Grace to You Resources
Grace to You - Resource

Eh bien, vous savez, dans nos petits moments ensemble, nous avons parlé des choses très importantes en termes de la vie chrétienne. Nous avons parlé de la prière et de l'importance de la prière, l'étude de la Parole de Dieu, et nous avons parlé de la façon dont il est important que nous fassions une expérience réelle de la communion. Et ce genre de chose fonctionne dans la famille de Dieu. Mais il y a une autre chose dont nous devons parler, et c’est le témoignage envers ceux qui sont en dehors de la famille de Dieu. Maintenant, indirectement, si ces autres choses sont justes, nous allons avoir un impact sur d'autres personnes. Mais nous avons besoin de parler un peu plus de l'approche directe pour communiquer l'Évangile du salut du Christ à d'autres personnes.

Regardons d'abord plusieurs versets pour nous aider à réfléchir sur ce sujet. Dans Jean 15 verset 26, Jésus dit ceci : «Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l'Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi ». Maintenant, la première chose que vous apprenez à partir de ce verset c’est que le Saint-Esprit fait partie du processus de témoignage. Le Saint-Esprit est venu témoigner de la vérité au sujet du Christ. Et puis il est dit dans le verset suivant, le verset 27 : «et vous aussi, vous rendrez témoignage » et il dit aux disciples : «parce que vous êtes avec moi dès le commencement. » Le Saint-Esprit a ensuite été envoyé dans le monde et dans nos cœurs pour rendre témoignage au Christ et il partage donc ce témoignage à travers nous, n’est-ce pas ? Et nous qui avons été avec le Christ, nous sommes témoins de qui il est et de ce qu'il peut faire dans une vie et le ministère du témoignage nous est confié. Actes 1 : 8 dit : «Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. » N’est-ce pas ? Donc, nous sommes tous appelés à communiquer l'Évangile salvateur de Jésus-Christ.

Maintenant, nous voulons parler de ce que cela signifie et comment faire cela efficacement alors que nous partageons ensemble notre séance d'aujourd'hui. Alors, qui veut commencer par une question ?

QUESTION : John, faut-il être spécialement formés pour témoigner, ou n’importe qui peut le faire ?

JOHN : Je dirais en réponse à cette question qu'il est bon que vous ayez une formation. Mais tous ceux qui connaissent Jésus-Christ peuvent le faire. Voilà la condition. Laissez-moi vous donner un exemple.

Quand j'étais pasteur stagiaire il y a quelques années dans une église où mon père était pasteur, un jour le secrétaire accourut jusqu’à la porte de l'église et dit : «Il y a une bagarre dans le parking. Il y a une bagarre dans le parking. » Je m'ennuyais un peu ce jour-là et donc j'ai décidé de sortir regarder. Je suis donc allé à la porte et là se trouvait un homme allongé par terre ... il était à environ 15 mètres de l'endroit où j’étais à la porte de l'église ... et cet homme le tapait, lui donner des coups de pieds dans son corps, en fait il y en avait deux hommes qui le battaient. Je me suis rendu compte que c'était très grave. Alors je suis sorti par la porte en me disant : «Je dois faire quelque chose. »

Je leur ai dit : « Hé, les gars, arrêtez tout ! » Rien ! Je veux dire, ils ne m’ont même pas répondu. Et je pensais : «Eh bien, peut-être qu'ils ne m’entendent pas. » Je criais un peu plus fort. « Cessez ! » Et rien. Donc, j'ai commencé à me diriger vers eux et pendant mon trajet, je les entendais dire : «Tue-le ... tue-le ! » Je me suis rendu compte que ce n’était pas un combat, mais un assassinat et là j'ai crié : « Arrêtez, arrêtez ! » mais ils ne faisaient pas attention à moi.

Eh bien, je suis finalement arrivé vers eux et ils m'ont vu et à ce moment-là, le gars n’était plus qu’un tas ensanglanté, on ne pouvait plus distinguer son visage et il avait été frappé jusqu'à perdre connaissance. Ce grand gars se tourna vers moi, je veux dire, il était vraiment grand. Il faisait environ 1 mètre 95, pesait 120 kilos, j'ai appris après qu'il travaillait sur les quais et qu'il jouait au rugby, il était vraiment très grand. Et, vous savez, je ne suis pas vraiment petit mais je disais souvent que, "je me battrais avec quelqu'un de plus petit que moi qui se levait après une maladie », vous savez. Mais je veux dire, je ne vais pas ...

Donc, je suis resté paralysé pendant une minute, vous voyez, parce qu'il se tournait vers moi pour me dire «Que voulez-vous ? »

Et je réponds : «Tu ferais mieux d’arrêter et de laisser ce gars tranquille. » Et il recula son poing et je ... ma réaction instinctive était de reculer, n’est-ce pas ? Et je reculai et il a continué à venir après moi. Et je me suis dit que j’allais continuer à reculer car cela éloignait les deux types de cet homme. Ils ont continué à me suivre et j'ai continué. Je suis enfin arrivé à la porte de l'église et je suis entré, je pensais qu'ils n'entreraient pas dans l'église et j’allais trouver quelqu'un pour appeler la police. Ils m'ont quand même suivi à l'intérieur.

Mon père est sorti, et il a dit : «Qu'est-ce qui se passe ici ? » Et ce gars a levé le poing contre mon père. Cela m’a irrité. Alors je lui ai dit : «Appelle la police. » Eh bien, ils ont paniqué et l'autre gars a ramassé le blessé qui était inconscient et il lui a fracassé la tête contre le mur, puis il l'a laissé tomber derrière un buisson et ils ont couru pour regagner leur voiture. Je suis sorti pour noter le numéro de la plaque et je me trouve en bas de la rue, vous savez, avec un crayon pour noter la plaque d’immatriculation. Et la police est arrivée. Et je leur ai donné toutes les informations j'avais. Le gars était en vie, mais il a dit, « Je ne veux pas porter plainte, je ne veux pas les revoir, je ne veux pas témoigner, je ne veux pas faire quoi que ce soit. » Il était littéralement mort de peur.

Et alors les policiers sont partis et ils ont pu arrêter ces hommes. Ils les ont trouvés parce qu'ils sont allés à leur appartement et ont trouvé des chaussures ensanglantés et plusieurs autres preuves contre eux. On m'a appelé à témoigner à la cour. Et je n’oublierai jamais tant que je vivrais ce qui est arrivé quand je suis allé à la cour. Je suis entré, vous savez, j’ai levé ma main et ils ont dit : «Jurez-vous de dire la vérité, toute la vérité et rien que la vérité ? » Et j’ai dit oui. Le procureur s'est dirigé vers moi et il a dit ceci, «Révérend MacArthur, dites-nous ce que vous avez vu, ce que vous avez entendu et ce que vous avez ressenti. » C'était exactement ce qu'il m'avait demandé. Et dans ces conditions, je suis devenu instantanément un témoin. Ce que j'ai vu et ce que j'ai entendu et ce que j'ai ressenti faisait de moi un témoin viable, n’est-ce pas ? Je veux dire, j'y étais. Et depuis cet événement, j'ai toujours pensé à 1 Jean 1 : 1 où Jean dit : «Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, c'est ce que nous vous déclarons concernant la Parole de vie ».

Alors qu'est-ce qu'un témoin ? Quelqu'un qui a vu et entendu et ressenti la puissance de Jésus-Christ. Donc, en réponse à votre question, qui peut être un témoin ... quelqu'un qui a été avec Christ. Voilà ce que nous avons vu dans Jean 15 n’est-ce pas ? «et vous aussi, vous rendrez témoignage, parce que vous êtes avec moi dès le commencement. »

Donc, quand vous connaissez Jésus-Christ et quand vous L'avez vu agir et entendu et L'avez touché dans votre vie, vous devenez le nom de celui qui peut parler de Jésus-Christ, n’est-ce pas ? Je veux dire, vous ne savez peut-être pas toutes les doctrines de la Bible et vous ne pouvez pas connaître tous les détails de la théologie, vous n'avez pas à portée de main tous les petits systèmes, tous les petits trucs, toutes les petites méthodes, les brochures et les angles, mais si vous avez marché avec Jésus-Christ, vous avez quelque chose à dire et vous pouvez être un témoignage vivant de première main de la puissance de Jésus-Christ. Permettez-moi de vous dire quelque chose, c’est beaucoup plus important que de connaître une formule. Vous savez, je connaissais un prédicateur qui s’était levé devant son église pour dire : «Je veux juste que vous sachiez que je suis le pasteur de cette église, je pense depuis dix ans, mais aujourd'hui, j'ai accepté Jésus-Christ comme mon Sauveur. » Et à partir de là, il est devenu pour la première fois de sa vie un témoignage de la puissance de Jésus-Christ. Avant cela, il connaissait les faits et les méthodes, il ne connaissait pas le Christ et le pouvoir et l'énergie de l'Esprit de Dieu n'était pas là.

Alors, qui peut être un témoin ? Tout ceux qui sont chrétiens, tous ceux qui connaissent Jésus-Christ. Et je pense que nous sommes mandatés. Je veux dire, Jésus n'a pas dit aux disciples : « Allez dans le monde entier proclamer l'Évangile » ? Faites des disciples avec tout le monde. Et chacun d'entre nous a pour mission de sortir et de communiquer le Christ car nous avons vu et entendu et ressenti Sa présence. Et je veux dire que c’est évidemment une chose terrible de différer cela. Je veux dire, ne pas faire, ne pas dire au monde ce que nous connaissons de Jésus-Christ, c’est les empêcher de connaître la plus grande chose qu'ils vont jamais entendre, n’est-ce pas ? Donc, chacun de nous, en tant que chrétien, est un témoin.

Maintenant, laissez-moi vous dire quelque chose d'autre. Même si vous ne dites rien, si les gens savent que vous êtes un chrétien, vous êtes un témoin. Vous ne serez peut-être pas très bon, mais vous en êtes un quand même parce les gens que vous côtoyez lisent la signification et les valeurs du Christ par votre façon de vivre. Et si vous ne dites rien, Christ n’est donc pas très précieux à vos yeux. Christ n'est pas si important pour vous. Je veux dire, si vous êtes un chrétien et vous pouvez le cacher pendant des années, cela ne vaut certainement pas grande chose ou bien vous faites partie d'une certaine société secrète réservée uniquement aux initiés. Donc, nous sommes témoins. Il ne dit pas "J'aimerais que vous le soyez", Il dit "vous êtes", donc soyez sûr d’être un témoin efficace. Il faut, bien sûr, être chrétien pour être un témoin efficace.

Cela dit, permettez-moi de dire ceci. L'Évangile est si puissant que même dans la bouche de ce prédicateur que j'ai mentionné qui n’était pas un chrétien, l'Evangile a pu passer malgré son manque d'expérience, vous savez, je veux dire que Dieu a utilisé l'âne de Balaam, n’est-ce pas ? Même un âne ! Donc, il y a un sens dans lequel l'Evangile est si puissant qu'il transcende le moyen de transport. Mais pour être un témoin véritable et efficace, vous devez connaître Jésus-Christ. Et c'est vraiment tout ce qu'il y a à faire ... au moins pour commencer.

Une autre question ?

QUESTION : John, j'ai entendu une variété de différentes définitions concernant le témoignage et comment est-ce que la Bible définit le fait d’être un témoin ?

JOHN: Eh bien, je pense que nous avons déjà touché un peu cela et le témoignage doit être défini de cette façon : Une personne communique le témoignage de quelque chose qu'elle a vécue. Je veux dire, quand vous avez une affaire judiciaire, ils ne veulent pas de témoins de seconde main. N’est-ce pas ? Ils veulent ... quel est le terme qu'ils utilisent ? Des témoins oculaires, n’est-ce pas ? Je veux dire, ils veulent quelqu'un qui était là. Ils ne veulent pas une information transmise par le biais de plusieurs sources.

Permettez-moi de vous donner un point de vue qui vous aidera, d’accord ? Le monde est comme le jury. Christ est en procès devant le monde, n’est-ce pas ? Je veux dire, le monde est en train de décider au sujet de Jésus-Christ. Et le Saint-Esprit est l'avocat de la défense. Le Saint-Esprit a pris le cas du Christ dans le monde et sa tâche est de convaincre le monde que le Christ est Celui qu'il dit être. Le Saint-Esprit appelle des témoins dans la salle d'audience. C’est nous, vous voyez. Donc, nous devenons témoins de la défense de Jésus-Christ devant le regard du monde. C'est un grand concept, n’est-ce pas ? Et nous sommes appelés dans la salle d'audience, pour ainsi dire, et comme nous vivons dans le monde, nous sommes dans la salle d'audience et Jésus-Christ est jugé. Maintenant notre rôle de témoin est important. Je veux dire que c’est une chose sérieuse, n’est-ce pas ? Si vous, par exemple, êtes appelé à la Cour supérieure ou à la Cour d'État ou à la Cour suprême des États-Unis d'Amérique et quelqu'un dit : «Voulez-vous défendre Jésus-Christ ? » Voudriez-vous ? Bien sûr, si vous étiez réellement là devant le tribunal... Je veux dire, j'ai souvent pensé que si j’étais présent quand Il était devant Caïphe, je lui aurais dit des choses. Si j'étais là quand Il était devant Anna, je lui aurais dit des choses. Je n'aurai pas laisser ces gars partir en portant de faux jugements sur le Christ. Il méritait mieux que cela. Ils ont menti à propos de lui, etc.

Écoutez, le monde prépare un jugement et tout l'environnement dans lequel nous existons est une salle d'audience. L'Esprit de Dieu, l'avocat de la défense, nous appelle à donner notre témoignage. Et il y a des gens qui vont venir à une conclusion au sujet de Jésus-Christ sur la base de notre témoignage, n’est-ce pas ? Alors que nous commençons cette étude sur comment témoigner, nous verrons que le Saint-Esprit nous appelle à être un témoin du Christ.

Maintenant, posons-nous cette question : Quel est l'élément qui fait en sorte qu'une personne soit motivée à témoigner ? Et je dois être honnête avec vous dès le début, c’est un sacrifice. Il y a un prix à payer parce que lorsque vous proclamez le nom de Jésus-Christ, il va y avoir un certain remuement, n’est-ce pas ? Je veux dire, vous ne pouvez pas faire face à un monde sans Christ, sans Dieu, et ne pas vous attendre à une réaction.

Vous savez, j'ai eu l'occasion d'être sur un campus universitaire, un campus d'environ 25 ou 26 mille étudiants. Et on m'a demandé de venir et de parler du christianisme et de la culture lors d'un forum ouvert. Plusieurs milliers d'étudiants étaient rassemblés et je devais parler du christianisme et la culture. Qu'allais-je pouvoir dire ? Je pouvais épuiser tout ce que je savais sur le christianisme et la culture dans une dizaine de minutes. Et puis j’ai décidé, puisque le nombre prédominant d'étudiants ne connaissaient pas Jésus-Christ, que je parlerais de la divinité de Jésus-Christ et comment connaître Dieu par Lui. Et donc j’ai parlé dix minutes sur le christianisme et la culture et 40 minutes sur la divinité de Jésus-Christ et j'ai proclamé le salut par Jésus-Christ. Vous auriez pu entendre une épingle tomber. Je sais que l'Esprit de Dieu contrôle les choses, car c’était vraiment l'Évangile. Il y a ces moments, vous savez, quand vous prêchez et vous vous sentez que vous poussez et que c’est difficile car il y a de la résistance. Et puis il y a ces moments où vous avez l'impression de voler. Et je volais ! Je veux dire, j'étais libre, les paroles venaient facilement car la puissance de Dieu était là.

Et quand j'avais terminé, il est arrivé quelque chose d'incroyable ! Un gars se dirigea vers moi, il m'a dit : «Je dois connaître Jésus-Christ. » Et j'ai eu le privilège de le conduire à Christ. Un autre gars que j'ai eu le privilège de voir dans mon bureau quelques jours plus tard, est venu à Christ et est allé au séminaire. Je veux dire, Dieu a vraiment touché des vies. Mais ensuite ils ont chassé tous les chrétiens du campus. Ils ont fermé la plate-forme de la parole libre. Ils ont renvoyé la table des livres chrétiens hors du campus. Et la prochaine fois que je parlais sur un autre campus, l'ensemble du groupe d'étudiants qui avait protesté sur le premier campus est venu et a encerclé le podium où je parlais pour crier pendant tout le message. Ils ont appelé notre maison au milieu de la nuit en laissant des messages téléphoniques obscènes ; ils ont menacé la famille, menacé ma femme. Et ma première réaction était... je dois cesser de faire cela, vous savez, car cela crée des problèmes. Ma deuxième réaction était... je pense avoir fait une vague. Je pense avoir créé une brèche dans le royaume des ténèbres. Je commençais à réaliser ce que Pierre avait dit quand il parlait de la persécution pour la justice : l'Esprit de grâce et de gloire repose sur vous. Et il y avait un énorme sentiment d'identification. Je me sentais quasi-apostolique, vous savez, car je vivais ce que certains de ces gars ont traversé. Je crois vraiment que lorsque vous endossez cette responsabilité de vous tenir devant le monde et témoigner au nom de Jésus-Christ, vous devez réaliser que vous confrontez un monde hostile. Et si l'Évangile est vraiment prêché, ils vont réagir.

Maintenant, je peux aussi dire ceci. Si vous parlez que d'amour et de belles petites choses et vous parlez de Dieu comme un gentil bonhomme sans, bien sûr, parler pas du péché ni du fait qu'ils vivent en violation avec Dieu, ils ne vont peut-être pas réagir négativement. Mais ce n'est pas le vrai Évangile, non plus, n’est-ce pas ? Vous avez à proclamer la vérité du péché et de la justice et la vérité sur Jésus-Christ. Et quand vous faites cela, il y a un sacrifice à faire. Donc, vous devez décider dans votre vie si vous allez fermer votre bouche et être comme certaines personnes disent : comme la rivière Arctique, gelée de la bouche, vous allez juste vous taire et dire : «Ma propre timidité personnelle, ma réputation, tout ce qui a plus de valeur pour moi que de témoigner pour le Christ. » Vous devez prendre cette décision. Ou vous allez dire : « Hey, je ne me soucie pas vraiment de ce qui peut m'arriver à moi, je suis consommable » n’est-ce pas ? Je veux dire, si je meurs, Paul dit, en vous prêchant l'Évangile, si je suis offert en sacrifice à cause de votre foi, je me réjouis. Je veux dire, si je meurs en vous sauvant, quelle mort douce ! Et c'est de ce genre de sacrifice que nous parlons.

Je pense toujours à John Patton, qui est allé aux nouvelles îles Hébrides pour être missionnaire. Ils étaient habités par des cannibales mangeurs d'hommes. Vous savez, c'était une tâche difficile. Vous savez ce que j'aurais dit. J'aurais dit, « Seigneur, regarde, ne m’envoie pas là, ils vont me manger, tu le sais, et ce sera du gaspillage. Je suis diplômé du séminaire, n’est-ce pas ? Envoie plutôt un gars qui a abandonné ses études, et s'ils le mange, qui saura ? Peut-être qu'il ne aurait jamais réussi sa vie de toute façon. Pourquoi envoyer un bon comme moi ? » Mais Patton est allé avec sa femme et on les a déposé sur l'île ; ils sont montés sur le rivage et ils ont construit un petit appentis sur la rive. Comment voulez-vous atteindre les indigènes comme cela ? Ils sont cannibales, ils ne parlent même pas votre langue. Je veux dire, que faites-vous ? Vous ne mettez pas un signe dans le sable qui dit, « L'étude biblique commence samedi, amenez vos enfants, » vous savez. Que faites-vous ?

Eh bien, vous priez beaucoup, n’est-ce pas ? Et nuit après nuit, ils sont restés dans ce petit appentis et ont prié et après quelques mois, sa femme a donné naissance à un bébé et le bébé est mort et quelques jours plus tard, sa femme est morte. Et Patton a dit qu'il a enterré leurs corps et dormait sur les tombes pour empêcher les indigènes de les déterrer et de les manger. Maintenant, il est tout seul. Cela arrive vraiment vers la fin, n’est-ce pas ? Je veux dire, c’est quand vous arrivez au bout, la dernière ligne est dessinée… est-ce que vous restez ou vous partez ?

Eh bien, il est resté. Et le miracle, c’est qu'il est resté 35 ans. Et il a dit à la fin de ces 35 ans, «Je ne connais pas un seul natif sur ces îles qui n'a pas fait au moins une profession de foi en Jésus-Christ. » Il a continué : «Quand je suis arrivé ici, j'ai entendu le cri des cannibales. En partant, j'entends la sonnerie des cloches des églises. » N'est-ce pas incroyable ? Mais voyez, c'est ce qui peut arriver si vous êtes prêt à faire le sacrifice. Tout le monde ne sera pas un John Patton, mais tout le monde peut faire la chose que Dieu l'a appelé à faire s'ils sont prêts à payer le prix. Donc, soyez des témoins dans le monde ; tout le monde peut être un témoin, mais vous devez réaliser qu'il y a un prix à payer. Si vous êtes chrétien et vous vous êtes vraiment donné à Christ, vous êtes prêt à payer ce prix. Ce n’est pas nécessairement un contrat d'une durée courte, mais à partir de maintenant je vais le faire. C'est un combat de tous les jours, n’est-ce pas ? Que vous soyez prêt à parler pour Christ !

Une autre question. Ouais, Dan.

QUESTION : John, avec tout le sacrifice et l'engagement dont vous parlez et le témoignage, et même la frustration quand les gens ne répondent pas, n'est-ce pas ... pourquoi quelqu'un ne désire-t-il simplement pas poursuivre Dieu en lisant Sa Parole plutôt que de témoigner lorsque Dieu promet d'amener les hommes à Lui-même de toute façon ?

JOHN: Oui, en d'autres termes il y a tellement de chagrin impliqué dans le fait de le faire, ne serait-il pas préférable tout simplement de se retirer et de communier avec Dieu, laisser Dieu prendre soin du salut par Sa souveraineté ? Eh bien encore une fois nous reprenons quelque chose que nous avons évoqué lors d'une de nos discussions ensemble. Ce n’est pas pour vous de comprendre ce genre de choses. Vous n’allez pas dire : «Tu sais, Dieu, Tu as un bon plan. Mais j'ai réfléchi à ce sujet et je pense que j'en ai un meilleur. Je voudrais Te le suggérer». Vous savez, parce vous faites ce que l'homme veut toujours faire, vous assumez que son esprit est ultime. Et si je ne peux pas comprendre quelque chose, cela ne peut certainement pas être raisonnable. Mais la Bible dit pourquoi vous devez être témoin. Dieu vous le dit. Cela suffit ! Je veux dire, parfois vous avez un petit enfant et vous dites : «Maintenant, je veux que tu fasses telle chose » et vous recevez cette réponse standard, « Pourquoi ? Pourquoi, papa ? » Et vous savez que vous ne pouvez pas expliquer pourquoi parce qu'il ne comprendra pas pourquoi. Donc, vous dites, «Parce que je te le dis. » Fin de discussion. Et nous sommes comme cela aussi. Nous sommes de petits enfants en termes de comparaison avec l'Esprit infini de Dieu. Et Dieu dit de témoigner. Et nous disons : «Hé, j’ai consulté toutes les données disponibles, pourquoi ? » Et Il dit : «Ce n’est pas à toi de décider, exécute, fais-le. » Et nous avons reçu un ordre. Vous savez, notre Seigneur a dit dans Matthieu 28, et nous l'avons mentionné toute à l'heure : «Allez dans le monde et faites des disciples. » Et ça suffit pour moi. Quelqu'un a dit à Spurgeon une fois : «Vous savez, M. Spurgeon, vous croyez dans la doctrine de l'élection. Vous croyez que certaines personnes sont élus pour le salut. Pourquoi n’allez-vous pas prêcher aux élus ? » Il a dit : «Eh bien, si vous faisiez le tour et tiriez sur leurs étiquettes afin de savoir si elles ont un « E » gravé sur le dos, je le ferai. » Et donc, il ne sait le pas et sa responsabilité est de prêcher à tout le monde. Dieu s'occupera de Sa part. Il est de notre responsabilité de prêcher l'Évangile à toute créature.

Vous savez, si vous suivez ce genre de logique, Dan, vous pourriez dire : «si les gens qui n'entendent pas l'Evangile», car vous entendez parfois que les gens disent : «S'ils n'entendent pas l'Évangile, ils ne sont pas perdus » n’est-ce pas ? Parce qu'ils n’ont pas eu l'occasion d'entendre le message... La meilleure chose donc est de ne jamais leur dire. Mais cela est contraire au commandement aussi, n’est-ce pas ? Le fait qu’on nous dit d'aller prêcher à toute créature signifie que même ceux qui n'en ont pas entendu parler sont perdus. Donc, notre responsabilité est d'aller là-bas en étant obéissants et en prêchant l'Évangile sans essayer d'entrer dans toutes sortes d'arguments rationnels à ce sujet.

Maintenant, permettez-moi de parler d'un autre élément. Je crois que nous avons reçu l'ordre d'aller là-bas tout de suite et de le faire et nous en sommes responsables de le faire car ce n’est pas une question de connaissance théologique. En d'autres termes, je pense que nous sommes tous responsables. Quelqu'un pourrait dire : «Eh bien, je ne suis pas formé. Je ne sais pas témoigner. Je dois attendre jusqu'à ce que je termine ma formation. Je dois être formé de telle sorte que je puisse répondre à tous ces arguments et toutes ces questions », et ainsi de suite. Mais je pense que nous sommes tous témoins parce que nous avons reçu l'ordre et parce que ce n’est pas une question de connaissance théologique. C’est d'abord et avant tout une question de ce que nous avons vu et entendu et ressenti. Et notre témoignage commence à ce moment-là. Et je connais très peu, n’est-ce pas ? Je sais que Jésus m'a sauvé, mais cela suffit. Vous savez, nous avons des baptêmes dans notre église tout le temps. Et vous êtes passé par là. Je veux dire, la puissance de ces témoignages est écrasante. Et personne n’est là pour mener une grande discussion au sujet de la doctrine d'Ommuzio, vous le savez, l'être Divin, ou un distinctif sublapserianism, infallapserianism et un Labrador Retriever. Vous savez, personne ne donne de grands traités théologiques dans le langage du séminaire. Ce qu'ils font, c’est de dire que j’étais un toxicomane, ou j’étais ... Je n'oublierai jamais le gars qui est venu ici une nuit et il était vraiment difficile à comprendre, vous le savez, son vocabulaire n’était pas très poli et je suis sûr que quelques-uns des saints les plus âgés ont eu un petit problème avec la façon dont il parlait. Et il a dit : «Je suis le chef des Hells Angels à Houston. La dernière fois que je suis entré dans une église, je veux que vous sachiez que nous sommes montés sur nos motos pour aller sur le devant de l'église, nous avons attaché le pasteur, qui était au milieu de son sermon, avec une corde et nous l'avons traîné dans l'allée centrale, fait descendre les marches, tiré dans la rue jusqu’en bas ». Et j'ai fini en prison pour un assassinat. Ce n’était pas du premier degré alors je suis sorti de la prison. Je suis ici pour vous dire que, pendant les dernières semaines de mon temps en prison, j'ai donné ma vie à Jésus-Christ et je suis ici parce que je veux adorer L'adorer. » Maintenant, ce genre de témoignage ... vous n’avez pas à avoir beaucoup de théologie pour gérer cela. C'est puissant et les gens sont restés assis en disant : «Waouh, Jésus Christ peut-Il transformer quelqu'un comme ça ? » Ou vous avez quelqu'un qui vient en disant : «Vous savez, pendant des années et des années, j’étais un homosexuel, ou autre chose, et le Christ a changé ma vie. » Ou «Pendant des années et des années, j’étais tout simplement un bon gars ordinaire, mais je cherchait un sens à ma vie, je voulais m'épanouir et le Christ m'a donné la paix et la joie. » Donc, vous voyez, voilà où le témoin commence et vous ne devez jamais faire marche arrière. Vous devez réaliser que nous sommes témoins parce que c'est un ordre de Dieu et parce que nous sommes aptes à le faire. Nous sommes vraiment aptes à le faire si le Christ a changé notre vie. Et ça ira mieux petit à petit et nous serons mieux en mesure de répondre à des questions plus tard, mais nous avons, dès notre conversion, le pouvoir d'une vie transformée. Et c'est très, très important.

Une autre question.

QUESTION : Eh bien, il est évident que nous sommes censés témoigner, mais quels sont les éléments qui rendent un témoignage efficace ?

JOHN : Eh bien, c'est une question importante, Paul, parce que certains d'entre nous ont essayé de témoigner et nous avons évalué cette occasion et nous disons : «Il doit y avoir une meilleure façon de le faire. Je veux dire, il doit y avoir une autre approche. La personne m’a arrêté alors que je n'étais qu'à la première étape ».

Qu’avons-nous vraiment besoin de comprendre au sujet du témoignage ? Très bien, permettez-moi de vous donner une vue d'ensemble, tout d'abord. Le témoignage de l'église est basique, en fait. Par exemple, vous venez dans une église, n’est-ce pas ? Et la réputation de cette église dans la communauté crée vraiment la base pour savoir si quelqu'un va écouter ce que vous avez à dire ou non. Par exemple, disons que vous assistez à une église où ils ont des problèmes, l'église est divisée, le pasteur s'est enfui avec la secrétaire, elle est chaotique, le journal en parle, tout le monde sait et vous allez là-bas, que vous êtes de cette église, les gens de votre école ou de votre travail ou de votre quartier et vous dites : «Je veux vous dire que le Seigneur est merveilleux, que nous vivons tous pour le Seigneur et je veux que vous connaissiez Jésus-Christ. » Et ils répondent : «Vous allez à cette église là-bas, où le pasteur vient de détourner tout l'argent ... vous savez ? » Fin du témoignage, n’est-ce pas ? Je veux dire que c’est l'église qui établit les bases pour rendre un témoignage individuel significatif et crédible.

Je me souviens qu'un des avocats est venu vers moi un dimanche et il m'a dit : «Je viens d'avoir une expérience affreuse. » Je réponds : «Eh bien, qu'elle était-ce ? » «Eh bien, j’étais au tribunal cette semaine ; je travaillais avec un autre avocat et je l'ai invité à l'église. Et il m'a dit, «dans quelle église allez-vous ? » « J'ai dit que j'allais à Grace Community Church et John MacArthur est le pasteur. » Il a dit : «Vous allez à cette église? » «Ouais, je voudrais que vous veniez avec moi. » Il a répondu : « Vous plaisantez ? Je n’irais jamais à cette église. L'avocat le plus tordu dans cette ville va dans cette église. »

Ensuite cet avocat m'a dit : «Eh bien, cela m’a brisé le cœur. »

Donc, je me suis levé lors du culte du matin et j’ai raconté cette histoire. Et j'ai dit: «Je ne sais pas lequel d'entre vous est l'avocat tordu, mais je voudrais que vous nettoyiez votre vie parce que vous rendez les choses très difficiles pour les autres de témoigner. » Vous comprenez ce que je veux dire ? Vous savez, vous êtes là et vous avez à défendre le christianisme auquel vous appartenez. C’est difficile parfois, n’est-ce pas ? Les journaux aiment parler, vous savez, des mauvaises choses qui arrivent aux chrétiens et les médias aiment ce genre de chose. Nous devons donc vivre cette vie, nous devons être ce sel et cette lumière, cette chose cohérente.

Alors, Paul, en réponse à votre question : une partie de votre efficacité dans le témoignage dépend des autres, c'est vrai ! ...et le fondement de la crédibilité qu'ils ont établi. Etes-vous déjà allé témoigner à quelqu'un, partager Jésus-Christ avec quelqu'un et ils ont déjà rencontré tant de chers et bons chrétiens solides que vous êtes juste ... le toboggan est graissé. Je veux dire, c'est facile, tout a été préparé d'avance. Et c'est très important, ce témoignage de la communauté. Et encore, nous revenons à Jean 13, où Jésus a dit : «A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres. » Maintenant Pierre exhorte, « Ayez un comportement honnête parmi les païens».

Quand vous lisez les lettres de Paul à Timothée et à Tite, il dit comment l'église devrait être organisée. «Quand vous commencez à choisir les dirigeants, choisissez les dirigeants dont la vie est irréprochable devant le monde parce que si le monde peut abattre vos dirigeants, il effacera tout votre mouvement et vous perdrez votre témoignage. » Donc, dans un sens très réel, nous sommes dépendants les uns des autres. Et ce que vous faites dans votre vie peut affecter mon témoignage. Vous rencontrez quelqu'un, vous essayez de partager Christ. « Ah, j'ai rencontré un chrétien et il était comme ci ou comme ça, alors je ne suis pas intéressé. » Voilà donc un élément très important.

Maintenant, permettez-moi de parler un peu d'autre chose. Vous allez du témoignage de la communauté au témoignage individuel. Et c'est essentiel aussi que votre vie soit droite. L'endroit où vous allez avoir le plus d'impact dans votre témoignage est l'environnement dans lequel vous vivez. Je veux dire, voilà où vous allez couler ou nager, n’est-ce pas ? Nous disons : «Oh, c’est si difficile de gagner sa famille à Christ. » C'est vrai parce que si la famille ne voit pas, jour après jour, les attributs de Jésus-Christ dans votre vie, cela va rendre la chose difficile. Et nous parlons du point de vue humain. Nous savons que Dieu est à l'œuvre, mais néanmoins, de notre côté il y a une vie pure qui pose les fondations. 1 Pierre 2 : 15 dit : «Car c'est la volonté de Dieu qu'en pratiquant le bien vous réduisiez au silence les hommes ignorants et insensés ». Vous savez, les gens veulent calomnier le christianisme, ils veulent l’arrêter, ils veulent frapper, mais c’est votre vie juste, votre vie vertueuse qui ferme la bouche des critiques. Nous aspirons tous à un christianisme qui est irréprochable, n’est-ce pas ? Je veux dire, nous aimerions montrer au monde une vie chrétienne exemplaire ? Pas la perfection, mais l’honnêteté, l'intégrité qui dit : «Bien sûr j'échoue, mais je demande au Seigneur et Il m’aide à gérer. » Voilà vraiment ce que nous voulons en tant que communauté ... et c'est très, très important.

A VOIR ! Maintenant, juste une autre pensée à ce sujet. Vous êtes témoin maintenant individuellement et nous avons parlé aussi de la vie pure de la communauté, et alors quand vous vous déplacez en donnant votre témoignage de base, je pense qu'il est essentiel que vous articuliez votre témoignage. En d'autres termes, que les gens entendent parler de la façon dont le Christ a changé votre vie. Parce que la plupart des gens qui viennent à l'Évangile, qui viennent à Christ, viennent parce qu'ils ressentent un besoin. Ils se sentent incomplets. Ils se sentent seuls. Ils se sentent déprimés. Ils se sentent insatisfaits. Voilà essentiellement où les hommes se trouvent. Ils sont à la recherche du plaisir et ils ne le trouvent pas. Ils sont en quête d'amour, et ils ne le trouvent pas. Vous pensez toujours à Roquentin, le personnage principal dans le livre de Sartre. Sartre a écrit un livre sur la vie, il l'a appelé Nausée, une vraie mauvaise approche de la vie, n’est-ce pas ? Et le personnage principal dit : «Je pensais que je pouvais trouver la vie dans le plaisir, dans les sensations fortes, alors j'ai essayé toutes les sensations ... toutes les sensations. Et je trouve que si je n’avais pas de sens alors je ne pourrais pas apporter de sens à mon plaisir. Donc, J’ai décidé que le plaisir devait être au service de l'humanité. » Il a dit : « J'ai trouvé facile d'aimer l'humanité, ce sont des gens que je ne pouvais pas supporter, n’est-ce pas ? Dans les termes généraux, il pouvait être très philosophiquement condescendant, mais en termes de relations réelles, ne pouvait pas les supporter. Donc j’ai décidé qu'il doit y avoir un amour intime avec une personne du sexe opposé. » Et il a dit : « Tout ce que j’ai touché, est devenu luxure et s'est détruit. » Et donc à la fin il dit, « j’ai décidé de prendre ma vie pour supprimer une vie plus que superflue. »

Eh bien tout le monde n’est pas aussi philosophique que Sartre sur la vie. Mais fondamentalement, les gens sont à la recherche d'épanouissement ... ils recherchent beaucoup des choses dans la catégorie de l'accomplissement. Ils sont à la recherche de la liberté de la culpabilité, croyez-moi, la culpabilité est très difficile à traiter. Vous vous demandez pourquoi les institutions mentales sont remplies de gens, je pense que c’est avant tout dû à la culpabilité. Ils ne peuvent pas se débarrasser de l'anxiété construite sur eux par la culpabilité. Ensuite, il y a toute cette histoire de vivre sans but dans la vie. Edna St. Vincent Malais, vous savez, dit : «La vie doit continuer, je ne sais pas pourquoi. » Et Arthur Miller dit : «La vie est détériorée par les kilomètres que nous mettons sur notre Volkswagen. » Je veux dire qu'il n'y a rien, aucun but. Et puis il y a ces gens qui sont littéralement victimes de leur propre passion et ils ne peuvent pas monter au-delà. Ils ne peuvent tout simplement pas se lever au-delà. Et voici ce non-sens de la vie. Et quand vous témoignez à quelqu'un et vous venez à eux et vous dites : «Hé, la paix dans la vie, le but dans la vie, c’est en Jésus-Christ » n’est-ce pas ? Et c'est la première chose à dire mais vous ne pouvez pas vous arrêter là. Je veux dire, cela ne suffit pas. Je pense que le jeune homme riche est venu à Jésus parce qu'il a ressenti un besoin. Il vient à Jésus, il court même. Et si un homme court, il a quelques problèmes, il est mal. Et il tombe sur ses genoux et il lève la tête pour dire : Ah, ah, ah, vous savez, en haletant, « Que dois-je faire pour obtenir la vie éternelle ? » C’était ressentir un besoin, n’est-ce pas ? Mais le Seigneur n'a pas dit : « signe sur la ligne pointillée, et tu y es. » Il a dit : « Croyez, » vous savez. Le Seigneur l'a frappé avec quelque chose qui était absolument incroyable en disant : «Gardez tous les commandements. » Gardez tous les commandements, quels commandements ? Les commandements de Dieu. Rappelez-vous il a énuméré certains d'entre eux dans Matthieu. Que faisait le Seigneur ? Le Seigneur l’emmenait à l'étape suivante dans l'évangélisation. Il faut que ce soit au-delà d'un ressentiment, d'un besoin. Ils doivent se rendre compte qu'ils vivent dans le péché et la rébellion contre Dieu. Et parfois, c’est la chose la plus difficile de dire à quelqu'un. Vous pouvez trouver une personne recherchant un but et ils peuvent être tout excité à ce sujet. « Le sens, le but et la valeur de la vie, la réalisation, le potentiel. » Et puis vous dites : «Mais attendez, vous voyez le vrai problème avec vous c’est ... la raison pour laquelle vous ne connaissez pas ces choses, c’est parce que vous vivez dans la rébellion à Dieu qui donne ces choses et vous ne vous en sortirez jamais si vous ne venez pas à bout de cette rébellion. Vous vivez en violation de la loi de Dieu, vous êtes un pécheur. Vous avez brisé les commandements de Dieu ». Et puis vous pouvez nommer ces commandements. Et vous avez besoin de les amener au point où ils admettent.

Maintenant, Jésus a donné tous ces commandements au jeune homme riche, et ce qu'il a dit ? « Toutes ces choses que je possède. Qu'est-ce qui me manque ? » Il est impossible d’amener cet homme à la conversion, car il n'a pas admis qu'il était ... quoi ? ... Un pécheur. Je veux dire, il n’admettait pas qu'il n’était pas en accord avec Dieu. Par conséquent, tout ce qu'il cherchait était un placebo. Tout ce qu'il recherchait était une panacée, un soulagement temporaire des symptômes et il ne voulait pas admettre qu'il y avait un problème plus profond. Et donc il faut amener les gens au point où ils affirment vraiment le fait qu'ils sont pécheurs. Et c’est parfois difficile à faire. JE SUIS LA.

Et puis vous les emmenez un peu plus loin, je pense, et vous les enseignez pour qu'ils reconnaissent qu'ils doivent soumettre leur vie au contrôle de Dieu. Rappelez-vous du jeune homme riche, « Alors Jésus lui dit : Je veux que tu fasses quelque chose. Vends tout ce que tu as, donne tout aux pauvres, et suis-moi. » Et la Bible dit qu’il était divisé. Il voulait être le maître de sa vie. Bien sûr, il voulait la vie éternelle, il voulait la paix, il voulait la liberté sur l'anxiété, il voulait tout ça, mais il ne voulait pas le faire s'il devait admettre qu'il était un pécheur parce qu'il avait désespérément besoin, pour préserver son propre sens, de l'estime de soi. Et d'autre part, il n'y avait pas moyen qu'il soumette sa vie à la seigneurie de quelqu'un d'autre. Et ce sont les conditions nécessaires pour amener les gens à Christ.

Ainsi, la connaissance de votre témoignage alors qu’elle est mélangée avec les Écritures signifie que vous confrontez les gens avec la Parole de Dieu. La Parole de Dieu dit que vous allez avoir à traiter avec le péché et la seigneurie de Jésus-Christ.

Maintenant, il y a une autre chose que vous devez faire selon les éléments d'un témoignage efficace, et c'est la suivante : Vous devez reconnaître que vous êtes dépendant de la puissance de l'Esprit de Dieu. Vous dites : «Eh bien, pourquoi est-ce important ? » Parce que cela vous empêchera de manipuler les gens. C’est très facile parfois de toucher quelqu'un qui est émotionnellement agitée et vraiment dans un besoin désespéré de sorte que vous réussissez à le manipuler à faire quelque chose. Et donc vous voulez être sûr que vous ne faites pas cela. Donc, vous dépendez de l'Esprit de Dieu. Hé, personne n'a jamais été sauvé par votre intelligence, ou la mienne, ou de quelqu'un d'autre. Vous ne dupez pas les gens à devenir chrétien. C'est un miracle, n’est-ce pas ? Et ce miracle est un miracle surnaturel. Et donc nous sommes dépendants de l'Esprit de Dieu.

Vous savez, j'aime cette histoire dans Actes 16 sur Lydie ... Je l'appelle Lydie, la femme libérée. La Bible dit que Paul est venu annoncer l'Évangile ... et j'aime cela ... et le Seigneur lui ouvre le cœur. N’est-ce pas bon ? Le Seigneur lui ouvrit le cœur. Vous savez, quelqu'un m'a dit il y a un an, « Etes-vous en détresse quand les gens ne répondent pas à l'Évangile ? Quand ils ne viennent pas pour recevoir Jésus-Christ ? » Et je dis : «Eh bien, mon cœur est triste, mais Dieu ne m'a jamais appelé à sauver les gens, il m'a seulement appelé à leur prêcher l'Evangile. Le Salut est son domaine. Donc, je n'ai pas beaucoup d'anxiété à ce sujet. Si je suis fidèle en prêchant clairement l'Évangile, c’est tout ce que je peux faire. Je ne vais pas les manipuler à faire quelque chose qu'ils font émotionnellement qui n’est pas authentique. Et je ne vais pas croire que je suis la personne qui sauve des gens.

Vous savez, je étais assis dans une église et je me préparais à prêcher dans le Wisconsin, et le pasteur est un cher ami. Il s'est penchait vers moi et a dit : «Tu vois ce gars dans la première rangée ? » J'ai répondu oui. Il dit : «C'est un de mes convertis. » Je dis: «Vraiment ? » Il continue : «Ouais, le mien pas celui du Seigneur. » Je dis : «Le tien, pas celui du Seigneur ? » Il marquait vraiment un point, n’est-ce pas ? «Ce fut un gars que j’avais encouragé à s'impliquer avec le Christ mais le Seigneur n'avait jamais changé son cœur. » Parfois, cela peut nous arrive. Vraiment ! C’est bon quand vous le reconnaissez parce que vous savez que vous devez dépendre de l'Esprit de Dieu.

Qui nous condamne du péché, de la justice et du jugement ? Jean 16 : 7 à 11, c’est l'Esprit. Jésus dit : «Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement ». Donc, dès le début, vous dépendez de la Parole de Dieu qui vient dans votre vie à travers l'Esprit de Dieu, qui vient à travers la Parole, qui dépend de l'Esprit de Dieu pour convaincre. Donc, tout cela c’est de l'Esprit. Et puis il dit : «Nous sommes nés ... Jean 3 ... né de l'Esprit. » Le deuxième chapitre d'1 Corinthiens nous affirme cela. Permettez-moi de vous le mentionner. 1 Corinthiens chapitre 2, d'attirer votre attention sur le fait que c’est un passage très familier, mais qui nous dit au verset 9 : « Comme il est écrit, ce sont des choses que l'œil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de l'homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l'aiment. » Vous savez ce que cela dit ? Les hommes sur leurs propres termes ne peuvent pas comprendre ce que Dieu a pour eux. Ainsi, la personne non sauvée ne peut pas comprendre le salut avec toute sa bénédiction et ses bénéfices. Il ne peut pas. Il dit : « les choses que l'œil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues... ». Cela signifie qu'il n’est pas disponible objectivement. Vous savez, ce n'est pas empiriquement disponible. Il n’est pas là où vous pouvez le saisir. Et puis il dit : «qui ne sont point montées au cœur. » Il n’est pas disponible subjectivement ou rationnellement. Donc, il ne peut pas le savoir en dehors de lui-même. Il ne peut pas le savoir en dedans de lui-même. Comment va-t-il le savoir ? « Dieu nous le révèle par l'Esprit. » Verset 10.

Ainsi, lorsque vous témoignez à quelqu'un, il faut vraiment regarder l'Esprit de Dieu faire son œuvre. C'est une merveilleuse confiance, n’est-ce pas ? C’est également une chose merveilleuse de faire partie de cela, à savoir que l'Esprit de Dieu nous utilisera quand nous sommes impliqués. Et cela nous amène à notre responsabilité. Nous parlons de la responsabilité du Saint-Esprit, et quelle est notre responsabilité ? Maintenant, parlons de la méthode actuelle. Comment pouvons-nous faire ? Permettez-moi de voir si je peux cristalliser certaines des choses que nous avons partagées.

Tout d'abord, je tiens à dire que vous devrez commencer par votre témoignage personnel : comment le Christ est venu dans votre vie. Afin qu'ils ne le voient pas comme une sorte de chose très bizarre, vous le savez, que vous êtes allé dans un coin très clandestin d'une cathédrale et Dieu a fait quelque chose pour vous de mystérieux. Vous savez comment c'est ..., vous entendez les gens qui donnent leur témoignage tout le temps, en disant : «Eh bien, l'autre jour, je conduisais sur l'autoroute et Dieu m'a parlé et sauvé » ou «Je étais assis dans mon salon et le Seigneur m'a convaincu. J'étais près de mon lit, je parlais à mon ami, ou je étais dans un restaurant, ou je me trouvais dans un culte à l'église... » C'est très diversifié, n’est-ce pas ? Je veux dire, vous tous, à différents endroits, sous différentes circonstances ... afin que les gens ne cherchent pas quelque chose de très mystique, partagez votre témoignage tout simplement.

J'ai été élevé dans une famille chrétienne. Nous avons des prédicateurs dans notre famille : cinq ... Je suis la cinquième génération de prédicateurs. Si vous êtes un garçon dans notre famille et pas un prédicateur, vous devez vous défiler, vous savez, ils attendent cela. Donc, j'ai été élevé dans l'église. Mais, vous savez, vous pourriez être élevé dans l'église et ne pas connaître le Seigneur. Je veux dire, vous pouvez être entouré de chrétiens et ne jamais personnellement prendre votre propre décision. Et j’étais un petit gars... et mon père était en train de faire une réunion d'évangélisation. j'étais là, toute notre famille était là. Nous étions dans cette petite ville de l'Indiana d'où vous êtes, Barbara. Nous étions dans l'Indiana. Et mon père prêchait tous les soirs dans cette église et nous passions un grand moment. Et l'un des gars dans l'église avaient des enfants et les enfants m'ont dit : «Viens, nous allons faire quelque chose aujourd'hui. » J'étais juste un petit gars d'environ huit ou neuf ans. Ils nous ont emmenés dehors et ils ont vandalisé l'école, vous voyez, et renversé des bacs à sable et des bureaux et des puits d'encre. Je veux dire, j'étais avec eux. Et je ... vous savais, vous voulez être un des gars, n’est-ce pas ? Lorsque vous avez neuf ans, c’est la chose à faire. Nous étions logés chez le pasteur, vous voyez, donc nous étions dans la maison du pasteur et ce gars est venu à la porte et a cogné à la porte pour dire : «Certains enfants ont vandalisé l'école et nous allons vérifier le quartier ». Petit village, n’est-ce pas ? « Et nous nous demandions si votre fils n’aurait pas été impliqué, » ils ont dit à mon père, le visiteur. « Oh non, mon petit Johnny » et il fait un grand discours, vous savez, sur le merveilleux petit enfant. Et je suis dans le fond de la pièce et je sens que mes oreilles deviennent de plus en plus rouge. Je n’ai jamais avoué à mon père jusqu'à mes dix-huit ans. Je veux dire, je ne trouvais pas le courage de le lui dire, je voulais attendre le plus longtemps possible, n’est-ce pas ? Jusqu'à ce que je sois plus grand que lui, au moins.

Mais, vous savez, ce soir-là, je suis allé à la réunion et je me suis assis à l'arrière de la salle et j'étais tellement submergé par la culpabilité de ce que j'avais fait que lorsque la réunion était terminée et qu'il quittait l'église, je lui ai dit, « Hé, papa, pourrais-je te parler ? » Il a dit : «Bien sûr, Johnny. » Et donc ils ont fermé la porte, je n'oublierai jamais, nous nous sommes assis sur les marches dans le noir en dehors de cette église et je lui ai dit : «Je pense que j’ai besoin de Jésus-Christ dans ma vie. » Et ce fut à cause de la culpabilité. Et ainsi sur les marches, nous avons prié ensemble et je pense que j'avais environ huit ou neuf ans. Et ce fut le début d’une connaissance personnelle du Christ.

Plus tard dans ma vie, j'ai eu un accident de voiture, j'ai été jeté dehors et j’ai glissé le long de la route en me blessant considérablement. C'est là que j’ai vraiment tout donné au Seigneur dans ma vie avec l'obéissance. Mais je pense que c'est une bonne façon de commencer un témoignage parce que le Christ nous met dans une situation de vie réelle. Donc, quand vous témoignez à quelqu'un, commencez avec ce que le Christ a fait dans votre propre vie. Je pense que c'est un bon point de départ. Vous pourriez même faire ajouter, si vous étes assez vieux pour savoir cela, votre ancienne insatisfaction et comment le Christ vous a transformé.

Je n'oublierai jamais cet enfant de cinq ans qui a prié une fois dans une salle de prière, il dit, «O Dieu, sauve-moi car je suis un misérable pécheur. » Vous savez, comment pouvez-vous être misérable à cinq ans ? Mais, en fait, vous devez, je pense, commencer par-là parce que cela montre que vous êtes une vraie personne, une personnes comme tous les autres. Et puis quand vous expliquez votre conversion, faites une transition vers les Écritures et laissez-les parler. Hé, la Parole de Dieu est vivante et ... quoi ? ... puissante ! Donc, vous voulez utiliser la Parole de Dieu. Mettez les versets dans le bon ordre, vous devez montrer aux gens qu'ils sont pécheurs, « Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu». Jean 1 : 12. Vous savez, faites-le avec la Parole de Dieu. Utilisez l'Écriture. Vous pourriez même les prendre dans Jean 3... le compte de Nicodème. Ou vous voulez peut-être aller à Matthieu 19 et parler du jeune homme riche et pourquoi il ne venait pas au Christ, pourquoi il n'est pas devenu croyant. Utilisez l'Écriture.

Et puis mettez l'accent sur la loi. Soulignez la loi de Dieu, la loi brisée de Dieu, afin que les gens se voient comme pécheurs qui ont besoin du salut, ayant infiniment violé le Dieu saint. Vous savez, vous ne pouvez pas prêcher la bonne nouvelle sans commencer par les mauvaises nouvelles, n’est-ce pas ? Vous ne pouvez pas prêcher la grâce à moins qu'ils comprennent la Loi. Et ils ne comprendront jamais la miséricorde, à moins qu'ils comprennent le Jugement. Donc, vous devez parler de la Loi de Dieu. Quand l'Épître aux Romains commence, et Romains c’est l'Évangile, n’est-ce pas ? Le livre de Romains, au chapitre 1, chapitre 2, chapitre 3 : mais il y a un acte d'accusation de la race humaine. Et puis quand vous avez suffisamment parlé de l'accusation, vous pouvez lire dans Romains 3 : «Leur bouche est pleine de malédiction et d'amertume ». Je veux dire, personne ne peut dire quoi que ce soit. Vous ne pouvez pas vous défendre contre la violation de la loi de Dieu. Dans ce qui vient de l'Évangile de Jésus-Christ. Donc, vous devez parler de la Loi avant de parler de la grâce de Dieu.

Maintenant, vous affirmez, après avoir parlé à ce sujet, de la nécessité de se repentir de leur péché. Jésus est venu et Son message était : repentez-vous, car le Royaume est proche. Tournez ... le prophète a dit ... faites demi-tour, faites demi-tour. Et donc nous voulons parler de cela et de la soumission, à l'obéissance à Jésus-Christ. Dites ce que vous avez fait : j’ai reçu Jésus-Christ - Romains 10 : 9 et 10, «Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c'est en croyant du cœur qu'on parvient à la justice et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut ». Vous devez croire les bonnes choses, mais il faut aussi confesser Sa Seigneurie.

Maintenant, je ne crois pas que vous puissiez comprendre tout cela. Vous savez, quand une personne vient à Christ, je ne pense pas qu'ils comprennent les implications de Sa Seigneurie. Je ne pense pas qu'ils comprennent toutes les implications de ce que signifie se détourner du péché. Mais je pense qu'il y a une détermination ici et je veux vraiment vous dire que je crois que c’est le travail de Dieu. Je ne pense pas qu'une personne normale se détourne lui-même de son péché. Je pense que cela fait partie du travail du salut. Et je ne pense pas qu'une personne en dehors de Christ affirme la Seigneurie du Christ, car cela fait partie du travail de salut aussi. Voilà pourquoi Jésus a dit : « Avec les hommes, c’est impossible, mais avec Dieu toutes choses sont possibles. » Vous voyez, les hommes ne vont pas faire demi-tour et les hommes ne vont pas affirmer la Seigneurie du Christ. Mais Dieu peut travailler le cœur pour le faire car c’est nécessaire.

Eh bien, nous avons le temps pour une autre question.

QUESTION : Une fois que vous avez le privilège de diriger une personne au Seigneur, quelles responsabilités avez-vous dans la vie de cette personne ?

JOHN : C'est très important ! Maintenant, vous parlez du suivi. Que faites-vous après ? Nous avons tous eu l'occasion peut-être d'amener quelqu'un à Christ et ils sont partis, nous ne pouvons pas les trouver, nous ne savons pas où ils sont et nous avons pensé qu'ils étaient si authentiques. Eh bien, cela nous rappelle que nous ne pouvons pas toujours reconnaître le blé de l'ivraie ? Mais comment voulez-vous les suivre ? Permettez-moi de vous donner juste quelques choses simples de base. D'accord ?

Certains éléments de base, et je pense qu'ils se trouvent dans un seul passage, et ce pourrait être utile de le regarder. C’est dans 1 Corinthiens, chapitre 4, et cela s’écoule de la relation de Paul aux Corinthiens. Maintenant, il dit cela dans 1 Corinthiens 4 verset 15, «c'est moi qui vous ai engendrés en Jésus-Christ par l'Evangile. » D'accord, il dit que je vous ai conduit à Christ, que vous êtes mes enfants spirituels. Il les a donc amenés à Christ. Maintenant, quelle est sa responsabilité ? Il se présente comme celui qui les a amenés à Christ et que fait-il ? Regardez, tout d'abord, le verset 14, «Ce n'est pas pour vous faire honte que j'écris ces choses ; mais je vous avertis comme mes enfants bien-aimés. » C’est la première chose. Je pense que vous devez aimer quelqu'un. Je pense que vous devez faire preuve d'une réelle préoccupation pour cette personne. Et c'est la clé pour assurer le suivi. Ils ont besoin de savoir que vous les aimez. Et qu'est-ce que cela signifie d'aimer quelqu'un ? Ressentir de l'émotion à leur sujet ? Avoir la chair de poule spirituelle ? Non, Dieu a tant aimé le monde qu'il a ... quoi ? ... Il a donné. Et si vous aimez votre frère, 1 Jean 3 dit, si vous dites que vous aimez votre frère et vous fermez votre compassion, vous ne l'aimez pas du tout. Et Jésus a dit dans Jean 13 qu'Il voulait que Ses disciples aiment comme Il avait aimé et Il les avait tout simplement aimés en leur lavant les pieds sales, répondant à leurs besoins, rendant service, un service sacrificiel ... qui est l'amour. Et je crois que la meilleure façon de suivre quelqu'un est de démontrer que vous les aimez vraiment en donnant un peu de votre propre temps, vos propres priorités, vos propres initiatives pour vous investir dans leur vie. Et c'est là que ça commence. Hé, Paul dit continuellement aux églises où il évangélisait, «Je désire vous voir », n’est-ce pas ? « Il me tarde de revenir et de compléter ce qui manque à votre foi. » Et il dit : «Bien que je vous aime plus et vous m’aimez moins pour cela, je vais continuer à vous aimer. » Vous voyez, il se donnait à ces gens. Il se présentait à eux. Je veux dire, il était malade, il était près de la mort, c’était Epaphrodite qui était avec lui dans sa relation avec une autre église, cela fait partie de l'abandon de soi-même et l'amour est la clé pour assurer le suivi. Je pense que ce que je veux dire, c'est de ne pas leur remettre un tas de livres de suivi sans leur donner votre vie et votre cœur.

Il y a quelques autres éléments à voir dans ce passage. Verset 14 : «Je vous préviens »... Je pense que cela en fait partie aussi, n’est-ce pas ? Vous ne pouvez pas élever un enfant en affirmant seulement votre amour pour lui. Vous devez également l'avertir, n’est-ce pas ? Continuez à faire que cela et vous allez avoir un problème. Voilà ce que la Bible appelle un avertissement. C’est avertir en vue du jugement. En d'autres termes, si vous continuez à aller dans cette voie, vous allez avoir des problèmes. Donc, si vous voulez vraiment suivre quelqu'un, vous devez l' avertir pour qu'il ne se trompe pas de chemin.

Maintenant, il y a d'autres éléments dans ce passage, et nous devons en parler. Permettez-moi de vous montrer celui-ci. Nous devons être un exemple. Il dit au verset 17 : «Pour cela je vous ai envoyé Timothée, qui est mon enfant bien-aimé et fidèle dans le Seigneur; il vous rappellera quelles sont mes voies en Christ, quelle est la manière dont j'enseigne partout dans toutes les Eglises. » Je vais vous envoyer un gars qui est tout comme moi, vous pouvez le suivre. Maintenant, Paul dit à plusieurs reprises, dans le cas des Corinthiens, il leur dit dans le onzième chapitre, «Soyez mes imitateurs comme je suis celui du Christ. » Je pense qu'il est essentiel d'être un exemple. C'est quoi un exemple ? Vous mettez votre vie à côté de la leur, n’est-ce pas ? Et vous continuez à marcher dans la vie chrétienne et leur faire voir comment vous faites. Et tel est le suivi le plus puissant qui soit. Vous êtes littéralement un contre un pour leur enseigner la vie biblique ... leur enseigner un style de vie sanctifié. Voilà comment vous devez les suivre.

Il y a d'autres choses ... l'enseignement. Il parle à la fin du verset 17 de son enseignement partout dans chaque église. Je pense que le suivi implique la contribution. Elle implique de leur dire la vérité de Dieu, ils ont besoin de l'entendre. Et puis dans les versets 18 et 19, il continue à parler du fait que s’ils ne se conforment pas quand Il arrive, Il va venir avec une tige. Et cela signifie la discipline. Il y a des moments où nous devons discipliner les gens. Comment vous punissez quelqu'un que vous suivez ? Je pense que verbalement vous les affrontez, vous dites : «Hé, vous devez arrêter de faire ça. Je veux vous aider à changer ce modèle dans votre vie. » Il doit y avoir une volonté de faire face à quelqu'un. Vous dites : «Eh bien, je ne veux rien dire à ce sujet. Qui suis-je pour dire ... J'ai mes propres problèmes. » D'accord, vous enlevez d'abord la poutre de votre œil, et puis vous travaillez sur celle de leur œil, mais vous ne pouvez pas les laisser seuls. Vous n’allez pas les aider si vous ne dites pas ce qui doit être dit.

Eh bien, j'espère que ces choses vous donneront un début de base. Nous avons parlé de qui peut témoigner et nous avons dit essentiellement que toute personne qui est un chrétien peut témoigner, et doit témoigner et témoigne parce qu'il a une relation personnelle avec Jésus-Christ. Nous avons dit que le témoignage est simplement témoigner au monde qui regarde Jésus-Christ qu'Il est Celui qui peut faire ce qu'Il dit qu'Il peut faire. Nous avons parlé du fait que le témoignage est essentiel et qu'il y a un prix à payer, n’est-ce pas ? Il y a un prix sacrificiel à payer. Nous avons dit que c’est nécessaire parce que nous avons été commandés de le faire et nous sommes équipés pour le faire. Après tout, nous connaissons le Seigneur Jésus-Christ. Et puis nous avons parlé de quelques-uns des outils qui le rendent efficace et nous avons parlé des méthodes, comment partager notre témoignage et comment se servir de la Parole. Et ensuite nous avons parlé du suivi.

Cela fait un petit paquet. Et si nous pouvons travailler sur ces choses et se souvenir de ces choses et peut-être, peu à peu, les mettre en pratique alors que nous communiquons Christ, je crois que Dieu sera honoré par notre façon de témoigner. Partageons ensemble un mot de prière.

Merci, notre Père, pour le grand privilège d'être les ambassadeurs de Jésus-Christ d'avoir la tâche d'appeler des hommes à Lui, en Lui en devenant Ses témoins. Père, nous ne pouvons pas comprendre pourquoi Tu veux faire de nous Tes témoins car nous sommes si fragiles et faibles et pourtant nous savons que, par la puissance de l'Esprit de Dieu, Tu peux nous utiliser. Nous Te remercions pour ce privilège. Pour la gloire de Jésus-Christ, nous prions. Amen.

FIN

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

Donation:
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize