Grace to You Resources
Grace to You - Resource

Matthieu chapitre 2. Matthieu chapitre 2. Et je passe tout simplement un bon moment à étudier et à préparer mes pensées par rapport à ces merveilleux récits autour de la naissance du Christ et j'ai confiance que l'Esprit de Dieu nous rendra véritablement ministère ce soir tandis que nous partageons ensemble ce qui sera en réalité une étude biblique plutôt qu'un sermon. Mais je pense que Dieu vous bénira de manières merveilleuses.

Comme nous le savons à présent, Matthieu présente Jésus-Christ comme le roi. Il introduit Jésus-Christ non seulement en tant que roi mais comme étant le Roi des rois. Non seulement comme le Roi des rois mais en tant que l'oint de Dieu. En d'autres termes, Il est le choix spécial de Dieu comme roi, le monarque de tous les hommes, le monarque de tous les temps, le gouverneur de l'univers. Et Matthieu commence dès le tout début de cet Evangile à le faire à travers le regard qu'Il pose sur Jésus-Christ. Il démarre ainsi et suit le flux de la souveraineté du Christ, la royauté du Christ, la régence du Christ et se contente de continuer dans cette lancée à travers tous les 28 chapitres.

Et même à travers tout ce qui entoure la naissance de Jésus-Christ, Matthieu met une emphase particulière pour nous amener à voir Jésus comme roi. C'est ainsi qu'au chapitre 1, vous vous en souviendrez, il présente Jésus comme roi en vertu de sa naissance. Et il remonte soigneusement la généalogie royale en commençant au 1:1 de Matthieu et en descendant jusqu'au verset 17. Nous découvrons que Jésus est issu d'une semence royale. Il est né d'une lignée royale. Il avait le droit de régner, le droit de gouverner en Israël.

Nous avons également vu que Sa naissance virginale au chapitre 1:18-25 était une confirmation de Son droit au trône. Dieu a contourné une certaine malédiction à travers la naissance virginale qui a libéré Christ de la disqualification et Lui a conservé le droit d'accès au trône. Ainsi dans la généalogie tout comme dans le caractère unique de la naissance virginale, nous apprenons que Matthieu insiste sur le fait que Christ est roi.

A présent, tandis que nous parvenons au chapitre 2, nous réalisons que Matthieu continue de mettre l'accent sur la royauté de Jésus. Et il le fait vraiment de deux manières. Premièrement, nous l'avons vu dans les 12 premiers versets. Il présente la souverainteté du Christ en ceci qu'il fait venir ces Mages qui sont des identificateurs officiels de monarques du monde oriental et qu'ils reconnaissent Christ comme roi.

Autrement dit, c'est la manière de Matthieu de dire: Il est roi parce que c'est ce que le monde a affirmé. Et le monde est représenté par ces hommes sages, ces Mages qui sont venus de l'Orient. C'étaient des fonctionnaires perses chargés d'établir les rois. Personne ne pouvait devenir roi dans cette partie du monde s'ils ne le déclaraient pas et quand ils disaient qu'un individu était roi, eh bien il l'était vraiment.

Ainsi, Matthieu dit que même les faiseurs de monarques perses L'ont vu comme roi et sont venus L'adorer, Lui offrant des cadeaux constitués d'or, d'encens et de myrrhe d'après le verset 11. Et bien entendu, le premier de ces cadeaux, l'or, étant approprié pour un roi.

Et il y a une seconde manière par laquelle nous avons vu les choses se dérouler dans ce chapitre qui prouve qu'Il est un roi et c'est par l'opposition d'Hérode. S'Il n'avait pas été roi et s'Il n'avait pas eu le droit de régner eh bien pour quelle raison est-ce qu'Hérode se serait mis dans une telle colère? C'est une approche détournée que Matthieu fait mais qui néanmoins conforte son idée. Il est roi non seulement en vertu de l'hommage qui Lui est rendu mais aussi et également à cause de la haine manifestée à Son endroit.

On peut voir Sa souveraineté du fait que ces importants personnages L'ont reconnu comme tel mais également parce que le roi en place, le faux roi, l'usurpateur qu'était Hérode et qui n'avait aucun droit de gouverner en Israël puisqu'il était édomite et même pas juif se sent sérieusement menacé par l'existence de Celui qu'il craint qui ait véritablement le droit de devenir roi d'Israël. Ainsi donc, par l'hommage et par la haine, Matthieu montre la royauté de Jésus-Christ. C'était une raison d'adorer et pour Hérode, c'était une raison d'avoir peur.

Et ensuite, il y a une troisième menace qui se dessine à travers le troisième chapitre dans la présentation de la royauté de Jésus-Christ, et c'est la crainte qu'Il accomplisse la prophétie messianique. Dans l'Ancien Testament, Dieu a établi un certain nombre de prophéties concernant le roi qui allait arriver. Matthieu sélectionne quatre de ces prophéties – et nous les examinerons ce soir – il choisit donc quatre de ces prophéties pour dire, d'une autre manière, que c'est vraiment Lui le roi.

Il est roi parce qu'Il est né roi. Il est roi à travers la naissance virginale. Il est roi parce qu'Il possède la généalogie d'un roi. Il est roi parce que les faiseurs de rois perses L'ont vu comme tel. Il est roi et le fait que Hérode craigne qu'Il prenne son trône le démontre. Et Il est roi parce qu'Il accomplit les prophéties royales, les prophéties concernant celui qui devait venir.

Et Matthieu continue donc de renforcer la royauté de Jésus-Christ. Et dans notre texte de ce soir, nous verrons jusqu'où Hérode est allé pour tuer Celui qu'il craignait qui avait réellement droit au trône. Nous verrons cette menace et nous verrons également l'accomplissement de ces quatre prophéties à travers lesquelles le roi annoncé est présenté.

Permettez-moi à présent d'ajouter ceci. Environ 332 prophéties ont été faites dans l'Ancien Testament au sujet de Jésus-Christ. Jésus-Christ accomplit quelque chose comme 330 ou 332 prophéties. Matthieu se contente de n'en choisir que quatre, mais ces quatre sont si uniques et si complexes qu'il n'y a strictement aucun moyen qu'elles aient pu se produire de manière accidentelle. Il n'est absolument pas possible que ces quatre choses aient pu se réaliser avec un quelconque individu par hasard. La probabilité est si infime qu'elle ne pourrait pas s'exprimer en nombre bien qu'il n'y ait que quatre prophéties. Et quand on se dit qu'il y en a environ 332, cela dépasse tout simplement notre entendement.

Maintenant, le style et la structure de ces quatre prophéties m'indiquent, au moins, qu'il s'agit d'une unité littéraire et que Matthieu le fait pour une raison. Dans ce passage, Matthieu ne se contente pas de déambuler en attrapant des choses au vol par ci par là. Il s'investit vraiment dans la présentation de ces quatre choses et elles évoluent magnifiquement bien à travers le deuxième chapitre pour nous présenter quatre caractéristiques du roi.

A présent, remarquez ceci: chacun de ces éléments est attaché à un lieu géographique. Et, une fois encore, cela nous permet de voir que Matthieu dévéloppe réellement une idée littéraire dans ce passage. Chacun d'entre un a une localisation géographique et ils se focalisent tous sur Jésus-Christ. Les quatre lieux dont il parle sont donc Bethléem, l'Egypte, Rama et Nazareth.

En fait, ces quatre lieux vont avoir une importance significative dans la naissance du Christ. Cela en lui-même constitue quelque chose d'étonnant. La plupart des gens s'associent à un seul lieu pour ce qui concerne leur naissance. Jésus, est-il dit dans l'Ancien Testament, l'Oint, le Messie, le Mashiah, le Christ, le Roi, Celui qui devait venir, le Grand Prophète serait associé à Bethléem, l'Egypte, Rama et Nazareth.

Et chacun de ces quatre endroits allait avoir une certaine signification dans Sa naissance. Et comme je l'ai dit, la possibilité qu'un quelconque individu puisse avoir cela dans cet ordre, dans cette séquence et comme cela apparaît ici est infinitésimale. C'est donc forcément conforme au plan de Dieu. Et cela devient l'une des plus grandes preuves, dans tout l'Evangile de Matthieu, de la royauté de Jésus-Christ.

Examinons-les à présent. Elles sont si précises qu'elles disqualifient n'importe quel imposteur et confirment le prétendant légitime au trône: le Seigneur Lui-même. Commençons avec le premier. Nous appellerons cela la naissance à Bethléem. La naissance à Bethléem. Et pour cela, nous allons revenir en arrière pour pouvoir passer du temps aux versets 4 à 6 parce qu'il s'agit de la première unité, en considérant les choses à partir de cette perspective.

Et ici, nous revenons sur ce que nous avons vu au cours de nos dernières études, le verset 4. Hérode est en colère tandis que les Mages arrivent à Jérusalem et qu'ils cherchent ce roi qui, disent-ils, est né. Ils ont vu Son étoile à l'est et ils savent qu'Il est déjà là. Et ils veulent savoir où Il se trouve. Ils arrivent en compagnie de ces soldats perses, de cette cavalerie persane et tout le reste et Hérode est vraiment furieux.

La première étape dans l'esprit d'Hérode consiste à déterminer où ce roi redoutable est supposé naître. Il lui faut absolument retrouver ce bébé et le tuer. Bien qu'il soit au terme de sa vie, il est si paranoiaque au sujet de son pouvoir et de sa position qu'il veut en finir avec le bébé. Ainsi, au verset 4, “Il assembla tous les principaux sacrificateurs et les scribes du peuple, et il s'informa auprès d'eux où devait naître le Christ."

N'est-ce pas curieux qu'il assimile ce roi des juifs dont parlent les Mages au Christ, le Messie, Celui qui est oint? Il le savait, tout comme eux, qu'il s'agissait d'une seule et même personne. Et il avait donc peur. Il avait entendu suffisamment de prohéties juives. Il avait suffisamment été exposé au judaïsme pendant ses années de règne pour savoir qu'ils attendaient un Messie.

Et à présent qu'il savait que le Messie était là ou du moins craignait qu'Il soit arrivé, il cherchait à le localiser précisément pour pouvoir éliminer ce bébé. Il a donc convoqué une importante réunion des principaux sacrificateurs qui étaient des politiciens et des scribes qui étaient des théologiens pour leur demander où Il était né ou était supposé naître.

Verset 5: “Ils lui dirent : A Bethléem en Judée; car voici ce qui a été écrit par le prophète ». Michée était le prophète qui avait écrit cela. Le prophète Michée. En fait, cela est dit dans Michée 5:2. Permettez-moi cependant de vous parler un peu de Michée parce que vous devez le savoir tandis que nous examinons la prophétie. Michée était un prophète qui annonçait le jugement d'une voix forte. Et les jugements annoncés par Michée visaient les faux prophètes, les mauvais dirigeants et les faux enseignants de son époque.

Dans Michée chapitre 2, par exemple, au verset 1. “Malheur à ceux qui méditent l'iniquité et qui forgent le mal Sur leur couche ! Au point du jour ils l'exécutent, quand ils ont le pouvoir en main. Ils convoitent des champs, et ils s'en emparent, des maisons, et ils les enlèvent; ils portent leur violence sur l'homme et sur sa maison, sur l'homme et sur son héritage. C'est pourquoi ainsi parle l’Éternel : Voici, je médite contre cette race un malheur; vous n'en préserverez pas vos cous, et vous ne marcherez pas la tête levée, Car ces temps seront mauvais."

Autrement dit, il a regardé ces dirigeants, ces seigneurs, ces princes, ces gouverneurs qui usurpaient des terres et s'accaparaient des champs, prenaient possession des maisons, faisant ce qu'on pourrait peut-être appeler de la dictature et agissant de manière tyranique. Et il déclare, “Je vais vous juger.” Chapitre 3, verset 1. “Je dis : Ecoutez, chefs de Jacob, et princes de la maison d'Israël ! N'est-ce pas à vous à connaître la justice ? Vous haïssez le bien et vous aimez le mal; vous leur arrachez la peau et la chair de dessus les os. Ils dévorent la chair de mon peuple, lui arrachent la peau, et lui brisent les os; ils le mettent en pièces comme ce qu'on cuit dans un pot, comme de la viande dans une chaudière."

Mince, c'est très vivant. Il dit, “Vous déchirez littéralement mon peuple, arrachant sa peau, séparant sa chair de ses os et les mangeant et les faisant bouillir dans une marmite.” C'est le début du jugement de Dieu. Verset 9 de 3, “Ecoutez donc ceci, chefs de la maison de Jacob, et princes de la maison d'Israël, vous qui avez en horreur la justice, et qui pervertissez tout ce qui est droit, vous qui bâtissez Sion avec le sang, et Jérusalem avec l'iniquité !

"Ses chefs jugent pour des présents, ses sacrificateurs enseignent pour un salaire, et ses prophètes prédisent pour de l'argent; et ils osent s'appuyer sur l’Éternel, ils disent : L’Éternel n'est-il pas au milieu de nous? Le malheur ne nous atteindra pas.

"C'est pourquoi, à cause de vous, Sion sera labourée comme un champ, Jérusalem deviendra un monceau de pierres, et la montagne du temple une sommité couverte de bois." Elle deviendra stérile."

Ce sont donc les jugements que Michée a annoncés vigoureusement contre les faux enseignants. Après l'avoir fait, il se projette vers une ère dans le futur où il devait venir un véritable enseignant, une époque où allait arriver un véritable dirigeant et un vrai roi qui allait régner avec bonté et justice. Et il parle de Lui plus loin dans le livre. Et en parlant de cette personne qui devait venir, ce grand et glorieux personnage qui devait arriver dans les derniers jours tandis qu'il commence le chapitre 4, il s'ouvre pour considérer les derniers jours.

Et pendant qu'il parle de celui qui allait venir, nous arrivons à 5:2. Et en parvenant à 5:2, nous nous apercevons qu'il s'agit du lieu où Celui qui était annoncé devait naître. “Et toi, Bethléhem Ephrata, petite entre les milliers de Juda, de toi sortira pour moi Celui qui dominera sur Israël, et dont l'origine remonte aux temps anciens, aux jours de l'éternité.”

Et voici le roi éternel, le Fils de Dieu, la seconde personne éternelle de la Trinité, qui doit naître et elle doit naître dans un petit endroit qu'on appelle Bethléem, petit parmi les milliers de villes et de villages de la Judée. Ainsi, tandis que Michée abaisse ses regards à travers les siècles, il voit la naissance du roi, il voit la naissance du roi en lien avec un lieu obscur.

C'est donc la première prophétie que Matthieu aborde et juste pour s'assurer que l'accent est bien mis là où il faut, et de toutes façons, je ne pense pas que les chefs des prêtres et les spécialistes de la loi aient vraiment cité ce texte. Je pense qu'ils se sont contentés de dire au verset 5 – regardez cela, Matthieu 2:5. “Et ils lui dirent: à Bethléhem, ville de Judée; car il est ainsi écrit par un Prophète." (Martin)

Et ensuite, je crois que Matthieu ajoute le verset 6. Matthieu donne la citation: “Et toi, Bethléhem, terre de Juda, tu n'es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, car de toi sortira un chef qui paîtra Israël, mon peuple." Et Matthieu prend une petite liberté d'inspiration étant donné que le Saint-Esprit l'a inspiré autant et également que Michée et il a le droit de retoucher un petit peu la prophétie de Michée et de rajouter certaines choses qui sont spécifiquement déclarées pour cette époque, tout en faisant référence à Michée.

Et ainsi donc, Matthieu cite Michée 5:2 et indique que Jésus sortirait de Bethléem. Bethléem, petit et insignifiant d'où personne ne pouvait s'attendre à ce que sorte un grand monarque, où personne ne rechercherait un roi. Et c'est exactement de là que viendra le roi. Le roi vient de Bethléem. La naissance a lieu à Bethléem. Notez-le. Aucune personne, à travers toute l'histoire de la relation entre Dieu et Israël, qui ait jamais revendiqué être le Messie n'a aucun droit de le faire à moins d'être né à Bethléem. C'est le lieu indiqué. Le roi vient à Bethléem. La naissance y a lieu.

Passons maintenant à la seconde porphétie. Nous en avons déjà parlé en profondeur. La naissance à Bethléem. Et dans cette naissance, nous voyons l'hommage rendu par les sages, la haine d'Hérode. Mais nous voyons la première prophétie s'accomplir. Cela importe pour Matthieu. Le roi allait venir de Bethléem. Notez-le. C'est ce que Jésus a fait.

A présent, le numéro deux – la première c'est la naissance à Bethléem. J'appelle la deuxième l'exode en Egypte. L'exode en Egypte. Nous sommes maintenant au verset 13. Et nous prenons le texte là où nous n'avons pas encore été. Verset 13. Ceci est souvent appelé “la fuite en Egypte”.

Et je pense souvent à l'image qu'un petit garçon a dessinée dans une classe de l'école du dimanche. L'enseignante avait dit: “J'aimerais que vous dessiniez la fuite en Egypte et cela doit être conforme au récit de la Bible”. C'est ainsi qu'un petit garçon a rendu une image et quand l'enseignante l'a vue, elle était effarée. Il avait représenté un jet 727 avec quatre personnes dans le cockpit.

Elle a regardé le petit enfant et a dit: “Qu'est-ce que c'est?” Il a répondu: “C'est le vol/la fuite en Egypte”. Elle dit: “Eh bien, qui sont ces gens?” “Oh,” a-t-il répondu, “Il s'agit de Joseph, Marie et du bébé Jésus.” Et elle a demandé, “Mais c'est qui cette autre personne?” Et il a dit: “Oh, il s'agit de Ponce, le pilote.” Ce n'est pas exactement la fuite en Egypte selon la Bible.

Que se passe-t-il lors de l'exode en Egypte? C'est fabuleux, un accomplissement fascinant de la prophétie. L'arrivée des Mages, je crois que lorsque les Mages sont enfin arrivés à Bethléem au moment où ils se trouvaient déjà dans une maison et que l'enfant était âgé de quelques mois, je pense que cela a dû être un moment de grande joie, un moment de grande consolation parce que jusque-là et autant que nous sachions d'après les récits bibliques, Joseph et Marie n'avaient pas encore eu de confirmation de ce puissant message qu'ils avaient entendu de l'ange.

Dieu à travers l'ange leur avait effectivement fait savoir que cet enfant allait être le Fils de Dieu, Emmanuel, Dieu avec nous, le Sauveur et tout cela. Mais j'imagine que finalement, lorsque les Mages sont arrivés et l'ont affirmé et confirmé, cela a été un grand moment d'assurance, un grand moment de joie, un grand moment d'attente positive dans les coeurs. Ils ont alors dû se rappeler des merveilleuses paroles que l'ange avait déclarées à Joseph, les paroles de Gabriel à Marie, celles d'Elisabeth à Marie, des bergers à Joseph et Marie, les paroles de Siméon et ils ont pensé, tout cela est bel et bien vrai.

Et ici, cela est confirmé par ces hommes. Cependant Siméon, vous vous rappelez, avait aussi dit qu'une épée transpercerait l'âme de Marie. Et peu de temps après cela, les sages arrivent et c'était une confirmation totale, la joie, le bonheur, l'optimisme, l'émerveillement et ils étaient tellement ravis et rassurés de savoir qu'ils étaient effectivement sur la bonne voie et ces gens venus d'orient le confirmaient. Mais il n'a pas fallu beaucoup de temps pour que l'épée soit dégainée et commence à transpercer.

Et nous trouvons immédiatement cela au verset 13. “Lorsqu'ils furent partis," C'est-à-dire les hommes sages, les Mages - "voici, un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, et dit:" - et rappelez-vous que ceci n'est pas un rêve ordinaire. Il s'agit d'un état de semi-conscience dans lequel il n'y a pas d'idée conçue dans l'imagination de l'esprit humain.

Il y a une véritable rencontre avec un ange quelque chose qui est unique aux époques de révélation biblique. La même chose est arrivée à Pierre tandis qu'il essayait de se reposer sur le toit à Joppé. Et cela s'est souvent produit. C'est arrivé à Daniel, Abimelec, Jacob, Joseph, Laban, le majordome et le boulanger. Cela est même aussi arrivé au pharaon.

Il y a des moments où Dieu le fait, et c'est l'une de ces occasions. Et il y a eu plusieurs fois où Il a parlé dans un rêve par rapport à la naissance du Christ. C'était donc une sorte de rêve particulier. Et un ange est apparu à Joseph et a dit: “Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère,” - et remarquez que chaque fois que vous verrez ces deux ensemble, il y aura toujours l'enfant désigné en premier parce que c'est Lui le récit - “fuis en Egypte, et restes-y jusqu'à ce que je te parle; car Hérode cherchera le petit enfant pour le faire périr.”

D'après le début du verset, les sages ou les Mages étaient repartis. Une fois qu'ils s'en sont allés, Dieu les a avertis, dit le verset 12, également dans un rêve “ de ne pas retourner vers Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin. » Les intrigues des hommes ne peuvent pas entraver les plans de Dieu. Tout comme Dieu a empêché le pharaon de détruire les israélites grâce à une intervention de Sa part, de même Joseph a été divinement averti de s'enfuir, de même que les Mages.

Dieu protège Son Fils. Dieu protège le Messie. Et le pays d'Egypte qui autrefois avait été un lieu de servitude et d'oppression devient un asile. Il devient un foyer. Il devient une cachette. Il devient un refuge pour la petite famille qui échappe à un danger imminent.

Le mot “partis” est intéressant, tout simplement en guise de note. Le terme est anachōreō, pas que cela soit important sauf peut-être pour vous qui apprenez le grec, il est cependant utilisé ailleurs dans l'Evangile de Matthieu à deux reprises. Et les deux fois, il signifie s'enfuir loin d'un danger. Il s'agit d'un terme spécifique qui suppose un danger. S'enfuir ou s'en aller ou s'éloigner d'un danger.

En fait, question de vous donner une illustration, Matthieu 4:12, “Jésus, ayant appris que Jean avait été livré, se retira dans la Galilée.” Autrement dit, Jésus savait qu'Il était en danger lorsqu'Il a appris que Jean avait été jété en prison, par conséquent Il s'est retiré. C'est un mot qui veut dire fuir face au danger. Ils ont donc réalisé le danger et se sont enfuis. Ils ont emprunté un autre chemin pour retourner dans leur pays. Et lorsqu'ils sont partis, l'ange est à nouveau venu et a demandé à Joseph de s'enfuir. Remarquez le mot – il dit, “Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis”.

Un mot grec intéressant, pheuge, à partir duquel nous obtenons quoi? Fugitif. Fuis. C'est le présent de l'impératif, ce qui signifie qu'il s'agit d'une action continue. “Commence le processus de la fuite.” Il s'agissait d'un long voyage, 75 miles jusqu'à la frontière égyptienne et au moins 100 miles plus loin à l'intérieur du pays. Ils ont pu parcourir 175 miles et cela prenait des jours et des semaines parce qu'ils ne pouvaient pas aller très vite avec un bébé. Et ils devaient s'enfuir en Egypte, un voyage de beaucoup, beaucoup de jours.

Laissez-moi à présent parler de l'Egypte pendant un instant à ce niveau du récit pour que vous compreniez ce qui se passe. L'Egypte était un asile naturel du peuple juif, surtout à l'époque de la révolte macabéenne. Permettez-moi de vous donner rapidement un arrière-plan historique. Cela ne me prendra que 30 secondes.

Entre l'Ancien Testament et le Nouveau Testament, il y a eu une période en Israël pendant laquelle le gouvernement grec était au pouvoir. Nous trouvons Rome au pouvoir dans le Nouveau Testament. Babylone et la Médo-Perse constituaient des anciennes puissances. La petite brèche au milieu se rapporte au pouvoir grec. Il y a eu une révolte à l'époque des grecs. Cette révolution était menée par des gens appelés les Maccabées, une famille juive. Ils ont en quelque sorte entretenu la révolution. Et à partir de l'époque de cette révolution maccabéenne et ce qu'on désigne par la période intertestamentale, plusieurs juifs se sont mis à s'exiler en Egypte.

Et même avant cela, - maintenant, notez ceci – bien avant cela, Alexandre le Grand avait autorisé les juifs à séjourner en Egypte. En fait, dans une ville égyptienne en particulier qui était sa ville spéciale, avez-vous déjà entendu parler d'Alexandrie? Il lui a donné son nom. Ainsi, lorsqu'il a conquis l'Egypte, Alexandre le Grand a établi cette ville, Alexandrie, et il a autorisé les juifs à avoir cette ville comme lieu de refuge. Ils pouvaient s'y rendre. Ils pouvaient y aller. Ils pouvaient peupler/occuper cet endroit. Et beaucoup de juifs s'étaient enfuis.

En fait, plusieurs historiens pensent que la communauté Qumran – la communauté Qumran est cette communauté qui était située, c'est une espèce de groupe d'ermites juifs ascétique et monastique qui vivaient le long de la Mer Morte. Ils constituaient les scribes qui faisaient les copies de l'Ancien Testament qui ont été trouvées et qu'on appelle maintenant les Rouleaux de la Mer Morte. C'est venu de la communauté Qumran.

Et la plupart des historiens croient que la communauté Qumran n'est jamais revenue, ils s'étaient enfuis bien avant et ne sont rentrés que longtemps après la mort d'Hérode. Tant que Hérode est resté au pouvoir, un nombre grandissant de juifs s'est enfui en Egypte. Cela a démarré à l'époque des Maccabées et ensuite, il y a eu un filet de gens qui revenait. Puis, sous Hérode, il y a eu un plus grand nombre. Et la plupart des gens pensent que ce n'est qu'à partir de 31 av. J.-C. que la communauté Qumran s'est enfin renfloué pour rentrer après la mort d'Hérode.

Donc, en principe, les fugitifs se rendaient directement dans le sud de l'Egypte. Ce qui fait qu'il s'est littéralement rempli de résidents juifs, à partir de cette époque des Maccabées. Et ils avaient les mêmes privilèges. En fait, Alexandre le Grand avait dit: “Nous leur donnerons les mêmes privilèges que les Macédoniens.” Il était macédonien.

Je crois qu'il est également intéressant que vous vous souveniez qu'en 150 av. J.-C. - c'est-à-dire 150 ans avant Jésus-Christ – les juifs ont en fait reçu leur propre temple en Egypte, il leur a été construit un temple à part entière là-bas pour leur permettre de s'épanouir en tant que communauté. Et au fait, en 40 apr. J.-C., ce qui signifie tout juste après la mort du Christ, Philo l'historien dit qu'au moins 1 million de juifs vivaient en Egypte.

L'Egypte comptait donc une population plutôt importante de juifs et c'était un refuge et un lieu sûr et un lieu de sécurité où Il n'aurait rien à craindre. Et personnellement, je crois que les offrandes d'or, d'encens et de myrrhe constituaient la provision de Dieu pour la petite famille afin de leur permettre de vivre en Egypte étant donné que ces présents avaient de la valeur et qu'ils pouvaient sans aucun doute les vendre ou les troquer contre ce dont ils avaient besoin pour vivre, au moins jusqu'à ce que Joseph parvienne à trouver un travail au cours des mois qu'ils y ont passés.

Cependant, la principale raison pour laquelle ils ont été orientés là-bas n'était pas parce que c'était un bel endroit où les juifs pouvaient résider, ni pour pouvoir sortir de l'oppression d'Hérode. La principale raison pour laquelle ils s'y sont rendus c'est parce que c'était exactement là où l'Ancien Testament avait dit que le Messie devait aller. Toutefois, je ne suis pas certain qu'ils l'aient su à ce moment. En fait, je suis assez certain qu'ils ne le savaient pas à cause de l'obscurité du texte de l'Ancien Testament. Pourtant, Dieu le savait et Il réalisait le plan.

Vous savez, il y a de cela quelques années quand j'étais plus jeune, je me demandais souvent pour quelle raison ils ont dû se rendre en Egypte. Pourquoi est-ce que Dieu n'a pas – vous savez, il m'arrivait de lire au sujet des occasions où Jésus est passé au milieu d'une multitude de gens sans qu'on puisse Lui mettre la main dessus. Et puis j'ai lu au sujet de Philippe qui se trouvait à Gaza et puis le Saint-Esprit l'a pris dans une espèce de, je ne sais pas, de vaisseau spatial et l'a déposé dans le désert. Il était là haut dans le nord et l'Esprit de Dieu l'a emmené en bas dans une région désertique.

Je me suis souvent dit en moi-même, “Eh bien, pourquoi Dieu n'a-t-Il pas fait ça? N'aurait-il pas suffit d'empaqueter cette petite famille, de les lancer dans l'espace en les tenant fermement si besoin, un peu comme un hélicoptère divin jusqu'à ce que tout rentre dans l'ordre et ensuite, les reposer ?" Ou encore, "Pourquoi étaient-ils obligés de faire ce long voyage ?"

Je me dis que cela faisait tout simplement partie de l'humanité. Ça faisait partie de l'identification aux vicissitudes de la vie. Il s'agissait d'un enfant comme tout autre, qui avait besoin des soins de son père et de sa mère. Et ils ont dû s'en occuper. Ils ont dû bouger, ils ont dû marcher et porter le bébé comme on porterait n'importe quel autre enfant ordinaire. C'est une partie intégrante de l'incarnation, Dieu devenant homme et l'expérience humaine était requise sur tous les plans. Je pense donc qu'ils ont seulement fait ce que n'importe quelle autre famille aurait fait à leur place.

Cependant, Hérode voulait les tuer et Hérode n'était qu'un pion. Il ne s'agissait pas vraiment d'Hérode. C'était le diable. Il s'agissait de Satan qui est un meurtrier. Lisez Apocalypse 12 et vous trouverez dans Apocalypse 12, tout le récit de la manière dont le diable continue de vouloir éliminer Christ. Dans Apocalypse 12, le dragon poursuit l'enfant, avec l'intention de le tuer.

Et ils ont donc été envoyés en Egypte, et remarquez la fin du verset, “et restes-y jusqu'à ce que je te parle; car Hérode cherchera le petit enfant pour le faire périr." Dieu connaissait les intentions d'Hérode. Dieu connaissait le complot d'Hérode. Il ne pouvait pas faire l'hypocrite avec Dieu. Il ne pouvait pas du tout duper Dieu. L'ange avait dit: “Je reviendrais. Quant à vous, restez-y jusqu'à ce que je revienne et vous en dise davantage.” Il y avait donc la promesse du retour de l'ange.

Maintenant, braves gens, il est absolument incroyable que certains individus dont le cerveau a la taille d'un pois chiche aient sorti une histoire sur ce qui s'est déroulé en Egypte. Permettez-moi tout simplement de dire ceci. La seule chose que nous savons au sujet de ce qui s'est passé en Egypte se trouve au verset 13. Cependant, cela vous en dit-il long? “fuis en Egypte, et restes-y jusqu'à ce que je te parle". C'est tout. Et pourtant, il y a littéralement des tomes écrits au sujet de ce qui s'est passé en Egypte.

En fait, il y a un livre intitulé The Gospel of the Infancy of Our Lord (L'Evangile de l'Enfance de Notre Seigneur) qui parle de Sa vie en Egypte. Il s'agit d'une oeuvre fallacieuse ou fictive tout comme plusieurs autres livres bidons qui se sont multipliés au début. Toutefois, il est dit que partout où le bébé est passé, les idoles sont systématiquement tombées. Il raconte que lorsque Jésus était encore très petit et en Egypte, Il a couru vers un prêtre égyptien dont l'enfant de trois ans était possédé par des démons, et Jésus a pris un morceau de Son lange – Il allait encore à quatre pattes – et Il a mis le lange sur la tête de cet enfant de trois ans qui était possédé et instantanément, il a été délivré.

Et partout où Marie s'est rendue – et où l'Agneau n'était pas sûr de se rendre. Il s'agit d'un autre récit mensonger. Partout où Marie allait, quiconque la regardait était guéri. Et partout où l'enfant allait, les voleurs s'enfuyaient dans le désert. Et tous genres de maladies disparaissaient partout où Il allait. C'est de la folie pure. Nous ne savons rien de tout cela.

Celsus est cité par Origène, le père de l'église primitive, comme affirmant ceci: “Jésus après avoir été élevé comme un enfant illégitime et après avoir servi en Egypte où Il a eu connaissance de certains pouvoirs miraculeux est donc retourné dans Son pays et au moyen de ces pouvoirs S'est autoproclamé dieu.” Autrement dit, Il se serait rendu en Egypte pour apprendre la magie.

Et vous savez ce que dit le Talmud? Le Talmud juif dit ceci: “Dix mesures de sorcellerie sont descendues dans le monde. L'Egypte en a reçu neuf et le reste du monde une seule.” Pour les rabbins juifs du Talmud, l'Egypte était le centre de la sorcellerie. Et plusieurs juifs avaient enseigné que Jésus s'est rendu en Egypte quand Il était jeune, y a appris la sorcellerie, est revenu et a fait croire au monde qu'Il était le Messie.

Il s'agit donc d'une doctrine juive concernant Jésus-Christ. Et ils puisent tout cela entre les lignes du verset 13. Il est allé en Egypte. Eh bien, tout ce que nous savons à ce sujet c'est qu'Il est allé en Egypte et c'est tout ce que nous savons. Et Il y est resté. Mais croyez-moi, Il n'a pas appris la sorcellerie pour venir tromper le monde avec Sa magie. Il s'est rendu en Egypte parce que cela faisait partie de la prophétie.

Joseph a obéi à l'ange. Verset 14. “Joseph se leva, prit de nuit le petit enfant et sa mère, et se retira en Égypte." Il est parti. Dans l'obscurité, il est dit de nuit. Ils se sont échappés. Et je suis certain qu'ils n'ont informé personne car si une parole leur avait échappé au rythme où ils allaient, qui était tellement lent, les soldats d'Hérode auraient vite fait de retrouver leurs traces. Cela aurait été un désastre. Je me dis donc qu'ils ont profité de la nuit pour s'en aller et ils n'ont dit mot à personne. Et à propos, Matthieu évite de donner les détails parce qu'il ne se préoccupe pas des détails. Ce qui l'intéresse c'est la prophétie.

Regardez à présent le verset 15. “Il y resta" – parti en Egypte - et "Il y resta jusqu'à la mort d'Hérode, ». Arrêtez-vous là. Ils y sont restés jusqu'à ce que Hérode meurt. Et je ne pense pas que ça ait été très long. Il est mort peu de temps après la Pâque en mars ou avril de l'an 4 avant Jésus-Christ. Ça devrait être un moment très bref, peut-être quelques mois. C'est difficile d'en être certain mais ça devrait être une bonne estimation.

Regardez le verset 19, qui le reprend une fois de plus. Il est dit : "Quand Hérode fut mort, voici, un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, en Égypte". Ainsi, c'est à la mort d'Hérode que l'ange est revenu et a dit : "A présent, tout va bien. Vous pouvez y aller." Donc, quelque temps après leur départ, Hérode est mort. Et ensuite, l'ange est apparu. Mais pourquoi sont-ils partis en Égypte ? Quelle était cette prophétie ?

Regardez la fin du verset 15. Tout ceci non pas pour qu'ils soient préservés. Eh bien, Dieu aurait pu le faire comme bon Lui semblait. Voyez-vous, Dieu voulait authentifier l'accréditation du Messie. Il a donc rattaché cela à la prophétie. Et il est dit, "afin que s'accomplît ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète".

Ecoutez, c'est l'une des affirmations les plus importantes que vous trouverez n'importe où dans la Bible, parce que cela vous fait savoir que les prophètes qui ont rédigé les pages de la Parole de Dieu étaient inspirés par Dieu Lui-même. “Ce dont le Seigneur avait parlé par un Prophète, disant: J'ai appelé mon Fils hors d’Égypte." (Martin)

En d'autres termes, le prophète de l'Ancien Testament disait que le Fils, le Roi, l'Oint, le Mashiah, le Christ allait sortir d'Egypte. Eh bien, écoutez, comment est-ce qu'un enfant pouvait sortir de Bethléem et d'Egypte à moins que Dieu n'intervienne dans des circonstances merveilleuses? Dieu avait tout orchestré depuis longtemps avec Alexandre le Grand. Dieu avait préparé l'Egypte pour un séjour de quelques mois quand Il allait y arriver enfant. Dieu gère l'histoire et tout converge dans Son plan. “J'ai appelé mon Fils hors d’Égypte." D'où cela est-il tiré ? Osée 11:1. Osée 11:1.

A présent, j'aimerais vous faire voir quelque chose dans le contexte de cette prophétie. Osée 11:1 déclare: “Quand Israël était jeune, je l'aimais, et j'appelai mon fils hors d’Égypte." Remarquez maintenant quelque chose de très intéressant ici. A qui fait-il référence dans Osée 11:1 ? Qui est le fils dans ce passage ? Israël. Qui est le Fils ici ? Christ. Comment est-ce possible ? Certaines personnes ont dit, « Attendez une minute. Lorsque la prophétie a été faite, elle a été donnée comme faisant allusion à une affirmation historique concernant Israël. Il n'y a même pas de prophétie dans ce passage. Il s'agit d'un élément du passé. » “Quand Israël était jeune, je l'aimais, et j'appelai mon fils hors d’Égypte."

Et n'importe quel érudit de la Bible qui étudierait ce livre d'Osée vous dira tout simplement qu'il renvoie à l'époque où Dieu a appelé Israël hors de la servitude égyptienne. Maintenant, c'est quoi la prophétie? Ce n'est pas le futur. Comment est-ce que cela se connecte à cette chose? Eh bien c'est ce que nous voulons aborder. Laissez-moi vous donner le message d'Osée pendant une minute.

C'est l'un de mes prophètes préférés et je suis certain qu'il deviendra également l'un de vos favoris si vous lisez attentivement son livre. Le message d'Osée est un message d'échec. C'est un message de décadence. Il est question d'une tragédie en Israël. Osée regarde Israël et dit: “Vous avez été désobéissants. Vous vous êtes montrés infidèles. Vous avez péché. Vous avez échoué.” En fait, il dit: “Vous êtes une prostituée spirituelle. Spirituellement parlant, vous êtes une femme de petite vertu. Vous êtes une femme adultère sur le plan spirituel”. C'est ce qu'il déclare à Israël. En fait, c'est la pire condition qu'Israël ait jamais connue au moment où Osée écrit.

Il déverse ensuite ces jugements contre Israël: “Toi, prostituée, toi femme adultère, toi femme de petite vertu, toi salope”. Tels sont des termes qu'il emploie. “Voici ce que tu as été. Infidèle au Dieu qui t'a prise en fiançailles, courant après des faux dieux qui sont devenus tes amants.”

Osée illustre cela de manière véritablement tragique par sa propre vie. Dieu a occasionné dans la vie d'Osée l'expérience personnelle la plus terrible que vous puissiez jamais imaginer. Il a épousé une femme. Son nom était Gomer. C'est un mauvais départ. Quoiqu'il en soit, il l'a épousée. Et elle était infidèle et est devenue ce que la Bible appelle une “femme débauchée”. Elle courait après chacun des amants qu'elle voulait. Elle a suivi tant et tant d'amants que je suis certain qu'Osée a arrêté de compter. Elle a eu des enfants de ces amants et le coeur du pauvre Osée était si plein d'amour pour elle qu'il s'est contenté d'attendre et d'encaisser tous ces abus, ce qui lui a brisé le coeur.

Elle était asservie au péché sexuel et pourtant il l'aimait profondément. Et le cher vieux Osée, au lieu de la rejeter, au lieu de rompre avec elle, au lieu de s'en aller, l'a recherchée dans sa quête honteuse, il l'a trouvée, est allé vers elle et a sorti 15 pièces d'argent et un homer et demi d'orge et il a payé en disant: “Je vais la racheter.” Et il a racheté cette salope. Il a racheté cette prostituée, l'a restaurée à sa position d'épouse, l'a restaurée à la place d'honneur et lui a rendu tout l'amour qu'elle avait rejeté. C'était son expérience personnelle.

Et il dit à Israël, il déclare: “Ecoute, quand je te dis combien le coeur de Dieu est brisé par ton idolâtrie spirituelle, je sais de quoi je parle. J'en ai fait l'expérience.” C'est ce qu'il dit. Tout comme Osée avait épousé Gomer, Dieu était devenu l'époux d'Israël. Tout comme Osée l'aimait, Dieu a aimé Israël. Tout comme Gomer s'est montrée infidèle envers Osée, de même Israël était infidèle à l'Eternel. Tout comme Gomer était esclave de ses amants, de même Israël était asservi à ses idoles. Gomer avait mis sa confiance en ses amoureux et ils l'ont asservie. Israël s'est confié aux idoles et elles l'ont asservi.

Et tout comme le tendre amour d'Osée l'a conduit vers sa femme et l'a ramenée, de même Jéhovah a tendu Sa main d'amour et a ramené le reste qui était disposé à revenir. Voilà le message d'Osée. Ainsi, lorsque le coeur d'Osée a été brisé, lorsqu'il a vu l'idole et la femme de ses rêves détruite sous son nez, après qu'il ait enduré la pire agonie qu'un être humain puisse jamais connaître, alors Dieu a dit: “Osée, tu sais à présent ce que je ressens. Sois donc mon messager. Dis-leur maintenant ce qui est dans mon coeur. Fais-leur comprendre.”

Et cette formation tragique du prophète se trouve au coeur de son message. Et Dieu voudrait qu'Israël comprenne combien Il l'aime et Dieu veut qu'Osée comprenne combien Il l'aime. Dieu aimerait qu'Osée comprenne combien ça fait mal. Et Il dit donc à 11:1, regarde, “Quand Israël était jeune enfant, je l'ai aimé". Cette histoire d'amour pour une femme adultère remonte à l'époque où Israël n'était qu'une enfant. Et c'est à ce moment que « j'ai appelé mon fils hors d’Égypte." Il ne s'agit pas d'une chose récente. Il s'agit bien d'Israël que j'ai commencé à aimer quand il n'était encore qu'un enfant.

En d'autres termes, ce passage met l'accent sur l'incroyable amour que Dieu a pour Israël et qu'Il a toujours eu, depuis l'époque où Israël n'était encore qu'un enfant et esclave en Egypte, retenu sous le pouvoir du Pharaon, c'est donc à ce moment-là que Dieu a établi Son amour et qu'Il a cherché à racheter Son peuple. Deutéronome 32 dit: “Car la portion de l'Eternel, c'est son peuple, Jacob est la part de son héritage”. Il l'a retrouvé dans un pays désert et l'a préservé comme la prunelle de Ses yeux. Dans Exode 4:22, Dieu a dit: “Israël est mon fils, mon premier-né.” Israël est mon premier-né.

Je vais maintenant aller à Matthieu et nous verrons le lien. Lorsque Matthieu cite Osée et applique ce passage à Christ, qu'est-ce qu'il dit? Il déclare ici “afin que s'accomplît ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète : J'ai appelé mon fils hors d’Égypte." Et ici, bien-aimés, vous êtes face à l'un des concepts les plus fabuleux de toute la Bible. Nous appelons cela les « types ». Israël est un type de qui ? Christ.

Savez-vous ce que c'est qu'un type? Un type constitue une prédiction non verbale. C'est une prédiction non verbale. Une prophétie est une prédiction verbale d'un événement futur tandis qu'un type constitue une prédiction non verbale. Il existe des textes dans l'Ancien Testament qui nous disent que Dieu va envoyer un Sauveur qui mourra. Il y a d'autres textes qui ne le disent pas, ils se contentent de nous parler du sacrifice d'un agneau et cependant chaque petit agneau qui est jamais mort constituait une image de qui? Jésus-Christ. Une image non verbale.

Et écoutez-moi, les prédictions non verbales qu'on appelle types dans la Bible ne sont pas moins éloquentes, pas moins puissantes et nullement moins directes qu'une prophétie verbale. L'une de mes études préférées est l'étude des types. Je me souviens avoir produit un document au séminaire que j'ai trouvé tellement enrichissant. J'ai à ce sujet lu un grand livre écrit par Patrick Fairbaim sur les types parce que cela me passionnait. Des efforts grandioses ont été déployés dans ce domaine.

Et je vais vous dire ce que je crois au sujet des types. Je crois – et je suis un peu borné à ce sujet – je crois que les seuls types qui sont légitimes et qui doivent être reconnus comme tels sont ceux qui sont déclarés comme tels dans le Nouveau Testament. D'accord? Autrement, nous ferions des ravages avec l'Ancien Testament. Vous savez, chacun des cheveux sur la tête d'un individu est une image de quelque chose. Nous risquons de disjoncter/déconner si nous ne faisons pas attention.

Je crois donc que les types sont finalement – écoutez-moi à présent – les types ne se realisent que dans le Nouveau Testament et conformément à la définition que les auteurs du Nouveau Testament en donnent. Ce qui fait qu'Israël ne constitue un type que parce que Matthieu, sous l'inspiration du Saint-Esprit dans ce passage, en fait une image du Christ. Ce qu'ils étaient, sans avoir besoin de le dire, constitue une image de ce qu'Il allait être quand Dieu allait appeler Son fils Israël hors d'Egypte. C'est une image de ce qu'Il allait faire quand Dieu allait appeler Son Fils, le Seigneur Jésus-Christ, hors d'Egypte. Vous voyez? Il s'agit d'un type biblique, une prédiction non verbale.

Et au fait, Christ et Israël sont souvent étroitement identifiés dans la parole prophétique. Par exemple, dans le livre d'Esaïe, il est souvent difficile de dire si le serviteur dont il est question c'est Israël ou le Messie parce que les deux sont désignés comme le serviteur de l'Eternel. Israël constitue l'enfant de Dieu et Son premier-né, et il en est de même pour Christ. Israël est appelé hors d'Egypte, tout comme Christ. Une belle image.

Joseph, vous vous souvenez, était un type du Christ parce que le Nouveau Testament le dit. Saviez-vous que même Jonas était un type du Christ puisque le Nouveau Testament déclare que tout comme Jonas a passé trois jours et trois nuits, de même quoi? Le Fils de Dieu restera. Il était une image. Dr Gaeblein dit: “L'histoire d'Israël qui a commencé avec l'Egypte était une histoire de péché, de désobéissance, d'apostasie et de honte. Il fallait donc que le véritable vienne. Le véritable serviteur de l'Eternel dans l'obéissance, l'obéissance jusqu'à la mort, Il a dû revivre l'histoire de Son peuple.” J'aime ça.

Jésus a effectivement revisité l'histoire de Son peuple pour accomplir le type, l'image. Et tout comme le pharaon, ce roi cruel, a tenté de détruire Israël, de même un autre roi cruel du nom d'Hérode a essayé d'éliminer le Fils de Dieu. Tout comme Dieu a protégé Son fils Israël en Egypte et les a délivrés, de même Dieu a protégé Christ, Son Fils, en Egypte et L'a délivré. Le Messie constitue une récapitulation de l'image en Israël, un type. Et croyez-moi, ne sous-estimez jamais la solidité et la nature absolue des types bibliques. Lorsque les auteurs du Nouveau Testament disent qu'il s'agit d'une image, c'est que c'est bien ce que cela est supposé être.

Et je pense qu'il existe un sens dans lequel le type ici représente beaucoup plus qu'un type. En effet, il y a un sens où le lien est beaucoup plus étroit. Israël n'est pas seulement un type du Christ, il existe presqu'un lien indissociable dans ce sens. Voyez-vous, Christ se trouvait alors dans les reins d'Israël, et si Israël n'était pas sorti d'Egypte, Il ne serait jamais venu au monde. Il y était donc réellement, d'une certaine manière. Si Israël avait été détruit, la prophétie messianique ne se serait jamais accomplie. Ainsi, lorsqu'Israël a été appelé à sortir d'Egypte, Christ est Lui aussi sorti avec eux, à cette époque, n'est-ce pas?

Le message d'Osée a donc longtemps été oublié. Le temps de la déchéance a continué jusqu'à l'époque de Jésus. Les jours de la débauche et de la prostitution d'Israël se poursuivaient. Mais, finalement, la prophétie d'Osée est revenue comme une foudre tombe du ciel. “J'ai appelé mon fils hors d’Égypte." Comme par le passé, Dieu a aimé Israël tandis qu'il n'était encore qu'un enfant et l'a sorti d’Égypte. A présent, Son amour se cristallise sur le Messie et Il Le sort d'Égypte.

En fait, laissez-moi vous dire quelque chose, bien-aimés. Le grand prototype du salut dans l'Ancien Testament est le fait que Dieu ait délivré Israël d'Egypte. Voilà le prototype. Permettez-moi d'ajouter une note. Et j'aime cette idée. Quand le Seigneur Jésus reviendra en justice pour régner sur la terre, quand Il viendra comme Roi des rois et Seigneur des seigneurs, avez-vous jamais remarqué ce que les prophètes nous disent? Notez cela, s'il vous plaît. Esaïe 19, Sophonie 3. Esaïe 19 et Sophonie 3. Vous savez ce qu'ils nous disent? Ecoutez ceci. N'ouvrez pas à ces références. Contentez-vous d'écouter.

Quand le Seigneur Jésus reviendra régner en justice sur la terre, l'une des nations qui recevra une position spéciale de bénédiction pendant le règne du millénaire est l'Egypte. Le saviez-vous? Vous dites: “L'Egypte? Mince! Vous voulez dire l'Egypte, l'Egypte qui les a asservis, qui les a opprimés, qui leur a fait fabriquer des briques sans paille? Vous voulez dire la pourriture, l'idolâtre et l'hypocrite qu'est l'Egypte?” Et récemment encore, nous avons tout entendu au sujet du roi Toutankhamon et de tous les bobards/mensonges au sujet de la vie après la mort et les navires solaires et tout le reste.

Et nous disons, “L'Egypte? Et pour quelle raison est-ce que l'Egypte aurait une place dans le millénium?” Ils se sont montrés tellement hostiles envers Israël. Est-il possible, se pourrait-il que cette bénédiction octroyée à l'Egypte soit un signe de gratitude divine pour un pays qui a offert un asile au Fils de Dieu lorsqu'Il était bébé? Il se pourrait bien.

Ainsi, la naissance à Bethléem, l'exode en Egypte. Prions. Seigneur, je me sens tout simplement encore dépassé par la manière dont Tu programmes si admirablement, si merveilleusement et si soigneusement l'histoire, chaque petit morceau. L'histoire est réellement Son histoire/récit. Tu a établi les frontières des nations. Tu as tracé la voie des hommes, des rois et des esclaves. Tu prends la colère des hommes et l'amènes à Te louer. Tu retournes complètement les situations. Merci pour le Roi qui est venu parce que le prophète a annoncé qu'Il viendrait à Bethléem, et qui est venu parce que le prophète a déclaré qu'Il se rendrait en Egypte.

Merci de ce que ceci élimine les prétendants et consolide le roi légitime. Merci de ce que Jésus est Celui qui accomplit au moins 332 prophéties et qui plus que cela, satisfait la faim profonde, le besoin qui se trouve au fond du coeur de chaque être humain qui vient à la foi.

Et Père, nous ne pouvons nous empêcher de réaliser, également, que s'Il est roi – et c'est bien le cas – eh bien, les rois requièrent l'adoration, l'hommage et l'obéissance. Et puisqu'Il est un roi d'amour, une telle obéissance et un tel hommage sont une joie. Nous entendons Matthieu. Nous l'entendons tandis qu'il élève la bannière du roi et crie que nous Le couronnons, sans tenir compte de ce que le monde fait.

Oh, il y a toujours des Hérode. Il y a toujours des chefs des prêtres et des scribes de toutes les époques, malavisés. Certains détestent, d'autres sont indifférents. Mais il y a toujours aussi des sages qui arrivent et qui adorent parce qu'ils se rendent compte qu'il s'agit du Roi. Merci, Père, pour la clarté avec laquelle Ta Parole a peint l'image pour nous éviter de la manquer. Et comme dit l'Ancien Testament, “Ceux qui vont ce chemin, même les insensés, ne s'égareront pas. " Aide-nous à Le couronner Roi dans nos vies. Nous prions en Son nom. Amen.

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

ECFA Accredited
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize