Grace to You Resources
Grace to You - Resource

(Citations Bibliques: Version Segond 21 sauf autre mention.)

Prenez vos Bibles s’il vous plaît, et regardons à Éphésiens chapitre 1 – Éphésiens chapitre 1, et nous examinons aux versets 15 à 23 en ce moment, ce que le croyant possède en Christ – les ressources du croyant. Pour certains d’entre vous, qui faites partie de l’Église de la Grâce depuis quelques temps, c’est, comme Pierre disait, « Vous rappeler ces choses que vous connaissez déjà. » Pour d’autres qui n’avez jamais rencontré ces vérités, j’espère que ce sera l’une des plus merveilleuses découvertes de votre vie, lorsque vous commencerez à saisir la réalité des ressources mises à votre disposition par le salut qui est en Jésus Christ.

Laissez-moi introduire ce sujet aujourd’hui en vous disant un souci que j’ai exprimé devant vous dans d’autres circonstances. Il y a de nos jours dans le christianisme d’Amérique, et peut-être aussi dans d’autres lieux, une tendance qui me pèse. Elle me trouble. Je l’ai souvent appelée la quête de quelque chose de plus. C’est l’idée courante que d’être en Christ n’est pas suffisant, être « en Christ » ne donne pas tout ce qu’il y a à recevoir, alors vous devez chercher quelque chose d’autre.

Nous entendons souvent des gens parler de recevoir plus de Christ, recevoir plus de Jésus, recevoir plus du Saint Esprit, recevoir plus de puissance. Ceci est plutôt courant, comme si les ressources de Jésus Christ vous étaient données au compte-gouttes, comme une prescription pharmaceutique, une dose à la fois, comme si vous deviez atterrir au bon endroit pour l’obtenir, ou vous qualifier par un rituel ou une routine particulière.

Je me souviens avoir parlé à ce sujet avec une dame qui disait : « Franchement, je cherche tout ce que je peux recevoir, parce que » - disait-elle – « je veux recevoir de Jésus tout ce qui est là. » Eh bien, une telle chose sous-entend que lorsque vous avez été sauvé, vous n’avez pas reçu tout ce qu’il y a à recevoir de Jésus. C’est comme si on en avait le droit, mais qu’on n’avait rien reçu dans son cœur, dans son esprit.

Est-ce vrai ? Est-ce de la bonne ou de la mauvaise théologie ? Devons-nous recevoir davantage de Jésus ? Davantage de Dieu ? Davantage du Saint Esprit ? Plus de puissance? Ou bien avons-nous tout dans le salut ? C’est un point très important, et au moins pour commencer, regardez la réponse.

Avant de considérer Éphésiens, regardez avec moi 2 Pierre chapitre 1, verset 3. Voici ce que dit la Parole de Dieu. « Sa divine puissance nous a donné tout ce qui est nécessaire à la vie et à la piété en nous Le faisant connaître. » et vous pouvez vous arrêter là. C’est un verset assez clair. Par Sa divine puissance, nous avons déjà reçu tout ce qu’il faut pour la vie et la piété, par la connaissance de Christ.

Autrement dit – écoutez cela – la vue biblique de la doctrine du salut est que le salut accorde tout au croyant en Christ, et il n’est pas nécessaire de rechercher quelque chose de plus. En fait, une telle recherche, réellement, bien que ceux qui s’y lancent ne le reconnaissent pas, sape en fait l’essence de la doctrine du salut. On défait ce que Jésus dit lorsqu’il a déclaré : « Tetelestai, tout est accompli », ou terminé, ou achevé, ou complet. Et on dit que quelque chose manque, qui doit être recherché.

Une bonne manière d’illustrer ce conflit particulier est de regarder également, un instant, en guise d’introduction, à Colossiens chapitre 2. Or, l’Église de Colosses était comme beaucoup de ces Églises primitives du monde romain. Elle était exposée à toutes sortes d’hérésies, il y avait une hérésie dominante dans la situation de Colosses que l’on pouvait faire remonter probablement jusqu’aux Esséniens, mais nous n’entrerons pas là-dedans aujourd’hui, parce qu’il semble qu’elle lui ressemblait le plus. Mais il y avait une hérésie qui disait essentiellement ceci : « Christ ne suffit pas.  Vous devez obtenir davantage. » Donc réellement c’est la même chose que nous voyons aujourd’hui. Ses racines venaient d’aussi loin que du deuxième chapitre des Colossiens.

Mais l’apôtre Paul écrit cette lettre aux Colossiens pour essayer de leur rappeler que Jésus Christ est absolument, totalement, complètement suffisant, et dès le chapitre 1, il l’indiquait lorsqu’il disait : « Il nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé. » Puis il continue pour décrire le Fils comme « l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. En effet c’est en lui que tout a été créé… Il est la tête du corps qu’est l’Église … et, » - verset 19, « toute sa plénitude habite en lui. »

En d’autres termes, voyez-vous, Paul essaie de dire que la plénitude est en Christ. Comme nous le verrons dans Éphésiens 1, c’est Christ, réellement qui est tout. C’est Christ qui remplit tout, en Lui se trouve toute plénitude, et lorsque nous sommes en Lui, toute plénitude est en nous. C’est le message d’Éphésiens, comme en Colossiens. De même, en arrivant au chapitre 2, vous voyez encore la même chose, et je vais vous montrer ce que je veux dire.

L’Église de Colosses était confrontée à ces gens qui disaient que vous avez besoin de Christ plus d’autres choses, et le « plus » est ce qui vous rend spirituels. Le « plus » est ce qui vous élève. Le « plus » est ce qui vous donne réellement le meilleur, et suivent les « plus » qu’ils offrent : premièrement, ils disaient qu’il fallait avoir Christ plus la philosophie, et dans cette situation, ce qui se passait était qu’ils avaient leur propre sagesse humaine à ajouter à la réalité de Christ. C’était Christ plus la philosophie humaine.

Et ce pourrait être une bonne image de ce que nous connaissons aujourd’hui dans le libéralisme, la néo-orthodoxie, le modernisme. On commence avec Christ, mais c’est Christ plus la sagesse humaine, la raison humaine, la logique humaine, la philosophie humaine, et c’est exactement contre cela que Paul les avertit au verset 8 du chapitre 2 : « Faites attention : que personne ne vous prenne au piège par la philosophie, par des tromperies sans fondement qui s’appuient sur la tradition des hommes, sur les principes élémentaires qui régissent le monde, » - et ces deux phrases représentent l’ABC de la religion humaine, ce qui est philosophique plus que théologique – « et non sur Christ. » Autrement dit, Christ est suffisant, ne laissez personne vous dire que vous devez avoir Christ plus la philosophie.

Deuxièmement, ces trompeurs suggéraient non seulement qu’il fallait avoir Christ plus la sagesse humaine pour être spirituel, mais il fallait Christ plus le légalisme. Au verset 16, il dit encore : « Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou à propos d’une fête, d’un nouveau mois ou du sabbat. » En d’autres termes, ne laissez personne évaluer votre spiritualité sur la base de rites que vous observez, car, verset 17 : « Tout cela n’était que l’ombre des choses à venir, mais la réalité est en Christ. » Donc ce n’est pas Christ plus la philosophie, et ne c’est pas Christ plus le légalisme.

Troisièmement, les trompeurs auxquels les Colossiens faisaient face disaient que c’était Christ plus les expériences mystiques – le mysticisme. Regardez au verset 18. Il continue : « Que personne, sous prétexte d’humilité et d’un culte des anges, ne vous conteste à son gré le prix de la course ; » (Colombe) - c’est vraiment de la fausse humilité. – « un tel homme s’abandonne à des visions. » (Colombe) Le texte grec dit : « … il impose des choses qu’il « a » vues. »

Donc il existe des gens qui disent : « Eh bien, il ne suffit pas d’avoir Christ, vous devez avoir une vision, vous devez parler à un ange, vous devez avoir une expérience plus profonde, une expérience extraordinaire, une vision céleste. » Et cela leur donne un sens de fausse humilité qui en fait se transforme, selon la fin du verset 18, en « un esprit enflé d’orgueil sous l’effet de ses pensées toutes humaines. » Vous voyez, certaines personnes disent que c’est Christ plus ces expériences qui vous donnent quelque chose de plus, ou c’est Christ plus le légalisme qui vous donnent quelque chose de plus, ou c’est Christ plus la philosophie qui vous donnent quelque chose de plus.

Et puis, quatrièmement, il dit qu’il y a même l’ascétisme – l’ascétisme étant un déni de soi, un genre de vie monacale, une vie cloîtrée, entrant dans une existence d’ermite, et il en parle aux versets 20 à 23, les gens, le genre de religion terrestre, « les principes élémentaires qui régissent le monde », de nouveau la même phrase, signifiant les bases de la religion humaine qui dit : « ne prend pas ! Ne goûte pas ! Ne touche pas ! » et il continue de parler du fait de mépriser le corps, à la fin du verset 23, et tout à l’avenant.

C’est comme la flagellation, et tout ce que l’on fait pour humilier son corps, ce qui est de l’ascétisme, le genre de vie monacale, le déni de soi, la privation. Mais l’important est ceci : Il y a toujours eu, depuis Colossiens 2 et dans toute l’Église et il y aura toujours des gens qui diront que d’avoir Jésus Christ, malgré Son merveilleux acte de salut, n’est pas suffisant. Vous devrez encore faire « ceci » pour tout avoir.

Et la réponse de l’apôtre Paul à cela est : ne laissez personne embrouiller votre esprit avec ces balivernes, et la clé est dans chapitre 2 de Colossiens, versets 9 et 10. « En effet c’est en lui » - et le « lui » remplace le « Christ » du verset 8 – « qu’habite corporellement toute la plénitude de la divinité. » Y a-t-il quelque chose qui manque en Christ ? Oui ? – Non ! Rien ne manque en Christ ! Verset 10 : « Par votre union avec lui, vous êtes » - Quoi ? – «pleinement comblés … » (Semeur).

Donc l’essence de ce que Paul dit est ceci : Vous n’avez besoin de rien d’autre ! Vous n’avez besoin de rien d’autre ! C’est fait ! C’est acquis ! C’est accompli ! Vous avez été ensevelis avec Lui dans le baptême ! Vous avez été ressuscités des morts avec Lui ! Vous êtes comblés en Christ ! Voilà la doctrine du salut que le Nouveau Testament enseigne, et mes amis, il n’y a aucune raison de pourchasser quelque chose de plus.

Il ne s’agit pas de trouver autre chose, il s’agit simplement d’utiliser les ressources déjà à disposition résidant dans le croyant en Christ. Voilà l’essentiel, et c’est ce dont Paul parle dans Éphésiens 1. Revenons-y !

Or, aux versets 3 à 14 d’Éphésiens 1, Paul a soigneusement décrit les ressources et la position du croyant en Christ. Il nous a dit qui nous sommes et ce que nous possédons. C’est une déclaration absolument fantastique et magnifique sur le salut et sur ce qu’il produit, et rien ne manque. En fait, au verset 3, il commence par le dire clairement, car il est dit : « Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a bénis de » - quoi ? – « toute bénédiction spirituelle … » C’est au passé. C’est fait! Il l’a déjà fait en Christ.

Ecoutez ! Ces vérités sont si profondes, si larges et si englobantes, si loin au delà de ce que peut concevoir l’esprit humain, qu’après avoir présenté toutes les grandes vérités de notre position en Christ, de nos ressources en Christ jusqu’au verset 14, il s’arrête au verset 15, et se met à prier pour que le lecteur comprenne la réalité de ce qu’il vient de dire, parce que cela dépasse la compréhension humaine. Et c’est pour cela que, dans Actes 6, il est dit qu’un bon serviteur de Dieu s’adonne à l’étude de la Parole et à la prière.

Il étudie la Parole pour enseigner les vérités à son peuple, et il prie que Dieu envoie Son Esprit pour les aider à la comprendre parce que l’esprit humain ne peut la saisir, même un esprit humain régénéré. Il faut qu’une œuvre spéciale de l’Esprit de Dieu se fasse en lui, et c’est pour cela que 1 Jean 2 :27 dit que Dieu nous a donné une onction, et cette onction est l’Esprit de Dieu qui nous enseigne toutes ces choses, de sorte que nous ne dépendions pas de ce que l’homme enseigne, fût-ce le meilleur.

Ainsi donc Paul s’arrête après cette grande proclamation de la position et des ressources, et dit : « Je prie que Dieu … vous donne un esprit de sagesse et de révélation qui vous Le fasse connaître. » C’est ce qu’il dit au verset 17, que vous puissiez comprendre ces choses.

Mes amis, je vous dis ceci, je le redirai toute ma vie jusqu’à ma mort, vous ne pourrez jamais vivre des principes que vous ne comprenez pas. Dieu veut que vous appreniez les vérités et l’Esprit est l’Enseignant qui prend la Parole de Dieu et la rend vivante pour votre compréhension.

Ainsi Paul interrompt son message et débute sa prière au verset 15 : « C’est pourquoi » - lisons-le – « moi aussi, après avoir entendu parler de votre foi dans le Seigneur Jésus et de votre amour pour tous les saints, je ne cesse de dire toute ma reconnaissance pour vous lorsque je fais menton de vous dans mes prières. » Et qu’est-ce que je prie pour vous ? « Je prie que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation qui vous le fasse connaître. Je prie qu’il illumine les yeux de votre cœur. » Arrêtez-vous là.

« Je prie pour vous, » dit-il. « Je ne prie pour rien de plus que ceci, que vous puissiez simplement comprendre, et je demande à Dieu d’envoyer le Saint Esprit pour agir sur votre esprit humain pour produire un esprit de sagesse, un esprit de révélation pour Le connaître. » Et mes amis, je vous rappelle ce que je vous ai dit la dernière fois : c’est une œuvre du Saint Esprit.

Regardez un instant avec moi à 1 Corinthiens chapitre 2. Dans 1 Corinthiens chapitre 2, il est dit au verset 9 : « Mais comme il est écrit » - et ici il cite Esaïe – « ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu … » Autrement dit ce n’est pas perceptible humainement, extérieurement. Vous ne pouvez le voir, vous ne pouvez l’entendre. « Ce qui n’est pas monté au cœur de l’homme, » ce n’est même pas accessible à l’intuition. Vous ne pouvez même pas le savoir rationnellement. «  … Dieu l’a préparé pour ceux qui l’aiment. »

Ecoutez. Les choses que Dieu nous a données en Christ dépassent ce que peut penser l’esprit humain, comme ce que l’homme peut voir de ses yeux, entendre de ses oreilles ou toucher de ses mains. Alors, comment peut-on les obtenir ? Verset 10 : « Or c’est à nous que Dieu l’a révélé par son Esprit, car l’Esprit examine tout, même les profondeurs de Dieu. » C’est la seule manière pour nous de les connaître, et ainsi, le verset 12 nous dit que : « Nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin de connaître les bienfaits que Dieu nous a donnés par sa grâce. »

Ecoutez-moi. Certaines personnes veulent nous dire que, lorsque l’on devient chrétien, on ne reçoit pas le Saint Esprit. Si c’est vrai, vous ne comprendrez jamais aucun des principes que vous êtes censés vivre. C’est pour cela que Paul dit en Romains 8 :9 : « Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. » Tous les chrétiens ont l’Esprit. Il est l’Enseignant de vérité en résidence, Celui qui oint, qui habite, celui qui touche la pensée pour concevoir ce qui est au-delà du concevable, humainement parlant. Il est le seul, dit le verset 11 « qui peut connaître les pensées de Dieu. »

Ainsi Paul prie : « Oh Dieu, que Ton Esprit agisse sur leur esprit humain pour produire un esprit de compréhension pour qu’ils sachent quelle est leur position. » Mes amis, je vous le dis, si nous saisissons vraiment cela, waouh, ça change la vie ! Je ne peux que vous dire que lorsque j’en ai pris conscience, lorsque l’Esprit de Dieu m’a fait réaliser ce qui était mien en Christ, - et il m’enseigne encore parce que je ne suis pas arrivé - cela a littéralement changé toute ma perspective spectaculairement.

Mais Paul a trois choses à l’esprit, qu’il veut que nous comprenions ; trois vérités magnifiques, incomparables : un, que nous comprenions la grandeur des plans de Dieu ; deux, la grandeur de Sa puissance ; trois, la grandeur de Sa personne. Il est impossible de n’effleurer que la surface de ces réalités en une séance aujourd’hui. Ceci servira d’introduction. Vous commencez ici.

D’abord, Paul prie, « Oh Dieu, qu’ils comprennent la grandeur de Ton plan – Ton plan – pour eux. » Verset 18 : « Je prie qu’il illumine les yeux de votre cœur pour que vous sachiez quelle est l’espérance qui s’attache à son appel, quelle est la richesse de son glorieux héritage au milieu des saints. » C’est tout.

L’appel avant la fondation du monde, l’espérance après la fin du monde, tout le plan tient dans un verset, et il dit: « Je prie qu’ils puissent comprendre le plan. » Waouh, c’est si important de savoir qui nous sommes et ce que Dieu a préparé pour nous.

Regardons au verset 18, la première phrase : « Qu’il illumine les yeux de votre cœur … » Ceci nous fait entrer dans une pensée très importante. Le mot ici dans le grec, traduit dans certaines versions par « entendement » est le mot kardias d’où nous tirons le mot ‘cardiaque’. Que signifie ce mot ? Cœur. Littéralement le grec dit: « Que les yeux de votre cœur soient illuminés. »

Or ceci est très intéressant. La source de l’illumination spirituelle est Dieu. Nous voyons cela dans les versets 15 à 17 parce que c’est la prière de Paul à Dieu. Il sait que Dieu est la source de cette compréhension. Le canal de cette compréhension pour nous est qui ? Le Saint Esprit ! Son objet est à la fin du verset 17: « … Le connaître. » Paul dit : « Dieu, Tu agis par le Saint Esprit de sorte qu’ils puissent Le connaître… », que vous puissiez réellement connaître Dieu.

Et maintenant, voici l’organe de cette compréhension, la source étant Dieu. Le canal, l’Esprit, l’objet, que nous Le connaissions, l’organe pour cela est le cœur. C’est le cœur qui doit comprendre.

Mais nous avons un problème avec ce terme, donc il faut que je vous l’explique, car, pour nous, le cœur se rapporte aux émotions. La culture américaine a désigné le cœur pour faire référence aux émotions. Toutes nos chansons d’amour parlent du cœur, et nous nous passons des petits cœurs à chaque Saint Valentin. Chacun donne des cœurs aux autres, et c’est censé représenter nos sentiments – comment nous nous sentons. Mais ce n’est pas ainsi que les anciens le voyaient, et ce n’est pas du tout ainsi que les Juifs l’abordaient. Laissez-moi vous le montrer.

Les Juifs parlaient des sentiments non en termes de cœur, mais en utilisant le mot splankhnon, le mot grec, et ce mot se traduit par « entrailles ». D’accord ? Mais nous avons un sens différent pour ce mot. Nous ne pensons pas à ce mot aujourd’hui. Nous ne disons pas à notre conjoint : « Je t’aime de toutes mes entrailles. » C’est juste – vous savez, nettement quelque chose manque dans un tel terme.

Mais c’est précisément ainsi que les Hébreux auraient parlé, et c’est pour cela que ce mot apparaît si souvent, si fréquemment dans la Bible. Pourquoi ? Parce que l’Hébreu associait toujours - principalement, les sentiments avec les organes de son ventre. On dit parfois « ça demande des tripes ». Lorsqu’on a le trac, on peut avoir des troubles digestifs, on a mal et on le ressent au ventre. C’est l’endroit du ressenti. On ne sent pas dans son cœur. On le sent au niveau de l’estomac, et les Hébreux le voyaient ainsi.

Par exemple dans le Cantique des Cantiques, lorsque la fiancée et le fiancé se voient, il est dit: « Mes entrailles se sont émues. » (Segond 1910) Autrement dit, il y avait un sentiment d’anticipation et d’excitation à ce moment-là, et tout au long de l’Ancien Testament on en parle ainsi.

Même dans le Psaume 22, Christ est en train de mourir sur la croix et il parle de Ses entrailles qui souffrent, de Son agonie, et de Sa souffrance. Et dans Lamentations 2 :11, lorsque Jérémie pleure sur la destruction de son peuple, il est dit qu’il a mal dans ses organes internes, là dans les entrailles. « Mes entrailles bouillonnent, ma bile se répand sur la terre. » C’est là qu’il sent les choses.

Et dans 1 Jean 3:17 dans le Nouveau Testament, il est dit: « … si, voyant son frère dans le besoin, il lui ferme ses entrailles, comment l’amour de Dieu demeure-t-il en lui ? » (Segond 1910). Vous voyez, c’est là qu’on le ressentait, à l’estomac.

Et le cœur, dans l’esprit hébraïque ne signifiait pas les sentiments. Il signifiait la pensée. La pensée! C’est pour cela que kardias peut être traduit soit par « cœur » soit par « entendement ». « Car il est » - quoi ? – « tel que sont les pensées de son âme. » (Segond 1910) « La bouche exprime » - quoi ? – « ce dont son cœur est plein. » Le cœur est un processus de pensée. « Le cœur de l’homme est tortueux plus que tout et il est incurable. Qui peut le connaître ? » C’est la pensée. C’est la volonté, la pensée, la part d’entendement, et c’est vrai tout au long de l’Ecriture.

Alors attention: l’organe de la compréhension du croyant est le processus de pensée, non des émotions. Dieu ne fait pas appel à l’émotion. Il essaie de faire appel à la pensée et à la volonté, à la réflexion, et c’est ce que le terme kardias signifie. Le christianisme n’est pas prévu pour faire appel aux émotions. Les émotions sont faites pour ceci : elles doivent répondre à la pensée et lorsque vos émotions prennent le dessus sur votre pensée, vous êtes complètement débridé. Et tout christianisme qui fait appel au niveau émotionnel et qui le laisse dépasser la raison ne fait qu’attirer des ennuis parce que cela provoque des réponses hors de la vérité.

Laissez-moi vous donner un exemple. Regardez à 2 Corinthiens, chapitre 6, 2 Corinthiens chapitre 6, verset 11 : « Notre bouche s’est ouverte pour vous, Corinthiens, » - il y a comme un soupir dans cette introduction – « notre cœur s’est élargi. » Il dit : « J’ai l’esprit ouvert devant vous. » Il utilise le mot cœur. « Mon esprit vous est si ouvert. Oh, tout ce que j’ai à l’esprit de vous dire, ma volonté, tout ce que je sais, je veux vous le transmettre. »

Mais regardez au verset 13 : « Rendez-nous la pareille – je vous parle comme à mes enfants - élargissez-vous, vous aussi ! » Autrement dit, « Hé, j’ai quelques choses à vous apprendre, et nous devons accorder nos pensées là-dessus. Il faut de l’enseignement, de la compréhension mais il y a chez vous quelque chose qui fait obstacle. » Et c’est le verset 12, au milieu : « Vous n’êtes pas à l’étroit au-dedans de nous ; mais vos entrailles se sont rétrécies, » splankhnon.

Il dit : « Je ne peux pas ôter la vérité de Dieu de mon esprit et la donner à votre esprit, parce que vos émotions font obstacle. » Littéralement, le grec dit : « Ils étaient à l’étroit dans leurs entrailles. » Nous dirions de nos jours, qu’ils étaient émotionnellement crispés.

Et vous voyez ce qu’il dit ? L’œuvre de Dieu dans la vie des Corinthiens est bloquée parce que leurs émotions font obstacle au chemin de la vérité. Chaque fois que vous mettez vos sentiments devant la vérité de Dieu, vous coupez le chemin de la vérité, et l’émotion a libre cours. Le cœur doit venir avant.

Donc je souligne simplement que lorsqu’ Éphésiens 1 dit : « Qu’il illumine les yeux de votre cœur, » cela veut dire exactement ce que ça dit. Il parle de l’intelligence de votre système de pensée. Paul prie « Oh Dieu, que leur esprit puisse comprendre ces choses. » C’est si important!

Lorsque le Saint Esprit travaille dans la pensée du croyant, Il enrichit cette pensée pour comprendre la vérité divine qui est si profonde et essentielle, et ainsi la relier à la vie. Et c’est exactement ce que Paul voulait dire lorsqu’il disait aux Colossiens au chapitre 3, verset 16 : « Vous n’avez pas besoin de philosophie humaine. Vous n’avez pas besoin de sagesse humaine. Vous n’avez pas besoin de légalisme, d’ascétisme, de mysticisme. Voici ce dont vous avez besoin. Vous laissez la Parole de Christ demeurer en vous – comment ? - «dans toute sa richesse. » Colossiens 3 :16.

Tout est là, et je vais vous dire quelque chose. Si le Saint Esprit ne rend pas la vérité vivante, elle n’a pas le même effet. C’est ce que Paul dit : « Dieu, fais cela dans leur cœur. Ils le savent. Peut-être que ce n’est que sous forme squelettique. Oh, Dieu, par Ton Esprit, fais-le entrer profondément dans leur intelligence. »  

Je vais vous en donner une bonne illustration dans Luc 24, inutile de le chercher. Je ne vais que vous le rappeler. Les disciples sur le Chemin d’Emmaüs, vous vous souvenez? Ils marchaient. Jésus est tout près d’eux, et ils ont été avec Jésus trois ans et que s’est-il passé ? Ils ne L’ont pas reconnu, exact ? Ils Le connaissaient, mais ils ne L’ont pas reconnu. Je veux dire qu’ils savaient, mais ils ne savaient pas. Ils avaient toute l’information. Il était là mais ils ne le savaient pas.

Et à la fin, au verset 31 : « Puis leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent. Mais il disparut de devant eux. » Puis il y a ce commentaire : « Ils se dirent l’un à l’autre : » - j’aime ceci – «’ Notre cœur » - qu’est-ce que cela signifie ? Notre esprit, notre volonté – « ne brûlait-il pas en nous lorsqu’il nous parlait en chemin et nous expliquait les Écritures ?’ »

Vous voyez, avoir l’Écriture, avoir l’information, ne fait pas brûler votre cœur. C’est lorsque le Christ de Dieu l’a prise et l’a fait pénétrer profondément dans leur cœur que leur cœur a brûlé, et il en est de même aujourd’hui. Christ n’est pas ici, mais Son Esprit est ici, et Son Esprit vient à nous qui possédons la Parole, et Il la fait brûler dans notre pensée. C’est Son œuvre. C’est cela, voyez-vous, les yeux de notre cœur sont illuminés.

Et que veut-Il que nous comprenions lorsque nous sommes illuminés ? La première chose que je vous ai dite : la grandeur de Son plan. Regardez au verset 18 : « Que vous sachiez l’espérance qui s’attache à son appel, quelle est la richesse de son glorieux héritage au milieu des saints. » Je ne sais pas qu’ajouter à cela, mes amis, sauf qu’il dit tout ce qu’il y a dans toute la Bible, et je ne vais pas vous le redire du début à la fin.

Il dit simplement : « J’espère qu’ils comprennent ce que Tu as planifié pour eux. J’espère qu’ils comprennent ce que signifie que Tu les as élus et rachetés, que Tu leur as promis un héritage. J’espère qu’ils comprennent ce que veut dire avoir été appelés depuis avant la fondation du monde » - chapitre 1 verset 4 – « choisis en Lui pour avoir été rachetés afin d’hériter de tout ce qui se trouve dans le Royaume de Dieu, tout ce que Dieu pouvait concevoir pour Ses enfants. »

Comprends-tu le plan, mon ami ? Je veux dire, comprends-tu ce qui se passe ? C’est ce que Paul prie : » Oh Dieu, qu’ils comprennent que ce n’est pas qu’une quelconque arrière-pensée dans l’existence humaine. C’est le plan magistral du Dieu Eternel pour toujours et éternellement. » Vous avez été prévu magistralement pour cela depuis avant que le monde existe.

Ceci, mes amis, est notre identité et Paul sait bien que lorsque vous comprenez cela, vous êtes plus aptes à agir en conformité. Donc il dit : « Je prie qu’ils comprennent dans leur esprit la destinée éternelle du chrétien planifiée dans l’éternité passée, possédée dans le temps présent, et ancrée dans l’éternité à venir, » et Paul veut que nous le comprenions.

Savez-vous ce que cela signifie finalement pour moi ? Tout ce à quoi je pense là-dessus est : « Un jour je serai comme qui ? Jésus Christ ! Ceci est incroyable pour moi, que je puisse être conforme à l’image de Son Fils, que je puisse être comme Lui lorsque je Le verrai tel qu’Il est, que je puisse être cohéritier avec Christ. C’est le plan de Dieu, la grandeur de Son plan.

Et non seulement c’est un grand plan, mais c’est encore un plan riche. Regardez au verset 18. Il dit ce que cela implique : « La richesse de son glorieux héritage au milieu des saints. » Nous sommes des saints. Nous sommes les hagios. Nous sommes ceux qui sont saints, rendus saints en Jésus Christ et il y a un héritage – non seulement un héritage mais Son héritage glorieux, non seulement ça, mais les richesses de Son héritage glorieux.

Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que quoi que ce soit que Dieu a pour nous, aucun mot ne suffit pour le décrire. C’est trop ! C’est comme si Paul disait : « Cela continue encore et encore, l’héritage, la gloire de l’héritage, les richesses de la gloire de l’héritage. On n’en atteint jamais le fond. » C’est toute la grandeur des bénédictions du salut qu’il veut que nous comprenions.

Vous savez, lorsque vous comprenez cela, vous prenez conscience tout à coup, de qui vous êtes. Vous êtes un enfant de Dieu, et c’est le commencement et la fin de tout, et il n’y a rien d’autre à chercher. Je veux dire que c’est tout, les amis. Qu’allez-vous demander de plus que les richesses de la gloire de l’héritage des saints ?

Quelqu’un viendra dire : « Eh bien, je pense qu’il pourrait y avoir un petit peu plus par là. Mieux vaut chercher. » Il n’y a rien de plus. Les croyants doivent comprendre leurs ressources et c’est le commencement. Quel plan, et nous en faisons partie !

Ensuite, Paul prie que non seulement nous comprenions la grandeur de Son plan, mais la grandeur de Sa puissance – la grandeur de Sa puissance, verset 19: « Et quelle est l’infinie grandeur de sa puissance, qui se manifeste avec efficacité par le pouvoir de sa force envers nous qui croyons. »

Or, ceci a quelque chose d’humoristique. Le Saint Esprit l’a écrit, mais Il a toujours utilisé un agent humain. Et Paul ici, essaie de décrire combien nous sommes puissants, et il y met tous les mots auxquels il peut penser. En fait, rien que dans le verset 19, il y a quatre mots différents pour puissance.

D’abord vous voyez le mot « puissance » : « Quelle est l’infinie grandeur de sa puissance … » C’est dynamis, d’où nous tirons le mot dynamite.

Ensuite il y a, est-il dit: « le pouvoir … envers nous qui croyons ». Remarquez que cette puissance n’est que pour ceux qui croient. C’est pour ceux qui sont sauvés. Il n’y a pas d’autre puissance à obtenir. Cela m’agace tant lorsque les gens recherchent plus de puissance, plus de puissance, ils veulent plus de puissance. Il n’y a rien d’autre, les amis. « La grandeur, la grandeur infinie de Sa puissance envers nous qui croyons, » pas : «  qui croient plus avoir une vision, qui croient plus observer certaines règles, qui croient plus faire cela. Ce n’est que pour ceux qui croient. Ensuite il ajoute « qui se manifeste avec efficacité, » et il utilise un autre mot, le mot energeia, qui est la base de notre terme « énergie ».

Puis il continue en disant « par le pouvoir de sa force, » et le mot « pouvoir » est kratos, un autre mot qui peut être traduit « puissance », parfois traduit « domination », et il finit avec un autre mot, « force », qui est ischus, qui est différent des autres termes.

Le premier mot, dynamis, signifie la puissance intrinsèque. Son deuxième terme, energeia veut dire puissance opérante. Le troisième, kratos est la puissance ultime. Le quatrième ischus, signifie puissance donnée. Et ce que Paul dit c’est qu’il y a de la puissance, de la puissance partout et elle est à vous.

Et puis cela m’embête d’entendre des chrétiens dire : « Je ne sais pas si j’ai la force de faire ceci, » alors que Paul dirait : « C’est pour cela que je prie, mes amis, que vous le sachiez. Nous avons de la puissance – incroyable, extrême, immense puissance. »

Nous avons la puissance d’évangéliser. Les gens disent : « Je crains de ne pas avoir la force de témoigner pour Christ. » Vous avez la force d’évangéliser. Ecoutez : « Je n’ai pas honte de l’Evangile de Christ car il est la puissance de Dieu pour » - quoi ? – « le salut. » Vous avez cette puissance. Vous avez la puissance pour évangéliser.

Dans la première épitre aux Thessaloniciens nous lisons au chapitre 1, verset 5 : « Notre Evangile ne vous a pas été prêché en paroles seulement, mais avec » - quoi ? – « puissance … et avec une pleine conviction…, » puissance pour l’évangélisation.

De plus, Dieu nous a donné la puissance pour souffrir et endurer victorieusement. Dans 2 Corinthiens 4 :7 : « Nous portons ce trésor dans des vases de terre afin que cette puissance extraordinaire soit attribuée à Dieu, et non à nous. » C’est pourquoi il dit : « Nous sommes pressés de tout côté, mais non écrasés, » et il continue en décrivant ces pressions.

Puis finalement, il résume en disant : « Nous portons toujours avec nous dans notre corps l’agonie de Jésus » mais nous savons aussi ce que c’est d’avoir cette vie de résurrection : la puissance pour évangéliser, la puissance pour souffrir, la puissance pour faire la volonté de Dieu ! Les gens craignent de ne pas avoir l’énergie, les ressources pour accomplir la volonté de Dieu. Dans Philippiens 2 :13, il est dit : « En effet, c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire pour son projet bienveillant. » La puissance est là.

La puissance pour servir, Colossiens 1:29, Paul dit: « C’est à cela que je travaille en combattant avec sa force qui agit puissamment en moi. » Vous dites : » Oh, je ne sais pas si j’ai la force. » Oui, vous l’avez. Actes 1 :8 dit : « Mais vous recevrez une puissance lorsque le Saint Esprit viendra sur vous …, » et quand le Saint Esprit est-il venu sur vous ? Lorsque vous avez été sauvé. Vous avez la force. En fait vous avez tant de puissance que vous êtes dangereux !

Éphésiens 3:20 dit: « A celui qui peut faire, par la puissance qui agit » - où ? – « en nous, infiniment plus que tout ce que nous demandons ou pensons … » Une puissance incroyable, incroyable ! Comprenez-vous ceci ? N’allez pas courir partout pour chercher quelque chose de plus. C’est un affront à l’amour gratuit et total de Dieu qui, en Christ, nous a tout donné. Tout!

En fait, Il veut nous donner une bonne compréhension de cette puissance, c’est pourquoi il donne une illustration au verset 20: « Cette puissance il l’a déployée en Christ quand il l’a ressuscité et l’a fait asseoir à sa droite dans les lieux célestes. » Il dit : « Voyez, vous pouvez douter de la puissance de Dieu, mais voyez ceci. C’est la même puissance qui a ressuscité Jésus et qui l’a amené à Son couronnement. Au cas où vous seriez inquiets de savoir si oui ou non Dieu est capable d’accomplir Sa promesse, si oui ou non Dieu va vous sortir du bourbier d’ici-bas pour vous amener dans la gloire là-haut, souvenez-vous seulement qu’Il l’a fait en Christ, et Il le fera pour vous parce que la puissance est toujours la même. »

C’est vraiment ce qu’il dit. Tout le message ici n’est pas tant de comprendre la puissance pour le service que de comprendre la puissance qu’Il a de nous garder. Il nous garde en sécurité et accomplit la merveilleuse espérance qui est nôtre en Christ.

Je suppose que chacun de nous doute ici et là, et se demande si Dieu va réellement pouvoir y arriver. Il y est arrivé avec Christ. Il L’a relevé du tombeau. Il a éparpillé les bandes de la mort. Il a fait tomber les chaines et Christ a surgi vivant. Et Il L’a fait monter à Son côté au ciel et L’a couronné Roi des rois, Seigneur des seigneurs et Majesté pour toujours et Il fera exactement la même chose pour vous.

La Bible dit qu’Il vous fera sortir de la tombe et que vous serez assis avec Lui sur le trône du Père, et il est dit qu’il n’y a aucune raison de ne pas en être sûr parce que la même puissance qui a ressuscité Christ et qui L’a amené à Son couronnement fera de même pour vous. Donc il dit : « J’espère, Dieu, que Tu les aideras, par Ton Saint Esprit, à comprendre la grandeur du plan et la grandeur de la puissance qui fera que le plan s’accomplira. »

Ensuite il dit qu’ils comprendront la grandeur de Sa personne – Sa personne. Puis il continue de parler de Christ au verset 21 : « Au dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute souveraineté et de tout nom qui peut être nommé, non seulement dans le monde présent, mais encore dans le monde à venir. Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’Église qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous. »

Il ne fait que passer de la résurrection et du couronnement de Christ à la majesté. Sa puissance est égale à Sa majesté. Christ nous tient fermement. Christ nous rend puissants. Christ fait que les promesses de Dieu sont oui et amen. C’est Christ qui nous tient. Vous n’avez rien à craindre, rien d’autre à chercher. C’est Christ qui est là. Qu’y a-t-il de plus ? « Il donne l’Esprit sans mesure. »

Paul disait à Timothée – Timothée était quelque peu timide et il était un peu abattu. Il se décourageait dans son ministère et certaines personnes le chicanaient parce qu’il était jeune, d’autres à cause de sa doctrine, quelques hérétiques éphésiens le troublaient et des gens alignaient des généalogies. Timothée s’épuisait par son ministère, donc se décourageait, et Paul dit : « Ecoute, mon ami, tu ferais bien d’attiser un peu la flamme. Il faut que tu réveilles le don de Dieu qui est en toi. Tu ferais bien de te ressaisir. Prends un peu de vin. Soigne ton estomac. Utilise ton don. » Puis il dit : Par-dessus tout fais ceci : « Souviens-toi de Jésus, le Messie ressuscité, issu de la descendance de David. »

Qu’est-ce que cela signifie ? Il dit : « Souviens-toi de la personne qui vit en toi, né de la descendance de David. C’est Son humanité. Il comprend. Il est compatissant. Ressuscité des morts, c’est Sa divinité. Il donne la force, Il est assez puissant pour accomplir toute Sa bonne volonté par toi. Souviens-toi de qui Il est et souviens-toi qu’Il est en toi. » C’est l’essence de ce qu’il dit.

Vous savez, je vous le dis, c’est là-dessus que tout chrétien devrait se concentrer. C’est pour cela que la Bible dit de « contempler la gloire du Seigneur et vous serez transformés à Son image par le Saint Esprit. » Si nous nous concentrions moins sur les problèmes psychologiques, moins sur nos petits problèmes spirituels, moins sur les futilités que nous faisons et plus sur la personne de Jésus-Christ, et si nous comprenions davantage Sa puissance et comment Il est en nous, nous serions libérés de bien des complexes.

Cela me tracasse grandement que nous lisions tant de livres sur toutes les choses secondaires et si peu sur Jésus Christ. Quand avez-vous pour la dernière fois lu un livre sur Jésus Christ – sur qui Il est ? Sa puissance égale Sa majesté. Comme il dit : « Oh Dieu, fais-leur comprendre Sa personne. Il est de loin – verset 21 – « au-dessus de toute domination » (‘arche’). ‘Arche’ est le mot pour le chef principal « … et puissance, » (‘exousia’). ‘Exousia’ indique le second dirigeant, qui a une autorité déléguée.

Il dit : « Peu m’importe qu’ils soient de bons ou de mauvais anges, des dominations, des puissances ou autorités etc. Tous sont des noms d’anges, tous des titres et rangs d’anges. Il est loin au-dessus de tous les anges. « Il est au-dessus de tout nom qui peut être donné » - ce qui veut dire de toute autre personne dans l’univers, toute personne avec n’importe quelle identité - « non seulement dans le monde présent, mais encore dans le monde à venir. Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’Église qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous. »

Mes amis, nous sommes remplis de Lui. Voilà ce qu’il dit. Pensée incroyable ! Nous sommes remplis de Sa plénitude. Je vous le dis, quand vous saisissez la grandeur du plan, et la grandeur de la puissance, tout cela rendu possible par la grandeur de la Personne, cela va changer votre manière de vivre. Il le faut. Rien ne remplace Jésus ! Il n’y a pas de puissance plus grande. Personne ne peut changer quoi que ce soit à ce qu’Il a planifié parce que personne n’a de puissance plus grande. Personne ne peut vous aimer davantage. Personne ne pourra jamais faire plus parce qu’il est impuissant comparé à Christ. Personne ne pourra jamais vous aimer plus parce que Lui est Amour par nature, donc nous sommes en sûreté en Lui. Quelles grandes vérités !

Hébreux 1 nous dit qu’Il est plus élevé que les anges. Philippiens 2 nous dit qu’Il est au-dessus de tout nom qui peut être nommé, afin que « … tout genou fléchisse dans le ciel, sur la terre et sous la terre, » et Paul nous rappelle, ici qu’Il est celui qui est à la tête de tout, même de l’Église, qui est la plénitude de Celui qui remplit tout et en tous. Ce dernier verset, si nous avions le temps, nous pourrions passer des heures à l’étudier. Avez-vous conscience que vous êtes la plénitude de Christ dans le monde ? Il a choisi que vous Le fassiez rayonner, alors Il a fait un grand plan, et Il le dynamise, et Il demeure en nous pour amener le plan à son achèvement.

Pas étonnant que Paul dise que nous sommes hupernikao, super conquérants, des super « Nike » en Christ. Pas étonnant qu’il dise, plus loin dans Éphésiens, vers la fin du livre en 6 :12 « Nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les principautés, contre les pouvoirs, » etc. (Colombe), et tout ce que nous avons à faire c’est prendre l’armure de Dieu. Puis, revenant au verset 10, il dit, « Fortifiez-vous dans le Seigneur et par sa force souveraine. » (Colombe) Tout est à notre disposition. Il a besoin, mes amis, que nous soyons Sa plénitude dans ce monde.

Jean Calvin a écrit ceci : « C’est le plus grand honneur de l’Église que, jusqu’à ce qu’Il soit uni à nous, le Fils de Dieu se considère Lui-même, dans une certaine mesure, comme incomplet. Quelle consolation pour nous d’apprendre que ce ne sera que lorsque nous serons dans Sa présence qu’Il possèdera toute Ses parties, ou qu’Il souhaitera d’être considéré comme complet. »

Que c’est fabuleux – Il est en nous maintenant, et dans un sens, Il est éparpillé, et un jour, lorsque nous Le rejoindrons, Il sera uni. Paul prie que nous comprenions cela. C’est ce que je prie pour vous. Inclinons-nous ensemble.

Ma prière, Père, pour ces gens et aussi pour moi, n’est pas que nous puissions trouver quelque chose de plus. C’est insensé. Il n’y a rien de plus, mais que nous puissions comprendre le TOUT que nous avons déjà. Et je prie avec l’apôtre Paul, oh Dieu, que ces chers amis, Ton peuple, appelés de Ton nom, rachetés par Ton sang, habités de Ton Esprit, qu’ils puissent avoir un esprit de sagesse, l’esprit de révélation dans la connaissance de Ton Fils, qu’ils puissent vivre avec confiance, qu’ils puissent vivre avec puissance, qu’ils puissent vivre avec une foi sûre qui transforme littéralement leur vie pour la louange de Ta gloire. Nous nous offrons nous-mêmes dans un acte d’adoration pour Toi, pour vivre de telle manière que Tu sois manifesté par nous et que Tu reçoives toute la gloire. Au Nom de Jésus, amen.

FIN

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

ECFA Accredited
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize