dans le mouvement est, à mon idée, le troisième problème fondamental, la troisième erreur cruciale que nous devons porter à la lumière des Écritures.

A présent, qu'est-ce qui ne va pas avec le mouvement charismatique ? Premièrement, nous avons vu la question de la révélation. Le problème est qu'ils ont une révélation qui se poursuit et qu'il n'y a pas de fin à la Bible. Deuxièmement, nous avons vu le problème de l'interprétation à savoir qu'ils interprètent la Parole de Dieu de manière erronée. Ils évoluent comme l'a fait le grand théologien Friedrich Schleiermacher qui était un libéral. Ils passent de l'expérience à l'Ecriture pour amener l'Ecriture à valider leur expérience. Et c'est ainsi qu'ils font une mauvaise interprétation. A présent arrive la troisième erreur majeure du mouvement, et c'est la question de la singularité apostolique. Ils ne conçoivent pas le caractère unique de l'ère apostolique, l'ère de l'église primitive. Ils veulent en faire une norme pour toute ère de l'église et de l'expérience des apôtres, le standard pour l'expérience de chaque croyant dans l'histoire de l'église. C'est donc ce dont nous allons parler ce matin. Ce sera cependant un tout petit peu académique ce matin, vous devrez par conséquent vous accrocher. Ce n'est pas le genre de message qui donne la chair de poule spirituelle. Vous ne direz pas : “Oh, j'ai été tellement béni aujourd'hui!” Nous allons agir sur votre cerveau aujourd'hui et vous allez devoir réfléchir avec nous.

A présent, la question que nous voulons traiter est celle-ci : l'ère apostolique, avec tous les éléments qui la composent, constitue-t-elle la norme pour chaque croyant ? Est-ce l'expérience normative pour toutes les périodes de l'église ? Sommes-nous, aujourd'hui, supposés marcher sur l'eau ? Sommes-nous aujourd’hui supposés nourrir 20 mille personnes par le miracle des cinq pains et des poissons ? Sommes-nous supposés opérer aujourd'hui miracle après miracle de guérisons de personnes ? John MacArthur est-il supposé descendre la rue tandis que les gens qui viennent au contact de son ombre sont guéris de toutes leurs maladies ? Le personnel de cette église ou le pasteur de quelque église que ce soit est-il supposé envoyer des mouchoirs grâce auxquels des gens pourraient recevoir des guérisons ? Dieu fait-Il encore toutes ces choses qu'Il a faites jadis ? Sommes-nous supposés recevoir des révélations et des visions et des voix et des langues et des miracles et ainsi de suite ? Eh bien, telle est la question. Examinons la réponse.

Le mouvement charismatique dit absolument oui. Aujourd'hui, nous devons tout voir. Malheureusement, lorsque cela est examiné, une telle revendication ne peut pas du tout se vérifier. Ils n'expérimentent pas ce genre de choses et cependant, ils s'accrochent désespérément au fait que si.

Parlons à présent de plusieurs choses et restez avec moi tandis que nous tentons de répondre à cette question essentielle. Commençons, d'une manière générale, à supposer que le critère majeur avec lequel ils traitent dans l'ère apostolique soit l'élément miraculeux. Et je pense qu'il s'agit d'une bonne hypothèse. Ils disent que l'élément miraculeux de l'ère apostolique est supposé constituer la norme pour chaque époque. Eh bien, examinons la Bible et découvrons pourquoi et comment Dieu s'est servi des miracles. Dans la Bible, les miracles ne se sont produits qu'à trois périodes majeures: l'époque de Moïse et Josué, l'époque d'Elie et d’Elisée et au temps du Christ et des apôtres. Et chacune de ces époques représente moins de 100 ans dans toute l'histoire humaine. C'est pendant ces trois périodes brèves et seulement celles-là que les miracles se sont proliférés, que les miracles ont constitué la norme, que les miracles ont abondé. Maintenant, il faut dire que Dieu est capable d'intervenir de manière surnaturelle dans le cours des événements humains chaque fois qu'Il le souhaite. Et nous ne Lui imposons pas des limites, loin de là. Nous disons tout simplement qu'Il a choisi de S'imposer des limites, dans une grande mesure, à ces trois périodes de temps.

Et il y a quatre éléments dans tous les miracles qui nous aident à comprendre pourquoi. Quatre objectifs pour les miracles et ils sont entrelacés et vous apprécierez leur utilité quand nous aurons terminé de les voir tous les quatre. Premièrement, lorsqu'il y a une ère du miraculeux, qu'il s'agisse de l'ère mosaïque, de l'ère prophétique d'Elie ou d'Elisée ou encore de l'ère apostolique du Nouveau Testament, la raison première est l'introduction d'une nouvelle ère de révélation. Dieu présente une nouvelle ère de révélation. Dieu annonce Sa révélation. Les miracles qui, par exemple, ont entouré la vie de Moïse, étaient destinés à confirmer le fait que Dieu parlait. C'était au temps de Moïse, par exemple, que les cinq premiers livres de la Bible ont été écrits. Rien n'avait été écrit avant cette époque, le canon inclus. Peut-être le livre de Job lui est-il antérieur. Nous ne savons pas encore. Mais Moïse écrit essentiellement la première plus grande composite de l'Ecriture. C'était à l'époque de Moïse que Dieu a introduit la loi, les Dix Commandements, la nouvelle nation d'Israël, le tabernacle, les sacrifices, le sacerdoce et toute la révélation mosaïque. Dieu accordait la révélation. Pour pouvoir répondre à cette révélation avec un argument convaincant, Dieu l'a accompagnée de miracles.

Deuxièmement, il y a l'époque d'Elie et Elisée. Et voici un réveil de l'office prophétique. Sous Moïse, Dieu accorde la loi et à travers Elie et Elisée arrive la voix des prophètes. Et l'Ancien Testament est constitué de la loi et les prophètes. Ainsi donc, lorsque Dieu apporte la révélation à travers Ses prophètes, Il accompagne cela avec un certain nombre de choses miraculeuses. Ce qui fait qu'aussi bien la loi que les prophètes sont confirmés par les miracles.

Et finalement, après avoir résumé l'Ancien Testament, Dieu a donné le Nouveau Testament, la globalité dans une seule période de temps qui part de l'époque du Christ, soit 30 à 96, lorsque le dernier livre a été rédigé, cette brève période en ces années, tout le Nouveau Testament est donné et il est également accompagné de prodiges et de miracles.

Donc trois grandes périodes de miracles, trois grandes périodes d’histoire révélatrice au cours desquelles Dieu accorde une nouvelle révélation ! Les miracles ont été utilisés pour introduire une nouvelle ère de révélation. Deuxièmement, pour authentifier les messagers de cette révélation. Si Dieu accorde une nouvelle révélation, Satan va brouiller la question en introduisant d'autres personnes qui vont dire d'autres choses et Dieu gère donc cela en s'assurant d'identifier clairement Ses orateurs par les capacités extraordinaires qu'Il leur accorde. C'est ainsi que Moïse et Josué, Elie et Elisée, Christ et les apôtres avaient tous la capacité d'opérer certains signes et prodiges et ces signes et prodiges visaient à convaincre ceux qui les écoutaient qu'ils étaient effectivement des messagers de la nouvelle ère.

Regardons à présent Exode chapitre 4 et j'aimerais vous donner une illustration. Nous regarderons environ neuf versets parce que je pense que cela nous aidera à voir ce que je suis en train de dire. Dieu authentifie les messagers de la nouvelle révélation. Verset 1 d'Exode 4, “Moïse répondit, et dit : Voici, ils ne me croiront point, et ils n'écouteront point ma voix. Mais ils diront : L'Eternel ne t'est point apparu." Il dit à présent je vais me rendre auprès des gens d'Israël et je vais leur dire que j'ai vu Dieu dans un buisson ardent. Je vais leur dire que Dieu m'a chargé de les sortir d'Egypte et ils vont me dire : « Qui es-tu, camarade ? » Eh bien, pourquoi devrions-nous te croire ? Ils vont dire : "He, nous ne sommes pas au courant. Comment savoir si Dieu t'es vraiment apparu ?" D'accord ? « L'Eternel lui dit : Qu'y a-t-il dans ta main ? Il répondit : Une verge. L'Eternel dit : Jette-la par terre. Il la jeta par terre, et elle devint un serpent. Moïse fuyait devant lui. L'Eternel dit à Moïse : Étends ta main, et saisis-le par la queue. Il étendit la main et le saisit et le serpent redevint une verge dans sa main. »

“C'est là, dit l'Eternel, ce que tu feras, afin qu'ils croient que l'Eternel, le Dieu de leurs pères, t'est apparu, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob. » Autrement dit, Moïse, tu seras capable d'opérer des merveilles pour que les gens sachent que tu es mon messager pour apporter ma parole. Très bien. Verset 6 : “L'Eternel lui dit encore : Mets ta main dans ton sein. Il mit sa main dans son sein ; puis il la retira, et voici, sa main était couverte de lèpre, blanche comme la neige. L'Eternel dit : Remets ta main dans ton sein. Il remit sa main dans son sein ; puis il la retira de son sein, et voici, elle était redevenue comme sa chair. S'ils ne te croient pas, dit l'Eternel, et n'écoutent pas la voix du premier signe, ils croiront à la voix du dernier signe. S'ils ne croient pas même à ces deux signes, et n'écoutent pas ta voix, tu prendras de l'eau du fleuve, tu la répandras sur la terre, et l'eau que tu auras prise du fleuve deviendra” quoi? “du sang”. Et Dieu a dû en arriver là en Egypte, n'est-ce pas ?

Mais, voyez-vous, Il était en train d'accorder à Moïse la capacité de s'authentifier en tant que messager de la nouvelle révélation. Maintenant, quand vous arrivez à Elie et Elisée, vous voyez la même chose. Et je vais juste vous donner une illustration bien qu'il puisse y avoir plusieurs autres. 1 Rois 17:24. Dans 1 Rois 17:24, Elie vient juste d'opérer la guérison d'un fils décédé, le fils de la veuve. Et il fait descendre le petit gars du haut de l'étage et le rend à sa mère et Elie dit: “Vois, ton fils est vivant. Et la femme dit à Elie: Je reconnais maintenant que tu es un homme de Dieu, et que la parole de l'Eternel dans ta bouche est vérité."

Vous voyez à présent ? Dieu est en train d'authentifier l'office prophétique d'Elie en tant que celui qui annonce Sa nouvelle révélation. Quand vous parvenez au Nouveau Testament, c'est la même chose, Jean 10:25. Le premier à apporter la nouvelle révélation, le Seigneur Jésus-Christ Lui-même. Jean 10:25: “Jésus leur répondit : Je vous l'ai dit, et vous ne croyez pas. Les œuvres que je fais au nom de mon Père rendent témoignage de moi." En d'autres termes, Jésus est authentifié par les signes. Et lorsque Pierre se lève le jour de la Pentecôte en Actes 2:22, il dit qu'il s'agit de Jésus de Nazareth qui a été confirmé ou authentifié par le Père à travers les signes et les prodiges qu'Il a opérés. Et il en a été de même des apôtres. Dans Actes 14:3, il est dit que le Seigneur « rendait témoignage à la parole de sa grâce et permettait qu'il se fît par leurs mains des prodiges et des miracles. » Ainsi donc, Dieu a accrédité les messagers de la nouvelle révélation de l'époque mosaïque, les messagers de la révélation au temps d'Elie et Élisée, les messagers de la révélation à l'époque du Nouveau Testament. Les miracles ont ainsi pour objectif de déclarer que la nouvelle révélation est en train d'être accordée et d'identifier qui sont les messagers de cette nouvelle révélation.

Troisièmement, les miracles visent à accréditer le message qui est donné afin de montrer qu'il s'agit d'une période de la nouvelle révélation : voici le message. Trois périodes de grande révélation dans le passé: le temps de Moïse et Josué, le temps des prophètes et le Nouveau Testament. Et à chaque fois, le message était validé par les miracles pour prouver qu'il venait bien de Dieu. Voici les messagers de Dieu et c'est effectivement Dieu qui parle.

Ensuite vient le quatrième élément. C'est que les miracles, en tant qu'objectif, visaient à attirer l'attention des auditeurs à écouter la nouvelle révélation. La nouvelle révélation est accordée, voici les messagers, voici le message, voici la réaction. Voici ce que vous êtes supposés faire. Par exemple, les miracles d'Egypte étaient accomplis par Moïse et destinés à instruire deux groupes d'individus. Deux groupes de personnes.

Prenez votre Bible et regardez à Exode chapitre 6, Exode chapitre 6, verset 6. A présent, dans Exode 7, Dieu a lancé les plaies, les merveilleux miracles de la nature. “C'est pourquoi dis aux enfants d'Israël : Je suis l'Eternel", Exode 6:6. Maintenant, vous pourriez le leur dire et ils pourraient répondre : "Ouais, ça fait 400 ans que nous entendons cela mais que faisons-nous encore en Egypte ?" C'est un beau message, mais notre Dieu semble quelque peu impuissant et les dieux égyptiens sont un peu plus forts puisque nous n'avons apparemment aucun moyen de sortir d'ici. Vous dites donc : « Je suis l'Eternel, je vous affranchirai des travaux dont vous chargent les Egyptiens, je vous délivrerai de leur servitude, et je vous sauverai à bras étendu et par de grands jugements. Je vous prendrai pour mon peuple, je serai votre Dieu, et vous saurez que c'est moi, l'Eternel, votre Dieu, qui vous affranchis des travaux dont vous chargent les Egyptiens. »

En d'autres termes, au verset 6, Il dit : “Dis-leur que je vais le faire”. Et au verset 7: “Dis-leur qu'ils le sauront dans très peu de temps”. Pourquoi ? Parce que les miracles accompagnaient ce que Dieu faisait et les convainquaient. Ils n'ont pas vraiment eu de question lorsqu'ils ont commencé à voir ce que Dieu faisait. Les miracles étaient donc destinés à interpeler les enfants d'Israël. Appeler les croyants à croire la vérité étant donné qu'ils avaient eux aussi des doutes. Cependant le second groupe, Exode 7:17, et ici, Moïse s'adresse à Pharaon et il est dit : “Ainsi parle l'Eternel : A ceci tu connaîtras que je suis l'Eternel." Autrement dit : Pharaon, tu vas savoir. « Je vais frapper les eaux du fleuve avec la verge qui est dans ma main; et elles seront changées en sang. »

Regardez à présent le second groupe : Pharaon et les égyptiens, les païens. Et Exode 8:15, “Et les magiciens dirent à Pharaon : C’est le doigt de Dieu! Le cœur de Pharaon s’endurcit, et il n’écouta point Moïse et Aaron, selon ce que l’Éternel avait dit." Que se passe-t-il ensuite ? Les miracles annoncent un temps de nouvelle révélation pour accréditer le messager, authentifier le message et enseigner aussi bien aux croyants qu'aux non-croyants qu'il s'agit bien de la Parole de Dieu. Les miracles d'Elie et d’Elisée en ont fait de même.

A l'intention d'une femme croyante comme la veuve de 1 Rois 17:24, le miracle s'est avéré convaincant. Dans 1 Rois 18:36, “Au moment de la présentation de l'offrande, Elie, le prophète, s'avança et dit : Eternel, Dieu d'Abraham, d'Isaac et d'Israël ! que l'on sache aujourd'hui que tu es Dieu en Israël.” Et ensuite, vous savez ce que Dieu a fait ? Dieu a fait descendre le feu du ciel qui a consumé les pierres et l'autel et l'eau et a vaincu les prêtres de Baal, n'est-ce pas?

Il y a donc ici dans le cas de Moïse, des miracles pour prouver aux croyants et des miracles pour prouver aux non-croyants que Dieu parle. Au temps d'Elie, nous voyons des miracles à l'intention des croyants comme la veuve, des miracles destinés à prouver aux non-croyants que Dieu parle. Quand on arrive au Nouveau Testament, c'est exactement la même chose. Dans Jean 20:30, il est dit : “Jésus a fait encore, en présence de ses disciples, beaucoup d'autres miracles”. C'est important et ils ne sont pas écrits dans le livre.

Écoutez à présent, Jésus a fait des miracles en présence de Ses disciples. En d'autres termes, Il voulait que les croyants sachent qu'il s'agissait d'une ère de révélation, qu'Il était en train de parler. Regardez maintenant au verset 31 : “Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie en Son nom. " Ils sont également enregistrés afin que les non-croyants puissent croire. Vous voyez ? Ainsi donc, dans tous ces cas, les miracles de Moïse, premièrement, visaient à convaincre les enfants d'Israël que leur Dieu était plus puissant que les dieux d'Egypte. Deuxièmement, ils étaient destinés à convaincre le pharaon et les égyptiens de la futilité de l'adoration de leurs dieux.

En fait, si vous étudiez Exodes 7:12, vous remarquerez quelque chose de très intéressant. A savoir que chacune des plaies visait directement un dieu égyptien spécifique pour le contrer. Le dieu du Nil est détruit lorsque l'eau de la rivière est changée en sang. Le dieu du soleil est tout aussi attaqué. Et ainsi de suite jusqu'au dernier. Ils adoraient les grenouilles en Egypte et Dieu règle la question de ce dieu en provoquant une prolifération des grenouilles. Chaque plaie était précisément dirigée contre l'un des dieux égyptiens. Il montre donc aux Israélites que leur Dieu est supérieur, ainsi qu'aux païens. A l'époque d'Elie et Elisée, il s'est passé exactement la même chose, convainquant le peuple de Dieu de revenir et les païens d'écouter la nouvelle révélation de Dieu. Au temps du Christ et des apôtres, c’était pour confirmer la foi de ceux qui croient déjà et ôter toute excuse à ceux qui manquent de croire.

Juste quelques autres passages sur ce dernier point pour compléter notre réflexion. Actes 5:12, “Beaucoup de miracles et de prodiges se faisaient au milieu du peuple par les mains des apôtres. Ils se tenaient tous ensemble au portique de Salomon, et aucun des autres n’osaient se joindre à eux; mais le peuple les louait hautement. Le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur, hommes et femmes, s'augmentait de plus en plus". Dieu leur a donné la capacité d'opérer des signes et des prodiges et les gens écoutaient et ils croyaient et des gens étaient ajoutés à l'église. Bien-aimés, telles sont les seules instances de l'histoire du plan rédempteur de Dieu où les miracles ont constitué une norme équitable. Et une fois que la loi et les prophètes et le Nouveau Testament ont été complétés, la révélation de Dieu est parvenue à son terme: “Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils”. Dieu a parlé à deux reprises, la loi et les prophètes et Son Fils, le Nouveau Testament. Ces deux choses viennent ensemble pour former la Parole de Dieu.

Et croyez-moi, par tous ces miracles, Dieu a authentifié ce livre, n'est-ce pas ? Et Il n'a nullement besoin de l'authentifier à nouveau. Maintenant, si vous comprenez que c'est cela l'objectif des miracles alors vous vous rendrez compte qu'il n'y a pas aujourd'hui de raison d'avoir une prolifération de miracles telle que ces gens disent que chacun reçoit son miracle, comme le livre que je crois, Pat Boone a écrit, “A Miracle A Day Keeps the Devil Away” (Un miracle chaque jour éloigne le diable), où il se produit miracle après miracle après miracle quand on comprend que Dieu s'en est servi à trois reprises dans l'histoire, des périodes qui ont duré moins de 100 ans, pour authentifier une nouvelle révélation.

Au moins les charismatiques aujourd'hui sont cohérents. S'ils ouvrent la porte aux miracles alors ils font également de la place pour une nouvelle révélation. Mais le problème est le suivant : les deux sont faux. Nous avons tenté d'identifier l'erreur qui consiste à accommoder une nouvelle révélation au cours des derniers mois d'étude. A quoi est-ce que Dieu nous appelle dans cette ère ? Quel est l'ordre à suivre dans cette ère ? Regardez à Jean 20:29, “Jésus lui dit : Parce que tu m'as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n'ont pas vu, et qui ont cru !" Autrement dit, Jésus dit : les choses ne se passeront plus de cette manière, Thomas. Ça va être différent. Il y aura une autre manière. Il ne sera plus désormais question de ceux qui voient et qui croient ; il s'agira plutôt de ceux qui n'auront pas vu. Et Paul le formule de cette manière dans 2 Corinthiens 5:7. Il a dit : « Nous marchons par », quoi ? « la foi et non par la vue ». Et c'est là l'ordre du nouveau jour. Et Pierre dit, « Lui que vous aimez sans L'avoir vu »

Nous ne courons pas ça et là aujourd'hui en quête de miracles, étant donné que les miracles avaient un unique objectif : authentifier la révélation, Ses messagers, Son message et instruire ceux qui écoutaient pour qu'ils puissent répondre. Et une nouvelle révélation n'est pas en train d'être donnée et nous ne sommes pas appelés à rechercher des miracles pour certifier une parole qui est déjà accréditée. Nous sommes appelés à croire par la foi qu'il s'agit de la Parole de Dieu et d'y répondre.

Laissez-moi à présent le porter une étape plus loin et développer le caractère unique de l'ère apostolique en parlant des apôtres eux-mêmes. Les écrivains du Nouveau Testament comme nous l'avons vu lors de nos dernières études étaient les apôtres et leurs proches collaborateurs. Ils étaient complètement uniques, leur ère était unique parce qu'il n'y a qu'un Nouveau Testament et il n'a été écrit qu'une fois et qu'il n'y a rien à y ajouter. Apocalypse 22:18 établit clairement qu'il ne faut rien ajouter à la Bible. Il n'y a aucune indication dans l'Ecriture que les choses qui se sont produites à l'époque doivent se passer aujourd'hui, que les choses qui sont arrivées à ces auteurs de la Bible doivent nous arriver. Il s'agissait d'une époque très unique. En fait, la Bible indique plutôt le contraire. Saviez-vous que dans tout le Nouveau Testament, Dieu donne seulement quatre commandements en lien avec le Saint-Esprit ? C'est tout ! N'éteignez pas, n'attristez pas, marchez par et priez par le Saint-Esprit et point final. Et une autre allusion : soyez constamment remplis. Il ne dit rien du tout sur la recherche de miracle ni sur la quête d'une quelconque autre manifestation de l'Esprit. N'attristez pas, n'éteignez pas, marchez et priez par le Saint-Esprit, qui veut dire prier sans cesse avec Sa volonté.

Et pourtant, les charismatiques croient que les éléments spectaculaires, miraculeux sont donnés pour l'édification et qu'ils doivent se poursuivre encore aujourd'hui. Et clairement, la Parole de Dieu dit, prenez par exemple les langues, 1 Corinthiens 14:22, “Par conséquent, les langues sont un signe, non pour les croyants, mais pour les non-croyants." Ils n'ont jamais été conçus pour l'édification. Nous verrons cela quand nous arriverons au 14ème chapitre. Tous ces miracles, y compris les langues et tout le reste, étaient des signes qui visaient à authentifier une ère de nouvelle révélation. Lorsque la révélation a cessé, les signes aussi ont cessé. B.B. Warfield, un grand théologien de la réforme d'il y a 75 ans a écrit et sa parole est fiable car il était un savant. En fait, au moment où il écrit ceci, personne n'a discuté avec lui parce que c'était avant le pentecôtisme moderne. Voici ce qu'il a dit. Citation: “Les miracles n'apparaissent pas sur les pages de l'Ecriture de manière hasardeuse, indifféremment ici, là et ailleurs sans raison valable. Ils appartiennent à des périodes de révélation et n'apparaissent que lorsque Dieu parle à Son peuple à travers des messagers accrédités qui déclarent Ses desseins gracieux. Leur présence abondante dans l'église apostolique constitue la marque de la richesse de l'ère apostolique en révélation. Et lorsque cette période de révélation s'est clôturée, la période d'accomplissement des miracles était passée comme si cela allait de soi”. Fin de citation. Il a raison. Joel Gerlach, qui est luthérien, écrivant dans un article du trimestriel luthérien the Wisconsin, en octobre 1973, un article intitulé “Glossolalie”, a dit: “La glossolalie a d'abord été accordée pour un but évident: authentifier et donner de la substance à certaines facettes de la vérité divine. Cet objectif est toujours déformé par ceux qui font passer l'emphase du signe objectif à l’expérience subjective. »  Fin de citation. Les dons en guise de signes, bien-aimés, ont été accordés pour authentifier une nouvelle révélation. Retournons à Marc 16:20. Nous y avons passé un moment la semaine dernière en parlant des serpents et du poison. Mais retournons-y et en supposant que nous laissions Marc 16:9 à 20 et disions qu'ils font partie de la parole de Dieu qui fait autorité.

J'aimerais que vous remarquiez quelque chose d'intéressant ici. Verset 14: “Enfin, il apparut aux onze”. Nous savons donc à qui Il s'adresse. Il a parlé aux onze, moins Judas, bien entendu. Et le reste de Ses paroles leur est adressé. Verset 19 : “Le Seigneur, après leur avoir parlé”, “leur” se rapporte aux onze, “fut enlevé au ciel, et il s'assit à la droite de Dieu. Et ils s'en allèrent”, maintenant, observez, “prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux, et confirmait la parole par les miracles qui l’accompagnaient.” Autrement dit, c'est aussi clair que cela puisse être que les dons des miracles étaient accordés aux onze pour confirmer leur proclamation de la Parole de Dieu. C'était leur raison d'être.

Regardez à Actes 2:22. Dans Actes 2:22, il est dit: “Ecoutez bien, Israélites, ce que j'ai à vous dire." Je vous ai cité ce passage plus tôt, “Jésus de Nazareth cet homme dont Dieu vous a montré qu'il l'approuvait”. Et de quelle manière est-ce que Dieu a marqué Son approbation sur le Christ ? Par les miracles, les prodiges, et les signes. Dieu était en train d'accréditer Christ. Dans Marc 16, Dieu accrédite les apôtres.

A présent, j'aimerais que vous regardiez Actes 7 et le message d'Etienne et je vous y montrerai une déclaration intéressante. Actes 7:36, au sujet de Moïse. Etienne dit: “C'est lui qui les fit sortir d'Egypte, en opérant des prodiges et des miracles au pays d'Egypte, au sein de la mer Rouge, et au désert, pendant quarante ans. C'est ce Moïse qui dit aux fils d'Israël : Dieu vous suscitera d'entre vos frères un prophète comme moi. C'est lui qui, lors de l'assemblée au désert, étant avec l'ange qui lui parlait sur la montagne de Sinaï et avec nos pères, reçut des oracles vivants, pour nous les donner." Remarquez à présent, Moïse et ses signes sont rattachés aux oracles vivants. Dieu accrédite Son messager lorsqu'Il donne une nouvelle révélation, qu'il s'agisse de Moïse ou des prophètes ou du Christ ou des apôtres. C’est une chose très essentielle, braves gens, à laquelle vous devez vous accrocher. Les miracles ne sont pas quelque chose qui est juste éparpillée à travers toute l'histoire de l'œuvre de Dieu. Ils sont destinés à confirmer Ses messagers de la révélation.

Allez avec moi à Hébreux 2:3 et 4 que nous avons examiné pour plusieurs raisons mais que nous devons à nouveau approcher à cause de son caractère essentiel pour ce que nous sommes en train de dire. Hébreux 2:3 déclare : “comment échapperons-nous”, l'auteur s'adresse aux juifs. “comment échapperons-nous en négligeant un si grand salut?” Il s'agit d'une grande vérité. Comment échapperez-vous si vous négligez le salut?” Vous ne pourrez pas. Il parle ensuite du salut. “qui, annoncé d'abord par le Seigneur, nous a été confirmé par ceux qui l'ont entendu”. A présent, le Seigneur et les apôtres ! Les apôtres sont ceux qui ont travaillé en collaboration avec Christ et voici donc une seconde génération de congrégation juive qui affirme avoir reçu l'Evangile de la première génération. Dieu leur a rendu témoignage par des signes et des prodiges, divers miracles et dons du Saint-Esprit. Il ne s'agit pas de nous rendre témoignage, le mot « appuyant » (dans la version anglaise) est au passé suite à une erreur qui s'est produite par le passé. Le participe devrait identifier simultanément le verbe principal ; il est lui aussi au passé. Cela a été confirmé à leur intention et par conséquent à notre endroit par des miracles, et des dons et les signes qui se sont manifestés. Ainsi donc, il y a une parole biblique claire selon laquelle les miracles et les prodiges et les dons des signes confirmaient les dons qui ont été accordés à la première génération d'apôtres, qui étaient les messagers de la nouvelle révélation, tout comme cela s'est passé dans le cas d'Elie et Elisée et Moïse.

Ainsi, Warfield dit dans son livre, “Counterfeit Miracles” (“Les Miracles Contrefaits”), comme Abraham Kuyper l'exprime de manière figurative : “ Ce n'est pas le style de Dieu de communiquer à chaque individu une réserve distincte de connaissance divine qui lui soit propre afin de satisfaire ses besoins particuliers. Il a plutôt répandu un conseil commun pour tous et invite tout le monde à venir prendre part à la richesse de la grande fête. Il a accordé au monde une révélation organiquement complète qui est adaptée à tous, suffisante pour tous, et qui a pourvu aux besoins de tous. Et à partir de cette unique révélation complète, Il exige que chacun extrait la totalité de sa ration spirituelle. C'est ainsi donc qu'on ne peut pas s'attendre à ce que la puissance d'opérer les miracles qui n'est rien de plus qu'une manifestation de la puissance de révélation de Dieu continue après que la révélation qu'elle était supposée accompagner se soit terminée.” Fin de citation. Tout cela pour dire : vous ne pouvez pas avoir des miracles si vous n'avez pas de révélation.

Les charismatiques disent que Dieu désire parcourir les lieux et donner un miracle à chacun. Et vous les entendez dire : “Dieu a un miracle spécial pour vous.” Jack Nemeth a fait quelques recherches sur la question au cours des deux dernières semaines. Il a pris absolument chaque miracle des Évangiles et sa conclusion, en prenant chacun d'entre eux et en traçant un diagramme et un graphique : aucun d'eux n'a jamais été opéré en privé, jamais. Dieu n'opère jamais de miracles privés. Ils sont inutiles. Ils sont seulement destinés à authentifier une nouvelle révélation et une nouvelle révélation ne constitue jamais une affaire privée. Il faut cependant reconnaître qu'ils sont au moins cohérents dans leur erreur en affirmant qu'il faut avoir une révélation pour pouvoir recevoir des miracles. Et si vous devez recevoir la révélation, il faut avoir des messagers de la révélation, que sont les apôtres. Ce qui fait que les charismatiques aujourd'hui croient en une nouvelle révélation, aux apôtres et aux miracles. En fait, l'un d'entre eux m'a même dit récemment que j'étais un apôtre. Et j'ai dit: “Qui, moi?” J'ai dit : “Je n'en suis pas un.” Il a dit : “Mais si. Vous êtes un apôtre qui a été accordé à l'église de cette ère.” Pas moi. J'ai ma définition très clairement soulignée dans Ephésiens 4. Je suis un pasteur enseignant, et également dans les épîtres pastorales où il est dit que je suis un ancien, un évêque ou un presbytère, qui tous signifient la même chose, mais certainement pas un apôtre. Les apôtres étaient spéciaux et ont vécu à une époque spéciale. Les références, l'autorité des premiers prédicateurs du christianisme ne nécessitent pas une répétition continue. Une ère de miracles pleinement authentifiée a suffi à établir l'origine divine du message et le message est rassemblé et le message est suffisant pour satisfaire chaque besoin pour qu'aujourd'hui le Saint-Esprit ne dise pas : recherchez les miracles. Paul ne dit pas : recherchez la manifestation de l'Esprit, recherchez les signes et les prodiges. Il se contente de dire : cherchez à marcher dedans, dans l'énergie de l'Esprit. Et il établit un parallèle : “Que la parole de Christ habite parmi vous abondamment.”

Paul le formule de cette manière et je pense que c'est plus pertinent pour nous dans 2 Timothée 3:15, il rappelle à Timothée: “Dès ton enfance, tu connais les saintes lettres”, écoutez à présent, “qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ. Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l'homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre.” De quoi avez-vous donc besoin pour être sage en vue du salut ? L'Ecriture Sainte ! De quoi avez-vous besoin pour être parfait ? De quoi avez-vous besoin pour accomplir toute bonne œuvre ? Les Saintes Ecritures ! De quoi avez-vous donc besoin ? L'Ecriture Sainte ! C'est tout !

Dans Romains 15 et verset 4, “Or tout ce qui a été écrit d'avance”, c'est-à-dire la Parole de Dieu, “l'a été pour notre instruction afin que, par la persévérance et par le réconfort que donnent les Ecritures, nous possédions l'espérance.” Si nous voulons de l'espoir, si nous voulons une ancre, si nous voulons quelque chose qui nous permettra de traverser le monde, ce n'est pas un miracle qu'il nous faut. C'est de l'Ecriture que nous avons besoin. Dans Apocalypse, chapitre 1, et par ailleurs, l'Apocalypse est le livre qui est rempli de visions, de prodiges et de signes et de tout. Ce serait l'endroit idéal pour l'auteur de dire : maintenant, recherchez le même genre de choses que Jean a vu ici. Mais regardez ce qui est dit : “Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites !” Il ne recherche pas ces expériences. Il se contente de dire : lisez, et apprenez et obéissez. Et dans Jacques chapitre 1, verset 25, la même emphase est faite : “Mais celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n'étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l'œuvre, celui-là sera heureux dans son activité.” C'est quoi la loi parfaite de la liberté ? C'est la Parole de Dieu. Et quiconque y plonge ses regards sera un homme parfait et son activité sera bénie.

Pas besoin d'un nombre infini de miracles d'authentification pour authentifier une Écriture qui est déjà authentifiée ! Nous n'avons pas besoin de plus de deux ou trois témoins pour confirmer quelque chose. Il nous faut simplement tester une fois et une fois que la décision est prise, il s'agit de la Parole de Dieu, elle est prise et il n'est plus nécessaire de se rendre au tribunal. Et si Dieu opérait des miracles aujourd'hui comme Il le faisait à l'époque apostolique, c'est qu'Il aurait soit le sentiment qu'Il avait mal authentifié Son Ecriture ou alors qu'Il serait en train de nous donner une nouvelle révélation. Et ni l'une ni l'autre n’est possible. La période de la nouvelle révélation et les apôtres sont connectées de manière inextricable.

Regardez à 2 Corinthiens 12 pendant une minute, verset 11. “J'ai été insensé [en me vantant ainsi] " (Segond 21), il dit :" Mais vous m'y avez contraint. " En d'autres termes, Paul dit, je dois continuer de défendre mon apostolat devant vous. Je dois continuer de vous dire que je suis un apôtre et vous le prouver. Et il dit : "car je n'ai en rien été inférieur à ces super-apôtres " (Segond 21). "Ecoutez, je suis un apôtre en tous points, bien que je ne sois rien. Officiellement, je suis autant un apôtre que n'importe quel super-apôtre." Et pour le prouver, il déclare : "Les marques de mon ministère d'apôtre ont été produites au milieu de vous par une persévérance à toute épreuve, par des signes, des prodiges et des miracles. » Ecoutez à présent ceci. Bien-aimés, aurait-il été possible que les choses soient plus claires que ceci ? Il dit, regardez : "Ces signes et ces prodiges et miracles constituent les marques d'un", quoi ?, "apôtre".

Observez à présent, réfléchissez. Paul essaie de prouver qu'il est un apôtre. Il le fait en opérant des signes, des prodiges et des miracles. Si ce genre de choses avait été communes à tous les chrétiens, alors ce serait une manière stupide de démontrer qu'on est apôtre, n'est-ce pas ? Cela ne prouverait absolument rien. Mais ces choses n'étaient vraies qu'avec eux. Voyez-vous, les apôtres avaient ce pouvoir miraculeux en tant que messagers de la Parole de Dieu, de même que ceux qui travaillaient en étroite collaboration avec eux, qui étaient envoyés par eux, et ce n'est jamais allé au-delà.

En fait, je vais vous dire une vérité déconcertante, quelque chose que vous ne devez jamais oublier. Après la Pentecôte, après la Pentecôte, aucun miracle ! Après la naissance de l'église, il n'y a plus jamais eu de miracle dans tout le Nouveau Testament, excepté en présence d'un apôtre ou de quelqu'un qui avait été directement envoyé par un apôtre. Dans le cas d'Etienne et Philippe, les deux avaient été désignés et mandatés en Actes 6 par les apôtres. Ils ne figurent pas parmi tout le peuple. Absolument pas ! Aucun miracle ne s'est jamais produit après la Pentecôte, sauf en présence d'un apôtre ou d'une personne directement mandatée par un apôtre, comme Philippe et Etienne. En fait, même le don miraculeux du Saint-Esprit en Samarie à Corneille en tant que païen et des disciples de Jean-Baptiste en Actes 19, aucune de ces choses miraculeuses, les langues, n'aurait jamais pu se produire jusqu'à ce que qui soit là ? Les apôtres ! Parce que ces choses leur étaient spécifiquement attachées. Elles constituaient les marques d'un apôtre.

Maintenant, une personne charismatique dirait: “Très bien, nous avons encore des apôtres aujourd'hui. Nous avons encore des apôtres”. Et ma réponse à cela est: non, nous n'en avons pas. Et je vais vous donner six raisons pour lesquelles nous n'en avons pas, six raisons rapides. Nous ne pouvons pas avoir des apôtres de nos jours pour six raisons. Premièrement, l'église a été fondée sur eux. Ephésiens 2:20, “Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes". Charles Smith de Grace Seminary, dit qu'à son avis, la meilleure traduction du texte grec à cet endroit serait les prophètes apôtres. C'est-à-dire qu'ils ne sont en rien différents mais qu'ils sont pareils et que l'apôtre se réfère à l'office tandis que le prophète se rapporte à la fonction. Les prophètes apôtres. Mais que ce soit le cas ou non, ce qui importe ici c'est que les apôtres sont désignés dans ce passage comme étant la fondation de l'église. Pas besoin d'être un génie pour savoir que dans une métaphore comme celle-là, lorsqu'on construit un bâtiment, on pose une fondation à la base et c'est la dernière fois qu'on pose une fondation. On ne continue pas de poser des fondations à l'infini. Ils ont été la fondation.

Deuxièmement : un apôtre devait être un témoin oculaire de quoi ? La résurrection, Actes 1:22. Il devait être un témoin de la résurrection. Et lorsque Paul cherche à prouver son apostolat dans 1 Corinthiens 9:1, il dit : Ne suis-je pas apôtre ? N'ai-je pas vu Jésus notre Seigneur ? " Et au chapitre 15, il déclare : Le Seigneur est apparu à tel et à tel et à tel et tel et à tel et à untel. "Après eux tous, il m'est aussi apparu à moi ". J'ose dire qu'aujourd'hui, il n'y a personne qui ait vu le Seigneur ressuscité. Mais je vais me dépêcher d'ajouter, les charismatiques vont également le revendiquer. Mais vous voyez, Pierre a dit : " lui que vous aimez sans l'avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore " et " Heureux ceux qui n'ont pas vu, et qui ont cru !" Nous sommes dans l'ère de ceux qui n'ont pas vu. Il s'agit de l'ère de la foi et non celle de la vue. Ainsi, un apôtre était la fondation de l'église et un témoin oculaire de la résurrection.

Troisièmement, un apôtre était directement et verbalement choisi par Jésus-Christ. Dans Matthieu, chapitre 10, c'est très clair qui étaient les apôtres. Il n'est pas possible d'être plus clair. Il a appelé douze disciples. Il leur a donné le pouvoir et les noms des douze apôtres sont là, Il les a ensuite nommés. C'est la toute première fois qu'ils sont désignés apôtres. Il dit : venez là, tous les douze, vous êtes maintenant, bang, les apôtres, et Il donne la liste de leurs noms. Dans Luc 6:13, il est dit : “Douze, auxquels il donna le nom d'apôtres". Ils étaient ceux qui avaient été spécifiquement choisis par Christ. Vous pouvez évidemment ajouter aux rangs l'apôtre Paul et peut-être Matthias des Actes, mais il fallait qu'ils soient spécifiquement choisis par Christ. Ils étaient Ses agents agréés. Le terme hébreu que Jésus aurait pu employer lorsqu'Il a dit apôtres, s'Il parlait en hébreu plutôt qu'en araméen, et nous ne savons pas dans laquelle des langues Il a parlé, mais s'Il s'était exprimé en hébreu, Il aurait dit sheliach. Et le terme hébreux, sheliach, aux dires des rabbins, “le sheliach est un homme comme l'homme lui-même.” Il est le représentant qui se tient avec toute l'autorité qu'il faut pour agir en faveur d'un homme. En termes légaux, on l'appellerait cela un mandataire. Ils sont les mandataires de Jésus, désignés par Lui, des agents spéciaux pour qu'ils puissent dire, au nom de Jésus de Nazareth, lève-toi et marche. Ils étaient les tout premiers agents agréés. Ils étaient les premiers agents de la révélation. Ils étaient les apôtres du Seigneur. Oui, dans le Nouveau Testament, d'autres sont appelés apôtres mais si vous examinez 2 Corinthiens 8:23, ils sont appelés apôtres de l'église. C'est une chose d'être appelé apôtre du Seigneur envoyé directement par Lui, c'en est une autre que d'être un apôtre de l'église, un envoyé.

Et par ailleurs, je me dépêche d'ajouter: il n'a jamais été enregistré de miracle ayant été accompli par les apôtres de l'église. Ainsi donc, les douze, plus Paul, ont une mission non transférable d'enseigner la doctrine révélatrice et fonder l'église. Et lorsqu'il est question de l'avenir de l'église et des pastorales et de l'organisation de l'église, on parlera des évêques, des presbytères, des anciens, des pasteurs, des diacres et diaconesses, mais on ne parle jamais des apôtres. Ainsi, les trois premières raisons pour lesquelles il ne peut pas y avoir d'apôtres aujourd'hui : premièrement, ils constituaient la fondation de l'église et elle a déjà été posée. Deuxièmement, ils étaient principalement des témoins de la résurrection et troisièmement, ils étaient les agents agréés du Christ.

Quatrièmement, et nous avons vu ceci, ce qui fait que je vais me contenter de le mentionner, ils étaient authentifiés par des signes miraculeux. C'est stupide de me dire que je suis un apôtre de l'église. Les gens ne sont pas guéris en étant couverts par mon ombre. Non, ce n'est pas le cas. Ils ont seulement l'avantage de ne pas avoir le soleil dans les yeux. Je ne possède pas les marques d'un apôtre.

Cinquièmement, une cinquième chose qui les met à part et en fait des personnes uniques c'est qu'ils avaient une autorité absolue. Ils possédaient une autorité absolue. Ils n'étaient même pas comme les prophètes. Vous souvenez-vous lorsqu'un prophète de l'ère du Nouveau Testament a parlé dans 1 Corinthiens 14, il est dit : “lorsque les prophètes parlent, eh bien que l'esprit du prophète soit soumis au prophète.” Vous savez, en d'autres termes, vous autres devez juger au sujet de ces prophètes. Cependant, il n'y avait aucune discussion lorsqu'un apôtre parlait. Ils étaient des agents de la révélation de Dieu. Et Jude 17 dit : souvenez-vous de ce qui a été annoncé par les apôtres. Et Paul déclare : “Si quelqu'un croit être prophète ou inspiré, qu'il reconnaisse que ce que je vous écris est un commandement du Seigneur." 1 Corinthiens 14:37. Ils avaient une autorité particulière.

Et sixièmement, et ceci constitue pour moi un coup de grâce. Ils ont à jamais une place unique. Vous dites : que veux-tu dire par là? Je vais vous montrer. Dans le ciel de la nouvelle Jérusalem, Jean, au chapitre 21 d'Apocalypse, est en train de regarder le ciel. Regardez ce qu'il voit : “la muraille de la ville", cette fantastique muraille de la nouvelle Jérusalem, la cité céleste, "reposait sur douze fondements qui portaient les noms des", quoi ? "douze apôtres". Pour l'éternité, ils sont uniques. Ils resteront à jamais uniques. Ils sont intransférables, non reproductibles. La révélation est terminée, les apôtres ont cessé d'exister, les miracles ont cessé jusqu'à la nouvelle ère où Dieu parlera encore dans Son Royaume.

Et l'histoire du second centenaire de l'église confirme cela. Alva McClain déclare : “Lorsque l'église apparaît au second centenaire, la situation des miracles a tellement changé qu'on a l'impression d'être dans un autre monde.” Fin de citation. Samuel Green dans le “Handbook of Church History” (Manuel de l'Histoire de l'Eglise) dit et ceci a été publié en 1913 à Londres, il déclare : “Lorsque nous émergeons au second siècle, nous nous retrouvons en grande partie dans un monde changé. L'autorité apostolique n'existe plus au sein de la communauté chrétienne. Les miracles apostoliques sont révolus. Nous ne pouvons pas douter qu'il y ait eu un dessein divin à marquer l'ère d'inspiration et de miracles de cette manière par une frontière si large et définie des temps qui ont suivi.”

Cela a tout simplement cessé. L'histoire le dit. L'exégèse l'indique. La théologie le dit. Et vous pouvez même le voir en étudiant le livre des Actes. Dans Actes 5, il est dit : “Et tous étaient guéris" par les apôtres. 25 ans plus tard, le plus grand de tous les apôtres est incapable d'être guéri d'une maladie. Et tandis que nous approchons la fin de sa vie, il demande à Timothée de faire usage d'un peu de vin pour ses fréquentes maladies. Et plus tard encore, à la fin même de sa vie, il laisse un frère bien-aimé malade à Miletus. Quelque chose avait changé. De "tous étaient guéris" à tout un paquet de personnes malades à la fin du livre des Actes. Dans les premiers chapitres des Actes, les gens proclament Christ partout et personne ne meurt et puis tout à coup au chapitre 7, Etienne meurt et ensuite au chapitre 12, Jacques meurt, et quelque chose est en train de changer. Dans les premières pages du livre des Actes, Jérusalem est rempli de miracles et après le martyr d'Etienne, aucun miracle n'est plus rapporté comme ayant eu lieu dans la ville de Jérusalem. Quelque chose est en train de changer.

L'ère apostolique était merveilleusement unique et est passée. Et ce qui s'est produit à l'époque ne constitue pas un standard pour chaque chrétien. La norme pour chaque chrétien consiste à étudier la Parole de Dieu qui est capable de nous rendre sages et parfaits, la chose normale consiste à vivre par la foi et non par la vue.

Cela ne me dérange pas vraiment lorsque Russel Bixter dit : “Beaucoup de chrétiens ont une foi qui ne fait aucune place pour un Jésus-Christ qui est le même hier, aujourd'hui et éternellement. Ils s'accommodent d'un Dieu distant qui n'a rien fait d'important en 2000 ans.” Fin de citation. Eh bien, Russell, Dieu a fait des choses majeures en 2000 ans. Je regrette que tu ne les voies pas. Quand je regarde autour de moi aujourd'hui, je peux Le voir en faire encore davantage, qu'en est-il de vous ?

Jerry Horner, le professeur associé de la littérature biblique à l'université d'Oral Roberts dit dans son témoignage : “Qui voudrait d'un Dieu qui aurait perdu tout Son énergie ? Dieu aurait-Il été capable de faire une chose dans une ère et non dans une autre ère ? Dieu aurait-Il perdu toute Sa puissance ?” Fin de citation. Je m'adresse à toi Jerry, Dieu n'a nullement perdu Son pouvoir. N'enferme cependant pas Dieu dans ta boîte. La Bible dit dans Éphésiens 3:20, il existe une promesse pour cette ère et la voici : Il “peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons." Et ce ne sera pas ce qu'Il a fait au cours de l'ère apostolique mais ce sera merveilleux parce qu'Il est Dieu et ce qu'Il fait est toujours merveilleux.

Prions. Merci, Père, pour le temps que nous avons eu ce matin. Merci de parler avec Ta parole. Seigneur, aide-nous à réaliser que nous devons nous contenter de tout ramener au texte pour voir si les choses sont effectivement ainsi. Rends-nous comme les nobles Béréens qui sondaient les Ecritures. Aide nos frères et sœurs, qui peut-être ont besoin de le faire davantage pour voir la vérité. Par-dessus tout, aide-nous à manifester de l'amour en partageant ces choses. Merci de nous rassembler ce matin pour ce moment qui nous enrichit tellement. Nous Te donnons la louange au Nom de Jésus, que nous aimons et servons. Amen.

FIN.

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

ECFA Accredited
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize