Grace to You Resources
Grace to You - Resource

Comme vous le savez si vous étiez avec nous, je me suis écarté pour quelques semaines de notre histoire afin de poursuivre l'Evangile de Luc et je dois reconnaître que j'ai agi ainsi un peu à contrecœur. J'étais vraiment pressé dans mon cœur d'insérer un message qui est à présent devenu une série, qui menace de devenir une vie. Je dois cependant continuer de délivrer ce que je ressens et qui est sur mon cœur. Nous nous sommes donc arrêtés un moment dans notre examen de l'Evangile selon Luc, intrigués par la manière dont Jésus a délivré un homme des démons, et nous nous sommes souvenus que Luc cite les paroles de Jésus qui Lui-même cite Esaïe 61 selon lequel le Messie viendrait et délivrerait Son peuple.

J'ai été interpellé en vous disant cela et je ne me souviens pas avoir entendu un message sur la délivrance ; je ne me rappelle pas avoir lu une doctrine sur la délivrance. J'ai donc commencé à examiner certains des index au dos des livres de théologie afin de voir s'il y avait une quelconque discussion sur le sujet de la délivrance. Je n'ai rien trouvé. J'ai étudié le salut du point de vue de la délivrance et ai réalisé que cette grande vérité est largement négligée dans l'église. Nous sommes donc au milieu de cette série sur la délivrance et la doctrine négligée. Pourquoi est-ce important ? C'est important parce que je vous dis dans cette série que je suis continuellement attristé et je suis constamment déçu par le manque de discernement qui règne de manière générale au sein de “l'église évangélique”.

Bien que ce manque de discernement soit évident pour toute personne avertie et bien que nous soyons en mesure de faire une longue liste de choses qu’elle ne semble pas très bien discerner, en tête de liste se trouve une question critique sur laquelle il y a un sérieux manque de discernement : il s'agit de la question de savoir qui est un vrai chrétien, je trouve vraiment étonnant que l'église évangélique, le terme évangélique connecte cela à l'évangile, l'église de l'évangile, l'église même de l'évangile ne peut pas ou ne distingue pas ces personnes qui ont véritablement été converties de celles qui ne l'ont pas été.

Il y a cette nouvelle latitude, cette nouvelle amplitude, qui cherche à embrasser toutes les prétentions au christianisme comme étant vraies quand bien même elles sont tordues et autodéterminées. En fait, cela implique toute contestation de cette amplitude. Bien qu'elle ne soit en cours que depuis quatre semaines, cette série a provoqué pas mal de discussion dans les alentours et au-delà. J'ai reçu un appel sur le portable hier soir d'un homme qui roulait en écoutant la série sur une cassette. Il m'a dit : « je suis en train d'écouter la série et je dois vous dire quelque chose ». J'ai répondu : « de quoi s'agit-il » ? Et il a dit, « vous savez, bien sûr, ce que les gens disent à votre sujet ».

J'ai répondu que je pouvais le deviner de manière générale, mais qu'il pouvait peut-être me dire ce que ce qu'il avait entendu. Il a dit : Voici ce que j'ai entendu: « c'est bel et bien John MacArthur et il croit détenir toute la vérité. Il a dit, j'écoute cette cassette et cela m'attriste que les gens disent cela : « ce n'est que John MacArthur et il croit détenir le monopole de la vérité ». J'aimerais juste que vous sachiez que je n'ai pas la vérité en moi, je ne suis pas la source de la vérité. Je crois cependant qu'il existe une vérité. Le croyez-vous ?

Je crois qu'il existe la vérité. C'est vrai, cela me met en désaccord avec toute la culture. Comprenez-vous cela ; nous sommes dans un monde post-moderne dans lequel il n'y a pas de vérité. Le monde moderne, moderne signifie en quête de vérité. Ils ont recherché la vérité sans la trouver. Ils ont donc décidé qu'elle n'existait pas puisqu'ils n'avaient pas réussi à la trouver. La raison pour laquelle ils n'ont pas réussi à la trouver c'est parce qu'ils ont refusé de regarder ici. Cette semaine, j'ai dit aux étudiants à Chapel que le plus gros problème de la culture américaine était la Bible. C'est le plus grand problème de la culture américaine. Comprenez-vous cela ?

Comprenez-vous qu'il n'y aurait aucune discussion sur les droits des homosexuels s'il n'y avait pas la Bible ? Comprenez-vous que nous n'aurions aucune discussion sur la pornographie si la Bible n'existait pas ? Nous ne discuterions pas sur la pédophilie, la fornication, l'adultère, le divorce, l'éclatement de la famille, nous n'aurions pas une quelconque discussion sur un de ces sujets si la Bible n’existait pas, nous n'aurions pas de discussion sur l'avortement, l'euthanasie. Cette culture est divisée à cause de ce livre. Ce livre constitue le problème.

Cela ne dérange pas la culture laïque libérale de gauche que nous croyions à ce livre, ils ne veulent juste pas que cela sorte de l'église. Gardez-la entre les murs, ne l'introduisez pas dans le discours public parce qu'elle contient la vérité que nous ne sommes pas disposés à entendre. Ce livre constitue le plus gros problème, je le comprends pour le monde. Mais lorsque ce livre devient un problème pour l'église évangélique, c'est sérieux. Je ne vous dis pas que je détiens la vérité, je ne suis pas en train de vous dire que je suis la source de la vérité. Mais je vous dis que la Bible détient la vérité et que la vérité existe.

Je me demande si les gens savent même encore ce que signifie le mot vérité, étant donné que chacun a la latitude de définir la vérité en ses propres termes. Permettez-moi de vous donner une petite définition de la vérité. La vérité c'est la manière dont les choses sont en réalité. L'avez-vous saisi, c'est ce qu'elle est ? Ce n'est pas vous le pensez, c'est comme elle est réellement. Il y a la vérité sur la manière dont l'univers est venu à exister et sur la manière dont il est maintenu. Il y a la vérité sur tout ce qui est matériel et sur tout ce qui est spirituel dans le monde, la vérité sur la façon dont les choses sont réellement.

Si vous voulez savoir comment les choses sont réellement alors vous devez vous rendre auprès de la source de toute vérité, le Dieu de la vérité, le Christ qui est vérité, l'esprit de vérité, la parole de vérité, et vous connaîtrez la vérité. Je n'essaie pas de faire passer mes idées, je ne suis pas en train d'inventer ceci en passant, je me contente d'étudier la Bible. Je ne suis même pas assez intelligent pour avoir des idées susceptibles d'intéresser les gens, mise à part la vérité établie. Il existe cependant la vérité et cette vérité se trouve dans la Parole de Dieu.

Mon ami m'a dit au téléphone, il faut que je te dise qu'un des principaux pasteurs d'Amérique, d’une grande église, m'a dit : “MacArthur s'offusque d'un certain nombre de choses, il a juste besoin de comprendre que la réforme n'a pas été une si grande affaire, comme nous sommes parvenus à l'accepter.” Je suppose bien que non si vous ne vous préoccupez pas de la vérité. Je me soucie de la vérité, je vis pour la vérité, je vis par la vérité, je proclame la vérité et je me bats pour la vérité. C'est pour cette raison que je dis ce que je dis et ce n'est pas parce que j'essaie de gagner une quelconque notoriété, c'est parce que je crois que Dieu doit être entendu.

J'ai déjeuné avec le propriétaire de L.A. Times et il m'a dit : “Vous avez beaucoup d'influence, vous savez.” Il a ajouté : “Pourquoi ne donnez-vous jamais votre opinion sur les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui?” J'ai répondu : “Vous plaisantez! Vous, plus que n'importe qui d'autre, avez besoin d'une autre opinion. Je ne donne pas des avis, je donne la vérité qui vient de Dieu. Maintenant, si ça vous intéresse d'avoir une colonne là-dessus, inscrivez-moi.” Tout ce que j'essaie de faire, braves gens, consiste à vous donner la vérité, parce que la vérité c'est la manière dont la Parole de Dieu a été révélée. L'un des étudiants du séminaire m'a demandé s'il était important dans la prédication de ne pas se contenter de dire la vérité aux gens mais de leur montrer, dans l'Ecriture, comment elle est l'interprétation raisonnable. Autrement dit, on ne peut pas se contenter de se vanter en affirmant qu'il s'agit de la vérité ; vous devez montrer aux gens dans la Parole de Dieu pourquoi cela constitue la manière la plus raisonnable de comprendre cette vérité.

J'ai évidemment dit : “Vous ne pouvez pas vous pavaner, vous ne pouvez pas vous contenter de vous tenir là et de dire c'est comme ci et c'est comme ça en vertu d'une autorité que vous vous seriez attribuée.” Si je vous dis quelque chose et que vous examinez l'Ecriture, la sondez sans trouver qu'il s'agit bien de la vérité, alors c'est sérieux. Mon objectif quand je m'adresse à vous dans une prédication est de vous présenter la Parole de Dieu et de vous conduire à comprendre la Parole de Dieu de manière à ce que la vérité vous apparaisse clairement. Mon ami, R.C. Sproul, m'a probablement donné l'introduction la plus aimable et la meilleure que je n 'ai jamais reçue, et j'en ai déjà reçu des introductions faites par diverses personnes en divers lieux.

Une fois, il m'a présenté et a dit : John MacArthur est mon ami parce que si je parviens à lui montrer dans la Bible à quel niveau il se trompe, il va changer. J'ai beaucoup aimé cela et c'est vrai. Il y a certaines choses dans la Bible qui sont très claires. Ce sont des choses qui se trouvent au cœur de notre foi, et l'une d'entre elles consiste à comprendre qui est véritablement chrétien. Cela m'étonne de voir les gens si confus. J'ai discuté avec un des étudiants qui s'est rendu cet été à Amsterdam 2000, cette rencontre de milliers d'évangélistes. Il est étudiant et il m'a dit : je ne pouvais pas en croire mes oreilles. La séance a été ouverte par un prêtre catholique romain et il y avait un homme qui reniait la résurrection de Jésus-Christ et ils ont tous reçu des applaudissements et une ovation des évangéliques.

Quand quelqu'un intervient et dit : “arrêtez cette farce, ce christianisme de façade, revenons à qui est réellement chrétien”, il se fait vilipender, marginaliser et aliéner. Mais ce n'est pas grave parce que ce qui compte c'est la vérité et nous essayons de traiter avec la vérité. La manière de comprendre qui est un chrétien consiste, je suis parvenu à cette conclusion après avoir longuement essayé d'arriver à ce point, à comprendre la délivrance, la doctrine de la délivrance. Vous pouvez dire que quelqu'un est chrétien parce qu'il est délivré, c'est ce que la Bible enseigne. Nous pouvons peut-être aborder ce point de manière plus pratique. Je crois que la délivrance pourrait être le terme le plus complet, le mot le plus clair pour définir un chrétien.

Mais ce n'est pas ainsi que nous procédons. Voici comment nous nous y prenons. Demandez-vous si vous êtes chrétien, en êtes-vous un ? Etes-vous justifié par Dieu ? Etes-vous réconcilié avec Dieu ? Avez-vous été racheté ? La rançon que Christ a payée s'est-elle appliquée à vous ? Etes-vous chrétien ? Demandez-vous ensuite comment vous le savez. Comment savez-vous que vous êtes chrétien ? Vous dites, j'ai fait une prière. Ça ne suffit pas. Je me suis rendu à une réunion, j'ai ressenti une forte émotion et peut-être que j'ai pleuré et je suis allé là-bas et j'ai parlé à quelqu'un. Non, ce n'est pas de cette manière que vous pouvez affirmer que vous êtes chrétien. Je me suis vraiment senti mal. J'ai fait un certain nombre de choses et je me suis vraiment senti mal. Je me suis retrouvé en difficulté dans mon mariage ou dans ma vie et me suis sentie si mal que j'avais juste besoin que Dieu m'aide et je me suis avancé. Cela ne suffit pas.

Je crois, je crois vraiment en Dieu et je crois en Jésus et je suis forcément chrétien. Ou encore, j'ai été baptisé, j'ai été baptisé au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Voyez-vous, tout cela tourne autour d'un événement qui pourrait être physique ou émotionnel. Ça ne vous permet pas de savoir si vous êtes sauvé. Cela dit seulement que vous avez prié. Beaucoup de gens qui veulent aller au ciel prient. Vous vous êtes avancé lors d’un appel ; des tas de gens s’avancent, quel que soit le sens que cela prend dans certaines réunions. Ils ne sont pas sauvés, ils ne sont pas convertis, ils n'appartiennent pas à la famille de Dieu.

Beaucoup de gens se sentent mal et beaucoup de gens croient, même les démons croient et se sentent mal au sujet de leur sort. Beaucoup de gens se font baptiser ; cela ne suffit pas. Il n'existe pas d'événement qui ne soit jamais survenu dans votre vie qui puisse, en soi, attester que vous êtes chrétien. Le véritable salut est révélé et manifesté par l'œuvre divine que le Saint-Esprit accomplit en vous délivrant. Si vous êtes chrétien, c'est que le Saint-Esprit vous a délivré. Nous comprenons l'idée de délivrance comme une vérité générale qui résume les réalités du salut qui sont manifestes et expérimentées. Il y a des éléments de notre salut, comme je vous l'ai dit la dernière fois, qui ne sont pas expérientielles : la justification n'est pas une chose qu'on peut expérimenter. La réconciliation n'est pas quelque chose qu'on expérimente. L'adoption n'est pas quelque chose qu'on expérimente. La rédemption n'est pas quelque chose qu'on expérimente.

Il y a des éléments de notre salut qui sont légaux, qui ont trait à notre statut, qui sont en lien avec notre état, qui se réfèrent à notre position devant Dieu. Mais il y a d'autres éléments de notre salut qui constituent des choses visibles, révélées, expérientielles. La régénération, la vie nouvelle, la nouvelle naissance, la conversion, la sanctification et quand vous commencez à les examiner, vous les voyez dans l'optique d'être délivré, ce qui fait qu'on peut savoir qu'on est chrétien non pas à cause d'un événement mais par le fait qu'on est manifestement délivré d'une chose ou d’une autre.

Quand on passe d'un royaume spirituel à un autre, d'un principe de vie à un autre, d'une série de réalités à une autre ; il y a une véritable délivrance. Nous avons dit que le premier c'était quoi ? Ceux qui croient au Seigneur ont été délivrés de l'erreur pour la vérité (je vous ai donné le message et ensuite, comme vous vous en souvenez, je suis en train d'y ajouter des remarques). Je dois faire des remarques sur les remarques des remarques parce que cela est tellement important dans le climat moderne. Regardez Colossiens 1:12 et 13 un instant. Je vais juste effleurer ceci et ensuite je parlerai de tout ce qui s’y rapporte pour faire une transition vers le second point.

Cependant, Colossiens 1, et j'essaie seulement de délivrer mon âme à ce sujet alors, s'il vous plaît, soyez patients avec moi étant donné son importance. Colossiens 1:12 : nous rendons grâces au Père, et nous croyants, nous qui sommes dans la famille de Dieu, rendons grâces au Père parce qu'Il nous a qualifiés. Nous n'étions pas qualifiés, nous étions indignes, nous n'avions aucune qualification d'une quelconque nature par laquelle nous aurions pu être acceptés par Lui, cependant, Il nous a qualifiés et vous savez comment Il l'a fait ? En nous appliquant la justice du Christ, Il nous a qualifiés à participer à l'héritage des saints dans la lumière. La lumière constitue une métaphore de la vérité. Et ensuite au verset 13 pour nous délivrer, il y a ce concept de délivrance.

Il nous a délivrés du royaume des ténèbres qui est une métaphore de l'erreur. Le premier type de délivrance est que ceux qui sont véritablement chrétiens sont délivrés de l'erreur à la vérité. É coutez à présent ce que j'ai à dire : il n'y a pas de chrétien qui ne comprenne, croit, embrasse et aime la vérité. Quelle vérité ? La vérité que nous appelons l'Evangile. Personne ne peut être chrétien sans avoir été délivré de la fausse doctrine pour la véritable doctrine, à savoir l'Evangile de Jésus-Christ.

Vous devez être délivrés dans le vrai Evangile. Tout autre évangile, Galates 1, se traduit par une malédiction. Dans 2 Jean quiconque ne demeure pas dans l'enseignement du Christ, qui ne s'établit pas dans le véritable enseignement de Christ n'a pas Dieu, 2 Jean 9. Les gens disent, on entend cela dans des discussions, que les peuples qui n'ont jamais entendu l'Evangile du Seigneur seront sauvés d'une certaine manière. Personne ne sera jamais sauvé, personne ne parviendra jamais dans une relation salvatrice avec Dieu sans connaître le véritable Evangile au sujet de Jésus-Christ. Personne !

Il n'y a pas de salut dans un quelconque autre nom. Celui qui ne demeure pas dans l'enseignement du Christ n'a pas Dieu. Celui qui demeure dans cet enseignement a à la fois le Père et le Fils. C'est donc ce que nous disons depuis quelques semaines. Personne n'est chrétien s'il n'a été délivré de l'erreur à la vérité, et cette vérité c'est que la Bible constitue la Parole de Dieu dans laquelle la doctrine de salut est clairement révélée dans sa plénitude.

C'est une croyance dans le Dieu véritable, le Dieu qui est la trinité, le Dieu qui s'est révélé dans l'incarnation de la seconde personne de la trinité à travers une naissance virginale, a vécu une vie sans péché, est mort d'une mort substitutionnelle, est littéralement ressuscité d'entre les morts, et monté au ciel, a envoyé le Saint-Esprit, règne avec le Père à Sa main droite, intercède pour les saints, puis un jour reviendra pour établir Son règne éternel dans la gloire. Telle est la substance de la fondation de la vérité de l'Evangile.

Personne ne peut être sauvé sans comprendre cela, sans évidemment entrer dans toutes ses ramifications, la comprendre, y croire, l'embrasser et l'aimer. Lorsque l'Esprit de vérité régénère, Il fait passer les gens de l'erreur à la vérité. Il apporte au pécheur la compréhension de la foi, l'acceptation et l'engagement total vis-à-vis de la vérité. C'est pour cette raison que dans Colossiens 1, il est essentiellement question des saints qui demeurent dans la lumière, et c'est presqu'un synonyme, du fait d'avoir été transférés dans le royaume de Son Fils bien-aimé. La lumière et le soleil sont synonymes. Jésus l'a dit : Je suis la lumière.

Etre dans la lumière, c'est connaître la vérité, c'est comprendre Celui qui est la vérité, Jésus-Christ. Permettez-moi à présent de vous conduire à un passage qui va nous servir de transition. Ouvrez dans Romains 10, nous parlerons un tout petit peu de Romains 10 et ensuite, nous irons à Romains 6. Vous devez comprendre ceci, j'ai été – c’était une expérience intéressante - invité à parler au déjeuner des Hommes d'Affaires du Plein Evangile, un événement de la Caroline du Sud. Il s'agit d'un groupe très très charismatique et c'était quelque chose de tout à fait étrange puisqu'ils m'ont invité à parler du don des langues.

Quelqu'un dans l'organisation a pensé que j'avais reçu le don et que j'étais devenu un défenseur de ce don et ils m'ont invité à prêcher dans cette optique. Je pensais qu'ils voulaient savoir ce que la Bible disait à ce sujet, donc ils s'imaginaient : John MacArthur va arriver et il sera enfin parvenu à ce grand don et puisqu'il a reçu le Saint-Esprit, il va donner son témoignage. Moi je m'imaginais qu'ils recherchaient la vérité et je me suis dit, comme ils sont généreux et ouverts d'esprit pour m'inviter à intervenir.

J'y suis donc allé et j'ai ouvert la Bible et leur ai montré à partir de l'Ecriture ce qu'il en était et ce qui n’en était pas et comment je croyais que cela avait pris fin. Le seul moment dont je me souviens et c'est vrai, j'ai été physiquement attrapé et tiré loin du microphone. J'ai été littéralement et physiquement traîné loin du microphone. Ils étaient tellement en colère à cause de ce que je disais et je ne l'ai pas compris parce que je croyais que j'avais été invité à faire ce que j'étais en train de faire. Le monsieur est ensuite monté sur le podium et s'est mis à prier pour moi pour que je sois, voici ce qu'il a dit : “qu’il soit réveillé au milieu de la nuit et que j'éclate en langues”.

Ils ont fait cette prière pour moi. Après cela, j’étais – c’était quelque peu bizarre, mais après coup, j’ai demandé à cet homme qui était l’un des dirigeants de ce groupe depuis combien de temps il en faisait partie. Il a dit neuf ans. J’ai dit : laissons les langues à part et permettez-moi de vous poser une question : sur quelle base serez-vous reçu par Dieu au ciel ? Il a dit, je vois les choses un peu comme après la mort, il y a ce long escalier que vous remontez jusqu’au sommet, vous frappez à la porte et espérez vraiment que Jésus vous laisse entrer. Absolument aucune compréhension de l’Evangile.

Ils abordent le mauvais sujet. Complètement remontés au sujet des langues, complètement ignorants au sujet de la vérité qui sauve. Je rencontre souvent cela, malheureusement. Regardez Romains 10, je ne sais pas à quel point on peut le dire plus clairement, verset 9 : « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. » Si vous ne croyez pas cela, si vous ne croyez pas que Jésus est Seigneur, Dieu et Maître suprême, Celui qui est sans péché. Si vous ne croyez pas qu’Il est effectivement ressuscité d’entre les morts et tout ce que cela implique, ça veut dire que Dieu Lui-même était satisfait de Son expiation et L’a ressuscité d’entre les morts.

Il est donc le Sauveur parfait et exulté. Si vous ne croyez pas cela, vous ne pouvez pas être sauvé. « Car c'est en croyant du cœur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut ». Il n’y a à présent aucune distinction. Le verset 12 déclare que cela est ouvert à tous, le verset 13 affirme que quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. Vous devez cependant invoquer le nom du Seigneur, vous devez croire l’essence de l’Evangile. Il ne peut pas être sauvé sans cela et c’est pour cette raison que le verset 14 dit comment invoqueront-ils Celui en qui ils n’ont pas cru ? Si personne ne leur dit la vérité et si personne ne leur donne l’information pour croire, comment L’invoqueront-ils ?

Comment donc invoqueront-ils Celui en qui ils n'ont pas cru ? Et comment croiront-ils en Celui dont ils n'ont pas entendu parler ? Et comment en entendront-ils parler, s'il n'y a personne qui prêche ? Verset 15 : Et comment y aura-t-il des prédicateurs, s'ils ne sont pas envoyés ? Vous saisissez l’image ? Ils ne peuvent pas comprendre et ils ne peuvent pas croire à moins d’entendre et ils ne peuvent pas entendre si personne ne va et personne ne peut aller s’il n’est envoyé. Le point étant que nous devons y aller, parce qu’il n’y a pas d’autre issue. C’est pour cette raison que Jésus a dit : allez partout dans le monde et prêchez l’Evangile à toute la créature ; c’est le seul espoir. Personne ne va jamais se convertir et ne sera jamais reçu au ciel sans avoir été délivré de l’erreur à la vérité, la vérité au sujet de Jésus-Christ.

L’œuvre de la personne et le salut par la grâce seule à travers la foi seule et Lui seul ! C’est pour cette raison que nous disons au verset 15 : « Qu'ils sont beaux les pieds de ceux qui annoncent la paix, de ceux qui annoncent de bonnes nouvelles ! » Qu’ils sont beaux les pieds de ceux qui partent, parce que s’ils ne partent pas, les gens n’entendront pas. S’ils n’entendent pas, ils ne peuvent pas croire, s’ils ne peuvent pas entendre alors ils ne peuvent être sauvés. Au verset 17 : «la foi vient de ce qu'on entend ». Elle ne vient pas par intuition. Elle vient de ce qu’on entend la Parole de Dieu, la Parole du Christ, en fait, le meilleur manuscrit dit la Parole du Christ. La parole qui concerne Jésus-Christ, l’Evangile.

C’est pour cette raison que nous devons aller, et croyez-moi, comme je vous l’ai dit précédemment, si les gens qui sont là dehors pouvaient vivre à la hauteur de la lumière qu’ils ont, la lumière de la conscience et la lumière de la raison, Dieu s’assurerait qu’ils reçoivent la lumière de l’Evangile. Dieu n’est pas du tout limité quand il s’agit d’apporter le message à ceux dont les cœurs sont préparés par Son Esprit. Ouvrez à présent dans Romains 6. J’aurais voulu parler de ce verset la semaine dernière mais je n’en ai pas eu l’occasion. Romains 6, verset 17, une simple pensée ici : « Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché… ». Arrêtez-vous là ! Qu’est-ce qu’un esclave ? C’est un terme très chargé. Un esclave est une personne abjecte qui sert de larbin à un maître.

Lorsque nous pensons à un esclave, nous pensons à quelqu'un dont la volonté, dont les idées, les opinions, les plans, les desseins, dont le futur ne dépend pas de lui-même. Il ne compte pas ; un esclave est une personne qui fait tout ce qu'on lui demande. Un esclave est une personne qui se trouve sous le commandement d'une autorité. Dieu dit de nous que nous étions esclaves du péché. Nous étions littéralement dominés par le péché, le péché était notre maître. Il nous arrive de temps en temps de faire quelque chose qui est humainement bien et bienveillant, quelque chose qui pourrait même être humainement noble. Il nous arrive d'exprimer l'amour, nous prenons soin des enfants, nous nous occupons des personnes plus âgées, nous nous adonnons à la charité. Cependant, la force dominante fondamentale de nos vies est le péché. C'est comme ça !

Ensuite le verset 18, « mais vous avez été libérés du péché et êtes devenus esclaves de la justice ». C'est un changement dramatique, il s'agit d'un grand changement, un changement radical. Vous n'êtes plus esclaves du péché, vous êtes désormais esclaves de la justice, votre maître est la justice, la force qui vous pousse à agir est la justice. Tandis qu'autrefois vous preniez plaisir et faisiez vos délices et trouviez votre joie et votre accomplissement dans le péché, désormais, vous faites vos délices et trouvez votre satisfaction, votre joie et votre accomplissement dans la justice. Autrefois, vous détestiez l'idée de faire du bien et vous complaisiez dans l'idée de faire ce qui est mal à présent, vous détestez l'idée de mal agir et aimez la pensée de faire ce qui est juste. C'est un grand changement.

Un grand changement. Comment est-ce que cela s'est produit ? Le milieu du verset 17, il faut que vous voyez cela. Vous êtes devenus obéissants du fond du cœur. Ce n'est pas venu de l'extérieur, vous n'avez pas reçu de nouvelles règles et n'avez pas serré vos dents pour essayer de les suivre. Quelque chose s'est produit au-dedans. Vous êtes devenus obéissants du fond du cœur. Obéissant à quoi ? Regardez ceci : je vais vous donner le grec: tupon didachēs ce vers quoi vous avez été délivrés, voilà ce grand mot délivré. Paradidōmi, dans ce cas, délivrer, remettre, déménager, la raison pour laquelle vous avez changé, la raison pour laquelle vous avez cessé d’être esclave du péché, et êtes devenus esclave de la justice.

La raison d'être de cela est que vous avez été délivrés de l'erreur dans ce tupon didachēs, tupon qui signifie ce moule, cette structure, cette forme, ce corps. L'idée ici est la présence d'un corps de vérité, un corps d'enseignements, une série de doctrines, de vérités dans lesquelles vous avez été délivrés et êtes devenus obéissants du fond du cœur. C'est le premier critère d'identification d'un véritable chrétien. Ils ont été délivrés dans le corps de vérité qui sauve. Si ce n'est pas le cas, alors ils ne sont pas chrétiens. Si quelqu'un ne peut pas expliquer l'Evangile, n'embrasse pas l'Evangile, ne croit pas la vérité de l'Evangile, c'est qu'il n'est pas sauvé. Il s’agit de ces gens dont j'ai parlé qui disaient que nous devons faire de la place pour les libéraux.

Ce sont nos frères en Christ. Nous devons faire de la place pour les catholiques, de la place pour les orthodoxes grecs, et de la place pour les gens qui grimpent l'échelle et frappent à la porte, et de la place pour les gens qui ont l'impression que Dieu agit de telle ou telle façon et dit ceci ou cela. Ils sont tous nos frères chrétiens. Non, ce n'est pas le cas ! J'aurais voulu qu'ils le soient mais je ne veux pas faire partie de cette tromperie. Ils n'ont pas été délivrés du fond de leur cœur dans ce corps de vérité que constitue l'Evangile.

Cela m’amène enfin au second point et je me contenterai de l’introduire. Le deuxième point est ceci : la doctrine de délivrance signifie que nous avons été délivrés par l’esprit de vérité de l’erreur à la vérité. Nous avons également été délivrés du péché vers la justice par l’esprit de sainteté. C’est juste là, revenez au verset 17 : « Ayant été affranchis du péché », verset 18, « vous êtes devenus esclaves de la justice ».  C’est un fait, braves gens. C’est un fait !

Parfois quelqu’un me dit : « Vous savez, mon mari agit de manière terrible. Il ne s’intéresse pas à l’église et il court après cette femme, il a une maitresse et je sais qu’il est chrétien parce que je… – il avait l’habitude d’aller à l’église » et ainsi de suite. J’ai dit : laissez-moi vous dire quelque chose, si quelqu’un veut pécher, si la plus grande satisfaction d’un individu c’est le péché et s’il y trouve un certain sens d’accomplissement, alors ce n’est pas un chrétien. Il y a un nouveau principe de vie, il y a un nouvel esclavage, et ce n’est pas l’esclavage à la justice. Ce n’est pas que nous soyons parfaits mais c’est tout simplement le nouveau principe de vie qui crée une nouvelle pratique. Je suis étonné que les gens ne parviennent pas à le comprendre.

L’un des plus grands théologiens américains a écrit un livre et a parlé du fait que lorsqu’on se convertit, cela pourrait ne rien changer dans notre vie. Quoi ? C’est absolument absurde, cela change tout dans notre vie, absolument tout. Rentrez avec moi dans Ezéchiel 36, j’aimerais vous montrer le principe central qui se trouve à l’essence même de l’être et qui est changé dans cette délivrance. A ce propos, la version de Kings James traduit Romains 6 :17 de manière excellente en employant le terme « délivré ». Cependant, dans Ezéchiel 36, ce passage remarquable sur la Nouvelle Alliance est l’Alliance qui sauve.

Mais j’aimerais vous faire remarquer le caractère de cette Nouvelle Alliance, le salut. Verset 25 : « Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés ». Qu’est-ce qui va se passer quand je vais vous sauver, que va-t-il arriver ? C’est que je vous laverai et « vous purifierai de toutes vos souillures ». C’est étonnant, il y aura un nettoyage ici ; synonyme du lavage de la régénération, le Nouveau Testament. Le fait de laver avec l’eau de la Parole, et je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles. Verset 26 : « Je vous donnerai un cœur nouveau », il - le prophète touche et parle ici du siège même de la pensée, des sentiments, des émotions et de l’attitude.

Je change le caractère intérieur, la nature intérieure, le principe intérieur, la disposition intérieure, un nouveau cœur. Je mets un esprit nouveau, je vais enlever ce cœur endurci qui était insensible à la justice et je vous donnerai un cœur tendre et, verset 27, je mettrai mon esprit au-dedans de vous. Tout simplement – cela touche tous les domaines de notre vie. Je vais tout changer au-dedans de vous et c’est si bien, verset 27, je vais vous pousser à marcher dans mes statuts et vous veillerez à observer mes ordonnances.

La fin du verset 28, vous serez mon peuple et je serai votre Dieu, et je vous délivrerai de toutes vos impuretés. Quand vous devenez chrétien, l’esprit de vérité vous fait passer de l’erreur à la vérité. L’esprit de sainteté vous amène du péché à la justice, du vice à la vertu.  Appelez Son nom : Jésus, Matthieu 1 :21, parce qu’Il sauvera Son peuple de ses péchés. Le pouvoir du péché, la domination du péché est brisé, anéanti. Revenons à Romains 6 un instant.

Il déclare au verset 19, j’emploie des termes humains, j’utilise le langage de l’esclavage parce qu’il constitue une belle métaphore humaine. Je parle en des termes humains à cause de la faiblesse de votre chair, en tant qu’êtres humains, c’est difficile pour vous de comprendre des vérités spirituelles ; pour cette raison, je rattache cela à quelque chose que vous pouvez comprendre comme l’esclavage. Par ailleurs, en utilisant des analogies humaines, vous avez autrefois offerts vos membres, vos facultés en tant qu’esclaves à l’impureté et à une vie déréglée ; toutes vos facultés humaines, absolument toutes. Votre pensée, vos modes de pensée, votre voix, votre discours, votre corps, tout servait fondamentalement l’impureté et l’iniquité, produisant davantage de désordre, et à présent, vos membres sont devenus esclaves de la justice qui se traduit en sanctification.

Lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice, quel avantage tiriez-vous donc des choses dont vous avez honte à présent. Car ces choses produisent la mort. Mais à présent, vous avez été libérés du péché, vous êtes asservis à Dieu, vous en tirerez le bénéfice résultant en la sanctification et produisant la vie éternelle. Tout est différent, non seulement la fin est différente, la mort et la vie, mais la vie est différente pour les esclaves du péché et pour les esclaves de la justice.

J’aime ce qu’il dit dans Romains 11, je l’ai mentionné la semaine dernière, lorsque le rédempteur viendra, il ôtera le péché. C’est pour cette raison que le verset 14 de Romains 6 déclare que le péché ne règne plus sur nous en maître et en revenant au verset 4 de Romains 6, vous avez été ensevelis avec Christ dans Sa mort, vous avez ressuscité avec Christ dans Sa résurrection, vous marchez à présent en nouveauté de vie. Nous avons une nouvelle vie, c’est la même chose que 2 Corinthiens 5 :17 : « Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. »  Je ne suis pas parfait mais mes aspirations ont changé, mes envies ont changées, mes désirs ont changés.

Je désire aimer Dieu de tout mon cœur, de toute mon âme, de toute ma pensée et de toute ma force. Je désire aimer et honorer Jésus-Christ. Je désire apporter l’honneur à l’Esprit de Dieu en tant que Son temple.  J’aimerais apporter la Parole de Dieu de manière claire et audacieuse devant les hommes et je désire obéir à la Parole de Dieu mais ces aspirations ne sont pas des aspirations naturelles. En tant que personne naturellement non convertie, je n’ai aucune compréhension des choses de Dieu, la prédication de la croix constitue une folie pour moi. Je suis complètement aveugle, complètement mort à cela et pleinement satisfait de suivre le cours de mon propre péché… Je ne pense plus ainsi.

Parfois, les parents disent : “je me rappelle quand mon enfant a fait une prière et il a été sauvé et pourtant maintenant il mène cette vie qui consiste à ne vouloir faire que ce qui est mal et… » – regardez, c'est la manifestation de son caractère. Sa nature agit de manière naturelle. Si vous tombez dans le péché en disant : “je déteste cela, je l'ai en horreur, je ne veux pas de ça.” Si vous dites comme Romains 7 qu'il se passe quelque chose en moi, dans ma chair que je hais. Je fais ce que je ne veux pas faire, je ne fais pas ce que je désire faire, malheureux que je suis, s'il Te plaît, Dieu, délivre-moi de ceci : alors ça c'est un chrétien.

Il n'y a personne qui soit sur le chemin du ciel qui n'ait une sainteté manifeste dans sa vie, un amour visible de ce qui est juste. Jérémie 31:33 est un autre passage de l'Ancienne Alliance. Vous n'avez pas besoin d'y aller. Il dit essentiellement la même chose. Jérémie 31, c'est le passage classique de la Nouvelle Alliance et écoutez ce qui est dit. Jérémie 31:33, voici l'alliance que je veux faire avec eux. Je mettrai ma loi en eux et, je l'écrirai sur leur cœur, je serai leur Dieu, ils seront mon peuple. Je leur serai dévoué, ils me seront dévoués.

Je n'aurai pas besoin de les tenir liés à une loi externe, ce sera dans leurs cœurs, ce sera leur désir, leur aspiration, leur joie. Vous êtes entrés ici ce matin et il vous a été demandé de chanter des chansons à la gloire du Christ. Que pensiez-vous pendant qu'on chantait : “Je préfère Jésus à toute autre chose”? Etait-ce un écho de votre cœur? Etiez-vous assis là en vous disant : “c'est vraiment ce que je ressens”? “Merci Seigneur de ce que j'ai Jésus”. Il s'agirait d'une incitation de l'Esprit de Dieu à déclencher une réponse adéquate d'un cœur croyant à s'accorder à ces paroles. La sanctification ne peut être dissociée de la justification ; la délivrance signifie donc que vous êtes délivrés du péché à travers la justice.

Cela signifie que toute votre perspective est entièrement changée, complètement différente. La merveilleuse manière dont débute le livre d'Apocalypse au chapitre 1, verset 5: “Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre”. J'aime également ceci : “A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés”. Ce n'est pas uniquement légal, il ne s'agit pas uniquement d'une libération juridique, c'est une véritable libération. C'est pour cette raison que Philippiens 3 déclare au verset 3: “En réalité, c'est nous qui sommes circoncis de la vraie circoncision puisque nous rendons notre culte à Dieu par son Esprit”. Voilà le critère d'identification: nous adorons dans l'esprit de Dieu, nous nous réjouissons en Christ Jésus et nous ne nous confions pas en la chair. Voilà ce qu’est un croyant !

Vous réjouissez-vous en Jésus-Christ? Adorez-vous dans l'Esprit de Dieu ? N'avez-vous aucune confiance en votre chair ? Aspirez-vous à honorer Dieu, à connaître Sa Parole, à obéir à Sa Parole ? Telles sont les évidences d'une nouvelle vie. Ephésiens 2:10, très familier : Vous êtes sauvés, versets 8 et 9, par la grâce, mais verset 10 dit que nous sommes Son ouvrage ayant été créés en Christ Jésus pour de bonnes œuvres. Jacques dit la même chose dans Jacques 2, la foi sans les œuvres est morte. C'est par l'évidence d'une vie transformée que nous savons que la foi était vraie. Il y a plusieurs passages, je pense à Galates 6:15. “Car ce n'est rien que d'être circoncis ou incirconcis”. Ce genre de chose n'a aucune importance. “Ce qui est important, c'est d'être une nouvelle créature”. Nous sommes une nouvelle création.

Tout ce qui concerne notre perception du péché et de la justice a changé. Un dernier passage, 2 Thessaloniciens 2:13, je terminerai avec ça, bien qu'il y ait quasiment un nombre infini de textes que nous pourrions considérer. Nous reviendrons sur cette pensée la prochaine fois. 2 Thessaloniciens 2:13: “Nous devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu, parce que Dieu vous a choisis”, il s'agit de l'élection, “dès le commencement pour le salut”. Regardez ceci : “par la sanctification de l'Esprit et par la foi en la vérité.” La sanctification implique une séparation, c'est ce que sanctification veut dire. Cela signifie séparer, vous êtes délivrés du péché pour la justice.

Le salut découle ainsi de cette séparation du péché et à travers cette foi en la vérité; tels sont les deux premiers grands points. L'Ecriture est tellement cohérente. Personne ne peut être chrétien sans croire au véritable évangile et sans avoir des aspirations saintes, sans affectionner la justice sans avoir de l'amour pour ce qui est bien et une profonde animosité à l'égard de ce qui est mal. C'est ce qui montre que vous avez été délivrés. Ainsi, quand vous évaluez la chrétienté d'une personne, “Plusieurs me diront : Seigneur, Seigneur!” Jésus déclare dans Matthieu 7: “Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi”.

Vous, ouvriers de… – je me contente de regarder votre vie et d'en voir les fruits. “Vous commettez l'iniquité, vous ne m'appartenez pas. Peu m'importent vos revendications, vous commettez l'iniquité. Vous ne croyez pas en moi. Peu importe que vous disiez: Seigneur, Seigneur, nous avons fait ceci en ton nom, nous avons fait cela, nous avons prophétisé, chassé des démons; ce n'est pas ce qui importe. Examinez vos vies, ouvriers d'iniquité.” C'est possible d'identifier un chrétien. C'est évident. Ils ont été délivrés. Ils ont été délivrés à la foi et à la vérité, dans le langage de 2 Thessaloniciens 2:3, et ils ont été délivrés dans la sanctification par l'Esprit. Autrement dit, ils ont été séparés de l'erreur et du péché dans la vérité et la justice. Vous voyez ? Comment pouvons-nous donc poser la question de savoir qui est chrétien ? La réponse se trouve juste là.

Ils croient en la vérité et vivent comme de nouvelles créations. Nous en dirons davantage la prochaine fois. Nous venons à Toi, Seigneur, au terme de cette merveilleuse matinée d'adoration et je ne peux que demander comme je l'ai fait auparavant que Tu m'aides à éviter de trop en dire ou d'en dire trop peu, ne pas dire trop de choses et ne pas dire trop peu de choses, éviter de limiter d'une quelconque manière ces bien-aimés dans leur compréhension de ceci, sans pour autant trop insister sur le point. Seigneur, Tu sais combien mon cœur est serré par cette question du fait de cette confusion omniprésente. C'est donc inutile et triste que les gens disent : “Ce n'est que son point de vue” et si cela ne constitue pas une preuve précise de la gravité du problème alors je ne sais pas ce que c'est.

Cependant, nous ne nous intéressons pas à mon point de vue ni même à celui de qui que ce soit d'autre : nous ne voulons que la vérité, Seigneur. Tu nous as clairement indiqué que Tu nous tenais responsables de la vérité parce qu'elle est tellement évidente. Ce n'est pas comme si Tu l'avais dissimulée dans les coulisses dans un passage obscur. Elle est exposée dans toute l'Ecriture, à savoir que pour avoir une relation avec Toi nous devons parvenir à la connaissance de la vérité et nous devons être délivrés du péché pour la justice. Le royaume des ténèbres, le domaine des ténèbres constitue un domaine de l'erreur et un domaine de l'iniquité. Le royaume de lumière, le royaume de Ton Fils bien-aimé est un domaine de la vérité et un domaine de la sainteté. Si nous en faisons partie c'est que nous avons été délivrés dans la vérité et la sainteté.

Puissions-nous honnêtement évaluer nos propres vies, notre propre relation avec Toi et s'il y a une quelconque crainte que nous ne soyons pas tout à fait chrétiens, puissions-nous embrasser la vérité dans toute sa gloire et crier à Toi pour être délivrés du péché à la justice. Puisses-Tu Te montrer miséricordieux envers nous. Père, utilise-nous pour apporter la vérité à beaucoup de personnes. Non seulement à l'extérieur de l'église mais également en son sein qui est si désespérément confus. Puissions-nous être des personnes de la vérité et des personnes de la sainteté.

Donne-nous la sagesse avec nos familles et nos amis proches, pour discerner s'il y a un manque de compréhension dans leur façon de croire, d'embrasser et d'aimer la vérité, la vérité de l'Evangile et s'il n'y a pas la passion et l'affection pour ce qui est juste, et si l'aspiration à trouver satisfaction dans ce qui est bien et saint fait défaut. Puissions-nous aider à découvrir la véritable condition spirituelle d'un individu et l'appeler à une foi et une repentance authentiques. Utilise-nous de cette manière, nous Te prions au Nom du Christ. Amen.

FIN

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

ECFA Accredited
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize