Grace to You Resources
Grace to You - Resource

Ouvrons à présent la Parole de Dieu au chapitre cinquante trois d'Esaïe. C'est notre sixième jour dans ce merveilleux chapitre. Et, avec chaque semaine qui passe, tandis que j'examine le texte ici présent et les pistes/références vers lesquelles il renvoie, il m'est rappelé combien ce chapitre est véritablement insondable. On pourrait passer une vie dessus, allant d'ici vers toutes les choses qui sont impliquées ou élucidées par ce puissant chapitre. Esaïe 53 constitue un défi pour n'importe quel prédicateur ; il s'agit de se corriger ne pas s'alourdir et vous faire passer à côté du point principal. Je me bats un tout petit peu contre cela.

Je fais davantage face à un défi parce que je me prépare normalement à avoir un début et une fin ainsi qu'un milieu (un corps), un sermon entier. Je l'ai fait la semaine dernière et, pour couvrir les versets 4 à 6, je n'y suis pas arrivé. Je suis allé du verset 4 à 5, les deux tiers du chemin à parcourir, mais nous n'avons pas eu assez de temps pour le verset 6. Ceci fait qu'il me reste, disons, un tiers du message. Eh bien, cela me donne une bonne opportunité de le compléter avec des choses qui sont vraiment nécessaires, apparentées et que je considère utiles. Ce qui me permet de prendre une tangente vers ce qui est utile et non ce qui est agréable. Et je ferai un tout petit peu cela avec vous ce matin.

Cela me fait toujours du bien de prendre de l'altitude (de la hauteur) quand j'examine un passage. Plus haut je m'élève au-dessus du passage et plus loin s'étend mon champ visuel. Et j'aime me mettre à 40 mille pieds (environ 12 km) au-dessus du passage pour pouvoir regarder vers le bas, voir tout de Genèse à Apocalypse, puis finalement descendre en quelque sorte de cette altitude, faire sortir les roues d'atterrissage et parvenir à ce passage que nous étudions. Et c'est ce que nous allons faire. J'aimerais prendre un peu de hauteur ici pour vous et ensuite, nous finirons par sortir nos roues dans un moment à Esaïe 53 et conclure notre compréhension des versets 4 à 6. Mais je veux commencer à partir d'une perspective beaucoup plus large.

L'histoire du peuple juif est l'histoire ethnique la plus remarquable de...de l'histoire du monde. C'est, d'après eux, une longue et incroyable saga de survie. De penser qu'il existe encore des Juifs au monde, et 14 à 15 millions d'entre eux de ce fait, c'est comprendre qu'ils ont réussi à survivre quand tout était contre eux. Personne parmi nous n'a encore rencontré de Hévien, de Jébusien, de Phérézien , d'Amoréen ou de tout autre "éen" dont parle l'Ancien Testament parce qu'ils ont disparu depuis longtemps. Cependant, nous avons des Israélites assis là aujourd'hui, plusieurs font partie de notre congrégation et il y en a de nombreux autres à travers le monde. Et ils constituent la pure souche de Juifs qui a traversé l'histoire de l'Ancien et du Nouveau Testaments jusqu'à aujourd'hui. De leur point de vue, il s'agit d'une grande histoire de survie. Toutefois, de l'avis de Dieu, c'est une histoire encore plus étonnante de préservation.

Je suppose que nous pourrions saluer la façade humaine de cela et dire que c'est un peuple si dévoué à sa perpétuation et à son existence qu'il constitue le plus grand témoignage de volonté à survivre d'un quelconque peuple dans l'histoire du monde. Mais, du point de vue divin, nous devrons un tout petit peu couvrir cela et dire qu'il ne s'agit pas d'une histoire de volonté humaine à survivre ou à rester ensemble en tant que nation. C'est plutôt une histoire de protection et de préservation divines. Il existe encore des Juifs au monde parce que Dieu S'est assuré de conserver des Juifs au monde.

Ils sont encore identifiables à leur tribu précise bien qu'ils ne sachent pas à quelle tribu ils appartiennent parce que les registres/dossiers ont été détruits en 70 après JC quand les romains ont détruit le temple. Dieu sait à quelle tribu ils appartiennent et Il reconstituera ces tribus et en choisira 12000 de chacune d'elle pour former les 144000 Juifs qui prêcheront l'Evangile au terme de l'histoire humaine. Il sera toujours possible de les identifier à leur tribu d'origine, même au moment de la Tribulation, tout de suite avant le retour de Jésus-Christ. Ils sont une histoire remarquable.

Oui, il y a un élément humain dans cette survie, mais, dans une plus grande mesure, ils sont une histoire remarquable de la protection et de la préservation de Dieu. Dieu les a protégés et préservés, de manière providentiel. En donnant des ordres aux circonstances en leur faveur. Mais, à plusieurs occasions, Il les a également protégés de manière miraculeuse, en suspendant le cours normal de l'histoire et le fonctionnement habituel du monde pour leur protection. C'est ainsi qu'Il a par exemple divisé la mer pour leur permettre de traverser sur la terre ferme quand ils étaient en train de quitter l'Egypte. Dieu fait donc en sorte que les Juifs ne s'éteignent pas; par Sa providence, quand Il orchestre les circonstances en leur faveur ou par Sa puissance miraculeuse, quand Il met la nature en suspens.

C'est assez curieux. Premièrement parce qu'il s'agit d'un petit groupe de personnes. Ils sont un petit groupe de peuples. Ils sont un peuple exceptionnel à tous égards. Sur le plan humain, ce sont les êtres humains les plus nobles qui soient. Ce sont des personnes très spéciales. Mais, ils ont été choisis par Dieu pour Ses propres desseins. Et ils ne sont pas ce qu'ils sont pour l'avoir mérité. Ils ne sont pas ce qu'ils sont pour l'avoir gagné. Ils sont ce qu'ils sont parce que Dieu a décidé qu'il en serait ainsi. Et ils ont été choisis par Dieu pour être bénis en tant que nation et pour que le monde soit béni à travers eux.

Parce qu'ils ont été choisis par Dieu pour des desseins qui ne se sont pas encore accomplis, ils sont la cible des ennemis de Dieu. Ils sont la cible de Satan, l'ennemi n°1 de Dieu. Ils sont dans le collimateur des démons, co-conspirateurs et instigateurs de la méchanceté surnaturelle dans le monde. Ils sont la cible des hommes, des humains qui sont sous l'emprise du pouvoir du royaume des ténèbres. Il y a eu, à travers l'histoire, des efforts repétés aussi bien au niveau démoniaque qu'humain pour exterminer les Juifs. En vain. Cependant, ils sont la cible particulière des forces de l'enfer et des humains qui servent ces forces dans le but de contrecarrer les desseins ultimes de Dieu. Efforts infructueux, devrais-je ajouter.

En repensant à leur histoire cependant, on comprend qu'il s'agit d'un petit groupe de personnes vivant à un endroit très vulnérable (exposé) du Moyen-Orient, entouré de tout genre de puissances païennes qui, tout au long de leur histoire, ont désiré les éteindre. Ils ont survécu. Ils ont tant de fois failli disparaître! La famine qu'il y a eu à l'époque de Jacob et de ses fils aurait pu les emporter. Ils auraient pu littéralement disparaître à cause de la faim mais Dieu ne l'a pas permis.

Dieu, par le truchement de la trahison, a déposé un des fils de Jacob au milieu de l'Egypte et lui a conféré tous les pouvoirs pour distribuer la nourriture et ils savaient qu'elle était disponible. A cause d'un rêve que Jospeh a eu (vous vous en souvenez?)l'Egypte avait de quoi faire face à la famine et était en position de fournir à manger aux autres nations qui auraient pu périr sans cela. Dieu a positionné Joseph, l'a rendu capable d'interpréter des rêves et l'a amené à préparer l'Egypte à affronter la famine et a ensuite sauvé Jacob...ou Israël. Et lorsque les frères de Joseph sont descendus pour essayer d'avoir quelques aliments à partir des réserves d'Egypte, Joseph aurait pu être si en colère et si plein de vengeance (du fait qu'ils l'avaient trahi et vendu pour être esclave)qu'il aurait décidé de tuer ses propres frères mais Dieu ne l'a pas non plus permis.

Dieu a agi à travers la compassion et le pardon du coeur de Jospeh pour épargner ses frères et par là perpétuer la famille. Cette famille s'est installée en Egypte et s'est développée de la petite famille de Jacob et les siens à plusieurs millions d'individus, deux millions de personnes sur le territoire de Goshen. Il a fallu quatre cents ans pour que cette nation s'accroisse. Au terme de cette période, l'Egypte a été frappée par des plaies. Ces plaies ont eu des effets dévastateurs et mortels sur les égyptiens. Elles auraient tout aussi bien pu affecter les enfants d'Israël si Dieu ne s'était pas assuré que cela n'arrive pas.

La mort des premiers nés aurait pu ravager les Juifs si Dieu n'était pas monté en scène et n'avait pas pourvu un moyen d'épargner les aînés en mettant du sang de l'agneau sacrificiel sur les montants des portes et les linteaux. Le pharaon aurait pu massacrer les évadés juifs en masse et c'est ce qu'il a tenté de faire quand il s'est lancé à leur poursuite. Heureusement que Dieu a ouvert la mer, a fait passer les Israélites et a ensuite laisser l'armée égyptienne toute entière se noyer lorsque la mer s'est affaissée sur eux. Ils auraient pu disparaître de l'histoire au cours des quarante années pendant lesquelles ils ont erré dans le désert. Ils...ils...ils ont murmuré, ils se sont rebellés, ils ont violemment péché contre Dieu et toute une génération est morte, leurs cadavres se desséchant dans le désert.

Cependant, un reste d'entre eux, sous la conduite de Josué, a réussi à entrer dans la Terre Promise. Quand ils sont entrés à Canaan, ils auraient une fois de plus pu être décimés parce qu'ils pénétraient un territoire, et ils étaient un petit groupe de personnes et ils étaient confrontés à de formidables ennemis païens qui n'avaient nullement l'envie de céder leur pays et leur propriété. Ils auraient pu être détruits par n'importe lequel des ennemis qui occupaient le pays de Canaan qu'ils voulaient conquérir. Dieu s'est cependant assuré que cela n'arrive pas. Cela a été en quelque sorte démontré de manière métaphorique en ce que le gigantesque Goliath a été tué par un jeune berger armé d'une pierre et d'une fronde. C'est ce qu'il en était. Israël était semblable à un berger armé d'un lance-pierre face à géant impressionnant dans le pays de Canaan. Mais Dieu a veillé à leur survie.

Il ne s'agit pas seulement d'une histoire de survie humaine. C'est une histoire de préservation divine. Quand ils sont arrivés dans le pays, qu'ils s'y sont installés et qu'ils se sont éparpillés à travers le pays et l'ont divisé en sections par tribu, vous savez ce qui est arrivé. Ils ont été pris au piège de l'idôlatrie. Ils se sont embarqués dans l'apostasie. Ils ont été pris dans les filets de l'adoration des faux dieux. Et ils ont été ensuite pris au piège de l'immoralité. Et leur religion est ainsi devenue superficielle et hypocrite. Ils ont commencé à se laisser absorber par la culture païenne et ils auraient pu littéralement disparaître en fusionnant avec les nations. Mais Dieu s'est assuré que cela n'arrive pas. Ils auraient pu se perdre à jamais à travers des mariages avec les païens et voir leur pureté ethnique se dissiper.

Et quand le royaume s'est divisé, dix tribus sont parties dans le nord et ont établi ce qui a été ensuite connu comme Israël, tandis que deux tribus restaient dans le sud, Juda et Benjamin, qui sont devenus Juda. Au cours des années qui ont suivi, il n'y a pas eu un seul roi convenable dans le nord. Ils étaient tous rebelles et si méchants que Dieu a fait descendre le jugement sur eux, et les Assyriens sont arrivés en 722 avant J.C. Ils ont saccagé le royaume du nord et ont emmené en captivité tous ceux qu'ils n'ont pas tué et ces gens ne sont plus jamais rentrés chez eux. Ils ont disparu au creuset des nations. Ils ont complètement disparu de l'existence, ce qui fait qu'il est resté les deux tribus du sud et ceux qui avaient migré vers le sud avant la destruction du royaume du nord. Il y avait donc des personnes issues de toutes les tribus dans le sud.

Mais ensuite, les Babyloniens sont arrivés aux environs de l'année 600; ils ont saccagé Jérusalem et massacré les habitants. Et ceux qui n'ont pas été tués ont été traînés à Babylone où ils devaient se mêler à la culture chaldéenne. Les gens comme Daniel et ses trois amis ont reçu des noms qui n'étaient pas les leurs. Il leur a été attribué des noms les connectant aux dieux chaldéens/babyloniens. Ils devaient ensuite être formés à leur culture.

Cela aurait pu être la fin. La totalité du peuple de Dieu en Babylone aurait pu être littéralement absorbé à travers les mariages interethniques et le mixage religieux et disparaître à jamais de l'histoire humaine. Mais cela n'est pas arrivé. Ils n'ont jamais été phagocytés/engloutis/assimilés par la culture chaldéenne. Soixante-dix ans plus tard, un important reste d'entre eux revenait et s'établissait à nouveau dans leur pays. C'est ainsi que s'est déroulée leur histoire.

Un roi s'est élevé en Perse. Son nom était Xerxès...C'est ainsi qu'on le nomme en grec. Son autre nom, peut-être l'appellation par laquelle vous le connaissez, Assuérus...il a régné en Perse des environs de 486 à 465 et, les Juifs étaient toujours là en Perse, intacts. Cependant, il y a eu une tentative de génocide dirigé par un homme du nom d'Aman, qui voulait exterminer les Juifs. Et vous vous rappelez cette histoire parce qu'elle est racontée dans le livre d'Esther, comment Dieu s'est servi d'Esther en un temps comme celui-là pour préserver le peuple juif du génocide sur le territoire perse. Et Dieu a dû ordonner la providence pour que le roi qui avait organisé un concours de beauté choisisse Esther comme vainqueur du concours de beauté.

Elle est devenue son épouse et la faveur qu'elle a trouvé aux yeux du roi l'a sauvée, elle, et son peuple avec. Les Juifs tiennent une fête chaque année. Cela s'appelle «le Festival du Pourim», P-O-U-R-I-M. C'est une fête non biblique. Elle n'apparaît pas dans les Ecritures. C'est comme l'Hanoucca, une autre fête juive dont les Ecritures ne font aucune mention. Pourim est la célébration de leur survie. C'est une célébration en l'honneur d'Esther et de la survie du peuple juif.

Ensuite est venu le pouvoir grec et Antiochos Epiphane a attaqué et abattu des Juifs. Arrivent alors les Romains en l'an 70 de notre ère et ils massacrent des centaines de milliers de Juifs de quelque valeur que ce soit. Ils détruisent Jérusalem, démolissent le temple et parcourent environ mille villes et villages du territoire d'Israël dans les années qui suivent où ils déciment les populations. Cela a continué après l'an 70 après Jésus-Christ. L'histoire de leur survie est un étonnant récit sur la protection divine.

A partir de l'an 250 de notre ère, partons de là jusqu'en 1933 pour résumer. Vous pouvez vérifier cette histoire. Tout cela est bien, très bien enregistré. Les Juifs de partout...et nous parlons surtout de ceux d'Europe, les Juifs d'Europe et des alentours qui peuvent s'étirer jusqu'au Moyen-Orient et en Afrique...Les Juifs de toutes parts et de toutes les époques ont été attaqués, expulsés des villes, expulsés des pays, forcés à se convertir sous menace de mort, asservis, bannis, massacrés. Ils ont eu leurs propriétés confisquées, ont été obligés de porter des badges d'identification pour être alliénés sur le plan social, soumis à des inquisitions/enquêtes qui se sont avérées mortelles. A plusieurs occasions, ils ont été brûlés vifs. C'était entre 250 et 1933. Vous prenez ensuite de 1938 à 1945 et vous avez l'Holocauste à l'époque d'Hitler où plusieurs millions de Juifs ont été tués sauvagement.

Et, aujourd'hui, ils font directement l'objet de toute la haine accumulée du monde islamique qui veut les exterminer, les éradiquer de la planète. Alors, quand on aborde la question de la survie des Juifs, on parle de quelque chose de véritablement stupéfiant. Et c'est beaucoup plus qu'un témoignage de leur volonté à survivre. C'est une reconnaissance de la préservation divine. C'est la seule explication qui tienne. Ils sont un petit peuple. Ils ne sont pas un peuple puissant. Oh, bien sûr, ils ont acquis quelques armes puissantes en cette époque moderne mais tout au long de leur histoire ils ont été un petit peuple encerclé/assiégé et plutôt faible, sur le plan militaire.

Oui ils ont manifesté un grand désir de vivre, mais cela n'explique pas tout. L'explication c'est le dessein de Dieu. Pourquoi ont-ils survécu en tant que peuple/groupe ethnique jusqu'au aujourd'hui? Et la réponse c'est parce que Dieu n'a pas encore accompli Sa promesse à Abraham, Sa promesse à David et la promesse qu'Il a faite aux prophètes de bénir Israël en lui accordant le salut et de faire d'Israël une bénédiction pour le monde. Et cela n'arrivera pas tant qu'ils n'auront pas placé leur confiance en Jésus-Christ en tant que nation et c'est prévu pour le futur.

Nous l'avons vu, Zacharie 12:10 «Et ils tourneront les regards vers moi, celui qu'ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, Ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né.» Et une fontaine de purification leur sera ouverte. Ils seront sauvés et, à travers eux, le monde sera béni quand le Seigneur établira Son Royaume. (Zacharie 12 à 14). Le salut futur d'Israël est une promesse faite dans l'Ancien Testament mais c'est également une promesse du Nouveau Testament. Dans le onzième chapitre de Romains, un chapitre très très important, l'apôtre Paul traite de ce même sujet. Il dit: «Car je ne veux pas, frères, que vous ignoriez ce mystère, afin que vous ne vous regardiez point comme sages, c'est qu'une partie d'Israël est tombée dans l'endurcissement, jusqu'à ce que la totalité des païens soit entrée.»

Il est question de l'église. «Jusqu'à ce que la totalité des païens soit entrée.» En d'autres termes, lorsque tous les élus de l'église auront été rassemblés, quand cela sera fait, alors «tout Israël sera sauvé». Et Paul dit: «selon qu'il est écrit» - et il cite Esaïe - «Le libérateur viendra de Sion, et il détournera de Jacob les impiétés; et ce sera mon alliance avec eux, lorsque j'ôterai leurs péchés.» Ce passage est tiré d'Esaïe 59. Ainsi, Paul déclare qu'il viendra un moment où l'église sera complète. Et quand cela sera fait alors viendra le salut d'Israël; c'est l'alliance que Dieu a conclue avec eux.

Ils sont préservés pour un salut futur. Ils ont besoin d'être sauvés pour être bénis puisque c'est la promesse que Dieu a faite dans Genèse 12 et qu'Il a repétée encore et encore à Abraham. Non seulement pour qu'ils soient sauvés et reçoivent le salut en bénédiction mais pour qu'à travers eux, le monde soit béni. Une fois qu'ils sont sauvés, le Messie vient, établit Son Royaume, règne à Jérusalem sur Israël et sur le monde. Israël devient la nation la plus puissante et la plus influente du monde et agit sur la paix et la justice. Ils ne seront pas seulement bénis mais ils béniront également le monde. C'est cela la promesse de Dieu. Elle n'a pas changé. Et c'est pour cela que les Juifs sont encore là.

Il y a une autre réalité puissante à considérer. Il s'agit d'une nation qui en elle-même est vulnérable et faible et il est question d'une nation qui est assiégée par les attaques de l'enfer et de l'humanité. Mais on parle également de quelque chose d'autre qui doit être rajouté à ça et c'est tout simplement ceci: non seulement ils ont survécu à la haine des forces de l'enfer et à la haine des forces de l'humanité, mais en même temps, écoutez, ils ont été sous le jugement divin.

Je veux dire que cela fait trois coups. Ils ont été sous le jugement divin. Et cela remonte aussi loin qu'à l'époque de Deutéronome, au moment des écrits de Moïse quand ils sont arrivés à la lisière du pays, sur le point d'entrer en terre promise. Dieu leur avait dit: «si vous obéissez à Mes commandements, vous serez bénis.» Vous vous rappelez de cela? Deutéronome 27:28? Si vous obéissez à Mes commandements, Je vous bénirai. Si vous désobéissez, Je vous maudirai. Et Dieu a énuméré les bénédictions ainsi que les malédictions. Et vous pouvez retourner les lire. Et c'est cela, leur histoire. Ils ont désobéi à Dieu; ils continuent de Lui désobéir. Ils sont un peuple maudit. Ils sont sous le jugement de Dieu.

Dieu préserve donc le même peuple qu'Il juge. Il a fait cela tout ce temps. Il a commencé à les juger depuis longtemps dans l'Ancien Testament et Il a continué de les juger tout au long de l'histoire de l'humanité, tout en les préservant bien qu'ils fussent sous Son jugement. Le jugement d'israël se poursuit aujourd'hui; le jugement du peuple juif continue aujourd'hui parce qu'ils ont rejeté Christ. 1 Corinthiens 16:22 dit: «Si quelqu'un n'aime pas le Seigneur, qu'il soit anathème !»

Ils sont maudits à cause de leur désobéissance passée mais ils sont aussi doublement maudits parce qu'ils ont rejeté Jésus-Christ. Et, en regardant Israël aujourd'hui, on voit une nation qui n'a pas encore expérimenté la bénédiction de Dieu. C'est une nation apostate. C'est une ethnie qui rejette Christ. La religion n'est pas pieuse. Ils disent adorer le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. Ce n'est pas le cas. Ils ne le peuvent pas parce qu'il n'est pas possible d'honorer le Père sans honorer le Fils. Ils sont déloyaux. Ils sont désobéissants à Dieu.

Ils sont ennemis de l'Evangile d'après Romains 11:28. Ils sont contre l'Evangile. Ils rejettent la trinité. Les Juifs renient la déité du Christ. Ils rejettent le véritable enseignement de l'Ancien Testament et renient le Nouveau Testament en bloc. Ce n'est pas la recette de la bénédiction. Ils rejettent leur Messie. Pour eux, les chrétiens sont des blasphémateurs parce que nous adorons un homme qui, selon eux, était Lui-même blasphémateur. Ils suivent le mensonge du salut par les oeuvres, par l'effort humain et par la justice propre. C'est ainsi qu'ils sont un peuple maudit et présentement sous le jugement mais simultanément protégé par Dieu.

Si vous proposez qu'une nation aussi faible, aussi petite et aussi ancienne soit encore là, seule l'histoire vous dira que c'est une idée saugrenue. Et si vous ajoutez à cela le fait que des puissances naturelles et surnaturelles si gigantesques se sont érigées contre eux alors il n'y aurait aucune probabilité qu'ils soient encore là. Et si vous mettez par dessus le fait que depuis des millénaires, Dieu accumule des jugements contre eux, vous pourrez considérer que leur survie est tout simplement impossible. Et pourtant, ils sont là et Dieu les a préservés pour pouvoir les sauver en fin de compte en tant que nation.

Dans Luc Chapitre 13 et à la fin du chapitre, notre Seigneur considère Jérusalem...la ville qui représente en quelque sorte toute la nation...et Il dit ceci «Jérusalem, Jérusalem» - verset 34 de Luc 13 - «qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés». Ils étaient sur le point de Le tuer. «combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble sa couvée sous ses ailes, et vous ne l'avez pas voulu ! Voici, votre maison vous sera laissée». Cette maison est toujours abandonnée. Les Juifs sont abandonnés. Ils n'ont pas de relation avec Dieu.

Cependant, il y a des Juifs croyants qui sont parvenus à la foi en Christ et qui font partie de l'église, Juifs et païens. Mais je parle de la nation elle-même, la population. Mais Il leur dit ceci dans Luc 13:35: «mais, je vous le dis, vous ne me verrez plus, jusqu'à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !» Ils reconnaîtront leur Messie. C'est ce que dit Zacharie dans ses écrits, c'est à ce moment qu'ils se tournent vers Celui qu'ils ont percé et qu'ils Le pleurent comme on pleure la mort d'un fils unique et une fontaine de purification est ouverte en leur faveur. Il est question de leur salut futur.

Les prophètes de l'Ancien Testament ont cependant écrit à ce sujet, et pas de manière vague. J'aimerais vous montrer deux portions des Ecritures. Puisque nous avons du temps ce matin, nous allons faire ceci: allez dans Ezéchiel 36. Il y a deux autres prophètes qui se distinguent, bien sûr...les grands prophètes, tout comme Esaïe. Il s'agit d'Ezéchiel et de Jérémie. Et, bien entendu, vous pouvez ajouter Daniel à cette liste. Ezéchiel et Jérémie étaient prophètes à peu près à la même période. Ils arrivent environ cent ans après Esaïe, et ils prophétisent en fait au moment où Babylone attaque. Ezéchiel est traîné en captivité en 597; Jérémie est jeté dans un puits et finit par s'échapper en Egypte. Ils étaient donc en vie lorsque l'holocauste de l'invasion babylonienne est arrivé. Leurs prophéties, leurs messages sont très importants, très pertinents. Ils sont reçus de Dieu et répandus à une période de grande crise.

Ezéchiel 36, un important aperçu du verset 16. Voici le message qui parvient au peuple d'Israël, le peuple juif. Verset 16: «La parole de l'Eternel me fut adressée, en ces mots :» - et voici l'histoire - «Fils de l'homme» - c'est le titre qui est attribué à Ezéchiel - «ceux de la maison d'Israël, quand ils habitaient leur pays, l'ont souillé par leur conduite et par leurs oeuvres; leur conduite a été devant moi comme la souillure d'une femme pendant son impureté.» Voilà une description très brute/crue. «Alors j'ai répandu ma fureur sur eux, à cause du sang qu'ils avaient versé dans le pays, et des idoles dont ils l'avaient souillé. Je les ai dispersés parmi les nations, et ils ont été répandus en divers pays; je les ai jugés selon leur conduite et selon leurs oeuvres.»

Et c'est exactement ce qui s'est passé. Cela a été appelé la diaspora et chaque Juif sait de quoi il s'agit. Cela a commencé par la déportation babylonienne. Certains en sont revenus pour reconstituer la nation mais c'était le début de la dispersion. Et même après la reconstruction et la restauration de la nation, les Juifs ont été éparpillés aux quatre coins du monde comme nous le savons tous. Et cela fait partie du jugement qu'ils subissent. Cependant, au verset 20, «Ils sont arrivés chez les nations où ils allaient, et ils ont profané mon saint nom».

Comment ont-ils fait cela? Parce «qu'on disait d'eux: C'est le peuple de l'Eternel, c'est de son pays qu'ils sont sortis.» Qu'est-ce que cela veut dire? Ca dit ceci: quand ils ont été dispersés à travers le monde, ils ont profané Mon Saint nom parce que les gens disaient: «quel genre de Dieu est-ce que ces gens ont qui n'est même pas capable de les maintenir dans leur pays?» Et ils se moquaient de Dieu. Les nations se sont moquées de Dieu. Le Dieu des Juifs a été moqué par les nations dans lesquelles ils ont été éparpillés au cours de l'histoire de l'humanité.

Ainsi donc, au verset 21, Dieu dit: «Et j'ai voulu sauver l'honneur de mon saint nom, que profanait la maison d'Israël parmi les nations où elle est allée.» Les Juifs du monde entier, les Juifs assiégés partout dans le monde se débattant à travers toute leur histoire. Il leur était difficile de convaincre le reste des nations de la grandeur, de la gloire et de la puissance de leur Dieu. Il n'était même pas capable de les établir sur leur propre terre/territoire. Et si vous posiez la question à quelqu'un du Moyen-Orient aujourd'hui: «Qui a le Dieu le plus puissant, l'Islam ou le Judaïsme?» Que pensez-vous qu'ils vous diront? Le Dieu qui a l'argent et les armes et le pouvoir et la population et les masses c'est Allah. C'est une image de la profanation du nom du véritable Dieu dans la dispersion des Juifs à travers l'histoire.

Le verset 22 est «C'est pourquoi». «C'est pourquoi dis à la maison d'Israël : Ainsi parle le Seigneur, l'Eternel : Ce n'est pas à cause de vous que j'agis de la sorte, maison d'Israël; c'est à cause de mon saint nom, que vous avez profané parmi les nations où vous êtes allés». Je dois faire quelque chose pour retrouver ma réputation. C'est ce que dit le Seigneur. «Je» – verset 23 - «sanctifierai mon grand nom, qui a été profané parmi les nations, que vous avez profané au milieu d'elles. Et les nations sauront que je suis l'Eternel, dit le Seigneur, l'Eternel, quand je serai sanctifié par vous sous leurs yeux.»

Le seul moyen par lequel je vais pouvoir mettre Ma gloire en évidence dans les nations sera de démontrer Ma gloire à travers vous. Comment vais-je faire cela? Premièrement, verset 24: «Je vous retirerai d'entre les nations, je vous rassemblerai de tous les pays, et je vous ramènerai dans votre pays.» Eh bien, nous avons un aperçu de cela, n'est-ce pas? Mille neuf cent quarante huit, ils sont retournés, ils ont reconstitué leur nation. C'est un fait...un fait incontestable...ils y sont. Il ne s'agit pas là du salut d'Israël, c'est simplement un aperçu et une indication de ce qui va arriver. Je vous ramenerai et ensuite cela arrivera. Quand je vous aurais ramenés dans le pays...et cela s'apprête à arriver tandis que nous observons, n'est-ce pas? Les Juifs du monde entier, migrant vers leur pays, rentrant chez eux. Certains d'entre eux venant même à Christ en tant qu'individus. Certains parmi eux embrassant l'Evangile à présent, embrassant Jésus comme leur Messie, maintenant.

Cependant, la nation reste braquée contre le Christ en tant que peuple. Mais il viendra un jour dans le futur, et Il parle ici du peupke, de la nation, de la maison d'Israël, verset 25, voici la clef: «Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles. Je vous donnerai un coeur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j'ôterai de votre corps le coeur de pierre, et je vous donnerai un coeur de chair. Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois.» Voilà une déclaration de salut. C'est spectaculaire.

Dans le souci de Son propre saint nom, de faire reconnaître Sa fidélité et de démontrer Sa gloire, Dieu sauvera les Juifs un jour. Il est déjà en train de les rassembler à nouveau et dans le futur, Il les sauvera. Regardez à présent aux composantes de ceci. Ce sont les éléments du salut. Verset 25: «Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles.» C'est ce qu'est le salut. C'est une purification regénératrice, n'est-ce pas? C'est la purification, la sanctification.

Il dit ensuite au verset 2,...verset 26, le deuxième de ces deux versets: «Je vous donnerai un coeur nouveau». C'est ça la regénération. On pourrait dire que la purification c'est la sanctification tandis que le coeur nouveau est la regénération. Un coeur nouveau signifie une nouvelle vie. Et je vous donnerai un esprit nouveau, une nouvelle disposition, une nouvelle attitude, une nouvelle nature...c'est ça la conversion...Une nouvelle pensée, de nouvelles affections. Je vous donnerai une nouvelle puissance. Une nouvelle puissance, de quoi s'agit-il? Je mettrai Mon Esprit en vous. Et sur la base du pouvoir de l'Esprit en vous, vous amener à marcher selon Mes statuts/commandements et de veiller à observer Mes ordonnances. Un nouveau comportement, l'obéissance; une nouvelle condition, la sanctification, purifiés du péché; un coeur nouveau, la regénération; une nouvelle disposition ou un esprit nouveau, la conversion; une nouvelle puissance, le Saint-Esprit qui demeure en vous; un nouveau comportement, l'obéissance.

Tout cela arrivera à Israël dans l'avenir. C'est cela le salut du peuple. J'aime ça. Verset 28: «Vous habiterez le pays que j'ai donné à vos pères; vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu. Je vous délivrerai de toutes vos souillures.» Plus bas au verset 31, Il dit: «Alors vous vous souviendrez de votre conduite qui était mauvaise, et de vos actions qui n'étaient pas bonnes; vous vous prendrez vous-mêmes en dégoût, à cause de vos iniquités et de vos abominations.» C'est le truc de la véritable repentance, n'est-ce pas? Ils vont regarder en arrière à leurs péchés et transgressions et ils vont entendre la prédication de l'Evangile. De qui l'entendront-ils? Cent quarante quatre mille Juifs, des païens convertis issus de toute langue, toute tribu et toute nation - cela se passe pendant la période de la Tribulation - les anges du ciel, deux témoins.

L'Evangile sera absolument partout au cours de cette période finale du jugement divin sur la terre avant le retour du Christ. Ils entendront l'Evangile; ils verront leur péché; ils se repentiront de leur péché; ils regarderont à Celui qu'ils ont percé; ils Le pleureront comme on pleure lors du deuil d'un fils unique. Ils seront sanctifiés, regenérés, convertis, remplis de la puissance de l'Esprit et transformés en suiveurs obéissants du Christ. C'est du vrai. Verset 32: «Ce n'est pas à cause de vous que j'agis de la sorte, dit le Seigneur, l'Eternel» Je le fais pour Moi. Verset 33: «Le jour où je vous purifierai de toutes vos iniquités». Il s'agit du salut. Il est promis à Israël dans ce passage. La véritable conversion pour la gloire de Dieu.

A présent, j'aimerais que vous regardiez dans Jérémie 31, Jérémie 31. Et je veux rapidement couvrir ceci parce que notre temps tire à sa fin. Jérémie 31:31, c'est un point élévé de la prophétie de Jérémie. «Voici, les jours viennent, dit l'Eternel, où je ferai avec la maison d'Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle, non comme l'alliance que je traitai avec leurs pères, le jour où je les saisis par la main pour les faire sortir du pays d'Egypte, alliance qu'ils ont violée, quoique je fusse leur maître, dit l'Eternel.» De quelle alliance s'agit-il? C'est l'alliance de la Loi, l'Alliance Mosaïque qui a été conclue sur le Mont Sinaï et ils l'ont brisée avant même que Moïse n'ait pu descendre pour la leur lire. Quand il est descendu, en la tenant entre ses mains, ils étaient en train de la briser. Ils ne pouvaient pas la garder. C'est une alliance que personne ne pouvait respecter. Je vais donc vous donner une nouvelle alliance. Je concluerai une nouvelle alliance, différente de celle-là.

Quelle est la nature de cette nouvelle alliance? Verset 33, «Mais voici l'alliance que je ferai avec la maison d'Israël, Après ces jours-là, dit l'Eternel». Voici la différence. Cette autre loi était extérieure à eux; celle-ci est différente. «Je mettrai ma loi au dedans d'eux, je l'écrirai dans leur coeur; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.» C'est exactement ce que Ezéchiel a déclaré - «Celui-ci n'enseignera plus son prochain, ni celui-là son frère, en disant : Connaissez l'Eternel ! Car tous me connaîtront, depuis le plus petit jusqu'au plus grand, dit l'Eternel; car je pardonnerai leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché.»

C'est la conversion de la nation. Les composantes sont les mêmes. On retrouve ici le pardon, la régénération, la conversion, la véritable connaissance, l'obéissance. Ils se verront comme des misérables pécheurs et croiront que le Seigneur Jésus-Christ est l'Unique Sauveur. Ils le croiront collectivement en tant que nation. Ceci en lui-même, braves gens, constitue un témoignage de la souveraineté de Dieu dans le salut. Les gens ne parviennent au salut individuel que par l'oeuvre souveraine de Dieu. Le seul moyen par lequel les nations seront sauvées, parce qu'il y a une seule nation qui a reçu la promesse du salut à un moment donné, sera par une action souveraine de Dieu puisque ce ne sont pas tous les Juifs qui, de manière individuelle, parviendront à la même conclusion du fait de leur décision libre et personnelle au même moment. Dieu les sauve.

Et, merveilleusement, cette Nouvelle Alliance a été conclue avec Israël mais Israël a rejeté son Messie. Et, après la mort et la résurrection du Christ, la Nouvelle Alliance a été étendue pour couvrir tout un chacun, tout un chacun. Ne pas avoir honte de l'Evangile car c'est la puissance de Dieu pour le salut, d'abord du Juif, de façon chronologique, mais aussi du Grec/païen. Quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. La Nouvelle Alliance a donc été ratifiée dans la mort de Jésus-Christ et étendue au-delà d'Israël à l'église. L'église n'existait pas quand la promesse leur a été faite. Mais, à présent que l'église est là, nous sommes sauvés de la même manière, par la même nouvelle alliance. C'est pour cette raison que Paul dans 2 Corinthiens 3:6 dit: «Il nous a aussi rendus capables d'être ministres d'une nouvelle alliance». Et Paul s'adressait aux païens lorsqu'il a déclaré ces paroles aux Corinthiens.

Et quand tous les païens seront entrés à travers la Nouvelle Alliance, alors viendra le salut d'Israël. Le verset 31 parle de réconciliation. Le verset 31 dit: «je ferai avec la maison d'Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle». Le verset 33 parle de régénération, «Je mettrai ma loi au dedans d'eux, je l'écrirai dans leur coeur; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple» - la communion. Il est question de connaissance. Ils auront une véritable connaissance, ils connaîtront le Seigneur. Il est question de pardon. Ce sont tous des éléments constitutifs du salut.

Très bien, vous saisissez l'image. Descendons à présent pour l'atterrissage. Retournez à Esaïe 53. Quand ils parviendront à ce niveau dans le futur, ils feront la confession qui se trouve ici dans Esaïe 53; ce seront leurs paroles. Et rentrons tout simplement à notre texte, les versets 4 à 6. Ils regarderont en arrière à Christ qu'ils ont percé. Ils vont réévaluer/réexaminer leur attitude. Ils n'ont pas cru. Le verset 1 dit: «Qui a cru à ce qui nous était annoncé ?» Peu de personnes. Qui a véritablement compris la révélation du bras de l'Eternel, la puissance de Dieu à travers le Seigneur Jésus-Christ? Très peu. Nous n'étions pas impressionnés par Ses origines. Il était comme une branche ventouse. Il était comme une racine dans une terre desséchée. Nous n'avons pas été impressionnés par Sa vie; Il n'avait rien d'imposant ou de majestueux. Nous n'avons rien trouvé d'attirant en Lui. Nous n'étions certainement pas impressionnés par Sa mort. Méprisé, abandonné des hommes, un homme de douleur, habitué à la souffrance. Il était si méprisable/dédaignable dans Sa mort que nous n'avions même pas envie de Le regarder. Il était minable et nous n'avons fait aucun cas de Lui. Il n'était personne. C'est ce que nous avons pensé.

«Mais maintenant, tout a changé. A présent, nous savons que toutes ces douleurs, toutes ces peines étaient les nôtres. Ce sont véritablement nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; et nous l'avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.» Un renversement complet de l'idée qu'ils s'étaient faite au sujet du Christ. Ils admettent leur horrible erreur en ce jour futur. Ils vont se confesser. Ils connaissent l'histoire de Jésus. Ils savent qu'Il a été percé ; ils savent qu'Il a été brisé/meurtri. Ils savent qu'Il a été puni à la fin d'un simulacre de procès. Ils savent qu'Il a été flagellé. Cela fait partie de leur histoire; tout Juif le sait.

Mais un jour, ils admettront que ce n'était pas à cause de Ses blasphèmes mais à cause des leurs. Ils diront: «Nous comprenons nos transgressions. Nous comprenons nos iniquités.» Nos transgressions, nos iniquités: ce sont des choses négatives. Ils confesseront que Jésus a été puni par Dieu pour leurs transgressions. Cela veut dire des violations. Transgresser signifie franchir la ligne, violer la loi de Dieu. Iniquité est un autre mot. C'est un mot qui veut dire en essence se plier en deux, tordu comme un bretzel, plié en deux. Ce sont des perversions. Nous savons à présent qu'Il a souffert pour nos violations et nos perversions. C'est ça l'aspect négatif.

Le côté positif c'est qu'Il a souffert pour nous apporter le bien-être/la paix. Voyez ça là, au milieu du verset, notre bien-être. Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur Lui. «Et par Ses meurtrissures, nous sommes guéris». Il y a du positif. Il est mort sous le poids de la punition de Dieu à cause de nos transgressions et nos iniquités, nos violations et nos perversions. Et ainsi, Il nous a acquis le bien-être/la paix et la guérison. Le bien-être est Shalom en hébreu. Shalom, paix, le fait d'être totalement béni (d'avoir le bonheur complet) et la guérison, la plénitude spirituelle, la santé spirituelle. Nous étions pécheurs et par conséquent malades, souffrants, chagrinés, coupables...coupables de violations, coupables de perversions, séparés de Dieu, sans paix ni santé spirituelle.

Mais Il a pris nos péchés et nos souffrances et nos douleurs et tout ce qui va avec le péché et Il s'est Lui-même mis sous le...Il s'est volontairement mis sous le jugement de Dieu pour être puni pour nos péchés et pour ensuite acquérir notre paix avec Dieu et notre bonheur véritable. C'est ainsi que parlera toute la nation d'Israël, du moins le tiers après que les deux tiers de rebelles auront été évacués, d'après Zacharie. Un tiers de la nation confesse son long, long rejet du Christ, son long blasphème de Dieu, et ils seront sauvés. Voilà la réalité frappante du futur pour la nation d'Israël.

Il y a une autre chose que je voudrais faire ce matin et c'est de vous aider à voir le verset 6 sous un autre jour. Au verset 6, nous avons la reconnaissance de péché la plus profonde qui soit. Ils parlent de leurs attitudes; c'est ce qu'ils feront en disant: «Nous nous sommes faits une fausse idée à Son sujet, nous L'avons estimé, ou L'avons considéré, ou pensé de Lui, ou L'avons compté comme.» En d'autres termes, notre pensée était corrompue, erronée. Nous nous sommes trompés dans ce que nous avons pensé de Lui. Ils font allusion aux comportements, ce sont les transgressions et les iniquités. Et ils parlent de privations. Les pécheurs reconnaissent ceci. Ils manquent de bien-être/paix; ils manquent de Shalom, ils manquent de paix avec Dieu. Ils n'avaient pas, comme le désigne Esaïe 54, d'Alliance de paix, qui est inébranlable. Et il leur manquait également la plénitude, la santé spirituelle. Ils étaient malades. Chapitre 1 dit: «Des pieds à la tête, plus rien n'est en bon état.» (Parole de Vie) Malade de la tête aux pieds, malade dans le péché.

Ils comprennent donc ces questions – la pensée corrompue, le mauvais comportement et l'absence de tout ce qui est bien. Ils savent cela. Mais il y a autre chose dont un pécheur doit venir à bout. Et cela n'est pas juste une question de mode de pensée, d'attitude; ce n'est pas seulement une affaire de ce que nous faisons; il n'est pas seulement question de ce qui nous manque, la confession de péché descend jusqu'à la ligne de fond. Il est question de qui nous sommes. Le problème se situe dans notre nature et c'est là que le verset 6 entre en ligne de compte. C'est dans notre nature. C'est beaucoup plus profond que la plupart des gens pourraient le reconnaître, en regardant à cette section. Cette partie de la confession ne traite pas des manifestations du péché mais de sa cause. C'est là le problème. Nous sommes tous comme des brebis, et nous sommes égarrés, chacun suivant son propre chemin. Et il dit que cela se situe dans notre nature.

Les moutons agissent comme des moutons. Les brebis n'agissent pas comme autre chose mais plutôt comme des brebis. Nous agissons en conformité avec notre nature. Et on trouvera en fait un parallèle avec les ovins. Les moutons sont stupides, sans défense, ce sont d'intraitables vagabonds. Ils ne...ils ne se regroupent pas comme des oies et ils ne traînent pas en troupeau comme des vaches. Ils ne restent pas ensemble. Ils sont donc une belle analogie. Ils ont développé une tendance à errer loin de toute sécurité, de toute sûreté et de toute provision et de s'égarer, non pas en groupe mais tout seul, chacun suivant son propre chemin. Ils se laissent guider par cette pulsion interne qui les éloigne de tout ce qui est sûr, sécurisant et utile. Notre problème se trouve en profondeur, dans notre nature. Nous sommes comme des brebis, sans défense, stupides, des vagabonds intraitables.

Rappelez-vous dans Matthieu 9:36, Jésus a regardé aux foules et dit: ils sont comme des brebis sans – quoi? - "berger" Ils allaient tout simplement leur chemin, suivant leur propre voie péchéresse que leur dictait leur nature. Ils suivent l'intuition de leur propre misérable déchéance. C'est ce que font les pécheurs. C'est ce que font les pécheurs. Je veux dire, combien d'alternatives est-ce que les pécheurs ont aujourd'hui? Combien d'options avez-vous? Il y a un nombre interminable d'options. Vous pouvez suivre votre propre voie. Et sans Jésus, vous la suivrez certainement; vous emprunterez la voie du péché que vous choisissez. Vous suivrez votre propre voie comme le font les moutons. Oh, d'autres personnes iront par le même chemin que vous et il se peut que vous finissiez par tomber sur elles. Mais tout cela est très personnel et très indépendant. C'est comme cela que les brebis fonctionnent.

Et, braves gens, ceci fait partie d'une véritable confession. C'est une repentance authentique qui reconnait que les manifestations du péché trahissent la nature pécheresse. Rassembler toute cette culpabilité et toute cette punition méritée, et, comme cela a été le cas, mourir non seulement pour ce que nous avons fait mais également pour qui nous sommes. Jésus se charge de tout le poids de notre condition de pécheur en ceci qu'Il subit la punition de Dieu. C'est ce que dit le verset sur la fin. «Et l'Eternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous.» Nos mauvaises actions, nos mauvaises pensées, nos manquements et notre méchante nature, pour tout cela, pour tout cela, le Serviteur de Jéhovah supporte la totalité du poids de cette punition.

C'est ce qui est dit. Et l'Eternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous. L'Eternel Dieu Lui-même a choisi l'agneau sacrificiel, le Serviteur, le Messie, l'agneau sacrificiel. Le Serviteur Messie était volontairement disposé à se soumettre Lui-même pour devenir le substitut du fait d'autrui. Dieu Lui a fait prendre toute la culpabilité qui nous revenait et fait subir la fureur de la colère divine. Il y a dans ce verset, cinq manières différentes, cinq façons différentes de parler de la provision substitutive de Jésus-Christ, du fait d'autrui, Lui qui est mort à notre place. Voici le coeur de l'Evangile.

A présent, juste une note de pied de page. Ce n'est pas le péché qui L'a tué; c'est Dieu qui L'a fait mourir. Ce n'était pas le péché. Il n'avait pas de péché. Il était sans péché, Il était saint, innocent, sans tache, séparé du péché. Le péché n'a pas tué Jésus. Dieu a fait mourir Jésus pour payer pour le péché qu'Il n'a jamais commis mais que vous avez commis et que j'ai commis. Jésus n'est pas mort comme une influence morale, en démontrant la puissance de l'amour. Jésus n'est pas mort en guise d'exemple de sacrifice pour une cause noble. Jésus n'est pas mort pour rien de plus que Christus Victor. Il s'agit d'une théorie qui est née dans les années 1930 et qui subsiste aujourd'hui. L'idée était que Jésus soit mort pour vaincre les forces hostiles et libérer l'humanité et le cosmos de l'injustice sociale. Jésus n'est pas mort parce que nous serions des victimes pris au piège de circonstances injustes et qui auraient besoin d'être secourus.

Il n'y a qu'une manière de comprendre la mort du Christ et c'est sous le principe de la substitution pénale. Il était notre substitut pour subir la pénalité que méritaient nos péchés/fautes en vue de satisfaire la justice de Dieu. Le Nouveau Testament affirme cela, n'est-ce pas? 2 Corinthiens 5:21: «Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.» Pierre le dit ainsi: «lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps». Et Paul déclare dans Galates 3 : «Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous». C'est l'affirmation, par le Nouveau Testament, de la vérité d'Esaïe 53. Dieu ne nous a donc pas traités selon nos iniquités, Il ne nous a pas traités selon ce que méritaient nos transgressions. Mais, Il n'a pas non plus négligé nos péchés, plutôt, Il a puni Son Fils, le Serviteur, le Messie à notre place et la grâce règne sur la justice.

Ce sera la confession d'Israël dans le futur. Mais c'est aussi la confession que fait tout pécheur maintenant, et vous pouvez la faire aujourd'hui. Vous vous souvenez 2 Corinthiens 6:2? «Eh bien, c'est maintenant le temps vraiment favorable ; c'est maintenant le jour du salut.» Des mots, une fois de plus, empruntés à Esaïe. Aujourd'hui c'est le jour. Maintenant, c'est le temps du salut. Paul déclare dans Romains, citant une fois encore Esaïe, Romains 10:11: «Quiconque croit en lui ne sera point confus. Il n'y a aucune différence, en effet, entre le Juif et le Grec, puisqu'ils ont tous un même Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l'invoquent. Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.» C'est maintenant. Voici le moment favorable. Cela signifie que Dieu vous acceptera maintenant. Aujourd'hui, c'est le jour du salut.

Père, nous parvenons à nouveau au terme des riches trésors de cet incroyable chapitre. Et bien que nous ayons à peine effleuré ce verset, véritablement, le verset 6, nous sommes emportés par cette imposante réalité qui fait l'objet de cette grande section de l'Ecriture. Et ce n'est pas pour un exercice de connaissance. Il ne s'agit pas d'information ici; il est question de salut.

Je prie pour les gens qui sont ici et comprennent à présent pleinement l'Evangile, comprennent le sacrifice du Christ, Juifs ou Grecs/païens. Je prie qu'aujourd'hui soit le jour du salut. Que ce moment favorable devienne leur temps, et même...et même ce matin, je prie qu'ils se tournent vers Christ, qu'ils invoquent Son nom pour être sauvés. Sauve les pécheurs maintenant, Seigneur, pour la gloire de Ton nom, pour la gloire de Ton nom. Père, fais cette oeuvre dans les coeurs, nous prions maintenant même, au nom du Christ.

FIN

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

Donation:
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize