Grace to You Resources
Grace to You - Resource

Eh bien, ce soir nous sommes partis pour un grand moment et, pour en profiter au maximum, ouvrez votre Bible dans le livre d'Apocalypse. Ce soir, nous avons pour objectif de faire un tour à travers ce merveilleux livre.

Tandis que vous ouvrez à Apocalypse 1:1, laissez-moi juste dire qu'aucun livre ne révèle la gloire de Dieu et du Christ dans autant de splendeur que le livre d'Apocalypse. Et, cependant, aucun autre livre n'a été autant mal compris, mal interprété et négligé que ce livre. Au chapitre 22 d'Apocalypse, verset 10, il est dit : «Ne scelle point les paroles de la prophétie de ce livre. Car le temps est proche.» S'il y a une seule chose que Dieu désire concernant ce livre, c'est que nous connaissions ce qu'il enseigne: ne le scelle pas !

Le livre commence avec une bénédiction, chapitre 1 verset 3 : «Heureux celui qui lit...» Il se termine par une bénédiction, chapitre 22 verset 7 : «Heureux celui qui garde les paroles de la prophétie de ce livre !» C'est l'unique livre de la Bible qui commence et se termine par une promesse de bénédiction en faveur de celui qui lit. Et il nous est dit que nous devons comprendre ce livre parce que le temps est proche. Et ce que cela signifie tout simplement, au chapitre 22 verset 10, c'est que ce qui est dit ici constitue le prochain événement à se produire d'après le calendrier messianique de Dieu.

Maintenant, la clé du livre se trouve au chapitre 1, verset 1 et nous allons plonger nos regards à cet endroit pour démarrer. «La révélation de Jésus-Christ», c'est le sujet traité par le livre. C'est l'apocalypse, apokalupsis, le dévoilement, la révélation de Jésus-Christ, la découverte/déroulement/exposition de la vérité au sujet du Christ qui, jusqu'ici, n'était pas connue. Nous apprendrons des choses sur Jésus-Christ dans ce livre que nous n'aurions pas sues autrement et, la «révélation que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt». En d'autres termes, c'est un aperçu du futur, le futur proche. Et il s'agit des choses «qu'il a fait connaître, par l'envoi de son ange, à son serviteur Jean».

Dieu voulait révéler Jésus-Christ dans la plénitude de Sa gloire. Il s'agit d'une réalité future. Et Il a donc envoyé un message à travers son ange qui l'a délivré à Jean. Le verset 2 dit que Jean l'a mis par écrit : «En tant que témoin, celui-ci a annoncé la Parole de Dieu que Jésus-Christ lui a transmise par son propre témoignage : il a annoncé tout ce qu'il a vu.» (Semeur)

Ainsi, au verset 1, Dieu a l'intention de révéler. Au verset 2, Jean prend la responsabilité d'écrire cette révélation et, au verset 3, il dit : «Heureux celui qui lit», vous pouvez le souligner, «et ceux qui entendent» - soulignez-le - «les paroles de la prophétie, et qui gardent» - soulignez-le - «les choses qui y sont écrites !» Et ensuite cette déclaration importante : «Car le temps est proche.» Et cela n'est pas forcément en lien avec le temps en lui-même, mais davantage avec la séquence des événements. C'est le prochain à venir d'après le calendrier divin des événements messianiques.

Il s'agit donc d'une révélation de Jésus-Christ. C'est Lui qui est révélé dans la plénitude de la gloire de la seconde venue qui a été aperçue lors de Sa première venue sur le Mont de la Transfiguration, quand Il leur a présenté un aperçu de la gloire de Sa seconde venue.

Ceci nous amène maintenant au verset 4 et nous donne une introduction un peu plus formelle. Jean écrit ce livre pour spécifiquement l'adresser aux sept églises de l'Asie Mineure, ce qui, de nos jours, correspond à la Turquie. Il y avait sept églises. La liste nous en est donnée aux chapitres 2 et 3. Il s'agissait en fait de congrégations. Elles constituaient les destinataires initiales de cette lettre et ensuite, elle a été transmise à toutes les autres églises et est également parvenue jusqu'à nous tous.

Ces églises ont été commencées à la suite du ministère de Paul à Ephèse, Ephèse étant l'église principale à partir de laquelle la Parole de Dieu s'est répandue et a entraîné la création de ces diverses églises dans la région de l'Asie Mineure. Ensuite vient une salutation, «que la grâce et la paix vous soient données de la part de celui qui est, qui était, et qui vient». Il s'agit là de Dieu, l'Eternel Dieu, qui était, qui est et qui vient dans le futur. «et de la part des sept esprits qui sont devant son trône.» Et il dit «sept Esprits». Pour que cela ne vous embrouille pas, il s'agit du Saint-Esprit dans Ses sept dimensions/le Saint-Esprit septuplé. Si vous lisiez Ésaïe 11:2, (vous pouvez le marquer en marge et en faire une référence croisée), vous vous apercevriez que sept ministères distincts du Saint-Esprit sont listés dans ce passage. Et «Il» est mis pour l'Esprit septuple, ce qui renvoie à la plénitude de Son ministère désigné ici par les Sept Esprits devant le trône.

Ainsi, le livre est adressé avec des salutations de Dieu le Père, les salutations du Saint-Esprit et ensuite, le verset 5 déclare : «et de la part de Jésus-Christ». C'est donc une lettre qui vient de la Trinité; tous ne faisant qu'un.

Et ensuite, puisqu'il s'agit d'une révélation de Jésus-Christ, la lettre continue en décrivant Jésus comme le premier-né des morts. Cela ne signifie pas qu'Il était le tout premier à ressusciter d'entre les morts. Il y en a eu plusieurs autres que Lui-même avait ramenés à la vie. Cela veut dire que de tous ceux qui ont jamais ressuscité, y compris les saints et de tous ceux qui feront jamais l'expérience de la résurrection, Il est le premier, le principal, le chef et le plus grand. Et permettez-moi de rajouter que tous ceux qui ont jamais vécu ressusciteront d'entre les morts : certains ressusciteront pour la vie tandis que d'autres connaîtrons la résurrection pour la damnation. Cependant, de tous ceux qui ont jamais ressuscité, Il est le chef. Il est «le prince» - c'est marqué - «des rois de la terre.» Et nous lisons : «A celui» - il y a à présent une dédicace. Le livre vient de la Trinité. Il a été transmis par un ange à Jean, a été rédigé et nous a été donné pour que nous le lisions. Et Jean nous rappelle qu'il a d'abord été adressé aux sept églises. Il vient de la Trinité et est dédié au verset 5, «A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang». La dédicace est faite à Jésus-Christ Lui-même, Celui qui a fait de nous des «sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles ! Amen !» Ainsi donc, ce livre est dédié à la gloire du Christ Eternel.

Ensuite, il nous dit au verset 7, «Voici, il vient avec les nuées. Et tout oeil le verra,» - futur simple - «même ceux qui l'ont percé; et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui. Oui. Amen !» Vous savez ce que signifie «Amen» ? Qu'est-ce que cela veut dire ? Qu'il en soit ainsi ! Et nous voyons là même que le livre nous est présenté comme venant de la Trinité, dédié à Jésus-Christ, Celui qui vient. Et quand Il viendra, tout oeil Le verra, et qu'il en soit ainsi. Il s'agit en quelque sorte d'un aperçu de ce dont parle le livre tout entier, la venue de Jésus-Christ.

Et ensuite, il est dit au verset 8 qu'Il est : «l'Alpha et l'Oméga (…) celui qui est, qui était et qui vient, le Tout-Puissant.» Ceci fait bien sûr référence à Dieu dans Son essence et Christ dans Son unique relation avec Dieu au sein de la Trinité.

Nous trouvons essentiellement des informations introductives dans les versets 4 à 8. Le livre vient de la Trinité et s'adresse aux sept églises pour être ensuite divulgué par les soins de Jean. Il est dédicacé à Jésus-Christ qui vient, qui est l'Alpha, l'Oméga, le début et la fin, le Seigneur qui est, qui était et qui vient, le Tout-Puissant. En d'autres termes, Celui qui arrive n'est nul autre que le Dieu Tout-puissant. Le livre porte ainsi sur la seconde venue de Jésus-Christ. Il est question de Son retour et des événements qui vont se produire autour de ce retour.

A présent que nous avons établi que le thème, dans les huit premiers versets du chapitre 1, est Jésus-Christ lors de Sa seconde venue, nous allons examiner le verset 9. Jean entre dans la toute première de ses visions. Dieu lui a, en effet, accordé toute une série de visions qui commencent par : «Moi, Jean». Il le dit à plusieurs reprises dans le livre et on a l'impression qu'il était en état de choc. C'est un peu comme s'il disait : «Pouvez-vous croire cela ? Moi, Jean, je l'ai vu! Moi!!!» On est tenté de penser qu'il y avait une certaine dose d'incrédulité dans sa propre pensée, un peu comme s'il avait eu du mal à comprendre que Dieu lui ait fait un tel privilège.

«Moi Jean, votre frère, et qui ai part avec vous à la tribulation et au royaume et à la persévérance en Jésus». Moi, vous savez, rien de spécial, juste moi, une personne ordinaire. «J'étais dans l'Ile appelée Patmos». Il était exilé sur l'Ile de Patmos pour avoir proclamé l'Évangile du Christ. Pour le faire taire et le mettre hors d'état de nuire, on l'avait mis sur l'île de Patmos jusqu'à sa mort. «J'étais dans l'île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus.» C'est pour cela que j'y étais. J'avais été envoyé là-bas parce que j'ai prêché Christ et parce que j'ai prêché la Parole de Dieu.

Maintenant, dit-il, «Je fus ravi en esprit», c'est-à-dire qu'il était sous le contrôle du Saint-Esprit d'une manière singulière, «au jour du Seigneur...» Certaines personnes pensent que cela veut dire un dimanche. J'ai moi-même tendance à pencher de ce côté. D'autres pensent que cela signifie, «dans un sens prophétique, j'étais ravi en esprit, regardant/contemplant le jour du Seigneur dans sa plénitude.» Personnellement, je suis davantage pour l'idée selon laquelle cela s'est produit un dimanche, le jour du Seigneur, tandis qu'il était en train d'adorer, il était en esprit.

«...et j'entendis derrière moi une voix forte, comme le son d'une trompette, qui disait : Ce que tu vois, écris-le dans un livre, et envoie-le aux sept Eglises...» Voici donc les instructions qui sont données à Jean : «Ecris ces choses à Ephèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie, et à Laodicée.» Des villes en réalité. Elles ont vraiment existé. Elles avaient des églises, des congrégations locales.

Et ensuite, tandis que Jean se retourne, la première vision, il a une vision de Jésus-Christ, et je ne vais pas aller dans tous les détails mais il voit Jésus-Christ qui se déplace au milieu de sept chandeliers d'or – sept églises, sept chandeliers. Chaque chandelier représente une église. Sept est le nombre de la plénitude. Ainsi donc, vous avez ici une représentation de toutes les églises, et Jésus se déplace parmi les églises, en ministrant aux églises.

«Il avait» - verset 16 - «dans sa main droite sept étoiles.» Maintenant, il nous est dit plus bas au verset 20, que les sept étoiles sont les anges des sept églises, mais c'est bien le Seigneur qui se déplace à travers Son église, dans un ministère où Il assure l'entretien des lampes, faisant un travail de purification et de jugement, appliquant la sagesse et ainsi de suite. Et il voit Christ dans Sa gloire, qui vient au secours de Son l'église.

Et cela nous introduit véritablement dans les grandes lignes du livre, nous arrivons au verset 19, «Ecris donc les choses que tu as vues...» Et qu'a-t-il donc vu ? Juste cette première vision. «...les choses qui sont...» et quelles sont ces choses qui sont ? ...les choses qui parlent de l'époque dans laquelle vit Jean, le présent de l'indicatif, et qui figurent aux chapitres 2 et 3, «...et celles qui doivent arriver après elles...» qui commencent au chapitre 4. Ainsi, vous avez les grandes lignes du livre. Le chapitre 1 traite des choses que Jean a vues ; les chapitres 2 et 3 parlent des choses qui sont et les chapitres 4 à 22 annoncent les choses qui doivent arriver par la suite. Vous aurez affaire à une vision du passé, vous traiterez des questions présentes et vous ferez face au futur.

Tout commence au moment où Christ est révélé à l'Age de l'Église - c'est-à-dire cet âge – se déplaçant parmi les églises, secourant l'Eglise. Et de ce ministère ressortent sept lettres à ces églises spécifiques. Ensuite, nous commençons au chapitre 2 à examiner les lettres qui sont rédigées aux sept églises. A présent, écoutez très attentivement ce que je dis. Voici sept églises réelles ; elles ont vraiment existé ; elles étaient dans les villes qui sont mentionnées. Et si vous étudiez les lettres en détail, vous vous rendrez compte que chacune des lettres correspond bien au contexte historique, culturel et géographique de la ville à laquelle elle a été adressée. Il est question de villes au sens littéral du terme.

Cependant, ces églises sont représentatives parce que chacune d'entre elle a des critères qui lui sont propres. Et elles représentent les églises de tous les temps du fait que chacune d'entre elles constitue un type d'église bien particulier. Et tout au long de l'histoire de l'Eglise, il y a toujours eu ce genre d'églises et chacune d'entre elles reçoit un message spécifique du Seigneur. Voici donc Son ministère, tel qu'il était, adressé à l'Âge de l'Eglise.

La première est Ephèse. Quel genre d'église est Ephèse? C'est une église qui a une doctrine orthodoxe mais qui est froide. Elle a abandonné son premier amour. Verset 4, «Mais ce que j'ai contre toi, c'est que tu as abandonné ton premier amour.» Verset 5, «Souviens-toi donc d'où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières oeuvres.» Voici donc l'église qui est orthodoxe. Je veux dire qu'ils ont la bonne doctrine. Il est dit au verset 2 qu'ils ne pouvaient pas supporter les méchants, ils ne pouvaient pas tolérer les faux apôtres et enseignants ; ils ont persévéré, ils sont restés fidèles à la saine doctrine ; cependant, ils avaient perdu leur premier amour. Ils étaient froids et orthodoxes.

Ce genre d'église a existé à chaque époque et existe encore aujourd'hui. Ceux qui ont le bon message. Le souci, c'est juste qu'ils sont froids et indifférents.

La seconde église que nous rencontrons est celle de Smyrne aux versets 8 à 11. C'est l'église qui a enduré la persécution. Et au verset 10, il dit : «Ne crains pas ce que tu vas souffrir. Voici, le diable jettera quelques-uns de vous en prison, afin que vous soyez éprouvés, et vous aurez une tribulation de dix jours» - dix jours signifient une brève période de temps - «Sois fidèle jusqu'à la mort, et je te donnerai la couronne de vie.» Rien de négatif n'est dit au sujet de cette église. Pourquoi ? Parce qu'une église persécutée sera toujours une église purifiée. Elle est purgée par la persécution. Les gens qui vont à l'église de temps en temps pour une raison ou une autre, disparaissent en général quand survient la persécution. Si en effet ils n'ont aucune raison de mourir, ils vont éviter de traîner dans les parages et de se faire tuer dans le massacre. Il s'agit donc de l'église persécutée, et tout au long de l'histoire de l'église, il y a toujours eu ce genre d'églises et il en existe encore aujourd'hui. Nous entendrons d'ailleurs parler d'une de ces églises lors de la prochaine réunion tandis que nous écouterons Georgi Vins sur l'Eglise en Union Soviétique.

La troisième lettre est rédigée à l'église de la ville de Pergame et c'est au chapitre 2, versets 12 à 17. Il s'agit d'une église qui est mariée au monde. C'est une église mondaine et il décrit leur mondanité en descendant jusqu'au verset 15. Et ensuite, au verset 16, il dit: «Repens-toi donc; sinon, je viendrai à toi bientôt, et je les combattrai avec l'épée de ma bouche.» C'est l'Eglise que Jésus-Christ combat, l'église qui est mariée au monde. Et, tout au long de l'histoire de l'église, il y a toujours eu des églises mondaines au sein desquelles les gens ne sortent pas du monde, ils vivent au monde, accueillent le monde et se conforment à tout ce qui se passe dans la société.

Ensuite, le Seigneur a un message pour le quatrième type d'église, symbolisée par l'assemblée de Thyatire au chapitre 2, versets 18 à 29. Thyatire est une église qui tolère le péché. Dans cette église particulière, ils tolèrent une femme assimilée à Jézabel, qui séduisait les serviteurs de Dieu, les poussant à commettre l'impudicité et à manger des choses sacrifiées aux idoles. Ils sont mis en garde car c'est une église qui tolère le péché, une église qui refuse d'exercer la discipline à l'égard du péché, une église qui ne purifie pas ses rangs. Et de telles églises existent encore aujourd'hui.

Puis, au chapitre 3, nous voyons un cinquième type d'église : Sardes. C'est très facile de voir ce qui n'allait pas avec cette église. Le verset 1 dit : «Je sais que tu passes pour être vivant et tu es mort.» Voici l'église morte ! Morte, tout simplement ! Et elle avait quelques éléments vivants. Verset 2 dit qu'ils étaient également sur le point de mourir. Une église morte ! Et vous en avez déjà vues. Peut-être sortez-vous d'une d'elles ? Rien ne s'y passe, pas de vie, pas de croissance, pas de productivité, pas de fruit, pas de joie.

Et ensuite, numéro six, chapitre 3, versets 7 à 13, l'église de Philadelphie. C'est l'église fidèle. Il est dit au verset 8, à la fin, «...parce que tu as gardé ma parole, et que tu n'as pas renié mon nom.» C'est l'église pour laquelle une porte a été ouverte et qui a emprunté la porte ouverte. On pourrait même la voir comme une église missionnaire. Ainsi, il s'agit d'une église fidèle et il en existe toujours.

Arrive la dernière des sept au chapitre 3, du verset 14 à la fin du chapitre. Toute cette section parle de Laodicée, l'église apostate, l'église qui n'est pas sauvée, l'église du libéralisme de nos jours. Ainsi, vous voyez que chacune d'elles a un message. Justement, la spécificité de cette église est précisée au verset 15 : «Je sais que tu n'es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant !» "J'aurais préféré que tu sois contre moi ou alors pour moi". Il dit, «mais parce que tu es neutre, tu n'es ni dans un camp, ni dans l'autre, je te vomirai de ma bouche.» La fausse église est rejetée.

Résumons à présent. Pour commencer, au chapitre 2, nous avons l'église froide et orthodoxe. Ensuite nous avons l'église qui endure la persécution, puis l'église qui est mariée au monde, celle qui tolère le péché, l'église morte, l'église fidèle et l'église apostate. Comme je l'ai dit, chacune de ces églises a vraiment existé et chacune représente les églises de toutes les périodes de l'histoire. Ainsi, le message qui est adressé à ces églises concerne toutes les églises tout le temps que l'Eglise existera sur terre et tandis que Jésus se déplacera parmi les 7 chandeliers, pour secourir Son église.

Écoutez-moi, bien-aimés, je crois que ces sept lettres doivent s'appliquer à l'Eglise aujourd'hui. Il y a un message pour chaque église qui existe ici, quelle qu'elle soit, n'est-ce pas ? Vous dites peut-être : «Eh bien, comment savoir dans quelle catégorie classer une église ?» Je vous dirai comment faire. Une église se retrouvera dans un de ces types d'églises ou dans une de ces catégories lorsque l'influence prédominante au sein de l'église se rapportera à l'un ou l'autre des domaines évoqués. Ainsi, si la tendance prédominante de l'église est la froideur en dépit d'une doctrine orthodoxe, alors l'église reflétera un point de vue orthodoxe et froid quand bien même quelques-uns de ses membres seraient en feu. Si l'influence prédominante de l'église est l'indifférence totale vis-à-vis de Dieu et qu'il n'y a pas de fruits, pas de vie, alors il s'agit d'une église morte, bien qu'il puisse y avoir des personnes qui ne sont pas encore tout à fait mortes. Quelle qu'elle soit, c'est l'influence prédominante qui détermine la classification d'une église. Si l'église se distingue par un nombre prédominant de personnes fidèles qui empruntent la porte ouverte et répandent la Parole de Dieu, alors elle sera identifiée comme une église fidèle, comme celle de Philadelphie.

Ainsi, à la fin du chapitre 3, se termine le message à l'intention des églises. Il commence au chapitre 1, tandis que Christ se déplace entre les églises. Il est articulé aux chapitres 2 et 3 puis, nous parvenons à la fin du chapitre 3 et on cesse d'entendre parler du mot «église» jusqu'à la fin du livre d'Apocalypse, au chapitre 22, lorsque l'auteur dit simplement : «Retourne et souviens-toi de ce que j'ai dit à l'église.» L'église n'apparaît plus avant la fin du chapitre 22. L'église n'est pas spécialement en perspective ici jusqu'au moment où, bien sûr, elle est désignée par un autre nom dans le millénium, c'est-à-dire «l'épouse». Mais la question de l'église cesse d'être abordée à la fin du chapitre 3. Le dernier mot du chapitre 3 est «églises», et c'est cela le message. Chacun des messages s'est terminé de la même manière : «Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Eglises !» Qu'est-ce que cela veut dire ? Cela signifie que le message s'adressé à ces églises, va au-delà d'elles à l'intention de tous ceux qui ont des oreilles spirituelles. D'accord? Alors c'est un message pour toutes les époques.

Nous arrivons à présent au chapitre 4 et quittons l'Âge de l'Eglise. Les gens disent toujours : «Mais, où est-ce que l'enlèvement se produit ?» C'est quelque part entre les lignes qui séparent le chapitre 3 et le chapitre 4. Oui, l'église est sur terre aux chapitres 2 et 3 et tout à coup, nous apparaissons au ciel et j'aimerais que vous voyiez ce qui se passe. Le thème du ciel est l'adoration. Nous partons de la terre pour le ciel.

«Après cela, je regardai, et voici, une porte était ouverte dans le ciel. La première voix que j'avais entendue, comme le son d'une trompette, et qui me parlait, dit : Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite.» Nous passons à présent à la phase 3. Nous avons examiné les choses que «tu as vues». Nous avons examiné celles qui sont – chapitres 2 et 3. Voici maintenant les choses qui arriveront par la suite. Vous voyez, le déroulement, la chronologie et le plan sont très très soigneusement définis.

Et ainsi, immédiatement, une fois de plus, il était en esprit, ce qui veut dire qu'il était conduit par le Saint-Esprit dans cette vision. Et tandis qu'il était conduit dans cette vision, il a vu un trône établi. Et le terme «établi» comporte l'idée de permanence. Il ne s'agit pas d'un trône passager. C'est un trône éternel. Il s'agit d'un trône permanent ; c'est le trône de Dieu. Nous le savons parce que Celui qui était assis sur le trône avait l'aspect d'une pierre de jaspe (c'est un synonyme du mot diamant) et de sardoine (une autre façon de dire rubis). Et le trône était environné d'un arc-en-ciel semblable à de l'émeraude. Un arc-en-ciel qui a l'aspect d'une émeraude fait probablement référence à Sa fidélité. Ainsi, il y a Dieu et Son trône au ciel. Jean se trouve là-haut et est sur le point de découvrir ce qui va se passer. Nous sommes à présent au ciel et le ciel s'apprête à commencer à agir sur terre. Que va-t-il se passer ?

Eh bien, commençons par découvrir qui se trouve là-haut. «Autour du trône je vis vingt-quatre trônes, et sur ces trônes vingt-quatre vieillards assis, revêtus de vêtements blancs, et sur leurs têtes des couronnes d'or.» Qui sont-ils donc ? Très important ! Laissez-moi tout simplement vous dire que je crois qu'il s'agit ici de l'Eglise. Je crois qu'il s'agit d'une représentation de l'Eglise de Jésus-Christ. Je vais vous dire pourquoi. C'est une scène de récompenses. C'est le moment de la rétribution. Ils portent des couronnes. Des couronnes d'or. Et je vois cela comme l'Église après l'enlèvement, elle est au complet et règne avec Dieu, autour de Son trône dans la gloire, après avoir été récompensée. Et je crois que lorsque Jésus vient chercher l'Église lors de l'enlèvement, Il dit : «Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi». Et je pense que la première chose qui arrive quand nous sommes enlevés c'est que nous montons là haut et recevons nos récompenses. Je crois donc que c'est eux qui sont là, avec leurs couronnes. Il est dit qu'ils sont sur des trônes. Ils ont des vêtements blancs et des couronnes. Ces trois choses ont été promises à l'Église.

Et je ne pense pas qu'il puisse s'agir d'Israël, à cause du chapitre 5 au verset 9 : «Tu es digne de prendre le livre, et d'en ouvrir les sceaux; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation; tu as fait d'eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre.» Et je pense que ce sont les rachetés qui chantent ce chant. Je crois donc qu'il s'agit de toutes les personnes qui ont été rachetées, celles qui sont sauvées, rachetées de toute tribu et de toute langue, de tout peuple et de toute nation. Cela ne peut pas non plus désigner les anges de mon point de vue. Il ne peut s'agit des saints d'Israël ; cela doit forcément représenter l'Église. Et ensuite, je pense – je veux dire que c'est d'après moi - la position la plus sûre à adopter dans cette histoire.

«Du trône» - verset 5 - « du trône sortent des éclairs, des voix et des tonnerres.» et ainsi de suite et puis la vision de Dieu et il y a encore l'Esprit septuple et voici le trône divin.

Cependant, devant le trône, verset 6, il y a une mer de verre, semblable à du cristal. Et ceci est un peu comme Ezéchiel, chapitre 1, une illustration. Les quatre êtres vivants, je crois que ce sont des anges. Ils sont décrits de manière assez détaillée. Et puis il est dit qu'ils adorent tous, versets 9, 10 et 11. Le ciel tout entier adore. Les anges adorent, les saints adorent, l'Eglise adore, tous donnant louange et gloire à Dieu. Et comme je vous l'ai dit avant, c'est le thème du ciel. Le ciel est un lieu où tout le monde adore Dieu. Ainsi donc, lorsque Jean voit le ciel, Il voit toutes ces personnes en train d'adorer Dieu.

Et, tout à coup, quelque chose d'intéressant se produit au chapitre 15 : l'adoration est rompue. «Puis je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône un livre...» Savez-vous de quoi il s'agit ? Un titre de propriété de la Terre ! C'est le titre de propriété de la Terre. Comment le savez-vous ? Il était scellé de sept sceaux. La loi romaine exigeait qu'un testament soit scellé sept fois pour éviter qu'il ne soit forcé. Il devait être scellé. En d'autres termes, il était enroulé jusqu'à un niveau, scellé puis enroulé, scellé, enroulé un peu plus, scellé, enroulé davantage, puis scellé. Et finalement, ils l'enroulaient jusqu'au point le plus serré et le scellaient pour la septième fois et il devenait impossible de forcer sept sceaux sans être démasqué. Un testament était donc scellé sept fois. Je crois qu'il s'agit ici des volontés et du testament de Dieu. Les volontés et le testament de Dieu étaient conçus pour octroyer la Terre à Jésus-Christ. N'était-ce pas Sa promesse dans le Psaume 2? «Je Te donnerai les nations en héritage. Tu les dirigeras avec une verge de fer. Voici Mon Fils ; Il brisera le pouvoir de toutes les nations. Il règnera sur le monde.» C'est la promesse qui a été faite au Fils et voici le titre foncier que le Père tient dans Sa main.

«Je vis aussi un ange puissant qui proclamait d'une voix forte : Qui est digne d'ouvrir le livre et d'en rompre les sceaux ?» Qui peut prétendre au testament de Dieu ? Qui peut rompre les sept sceaux du livre ? «Mais personne, ni au ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, n'était capable d'ouvrir le livre ni de le lire.» Et Jean se mit à pleurer parce que personne n'avait été trouvé digne d'ouvrir et de lire le rouleau ni même de le regarder. «Alors, l'un des vieillards» - et qui mieux qu'un des 24 anciens pouvait savoir ce que signifie être racheté ? - «me dit: Ne pleure pas. Voici : il a remporté la victoire, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de la racine de David, pour ouvrir le livre et ses sept sceaux.»

Ainsi, l'un de ceux que je crois représentent les rachetés sait que Jésus-Christ est Celui qui est digne d'ouvrir ce rouleau. Et, au verset 6, Il est décrit comme celui qui s'avance, «-au milieu du trône et des quatre êtres vivants» - les anges - «et au milieu des vieillards» - ceux qui représentent l'Eglise - «un Agneau qui se tenait debout. Il semblait avoir été égorgé. Il avait sept cornes» - il s'agit des pleins pouvoirs puisque sept constituent la perfection et que la corne d'un animal représente le pouvoir - «et sept yeux» - ce qui est la sagesse parfaite – qui fait référence et reflète le Saint-Esprit, les sept esprits de l'Esprit septuple de Dieu.

Voici donc Jésus-Christ, plein de sagesse de l'Esprit de Dieu, plein de pouvoir. «L'Agneau s'avança» - verset 7, c'est un moment mémorable - «pour recevoir le livre de la main droite de celui qui siégeait sur le trône.» Gardez cela en pensée. Tracez quelques traits autour de ce verset. Cela marque le déroulement de tout ce qui va se produire. Jésus prend le rouleau et Il dit : «Je vais reprendre possession de la terre.» Le paradis va être restauré.

Eh bien, que pensez-vous que cela produit au ciel ? Eh bien, cela occasionne davantage d'adoration. Et ainsi, verset 8, versets 9, 10, 11, 12, 13, 14 – tout le monde adore, adore, adore. Pourquoi pensez-vous que le ciel est si enthousiaste ? Je vais vous dire pourquoi. Ils en ont assez de la rébellion de la terre. D'accord ? Et quand ils se rendent compte que Christ a pris le rouleau – Il s'apprête à le dérouler, récupérer le titre de propriété, prendre la Terre – ils s'enthousiasment et il y a la gloire, la louange et l'adoration au point culminant dans cette merveilleuse affirmation du verset 12 : «Il est digne, l'Agneau qui fut égorgé, de recevoir la puissance, la richesse et la sagesse, la force et l'honneur et la gloire et la louange.» Et il est difficile de lire cela sans entendre le mot : Le Messie.

Vous réalisez donc que cette époque commence au ciel – ou plutôt cette phase – démarre au ciel. Dieu sur le trône tient un titre de propriété de la terre. Le ciel tout entier est en adoration. Et ils disent : «Eh bien, qui est digne de reprendre la terre pour la restituer à Dieu et en faire à nouveau un paradis, conformément au plan initial? Qui est digne?" Et il n'y a personne. Et tout à coup, Jean se voit en train de pleurer. Alors arrive l'Agneau et l'Agneau s'empare du titre de propreté de la terre comme pour dire : «Je vais dérouler ce rouleau; Je vais reprendre la terre.» Et une fois que cela est établi au verset 7, alors le ciel tout entier recommence à chanter "Alléluia" encore une fois.

Ainsi, vous débutez le chapitre 6 avec le Seigneur qui commence à dérouler les sceaux. Et vous avez les sept sceaux, et chaque fois qu'un se brise, il dévoile quelque chose qui va se produire sur terre. Le premier sceau est la paix. «Puis je vis l'Agneau ouvrir le premier des sept sceaux et j'entendis l'un des quatre êtres vivants dire d'une voix de tonnerre : Viens !» ou «Continue.»

«Et je vis venir un cheval blanc. Son cavalier était armé d'un arc.» - remarquez qu'il n'avait pas de flèches, juste un arc. - «Une couronne lui fut donnée, et il partit en vainqueur et pour vaincre.» De qui s'agit-il ? Sur un cheval blanc, c'est un conquérant. Avec un arc mais sans flèche. Cela signifie qu'il n'avait pas besoin de faire la guerre. Il portait son arc mais n'avait pas besoin de s'en servir. Il s'agit d'une conquête pacifique. Il portait une couronne. Il est parti en vainqueur et pour vaincre. Ainsi, la période de tribulation terrestre commence avec une fausse paix, alimentée par l'antéchrist. Si vous avez une quelconque envie de faire des comparaisons, alors regardez à Daniel 9:27 où il est dit exactement la même chose. Il fait un pacte avec le peuple de Dieu et établit une fausse paix. Il est l'antéchrist. Il apporte quelque chose qui ressemble à la paix mais qui ne dure pas bien longtemps.

Je veux dire que cela ne dure vraiment pas longtemps parce que le second sceau est brisé au verset 4 et un autre cheval fait son apparition. Celui-ci n'est pas blanc mais plutôt rouge. Au fait, ce sont les quatre cavaliers de l'Apocalypse. «...Son cavalier reçut le pouvoir de bannir la paix de la terre pour que les hommes s'entretuent». Le deuxième sceau est la guerre.

Ceci nous conduit au troisième sceau qui est ouvert et il s'agit d'un cheval noir, verset 5. «Son cavalier tenait une balance dans la main.» - en d'autres termes, il pèse et mesure. Et il est dit que lorsqu'il a mesuré, «une mesure de blé» - verset 6 - «pour un denier», cela veut dire que vous avez environ une pinte et demi d'orge ou un peu moins de blé ou environ un tiers de cela pour le salaire d'une journée de travail. En d'autres termes, vous travaillez toute une journée et ce que vous gagnez ne suffit même pas à nourrir une personne ou alors à peine. Ce sont des conditions de famine. Et il est dit : «Quant à l'huile et au vin, épargne-les !» C'est la nourriture des riches, il ne faut pas y toucher.

Ainsi, vous avez la paix, suivie par la guerre, elle-même suivie par la famine. Et lorsqu'il y a une guerre mondiale, il y a également une famine mondiale. Ensuite arrive le quatrième sceau et c'est la mort. Qu'est-ce qui suit la guerre et la famine si ce n'est la mort? Verset 8 dit : «Je regardai, et voici parut un cheval d'une couleur pâle. Celui qui le montait se nommait la mort, et le séjour des morts l'accompagnait.» Pourquoi? Il avance en tuant tandis que Hadès vient à sa suite, ramassant les cadavres. «Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l'épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre.»

Vous arrivez alors au cinquième sceau et vous trouvez certaines personnes sous l'autel. Il s'agit sans doute des rachetés qui ont été tués pendant cette période et ils sont à présent au ciel et se trouvent à l'autel même de Dieu, le trône même de Dieu, pour ainsi dire, et ils sont en train de prier. Verset 10, «Jusqu'à quand, Maître saint et véritable, tardes-tu à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre ?» Car dans cette guerre et dans ce carnage et dans cette famine et la débâcle sur terre, les rachetés sont abattus par l'antéchrist. Dès que leurs esprits parviennent au ciel, ils se rassemblent et crient à Dieu : «Pendant combien de temps vas-tu laisser cela continuer sans tirer vengeance de ceux qui abattent les saints?» C'est une section très importante. Vous devriez prendre quelques notes dessus. Cette section est une prémice sur laquelle se basent plusieurs discussions à venir sur l'Apocalypse.

Le verset 11 dit : «Une robe blanche fut donnée à chacun d'eux ; et il leur fut dit de se tenir en repos quelque temps encore, jusqu'à ce que fût complet le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères qui devaient être mis à mort comme eux.» Il leur dit ceci : «Soyez patients. En attendant, voici une robe blanche. Voici votre vêtement céleste, profitez-en, et restez là jusqu'à ce que le reste de martyrs ait été martyrisé. Ce n'est pas encore terminé.» Comme quelqu'un l'a dit une fois, «Ce n'est jamais fini jusqu'à ce que ce soit fini.» Et ce n'est pas encore terminé.

Ainsi, de retour sur terre, le sixième sceau, «...et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang». Joël en a parlé tout comme Pierre le jour de la Pentecôte. «et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre...» A présent, imaginez ces gens. Le soleil devient noir ; la lune devient comme du sang ; les étoiles tombent du ciel, «...comme lorsqu'un figuier secoué par un vent violent jette ses figues hors saison...» En d'autres termes, vous avez des figures trop mûres, vous secouez l'arbre et elles tombent toutes. Les étoiles tombent toutes du ciel.

«Le ciel se retira comme un livre qu'on roule...» Avez-vous jamais baissé les stores d'une fenêtre et quand vous les lâchez ils font...bleh-bleh-bleh-bleh- bleh-bleh...comme ça. C'est ce qui va arriver à tout le ciel ...bleh-bleh-bleh-bleh- bleh-bleh... comme ça. Tout est parti. «Et toutes les montagnes et les îles furent remuées de leurs places.» Pouvez-vous imaginer cela ? Une période effroyable, et ils prennent vraiment peur et vous voyez une peur terrible aux versets 15 à 17, «Ils criaient aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous et cachez-nous loin du regard de celui qui siège sur le trône, loin de la colère de l'Agneau. Car le grand jour de leur colère est arrivé, et qui peut subsister ?»

Maintenant, on ne peut supporter qu'une petite dose de ceci sans devenir un cas désespéré. Et le pauvre Jean – pouvez-vous imaginer ce que cela peut faire de recevoir toutes ces visions ? C'est pour cela que le Seigneur lui donne des répits périodiques et le chapitre 7 est l'un d'eux. Et nous nous rendons compte, au chapitre 7, qu'il y a, au milieu de toutes ces choses, une certaine forme de protection qui se manifeste. Il y aura une certaine bénédiction. Certaines personnes seront préservées de ce jugement. Tout le monde ne va pas se retrouver sous l'autel. Certains chrétiens seront épargnés. Qui sont-ils ? Ils sont 144000 Juifs issus de chaque tribu. Dan ne figure pas là à cause d'une idolâtrie grossière, Deutéronome 29. Si vous vous souciez de Dan cependant, dans Ezéchiel 48, ils sont inclus dans la mise en place du royaume, ce qui fait qu'ils ont été gracieusement restaurés dans le royaume. Ils n'avaient juste pas le droit de servir dans ce ministère particulier.

A présent, qu'est-ce que cela dit? Au milieu de la semaine, quand commence l'holocauste, il y aura déjà des Juifs sauvés, des Juifs croyant que Jésus-Christ est leur Sauveur et Seigneur, ils seront déjà sauvés et traverseront cette même période et il sera impossible de les tuer. Pourquoi ? Parce qu'aucun mal ne peut les affecter. Ils sont scellés ; ils sont protégés. Il est dit aux versets 2 et 3 : aucun mal ne peut leur arriver.

Ainsi, pendant cette seconde moitié, 144000 Juifs seront là, prêchant l'Évangile. Ils seront très efficaces. De braves gens, regardez au verset 9 : «je vis une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer.» Je veux dire qu'ils étaient innombrables. «C'étaient des gens de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, de toute langue. Ils se tenaient debout devant le trône et devant l'Agneau, vêtus de tuniques blanches et ils avaient à la main des branches de palmiers. Ils proclamaient d'une voix forte : Le salut appartient à notre Dieu qui siège sur le trône, et à l'Agneau.» D'où venaient-ils ? Ce sont les fruits des 144000 Juifs.

Vous savez, c'est l'une des merveilleuses affirmations au sujet de la souveraineté de Dieu et du salut. Dieu choisirait de sauver 144000 Juifs et Il, en prendrait 12000 de chacune des tribus d'Israël. Lui seul sait à quel niveau les gens sont rattachés à leur tribu. Tous les registres ont été perdus au moment de la destruction de Jérusalem en l'an 70 après J.-C.

Dieu va littéralement élire 12000 ressortissants de chaque tribu. 144000 Juifs seront donc rachetés au cours de cette seconde moitié. Et ils seront les évangélistes. Et de leur ministère sortira une foule innombrable de gens de toute tribu, de toute langue, de toute nation et de tout peuple qui loueront le Seigneur Jésus-Christ. Et bien sûr, après cela, il y a beaucoup d'adoration dans le reste du chapitre 7. Un chose vraiment merveilleuse !

Vous parvenez à présent au septième sceau au chapitre 8. Et le septième sceau est très souvent une réponse aux six premiers, la septième trompette une réponse aux sept premières, ou la septième coupe une réponse aux six premières. Et le verset 1 se trouve être en fait le verset-clé sur lequel certains se basent pour prouver qu'il n'y a aucune femme au ciel puisqu'il est dit qu'il y aura un silence au ciel pendant une demi-heure. Je me dis que c'est un tout petit peu forcé.

Eh bien, «Quand l'Agneau ouvrit le septième sceau, il se fit dans le ciel un silence d'environ une demi-heure.» Qu'est-ce que cela veut dire ? Cela signifie que quelque chose s'est arrêté ? Qu'est-ce qui a été interrompu ? Eh bien, que se passe-t-il donc au ciel ? L'adoration ! Elle avait justement lieu au chapitre 7. Elle s'est donc arrêtée pendant une demi-heure. Pourquoi ? Ils sont dans l'effroi ? Je veux dire qu'ils redoutent l'holocauste de la fureur divine qui se répand.

Voici donc qu'arrivent les jugements des sept trompettes, une autre façon de parler du jugement. Le Seigneur a déroulé le livre et ensuite arrivent les trompettes qui annoncent le jugement. Verset 6 : «Alors les sept anges qui tenaient les sept trompettes s'apprêtèrent à les sonner. Le premier ange sonna de la trompette : aussitôt de la grêle mêlée de feu et de sang s'abattit sur la terre. Le tiers de la terre fut brûlé, le tiers des arbres furent brûlés et toute plante verte fut brûlée.» C'est le jugement sur la végétation. Un jugement contre la végétation à plusieurs endroits est un jugement contre l'homme puisqu'il ne saurait vivre sans végétation, mais c'est également un jugement contre les animaux qui ne peuvent pas non plus vivre sans l'herbe. Et d'une certaine manière, cela pourrait par ailleurs constituer un jugement contre l'oxygénation du monde pour laquelle la végétation est indispensable.

Ainsi donc, nous voyons la troisième partie qui touche à la création, la troisième partie et la seconde trompette, au verset 8, «Le tiers de la mer devint comme du sang. Le tiers des créatures vivantes dans la mer périrent et le tiers des bateaux furent détruits.» Dieu rend un jugement et imaginez, le tiers de toute la végétation a disparu, le tiers de la mer devient comme du sang et le tiers des créatures marines périt. Et vous retrouvez tous ces déchets puants, pourris et putréfiés qui flottent sur le tiers des mers mondiales. En d'autres mots, l'être humain aura manqué de reconnaître le don de Dieu dans la création, par conséquent, Dieu la lui enlève. L'homme a manqué de donner gloire pour les choses merveilleuses qu'Il a faites : l'herbe verte, les plantes et les arbres, la mer et la vie qu'elle contient. L'homme n'ayant pas voulu glorifier Dieu, Il lui reprend ces choses.

Et il y a ensuite la troisième trompette au verset 10 : «un grand astre enflammé, une sorte de globe de feu, tomba du ciel sur le tiers des fleuves et sur les sources d'eau. Cet astre se nomme « Absinthe ». Le tiers des eaux se transforma en un liquide amer. Et voici le jugement sur l'eau douce – toutes les sources d'eau fraîche sont remplies d'amertume et le tiers d'entre elles est détruite tout comme le reste.

La quatrième trompette sonne au verset 12, «...le tiers du soleil, le tiers de la lune et le tiers des étoiles furent frappés...» Savez-vous ce que cela fera au calendrier ? Savez-vous quelle influence cela pourra avoir sur les emplois du temps ? Savez-vous l'impact que cela pourra avoir sur la vie de tous les jours ? Vous perdez le tiers du soleil – J'ignore quel genre de chaos cela pourrait produire dans le ciel. Le tiers de la lune disparaît et le tiers des étoiles s'en va. Le tiers de tout cela est dans les ténèbres, «...et la clarté du jour, comme celle de la nuit, diminua d'un tiers.» Incroyable. Le calendrier tout entier est effacé. Plus de trace. C'est fou! Il y a tout genre d'éclipses délirants un peu partout.

«Je regardai, et j'entendis un aigle qui volait au milieu du ciel,» - verset 13 - «disant d'une voix forte : Malheur, malheur, malheur aux habitants de la terre, à cause des autres sons de la trompette des trois anges qui vont sonner !» Je peux m'identifier à cet aigle. Et ce que cet aigle dit est : «Vous pensez que ça va mal ? Eh bien, attendez les trois prochaines ; vous n'avez encore rien entendu.» Pouah!

Et ensuite, au chapitre 9, sonne la cinquième trompette et une étoile tombe. De qui s'agit-il ? Lucifer ? Il a la clé du puits de l'abîme. Vous savez qui se trouve dans le puits de l'abîme ? Les démons enchaînés ! Les démons que Dieu a retenus prisonniers là-dessous. Il y a des démons là, liés dans la fosse. Ils ne peuvent pas sortir. Cependant, les clés seront remises à Lucifer pendant la période de la tribulation. Au son de la cinquième trompette, il descendra dans le puits de l'abîme pour en ouvrir l'accès. Et vous savez ce qui va se passer? Tous les démons enchaînés qui y sont retenus prisonniers, certains depuis des siècles et des siècles et des milliers d'années, seront relâchés. Ils vont jaillir de là, et il est dit au verset 2: «...Et il monta du puits une fumée, comme la fumée d'une grande fournaise ; et le soleil et l'air furent obscurcis par la fumée du puits.» Et ils sont semblables aux sauterelles, d'après le verset 3. On dirait un fléau. Ils balaient tout simplement la terre. Savez-vous pourquoi la tribulation sera une période terrible ? Parce que tous les démons de l'enfer seront libérés pour s'ajouter à ceux qui parcourent déjà la terre.

Et il est dit au verset 4 qu' «Il leur fut dit de ne point faire de mal à l'herbe de la terre, ni à aucune verdure, ni à aucun arbre, mais seulement aux hommes qui n'avaient pas le sceau de Dieu sur le front.» Les démons ne toucheront pas à la création. Ils vont se contenter de supprimer les hommes. Et ils n'ont même pas le privilège de les tuer à la cinquième trompette. Verset 5, «Il leur fut donné, non de les tuer, mais de les tourmenter pendant cinq mois; et le tourment qu'elles causaient était comme le tourment que cause le scorpion, quand il pique un homme. En ces jours-là, les hommes chercheront la mort, et ils ne la trouveront pas; ils désireront mourir, et la mort fuira loin d'eux.» Ils se feront piquer comme par un scorpion. La plaie des sauterelles démoniaques parcourra le globe, torturant les hommes pendant cinq mois. Les humains seront incapables de trouver le moindre répit ni même la mort.

Et il y a ensuite la description, aux versets 7 à 10, de ces êtres démoniaques, langage symbolique. Et il est dit au verset 11 : «Elles avaient sur elles comme roi, l'ange de l'abîme, nommé en hébreu Abaddon» - cela signifie le destructeur - «et en grec Apollyon» - qui veut aussi dire "destructeur". Vous pensez que ça va mal ? Eh bien, il y a encore deux trompettes.

Et, au même moment, la sixième trompette sonne et le fleuve d'Euphrate s'ouvre, pour ainsi dire : «...Et les quatre anges» - verset 15 - «qui étaient prêts pour l'heure, le jour, le mois et l'année, furent déliés afin qu'ils tuassent le tiers des hommes.» Voici un hôte, relâché par un ange, qui va abattre un tiers du monde. «Le nombre des cavaliers de l'armée était de deux myriades de myriades...», c'est-à-dire 200 millions. Et ils viennent de l'Est, de l'autre côté de l'Euphrate. Ainsi donc, au verset 18, il est dit qu'ils tuent le tiers du monde «...par le feu, par la fumée, et par le soufre, qui sortaient de leurs bouches.» Il se pourrait bien qu'il s'agisse d'une sorte d'armement décrit en ces termes anciens.

«Les autres hommes qui ne furent pas tués par ces fléaux ne se repentirent pas des oeuvres de leurs mains, de manière à ne point adorer les démons, et les idoles d'or, d'argent, d'airain, de pierre et de bois, qui ne peuvent ni voir, ni entendre, ni marcher; et ils ne se repentirent pas de leurs meurtres, ni de leurs enchantements (pharmakeia) – c'est-à- dire drogue - ni de leur impudicité ni de leurs vols.» Les hommes ne se sont point repentis. Ils ont juste maudit Dieu.

Eh bien ces trompettes sont plutôt redoutables, n'est-ce pas ? Voilà donc les six premières trompettes. Voilà tout ce qui arrivera à la fin de la tribulation. Avez-vous remarqué que l'église n'est pas dans les parages pendant que tout cela arrive ? Le chapitre 10 constitue une autre petite pause. Je veux dire : pauvre Jean et pauvre de nous ! Il lui donne donc une autre petite vision du bon côté des choses : "Son visage est semblable au soleil et ses pieds comme des colonnes de feu ; il tient le livre dans sa main. Et son pied droit se tient sur la mer tandis que son pied gauche est posé sur la terre. Et il crie d'une voix forte comme rugit un lion et sept tonnerres font entendre leur voix." Et vous savez quoi? Le voici dans sa vision glorieuse et il dit à Jean au verset 4, «Cache ce qu'ont dit les sept tonnerres, et ne l'écris pas.» Ne leur dis pas ! C'est trop fantastique ! Le jugement sur les pécheurs est terrible, trop terrifiant, trop horrible, trop horrifiant. Ne leur dis pas ! Ne leur dis pas. Il s'agit d'un mystère. Verset 7 : «le mystère de Dieu s'accomplira». Nous n'allons pas révéler cette partie.

Et Jean a vu dans cette vision, ce petit rouleau, qui représente la reprise de la terre et il l'a pris et l'a mis dans sa bouche, parce qu'il lui a été dit : «Prends-le, et avale-le». Et il dit qu'il s'est exécuté. Et il dit : «il fut dans ma bouche doux comme du miel, mais quand je l'eus avalé, mes entrailles furent remplies d'amertume.» Que veux-tu dire par là, Jean ? Je veux dire que lorsque je contemple la venue de Jésus-Christ dans Sa gloire, j'ai ce goût sucré parce que Christ mérite de régner et de régner dans la gloire. Mais je ressens également ce goût amer car, lorsqu'Il viendra dans la gloire pour régner, je sais bien que cela voudra dire la dévastation et la damnation éternelle du monde. C'est pour cette raison que c'est un goût à la fois sucré et amer.

A présent, avant que cette septième trompette ne sonne, il y a une autre lueur de la grâce de Dieu au chapitre 11. Oh, c'est puissant, regardez ça ! Voici les deux personnes que je préfère dans la Bible et je ne sais même pas qui elles sont en dehors du fait qu'elles viennent de notre Seigneur. Je me dis juste que ces deux types sont sensationnels. J'ignore qui ils sont mais si le Seigneur recherche des volontaires, alors me voici. «Ce sont les deux oliviers et les deux chandeliers qui se tiennent devant le Seigneur de la terre.» Regardez ceci à présent, et bien sûr, le monde va les détester. Le monde les haïra. La société du Nouvel Age les détestera. Les gens qui expliquent l'enlèvement en disant : «Hé, nous nous sommes débarrassés de tous ces gens qui nous retenaient en arrière et nous empêchaient d'atteindre le prochain niveau de conscience», ils vont les haïr. Et quand ils prêcheront Jésus-Christ et tout le reste, ils les haïront. Mais, savez-vous ce qui se passe ? Le verset 5 dit que «Si quelqu'un veut leur faire du mal, du feu sortira de leur bouche et dévorera leurs ennemis». «Haaah !» Je veux dire qu'on pourrait s'y habituer. Vous êtes persécutés et traités en ennemi et ils ne croient pas en votre message et ils essaient de vous enlever la vie...Haaah!

Et ils ont le pouvoir de fermer le ciel. En d'autres termes, ils peuvent aller dans un endroit où ils veulent prêcher l'Évangile de Jésus-Christ et y provoquerait la sécheresse pendant toute la durée de leur prédication. Et ils peuvent contrôler la météo. « ...ils ont le pouvoir de changer les eaux en sang, et de frapper la terre de toute espèce de plaie, chaque fois qu'ils le voudront. »

A présent, d'après vous, à quoi ressembleront les informations du soir ? «Nous allons à présent parler du rapport de nos deux témoins. Cette semaine, ils se sont rendus à Cincinnati et pas une goutte de pluie n'est tombée. Toutes les rivières ont été changées en sang. Les gens ont été frappés de la peste. Il faut vraiment faire quelque chose au sujet de ces types. C'est juste que chaque fois que nous essayons, nous volons en fumée.» Et vous savez ce qui arrivera ? Finalement la bête montera directement de l'abîme – la bête elle-même en personne, «... elle les vaincra, et les tuera. Et leurs cadavres» - vous savez où ils se retrouvent quand ils meurent ? - Ils sont à Jérusalem. C'est ça. «la grande ville, qui est appelée, dans un sens spirituel, Sodome et Egypte» - verset 8 dit - «là même où leur Seigneur a été crucifié.» Ils sont donc abattus à Jérusalem.

Pouvez-vous imaginer ce qui sera dit au journal télévisé ? «Enfin, ils sont morts.» Et il est dit que leurs cadavres sont laissés dans la rue. Vous vous rendez compte ? De telles choses qui se produisent dans notre monde moderne ? On ne laisse pas traîner les corps dans la rue ! Pourtant ils les abandonnent dans la rue. «Des hommes d'entre les peuples, les tribus, les langues, et les nations, verront leurs cadavres pendant trois jours et demi.» Maintenant comment est-ce possible que le monde entier voit des corps qui se trouvent à Jérusalem ? Un seul moyen. Quel est-il ? La télévision ! Ceci n'aurait pas été possible il y a une centaine d'années. On n'aurait pas pu les voir à travers le monde. «Et ils ne permettront pas que leurs cadavres soient mis dans un sépulcre.» Pourquoi ? Parce qu'ils sont tellement enthousiastes, «...et à cause d'eux les habitants de la terre se réjouiront et seront dans l'allégresse, et ils s'enverront des présents les uns aux autres.» Bonne journée des Témoins morts, voici ton cadeau !

C'est exact, le monde est si content que ces types soient morts. Et je peux m'imaginer un reporter se tenant là et disant : «Eh bien, cela fait à présent deux jours et demi qu'ils sont morts et nous sommes tellement soulagés que ces hommes aient débarrassé la surface de la terre.» Et ensuite, au verset 11, il est dit : «Après les trois jours et demi, un esprit de vie, venant de Dieu, entra en eux, et ils se tinrent sur leurs pieds.» Et j'aimerais voir la rédiffusion de cet instant. «Et une grande crainte s'empara de ceux qui les voyaient.» Est-ce que vous arrivez à l'imaginer ? Et c'est ce qui va arriver.

J'aime beaucoup ceci : «Et ils entendirent du ciel une voix qui leur disait : Montez ici!» Oooooh ! Regardez ! «Et ils montèrent au ciel dans la nuée... A cette heure-là, il y eut un grand tremblement de terre et la dixième partie de la ville tomba ; sept mille hommes furent tués dans ce tremblement de terre, et les autres furent effrayés et donnèrent gloire au Dieu du ciel.» La terreur ! De la terreur pure ! Écoutez, Dieu ne sera jamais sans témoin. Jamais !

Et après ce petit intermède, nous revenons à la septième trompette et lorsqu'elle sonne, c'est la finale, braves gens. J'aime ça. Verset 15 : «Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ; et il régnera aux siècles des siècles.» C'est cela, braves gens. Quand sonne cette septième trompette, les royaumes du monde appartiennent à Jésus-Christ. Merveilleux, merveilleux !

Le chapitre 12 retourne chercher davantage de détails avant qu'on ne parvienne à la septième et dernière coupe et il décrit l'incessante persécution que Satan fait à Israël, au Messie et au peuple de Dieu. Il indique comment il a toujours combattu le peuple de Dieu. La femme dont il est question dans ce chapitre est Israël. L'Enfant est le Christ. Le dragon désigne Satan. Et le dragon a toujours pourchassé l'Enfant qui était né de la femme. Il a combattu par le passé et il combattra encore dans l'avenir. Le verset 7 dit que les démons de Satan feront la guerre à Michael et ses anges dans le ciel. Devinez qui sera le vainqueur. L'archange Michael et ses anges remporteront la victoire. La fin du verset 9 dit qu' «il fut précipité, le grand dragon...il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui.»

Voici donc ce qui se passe, écoutez, des démons sont montés de l'abîme sous forme de sauterelles qui envahissent les lieux. Il y a des démons qui flottent dans l'air, des puissances des lieux élevés, ils sont tous précipités en bas. Donc, sur terre, ils sont sortis du puits de l'abîme, ils sont chassés du ciel, ayant perdu l'accès à Dieu comme Satan l'avait dans Job, quand il s'est présenté devant le trône de Dieu. Ils se retrouvent tous sur la terre. Et sur la terre, nous voyons le terrible résultat d'un monde infesté de démons. Et les attaques ont tendance à viser Israël. Cependant, la suite du chapitre 12 parle de la protection que Dieu accorde à Israël. Dieu les préserve si merveilleusement. En fait, à un moment, cette horde – cette armée pourchasse Israël et au verset 16, la terre les avale, tout simplement. La terre s'ouvre tout bonnement et les avale. Merveilleux !

Le chapitre 13 se saisit d'un autre détail. Il nous présente l'antéchrist, le dirigeant du monde, et c'est quelque chose. Il conduit toutes ces attaques contre le peuple de Dieu. Au verset 4, à la fin, il est dit : «Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle ? Et il lui fut donné une bouche qui proférait des paroles arrogantes et des blasphèmes ; et il lui fut donné le pouvoir d'agir pendant quarante-deux mois.» Cela fait trois ans et demi. C'est encore la dernière moitié de la période de la tribulation. «Et elle ouvrit sa bouche pour proférer des blasphèmes contre Dieu, pour blasphémer son nom, et son tabernacle, et ceux qui habitent dans le ciel. Et il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Et il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation.» Il a un pouvoir immense, une influence grandiose.

Il a également une cohorte. Le chapitre 13, du verset 11 à la fin, présente le faux prophète. La bête est l'antéchrist tandis que le faux prophète est sa cohorte. Tout comme le pharaon avait Jannes et Jambrès, comme Balak avait Balaam et comme Absalom avait Achitophel, l'antéchrist aura sa cohorte. Et le travail de sa cohorte consistera à conduire le monde entier vers l'antéchrist, leur demandant de l'adorer. Et il opérera quelques miracles mensongers et des signes tout aussi faux. Il construira une grande image de la bête qu'il parviendra à animer au moyen d'une ventriloquie électronique ou toute autre astuce mentionnée au verset 15. Mieux encore, il introduit un démon à l'intérieur de l'idole qui devient ainsi une idole démoniaque.

Et alors, le monde est si complètement influencé par les démons que quasiment tous sont des potentiels fous furieux, exactement comme le garçon dont l'histoire est racontée dans les Evangiles qui était tombé dans le feu et ensuite dans l'eau, qui écumait et se roulait dans la poussière. Tout habitant de la terre pourrait être comme le démoniaque de Gadara qui vivait au milieu des tombes et se blessait avec des cailloux tellement il était infesté d'esprits impurs. La terre entière grouille littéralement de démons et ils sont au contrôle de tout. Ils sont même capables de faire parler une image, ce qui amène le monde entier à adorer l'antéchrist. C'est ça l'œuvre du faux prophète.

Il dit ensuite aux versets 16 à 18 qu'il a vu dans cette vision que si on avait pas une certaine marque, on ne pouvait ni vendre ni acheter, on ne pouvait pas fonctionner en société. Et ce nombre était 666. Cela ne veut rien dire, à moins de représenter l'homme. L'homme a été créé le sixième jour. Sept est le nombre de la perfection pour Dieu et quels que soient ses efforts, l'homme restera toujours 666: loin de la perfection. C'est donc la marque du système humain. Je trouve toujours curieux que tous les taxis en Israël commencent par le nombre 666 puis un tiret et puis le reste du numéro. Je ne pense pas que cela ait un sens particulier ; c'est juste intéressant.

Ce qui est important, ce qui est vraiment intéressant et significatif, c'est qu'on ne puisse interagir dans la société à moins d'avoir le nombre sur son front ou sur sa main. Et nous sommes sur le point d'y arriver. Nous avons déjà les cartes de crédit et les numéros. Si vous avez une carte bancaire que vous pouvez introduire dans un distributeur et composer votre code alors vous avez déjà un numéro. Connectez votre numéro de carte bancaire et ils savent exactement qui vous êtes et ils sont en mesure de tout savoir sur vous. Et s'ils décident de vous enlever le droit de vendre et d'acheter, tout ce qu'ils ont à faire c'est de supprimer ce numéro. Et si vous vivez dans une société où il n'y a pas d'espèces... le problème avec une carte bancaire c'est qu'on peut la perdre. C'est pour cela qu'ils développent des moyens de stocker les informations sur la main ou le front. Ce sont les parties du corps qui en effet, dans un climat froid, peuvent facilement être exposées et scannées. L'antéchrist dirigera donc le monde. Il fera tous les arrangements nécessaires et contrôlera tout grâce à son pouvoir.

Je vous ai dit dernièrement qu'ils ont déjà développé – et cela me semble extraordinaire – ils essaient de mettre au point des implants de puces informatique. Il s'agit d'introduire dans l'organisme d'un individu donné, une puce qui soit compatible avec son cerveau et un système informatique si bien, qu'indépendamment de sa profession, il puisse accéder instantanément à tous les outils d'une librairie. Les informations partent du système informatique, sont transmises à la puce qui les adresse au cerveau. Et il suffit de mettre ce genre d'outil à la disposition d'un type comme l'antéchrist pour qu'il contrôle absolument tout.

Verset 1 du chapitre 14 se penche à nouveau sur la victoire du Seigneur Jésus-Christ. Les 144000 sont au ciel et ils sont en train d'avoir un bon moment de louange. Ils chantent des louanges à cause de la victoire de Jésus-Christ. Et maintenant, bien sûr, l'holocauste tout entier fait une dernière focalisation sur l'Armaguedon. Et si vous regardez plus loin au chapitre 14, verset 14, - nous allons parcourir plus rapidement cette dernière partie mais détendez-vous, nous sommes dans les temps. Cependant, au chapitre 14, nous commençons à apercevoir l'Armaguedon et il y a cette idée de lancer la faucille au verset 15. La faucille, le fauchage et la moisson font toujours allusion au jugement. Le Seigneur arrive dans un jugement terrifiant.

Le verset 20 résume tout : «Et la cuve fut foulée hors de la ville ; et du sang sortit de la cuve, jusqu'aux mors des chevaux» - c'est-à-dire une hauteur de quatre ou cinq pieds - «sur une étendue de mille six cents stades.» Cela fait 322 kilomètres. Il s'agit de la longueur d'Israël. Cinq pieds de profondeur. La longueur d'Israël est utilisée pour symboliser le bain de sang. Et les grappes de raisins n'ont aucune résistance sous les pieds écrasants du Dieu Tout-Puissant. Et on voit ainsi Dieu en train de piétiner en guise de jugement.

Et le monde sera jugé. En fait, plus tôt dans le chapitre, aux versets 9 à 12, il dit : «Saints, restez là. Soyez patients car le jugement de Dieu arrive.» Et si vous avez été martyrisé, si vous êtes morts en martyr, le verset 13 dit : «Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur !» Alors, ne vous inquiétez pas pour tout cela. Dieu est en train de préparer Sa colère ; Il prépare Son jugement.

Et maintenant, tandis que nous parvenons au chapitre 15, nous arrivons aux sept derniers jugements. Et c'est comme une mitrailleuse : bang, bang, bang, bang, bang, bang, bang ! Cela se produit tout à fait à la fin, les sept dernières plaies. Selon le verset 1, elles accomplissent la colère de Dieu. Et au chapitre 5, il y a cette scène grandiose qui se déroule au ciel. Tout se met en place pour le jugement dernier. Et le verset 8 dit : «Et le temple fut rempli de fumée, à cause de la gloire de Dieu et de sa puissance; et personne ne pouvait entrer dans le temple, jusqu'à ce que les sept fléaux des sept anges fussent accomplis.» C'est une chose privée. Dieu concentre toute la fumée au ciel et laisse tout éclater au chapitre 16. La première coupe est versée, et au même moment, il est dit : «Et un ulcère malin et douloureux frappa les hommes qui avaient la marque de la bête et qui adoraient son image.» Il s'agit du helkos. C'est comme ce mendiant qui était couvert d'ulcères. Cela pourrait tout aussi bien faire référence à des plaies cancéreuses.

Immédiatement après cela vient la deuxième coupe qui est versée. On pourrait aussi parler de flacon à la place de coupe. Et la mer « devint du sang, comme celui d'un mort; et tout être vivant mourut, tout ce qui était dans la mer.» Une véritable puanteur avec, en surface des mers, des corps sans vie qui surpassent tout entendement.

«Le troisième versa sa coupe dans les fleuves et dans les sources d'eaux. Et ils devinrent du sang.» Il n'est plus question de quart ou de tiers mais de la totalité. Un jugement dévastateur, la pollution des eaux douces.

Plus bas aux versets 8 et 9, la quatrième coupe est versée et le soleil est si chaud qu'il brûle les êtres humains de son feu. Il les brûle à mort. Et au lieu de se repentir, ils blasphèment le nom de Dieu.

Et ensuite la cinquième coupe – incroyable! Après le soleil brûlant vient l'obscurité et ils se mordent la langue de douleur. Pourquoi ? Parce qu'ils sont incapables de voir leur chemin. Il n'y a pas de lumière du tout. Des ténèbres opaques. Ils sont exposés aux blessures les plus terribles, à la douleur et il n'y a pas moyen de trouver du répit parce qu'ils ne voient pas où ils vont. Et puis-je, au fait, ajouter le verset 11 ? «Et ils blasphémèrent le Dieu du ciel, à cause de leurs douleurs et de leurs ulcères.» Ce qui nous ramène complètement en arrière pour dire que tous ces fléaux s'empilent. Ils s'additionnent.

«Le sixième versa sa coupe sur le grand fleuve, l'Euphrate. Et son eau tarit, afin que le chemin des rois venant de l'Orient fût préparé.» Cette armée dont nous avons parlée plus tôt et ensuite l'Armaguedon ! Le dernier combat dans la plaine de l'Armaguedon ! J'y suis allé. Je me suis tenu sur cette plaine. Napoléon a dit que c'était le meilleur lieu de combat qu'il n'ait jamais vu sur la face de la terre.

Et trois esprits impurs semblables à des grenouilles – il s'agit de démons d'une nature spéciale – sortent de la boue de l'enfer lui-même et de la bouche du dragon et de la bouche de la bête et de la bouche du faux prophète. Et, au fait, voilà la trinité impure. Il s'agit d'esprits démoniaques qui opèrent des miracles. Ils rassemblent le monde pour la bataille à Armaguedon sans savoir qu'il s'agit en fait du grand jour du Dieu Tout-puissant.

Et le monde entier se rassemble à Armaguedon pour se battre. Daniel 11, je crois, décrit cela. Les rois du nord descendent, balayent à travers le sud. Le roi de l'est monte. L'ouest s'implique. Les rois de l'est arrivent. Ils se battent tous et le massacre se poursuit. Au milieu de tout cela, Jésus-Christ descend du ciel.

La septième coupe est versée à la fin du chapitre 16 et il y a des éclairs et du tonnerre. Chaque île s'enfuit. Les montagnes sont introuvables et la grêle tombe du ciel. Pourriez-vous croire cela ? Et les grêlons pèsent environ cent livres chacun c'est-à-dire des blocs de glace de près d'un demi kilogramme (453 g) chacun. Et c'est la finale.

Les chapitres 17 et 18 sont très importants. Ils reviennent sur la seconde moitié. Et vous savez ce qu'ils nous disent ? La question que vous posez ici est : «John, qu'en est-il de la religion dans la tribulation ? Où est la religion ?» Le chapitre 17 en parle. Il y aura de la religion. La fausse église – vous savez comment on l'appelle ? Si la véritable Eglise est l'épouse, qui est la fausse ? Une prostituée ! Une prostituée ! Et il est fait mention de la prostituée qui est assise sur les grandes eaux, qui s'enivre du vin de l'impudicité et qui s'asseoit sur la bête. La prostituée chevauche l'antéchrist. Le leader politique antéchrist et le système de fausse religion mondaine qu'est la prostituée coexistent.

Cependant, l'antéchrist est consumé par sa propre puissance, ce qui fait qu'il finit par dévorer la prostituée. Il la gobe tout simplement et il dit : «Le monde entier va à présent m'adorer.» Je crois que c'est à ce moment que le faux prophète fabrique l'image et que le monde entier reçoit l'ordre de l'adorer. Aucune religion autre que lui n'est tolérée puisqu'au verset 16, la bête lui demande de manger la prostituée.

Le chapitre 18 nous ramène en arrière et pose une autre question. Vous dites, «Mais que se passe-t-il dans le monde pendant ce temps ? Je veux dire, à quoi ressemble l'économie ?» Voici un point de vue économique de cette même période. Que se passera-t-il? Eh bien, quand tout commence à s'écrouler au verset 2, cet ange dit : «...Babylone la grande !» Et Babylone est le nom du dernier système économique mondial. «Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande ! Elle est devenue une habitation de démons». Les démons ont pris le contrôle du monde et les nations sont attristées.

Le verset 5 dit : «Car ses péchés se sont accumulés jusqu'au ciel et Dieu s'est souvenu de ses iniquités.» Quand ils commenceront à voir tout le système arriver à l'effondrement, toutes les économies sombrent, toutes les monnaies s'écroulent, les banques s'affaissent, tout s'en va.

Au verset 10, «Malheur ! malheur ! La grande ville, Babylone, la ville puissante ! En une seule heure est venu ton jugement ! Et les marchands de la terre pleurent et sont dans le deuil à cause d'elle, parce que personne n'achète plus leur cargaison.» Personne ne se préoccupe plus de cela. Ils essaient juste de survivre. Qui ira faire du shopping? Qui va au centre commercial dans un tel contexte ?

«Cargaison d'or, d'argent, de pierres précieuses, de perles, de fin lin, de pourpre, de soie, d'écarlate, de toute espèce de bois de senteur, de toute espèce d'objets d'ivoire, de toute espèce d'objets en bois très précieux, en airain, en fer et en marbre, de cinnamome, d'aromates, de parfums, de myrrhe, d'encens, de vin, d'huile, de fine farine, de blé, de bœufs, de brebis, de chevaux, de chars, de corps et d'âmes d'hommes.» Qui s'en préoccupe? Qui s'en soucie ?

Et le commerce maritime va disparaître, verset 17. Tous les systèmes de transports vont s'écrouler. Et les gens se versent la poussière sur la tête au verset 19 en pleurant et en se lamentant : «Malheur ! malheur ! La grande ville, où se sont enrichis par son opulence tous ceux qui ont des navires sur la mer, en une seule heure elle a été détruite !»

Et tandis que tous réagissent ainsi sur la terre, le verset 20 dit : "Vous qui êtes au ciel" - quoi ? «Réjouissez-vous ! Et vous, les saints, les apôtres, et les prophètes, réjouissez-vous aussi !» Savez-vous ce qu'il y aura de pire dans le monde ? La musique va complètement cesser. Plus de musique. Verset 22 : «Et l'on n'entendra plus chez toi les sons des joueurs de harpe, des musiciens, des joueurs de flûte et des joueurs de trompette, on ne trouvera plus chez toi aucun artisan d'un métier quelconque, on n'entendra plus chez toi le bruit de la meule». Pas de musique, pas d'art, rien, la fin de tout. Tout sera terminé. La fête sera terminée sur terre.

Et vous savez ce qui se passe au chapitre 19 ? La fête commence au ciel. Tout à coup, au verset 1, «Alléluia !» Au verset 3, «Alléluia !» Verset 4: «Alléluia !» Verset 6: «Alléluia !» Pourquoi êtes-vous tous si enthousiastes ? La fin du verset 6 : «...Car le Seigneur notre Dieu tout-puissant» - quoi ? - «est entré dans son règne.» Enfin ! «Réjouissons-nous et soyons dans l'allégresse, et donnons-lui gloire; car les noces de l'agneau sont venues, et son épouse s'est préparée». Les rachetés sont à présent unis à leur Seigneur. «...et il lui a été donné de se revêtir d'un fin lin, éclatant, pur. Car le fin lin, ce sont les oeuvres justes des saints.» Glorieux !

Je crois que ceci se passe au ciel. «Tout le monde, mettez vos fringues, nous allons au royaume. Nous allons au royaume.» Comment faire pour nous y rendre ? Ça arrive. Voici comment faire pour y aller. Au verset 11 : «Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s'appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes; il avait un nom écrit, que personne ne connaît...» et la description continue.

Au verset 14, nous y voici, braves gens. Il est question de nous. «Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d'un fin lin, blanc, pur.» Il s'agit de nous. C'est Lui qui revient pour établir Son Royaume. C'est la finale au moment où Il arrive à Armaguedon dans une gloire flamboyante pour établir Son Royaume sur terre. Et Il arrive en blanc, sur un cheval blanc et nous venons aussi sur des chevaux blancs, vêtus de blanc, avec Lui. Nous allons être avec Lui. Nous arrivons dans la gloire avec Lui.

J'aime la fin du verset 16. Son nom est : «Roi des rois et Seigneur des seigneurs.» Et quand Il arrive, il y a la dévastation, Armaguedon. Et le résultat de Armaguedon se trouve au verset 17 et la suite : le carnage, la mort. Il demande aux oiseaux de se nourrir de chair.

Verset 20, la bête, le faux prophète sont tous les deux jetés vivants dans l'étang ardent de feu et de soufre. Et les survivants des armées sont abattus par l'épée. Vous savez ce qui arrive ? Chapitre 20, le Seigneur établit Son Royaume. C'est exact. Regardez au verset 4 : «Et je vis des trônes...» Que représentent-ils ? Regardez la fin du verset 4. Ils sont destinées aux saints qui vivent et règnent avec Christ pendant mille ans. Savez-vous ce qui se passe au bout des mille ans ? Verset 7, Satan est relâché pour quelque temps. Il était lié pendant tout ce temps. Il est libéré pour quelque temps. Il sort dans le monde. Et vous savez que pendant le règne, certaines personnes étaient entrées avec des corps physiques. Elles auront des enfants. Ils vont repeupler la terre. Il y aura des gens sur toute la terre. Certains d'entre eux ne croiront même pas en Jésus-Christ, bien qu'Il ait régné sur la ville de Jérusalem pendant mille ans. N'est-ce pas étonnant ? Pas tant que ça ! De toutes les façons ils ne l'avaient pas non plus reconnu la première fois qu'Il est venu. Ils L'ont rejeté bien qu'ils aient su qui Il était.

Ainsi donc, Satan organise une dernière rebellion et le verset 9 dit qu'à la fin, le feu descend du ciel et dévore tous ces rebelles. Et ensuite, au verset 11, toutes les personnes non sauvées de tous les temps sont rassemblées devant le grand trône blanc de jugement. Et le verset 15 dit que lorsque leur nom n'était pas trouvé écrit dans le livre de vie, ils étaient jetés en enfer. C'est la fin du règne de mille ans.

Vous dites : «Que se passe-t-il après ?» Chapitre 21 : «Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre...» verset 2 et une «...nouvelle Jérusalem». Vous dites : «A quoi ressemble-t-elle?» Verset 3 : «...Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes ! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.» C'est l'état éternel, n'est-ce pas ? Ce sont les nouveaux cieux et la nouvelle terre. Le reste du chapitre 21 et tout le chapitre 22 décrivent cela.

Eh bien, le dernier message arrive à la fin du chapitre 22. Puise-je vous le donner? Regardez le verset 17 : «Et l'Esprit et l'épouse disent : «Viens ! Et que celui qui entend dise: Viens ! Et que celui qui a soif vienne ; que celui qui veut, prenne de l'eau de la vie, gratuitement.» Ceci, mon ami, est la dernière invitation. Viens ! Viens à Christ !. Viens et bois ! Viens prendre part à Son salut ! Parce que lorsque ces choses seront arrivées, il sera trop tard.

Verset 11, quand vient le jugement, «que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore ; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore.» Autrement dit, la situation dans laquelle le jugement vous trouvera est la situation dans laquelle vous allez rester éternellement. Pouvez-vous dire avec Jean : «Amen ! Viens, Seigneur Jésus», je suis prêt ! J'espère que oui !

FIN

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

ECFA Accredited
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize