Grace to You Resources
Grace to You - Resource

Mon ami Ron m’a donné un petit article tiré du Los Angeles Times de vendredi 25 juin, il y a seulement deux semaines. Il dit qu’une fusée Delta 2 a transporté un télescope de la NASA et est parti de Cape Canaveral jeudi pour un voyage de trois années. Il s’agit d’une mission de 204 millions de dollars pour découvrir l’origine de l’univers. Ce sont 204 millions de dollars appartenant à vous et moi qui sont partis pour trouver ce que dit le chapitre 1 de la Genèse. Stupéfiant !

Satan est l’ennemi héréditaire de Dieu. Satan est un incurable menteur et trompeur, et la Bible dit qu’il est le père du mensonge. Satan hait la vérité de Dieu et il domine le monde qu’il dirige par le mensonge. En fait, Romains 1 dit que la civilisation en général a échangé la vérité de Dieu contre le mensonge. Autrement dit, le monde vit dans la tromperie et un mensonge envahissant. Les mensonges de Satan envahissent littéralement toute la pensée humaine et gouvernent tout le travail intellectuel, la science, la philosophie, la sociologie, la psychologie et tout le reste.

Mais deux mensonges en particulier forment la base de la culture moderne. Deux mensonges. Le premier est que la vie est un hasard. C’est-à-dire que les choses sont telles qu’elles sont survenues sans que personne ne les planifie, sans que personne ne s’en occupe, et les choses ont évolué ainsi. La vie est un hasard. Elle n’a pas de but. Elle n’a pas de raison d’être. Il n’y a pas de dessein souverain mené par un créateur puissant à l’origine de sa conception. La vie est simplement un hasard. Pour dire les choses autrement, l’univers tel qu’il existe n’a pas été créé par Dieu, et Dieu n’est pas l’autorité qui règne sur cette création. C’est juste le fruit du hasard, un simple hasard.

Deuxième mensonge. Premièrement, la vie est un hasard. Deuxièmement, la vérité est relative. La vérité est relative. La Bible n’est pas la Parole de Dieu. La Bible ne nous donne pas la vérité à propos de ce qui est juste et faux, sur la vie et la mort, la moralité et l’immoralité dans le passé et le futur. Il n’y a pas d’autorité au-dessus de nous. La vie est un hasard. La vérité est relative.

Ces deux mensonges sont si établis dans notre société que les gens n’aiment pas du tout la vision du monde chrétienne qui s’oppose à ces mensonges. Nous ne croyons pas que la vie soit un hasard. Nous croyons que l’univers tel qu’il est aujourd’hui a été créé par Dieu et subsiste grâce à Dieu et est dirigé par Dieu. Nous ne croyons pas que la vérité est relative. Nous croyons que la vérité est absolue et elle est absolument révélée dans les pages de la Bible qui est la révélation de Dieu.

C’est-à-dire que la vie telle que nous la connaissons, que l’univers tel que nous le connaissons est l’œuvre de Dieu le Créateur qui en est le Souverain. Il est Celui qui lui permet de subsister, et qui, comme Il l’a commencé l’amènera jusqu’au bout. C’est aller à contre-courant de notre culture. Le fait de dire que la Vérité est absolue et que la Vérité est telle qu’elle est révélée dans la Bible, tout cela génère l’hostilité de la société qui nous entoure. Deux grandes idéologies règnent. Pas de créateur et pas de loi morale. Cela dépossède l’homme de tout compte à rendre.

Dans cette série, nous étudions vraiment ces deux mensonges, parce que le mensonge qui dit que la vie est un hasard se confronte à Genèse chapitre 1. Genèse chapitre 1 balaie l’idée de toute évolution, en établissant le fait que Dieu est le Créateur de toutes choses telles qu’elles sont. Aussi, en croyant sur parole l’enseignement de Genèse chapitre 1, nous contredisons l’attaque qui dit que la Bible n’est pas la Parole de Dieu. Nous croyons que la Bible est la Parole de Dieu, quoi qu’elle affirme, qu’il s’agisse de l’histoire, de la morale ou de la création.

Ces deux mensonges vont de pair. Les évolutionnistes qui rejettent l’idée d’un Dieu Créateur, rejettent donc l’idée de l’autorité de la Bible écrite par ce Dieu Créateur. Mais au-delà de cela, les évolutionnistes déistes, disant que l’évolution est à l’œuvre, mais qu’il y a un Dieu qui a comme lancé l’évolution, et ceux qui sont athées ou évolutionnistes humanistes… de toute façon, tout évolutionniste, qu’il croie qu’il y a un Dieu ou pas, pour épouser l’évolution doit nier Genèse chapitre 1.

Il doit alors nier que Dieu a créé l’univers tel qu’il est et que le récit de cette création tel qu’il est dans les Ecritures est infaillible, inhérent et vrai. Nous allons donc à contre-courant de ces deux grandes tromperies, parce que Genèse 1 affirme que Dieu est le Créateur et affirme que le récit de cette création dans la Bible est en fait infaillible, inhérent et vrai.

Une vision des choses véritablement chrétiennes est que la Bible est la Parole de Dieu et que Dieu existe et s’est révélé dans les Ecritures. Une véritable vision chrétienne du monde est que Dieu est le Créateur, Dieu est celui qui nous donne la loi morale. L’univers autour de nous est l’œuvre de Sa main créatrice, et la Bible est la révélation de Sa loi morale et spirituelle. Nous croyons que ce que Genèse 1 dit est la vérité comme tout autre passage des Ecritures.

Genèse 1 est tout aussi vrai qu’Exode 20 qui nous donne les dix commandements. Elle est tout aussi vraie qu’Esaïe 53 qui décrit la souffrance du serviteur qui sera le Messie et portera nos iniquités. Elle est tout aussi vraie que Matthieu chapitre 1 qui indique que Jésus devait naître de Marie et devenir le Sauveur du monde. Elle est tout aussi vraie que Jean chapitre 3 qui dit que nous devons naître de nouveau. Elle est tout aussi vraie que tout autre passage des Ecritures.

Il n’y a pas de raison d’altérer, de remettre en question ou de nier la véracité de Genèse 1 ou d’un autre passage des Ecritures. En fait, toute incrédulité ou altération de Genèse 1 est un acte de rébellion contre Dieu et Sa parole. Il est grave de faire cela, car comme toute autre rébellion qui attaque la véracité de Dieu et de la Parole de Dieu, elle attire la menace du jugement divin.

Ecoutez ce que dit le dernier chapitre de la Bible. Apocalypse 22:18 : « Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre ; et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre. »

Essentiellement, la Bible se termine avec cette mise en garde de ne pas altérer les Ecritures. Toute personne qui altère l’Ecriture en ajoutant ou retirant quelque chose s’attire le jugement de Dieu. Nous pouvons conclure qu’altérer les Ecritures ou simplement ne pas croire les Ecritures est impensable pour un croyant fidèle et sage. C’est impensable. Il est seulement raisonnable qu’un croyant loin de Dieu et insensé attaque le témoignage de l’Ecriture. Et ceci est fait constamment. C’est juste un style de vie pour eux.

Le fait qu’un croyant attaque la véracité de l’Ecriture est inimaginable. Pourtant, beaucoup de soi-disant chrétiens font cela. Ils ne veulent pas nier la moralité des dix commandements d’Exode 20. Ils ne veulent pas nier le témoignage prophétique de la future souffrance du Messie décrite dans Esaïe 53. Ils ne veulent pas nier que Jésus-Christ est né d’une vierge. Ils ne veulent pas nier l’évangile de grâce ni le besoin de la nouvelle naissance. Ils ne veulent pas nier d’autres élément des Ecritures. Mais ils nient l’enseignement clair de la Genèse.

Pourquoi ? Pourquoi ces soi-disant chrétiens se mettent-ils tant en danger, sous la menace du dernier passage de la Bible qui dit que leur nom pourrait être retiré du Livre de Vie et de la Ville Sainte et que les plaies inscrites dans les Ecritures pourraient être prononcées sur eux comme des malédictions ?

Pourquoi les gens se mettraient-ils en danger face à ces avertissements, en changeant les Ecritures ? Le font-ils parce qu’ils désirent faire plaisir aux scientifiques évolutionnistes plutôt qu’à Dieu ? Sont-ils friands de l’approbation des hommes ? Préfèrent-ils la reconnaissance académique à Dieu ? Recherchent-ils l’approbation des comités plutôt que le Dieu Saint de l’univers ?

Ce sont de bonnes questions, n’est-ce pas ? A mon avis, il est impensable que de soi-disant chrétiens s’opposent à la Genèse. Sur quelle base ? C’est la Parole de Dieu. Mais Satan a bien réussi à répandre son mensonge de l’évolution de façon que la plupart des chrétiens avérés, la plupart des chrétiens avérés nient le témoignage simple et direct de Genèse 1, qui dit que Dieu a créé l’univers entier tel qu’il est maintenant en 6 jours de 24 heures, et cela il y a 6 ou 7 mille ans.

La très grande majorité des chrétiens évangéliques, des chrétiens avérés nient cela. Pourquoi nieraient-ils l’enseignement clair de la Bible, pourquoi le transformeraient-ils la véracité et l’intégrité de la Parole de Dieu et se mettraient-ils en danger ? Satan est très intelligent, très subtil, et il a très bien réussi à vendre le mensonge de l’évolution.

La partie du mensonge de l’évolution qui est proclamée le plus fortement et le plus largement est l’évolution de l’homme. En fait, lorsque la plupart des gens parlent de l’évolution, ils pensent à l’homme. Ils pensent à l’image du National Geographic des créatures ressemblant à des singes à quatre pattes, et tout d’un coup cette séquence de dix différentes images de cette créature à quatre pattes se met debout et prend la posture d’un homme. Et ils nous disent qu’il s’agit de la progression de l’évolution humaine. Nous avons tous vu ces séquences représentant l’évolution humaine, où nous passons d’un primate à un homme en quelques dessins. Tout enfant de l’éducation publique reçoit constamment cet enseignement que l’homme est devenu tel qu’il est à partir d’un singe.

Ils prétendent qu’ils ont des preuves sous forme de fossiles. Je vais prendre une minute pour parler de cela, car si je ne le fais pas, quelqu’un va me poser la question. Ils sont supposés avoir des fossiles. Régulièrement, quelqu’un trouve un os quelque part en Afrique ou ailleurs et à partir de cet os, on nous dit qu’on a identifié le chaînon manquant de la séquence. Ils sont supposés avoir des preuves fossiles.

He bien le fait est qu’ils n’en possèdent pas. Et surtout, ces fossiles sont des canulars. La présupposition est que l’évolution est une réalité. Ils essaient de faire coïncider les os avec les dessins du National Geographic. Dans un livre écrit par John Ankerberg et John Weldon appelé Darwin’s leap of faith (le pas de foi de Darwin), il est dit : « Magré la croyance répandue du contraire, l’enregistrement des fossiles humains est tristement inapproprié à la justification de toute croyance en l’évolution. Malgré 130 années de recherches, aucun fossile ne lie de façon convaincante l’homme à une autre espèce. On a conclu que la plupart étaient de fausses preuves. »

Comme je l’ai dit, beaucoup étaient de simples canulars. L’anthropologue Kathleen J. Reichs, éditrice de Hominoid Origins a cité de nombreuses autorités qui ne sont pas en accord avec les interprétations de ces nombreux supposés ancêtres humains. « Jusqu’à ce qu’on soit capable de dater les fossiles de façon juste, » écrit-elle, « la reconstruction des liens hominoïdes doit rester mince, tout au plus. » Un anthropologue honnête, un évolutionniste honnête dit qu'aucun de ces fossiles n’est une preuve tangible.

Duane Gish écrit : « Il n’y a pas de preuve, que ce soit dans le monde présent ou dans le monde passé, que l’homme soit venu d’une créature inférieure. Il reste d’un type créé ou d’une conception morphologique de base isolée, séparée et distincte, dotée de qualités qui le placent bien au-dessus de toutes autres créatures vivantes. »

Je ne veux pas trop entrer dans la technique, mais juste vous montrer que vous pouvez faire vos propres recherches sur ce sujet et la Bible tiendra le coup. L’évolution de l’homme a comme été divisée en trois types de termes latins : ramapithèque, australopithèque et pithécanthrope. Ces noms seront tous remis en question bien sûr. Ils le sont tous, ce sont les termes latins qui ont été attribués aux supposés fossiles et ils ont été annoncés comme étant des formes transitionnelles entre le singe et l’homme.

L’homme de la rue croit probablement toujours que ces classifications représentent de véritables formes intermédiaires, mais ce n’est pas de cas. Même les évolutionnistes sont sérieusement divisés et aucune de ces classifications ne documente en aucun cas l’évolution humaine. Ramapithèque, la première, est simplement une de la longue série de créatures qui ont été suggérées à un moment ou à un autre. Autrement dit, toutes sortes d’ossements ont reçu le nom de ramapithèque. Pour chacun d’eux, on a considéré qu’ils étaient des chaînons manquants, mais lorsque davantage de preuves ont été rassemblées, ils ont tous été reliés à la famille des singes.

Puis il y a les Australopithèques. On a dit qu’ils constituaient la preuve de l’évolution, le point de vue qui dit que ces fossiles représentent de véritables intermédiaires a été remis en question par les célèbres anatomistes britanniques, Solly Lord Zuckerman et le Dr Charles Oxnard, ancien directeur d’études diplômantes et professeur d’anatomie, au fait, à l’école médicale de l’Université de Californie du Sud.

Zuckerman a dirigé une équipe de recherche pendant 15 ans. Il a étudié les caractéristiques anatomiques des primates, de l’homme, des singes et des fossiles d’australopithèques, ainsi que les spécimens anatomiques de centaines de primates, d’hommes, de singes en les comparant au fur et à mesure avec presque tous les fragments de fossiles importants de cette catégorie. La plupart des évolutionnistes semblent classer l’australopithèque comme un gène de la famille humanoïde ou de la famille des hommes, plutôt que dans celle des primates.

Mais Zuckerman leur répond : « Je reste moi-même totalement perplexe. Presque toujours, lorsque j’ai essayé de vérifier les suppositions anatomiques sur lesquelles est basé le statut d’australopithèque, j’ai abouti à un échec. » Il a conclu que cela n’était rien d’autre qu’un primate en tant que tel et sans aucun lien du tout avec la lignée humaine. Un regard honnête sur ces choses les débusque. Le travail de Zuckerman et Oxnard tend à être si convaincant que beaucoup d’autres scientifiques ont dû s’y aligner.

C’est le cas pour le dernier point que je vous ai mentionné, les pithécanthropes. C’est la même histoire. En tant que pithécanthrope, vous pouvez connaître l’homme de Java ou l’homme de Pékin, la création d’une sorte de forme transitoire à partir d’un fragment minime de squelette. On croit maintenant que cela n’était pas du tout un homme, mais une créature liée aux gibbons. Les gibbons n’étant pas une famille qui habite dans la rue d’à côté, mais un primate, comme vous le savez. L’homme de Cro-Magnon, l’homme de Neandertal, on le sait maintenant, n’étaient rien d’autre que des squelettes humains.

Il existe un livre fascinant à ce sujet, si vous voulez vraiment le lire. Je ne veux plus parler de cela. Mais il existe un livre fascinant appelé Bones of Contention. C’est un bon titre. C’est l’évaluation des fossiles humains par un créationniste, un scientifique créationniste renommé du nom de Marvin Lubenow. Il a été publié par Baker en 1992. Bones of Contention. Si vous voulez étudier cela plus en détail, vous trouverez comment toutes ces formes de fossiles transitionnels supposées ont été démasquées.

Voici comment comprendre cela de façon simple. Parce que l’homme n’a pas évolué, il est impossible de prouver que c’est le cas. Est-ce que vous comprenez cela ? On a beaucoup de difficultés à prouver que l’homme a évolué parce que ce n’est pas le cas. Et ils sont donc dans une grande confusion parce qu’ils essaient de faire coïncider tout cela avec les dessins du magazine National Geographic, et ça ne marche pas.

Je vais vous donner des citations de certains évolutionnistes importants. Robert Martin écrit : « Nous sommes forcés de conclure qu’il n’existe pas de description scientifique certaine de l’évolution humaine. » Un point c’est tout. Leaky est un nom très célèbre dans le domaine de l’évolution de l’homme, un paléontologue renommé. Il dit « Il se peut qu’il ne soit jamais possible de dire exactement ce qui a évolué et en quoi. » C’est une affirmation qui englobe tout. Passer toute sa vie pour arriver à cette conclusion.

Un autre Leaky, Richard Leaky, dans une interview sur l’étude de l’homme primitif a dit, je le cite : « Je pense que nous sommes toujours en grande partie dans la supposition. » David Pilbeam a commenté : « Il n’y a pas de lien clair et inexorable entre le singe et l’homme. » Quant à savoir si l’homme descend des chimpanzés, des orangs-outangs, ou des gibbons, il dit : « Le nombre des fossiles enregistrés est assez élastique et les attentes suffisamment robustes pour justifier presque n’importe quelle théorie. »

Il en dit davantage : « Peut-être des générations d’étudiants de l’évolution de l’homme, y compris moi-même, se sont-elles débattues dans l’obscurité. Notre base de données est trop éparse, trop insaisissable pour modeler nos théories. Ces théories sont plutôt des affirmations de qui nous sommes, et sur notre idéologie, que sur le passé. »

Un autre Leaky, Mary Leaky, anthropologue bien connue, commente l’effort qu’elle a produit toute sa vie pour construire un arbre généalogique évolutionnaire. Elle dit : « Je ne crois pas qu’il soit possible de placer les fossiles humanoïdes connus dans un schéma fiable. »

Bien sûr que ce n’est pas possible, car ce n’est pas arrivé. Ce n’est pas du tout ce qui est arrivé. En fait, vous savez, ils se tirent une balle dans le pied. Le fossile le plus ancien identifié est le KP271. Ils croient qu’il s’agit du plus ancien fossile humain que les anthropologues évolutionnistes ont trouvé. Ils le datent à 4,5 millions d’années.

Vous et moi, nous savons que tout cela a été créé il y a environ 6 ou 7 mille ans, mais ils ont leur propre système de datation uniforme, un système de datation évolutionnaire inventé pour s’adapter à leur théorie de l’évolution qui croient-ils n’est valable que si le temps est assez long. Ainsi, ils étirent tout en millions d’années. Ce qui est intéressant, c’est que selon eux, le fossile humain le plus ancien date de 4,5 millions d’années.

De plus, il semble que ce fossile humain apparaît soudainement sur le lieu où il a été trouvé, sans ancêtres de son évolution. Si, en effet il s’agit d’un homme, la théorie de l’évolution de l’homme est totalement discréditée. Totalement discréditée, car si des hommes existaient il y a 4,5 millions d’années, alors l’évolution ne peut pas avoir lieu, car c’est aussi la datation d’autres animaux. En fait, des animaux qu’ils pensaient faire partie du schéma de l’évolution sont datés après cela. Ils ont un réel problème.

De plus, les ossements qui ont 4,5 millions d’années sont identiques à ceux des hommes d’aujourd’hui. Aucune évolution en 4,5 millions d’années. Je veux dire que tout ceci est simplement une invention de leur imagination parce qu’ils ne veulent pas retenir Dieu dans leur connaissance, Romains 1, et ils ont échangé la vérité de Dieu révélée dans les Ecritures avec un mensonge.

Les hommes ne veulent pas de Dieu et ils ne veulent pas de la Bible non plus, n’est-ce pas ? Ils ne veulent pas que Dieu envahisse leur vie. Ils ne veulent pas que la Bible établisse des normes morales dans leur vie. Les scientifiques et ceux qui suivent leurs idées fausses et les canulars à propos de l’évolution sont comparables aux Juifs de l’époque de Jésus qui disaient « nous ne permettrons pas que cet homme… règne sur nous. Nous ne nous soumettrons pas à souveraineté de Dieu. » Ils entrent ainsi dans la catégorie mentionnée dans le Psaume 14 :1 et Psaume 53:1 : « L’insensé dit en son cœur: Il n’y a point de Dieu! »

Je comprends que les gens qui ne connaissent pas Dieu croient cela. Je comprends que les gens qui ne connaissent pas Dieu ne veulent pas de Dieu envahisse leur vie. Je comprends que ceux qui aiment le péché et veulent commettre le péché ne veulent pas un juge moral qui regarde par-dessus leur épaule et les considère responsables et les condamne à l’enfer éternel. Je comprends leur désir de se débarrasser de Dieu. Je comprends pourquoi ils ne veulent pas accepter le premier chapitre de la Bible, pourquoi ils ne veulent pas accepter le récit clair de la Genèse.

Mais je ne comprends pas cet intérêt ridicule et intolérable des personnes qui se disent chrétiennes, pour cette idée fausse. Je ne comprends pas cela. Même le prophète Malachie, dans Malachie 2 :10, il le dit de façon simple : « N’est-ce pas un seul Dieu qui nous a créés ? » Nous sommes tous le produit de la création de Dieu. Toutes choses sont faites par Lui et pour Lui. Est-ce que tout ce qui existe n’a pas été créé ?

La vérité au sujet de l’origine de l’homme est qu’il a été créé tel qu’il est aujourd’hui. Adam n’était pas différent de vous. En fait, si on doit dire une chose à ce sujet, vous n’êtes pas comme il était. Vous êtes inférieur. Je suis sûr que c’est la vérité. Non pas à cause de qui vous êtes personnellement, mais à cause du péché. Nous découvrons la création de l’homme lors du sixième jour. Lisons le texte de Genèse 1 :24.

Le schéma de la création est le même que celui des autres jours. « Dieu dit: Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi. Dieu fit les animaux de la terre selon leur espèce, le bétail selon son espèce, et tous les reptiles de la terre selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon. »

« Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. »

« Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et assujettissez-la ; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. Et Dieu dit : Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence : ce sera votre nourriture. Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. »

« Et cela fut ainsi. Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le sixième jour. »

Nous avons déjà vu les cinq premiers jours de la création. Les cinq premiers jours ont mis en place l’environnement dans lequel l’homme allait pouvoir vivre. L’homme est le roi de la terre. L’homme est le sommet de la création de Dieu, il est créé à l’image de Dieu. Le reste de la création constitue simplement l’endroit où il vivrait, et préparait l’arrivée de l’homme. Et même lors du sixième jour, une touche finale a été apportée à la création.

Le cinquième jour, souvenez-vous, Dieu a créé tous les animaux dans la mer et tous les oiseaux du ciel. Ainsi, au début du sixième jour, il était nécessaire de créer les créatures de la terre qui sont identifiées dans les versets 24 et 25 en trois catégories : le bétail, les reptiles et les animaux terrestres.

C’est la dernière touche que Dieu a apportée à la préparation de l’environnement dans lequel l’homme allait vivre. L’homme était l’objet de cette attention. L’homme était le centre d’intérêt ici. C’était la création de l’homme dans la perspective de sa rédemption que Dieu avait vraiment à l’esprit. Toute autre chose présente dans l’univers allait périr. Tout autre élément de l’univers aura une existence limitée. Les étoiles tomberont, selon le livre de l’Apocalypse, le soleil s’éteindra. La lune arrivera à sa fin. Tout l’univers s’enroulera sur lui-même tel un parchemin. Toute la création fondra dans une chaleur ardente. Elle sera balayée.

Ce sera comme si rien n’avait été créé. Toute l’énergie atomique nécessaire pour la créer s’inversera comme un film que l’on rembobine et tout le processus de création sera inversé et tout disparaîtra. Tout ce qui vit sur la terre, tout ce qui est vert. Toutes les plantes, tous les arbres, tout ce qui peuple les mers, tout ce qui se trouve dans le ciel, tous les animaux terrestres, toutes les créatures de l’univers mourront à la fin de sa vie et retourneront à la poussière, tout disparaîtra. Mais pas l’homme.

L’homme est le personnage principal et tout le processus de la création consiste à créer un théâtre dans lequel la grande saga de la rédemption peut se produire pendant que Dieu recherche une épouse pour Son Fils, pendant que Dieu démontre Sa grâce et Sa miséricorde et Sa compassion et Sa puissance salvatrice à l’univers des anges et à l’homme.

La création de l’homme est donc le sujet principal. Nous voyons que le texte de la Bible passe le plus de temps sur la création de l’homme que sur tout autre élément de la création, et aussi tout le chapitre 2 développe cette création de l’homme à cause de son importance.

Laissez-moi maintenant vous parler un peu du parallèle qui peut être établi. Le sixième jour de la création des animaux et de l’homme correspond au troisième jour. Le troisième jour, la terre fut créée. Le sixième jour, les créatures vivantes de la terre ont été créées. Le troisième jour, immédiatement après la fin de l’organisation de la nature inanimée, les plantes, dont le territoire s’étend sur toute la terre, ont commencé à exister.

Aussi, le sixième jour, une fois que la végétation et la vie des animaux ont été établies, l’homme qui règne sur toute la vie créée de la terre, a été formé. Cela correspond donc au sixième jour. Nous avons vu ces parallèles tout au long de la création. Le premier jour correspond au quatrième jour. Le deuxième jour correspond au cinquième jour, et le troisième jour correspond au sixième jour.

Le schéma est le même, verset 24 : « Dieu dit », verset 25 « Dieu fit ». Ce sont vraiment des parallèles. Dieu crée, littéralement en permettant que les choses existent suite aux paroles qu’Il prononce. Dans la tradition hébraïque, c’est typique, cette œuvre de création est répétée de deux façons différentes pour sceller la clarté sans faille de ce récit. « Dieu dit » est une formulation parallèle de « Dieu fit » qui renforce le fait que ce que « Dieu dit » s’accomplit.

Et en général, Dieu dit « Que la terre produise des animaux vivants. » Des créatures vivantes. Ce sont des animaux terrestres. Les animaux marins ont déjà été créés au cinquième jour. Les animaux du ciel, les oiseaux et ce qui vole dans le ciel ont été créés au cinquième jour. Seuls les animaux terrestres restent à créer. Au fait, ils n’ont pas évolué. Ils ont été créés instantanément.

Il a créé les créatures vivantes et il fait référence aux animaux terrestres en trois catégories. Je pense qu’elles ont assez fascinantes. Elles ne correspondent pas à la taxonomie contemporaine. Je pense qu’on peut parler de catégorisation animale temporaire comme les amphibiens et les reptiles et tout ça, les mammifères et ainsi de suite. La Bible donne simplement trois catégories : le bétail, les animaux rampants et les animaux terrestres.

Il est probable, et je pense que presque tous les chercheurs hébreux sont d’accord sur ce point, que le bétail représente les animaux qui sont domestiqués pour être utilisés par l’homme. Nous pensons immédiatement, lorsque nous pensons aux animaux domestiques, au chien, mais ce n’est pas ce à quoi la Bible fait référence, puisqu’un chien n’a pas vraiment d’utilité, à moins qu’on le dresse pour aller chercher le journal. A part cela, il n’a pas d’utilité.

Il ne peut pas tirer une charrue et je suppose qu’un chien peut regrouper les brebis s’il est bien entraîné, et peut-être qu’à cause de cette utilité il pourrait figurer dans cette catégorie. Mais généralement, le bétail regroupe plutôt les animaux qui donnent du lait, par exemple, comme les vaches et les chèvres, ou un animal qui pourrait être attelé comme une bête de somme. Les animaux qui peuvent être apprivoisés et domestiqués sont utilisés par l’homme.

Puis la seconde catégorie est constituée des animaux rampants. Bien sûr, ce qui vient à l’esprit, ce sont les serpents et les lézards, ce genre de choses. Mais c’est probablement plus large que cela. Tout ce qui rampe et avance sur le sol, cela comprendrait tout un monde d’insectes, et aussi comme la plupart des intellectuels hébreux le diraient cela fait aussi référence aux petits animaux avec de courtes pattes qui semblent simplement filer comme les lapins qui viennent dans nos jardins pour manger les fleurs.

Des pattes courtes, un auteur hébreu dit « des animaux avec des pattes courtes dont le ventre n’est pas loin du sol. Des insectes, des rongeurs, ainsi que les serpentes, et les amphibiens, etc, etc. » De tels animaux sont mentionnés, d’ailleurs, dans Lévitiques 11 :29 : « Vous les regarderez comme impurs. Voici, parmi les animaux qui rampent sur la terre, ceux que vous regarderez comme impurs : la taupe, la souris et le lézard, selon leurs espèces ; le hérisson, la grenouille, la tortue, le limaçon et le caméléon. »

Ici, nous trouvons une combinaison de ces choses, avec la taupe, la souris, et les reptiles. C’est probablement une catégorie assez large regroupant les animaux près du sol.

Puis la quatrième catégorie, les animaux terrestres, comprend les animaux à quatre pattes d’une certaine taille et qui ne sont généralement pas domestiques. Nous pensons immédiatement aux lions, aux girafes, aux éléphants et aux rhinocéros, hippopotames, tigres, et ce genre d’animaux qui ne sont pas domestiqués et dont l’homme n’a pas l’utilité, en tout cas généralement parlant. Bien qu’il soit possible, je suppose d’utiliser l’éléphant indien, mais certainement pas l’éléphant d’Afrique. J’ai moi-même monté un éléphant indien. Ils peuvent être domestiqués. Mais, en général, il s’agit de grands mammifères qui sont sur terre et ne sont pas domestiques ou qui sont sauvages.

Voilà, c’est tout. Je veux dire qu’il n’y a rien d’autre à dire. Il existe des animaux domestiques et d’autres qui n’en sont pas. Certains sont loin du sol et d’autres glissent et rampent sur le sol. Ce sont différentes catégories. Cette classification générale n’a, comme je l’ai dit, aucune relation avec le système arbitraire de la taxonomie faite par l’homme. C’est simplement un système naturel.

Je veux maintenant mettre l’accent sur le fait que les trois ont été faites en même temps. Lisez le verset 24 : « du bétail, des reptiles et des animaux terrestres. » Quelqu’un pourrait dire que le bétail est mentionné en premier et qu’à partir d’eux sont venus les reptiles et à partir d’eux sont venus les animaux terrestres. C’est un problème parce que c’est exactement la même chose qui est répétée au verset 25, seulement dans l’ordre inverse. Les animaux terrestres sont mentionnés en premier, puis en deuxième le bétail et les animaux rampants viennent en troisième position. Vous voyez, le changement d’ordre est une bonne façon d’indiquer qu’ils ont été créés simultanément.

Ils n’ont pas évolué à partir des uns ou des autres. Tous ensemble, ils ont été créés par Dieu. Pas d’évolution, pas de lutte pour exister, pas de survie du plus fort, pas de mutation du tout. Dieu a simplement créé tous ces animaux. Et n’est-il pas stupéfiant et surprenant de voir toute la variété de cette création ? Voyez la variété des poissons de la mer, et des animaux, y compris les mammifères qui nagent dans la mer. C’est renversant.

Et on en découvre toujours plus. Il existe des milliers de catégories d’animaux qui sont déjà éteintes. Les oiseaux qui volent dans le ciel : certaines personnes étudient l’ornithologie et ils observent avec leurs petites jumelles et découvrent les merveilles des oiseaux dans le ciel. Puis vous voyez les animaux et les insectes et tous les reptiles et toutes les choses qui rampent sur toute la terre et cela dépasse notre entendement que Dieu ait une telle capacité intellectuelle pour concevoir et créer toutes ces créatures. Mais Il l’a fait.

Et au verset 24 : « Que la terre produise. » Que la terre produise. Pourquoi dit-Il cela ? Pourquoi a-t-Il dit « que la terre produise » ? Je pense que c’est simplement une autre façon de dire que ces choses sont apparues sur la terre. Mais il est aussi vrai, et je dois vous dire cela, que les corps des animaux sont composés des mêmes éléments que la terre. C’est vrai. Les corps des animaux sont composés des mêmes éléments chimiques que la terre et ils viennent de la terre et ont été formés, et lorsqu’ils meurent, ils retournent à la terre, pour ainsi dire. Car ils sont constitués des mêmes éléments.

En fait, c’est même vrai en ce qui concerne l’homme. Lisez Genèse 2 :7 : « L’Eternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre. » Dieu a formé l’homme à partir du sol. Ainsi, c’est avec les éléments qui constituent la terre que Dieu a créé les animaux. C’est la même matière chimique.

Lorsqu’il les la créés, Il les a appelés « créatures vivantes ». Je vous rappelle que c’est un concept très important. Les plantes ne sont jamais appelées « créatures vivantes ». Les arbres ne sont jamais appelés « créatures vivantes ». On voit la création de la végétation aux versets 11 et 12. Elle est ici appelée « verdure ». Certaines traductions utilisent le mot d’« herbe », mais la meilleure traduction est « verdure ». On ne l’appelle jamais « créature vivante ».

Lorsqu’on arrive au verset 20, la première fois qu’on est confronté à des créatures vivantes se trouve au moment où les créatures marines sont créées, ainsi que les créatures qui vivent dans l’air, les oiseaux et les poissons entre autres créatures qui se trouvent dans la mer. Elles sont appelées « créatures vivantes ». Qu’est-ce que je vous ai dit à propos de la caractéristique des créatures vivantes ? Elles bougent. Ce n’est pas le cas des plantes. Elles bougent et elles ont une conscience. Elles bougent et elles ont une conscience, contrairement aux plantes.

On ne peut enseigner une plante, dans le sens ou on ne peut pas lui apprendre à faire quelque chose. On peut la faire pousser du côté du soleil, mais il s’agit d’une tendance naturelle de tirer sa vie de la lumière. On ne peut pas enseigner une plante parce qu’elle n’a pas de conscience. Les créatures vivantes bénéficient d’une conscience et de mobilité, contrairement aux plantes.

Les créatures vivantes ont une conscience, mais elles ne sont pas nécessairement conscientes de leur existence. Elles sont conscientes de leur environnement et peuvent ainsi y réagir. Un chien peut s’éloigner de la trajectoire d’une voiture. Un chien peut apprendre à obéir à un ordre. Même l’orque Shamu peut obéir à un ordre et bondir hors de l’eau pour toucher un ballon à 6 mètres de hauteur. On peut lui enseigner à faire cela, car il a une conscience de son environnement et on établit un lien entre l’apprentissage et la nourriture.

Mais cela ne signifie pas qu’il a conscience de son existence. Il peut réagir à son environnement, mais il ne sait pas qu’il est en train de faire cela. La conscience d’exister signifie que nous savons qui nous sommes et nous savons que nous réagissons à notre environnement. Les animaux sont conscients sans avoir de conscience de leur existence. Lorsqu’ils meurent, ils retournent simplement à la poussière. Ils sont simplement sur la terre pour faire partie du décor alors que Dieu expose ses merveilles face aux rois de la terre, sa création, l’homme qui est fait à Son image.

Remarquez encore dans les versets 24 et 25, la répétition de l’expression « selon leur espèce », deux fois dans le verset 24 et deux fois, trois fois en fait dans le verset 25. Cela nous devient très familier. Nous le trouvons 10 fois dans Genèse 1. « Selon leur espèce », « selon leur espèce », « selon leur espèce ».

Laissez-moi vous dire la chose suivante de façon aussi simple que possible. Cela indique que les variantes sont limitées. Nous ne voulons pas entrer dans ce qui est technique et dire que cela fait référence aux espèces, ou aux gènes, ou aux familles, ou à la lignée ou quel que soit les termes de classification que les scientifiques utilisent. Mais nous dirons que cela implique la limite des variantes.

De toute façon il existe un code génétique. De toute façon il existe un code génétique, une fine bande de chromosomes qui est codée et se trouve dans chaque cellule de chaque être vivant et qui détermine la nature de cet être vivant. Il restera fidèle à sa nature. Il peut exister des variations à l’intérieur de cet ADN, mais cet être ne peut pas devenir autre chose de différent de ce qu’il est. Ceci est contrôlé, comme nous l’avons souvent dit, par l’ADN. Ceci est exprimé par le concept de l’espèce, l’espèce.

Au fait, nous pouvons noter que la formation des plantes est arrivée avant la création de la vie animale, avant les poissons et avant les oiseaux. Cela contredit carrément le système traditionnel de l’évolution qui dit que la vie animale a commencé dans la mer et est sortie en rampant de l’eau à un moment, après des centaines de millions d’années. La vie animale est sortie en rampant de la mer et coïncidence, une fois sur la terre, les plantes ont commencé à pousser. Mais ce que nous voyons dans la Genèse c’est que les plantes ont été créées en premier, la végétation a été créée en premier, puis a eu lieu la création des créatures marines, les créatures volant dans le ciel, et les créatures terrestres.

Le mieux que nous pouvons dire à propos des espèces est qu’elles possèdent des limites de variation. Dieu a fait ces créatures telles qu’elles sont. Les chiens étaient des chiens. Les chevaux étaient des chevaux. Les dauphins étaient des dauphins. Les barracudas étaient des barracudas. Les fourmis étaient des fourmis, même s’il en existe de nombreuses espèces. Les araignées étaient des araignées. Les serpents étaient des serpents. Les grenouilles étaient des grenouilles.

Même s’il existe des variantes, la variabilité est limitée. Un être n’évolue pas pour en devenir un autre. Ceci est répété 10 fois dans la Genèse au chapitre 1, comme si Dieu savait que quelqu’un viendrait et essaierait de raconter un mensonge disant qu’une espèce peut donner une autre espèce sans aucune limite de variation.

Il est dit à la fin du verset 24, « Il en fut ainsi. » Nous avons déjà entendu cela. Lorsque Dieu l’a créé, « il en fut ainsi ». C’est une petite expression importante. Ce n’est pas juste une expression bouche-trou. C’est dans le verset 9. « Il en fut ainsi. » C’est dans le verset 11, « Il en fut ainsi ». Dans le verset 15, « Il en fut ainsi ». Et ici, dans le verset 24 « Il en fut ainsi ». Cela signifie que c’était déterminé ainsi. C’était ferme, permanent, et les choses sont restées ainsi.

Lorsqu’au tout commencement Dieu a dit : « Que la lumière soit », il n’est pas dit « il en fut ainsi ». Parce que la lumière, lorsqu’elle a été créée à l’origine, était juste de la lumière, sans être attachée à des corps célestes, les luminaires, la lune, le soleil, et les étoiles. Lorsque Dieu a premièrement créé la terre, elle était simplement une masse d’éléments totalement submergés, Dieu ne dit pas « il en fut ainsi », car ce n’était pas sa forme définitive.

Mais dans le verset 9, lorsque Dieu commence à séparer les eaux d’en haut des eaux d’ici-bas, lorsque la terre sèche est apparue et que la terre a pris sa forme une fois la terre et l’eau séparées, c’était la façon dont cela allait être de manière permanente, on trouve l’affirmation « il en fut ainsi ».

« Il en fut ainsi » au verset 11, lorsque la végétation a été créée sur la terre, cela devait être permanent et fixe et c’est toujours le cas aujourd’hui. Dans le verset 15, la lune, le soleil, les étoiles étaient placés dans le ciel et « il en fut ainsi ». Les choses étaient ainsi fixées. Et ici, dans le verset 24, les animaux ont été créés et ils sont restés les mêmes. Ils sont toujours pareils. « Il en fut ainsi », fixé, de façon ferme, permanente et les choses sont restées ainsi même jusqu’à aujourd’hui. Elles sont restées dans le cadre de leur espèce, leurs variations étaient restreintes.

Il existe des variations. Il existe des changements. Nous savons cela. La génétique peut faire cela, la création d’espèces particulières. Mais elles restent cependant essentiellement les mêmes espèces de créatures.

Finalement, la création de ces créatures terrestres reçoit un commentaire de Dieu à la fin du verset 25. Dieu vit que cela était bon. Et Dieu a dit cela tout le temps. Le verset 4 nous dit que Dieu a vu que la lumière était bonne. Verset 10, Dieu vit que la terre sèche et la mer étaient bonnes. Verset 12, les plantes étaient bonnes. Verset 18, les corps célestes étaient bons aussi. Verset 21, les créatures de la mer et de l’air étaient bonnes. Verset 25, les animaux terrestres étaient bons. Et finalement, verset 31, après avoir créé l’homme, c’était très bon.

Tout ce que Dieu a créé était bon. Ecoutez ceci. Pas de déformations, pas de mutations, pas d’infériorités, pas de sélection naturelle, de survie du plus fort, car il n’y avait pas d’animaux malades. Tout était bon. Il n’y avait pas d’imperfection. Il n’y avait pas de sélection naturelle. Il n’y avait pas d’infériorité du tout. C’était très bon. Nous parlerons davantage de ce que signifie que c’était très bon, lorsque nous arriverons au verset 31.

A ce moment-là, tout était bon. C’était bon. La mort n’existait même pas dans le monde. Il n’y avait pas de mort dans le monde. La mort n’est arrivée qu’au moment où l’homme a péché, dans le chapitre 3. La terre était prête à recevoir l’homme. L’homme qui devait régner sur la terre et en prendre possession.

En fait, l’Eternel a dû créer tous les animaux dans la première partie du sixième jour. Le reste de la journée a été consacrée à la création de l’homme, et il était bien engagé. Tout le déroulement ne nous est pas donné ici, dans ce chapitre, mais dans le chapitre 2, nous le voyons. Nous verrons cela plus tard.

Lisons les versets 26 et 27, au moins, étudions cela brièvement. Nous arrivons à la quintessence de la création de Dieu. « Puis Dieu dit : Faisons l’homme à Notre image, selon Notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. Dieu créa l’homme à Son image, Il le créa à l’image de Dieu, Il créa l’homme et la femme. »

Voici le summum de la création. C’est la raison pour tout cela. Nous trouvons encore la même formule. Verset 26 « Puis Dieu dit, » verset 27, une affirmation parallèle « Dieu créa ». Dieu créa. C’est la même formule. Dieu parle et crée. C’est la même chose encore. C’est ce que nous appelons « création par décret ». « Décret » vient du mot latin « fiat » qui signifie « qu’il soit ainsi ». Dieu parle et la chose existe.

Qu’il en soit ainsi. Qu’il en soit ainsi. Nous avons entendu cela encore et encore. Qu’il en soit ainsi, qu’il en soit ainsi… Le verset 26 ne dit pas « qu’il en soit ainsi ». Que dit-il ? « Faisons l’homme. » C’est tout nouveau. C’est tout nouveau. C’est une différence très importante. C’est un changement de langage très important.

Tout le long, verset 3, verset 6, verset 9, verset 11, verset 14, verset 20, verset 24 : « Qu’il soit ainsi. Qu’il soit ainsi. Qu’il soit ainsi… » C’est une forme impersonnelle du verbe hébreu. Qu’il soit ainsi. Qu’il soit ainsi. C’est presque comme si Dieu n’était pas intimement impliqué. Qu’il soit ainsi. Qu’il soit ainsi. Mais ici « faisons l’homme ».

A ce moment Dieu s’implique personnellement et écoutez, parce que Dieu est une trinité, lorsqu’Il se présente personnellement, c’est un pluriel qui est utilisé. C’est le pluriel qui est utilisé. Je veux dire, dans Jean chapitre 1, il est dit que Jésus-Christ a créé. « Toutes choses ont été faites par elle (la Parole, Jésus), et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. » Il est dit ici que Dieu a créé. Dans Jean 1, il est dit que Jésus a tout créé.

On dit même que l’Esprit de Dieu a formé la création, plus tôt dans Genèse 1. Toute la Trinité est impliquée. Et quand Dieu arrive à la création de la race humaine, il n’emploie pas la terminologie impersonnelle du décret, « qu’il soit ainsi », mais Il utilise le langage qui révèle le fait qu’il se parle à Lui-même, « faisons ». « Faisons l’homme à Notre propre image. » Vous savez ce qu’Il nous dévoile ? Il nous dévoile un plan trinitaire. Il est en communion avec Lui-même à propos de cette création, la plus importante.

Je crois que cela est une référence claire et immanquable à la Trinité. J’admets, comme tout étudiant de la Bible, que la doctrine de la Trinité se clarifie dans le Nouveau Testament, où on trouve la théologie complète, la clarification complète de la théologie de la Trinité. Mais la Trinité est certainement évidente dans l’Ancien Testament.

On trouve la référence de l’Esprit de Dieu de façon répétée dans l’Ancien Testament. L’ange du Seigneur n’est autre que la pré-incarnation du Fils de Dieu. En ce qui concerne Dieu Lui-même, on voit là une communication interne dans la Trinité. « Faisons l’homme à notre image. » On voit le Psalmiste dire : « Parole de l’Eternel à mon Seigneur. » C’est une conversation entre le Père, sans aucun doute, et le Fils.

Il existe un certain nombre de révélations de la Trinité dans l’Ancien Testament. Psaume 2, le Père dit au Fils : « Tu es mon fils ! Je t’ai engendré aujourd’hui. Demande-moi et je te donnerai les nations pour héritage. » C’est une promesse messianique, une promesse prophétique dans le Psaume 2.

Il existe un certain nombre de références à la Trinité dans l’Ancien Testament. Je ne veux pas dire qu’il n’y en a pas, car il y en a. En fait, en parlant de Christ, le second membre de la Trinité, Psaume 45 :7 : « Tu aimes la justice, et tu hais la méchanceté : C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint D’une huile de joie, par privilège sur tes collègues. » C’est une affirmation directement attribuée au Messie, le Seigneur Jésus-Christ. C’est encore une indication que Dieu est en communion avec le Fils.

Il existe un certain nombre de passages comme ceux-là. J’hésite à vous les citer tous, peut-être un ou deux. Psaume 110, je crois, je pourrais me tromper, oui, c’est ça : «Parole de l’Eternel à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, Jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied. » On trouve même cette référence dans le Nouveau Testament appliquée à Christ. Dieu le Père communique avec Dieu le Fils dans une conversation entre les deux.

Nous trouvons donc des références à la Trinité dans l’Ancien Testament. Il est important de reconnaître cela. Mais la pleine compréhension de la Trinité éclot vraiment dans le Nouveau Testament. Nous comprenons pourquoi, n’est-ce pas ? Parce que le second membre de la Trinité devient… ? Il devient homme. Il s’incarne. Ce que nous trouve alors, que trouvons-nous dans « faisons », ici ? Je vous confesse que je pourrais me lancer là-dedans parce que je sais un peu de quoi traitait la discussion et de quoi il s’agissait.

Vous vous demandez comme je sais cela ? Il n’y a qu’un seul moyen de savoir quelque chose, c’est par ce qui est écrit dans la Bible. Mais je sais quelque chose de cette conversation. Elle parle de la rédemption. Elle parle de la rédemption, car, écoutez : La terre avait déjà été formée, n’est-ce pas ? Est-ce que c’est vrai ? D’accord. Et selon la Bible, Apocalypse 13 :8, Apocalypse 17 :8, nos noms sont inscrits dans le Livre de L’Agneau, à quel moment ? Avant la fondation de la terre. D’accord ?

Nous savons quelque chose de cette conversation avant la formation et la création de la terre, et avant la création de l’homme. Cette conversation avait atteint un tel niveau que les noms étaient en fait enregistrés dans le Livre de Dieu. Des noms, les noms de qui ? Le mien, n’est-ce pas ? Le vôtre si vous êtes croyant. Et je sais aussi, selon Ephésiens chapitre 1, que nous étions prédestinés à être en Christ avant même la fondation du monde. N’est-ce pas ? N’est-ce pas ce qu’Ephésiens 1 dit ?

Je sais donc un peu de quoi traitait cette conversation. Ils parlaient de la rédemption en tant que Trinité ou ils communiquaient à propos de la rédemption. Un plan est né dans l’esprit de Dieu et voici ce plan. Dieu aimait parfaitement le Fils. Dieu voulait montrer Son amour au Fils. Nous avons déjà parlé de cela. C’est un moment parfait pour le placer.

Dieu aimait le Fils d’un amour parfait. Il voulait montrer Son amour au Fils, l’amour pur qu’Il avait pour le second membre de la Trinité. Et Il a déterminé qu’Il ferait cela d’une façon remarquable. C’est-à-dire qu’Il choisirait une épouse pour Son Fils. Par « épouse », Il avait en tête une humanité rachetée qui honorerait Son Fils, qui adorerait Son Fils, qui aimerait Son Fils, qui adorerait Son Fils et qui servirait Son Fils pour toujours. Ils amèneraient littéralement cette humanité jusqu’au lieu de la Trinité, dans la gloire des cieux et ils vivraient là pour toujours. C’était leur projet.

La création de la terre, de tout l’univers et tout ce qu’il contenait était une simple étape du développement du projet. Vous vous demandez s’il était nécessaire que faire cette création ? Bien sûr. Car cette création parlait de Dieu et de qui Il était. Elle parlait à l’homme de Sa grandeur et de Sa gloire, et de Sa puissance, n’est-ce pas ? Les cieux déclarent… ? La gloire de Dieu. Le firmament montre l’œuvre de ses mains. Romains 1 dit que nous regardons la terre et nous voyons que Dieu existe, du fait que Sa nature invisible est manifeste par Sa création visible et nous sommes sans excuse. Tout cela était supposé révéler qui Dieu est.

En regardant la création, nous voyons Sa puissance, et nous voyons Son intelligence, et nous voyons Sa sagesse, et nous voyons Son amour de la beauté, Son intelligence incroyable, Sa sagesse stupéfiante. Nous voyons Sa douceur et Sa tendresse dans les pétales d’une fleur. Nous voyons Sa puissance dans la lumière, dans la foudre et dans les gigantesques corps célestes qui parcourent l’espace sans fin des milliards de galaxies qui existent. Nous voyons tant de choses à propos de Dieu. Tout cela présente Dieu.

Mais ce qui révèle Dieu d’une façon particulièrement remarquable, c’est qu’Il est assez miséricordieux pour sauver les pécheurs. Et cela ne pourrait jamais être prouvé, la grâce de Dieu, la miséricorde de Dieu, le pardon de Dieu, l’amabilité de Dieu, le tendre cœur de Dieu, cela ne pourrait jamais être prouvé sans la présence de pécheurs envers qui Dieu pourrait exprimer sa grâce, n’est-ce pas ?

Donc, à un moment donné, avant la fondation du monde, un plan se mettait en place. Dieu qui ne peut mentir, 2 Timothée 1 :9 avait planifié de racheter l’humanité au travers de Jésus-Christ. Il devait premièrement la créer. Le projet était donc d’amener à la gloire une humanité rachetée.

Les anges sont aussi créés à ce moment-là. Ils ont été créés pour la gloire de Dieu. Mais au-delà de cela il n’y a pas de grâce pour les anges. Dieu ne peut pas déverser Sa Grâce, Sa miséricorde et Son pardon sur les anges parce qu’il n’y a pas de salut pour les anges. Les anges étaient soit saints, soit déchus et les déchus sont immédiatement déchus et maudits dans l’étang de feu.

Dieu a déterminé à un moment donné, avant la fondation du monde qu’il y aurait des pécheurs, qu’Il sauverait des humains. Il les créerait, Il les sauverait. Il les mènerait à la gloire et ils seraient l’épouse de Son Fils. Ils serviraient, aimeraient et adoreraient Son Fils pour toujours, pour toujours, pour toujours. Il peuplerait le ciel, littéralement avec une chorale d’alléluias qui ne ferait rien d’autre que de Le servir pour toute l’éternité.

C’était une partie de la discussion de la Trinité. Il s’agit de cet étonnant, stupéfiant but de Dieu. Il n’avait besoin de créer aucun de nous, tout comme Il n’avait besoin de rien créer du tout. Mais Il a créé, écoutez, Il a tout créé pour arriver à un stade où Il se révèlerait à nous. C’est pourquoi Jésus dit dans Jean 6 : « Tous ceux que le Père me donne viendront à moi. » Il a déterminé, parmi toute l’humanité qui Il amènerait, qui Il donnerait à Son Fils comme un don d’amour.

Et Il écrivit leurs noms dans un livre avant la fondation du monde. Nous étions prédestinés avant la création du monde. Je sais quelque chose de cette communication. Vous pouvez savoir cela lorsque la Bible dit « Dieu dit, faisons l’homme ». C’est le moment que la Trinité avait planifié. C’est cela. C’est cela. C’était l’apogée du sixième jour.

Ils sont maintenant tous impliqués. « Faisons l’homme ». Il n’est pas dit : « Qu’il en soit ainsi. Qu’il en soit ainsi. Qu’il en soit ainsi. » Ce serait une expression impersonnelle. Dieu s’implique personnellement ici, car le moment est venu de créer ceux qui sont éternels. Ceux qui lui rendraient gloire éternellement au ciel ou en enfer. C’est le sommet de toute chose. « Faisons l’homme. » Dieu devient très, très personnel. 

Aussi incroyable que vous soyons, faits à Son image, je vous rappelle, verset 7, encore une fois : « L’Eternel Dieu forma l’homme. » Il a exprimé cela. « Faisons l’homme. » Il l’a fait. Il nous a créés. Comment a-t-il fait ? Il a formé l’homme à partir de la poussière de la terre. Nous sommes faits de la même matière de base que toute autre chose. Les éléments de la matière sont faits de certains composants chimiques. Nous sommes tous faits de la même matière. C’est pourquoi les corps se décomposent et retournent à la poussière. De la poussière à la poussière.

Il a soufflé dans ses narines pour lui insuffler la vie et l’homme est devenu une créature vivante, un être vivant. Tout comme les autres sont des créatures vivantes, il était mobile et conscient. Il était mobile et conscient. Notre corps est principalement formé de la même matière première que le reste de la création. Souvenez-vous, il y a quelques semaines, je vous ai dit que notre corps est constitué de… ? Rien. Nous sommes 90 pour cent de rien. 99 virgule quelque chose de rien du tout. Car c’est au moins la proportion d’un atome qui n’est rien.

Le corps est formé de la même matière première atomique que toute autre création. Et comme tous les autres animaux, nous avons reçu le souffle de la vie. Nous sommes devenus des créatures vivantes dans le sens où nous avons une conscience et nous sommes mobiles. Au fait, il est dit des animaux dans Genèse 7 :22 que leurs narines avaient le souffle de la vie (de l’esprit de vie dans certaines versions).

Ceci parle simplement de notre formation physique dans Genèse 2 :7. Nous sommes faits de poussière. Nous sommes faits des mêmes particules atomiques que tout autre corps, que toute autre créature et nous avons une conscience, comme toute autre créature vivante. Mais il y a là une énorme différence, la voici. Nous sommes faits à l’image de Dieu. Vous voulez savoir ce que cela signifie ? Il faudra revenir la semaine prochaine. C’est tout. Mais je regarde ici et je n’arrive pas à croire qu’il est déjà si tard. Nous devons terminer maintenant.

C’est si important. Je ne veux pas m’arrêter, mais j’ai passé tout ce temps et je ne suis pas arrivé à ce point si important. Ce sera pour la prochaine fois, d’accord ?

Père, merci pour Ta Parole. Merci pour le grand espoir qui est dans notre cœur pour l’avenir, car nous Te faisons confiance, Tu es un Dieu fidèle. Notre Créateur, notre Sauveur, notre Rédempteur, notre Roi qui vient. Amen.

FIN

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

Donation:
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize