Grace to You Resources
Grace to You - Resource

Ce matin, j'ai envie de continuer à partager mon cœur avec vous. Il y a quelques semaines, j’ai senti le besoin de parler simplement des choses qui me semblaient importantes pour notre église. Et je vous avoue que c’est quelque chose que l'Esprit de Dieu a mis sur mon esprit, non pas en tant que sermon, mais plutôt comme une passion. Et comme je l'ai dit lorsque nous avons commencé, je ne suis pas toujours certain de ce que je vais dire, quelles paroles vont sortir de ma bouche, comment l'Esprit de Dieu va diriger ma pensée. Mais je crois vraiment que c’est nécessaire que nous parlions des ingrédients essentiels, les éléments essentiels dans une église qui honorent le Seigneur Jésus-Christ.

Dieu a béni cette église. Il y a des raisons pour lesquelles Il l’a bénie. Sa souveraineté est une de ces raisons. Mais une autre c’est parce que la Grace Community Church s’est engagée, je crois, aux bonnes choses à travers les années de son existence. Et par là, je veux dire les choses de la Parole de Dieu. Nous allons prendre quelques semaines pour simplement réaffirmer ces choses. Donc, pour ceux d'entre nous qui ont oublié ou qui sont nouveaux, nous allons rétablir d'où vient notre force et notre bénédiction.

J'ai intitulé cette brève série « L'anatomie d'une Eglise. » Nous avons emprunté l'analogie biblique d'un corps et nous avons dit que nous pourrions diviser le corps en quatre éléments. Cela n’est pas une analyse clinique. C'est juste pour le plaisir de l'analogie. Un corps est composé du squelette, des systèmes internes, des muscles et de la chair et c'est la même chose pour l’église qui est le corps du Christ.

Il doit y avoir un squelette, nous en avons parlé dans notre première étude ensemble et nous avons dit qu'il y a des choses qui encadrent et forment l'église, sans laquelle elle serait une chose informe. Il y a des choses prioritaires, des choses non-négociables, des minimums irréductibles, des fondations, des choses encadrées, une certaine forme et une substance réelle. Toutes ces choses doivent être au centre même de notre vie en tant qu'église et j'ai suggéré cinq d'entre eux.

La première est une haute opinion de Dieu. Une église, pour être ce que Dieu veut qu'elle soit, doit avoir pour objectif Dieu Lui-même. Il y a beaucoup d'autres centres possibles, si vous voulez, mais il n'y a qu'un vrai bon centre, et c'est Dieu. En d'autres termes, quand nous nous concentrons sur Dieu, tout trouve sa place. Il ne peut y avoir de compromis quand Dieu est tout en tout et tout ce que nous faisons est pour Sa gloire consommée.

Maintenant, c’est essentiellement le sens de ce que vous faites, si vous mangez ou buvez, faites tout pour la gloire de Dieu. C'est le centre de tout. Et puis, deuxièmement, nous avons suggéré la priorité absolue des Écritures parce que nous ne pouvons pas nous concentrer sur Dieu, sans savoir qui Il est, et nous ne savons pas qui Il est si nous ne comprenons pas Sa révélation, qui est la Parole de Dieu. Donc, nous commençons par une haute opinion de Dieu, et nous affirmons la priorité absolue de l'Ecriture, qui révèle Dieu.

Troisièmement, nous nous engageons à la clarté doctrinale, en regardant Dieu à travers Sa Parole, en tirant la vérité de Sa Parole. Et puis, quatrièmement, à la sainteté personnelle, en appliquant cette vérité à notre vie, et cinquièmement, l’autorité spirituelle, en tenant les gens responsables pour que leur vie suive cette vérité.

Maintenant, c'est l'encadrement : une haute opinion de Dieu, ce qui signifie que nous sommes totalement engagés par rapport à la révélation qu'Il a donnée de Lui-même et ce qui signifie que nous devons la clarifier et la transmettre aux gens d'une manière compréhensible et pratique, de sorte qu'ils puissent l’appliquer à leur sainteté personnelle et ensuite la soumettre à une autorité spirituelle.

Ce sont des vérités de l'encadrement. Par conséquent, elles doivent être prêchées. Elles doivent être enseignées. Elles doivent être donner en exemple, modelées. Elles ont continuellement besoin d'être réaffirmées et voilà pourquoi nous revenons à ces choses. Vous savez, quand nous nous rencontrons le jour du Seigneur, et quand nous assistons aux études bibliques, à l'école du dimanche, aux groupes de communion fraternelle, et ainsi de suite, l'une des caractéristiques essentielles de tout cela, c'est une réaffirmation continuelle de nos valeurs fondamentales. Nous nous réunissons pour réaffirmer les choses auxquelles nous nous sommes engagés.

Et quand nous nous rassemblons le jour du Seigneur, que faisons-nous ? Eh bien, tout d'abord, nous adorons par le chant et la prière et par les Écritures qui offrent la louange à Dieu et voilà pourquoi je lis toujours les Psaumes, ou presque toujours. Et puis la chorale chante de grandes vérités en ce qui concerne notre Dieu glorieux, et les instruments jouent à Sa louange, comme c’est écrit dans le Psaume 150. Et tout cela est à cultiver dans nos cœurs pour réaffirmer notre haute opinion d'un Dieu saint.

Et puis derrière cela vient la Parole de Dieu, parce que nous donnons la priorité à la Parole et nous enseignons les Écritures. Et comme nous enseignons les Écritures, nous prêchons la vérité, la clarté doctrinale. Et puis lors de la conclusion du message, nous appliquons tout ce que nous avons entendu au cœur, où la sainteté personnelle est la réponse.

Et, lorsque vous quitterez cet endroit, nous espérons que vous mettrez en pratique cette quatrième étape, la sainteté personnelle, que vous la prendrez avec vous pour la vivre. Et puis ensuite pour guider, en prenant l'autorité spirituelle pour la surveillance du troupeau. Donc, ce que nous faisons ce n’est pas seulement une sorte de pochette surprise. Nous marchons en ligne, compatible avec ces réalités irréductibles que nous avons affirmées.

Puis, dans notre dernier message, nous avons commencé à regarder ces choses et nous le ferons sur plusieurs messages, car je tiens à souligner plusieurs d'entre elles. Nous avons parlé de systèmes internes. Un corps doit avoir des systèmes internes. Vous ne pouvez pas juste avoir un squelette, des muscles, de la chair. Vous ne seriez pas en vie. Il doit y avoir une circulation qui passe à travers tous les systèmes du corps et je crois que c’est vrai aussi pour l'église.

Vous ne pouvez pas simplement affirmer des fondements doctrinaux solides. Il doit y avoir un écoulement de vie. Et je crois que le flux de la vie vient des attitudes appropriées. C’est une bataille pour l'esprit, mes amis. Ça l'est vraiment. C’est une bataille pour l'esprit, parce que "comme un homme pense en son cœur, ainsi est-il". C’est une bataille pour l'esprit !

Et donc ce que nous essayons de faire dans le ministère est de vous encourager à avoir des attitudes spirituelles qui vous sont propres, à cultiver en vous les bonnes pensées pour que vous soyez – comme dit Paul – « renouvelés dans l'esprit de votre pensée. » Que vous puissiez, comme le dit Paul aux Philippiens, « penser à ces choses. » Que vous puissiez avoir un esprit renouvelé. Que vous puissiez revêtir l'esprit du Christ. Que vous soyez rempli de l'Esprit. Tous sont des phrases bibliques. En d'autres termes, nous voulons que vous pensiez de la bonne façon.

Pour être honnête avec vous, ce n’est pas une question d'essayer de contrôler votre comportement. C’est une question d'essayer de contrôler votre façon de penser, ce qui produira un comportement droit. Vous pouvez être obligé de faire de bonnes choses avec des pensées mauvaises, et les motifs, les raisons, les attitudes, et toutes ces bonnes actions ne sont rien de plus que de l'hypocrisie. Voilà tout, c'est de l’hypocrisie ! Et donc, nous n’insistons pas sur le fait qu'il faut vous forcer à vous conformer extérieurement, mais sur le fait de créer au sein de vos pensées des attitudes spirituelles justes.

Et quand vous pensez juste, vous agissez bien. Donc, nous ne sommes pas seulement intéressés par des programmes. Nous ne sommes pas seulement intéressés par les activités. Nous ne sommes pas seulement intéressés par la conformité d’un code externe mais plutôt par le fait de cultiver des attitudes internes qui honorent Dieu. Donc, l'écoulement à travers le corps, des systèmes, est ce qu'il devrait être, et le corps est entier, sain et productif, dynamique, et à juste titre représentatif de Sa tête, le Seigneur Jésus-Christ.

Maintenant, permettez-moi de passer en revue ce que nous avons dit dans notre dernière étude ensemble. La première attitude, et avant tout celle qui doit être cultivée, c’est l'attitude de l'obéissance. Telle est la condition sine qua non [???] de toutes les attitudes. C’est l'attitude qui imprègne tout, l'attitude qui dit : "Je vais obéir à Dieu à tout prix",  l'attitude sans compromis, l'attitude qui dit : «Si Dieu le dit, cela règle la question. Je vais le faire. »

C’est l'attitude qui ne négocie pas avec Dieu, qui ne justifie pas le péché, mais elle cherche toujours et seulement à faire la volonté du Seigneur. C’est mieux que le sacrifice. Autrement dit, c’est mieux que tout acte extérieur de louange. C’est l'obéissance interne et toutes les bonnes attitudes spirituelles commencent par là. Si vous n'êtes pas prêt à obéir à Dieu, vous n'allez rencontrer que des difficultés, des épreuves, des circonstances négatives.

La seconde attitude, dont nous avons parlé, c’est l'humilité. L'obéissance et l'humilité ! C’est essentiellement l'attitude qui considère que d'autres personnes sont plus importantes que moi. Vous êtes plus important que moi. Vos besoins sont plus importants que mes besoins. Votre bonheur est plus important que mon bonheur. Votre joie est plus importante que ma joie. Votre place est plus importante que ma place. Votre réputation est plus importante que la mienne. Toutes ces choses ! C’est le désintéressement du Seigneur Jésus-Christ qui s'est humilié selon Philippiens, chapitre 2. C'est une attitude essentielle parce que l'orgueil est une chose si terrible.

Troisièmement, nous avons parlé de l'attitude de l'amour et l'amour c’est l'humilité en action. L'amour, c’est tout simplement l'humilité en train de faire des choses. L’humilité et l'amour sont inséparables, voyez-vous, parce que seuls les gens humbles peuvent aimer. Je ne peux pas me donner à vous, sauf si je me soucie plus de vous que de moi. Je ne peux pas m’abandonner à vos besoins, à moins d'être vraiment humble, et ainsi l'humilité donne accès à l'amour. Si l'humilité est l'altruisme, alors l'amour est le service désintéressé, le don désintéressé.

Et puis, quatrièmement, nous avons parlé de l'unité. Lorsque vous avez des gens déterminés de mettre en pratique l'obéissance et vous avez des gens déterminés à aimer, parce qu'ils ont des cœurs qui sont humbles, vous verrez le résultat : ce sera l'unité. L’humilité conduit à l'amour et l'amour conduit à l'unité, parce que là où les gens se donnent aux autres, il y a une unité merveilleuse. Vous voyez mes besoins, je vois vos besoins, et cela continue, et ce genre d'échange est ce qui construit le vrai cœur unie, l'esprit unie, l'âme unie dont parle la Bible. Mais cela jaillit de l'humilité. C’est une question si critique.

Donc, nous avons parlé de ces premiers éléments, et je veux vous lire une lettre que quelqu'un m'a envoyée en réponse à ces choses et je pense qu'elle est très réconfortante et encourageante pour nous tous. Écoutez-la.

«Vos deux derniers sermons sur « L'anatomie d'une Eglise » nous ont condamnés. Je prie pour que Dieu utilise cette série pour faire un excellent travail dans le cœur du troupeau de Grâce. Ce matin, vous avez parlé de l'humilité. Je voudrais partager avec vous comment le Seigneur travaille dans ma vie en ce qui concerne ce sujet.

«Au début de l'été, je lisais un livre écrit par Andrew Murray sur l'humilité et je commençais à prier pour que Dieu m’apprenne à être humble. Eh bien, vous savez ce qui se passe quand nous prions selon Sa volonté. Il y a quelques semaines, il m'a donné la possibilité de mettre en pratique toutes les connaissances de l’Écriture que j'ai appris à Grâce. Je me suis proposé à aller avec quatre autres de Grâce aux décharges des déchets au Mexique pour servir les gens qui y vivent. Ce fut une expérience que je n'oublierai jamais.

Mis à part les mauvaises conditions de vie, la saleté était assez importante pour vous rendre malade. Mon travail, une fois que nous sommes arrivés là, était de laver les têtes des enfants qui avaient des poux. Ce fut quelque chose que je n'avais jamais fait auparavant. Pouvez-vous imaginer 25 enfants alignés devant vous, tous avec des degrés divers de poux ? Sans oublier que nous n’avions pas d'eau courante, seulement des bains d'eau qui étaient utilisés à plusieurs reprises pour tous les enfants.

«Nous étions dehors au soleil et il faisait plus de 38 degrés. Alors que je me tenais là en lavant tête après tête, mes pensées passaient du dégoût à la joie. Un petit garçon avait tellement de poux qu'il avait des plaies sur la tête. Eh bien, je dois admettre que, dans un premier temps, je n’avais pas trop envie de toucher ses plaies. Cependant, je commençais à penser à la façon dont Jésus avait lavé les pieds des disciples, et je me suis humilié devant Dieu, me rendant compte que les besoins de cet enfant était beaucoup plus grands que mon confort.

«J'ai appris quelques grandes leçons ce jour-là au sujet du sacrifice et comment considérer les autres comme étant plus importants que moi et je prie pour que Dieu continue à travailler dans ma vie pour m’enseigner les choses qui lui apporteront la gloire. »

Eh bien, voilà une merveilleuse lettre ! Et c'est l'expression d'un cœur humble. C'est l'expression d'un cœur aimant. Il fait des sacrifices pour répondre aux besoins des autres. Ce sont des attitudes pour lesquelles il n'y a pas de substitut et s'il doit y avoir de la vie qui circule dans l'église, il doit y avoir l'obéissance, l'humilité, l'amour et un sens de l'unité.

Maintenant, laissez-moi continuer à parler un peu plus de ces attitudes. Appelons la cinquième la volonté de servir, car cela découle de ce que nous venons de dire sur l'amour, l'humilité, et ainsi de suite, et c’est vraiment une autre façon de dire la même chose. La volonté de servir !

Quelqu'un m'a dit l'autre jour : «Vous savez, nous n’allons plus à votre église. Nous allons dans une petite église où ils ont besoin de nous ». Les gens me disent cela souvent et je réponds que ce n’est pas grave. Peut-être que l'Esprit de Dieu les a conduits. Que Dieu les bénisse ! Ce sont des gens chers et je suis sûr que le Seigneur les y a conduits. Mais ce n’est pas que nous n’avons pas besoin de vous.

Regardez tous ces gens autour de vous. Vous pensez qu'ils n'ont aucun besoin ? On ne peut pas dire : "plus vous avez de gens, moins vous avez de besoins". Ce que les gens semblent dire, c’est qu'ils ont des programmes là-bas et ils n'ont personne pour les faire fonctionner, et ils ont donc besoin de gens pour les aider avec les programmes et c'est peut-être vrai. Mais le ministère n’est pas nécessairement lié aux programmes conçus par l'église. Vous avez compris ?

En d'autres mots, vous pourriez venir me voir et dire : «Eh bien, nous allons à l'église, mais nous ne faisons rien. Nous ne chantons pas dans la chorale, nous n'enseignons pas à l'école du dimanche, nous ne balayons pas le plancher, nous ne faisons rien. Nous allons à l'église mais nous ne savons pas s'il y a un besoin. » Jetez un coup d'oeil autour de vous. Il y a toutes sortes de personnes avec des besoins, partout. Tout dépend de votre point de vue, n'est-ce pas ?

Cherchez 1 Corinthiens, chapitre 4, verset 1 pour un instant car je veux vous montrer quelques versets et puis tirer une conclusion. 1 Corinthiens 4:1. Voici ce que dit Paul : « Ainsi, qu'on nous considère comme des serviteurs du Christ ». En d'autres termes, quand il s’agit de rendre un jugement sur moi et sur ceux qui sont avec moi, quand il s’agit de dire, « Eh bien, qui était ce gars ? » Quand il s’agira d'écrire mon épitaphe ou mon éloge, quand il s’agira de parler de la contribution que j'aurais faite, quand ce sera le moment de me féliciter pour quelque chose, je souhaite que vous puissiez dire de moi : « C’était un serviteur du Christ. »

J'aime cela. Je peux penser à au moins une demi-douzaine de mots dans la langue grecque pour «serviteur» et Paul utilise le plus humble d'entre eux car c'est le mot hyperetas [???]. Hyper signifie « sous »; etas vient du mot «ramer.»... un sous rameur ! Ils avaient beaucoup d’immenses bateaux en bois à l'époque. Ils avaient trois niveaux dans la coque de ces navires. On appelait les esclaves « trirèmes » : trois niveaux d'esclaves enchaînés à leurs rames, et ils ont tiré ces immenses masses à travers les mers. Les gars au fond étaient les sous rameurs.

Paul dit : "Regardez !" Quand vient le temps d'évaluer l'apôtre Paul : ne mettez pas son nom sur des cathédrales ni sur des villes comme Saint Paul dans le Minnesota ». « Ne mettez pas son nom sur des écoles. Ne lui donnez pas un doctorat honorifique. Il suffit de dire : "C’était un galérien de troisième niveau, qu'il soit béni car il a tiré sa rame. » Un serviteur ! Beaucoup de gens veulent être un champion. Dieu veut les gens qui tirent la rame.

Au verset 2, il dit que la clé de toute cette affaire est « qu'il soit digne de confiance. » Fidèle ! Vous ne voulez pas d’un rameur intelligent qui a une nouvelle façon de faire et, en attendant, il cisaille les rames de tout le monde dans le processus. Vous voulez un rameur fidèle. C'est tout ! Un rameur qui se voit comme un serviteur ! Au verset 3, il dit : «Quant à moi, il m'importe fort peu d'être jugé par vous ou par une juridiction humaine. »

Qu'est-ce que tu dis ? « Je ne suis pas dans cette affaire pour avoir votre opinion. Je ne fais pas cela pour obtenir des accolades. Je ne sers pas le Seigneur Jésus-Christ pour être jugé par vous. Je ne peux accepter votre jugement. » Et je comprends ce qu'il dit. Vraiment ! Vous voyez, les gens ne savent pas toujours ce qui se passe à l'intérieur. Ils peuvent vous louer et vous pouvez avoir des motifs corrompus. Ils peuvent vous maudire et vous pouvez avoir les motifs les plus purs du monde mais vous avez du mal à traverser votre propre humanité.

Je veux dire que parfois vous prêchez de tout votre cœur et vous savez que c'était horrible. Vous avez tout loupé. Vous êtes grillé. J'ai eu des moments où je suis sorti de l'église en larmes parce que je ne faisais pas ce que qu'il fallait pour honorer Dieu. Et vous partez et certaines âmes chères disent : « Merveilleux, c’est le plus grand sermon que vous n’avez jamais prêché. » Et vous souriez et leur serrez la main et dites : «Je vous remercie. » Mais vous savez qu'ils ne savent pas. Et d'autres fois, vous venez de voler comme un aigle et vous descendez de l'estrade pour les saluer et quelqu'un dit : «Vous ne vous sentez pas bien aujourd'hui, n’est-ce pas ? » Et vous dites : « Pourquoi ? Je ne me suis jamais senti aussi bien.» « Non, vous ne semblez pas être vous-même, vous bégayez en quelque sorte. » Ensuite, les gens vous critiquent et vous évaluent, ils font votre éloge, vous accusent, vous bénissent, vous maudissent.

Paul dit : «Je ne vais pas entrer dans ce jeu. Je veux juste tirer mon aviron. C'est tout. Et je ne suis vraiment pas intéressé par ce que les gens disent car ils ne connaissent pas les faits. » Et j'aime cela à la fin du verset 3. « Je ne me juge pas non plus moi-même ». Vous savez cela ? «Je ne peux même pas faire confiance à mon propre jugement. Je suis tellement biaisé en ma propre faveur. »

Il dit au verset 4 : «car je n'ai rien sur la conscience, mais je n'en suis pas justifié pour autant : celui qui me juge, c'est le Seigneur. » Je ne peux peut-être pas découvrir toutes les roches dans ma vie. Je pense peut-être que je fais bien. Cela ne me justifie pas. Celui qui me juge c’est qui ?- C'est le Seigneur !  Et donc je ne vais pas «porter un jugement avant le temps fixé, avant la venue du Seigneur, qui mettra en lumière les secrets des ténèbres et qui rendra manifestes les décisions des cœurs», les décisions des cœurs. Et quand il y voit le cœur d'un serviteur, c’est ce que je veux.

Il nous a donc appelés à être des esclaves du troisième niveau, à tirer notre rame, à être fidèle et à ne pas essayer de construire une bonne réputation, à ne pas nous évaluer nous-mêmes favorablement, il suffit de tirer notre rame et de laisser le Seigneur juger. Voilà pourquoi dans Actes 20, dit-il, « j'ai servi le Seigneur comme un esclave, en toute humilité » Nous revenons à cette humilité.

Ces choses sont inextricablement tissées ensemble. En fait, vous pourriez prendre presque n’importe laquelle de ces attitudes, et si vous cultiviez cette seule attitude dans votre vie, l’avantage inattendu serait que chacune de ces autres attitudes se produise. On ne peut pas avoir l'amour sans l’humilité. Vous ne pouvez pas avoir l'humilité sans l’amour. Vous ne pouvez pas avoir une véritable unité dans la communion sans l’amour et l'humilité. Vous ne pouvez pas servir vraiment avec le cœur d'un serviteur sans l’amour, et vous ne pouvez pas être un serviteur avec le cœur d'un serviteur sans l’humilité. Tout est entremêlé. C’est comme si le Seigneur venait traiter le même problème sous plusieurs angles différents et s'il pouvait juste faire en sorte que nous nous accrochions à l’un d’entre eux, pour nous en verrouiller, nous concentrer sur celui-là, tout le reste trouverait sa place.

Vous dites : «Eh bien, qu'est-ce que vous entendez par « la volonté de servir ? » Je veux dire simplement ceci. Je ne parle pas au sujet des programmes de l'église. Allez avec moi à Romains, chapitre 12, pour un moment. Nous avons parlé de motif. Maintenant, nous allons parler de la fonction. Dans Romains 12: 4-6, nous avons à nouveau cette analogie du corps, et il dit : «En effet, tout comme il y a une multitude de parties dans notre corps, qui est un seul, et que toutes les parties de ce corps n'ont pas la même fonction, ainsi, nous, la multitude, nous sommes un seul corps dans le Christ et nous faisons tous partie les uns des autres. Mais nous avons des dons différents de la grâce, selon la grâce qui nous a été accordée».  Vous pouvez arrêter là.

Nous avons donc ce corps, n’est-ce pas ? Et le corps a différents membres, comme un corps humain. L'église est faite de la même façon, et chacun de nous a des dons différents. Et puis il demande que nous, si vous avez des dons de « prophétiser, alors prophétisez ; le don du ministère, allez prêcher; d'enseignement, alors enseignez ; d’exhorter, alors exhortez ; de donner, alors donnez ; d’avoir du pouvoir, faites avec diligence ; de miséricorde, faites-le avec joie. » En d'autres termes, il dit : « Continue avec cela. On n'a pas besoin d'un programme. » Si vous êtes croyant, vous avez une capacité donnée par Dieu de prêcher, et cela a besoin de couler hors de votre vie.

Cela peut être à l'intérieur d'une structure. Dieu soit béni, c’est une merveilleuse façon. C’est peut-être très, très personnel. Mais un croyant qui n’a pas de ministère est une contradiction dans les termes, parce qu'un croyant est celui qui, habité par l'Esprit de Dieu, habilité par l'Esprit de Dieu pour le service, et ne pas servir c’est créer quelque part une obstruction. Venir à l’église en disant : «Eh bien, je suis là, mais il y a tous ces gens, et je ne sais pas vraiment où je pourrais servir. » Ecoutez, si vous êtes rempli de l'Esprit de Dieu, Il veut cultiver à travers vous un ministère qui est absolument essentiel.

Maintenant, le mot «prophétie» est dit ici, puis il parle de «ministère». Ce sont des termes très larges. L’enseignement est très général. Exhorter, donner, avoir du pouvoir, de la miséricorde : très large aussi. Ce ne sont pas des choses étroites, petites, minuscules, ou isolées, mais plutôt des catégories. Dans la catégorie des dons, il y a toutes sortes de façons de donner. Dans la catégorie de la miséricorde, il y a une multitude de façons de montrer la miséricorde. Dans la catégorie de la prédication et de l'enseignement, il y a une myriade de façons de prêcher et d'enseigner, aussi de nombreux styles, et ainsi de suite.

C'est le point que je veux vous montrer. Ce sont des catégories de dons, et dans votre vie et la mienne, le Seigneur a mélangé ces diverses catégories avec un mélange parfait et nous a donné un cadeau qui nous est propre, qui est ce mélange parfait de l’ensemble de ces catégories de dons. Il y en a d'autres énumérés dans 1 Corinthiens 12. Donc, je les vois comme des catégories, et c'est le Seigneur qui choisit une dimension, qui mélange l'un avec l'autre et ainsi de suite.

Je regarde ma propre vie et je dis : «De toute évidence, Dieu m'a appelé à prêcher, à enseigner, à diriger, à exhorter et à démontrer le don de la connaissance, peut-être. » Donc, il a pris ce don et celui-là et il les a mélangé pour que chacun de nous devienne un flocon de neige spirituelle, il n’y en a pas deux pareilles. Et si vous ne faites rien, si vous ne servez pas même d'une façon simple, ce n’est pas l'attitude que Dieu aimerait voir en vous.

Et il est si facile de devenir une sorte de spectateur. Ce n'est pas ce qu'il faut. Cette église n'a jamais été contente avec ce genre de chose. Je me souviens il y a quelques années lorsque Moody Monthly (magasine mensuelle chrétienne) a voulu faire un article sur notre église. Nous nous réunissions encore dans la petite chapelle, mais nous débordions de partout, et Moody voulait faire quelque chose sur nous mais je ne les connaissais pas vraiment à ce moment-là. C’était bien avant d'écrire des livres pour Moody Press etc.

Ils sont sortis et Lowell Saunders [???] a fait un article sur notre église. Et après avoir étudié, arpenté, et interroger des gens, le titre qu'il a donné à l'article était «L'Église avec 900 Ministres » parce qu’il y avait 900 personnes à l'époque, et il a dit, « tout le monde servait. » Nous avions moins de programmes que maintenant en termes de programmations formelles, mais tout le monde servait. Ils le faisaient. Ils exerçaient leurs dons.

Les gens appelaient et disaient : «Est-ce qu'il y a quelqu'un à l'hôpital que je peux aller voir ? Puis-je vous aider dans la pépinière ? Puis-je aller là-bas et aider ces chères dames qui poursuivent ces petits gars partout sur le tapis ? Puis-je déplacer des chaises? Puis-je nettoyer les toilettes ? Puis-je laver les fenêtres ? Je veux juste utiliser le don de service. Y a-t-il un endroit où vous pourriez utiliser quelqu'un qui veut enseigner ? Je serais ravi d'apprendre si vous voulez me former. Y a-t-il un endroit où vous pourriez mettre quelqu'un qui veut atteindre les gens avec l'Evangile ? Nous aimerions vous aider. » Ou bien nous entendions, « Hé, nous avons commencé un ministère ici, et c’est merveilleux ; Dieu bénit. Nous utilisions nos dons. Gloire à Son nom !».

Voilà c'est comme ça que l'église doit être. Peut-être quand elle est grande, tout le monde pense que quelqu'un d'autre le fera, mais plus elle grandit, plus il y a des besoins, et nous avons besoin de plus de gens impliqués. Mais ce n’est pas que cela. Ce n’est pas que nous devons faire quelque chose pour construire l’«église» ou accomplir un objectif dans nos programmes.

Si vous êtes chrétien et vous faites partie du corps du Christ, vous devez faire votre part, si vous voulez connaître la joie, si vous voulez connaître la bénédiction, si vous voulez être obéissant. Il y a tant de besoins, alors commencez à utiliser vos dons. Peu importe comment. Vous n'avez pas besoin d'analyser votre don. Vous ne savez même pas ce que c'est peut-être. Je ne sais pas ce qu'est mon don à part le fait que je sais prêcher, enseigner ; alors je fais quelque chose. Je n’ai pas besoin de le cataloguer. Vous n'avez pas besoin d'une analyse établi par l'ordinateur. Vous remplissez un formulaire, vous le soumettez à l'ordinateur et en réponse, vous recevez votre don. C'est ridicule. L'ordinateur ne sait pas.

Je me regarde moi-même depuis une longue période et je ne suis pas sûr que je comprends comment Dieu arrive à tout mélanger ensemble. Je sais en gros ce que je ne fais pas bien, probablement mieux que je sais ce que je fais bien. Mais la façon dont je comprends mon don est quand je commence à prêcher, et ensuite je regarde en arrière et dit : «Voilà ce que je fais. » Et quand vous entrez dans le déroulement du ministère et la puissance de l'Esprit de Dieu, vous voyez ce que Dieu fait à travers vous.

Vous savez, il y aura toujours des besoins. Je viens d'entendre l'autre jour que 70% des personnes de plus de 18 ans dans la vallée de San Fernando sont célibataires. N'est-ce pas incroyable ? Beaucoup de foyers volent tout simplement en éclats. 70% ! Ce sont des échangistes, des divorcées, des parents isolés. Vous parlez de besoins ?! Nous avons des besoins. Il y en a partout. Des besoins tout autour de notre communauté...

Je veux dire une autre chose au sujet des personnes seules pendant que je parle de ce sujet. Il me semble que les gens célibataires pensent que la seule chose dans la vie pour eux c’est de se marier. Laissez-moi vous dire ceci. Vous avez une alternative, une meilleure chose que cela. Lisez 1 Corinthiens 7. Paul dit de se marier seulement si vous le devez, je veux dire si vous ne pouvez pas vous en sortir autrement. Et si vous ne possédez pas le don du célibat, et vous brûlez, et vous devez vous marier, mariez-vous. Mais, si vous pouvez rester célibataire, restez-le.

Je crois que dans notre église les personnes seules possèdent probablement la plus grande ressource pour le ministère spirituel, parce qu'ils ne sont pas encombrés. Il est dit dans 1 Corinthiens 7:35-36, ou même à partir de verset 32, que les gens célibataires s'occupent des choses du Seigneur. Les gens mariés prennent soin de la famille, de leur femme, leur conjoint, et toutes les choses nécessaires qui demandent des soins. Cela n’est pas mauvais. C’est juste que si vous pouvez être seul, profitez-en, et réfléchissez à toutes les personnes seules dont nous avons besoin de toucher. Écoutez, il y a une myriade de besoins. Il suffit de cultiver le ministère que Dieu a mis dans votre cœur et le don que Dieu vous a donné.

Je veux simplement vous présenter deux personnes que j'aime beaucoup et qui sont un peu obscures. Tournez à Colossiens 4:12. Le nom de cet homme est Epaphras. Écoutez cela. J’aime tellement. Il dit : «Epaphras, qui est des vôtres. » N’est-ce pas bon? Qui est-il ? Ph.D., D.D., L.L.D., M.D. : quel doctorat a-t-il ? De quelle organisation étudiante a-t-il fait partie ? Non ! Non ! Un pasteur ? Non ! non ! « Épaphras, qui est des vôtres. », bénissez-le. «C’est un serviteur de Christ. »

N’est-ce pas beau ? Je pensais à cela il y a quelques années. Je pensais que ce serait une chose merveilleuse à mettre sur la pierre tombale de quelqu'un qui était juste un bien-aimé, un merveilleux chrétien. Il suffit de dire son nom, l'un d'entre nous, un serviteur du Christ. C’est une très haute vocation. « Il vous salue. » Quel était son ministère ? Grand prédicateur ? Grand orateur ? Non ! Non !. Quel était son ministère ? Oh, il «travaillait toujours avec ferveur jusqu’à l'épuisement pour vous dans la prière. » N’est-ce pas merveilleux ? Dieu, donne-nous quelques Épaphras. « C’est juste un d’entre nous,» dit-il aux Colossiens. « Juste un de nos gars et il a toujours prié avec ferveur. » Alors, pourquoi il prie ? Il prie « afin que vous demeuriez parfaits et accomplis dans toute la volonté de Dieu. »

Voici un gars qui porte sur son cœur le fardeau du développement spirituel de tout le monde. Je crois que c'est le don de la foi. Le don de la foi est liée à la prière. Voici un homme avec le don de la foi, et je ne sais pas quels autres dons étaient mêlés à celui-là, mais, il l'a exercé au plus haut point. Il n'a pas besoin d'un programme organisé. Il se met à genoux et y reste. La prière !

Il y a un autre homme dans Philippiens 2:25, le nom est encore plus proche. « Epaphrodite, mon frère, mon collaborateur et mon compagnon d'armes, l'apôtre que vous m'aviez envoyé. » «Vous me l'avez envoyé.» Et quel est son don ? Qu'est-ce qu'il fait ? « Il répond à mon besoin. » Qui était-il ? C’était un compagnon. Savez-vous à quel point c’est précieux d'avoir un compagnon ? Savez-vous ce que cela signifie d’avoir quelqu'un avec vous quand vous êtes dans la bataille ? Un ami proche ? Quelqu'un qui prend l'épée et se bat avec vous ? Beaucoup de gens ont besoin de cela.

« ...l'apôtre que vous m'aviez envoyé en le chargeant de pourvoir à mes besoins ; comme il a une vive affection pour vous tous, il était fort peiné que vous ayez appris sa maladie. » Cela est incroyable. L’homme est bouleversé. Il est rempli d'un cœur lourd. Pourquoi ? Parce qu'il sait que Son église a découvert qu'il était malade. Il pense qu'ils vont être tristes à ce sujet et il est triste parce qu'il sont tristes du fait qu’il soit malade. Il n’est pas triste à cause de sa souffrance. Il est triste parce qu'ils sont tristes. Quel homme ! Il ne se retire pas du terrain en disant : «Priez pour moi. J'ai un petit ongle incarné. » Vous voyez ça ? Il est triste parce qu'ils sont tristes ! Quelle relation d’amour ces gens ont dû avoir ? Et il était très malade. Au verset 27. Il était tellement malade qu'il a failli mourir.

Vous demandez : «Eh bien, Comment est-il tombé malade ? » Au verset 30, « car c'est pour l'œuvre du Christ qu'il a été près de mourir ; il a risqué sa vie afin de suppléer à votre absence dans votre service pour moi. » Je ne sais pas, je pense que lorsque nous arriverons au ciel, des gens comme cela seront bien visibles. Nous allons devoir travailler dur pour trouver certains de ceux que nous connaissions mieux qu'eux. Qu'il soit béni ! Donc, au verset 29, il dit: «Accueillez-le, dans le Seigneur, avec une joie entière ; honorez de telles personnes. » Qu'est-ce qu'il a fait ? C’était un compagnon. C’était un assistant.

Vous voyez, c’est une question de spontanéité. C’est une question de ce qui est à l'intérieur. Si vous avez la volonté de servir, cela va se faire. Je veux dire, si vous restez debout à l’écart et vous dites : «Eh bien, je ne veux pas être impliqué dans cette affaire. Je ne sais pas s'ils vont m’accepter. » Ou, « je ne sais pas si j'aime travailler avec eux. » Vous pouvez jouer à ces jeux tant que vous voulez. Ou vous pouvez simplement servir.

Permettez-moi de vous en donner une autre, la joie, la joie ! C'est la sixième attitude spirituelle interne. Dans nos réunions sous la tente les deux dernières nuits, Ken Poor [???] parlait de ce sujet de joie. Nous avons passé un merveilleux moment rien que d'y penser, d’en parler, et nous l’avons beaucoup apprécié, je pense, aussi. Qu'entendons-nous par la joie ? Eh bien, la joie est une sorte d'exubérance qui se manifeste vers l'extérieur. C’est la réponse du cœur, de l'âme, de l'esprit, du corps, et de la personne tout entière à la relation à Jésus-Christ, et une des choses que nous nous sommes efforcés à cultiver dans cette église est la joie.

Il y a des choses sérieuses dans la Parole de Dieu. Oh oui ! Il y a du sérieux dans le traitement de l'infiniment saint et sage Dieu souverain avec qui nous avons à faire. Il y a un grand sérieux dans la lutte à travers les pressions et les angoisses de la vie et la mort terrible, et tout ce que l'humanité fait peser sur nous. Il y a beaucoup de choses qui nous font de la peine, mais, en même temps, nous sommes remplis de joie, et il y a un enthousiasme qui sort de l'âme que tout va bien et que, finalement, tout sera glorieux.

Je crois que la joie vient de la Parole de Dieu. Je crois alors que nous étudions la Parole de Dieu, que nous obéissons à la Parole de Dieu, que la joie est la nôtre. «Cela, nous vous l'écrivons, pour que notre joie soit complète. » 1 Jean 1:4. Il est dit dans Romains : « En effet, le règne de Dieu, ce n'est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par l'Esprit saint. » Jésus a dit qu'Il est venu pour nous donner de la joie. Paul dit : «Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ; je le répète, réjouissez-vous ! »

Et je suis convaincu que la joie est liée à toute cette question de la volonté de servir. Je vois des gens s’impliquer dans les choses du Seigneur, et faire des choses, en utilisant leurs dons, et il y a de la joie. Pourquoi ? Parce que la joie vient en vous donnant vous-même. Les gens qui sont introspectifs, eh bien, ils essaient de rassembler tout cela, pour répondre à leurs propres envies, résoudre leurs propres problèmes et satisfaire tous leurs propres besoins, et ils deviennent des êtres humains misérables qui vivent que pour eux-mêmes.

Ce sont les gens qui passent leurs vies à servir les autres qui sont remplis de joie. Et nous voulons une église qui soit remplie de joie. Je deviens excité à propos de certaines choses, mais je ne laisse pas ces choses voler ma joie. Je me bats pour maintenir ma joie. Certaines personnes essaient de prendre ma joie, c'est vrai. Ils viennent et disent, « John, nous avons un vrai problème ici, très grave.» Je dis : «Eh bien, qu'est-ce que c'est ? » Et ils me disent quelque chose, vous savez, une petite chose de rien du tout. Et je réponds : «Eh bien, nous allons voir si le Seigneur ne résoudra pas ce problème. Nous ferons ce que nous pouvons. »

Et parfois, ils vont venir avec un problème qui est un vrai problème. C’est un gros problème. Et j’ai cultivé dans mon propre cœur cette réaction : chaque fois que j'ai un vrai gros problème, je réagis instantanément en disant : «C'est vraiment super ! C’est formidable ! Merci beaucoup ! Je suis tellement excité à propos de ce problème. » Certains d'entre vous qui me connaissent bien, savent que c’est ce que je fais. « Je suis si heureux de savoir cela. Quel terrible problème ! »

Ils me regardent, vous savez, comme si mon ascenseur n’allait pas à l'étage supérieur. Mais, voyez-vous, si je connais le problème, je suis en avance sur le jeu, n’est-ce pas ? Mais je connais Celui qui résout les problèmes. Si je ne sais pas quels sont les problèmes, alors je suis vraiment en difficulté. Je n'ai pas de problème si je sais où sont les problèmes. J'ai de la joie, parce que je connais Celui qui résout les problèmes.

Vous pouvez perdre votre joie. Vous pouvez commencer à chercher le tas de fumier dans chaque prairie, si vous voulez. Vous pouvez vivre votre vie de cette façon. Je veux dire que vous le pouvez - c'est un choix. C’est un choix que vous faites ! Je choisis d'être joyeux. Je choisis d'être heureux. Je choisis d'être enthousiaste. Je choisis d'être heureux de ce que Dieu fait. Et je me moque de ce que vous me dites, vous n’allez pas changer cela si je peux agir par la force de l'Esprit de Dieu. Parce que je crois que la Bible ordonne que je me réjouisse toujours, et, encore une fois, je le dis: «Réjouis-toi. »

Et donc je dis à mon esprit, "Réjouis-toi, MacArthur, réjouis-toi. Réjouis-toi dans le Dieu qui vous a racheté et qui vous aime malgré tout. Réjouis-toi parce qu'un jour tu iras au ciel. Bien sûr, vous avez des problèmes, mais un jour vous irez au ciel. Vous aurez toute une congrégation de gens parfaits. Ils vont avoir un prédicateur parfait, et vous n’aurez même plus besoin, l'un de l'autre, de sorte que vous puissiez rejeter l'église et tous rentrer à la maison. »

Ecoutez, ne laissez personne prendre votre joie et si vous n’avez pas la joie du Seigneur, c’est parce que vous êtes à la recherche de mauvaises choses. La joie est disponible. Nous pouvons nous réjouir de tout. Nous allons parler de cela ce soir. Toutes choses concourent à notre bien. Par conséquent, tout ce qui vient est une source de joie. Je n'ai jamais vu des gens plus heureux que quand ils ont résolu un problème. Vous ne pouvez pas être aussi heureux si vous n’en avez pas, pour commencer, à résoudre.

Permettez-moi de parler d'une septième attitude, la paix. Voilà un beau mot, n’est-ce pas ? La paix ! «Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Moi, je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble pas et ne cède pas à la lâcheté ! » Jésus nous a donné Sa paix. 1 Corinthiens 7:15 dit, « C'est dans la paix que Dieu vous a appelés. » Que la paix de Dieu règne dans vos cœurs, dit Philippiens 4. « Vivez en paix », dit 2 Corinthiens 13:11. «Soyez en paix entre vous.» dit 1 Thessaloniciens 5:13. La paix !

Si la joie est l'exubérance extérieure, la paix est le contentement intérieur. Quand vous voyez des gens qui viennent au Seigneur, ils parlent de la joie et de la paix, n’est-ce pas ? La joie du Seigneur et sa paix profonde, réglée. La paix ! En d'autres termes, c'est le contentement intérieur qui dit : «Tout est sous contrôle. »

Maintenant, ce n'est pas vrai s'il y a du péché dans votre vie. Mais là où vous avez éliminé le péché, là où vous marchez dans l'Esprit, peu importe ce qui se passe, il y a la paix. Nous ne devrions jamais permettre à quiconque de prendre notre paix. A travers les années de ministère, nous avons essayé de cultiver dans le cœur une attitude de paix, une attitude de repos, une attitude de confiance en Dieu. Je répands mon âme depuis des semaines maintenant dans Romains chapitre 8, en essayant de vous montrer que vous êtes en sécurité en Jésus-Christ, et le sous-produit de ce genre de sécurité est un profond sentiment de repos. La paix de l'âme !

Aucune raison d'être troublé ! Aucune raison d'être anxieux ! Voilà pourquoi Paul dit : «Ne vous inquiétez de rien. » Que la paix de Dieu remplisse votre âme. Chacun d'entre nous est testé, bien sûr, et nous ne vivons pas parfaitement en paix, mais c'est une attitude que nous devons avoir. Une attitude de paix.

Permettez-moi de vous donner un corollaire, et voici là où je veux vraiment insister. On pourrait dire beaucoup de choses sur la paix elle-même. Dans Matthieu chapitre 5, notre Seigneur a dit: «Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu !» Les chrétiens doivent être des artisans de paix. Bien-aimés, vous ne pourriez pas faire quelque chose de plus merveilleux pour le royaume de Dieu, l'Église de Jésus-Christ, que d'être un artisan de paix. Quelle chose merveilleuse !

La nature humaine cherche des conflits, n’est-ce pas ? Tout comme Job dit : «l'être humain est né pour l'oppression, comme les étincelles s'élèvent pour voler. » Je veux dire, la vie fait des étincelles alors que les gens se frottent les uns contre les autres. Les conflits peuvent arriver. Cela arrive à cause des différentes personnalités. Cela arrive souvent. Et la chose que nous pourrions faire et ce serait tout simplement merveilleux, c'est d'être des artisans de paix. N'entretenez pas l'anxiété. Apaisez-vous !

J'entends des choses : quelqu’un à dit : «Eh bien, vous savez, quelque chose ne va pas à l'église Grâce. » et puis ils racontent une petite chose. Mais quelqu'un d'autre l'entend, et ensuite quelqu'un d'autre. Et tout d'un coup, ce raz de marée arrive, vous le savez, vers moi. Et je dis : «Attendez, je pense que c'est un peu hors de proportion.» Et au lieu d’être quelqu'un qui est un artisan de paix, nous avons ce genre d'accumulation de personnes qui, plutôt que de faire la paix, s'agitent. Et je fais partie de ceux-là aussi parfois. Nous tombons tous dedans.

Quelque part dans nos cœurs doit se trouver un engagement à cette attitude qui dit : «Je suis en paix. Tout est bien. Dieu est aux contrôles. Il est toujours sur Son trône. Je serai un artisan de la paix. » Oh, quelle belle chose ! Soyez un artisan de paix. Chaque fois que vous avez l'occasion d'entendre un conflit, faites la paix. Rapprochez les deux partis ensemble afin qu'ils puissent s’embrasser. Soyez un artisan de paix.

Ne prenez pas le côté-ci contre cette personne-là. Essayez de trouver ce qui est bon au sujet de cette personne. Éliminez les choses qui sont mauvaises, sur la base de ce que vous pouvez voir de bon, cultivez des relations appropriées et soyez un artisan de paix. Commencez dans votre propre famille.

Vous savez, il y a certaines choses les mecs que vous pouvez dire à votre femme, qui l'enverra en orbite, et vous le savez. Ne dites pas ces choses ! Pourquoi ferais-tu ça ? Vous savez, il y a des moments dans notre famille où j’ai raison. Ma femme pense que je me trompe parfois, mais j’ai raison. Parfois je me trompe, mais parfois j’ai raison. Et il y a des moments où elle pense que je me trompe et j’ai raison, mais Dieu et moi sommes les deux seuls à le savoir. Je ne vais pas affirmer cela parce que je préfère garder la paix. Je ne vais pas compromettre la conviction, mais je ne vais certainement pas défendre mes droits s’ils ne produisent pas la paix, parce que la paix est plus importante pour moi que ma propre volonté et ma propre façon de penser.

Ce n’est pas plus important pour moi que la voie de Dieu et voilà pourquoi je me bats sans cesse dans quelques batailles contre ceux qui nient la vérité de Dieu, mais je fais la paix avec ceux qui sont dans Sa famille. Nous devons être des artisans de paix. Oh, si vous pouviez comprendre ces choses, combien la vie deviendrait simple.

Une attitude de plus, la reconnaissance. C'est si évident, et c'est simplement une révision des choses de base. «Rendez grâce en toute circonstance » 1 Thessaloniciens 5:18. «Rendez grâce en toute circonstance : telle est, à votre égard, la volonté de Dieu en Jésus-Christ. » Les gens trébuchent en essayant de trouver la volonté de Dieu. Ils pensent que Dieu est un lapin de Pâques universel qui a caché les œufs dans les buissons et ensuite Il dit : «Tu chauffes. Tu brûles » car ils tournent autour de la volonté de Dieu.

Je viens de lire un livre de 425 pages sur la façon de trouver la volonté de Dieu. Je trouve la volonté de Dieu dans 1 Thessaloniciens 5:18, «rendez grâce en toute circonstance. » Quatre mots : soyez reconnaissants. Les gens disent : «Oh, si j’avais un meilleur travail, une meilleure épouse, un meilleur mari, une meilleure famille, une meilleure situation, une meilleure voiture, un meilleur ceci, un meilleur cela, je n’aurais pas tous ces problèmes. » Soyez reconnaissants ! Rendre grâce est la chose la plus puissante, je vous le dis, dans votre vie. Si vous pouvez cultiver un cœur reconnaissant, vous pouvez résoudre de nombreux problèmes. Tout ce que vous avez à faire est tout simplement de continuer à offrir à Dieu la grâce et la louange et cela va éliminer tous vos problèmes. Vous ne les verrez plus.

Je veux dire que c’est ce que le psalmiste a fait. Il avait un problème. Il se cachait quelque part sous un rocher parce qu'il avait peur qu’Absalom le tue. Il s'agit de David, n’est-ce pas ? Il n’a personne pour le défendre. Il est dans le désert tout seul. Absalom essaie de lui enlever le trône. Il le chasse dans le désert et il est assis sous un rocher, et il pleure, « Oh, mon Dieu, oh, Dieu, pourquoi les méchants prospèrent ? Et pourquoi fais-tu cela ? Combien de temps, oh, Seigneur, vais-je être ici ? Pourquoi ne vas-Tu pas là-bas pour les détruire ? » Encore et encore.

Et puis finalement, il commencera à penser à ce que Dieu avait fait et il va commencer à réciter et à louer. «Dieu, Oh, Seigneur, Tu as fait cela. Oh, Tu es si grand. Oh, Tu es si puissant. Oh, Tu es si glorieux. Oh, je Te remercie pour cela. » Et puis quand vous arrivez à la fin du Psaume : « Oh, Seigneur. » Il a changé d'attitude. Il est complètement libéré. Il est sous le même rocher, Absalom fait la même chose mais il regarde les choses sous une autre perspective.

Si vous avez des problèmes, et vous grommelez et ronchonnez tout le temps, cela n'a rien à voir avec votre situation. Cela a à voir avec votre incapacité d'être reconnaissant pour les choses positives que Dieu a faites. Cultivez la gratitude. Laissez vos lèvres chanter la louange. Dans le Psaumes 30:4, il est dit que nous devrions « être reconnaissants pour le souvenir de la sainteté de Dieu. » Dans le Psaume 106:1, nous devons être reconnaissants pour la bonté et la miséricorde qu'Il nous donne.

Dans 2 Corinthiens 9:15, nous devons être reconnaissants pour le don du Christ. Dans Apocalypse 11:17, nous devons être reconnaissants pour la puissance du Christ et la venue du royaume. Dans 1 Thessaloniciens 2:13, nous devons être reconnaissants pour la réception et le travail efficace de la Parole de Dieu. Dans Romains 7:23-25, nous devons être reconnaissants pour le fait que le Christ nous a délivrés de la puissance du péché intérieur. Dans 1 Corinthiens 15:57, nous devons être remplis avec des actions de grâces car la victoire sur la mort et la résurrection nous sont promises.

Dans Daniel 2:23, Daniel était reconnaissant pour « la sagesse et la force.» Dans 2 Corinthiens 2:14, nous devrions être reconnaissants pour le triomphe de l'Évangile. Dans Romains 6:17, nous devons être reconnaissants pour la conversion d'autres personnes. Dans Romains 1:8, nous devons être reconnaissants pour la foi manifestée par les autres, comme Paul l’était. Et dans 2 Thessaloniciens 1:3, il était reconnaissant pour l'amour qu'il a vu dans d'autres croyants, pour leur travail acharné pour l'amour du royaume. Dans 1 Corinthiens 1:4, il était reconnaissant de la grâce accordée à d'autres.

Il était reconnaissant dans 2 Corinthiens 8:16 du zèle pour le Christ qu'il a vu dans la vie des autres. Je veux dire, vous cultivez la reconnaissance au lieu de gémir sur la façon dont les choses vont mal. Vous dites : «Eh bien, je ne suis pas reconnaissant, mais vous ne connaissez pas ma situation. » Non, je ne connais pas votre situation. Vous voyez, la raison pour laquelle vous n'êtes pas heureux est très simple. La raison pour laquelle vous n'êtes pas heureux est que vous pensez que vous n’obtenez pas ce que vous méritez. C'est vrai ! Et si vous aviez obtenu ce que vous méritiez, vous seriez en enfer, donc éliminez cela. Vous ne voulez pas ce que vous méritez. Vous ne voulez même pas ce que vous voulez sauf si vous savez que Dieu le veut pour vous. Soyez reconnaissants, cultivez la grâce. Cela va éliminer toutes les aigreurs de votre vie.

Ce sont des choses simples, n’est-ce pas ? La gratitude, la paix, la joie, la volonté de servir, l'unité, l'amour, l'humilité, l'obéissance. Écoutez attentivement. Ce que je vais dire peut sembler être une hérésie, mais ce n'en est pas une. Voici huit choses que je vous ai données. Maintenant écoutez. Vous pouvez prendre l'un d'eux, juste l'un d'eux, et si cette chose régnaient dans votre vie, tout le reste viendrait aussi.

Prenez l'obéissance. Vous avez une attitude d'obéissance, cela règle tout. Prenez l'humilité. Si vous êtes humble, vraiment humble, désintéressé, alors vous allez aimer, et puis vous allez trouver l'unité. Et si vous aimez comme cela, vous allez servir, et de ce service va venir la joie, et de ce service et de cet amour, un profond sentiment de paix, et quand vous avez un profond sentiment de paix et un profond sentiment de joie, votre vie est remplie d’un service utile et vous allez offrir quoi à Dieu ? Un vrai merci !

Prenez l'amour. Si votre vie est totalement dominée par l'amour, qu’est-ce qui va se passer ? Eh bien, en premier lieu, "Si vous m’aimez, moi, vous garderez mes commandements ». Donc, si vous aimez Dieu, vous allez Lui obéir et si vous aimez Dieu, vous allez être humble, vous allez trouver l'unité, et de ce grand amour viendra le service, la joie, la paix et l'action de grâces, parce que vous allez remercier Celui que vous aimez. N’est-ce pas vrai ? Et vous allez être joyeux et vous allez avoir une paix dans votre cœur dans cette relation d'amour que vous avez.

Ou vous pouvez simplement prendre l'unité. Si vous avez vraiment cherché à avoir un seul cœur, une seule âme, uni ensemble avec tous les autres croyants - je vais vous le dire - vous aurez à exprimer l'amour, l'humilité et l'obéissance. Je veux dire que c’est presque comme si le Seigneur disait : «Écoutez, je vous donne environ 8000 façons d'aborder cette affaire. Il suffit d’en choisir une. » C’est comme quand Galates 5 dit : «Quant au fruit de l'Esprit, c'est : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, douceur, maîtrise de soi. » Pas les fruits, mais le fruit. Vous avez tout ou rien. Vous ne pouvez pas dire : «Eh bien, ma vie est pleine d'amour, le véritable amour de Dieu, l'amour engendré par le Saint-Esprit. C’est juste que je suis malheureux, misérable. Je n'ai pas de joie dans ma vie. » Non, non ! La vie remplie d'amour va être la joie et la paix, la douceur et la bonté. Je veux dire, tout cela vient avec. Ou disons que vous avez décidé que vous allez être joyeux. Vous allez cultiver la joie. De votre joie va venir la grâce, la paix, et le service. Vous voyez ce que je veux dire ? Vous pouvez monter dans le bateau à n'importe quel endroit.

Eh bien, je crois que nous comprenons l'exhortation. Permettez-moi de dire un mot de félicitation. Je loue Dieu continuellement que vous soyez obéissants, et je ne dis pas que vous ne l'êtes pas, vous êtes humbles et aimants, vous avez une belle unité, la volonté de servir, la joie, la paix. L’action de grâce est certainement dans votre vie. Je le vois. Je loue Dieu pour cela. Je vous félicite, mais je vous les rappelle pour les renforcer au cas où ces choses peuvent avoir un peu disparues.

Ce n’est pas que nous ne disposons pas de ces choses. Nous les avons. Nous avons besoin de plus de ces bonnes choses, n’est-ce pas ? Et nous avons besoin de plus de gens qui vivent cela au maximum. Je voudrais terminer par une lettre que je pense est une merveilleuse bénédiction. Vous le penserez aussi. Écoutez.

«Aujourd'hui marque l'anniversaire d'un an depuis que notre famille vient à Grace Community Church. Nous avons déménagé par la foi de notre maison à Fort Lauderdale, en Floride. Le fait de venir à l'Ouest pour assister à Grace Church a été l'année la plus merveilleuse de la vie chrétienne de notre famille. C’est comme déménager en Californie pour la ruée vers l'or, mais ce n'est pas l'or corruptible que nous recherchons, mais une richesse incorruptible dans la Parole de Dieu qui est librement disponible à Grace Church. Bien que nous soyons vraiment en croissance dans la Parole de Dieu par votre ministère béni de radio, nous avons estimé qu'il était temps que nous donnions de nous-mêmes dans un ministère de service pour aider le corps du Christ à croître à Grace Church. » N’est-ce pas merveilleux ?

« Mon mari et moi sommes impliqués dans le ministère des troupeaux, Union Rescue Mission (un ministère de réinsertion) ainsi que dans un service de la réception, comme vous le savez, et c’est vraiment une joie de faire partie de l'église que le Christ construit. Servir et recevoir – quoi ? - la joie ! Je suis aussi reconnaissant pour la façon dont les personnes, ainsi que le personnel, nous ont aidés à nous développer non seulement dans le Seigneur, mais pour répondre à nos divers besoins, tels que la nourriture et des vêtements, et nous aider à trouver une maison quand nous sommes arrivés ici.

«Je ne me suis jamais senti seul au cours de nos épreuves, parce que les saints fidèles à Grâce ont vraiment porté nos fardeaux quand nous étions dans le besoin. Et le Psaume 34 est devenu très spécial pour toute notre famille. Quand nous étions dans le besoin, nous avons crié au Seigneur, et Il nous a entendu et nous a délivré de tous nos problèmes à travers les saints bien-aimés de Grace Church. Nous avons goûté et vu que le Seigneur est bon, et nous sommes vraiment heureux, parce que nous avons tous mis notre confiance en Lui.

«Nous n’avons que des éloges à notre Seigneur en voyant comment Grace Church a exercé son ministère envers nous à travers ses saints, à la fois financièrement et spirituellement. Merci beaucoup d’aimer vos fidèles assez pour leur enseigner la Parole de Dieu et leur enseigner comment appliquer les Écritures à leur vie sur une base quotidienne. Nous prions sans cesse pour votre travail de la foi, le travail de l'amour et la patience de l'espérance de notre Seigneur Jésus-Christ aux yeux de Dieu et notre Père. »

Quel genre d’église peut avoir ce genre d'impact ? Quel genre d'église faut-il pour toucher une famille comme celle-là ? C'est seulement une parmi beaucoup... une église qui a les bonnes attitudes de cœur : l'amour, l'humilité, le service, la joie, la paix, la reconnaissance, toutes ces choses. Ce sont des choses qui changent une église et une église comme celle-là peut changer le monde. Eh bien, nous allons prier.

Père, nous sommes venus ce matin avec le cœur rempli d'anticipation puisque Tu souhaites nous rencontrer. Nous T’adorons. Nous élevons Ton nom dans nos chansons et notre louange et dans nos cœurs. Nous avons examiné Ta Parole, et nous T’avons entendu parler, et nos âmes ont été condamnées. Nous voulons nous conformer, cher Seigneur, à cet Homme parfait qui se tient dans la plénitude de la stature du Christ.

Remplis nos cœurs, Père, avec de bonnes choses. Soyons ceux qui sont reconnaissants pour tout. Joyeux, pacifique, prêt à servir, en utilisant nos dons partout où ils sont disponibles. Et peut-il y avoir un tel désir d'obéissance que nous débordons littéralement d'amour et d'humilité qui montrera que nous sommes des gens vraiment engagés.

Et, Seigneur, nous savons aussi que lorsque nous Te représentons dans le monde, Ton royaume va de l'avant et Ton peuple est béni. À cette fin, nous prions au nom du Christ. Amen.

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

ECFA Accredited
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize