Grace to You Resources
Grace to You - Resource

Ce matin, nous allons voir le premier enseignement de cette très brève série sur la doctrine de Dieu. « Dieu : Est-Il ? Qui est-Il ? À quoi ressemble-t-Il ?» Habituellement, nous parcourons des livres, et nous faisons une étude de ces livres ; mais pour ce bref moment, d’étude théologique, alors ayez vos Bibles à portée de main et nous vous ferons chercher, et regarder certains passages pendant quelques minutes. Will Durant disait, je cite : « La plus grande question de notre ère n’est pas le Communisme contre l’Individualisme ; ce n’est pas l’Europe contre les Etats-Unis, ce n’est même pas l’Orient contre l’Occident ; c’est plutôt de savoir si l’homme peut vivre sans Dieu. » Et je suis d’accord. Je crois que la question majeure dans le monde est celle de l’existence de Dieu. La Bible définit clairement Dieu et nous qui sommes chrétiens, nous croyons en Dieu ; c’est le cœur de notre foi. Voici ce que dit la Bible de Dieu dans le Psaume 90, verset 2 : « Avant que les montagnes soient nées, et que Tu aies donné un commencement à la terre et au monde, d’éternité en éternité Tu es Dieu. » Maintenant, il y a une grande affirmation doctrinale au sujet de Dieu. Elle nous dit que Dieu est le seul Dieu. « Tu es Dieu. » Elle nous dit que Dieu est un Dieu éternel, « d’éternité en éternité, Tu es Dieu. » Elle nous dit que Dieu est le Dieu créateur. « Avant que les montagnes soient nées, et que Tu aies donné un commencement à la terre et au monde. » C’est une profonde affirmation sur Dieu. Dieu est le seul Dieu. Dieu est le Dieu éternel. Dieu est le Dieu créateur.

Maintenant, c’est très intéressant de savoir que ce Psaume a été écrit par Moïse, et Moïse qui exprimait le caractère de Dieu en contraste avec la fragilité de l’homme. Au verset 10 du Psaume 90, par exemple, il affirme que l’homme vit 70 ans et le plus robuste atteint 80 ans. Après ces 80 ans, il réalise que sa force, son travail, sa peine se dissipent vite et il dit, presque pensif, nous nous envolons. Il présente la fragilité de l’homme, la nature de péché de l’humain, et face à lui, il montre le refuge, la sécurité, le caractère éternel de Dieu.

Au verset 1 par exemple il dit: « Seigneur ! Toi, Tu as été pour nous un refuge, de génération en génération... » Nous avons toujours trouvé refuge en Toi. Nous avons toujours été confrontés à nos inadéquations et notre fragilité et nous avons toujours su que la seule force qui soit est Ta force. Ainsi, nous voyons Dieu comme le seul Dieu éternel, le Dieu créateur, la force de Son peuple. Voilà qui est Dieu.

La question qui nous vient en pensée quand nous commençons cette étude c’est que des gens qui disent que Dieu est purement une invention des Chrétiens. Tous ceux qui dans le monde ont une religion ont soit fabriqué leur religion, soit sont devenus victimes de ce qu’avaient fait leurs ancêtres, alors qu’en réalité le surnaturel n’existe pas du tout. Par conséquent, nous posons la première question de notre canevas. Est-Il ? Le Dieu que la Bible affirme exister, existe-t-Il vraiment ? Est-Il?

Sigmund Freud avait dit – et je ne le cite pas souvent – Sigmund Freud avait dit que l’homme avait créé Dieu. C’est le contraire de ce qu’affirme la Bible : Dieu a créé l’homme. Freud dit dans son livre l’Avenir d’une Illusion – et vous vous souvenez que Freud est le psychiatre viennois à qui est attribuée la paternité de la psychanalyse moderne, –.il dit dans que « l’homme a désespérément besoin de sécurité, et parce qu’il a des peurs si profondément encrées, et parce qu’il vit dans un monde menaçant dans lequel il n’a que très peu de contrôle sur les circonstances, il a inventé Dieu pour l’aider quand il a besoin de quelque chose. » Dans ce même livre l’Avenir d’une Illusion, Freud dit que l’homme a inventé Dieu pour trois raisons. La première raison : l’homme a peur du caractère imprévisible, impersonnel et impitoyable de la nature. En d’autres termes, il voit les infirmités, la famine et les désastres et il sait qu’il n’a aucune protection face à ces choses et donc il désigne quelqu’un qui peut le délivrer de quelque chose. C’est un peu comme le gars de qui vit en Islande, vous savez, cette une île volcanique sans issue ; il est isolé sur son île. Et un jour, assis dans sa hutte de terre, certainement pas en train de balayer le sol, il entend des grondements ; et le sol commence à trembler un peu et il s’inquiète. C’est quelque chose qui se produit de temps en temps. C’est une île volcanique. Il étaye sa petite hutte et s’assure que ses enfants sont en sécurité et que tout va bien ; il réconforte un peu son épouse et puis les grondements deviennent plus forts. Il sort de la hutte, lève les yeux et il voit la lave couler. A ce moment là, il se rend compte que fortifier la cabane ne servira pas à grande chose, encore moins consoler les enfants. Quand la lave comment à couler sur le pan de la montagne, il n’y a aucun moyen d’échapper : il ne lui reste plus qu’une seule chose, rechercher une espèce de crochet imaginaire surnaturel, surhumain pour le sauver. Freud dit qu’il invente donc Dieu.

La deuxième chose que Freud avance comme raison pour laquelle l’homme a créé Dieu est la peur de l’homme dans ses relations avec autrui. Parce que l’homme a constamment le sentiment d’être mal traité des autres, il veut se faire une sorte de juge divin, un Dieu cosmique avec un super sifflet, qui peut mettre fin au jeu et donner à chacun ce qu’il mérite ; quelqu’un qui va arranger les choses, même si ce n’est pas tout fait comme il se devrait. Troisièmement, Freud dit que l’homme a inventé Dieu parce qu’il a peur de la mort et de l’extinction. Il veut donc trouver un père céleste, quelqu’un d’heureux, quelque part, qui l’amènera dans un lieu de bonheur parce qu’il ne peut pas accepter qu’il cessera d’exister. Et donc il prétend qu’il y a un ciel.

Maintenant, ça, c’est la vision qu’a Freud de Dieu. Dieu n’existe nulle part ailleurs que dans l’imagination de l’homme. Il n’y a aucune preuve de cela. Ce raisonnement est issu de sa pensée corrompue, comme toutes les autres choses qu’il avait générées. Il n’y a aucune preuve de cela, et c’est totalement indéfendable et pourtant des myriades de personnes y ont cru. Cela démontre une vision simpliste et ignorante de la religion. Si vous examinez bien la religion vous constaterez que, quand l’homme se fabrique un dieu, c’est rarement un dieu de délivrance. Il est souvent un dieu oppresseur qui doit sans cesse être apaisé. L’avez-vous déjà remarqué ? Je préfère être en désaccord avec Freud, lui opposer le contraire et vous donner cette matière à réflexion. Je crois que l’homme n’a pas fait Dieu. Si cela n’avait dépendu que de l’homme, il aurait préféré que Dieu n’existât pas, il aurait préféré éliminer Dieu. Si vous faites une étude de l’histoire, vous verrez que l’homme, de façon philosophique ou pragmatique, existe sans Dieu. Il fait de son mieux pour éliminer Dieu. Il avance même une théologie qui prône la mort de Dieu. Et même ceux qui ne peuvent pas s’en sortir philosophiquement sans Dieu vivent comme s’Il n’existait pas.

Par exemple, quand nous retournons dans le jardin, la première chose qui est dans ce jardin en dehors de marcher et parler avec Dieu, c’est le péché. Mais oui ! Adam et Ève ont chuté. Quel est le premier acte qu’ils posent immédiatement après la chute ? Immédiatement Adam et Eve se cachent. De qui se cachent-ils ? De Dieu. Ils ont commencé à souhaiter que Dieu n’existât pas et ceci a toujours été une chose constante chez l’homme au fil de l’histoire. En fait, dans Romains chapitre 1, la Bible nous dit que Dieu existe et que les hommes savent que Dieu existe dans leur cœur : « Car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux. » Au verset 20 il est dit : « Ils ont connu Dieu. » Verset 21 : « Ils ont connu Dieu. » Au verset 28 il dit ceci : « ils n’ont pas jugé bon d’avoir la connaissance de Dieu. » L’avez-vous déjà lu ? L’homme n’a pas fait Dieu, l’homme a souhaité l’inexistence de Dieu.

Je conclurai donc que Freud a tort sur toute la ligne. L’homme n’a pas inventé Dieu. Permettez-moi d’ajouter ceci : dans les cas où les hommes ont inventé des dieux, là où les hommes, dans la fausse religion ont inventé des dieux, ce ne sont pas des dieux super-protecteurs, ce sont des dieux que les hommes craignent. Pensez-vous qu’une femme qui, en Inde, prend son bébé pour le noyer dans le Gange voit ce dieu comme un grand sauveur, un grand juge universel, quelqu’un qui peut la délivrer de ses problèmes ? Elle voit ce dieu comme un grand et redoutable ogre qu’il faut apaiser. Si l’homme invente des dieux, alors il invente sans doute la mauvaise espèce ! Le fait est que les faux systèmes de religion inventent ce genre de dieux parce que des démons de ce genre existent et sont très actifs dans leur monde. L’homme ne souhaite pas l’existence de Dieu, l’homme souhaite que Dieu n’ait pas existé... si tout ne dépendait que de lui.

La preuve que Dieu existe est très claire. Je ne pense pas que vous pouvez écarter toutes les preuves et prétendre que Dieu n’existe pas, et ensuite vous inventez une théorie suivant laquelle l’homme invente Dieu, sans ignorer des vérités frappantes. Les théologiens ont de plusieurs manières, catalogué les raisons pour lesquelles nous croyons en Dieu. Je vais vous en lire le contenu ; je ne vais pas y passer beaucoup de temps mais les théologiens affirment qu’il existe plusieurs raisons pour lesquelles nous croyons en Dieu. Ils ne sont pas capables de prouver l’existence de Dieu, par contre ils peuvent nous démontrer qu’il y a plus de raisons de croire en Dieu qu’il y en a de ne pas croire en Lui. Écoutez ceci : en tant que chrétiens, nous acceptons un grand miracle –Dieu – un grand miracle – Dieu- et toute autre chose trouve une explication. Un athée nie l’existence de Dieu et doit avoir un miracle pour tout autre chose. Ils disent qu’il faut beaucoup de foi pour croire en Dieu. Pourtant, il y a de nombreuses preuves.

Par exemple, il y a ce que les théologiens appellent un argument téléologique. Il dérive du mot grec teleios, qui veut dire parfait, achevé, et nous disons que tout ce qui existe doit avoir un concepteur. Vous pouvez démonter votre montre, mettre les pièces dans votre poche et secouer votre jambe longtemps avant d’entendre un tic-tac ! Vous savez, pour avoir quelque chose qui fonctionne, il doit exister une personne qui la fait fonctionner. Vous voyez un piano, vous ne supposez pas qu’un éléphant est rentré dans un arbre, qu’il y avait quelqu’un assis dans cet arbre jouant de la harpe et tout s’est constitué – l’ivoire, le bois et les cordes. C’est ridicule, absurde. Tout ce qui est inventé a un concepteur.

Un deuxième argument utilisé pour l’existence de Dieu est l’argument de l’ontologie, l’argument ontologique. En grec, Ontos est un participe du verbe être - l’être de Dieu. Le simple fait que l’homme puisse concevoir Dieu en des termes conformes au caractère de Dieu signifie que Dieu existe. Le troisième argument provient de l’esthétique. Les gens disent que parce qu’il y a la beauté et parce qu’il y a la vérité, il doit avoir, quelque part dans l’univers, le standard sur lequel sont basées beauté et vérité. C’est l’argument de la volition. Parce que l’homme fait face à une myriade de choix, parce que l’homme dispose d’une volition pour opérer ces choix, parce que l’homme est apte à exprimer une volonté individuelle, il doit y avoir, quelque part une volonté infinie. Et le monde doit être, tel qu’il est : l’expression de cette volonté. Ensuite il y a l’argument de moralité. Le simple fait de savoir que le bien et le mal existent insinue la nécessité d’un standard absolu.

Quelqu’un est venu me voir après la deuxième heure ce matin et m’a dit ceci : « J’ai un ami qui ne croit pas que le mal et le bien existent. Il dit que le mal et le bien n’existent tout simplement pas. » Il me dit encore « que puis-je lui répondre ? » Je lui dis alors : « Va lui demander si c’est juste à ses yeux de prendre un fusil et de faire quelque chose de très bizarre comme abattre un groupe d’élèves dans la cour d’une école. Demande-lui si c’est bien ou mal. » Il faudra qu’un homme soit absolument stupide pour ne pas admettre à un moment donné qu’il y a le bien, qu’il y a le mal. Et si le mal et le bien existent, alors il y a un standard quelque part. Et s’il y a un standard, alors nous avons intérêt à nous renseigner auprès de ce standard pour savoir quelle autre chose est bien et quelle autre chose est mal. Voilà l’argument de moralité.

Ensuite il y a l’argument de la cosmologie – non comme l’avait dit quelqu’un la cosmétologie – la cosmologie, c’est très différent. La cosmologie est l’argument de cause à effet. Voyez-vous, il n’y a que deux visions de l’univers : soit Dieu est, et cela a un sens, soit Dieu n’est pas et alors nous avons des problèmes. Par exemple l’équation « Dieu n’existe pas » multiplié par rien équivaut à tout. C’est un peu difficile à croire. Vous regardez l’univers et dites « personne, multiplié par rien équivaut à tout. » L’autre possibilité est quelqu'un, multiplié par quelque chose, soustrait de rien, équivaut à tout et ceci a un sens. Vous voyez, la cosmologie est l’argument de cause à effet – kosmos, le monde – l’effet, l’univers. Nous le regardons et nous disons que quelqu’un en est l’auteur. Et quand nous définissons le monde, nous en apprenons davantage sur celui qui l’a fait.

Par exemple, la cause des mouvements perpétuels doit être puissante. La cause de la complexité doit être omnisciente. La cause de la conscience doit être personnelle. La cause des sentiments doit être émotionnelle. La cause de la volonté doit être volition. La cause des valeurs éthiques doit être morale. La cause des valeurs religieuses doit être spirituelle. La cause de la beauté doit elle-même être esthétique. La cause de la droiture doit être sainte. La cause de la justice doit être juste. La cause de l’amour doit être aimable. La cause de la vie doit être vivante. Tout ce que vous devez faire c’est contempler ce que nous avons dans le monde, et le regarder attentivement ; vous réaliserez qu’il doit y avoir un Dieu qui est infini, éternel, omnipotent, omniscient, personnel, émotionnel, volitif, moral, spirituel, esthétique, saint, juste, aimable et vivant. Tout y est ! La Bible donne la substance de tout cela : Dieu est.

Vous dites : « Bien ! Pour qu’un homme arrive à croire que Dieu n’existe pas, il faut qu’il soit très, très ignorant. » Non, la Bible le dit clairement dans les Psaumes 14:1, et 53:1 « L’insensé dit en son cœur : il n’y a point de Dieu ! » C’est une affirmation d’insensé.

Non seulement je suis convaincu que Dieu est, – parce que je n’ai aucune autre façon d’expliquer les choses – mais aussi je suis convaincu que Dieu est parce que j’ai désespérément besoin de Lui. Vous savez, c’est comme un athée qui avait fini par se retrouver dans une position terrible. Il commence à invoquer Dieu, et quelqu’un lui dit, « Que faites-vous ? Invoqueriez-vous Dieu ? » Il répondit, « Bien, s’il n’y a pas de Dieu, il devrait y en avoir un pour des moments comme celui-ci. » J’ai le même sentiment, vous aussi ? S’il n’y a pas de Dieu, il devrait en avoir un ! Nous sommes dans le chaos. Vous savez, dans ma pensée, l’une des choses les plus convaincantes de l’existence de Dieu est mon désir inouï de savoir qu’Il existe, parce que je regarde les gens qui nient Son existence et je vois la vie qu’ils mènent. Vous savez, étudier l’histoire et lister tous les grands philosophes athées et ensuite voir comment leur vie a fini est l’une des choses les plus intéressantes que vous puissiez faire. De ceux dont vous lirez l’histoire, Il étaient les hommes les plus tristes, désespérés et craintifs.

Permettez que je vous donne une illustration. Voltaire avait dit ceci à la fin de ses jours : "Eliminer quelques sages et l'ensemble des êtres humains n'est rien d'autre qu'un assemblage de malheureux criminels et le globe ne contient rien d'autres que des cadavres. Je tremble à l'idée de me plaindre une fois encore de l'être des êtres, et posant les regards sur cette terrible image, j'aurais souhaité n'être jamais né." Renan dit : "Nous vivons du parfum d'un vase vide." H.G. Wells, un autre athée, affirmait : "Il n'y a pas d'issue, c'est la fin." Robert Ingersoll a dit : "La vie est un fin voile entre les cimes froids et stériles de deux éternités. C'est en vain que nous nous efforçons de voir au-delà des hauteurs. Nous crions et la seule réponse est l'écho de notre cri de lamentation." Mark Twain dit ceci : "Une myriade d'hommes naît, ils peinent et transpirent et se démènent pour gagner leur pain. Il se chamaillent, se réprimandent et luttent. Ils se brouillent pour le moindre avantage que l'un peut avoir sur l'autre. L'âge les rattrape. Les infirmités abondent. La honte et l'humiliation rabaissent leur orgueil et leurs vanités. Ceux qu'ils aiment leur sont enlevés et la joie de la vie est transformée en tristesse douloureuse. Le poids de la douleur, de la sollicitude et de la misère augmente année après année. A la longue, l'ambition se meurt. L'orgueil est mort. La vanité est morte. Un désir de délivrance les a remplacés. Vient enfin la mort, le seul cadeau non empoisonné que la terre n'ait jamais eu pour eux. Et ils disparaissent d'un monde où ils n'ont été d'aucune conséquence, laissé aucun signe de leur existence ; un monde qui les pleurera le temps d'un jour et les oubliera pour toujours. Puis, une autre myriade prend leur place et copie tout ce qu'ils ont fait et suit le même chemin sans avantages et disparaît comme ils avaient disparu pour laisser place à une autre et à une autre et à des millions de myriades après sur le même sentier aride, par le même désert pour accomplir ce que la première myriade et celles après elles ont accompli : rien." Fin de citation.

Bertrand Russell affirme « L'homme est la résultante de causes qui n'avaient pas prévu les effets qui en découleraient : son origine, son développement, ses espoirs et ses craintes, ses émotions et ses convictions ne sont que le produit d'associations d'atomes accidentels... Aucun feu, aucun héroïsme, aucune pensée ni aucun sentiment aussi intenses soient-ils, ne peuvent préserver une vie au-delà de la tombe... Tout le labeur effectué au cours des âges, toute la ferveur, toute l'inspiration, toute l'éclatante expression du génie humain, sont voués à disparaître dans l'extinction générale de notre système solaire, et tout l'édifice des réalisations humaines sera inévitablement enfoui sous les décombres d'un univers en ruines. Toutes ces choses, quasi incontestables, sont pratiquement certaines qu’une philosophie qui les rejette ne peut tenir. » Belle fin d’une vie, n’est-ce pas ?

Toutes les preuves stipulent que Dieu est, et toute personne désespérée voudra certainement chercher à connaître la vérité, si elle savait qu’elle finirait ainsi en ne connaissant pas Dieu. Les conséquences de la foi en Dieu sont claires. Le psalmiste dit : « Même quand je marche dans la sombre vallée de la mort, je ne redoute aucun mal car »- car quoi ? « Tu es avec moi. » Dans ses derniers jours, T.B. Larimore a écrit : « Ma foi n’a jamais été aussi forte. Mon espérance n’a jamais été aussi brillante, ma tête n’a jamais été aussi claire. Mon cœur n’a jamais été aussi calme. Ma vie n’a jamais été aussi pure. J’aime tout le monde; je ne hais personne. Mon amour pour certains élèves élève mon âme dans le domaine du sublime. Je suis disposé à mourir aujourd’hui. Je suis disposé à vivre mille ans pour raconter la vieille histoire de Jésus et Son amour. Mes amis me sont encore plus chers. Mon affiliation avec eux m’est plus agréable. Ma sympathie pour les âmes en peine est plus forte. Mon amour pour tout ce qui est pur, vrai, beau, bon, et pour le sublime, du bourgeon, de la fleur, du bébé, jusqu’à Lui de qui découle toutes les bénédictions est plus vrai, plus tendre, plus doux que jamais avant. Je me couche en paix, je fais de beaux rêves et je me réjouis encore plus. » Bien, je ne sais pas comment vous voulez vous en aller, mais c’est de cette manière que moi j’aimerais m’en aller. Aussi je dis que dans la chrétienté nous acceptons un grand miracle – Dieu – et toute chose a une explication. Vous niez ce grand miracle et puis rien n’a de sens. Dieu est.

Examinons notre deuxième point. Qui est-Il ? Il est, mais qui est-Il ? Qui est ce Dieu? Oh ! Nous avons eu un petit indice il y a une minute de cela ; essayons de l’étayer juste une brève minute. Vous remarquerez qu’il y a trois petits points dans cette partie de votre canevas ; je veux ajouter un point général au dessus de ces trois. Qui est-Il ? Tout d’abord, juste ceci : Il est une personne. Dieu est une personne. Dieu n’est pas une cellule bactérienne cosmique flottante. Einstein avait dit « Oui, nous savons qu’il y a une force cosmique dans l’univers, mais elle ne peut être connue. » Einstein avait tort. Nous croyons que Dieu est une personne. Et l’une des raisons pour lesquelles nous le croyons c’est qu’une personnalité ne peut venir que d’une autre personnalité. Nous sommes des personnes et avons toutes les choses qui font une personne ; elles doivent provenir d’une source qui est elle-même personnelle. Nous savons que Dieu est personnel à partir de la Bible, puisqu’elle dit qu’Il est une personne, et elle utilise des éléments de personnification pour Le décrire. Il Lui est attribué des noms personnels. Il est par exemple appelé un père. Il est appelé berger. Plusieurs d’autres noms Lui sont attribués : un ami, un conseiller. Les termes utilisés pour identifier Dieu L’identifient comme étant une personne. Non seulement cela, mais aussi des pronoms sont utilisés pour désigner des personnes. Que ce soit en hébreux ou en grec, Dieu est personnifié. Dieu est une personne. Il est une personne parce Il réfléchit, agit, ressent et parle. Il communique. Ceci est caractéristique de la personne. Toutes les preuves de la Bible démontrent qu’Il est une personne, et toutes les preuves de la création et de notre personnalité indiquent que nous provenons d’une telle personne.

Maintenant, comment définissons-nous Sa personne? Nous la définissons en ces trois termes. Premièrement : Il est esprit. Dieu est un esprit. « Dieu n’est pas un homme » est-il écrit dans l’Ancien Testament en Nombres 23:19. Dieu est un esprit. Et dans Jean 4:24, Jésus dit : « Dieu est esprit, et il faut que ceux qui L’adorent, L’adorent en esprit et en vérité. » Dieu est un esprit. « Un esprit, » dit Jésus dans Luc 24:39 « n’a ni chair, ni os.» Dieu n’est pas un corps. Vous dites « mais la Bible raconte que Dieu promène Ses regards sur toute la terre. Son bras n’est pas trop court pour guérir. Sa main droite est puissante. » Oui, c’est ce que l’on appelle anthropomorphisme. Savez-vous ce que c’est ? Ce sont des termes utilisés pour parler de Dieu dans un corps humain, comme si Dieu avait été un homme. Pourquoi ? Parce que vous n’auriez pas compris si la Bible avait dit : Dieu promène son "glirp" sur la terre, » ; il serait donc insensé de le dire. Quand vous dites « Si Dieu entend », vous imaginez immédiatement une oreille parce que c’est tout ce que vous connaissez. Ainsi vous pensez à Dieu en des termes humains. La Bible l’adapte tout simplement. Mais vous ne poussez pas au point de faire de Dieu un homme, comme certaines sectes l’ont fait. Vous avez beaucoup de problèmes avec cela parce que vous savez qu’il y a des passages de la Bible où il est dit que Dieu vous couvre de Ses plumes. Dieu n’est pas non plus un oiseau ! Dieu n’est pas un homme, Dieu est un esprit. 1 Timothée 1:17 dit que Dieu est invisible. Personne ne verra jamais Dieu. Personne n’a jamais vu Dieu. Vous devez être Dieu pour pouvoir voir Dieu.« Personne ne peut me voir et vivre. » Personne ne peut s’élever jusqu’au niveau de voir Dieu. Maintenant, Dieu se représente dans la gloire shekhinah de l’Ancien Testament, dans la lumière, dans le feu. Dieu se représente sous la forme de Jésus-Christ dans le monde, et nous voyons Christ. Et Jésus a dit : « Celui qui m’a vu a vu le Père (Dieu) » Jean 14. Nous ne verrons pas Dieu par ce qu’Il ne peut être vu, Il est invisible. Il peut choisir de se manifester d’une certaine façon, de limiter Sa personne entière à quelque chose de visible, et ce faisant se révéler, mais ce n’est pas la totalité de Dieu. Dieu est esprit. Je me réjouis qu’Il soit esprit, parce qu’Il est aussi un esprit omniprésent. Nous en parlerons la semaine prochaine.

Maintenant, Dieu est esprit, premièrement. Deuxièmement, Il est un. Dieu est un. Et il n’y a pas beaucoup de dieux. Le saviez-vous ? Il n’y a qu’un seul Dieu; c’est tout, un seul. «Écoute, Israël ! » (Deutéronome 6:4) est une importante affirmation qui est une clé pour tout, réellement, pour un Juif : « L’Éternel, notre Dieu, l’Éternel est un. » Voilà. Ils vivaient dans une société polythéiste, ayant de multiples dieux et ils disaient, « Il n’y a qu’un seul Dieu. » Vous dites : « Oui et qu’en est-il de Jésus ? Il est venu après et Il affirmait être Dieu ; est-Il Dieu numéro 2 ? Ils sont au moins deux. » Non ! Au chapitre 12 de Marc, je vais vous montrer quelque chose de très intéressant. Je veux vous montrer comment Jésus se voyait, parlant du concept du Dieu unique.  « Jésus répondit : » Marc 12 :29 « Voici le premier : Écoute Israël, le Seigneur, notre Dieu, le Seigneur est un, et tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ta force. » Maintenant écoutez-moi : si Jésus, comme certains le prétendent, était venu disant, « En plus du Dieu-Dieu, il y a Jésus-Dieu, nous sommes tous les deux Dieu, » Il n’aurait jamais dit ceci : « Écoute Israël, le Seigneur, notre Dieu, le Seigneur est un. »

 

Et Il a poursuivi en disant : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée. » Si Jésus Se comparait et disait « Je suis un autre Dieu » il aurait dû dire « partagez votre allégeance entre nous deux. » Mais quand Il dit : « Aimez Dieu de tout ton cœur, etc. », Il dit qu’Il est le seul et en même temps Il affirme être ce même Dieu. Voyez-vous ? Grande affirmation de Sa déité ! Et même en disant qu’Il est Dieu, Il dit en même temps, « Bien qu’il y ait deux personnes, Il n’y a qu’un Dieu. Et vous pouvez vouer toute votre allégeance à ce seul Dieu. » Voilà pourquoi Il dit « de tout ton cœur, de toute ta pensée, de toute ta force » parce qu’il n’y a qu’un Dieu. Il n’y a pas de compétition. Vous n’avez pas besoin de partager votre allégeance. C’est la force de ce passage : Dieu est un.

Dans 1 Corinthiens, au chapitre 8, Paul résolvait un autre problème des Corinthiens. Ils avaient un problème parce qu’ils vivaient dans une société païenne dans laquelle se côtoyaient de nombreux dieux. Il y avait les idoles partout. Et voici ce que faisaient ces gens : ils faisaient des offrandes à leurs dieux ; généralement ils offraient de la nourriture. Vous pouviez vous prosterner et adorer n’importe lequel des dieux de votre choix, si vous étiez un fan de Mars, ou autre chose du genre, ou de Diane, Artémis. Vous descendiez, preniez un peu de nourriture et vous alliez dans votre temple, et vous faisiez savoir votre intention à votre dieu. Bien sûr personne ne vous écoutait mais vous ne le saviez pas et vous y déposiez votre nourriture. Après avoir déposé votre nourriture, elle ne restait pas là ; le prêtre en charge des lieux venait et prenait votre nourriture et il la sortait par l’arrière où il y avait un petit marché et ils vendaient cette nourriture. Pourquoi ne pas se faire des sous ? Les gens se plongent dans l’adoration, nous faisons du bénéfice, et l’affaire continue de tourner !

Ainsi, ils allaient derrière et vendaient ce que vous aviez apporté. Il se trouvait que des chrétiens allaient en ville, ils négociaient cette nourriture à un bon prix. Ils l’achetaient au marché situé derrière le temple et ainsi certains chrétiens étaient très indignés par d’autres chrétiens qui mangeaient la nourriture offerte aux idoles. Et quand ils allaient à un dîner, ils demandaient « d’où avez-vous eu cette nourriture ? » « Nous l’avons acheté ici ou là » « Je n’en mangerai pas, c’est une offrande aux idoles. » il y avait toutes sortes de problèmes qui se développaient dans leur communion. Alors Paul leur écrit ici pour leur donner la conduite à suivre.

1 Corinthiens 8:4: « A propos donc de la consommation des viandes sacrifiées aux idoles, nous savons qu’il n’y a pas d’idole dans le monde, » Voilà son argument. Une idole n’est rien. Si c’est la meilleure affaire disponible, achetez. Mangez. Cela ne fera aucune différence. Il n’y a rien de toute façon. Une idole c’est rien. Regardez la fin du verset 4, « ...et qu’il n’y a qu’un seul Dieu. » Exactement, un seul. « Car, quoiqu’il y ait ce qu’on appelle des dieux, soit dans le ciel, soit sur la terre, – et de fait il y a beaucoup de dieux et beaucoup de seigneurs, – néanmoins pour nous, il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses, et pour qui nous sommes. » Maintenant écoutez ceci : « ...et un seul Seigneur, Jésus-Christ, » Vous dites, « Mais, une minute ! Vous avez un plus un, ce qui fait deux. » Non, écoutez : « il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses, et pour qui nous sommes, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes. » Maintenant, écoutez-moi ! Comment toutes choses peuvent-elles venir de Dieu le Père du Seigneur Jésus nous qui sommes par Dieu, et par le Seigneur Jésus, si les deux ne sont pas un ? Voyez-vous, une autre affirmation de la déité absolue de Jésus Christ sans diviser Dieu en deux parties. Dieu est un. Dieu est un !

La première épître à Timothée dit la même chose. Il y a un Dieu, c’est tout, un Dieu, pas plusieurs. Vous dites : « Attendez une minute ! Le Psaume 82 dit, s’adressant aux dirigeants d’Israël : « Vous êtes des dieux. ». Et certaines personnes ont dit : « Oh ! » parce que Dieu a dit cela. Dieu a dit : « Vous êtes des dieux. » Que signifie cela ? Que veut-Il dire par ils sont des dieux ? Veut-Il dire qu’il y a plusieurs dieux ? Non. Dans le Psaume 82, Dieu s’adresse aux juges d’Israël. Il ne parle pas de leur nature, mais plutôt de leur fonction. Il dit : « Vous savez, vous qui siégez comme juges en Israël, vous siégez à la place de Dieu. » Comprenez-vous maintenant ce qu’Il veut dire ? « Vous jugez tout comme si Dieu était présent. Vous occupez le siège d’autorité de Dieu, et vous l’avez perverti. » Au verset suivant Il dit qu’Il va les exterminer. Il est donc évident qu’ils ne Lui sont pas égaux en tant que dieux saints, autrement Il ne le dirait pas. Puis, le prochain verset dit : « Lève-toi, ô Dieu et fais-le. »

Troisièmement – et il est convenable que ce point soit le troisième – Dieu a trois personnes. Dieu est esprit. Dieu est un. Dieu est trois. Maintenant, les gens disent toujours, « Bien, vous ne pouvez pas prouver la trinité. » Eh bien le moyen le plus simple de prouver la trinité est juste de lire la Bible du début à la fin. Vous verrez toujours les trois personnes en opération. C’est une chose totale. Mais juste pour vous montrer quelques versets intéressants : Genèse 1 dit: « Au commencement, Dieu » et le mot utilisé pour désigner Dieu est Elohim, et chaque fois qu’il y a un im, I-M, à la fin d’un mot hébreux, il indique le pluriel. C’est comme S ou X en Français, -chiens, chats, bijoux, courroux etc. C’est le pluriel ; im marque le pluriel. « Au commencement, Dieux » - pluriel ; et pourtant c’est un concept au singulier – Dieu – qui est vu au pluriel, ainsi donc même la trinité est présentée au tout début. Matthieu chapitre 3, Jésus se fait baptiser, le Saint Esprit est descendu sous forme d’une colombe, le Père a dit « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection. » Père, Fils, Saint Esprit ensemble, même scène, même passage. Jésus dit dans Jean 14, « Je vais partir, Je vais parler au Père, Il va envoyer le Saint Esprit. » Tous les trois dans le même passage, Jean 14 :16, 17

I Corinthiens chapitre 12, l’Apôtre Paul parle des dons spirituels. Il dit : « ...diversité de services, mais le même Seigneur ; diversité d’opérations, mais le même Dieu. » Trois versets et encore une fois tous les trois membres de la trinité sont mentionnés. Avez-vous lu la fin de 2 Corinthiens 13 :14, « Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous. Amen !» ? Tous les trois dans le même verset; et je pense, aussi, 1 Pierre 1:2, « (élus) selon la prescience de Dieu le Père, par la sanctification de l’Esprit, pour l’obéissance et l’aspersion du sang de Jésus-Christ. » Tous les trois dans le même verset. Ce ne sont que quelques exemples de ce qu’il y a dans la Bible. Dieu est un, pourtant Il est trois. Et vous demandez : « Comment est-ce possible ? » Je ne sais pas. Je n’en ai aucune idée. Et tout ce message, comparé à la réalité de Dieu est comme un galet de sable comparé à chaque pièce dans l’univers. Je ne peux pas comprendre Dieu. Si vous essayez de comprendre la trinité, vous allez vous retrouver sous le lit récitant l’alphabet grec ! Vous ne pouvez pas le saisir. Ce n’est pas possible. Laissez tomber. Croyez tout simplement.

Dieu est un, pourtant Il est trois et je n’insinue pas qu’Il est trois comme le modalisme, le monarchisme ou le sabellianisme, qui était une hérésie qui prônait que Dieu était un artiste qui changeait vite. Dieu a une penderie, et Il – vous savez – Il sort et fait Son tour de Dieu – ta-da – puis rentre porter rapidement – porter Son costume de Saint Esprit, et en ressortir et Il passe Son temps à faire cet exercice. C’est réellement ce qu’ils affirmaient. Non. Dieu est un, et Il est aussi trois en même temps. Et les gens disent : « Bien, c’est comme un œuf ; le jaune, le blanc et la coquille. » Oh, je ne partage pas cet avis, je ne peux pas comparer Dieu à un œuf ! D’autres personnes disent, c’est comme de l’eau, elle peut être glace, liquide ou vapeur – ça ne marche pas non plus. Ce n’est comparable à rien, mes amis, ce n’est comparable à rien du tout. Il y en a qui disent que c’est comme la lumière, elle peut illuminer, réchauffer et elle peut produire l’énergie. Dieu est tout simplement Dieu et il n’y a aucune ampoule dans le monde, aucun œuf dans le monde et aucune eau comparable à Lui. Il est Dieu et Il est trois en un. Je ne le comprends pas. Je le crois. Et je me réjouis de ne pas le comprendre. Le jour où je comprendrai Dieu, je serai égal à Dieu.

Qui est-Il? Il est une personne, un esprit, un et pourtant trois et, finalement, je vais clôturer avec ce point, à quoi ressemble-t-Il ? Je vais vous donner, à la fin, environ dix de Ses attributs. Pour l’instant, je ne vais vous en donner qu’un, et nous aurons fini. A quoi ressemble-t-Il ? Comment est ce Dieu ? Tout d’abord, comment est-Il, tout seul? Premièrement - et c’est le seul point que nous allons voir, et qui est très important – Il est immuable. Accrochez-vous à ceci, c’est un concept phénoménal. Dieu est immuable. Le Psaume 102:26 dit: « Ils (les cieux) seront changés ; Tu les changeras. Mais toi, (tu restes) le même. » Dieu ne change pas. Dans Malachie 3:6, il regarde Jacob et dit: « Jacob, J’aurais dû te détruire, mais Je ne le ferai pas car c’est Moi l’Éternel, et Je n’ai pas changé.  Je veille sur Mon alliance.» Je suis l’Éternel, Je ne change pas – Malachie 3 :6. Jacques dit : « Tout don excellent et tout cadeau parfait viennent d’en haut, du Père des lumières, chez Lequel il n’y a ni changement, ni ombre de variation. » Pas même un soupçon qu’Il changera.

 

Dieu ne change pas. Pensez-y ! Le changement intervient soit pour le meilleur soit pour le pire, n’est-ce pas? Avec Dieu, les deux sont inconcevables. Il ne peut ni s’améliorer, ni empirer. Il n’y a rien à changer. Maintenant, ceci le sépare de toutes choses parce que toutes choses changent. Les cieux changent. Vous levez les yeux et vous regardez les cieux, ils bougent, ils changent leur cours, et pourtant ils restent rigides dans leur cours. Apocalypse nous dit du 6ème au 19ème chapitre qu’un jour, le Seigneur déchirera les cieux ; comme on secoue un figuier hors saison, les étoiles tomberont et le ciel sera roulé au loin comme un rouleau. Le soleil s’éteindra, la lune se changera en sang et toute chose sera détraquée dans le ciel. Les cieux changeront, croyez-moi.

Non seulement cela, mais la terre aussi change. Je veux dire que l’homme la change, il la change avec ses bulldozers, il change son atmosphère par la pollution. Elle change fréquemment et un jour, dans Apocalypse 6 à 19 encore, il est dit que Dieu va agir sur la face de la terre, et de façon drastique changer beaucoup de choses. Les mers seront polluées. Les eaux fraîches seront polluées. Une grande partie d’herbes et de végétation mourra. Les hommes mourront. Ce sera un holocauste terrible. Une pluie d’énormes grêlons tombera. La face de la terre sera changée. Une fois déjà elle avait été changée par le déluge, elle sera encore changée. Les éléments fondront sous la chaleur ardente lorsque la terre sera consumée. Les impies changeront. Ils changent tout le temps. Les impies changent constamment, ils fluctuent. Leur loyauté change. Leurs attitudes changent. Un jour, toute leur identité changera quand ils se retrouveront devant un Dieu saint. Et ce qu’ils croient être la vie de bonheur deviendra tragique quand ils passeront l’éternité sans Dieu.

Savez-vous que même les saints changent, les meilleurs d’entre nous? Nous changeons, n’est-ce pas ? Comment cela résonne-t-il ? « John MacArthur, le même hier, aujourd’hui et éternellement. » Certainement pas ! Je ne suis pas le même hier, aujourd’hui et éternellement. C’est ridicule. Je change. David dit: « Le Dieu qui est mon rocher, où je me réfugie. » 2 Samuel 22 : 3. Nous disons « Oh ! Oh ! David ! » et puis il dit « Je périrai un jour entre les mains de Saül. » Hé ! un instant David ! Soit Dieu veillera sur toi soit Il ne le fera pas du tout. « Bien, il m’arrive de vaciller. » Oui, nous le savons. Nous le savons. Dieu est un grand solutionneur de problèmes, lorsqu’ils sont résolus. Même les anges changent. Savez-vous que Juges 6 dit que les anges « n’avaient pas gardé leur première demeure ? » Ecoutez, tout ce qui existe dans l’univers est changeant, excepté Dieu. Dieu ne change pas, Jésus non plus. Ce qui veut dire qu’Il est Dieu. Jésus Christ, le même hier, aujourd’hui et éternellement est l’une des affirmations les plus proéminentes de la déité de Jésus Christ faite dans la Bible. Il n’y a qu’une chose qui ne change pas dans l’univers : Dieu.

Que signifie cela pour les pieux? Je vais vous donner ce seul point. Que signifie l’immuabilité de Dieu pour moi qui suis chrétien ? Je vous dirai ce que cela signifie. Cela signifie le réconfort pour moi. Écoutez, s’Il m’a aimé une fois, alors Il m’aimera éternellement. S’Il a pardonné mes péchés, Il les a pardonnés éternellement. S’Il m’a sauvé, Il m’a sauvé éternellement. S’Il m’a promis une chose, Il me la promise pour toujours. « Mon Dieu n’est pas lent pour accomplir Ses promesses. » Romains 11 dit : « Les dons gratuits et l’appel de Dieu sont irrévocables. » Dieu ne change pas d’avis. N’en n’êtes-vous pas contents ? Et Il pourrait me regarder et dire: « MacArthur, je devrais vraiment t’exterminer, mais Je suis l’Éternel, je ne change pas. » Et un des passages des plus puissants de la Bible dit – et j’ignore s’il vous est familier mais je vais prendre une minute pour vous lire cette pensée.  « Si nous sommes infidèles, » 2 Timothée 2 : 13, « Lui demeure fidèle, car Il ne peut se renier Lui-même. »

Savez-vous où sont basés votre salut et votre sécurité? Sur quoi sont-ils basés ? Sur le caractère immuable de Dieu ; la nature absolue de Dieu. Jérémie 31 : 3 dit : « Je t’aime d’un amour éternel. » S’Il t’a aimé une fois, Il t’aime éternellement. « Même si les montagnes se mettaient à bouger, » dit Ésaïe, « mon amour envers toi ne bougera jamais ; Mon alliance de paix ne chancellera pas, » « Mon dessein s’accomplira, » Esaïe 46 :10. N’est-ce pas paradoxal que nous soyons soumis à un changement drastique  pour pouvoir avoir une relation avec un Dieu immuable ? C’est le seul moyen, n’est-ce pas ? Nous devons être soumis à un changement drastique pour pouvoir avoir une relation avec un Dieu immuable. Jésus dit à Nicodème « tu dois naître de nouveau. » Vous dites : « Mais MacArthur, tu as contourné plusieurs passages de l’Ecriture. Il y en a un dans Amos chapitre 7. Il y en un autre dans Genèse 6 : 6. Il y a un autre encore dans Jonas 3:10. Et ils disent, ‘Le Seigneur se repentit de l’avoir fait.’ » Vous avez raison. C’est juste. Mais Nombres 23 : 19 dit : « Dieu n’est pas humain pour se repentir. » Comment peut-Il donc dire que le Seigneur ne se repent pas, alors qu’Il l’a fait trois fois ? Vous devez comprendre le contexte. C’est injuste de grouper tous ces passages sans tenir compte du contexte.

Dieu ne change pas – écoutez ceci – Dieu ne change pas. C’est clair. Il ne change pas. Il ne change pas Sa volonté ; toutefois, dans le cadre de Sa volonté, Il peut vouloir un changement dans certaines circonstances. Par exemple Dieu dit à Ninive : « Ninive tu seras exterminée ! » Pourquoi ? Elle est une ville pécheresse. Dieu dit « Jonas, veux-tu bien y aller ? » Et vous vous souvenez de ce qui s’est passé. Il a fait un voyage rapide à bord d’un gros poisson, mais il y est quand même arrivé. A son arrivée à Ninive, il a prêché et toute la ville s’est repentie. Dieu a regardé de haut et a dit, il est écrit dans la Bible « Dieu s’est repenti de Ses plans et les a bénis. » Dieu avait-Il vraiment changé Sa volonté ? Ce n’est pas Dieu qui avait changé, qu’était-ce donc ? C’est Ninive qui avait changé. Dieu dit, « Tu seras punie, Ninive, » et ils ont été punis dans leur façon de faire.

Dieu regarde la civilisation antédiluvienne, avant le déluge, et Il dit: « Je regrette de vous avoir créés. Vous me causez de la peine parce que je vais vous exterminer complètement. » Pourquoi l’avait-Il dit ? Dieu les avait créés afin qu’ils fussent une bénédiction, et l’homme s’est détourné, il a violé les principes de Dieu, et Dieu a dû le maudire. Ecoutez, Dieu n’avait pas changé Sa volonté ; Sa volonté était toujours la même. Récompenser le bien et punir le mal, n’est-ce pas ? Il est arrivé que l’objet change. Vous savez, vous ne pouvez pas reprocher au soleil de faire fondre comme la cire et de durcir l’argile. Cela a à voir avec la substance, non avec le soleil. C’est la posture de l’homme devant Dieu qui détermine ce qui lui arrive. Et il pourrait sembler, du point de vue humain, que Dieu ait changé. Quand vous êtes à vélo ; faites-vous du vélo contre le vent ? Vous avancez, et le vent souffle fort et vous vous battez ; ensuite, tout d’un coup, vous arrivez à votre destination, vous vous retournez et whoooo ! vous savez, il vous balaie ! Et c’est à ce moment que vous dites, « Oh ! Le vent a changé. » Le vent n’a pas du tout changé, c’est vous qui avez changé. Dieu ne change jamais. Il est toujours le même. Dieu récompense le bien et puni le mal. Tout dépend de la façon dont vous vous positionnez en ce qui concerne Sa grâce et Sa volonté.

Alors quand La Bible dit, « Dieu se repentit, » cela ne signifie pas que Dieu a dit, « Je pense que j’ai fait une erreur, je vais faire les choses autrement. » Cela signifie que Dieu a changé l’exigence applicable due à leur comportement et a préféré ce qu’Il est libre de faire à cause de leur changement de comportement. Mais Sa volonté n’a jamais changé ; Sa volonté était toujours la même – punir le mal et récompenser le bien. Il ne change pas. Il ne sort jamais de Son cours. Et donc Dieu ne change pas.

Chrétiens, je ne sais pas comment vous le recevez, mais pour moi, c’est avec entrain. Je Lui appartiens et Il prends soin de moi. Toute promesse qu’Il m’a faite, Il me l’a faite pour toujours. S’Il est dit: « mon Dieu pourvoira à tous vos besoins, » cela ne veut pas dire qu’il était en rupture de stocks en 1950 et maintenant Il a des problèmes. C’est bon pour tout le monde et en tout temps. Je m’y sens en sécurité, pas vous ?

Que signifie cela pour un incroyant? Ceci : si Dieu a dit, « l’âme qui pèche mourra, » Il le pensait. Si Dieu a dit, « Le salaire du péché c’est la mort, » Il le pensait. Si Dieu a dit qu’ « il y a un enfer éternel » Il le pensait. Et si c’est ce qu’Il dit maintenant, c’est ce qu’Il a dit dans le passé et c’est exactement ce qui arrivera. La Bible dit dans le Psaume 119 : 89, « A toujours, » combien de temps ? « A toujours, ô Éternel ! Ta parole subsiste dans les cieux. » Dieu ne change pas. Pour certains d’entre nous, c’est une joie immense. Mais j’ai peur pour d’autres d’entre nous.

Prions. Père, merci de nous avoir donné ce temps de partage ce matin. Merci de Te révéler par Ta parole comme étant le Dieu que Tu es. Merci, Père d’être le Dieu de miséricorde. Aide-nous, nous qui sommes chrétiens, nous qui sommes dans le courant de Ta grâce et de Ta volonté, qui avons Ton soutien, à réaliser la sécurité, le refuge et la bénédiction qui sont nôtres pour toujours, et de mener une vie de reconnaissance. Et Père, je prie pour ceux qui rament à contre courant, qui se heurtent contre Ta volonté et Ta grâce. Père, je prie que Tu puisses changer vis-à-vis d’eux parce qu’ils ont changé vis-à-vis de Toi. Qu’ils deviennent de nouvelles créatures en Christ, et par conséquent qu’ils aient une bonne relation avec Toi.

Pendant que vos têtes sont baissées, en guise de clôture, je voudrais dire ceci: s’il y quelques personnes ici, ce matin qui ne se sont jamais données à Christ, vous ne Lui avez jamais ouvert votre cœur, ma prière ce matin est que vous vous mettiez en bonne posture avec le Dieu immuable, et que vous soyez bénéficiaire de tout ce qu’Il a à donner. Vous dites : « Comment le fait-on, John ? » La Bible dit : « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici  (toutes choses) sont devenues nouvelles. » C’est quand vous mettez votre foi en Christ et Lui répondez comme au Seigneur et Sauveur que vous avez une bonne relation avec Dieu et que Ses bras de sécurité vous entourent pour l’éternité. Notre prière est que vous le fassiez ce matin, dans votre cœur. Pour ceux d’entre-vous qui connaissez déjà Christ, que ce moment vous serve à être reconnaissants envers Dieu pour tout ce qu’Il est et promet d’être éternellement. Et Père, merci pour notre communion ce matin, pour toutes vies précieuses ici, et aussi pour Ta présence divine ; nous demandons que Ton attention soit accordée en cette vie, par Ton Saint-Esprit, pour produire ce qu’il faut afin que nous ayons une relation avec toi, afin que nous recevions vraiment la plénitude de toutes les bénédictions de Ta promesse immuable. Nous prions au nom de Jésus. Amen.

 

FIN

 

 

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

Donation:
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize