Grace to You Resources
Grace to You - Resource

Ce soir, nous allons revoir Colossiens chapitre 1 ; c’est une partie très vitale des Écritures, celle qui me parle de la personnalité la plus importante dans l'univers : autrement dit, le Dieu des cieux révélé en tant que Fils. C'est le cœur même du christianisme. Telle est l'essence même de tout ce que nous croyons, le fondement même de notre foi. C’est le champ de bataille sur lequel nous nous battons contre les sectes et les "ismes" et tout ce qui veut retirer du christianisme son élément vital. Autrement dit, c’est la question de la divinité du Seigneur Jésus-Christ, ce qui est le thème de Paul dans Colossiens 1:15-19. Maintenant, c’est un passage très important pour l'argument du livre, et un passage vital pour l'argument de l'ensemble du christianisme.

Quelqu'un a appelé la Bible - et cela a été répété à plusieurs reprises – le « Livre de Jésus » et dans un sens, c’est vrai. Si vous comprenez la Bible, vous comprenez que c’est le livre sur le Christ, le livre du Seigneur Jésus. Dans l'Ancien Testament, il y a la préparation pour la venue de Jésus. Dans les Évangiles, il y a la présentation du Christ ; Il est venu. Dans les Actes, il y a la proclamation. Le message du salut en Christ est annoncé. Dans les Épîtres, nous étudions la personnification de Christ. Autrement dit, «Pour moi, vivre, c’est le Christ», ou comment le Christ, qui est mort et ressuscité, sorti de la tombe, retourne vivre parmi Son peuple. Dans l'Apocalypse, il y a la prédomination ou le Christ sur le trône, le règne du Roi, l'Agneau sur le trône.

Donc, dans tous les sens du terme, la Bible est l'histoire du Christ. C’est le livre qui nous dit tout sur Lui. Dans Actes, chapitre 8, verset 35 quand Philippe parle à l'eunuque éthiopien sur la route de Gaza, le Saint-Esprit dit : «Alors Philippe prit la parole et, commençant par cette Ecriture, il lui annonça la bonne nouvelle de Jésus. » Bien sûr, il commençait dans l'Ancien Testament avec le prophète Ésaïe.

Vous pouvez commencer n'importe où dans les Écritures et enseigner Jésus. Dans Luc, nous voyons un passage familier dans le chapitre 24, verset 27, Christ, après Sa résurrection, rencontrant les disciples sur la route d'Emmaüs, « Et, commençant à Moïse», ou la Pentateuque, « et tous les prophètes», ou les livres prophétiques, « Il leur expliqua toutes les Écritures» ou le hagiographa, les écrits saints, « ce qui Le concernait. » L'Ancien Testament était pour les Juifs et c’est toujours le cas, et il est divisé en trois parties : Moïse, le Pentateuque, les prophètes, tous les livres prophétiques, et hagiographa, ou les Écritures sacrées, qui constituent les livres de poésie et d'histoire. Dans toutes ces choses, Jésus, « leur a enseigné les choses Le concernant. »

Ainsi, la Bible, c’est le livre sur le Christ. C’est le livre de la révélation de Dieu et de la venue du Christ dans le monde. C’est au sujet de Dieu qui devient un homme. Dans tous les aspects de la Bible, les facettes de cette situation sont claires. Mais de toutes les déclarations dans la Bible, dans la Parole de Dieu au sujet de Dieu devenant un homme, aucun n’est plus important que celui de Colossiens 1:15 car ici nous avons très clairement l'identification du Fils comme Dieu. Permettez-moi de vous le lire. «Le Fils» dans le verset 13 est l'antécédent du mot «qui» dans le verset 15. «Il est l'image du Dieu invisible, le premier-né de toute création ; car c'est en lui que tout a été créé dans les cieux et sur la terre, le visible et l'invisible, trônes, seigneuries, principats, autorités ; tout a été créé par lui et pour lui ; lui, il est avant tout, et c'est en lui que tout se tient ; lui, il est la tête du corps — qui est l'Eglise. Il est le commencement, le premier-né d'entre les morts, afin d'être en tout le premier. Car il a plu à Dieu de faire habiter en lui toute plénitude. »

Maintenant, c’est une déclaration extraordinaire, une déclaration essentielle à la compréhension de la foi chrétienne et la suppression de toute confusion sur qui est vraiment notre Seigneur Jésus-Christ. Permettez-moi de placer cela dans son cadre, si je peux, en termes du livre de Colossiens. Paul comprend qu'il y a un faux système de doctrine qui se propage à Colosse, et il comprend cela parce qu’Epaphras lui a rendu visite. Epaphras, sans aucun doute l'un des pasteurs de l'église de Colosses et peut-être son fondateur, est venu rendre visite à l'apôtre Paul.

L'apôtre Paul entend de la part d’Epaphras que des choses terribles se passent en termes de la propagation de l'hérésie à Colosses. Une telle hérésie concerne la divinité de Jésus-Christ. Les hérétiques disent que le Christ n’est pas Dieu, que sa mort ne suffit pas pour le salut, que, en plus du Christ, il doit y avoir l'adoration d'autres esprits, peut-être d'autres anges, si vous voulez. Il doit y avoir des visions particulières. Il doit y avoir une certaine connaissance qui est en quelque sorte supérieure à ce qui est réalisable dans le Christ. En fait, les hérétiques disaient que Jésus-Christ est un d'une longue lignée d’esprits qui descendent de Dieu, et Jésus était une de ces bonnes émanations. Il n’est pas Dieu. Il n’est même pas le Sauveur adéquat. Une connaissance supérieure à Lui est la seule voie de salut.

Donc, l'attaque de cette hérésie particulière qui, apparemment s'est développé plus tard pour devenir ce que nous connaissons comme le gnosticisme, l'attaque concernait la divinité du Christ et Sa suffisance totale en tant que Sauveur. Ainsi, dans les trois premiers chapitres de Colossiens, Paul parle de cela. Par exemple, dans Colossiens 1:27 : «à qui Dieu a voulu faire connaître quelle est, parmi les non-Juifs, la glorieuse richesse de ce mystère : le Christ en vous, l'espérance de la gloire. C'est lui que nous annonçons, en avertissant tout être humain et en instruisant tout être humain en toute sagesse, afin de porter tout être humain à son accomplissement dans le Christ. » Ce que Paul dit est qu'il n'y a pas besoin de quelque chose de plus au Christ pour amener un homme à la perfection. Il argumente contre la théologie de ces hérétiques qui disent : «C’est le Christ avec des connaissances en plus, avec des visions particulières en plus, avec l'adoration des anges en plus, et cetera. » Un homme peut être parfait en Jésus-Christ !

Le chapitre 2, verset 2, développe encore l'argument de Paul, « afin qu'ils soient encouragés, qu'ils soient bien unis dans l'amour et riches d'une pleine conviction de l'intelligence, pour connaître le mystère de Dieu, le Christ, en qui sont cachés » pas peu, pas beaucoup, mais «tous les trésors de la sagesse et de la connaissance. »

Encore une fois, la suffisance du Christ ! Il n'y a aucune connaissance nécessaire ajoutée au Christ pour le salut. Regardez au verset 9 : «Car c’est en Lui», et le «Lui» remplace "Christ" au verset 8, «qu'habite corporellement toute » pas un peu, pas beaucoup, mais «toute la plénitude de la divinité». Le verset 19 parle de « La tête » et c’est le Christ. « Le corps » au verset 17, c’est le Christ. Autrement dit, dans le sens de l’accomplissement de l'Ancien Testament, c’est une ombre de l'accomplissement du Christ. Mais ici, la tête dans le verset 19, c’est le Christ, «et ils ne s'attachent pas à la tête par laquelle tout le corps, bien uni grâce aux jointures et aux articulations qui le desservent, grandit d'une croissance qui vient de Dieu »

En d'autres termes, la tête de tout est le Christ. Toute la croissance et toute la nourriture et l'ensemble des liens et l'augmentation sont reliés au Christ. Rien d'autre n'est nécessaire.

Chapitre 3, verset 1 : «Si donc vous vous êtes réveillés avec le Christ » ou, si vous êtes un chrétien, « cherchez les choses d'en haut, où le Christ est assis à la droite de Dieu. Pensez à ce qui est en haut, et non pas à ce qui est sur la terre. Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec le Christ en Dieu. Quand le Christ, votre vie » ou mieux, quand Christ, notre vi" « se manifestera ». Tout est Christ. Notre vie est Christ. Notre espoir est Christ. Toute la sagesse est en Christ. Toute connaissance est en Christ. Toute la croissance est en Christ. Toute la perfection est en Christ. Voilà toute son argumentation. Dans les trois premiers chapitres de Colossiens, il dit au peuple de Colosses : « S'il vous plaît, ne laissez personne vous faire croire que vous avez besoin de Christ et de quelques autres anges, quelques autres super-connaissances ou quelques autres visions. Tout ce dont vous avez besoin est le Christ. C'est tout !

Le verset 19, je pense, le dit si joliment : « Il a plu au Père.» Ceci implique qu’en Lui, c'est à dire dans le Christ, est « toute plénitude ». Tout est en Lui. Ainsi, l'apôtre Paul combat l'hérésie qui était à Colosse. L'hérésie était assez bien fondée sur un dualisme philosophique, comme nous l'avons vu dans notre introduction à Colossiens. Un dualisme philosophique dit que la matière est mauvais mais que l'esprit est bon, et puisque Dieu est Esprit, Il est bon. Mais comme toute la création est la matière, elle est mauvaise. Donc, un Dieu bon ne peut pas créer une création mauvaise.

Donc ce qui s’est passé est que Dieu a commencé à envoyer des émanations, ou des esprits qui ont commencé à sortir de Dieu comme des ondulations dans un étang. Ils ont continué à venir et à venir et les premiers étaient bons. Ensuite, ils sont devenus plutôt neutres, puis ils sont devenus mauvais. Des milliards d’émanations sur toute la ligne ! Vous avez, au bout d'un moment, un tas de mauvaises émanations, dont l'un était assez mauvais pour créer le monde. Maintenant, Jésus était juste un de ces émanations, une bon émanation, certainement, mais néanmoins, une d'entre elles. Il est égal à un ange, et c’est la raison pour laquelle ils adoraient ces émanations ou ces esprits ou ces anges.

Le but de Paul ici est de dire au Colossiens que Jésus n’est pas une émanation de Dieu. Il n’est pas quelque chose en bas de l'échelle du caractère de Dieu. Il est Dieu dans la chair humaine. Paul a terminé son introduction. Il les a salués, d'abord. Il a remercié Dieu pour eux dans les versets 3 et les suivants. Il a prié pour qu'ils soient remplis de toute la connaissance de Sa volonté et de toute sagesse et intelligence spirituelle, et qu’ils marchent digne de Lui en étant entièrement agréables, et cetera. Il a sorti toutes les commodités de la route, et maintenant il nous conduit en plein sur la question principale.

Il remercie Dieu pour le salut dont ils jouissent dans les versets 12 à 14 ; la rédemption, le pardon des péchés. Puis il se déplace directement pour dire que celui qui nous a rachetés, qui nous a pardonné, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres ; celui qui est le Fils bien-aimé, qui possède le royaume, c’est l'image du Dieu invisible. C'est vital pour son message.

Maintenant, en regardant les versets 15 à 19, nous voulons voir Jésus-Christ par rapport à cinq choses. Nous Le verrons en relation avec Dieu, avec l'univers, en relation avec le monde invisible, avec l'église, et avec tout ce qui reste, une sorte de fourre tout. Tout d'abord, regardons Jésus dans Sa relation avec Dieu, verset 15. Voici une grande définition de Jésus en termes de Sa relation avec Dieu. « Il est l'image du Dieu invisible, le premier-né de toute création ».

Maintenant, les hérétiques ont essayé de montrer que Jésus était simplement une émanation, qu'Il était juste une ondulation du caractère de Dieu ; l'un parmi une série infinie d'êtres inférieurs qui sont finalement devenus mauvais et qui ont pu créer le monde. Mais Paul dit : «Christ est Dieu». En fait, dans le verset 16, il dit: «Il a tout créé. » Il est celui qui l'a fait. Les hérétiques sont allés même jusqu'à enseigner que Dieu ne pourrait jamais entrer dans un corps, parce que si Dieu entrait dans un corps, alors le bon Dieu serait, en fait, mauvais. Une bonne émanation ne pourrait jamais avoir un corps car une bonne émanation ne pourrait pas prendre un corps qui est mauvais. Ils ont donc enseigné que Jésus n'avait pas eu de corps, qu’Il était une bonne émanation et donc un fantôme. Souvenez-vous, je vous ai dit qu'ils enseignaient que partout où cette émanation de Jésus allait, Il ne laissait pas d'empreintes car Il était seulement un fantôme éthéré, avec un corps fantomatique.

Alors Paul veut dire clairement que Jésus est Dieu, qu'Il est Dieu dans la chair et qu'Il est le Créateur de l'univers. Cela seul va les perturber et mettre en question leur position entière. Maintenant, regardons cela. Il dit au verset 15 que «Il est l'image du Dieu invisible, le premier-né de toute création». Pour commencer, Dieu est invisible. Dans 1 Timothée, nous lisons que Dieu est invisible. Dans l'Ancien Testament nous lisons que Dieu est invisible, que Dieu ne peut pas être vu. Dieu n’est pas visible à l'œil humain. Dieu est Esprit, et «un esprit», dit Jésus, « n’a pas » quoi ? « de chair et d'os. » Dieu est invisible, mais Dieu est devenu visible. Dieu est devenu un homme, et Christ était Dieu rendu visible. Il est l'image du Dieu invisible.

Maintenant, de retour dans Genèse 1:27, nous avons l'utilisation du terme «image». Il dit : «Dieu a fait l'homme à Son image et à Sa ressemblance », mais ce n’est pas vraiment ce que Paul veut dire ici. C’est un concept différent. 1 Corinthiens, chapitre 11, dit au verset 7 : «Un homme ne doit pas se couvrir la tête d'un voile, puisqu'il est l'image et la gloire de Dieu ; la femme, elle, est la gloire de l'homme. » Maintenant, Dieu créa l'homme à Son image. Corinthiens 11:7 dit : «L'homme est l'image de Dieu», à nouveau, en répétant la même vérité mais l'homme n’est pas une image parfaite de Dieu. Vous dites : «De quelle façon un homme est-il l'image de Dieu ? En quoi suis-je, êtes-vous, des êtres humains créés à l'image de Dieu ? Quelle est la signification de cela? » Eh bien, je pense que, fondamentalement, nous sommes faits à l'image de Dieu en termes de la capacité de penser, de sentir et de décider.

Nous ne sommes certainement pas faits à l'image morale de Dieu, n’est-ce pas ? Il est saint ; nous ne le sommes pas. Même Adam n'a pas été créé saint. Il a été créé innocent. Il a échoué au premier test. Nous ne sommes pas créés à l'image de Dieu moralement. Nous ne sommes pas créés à l'image de Dieu essentiellement. Autrement dit, en substance, nous ne sommes pas des esprits flottants. Nous ne sommes pas en mesure de nous déplacer librement à travers l'univers. Nous ne sommes pas omnipotents, omniprésents, omniscients, ou immuables. Cela signifie, qui ne change pas.

Donc, nous ne sommes pas créés à l'image de Dieu essentiellement. Nous ne sommes pas créés à l'image de Dieu moralement, mais nous sommes créés à l'image de Dieu dans le sens de la personnalité. Autrement dit, nous pouvons penser, nous pouvons ressentir, et nous pouvons prendre des décisions. En ce sens, nous sommes à l'image de Dieu. Maintenant, c’est vrai que c'est une image très gâchée, gâchée à partir de la chute. La vision de Dieu en Adam était beaucoup plus claire. Dans un sens, Adam était assez près de Dieu pour Le représenter dans un sens moral. Adam était assez proche de Dieu pour Le représenter essentiellement parce qu'il ne pouvait pas mourir ; par conséquent, il avait une qualité éternelle. Adam avait une certaine immuabilité. Donc, en partie, il y avait l'image de Dieu mais tout a été perdu à la chute. La seule façon dont cela peut être restauré est quand une personne apprend à connaître Jésus-Christ.

Vous voyez, quand vous êtes sauvés, l'image de Dieu en vous est rétablie. Il y a un sens dans lequel vous entrez dans l'image morale de Dieu quand vous êtes sauvé, n’est-ce pas ? Parce que Dieu fait en sorte que vous ressembliez moralement à qui ? Au Christ ! Dans un sens, vous entrez dans la qualité du caractère essentiel de Dieu parce que Dieu fait de vous un possesseur de quel genre de vie ? De la vie éternelle ! Telle est la qualité de l'existence de Dieu. Donc, il y a un sens dans lequel la chose restaure en vous l'image de Dieu, et je pense que peut-être Éphésiens 4 nous aidera.

Je ne peux pas être trop précis sur ces choses. Je vous donne des idées générales parce que je ne peux vraiment pas être plus précis. Je n'aime pas être trop détaillé et dire : «C'est précisément de cette façon. » Mais dans Ephésiens 4:24, il dit ceci, et je pense que cela m’aide, « de revêtir l'homme nouveau, qui a été créé selon Dieu dans la justice et la sainteté que produit la vérité ». Avez-vous compris cela ? La restauration d'un homme à l'image de Dieu, c’est quand il devient un homme nouveau. Alors Dieu, dans un sens, est restauré en lui en justice et en vraie – quoi ? sainteté ! L'image de Dieu vient quand vous devenez un nouvel homme.

Vous dites : «Est-ce que cela veut dire le salut ? » Eh bien, en partie, mais cela signifie également que vous vous comportez comme un homme nouveau. Dieu devient visible. Il devient manifeste. Dans Colossiens 3:10, nous lisons, « et vous avez revêtu le nouvel homme » ou le nouveau « qui se renouvelle en vue de la connaissance », encore une fois, « selon l'image de celui qui l'a créé. » Maintenant, c’est la même vérité ; que l'image de Dieu est rétablie dans un homme quand il devient croyant et permet à Dieu de se manifester à travers lui quand il devient ce nouvel homme. Quand il est non seulement cet homme nouveau, mais quand il porte ce nouvel homme. Quand il manifeste cette nouvelle vie, alors Dieu est rendu visible.

Donc, il y a un sens dans lequel l'homme reflète l'image de Dieu. Tous les hommes, je crois, reflètent l'image de Dieu en termes de pouvoir penser, ressentir, et prendre des décisions. Je pense que c'est le cas pour tous les hommes, je veux dire pour les décisions qui sont fondées sur des faits et de la logique, pas seulement ce que vous appelez l’instinct animal. Mais aussi, quand vous devenez chrétien, il y a un sens dans lequel l'image morale et l'image essentielle de Dieu vous est rétablie. Mais tout cela ajouté ensemble, bien-aimés, est toujours imparfait. Le mieux que nous pouvons faire ne va jamais être parfait.

Ainsi, le Christ - ici nous revenons à Colossiens 1 –est la seule véritable image graphique, parfaite, impeccable, absolument exacte du Dieu invisible. Bien-aimés, s’Il n’était pas à l'image de Dieu, aucun de nous n’aurait jamais pu s’en approcher. Regardez Hébreux 1: 3, et là encore, vous avez une déclaration au sujet de Christ qui, et «qui» fait référence au mot, «Fils» dans le verset 2, «Le Fils» ou son Fils « qui est le rayonnement de sa gloire et l'expression de sa réalité même ».

Maintenant, nous trouvons ici, tout d'abord, que le Fils, qui est le Christ, est l'éclat de Sa gloire. Ce que cela signifie est la mise en avant de Dieu. Il est Celui qui vient de Dieu pour révéler l'essence de Dieu.

Deuxièmement, notez que dans Hébreux 1 : 3 : « Il est l'image de Sa personne » l'image exacte, l'image parfaite. La substance est identique. Le mot utilisé, d'ailleurs, «image» est employé en grec classique pour parler d'un timbre ou un outil de gravure qui a fait un timbre exacte, une reproduction exacte. Jésus est la reproduction exacte de Dieu ; rien ne manque, rien n'a changé. Dans Jean 1:18, nous lisons : «Personne n'a jamais vu Dieu ; celui qui l'a annoncé, c'est le Dieu Fils unique qui est sur le sein du Père.» «Et quand nous avons vu le Fils», dit Jean, «nous avons contemplé Sa gloire, et ce fut la gloire du Fils unique venu du Père. »

C’était évident qu'Il manifestait Dieu. Dans Philippiens 2 : 6, «lui qui était vraiment divin, il ne s'est pas prévalu d'un rang d'égalité avec Dieu » le Christ ayant tout le caractère et la forme de Dieu, est devenu un homme, « s’est fait aucune réputation, et a pris sur Lui la forme d'un serviteur » et cetera.

Les Hébreux ont toujours imaginé la révélation de la personnalité de Dieu en termes de ce que Dieu dit. Ils ne pouvaient pas voir Dieu, mais invariablement, ils pouvaient entendre Dieu, n’est-ce pas ? Combien de fois dans l'Ancien Testament, entendez-vous : « Et la Parole du Seigneur est venu vers un tel et un tel, et la Parole du Seigneur a dit. » Ils ont toujours imaginé Dieu s'exprimant en termes de paroles. La manifestation de Dieu était verbale. Pas étonnant que, quand Jésus Christ est venu dans le monde, Jean a écrit : «Au commencement était la Parole ; la Parole était auprès de Dieu ; la Parole était » quoi? « Était Dieu. » Parce que le Juif a toujours pensé que Dieu était révélé par Sa Parole.

Dieu se révèle verbalement. Pas étonnant qu'il dit dans Hébreux, chapitre 1 que «Dieu a parlé par Son Fils, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, dans le temps passé à nos pères par les prophètes, ainsi que ces derniers jours ». La révélation de Dieu était toujours Sa Parole et la Parole, c’est Christ. Christ est la pensée identique et l'expression de Dieu. Voilà pourquoi Jésus a dit dans Jean 14 : 9 : « Celui qui m'a vu a vu le Père. » Dans Matthieu 17, Jésus leur laisse même un petit aperçu du fait qu'Il est Dieu. Cela devrait arrêter pour toujours toute spéculation ou tout argument à ce sujet, où nous trouvons le Seigneur Jésus-Christ qui se révèle. Dans Matthieu 17, c’est une transfiguration. Verset 2 : «Il fut transfiguré devant eux : son visage se mit à briller comme le soleil et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. Et une voix retentit de la nuée : Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; c'est en Lui que j'ai pris plaisir. Écoutez-le ! » Il s'est révélé, en disant : « Vous voyez Dieu maintenant dans Sa gloire Shekinah».

Le Fils est donc la seule représentation parfaite de Dieu. Les hommes ne le sont pas. Ils sont une image gâchée. Même lors de la restauration dans le Christ, ils ne sont pas suffisants. C’est seulement dans le Christ que Dieu est vue dans la perfection absolue. Dans 2 Corinthiens 4 : 6, cela est beau. «Car le Dieu qui a dit : « Du sein des ténèbres brillera la lumière » a brillé dans notre cœur, pour que resplendisse la connaissance de la gloire de Dieu sur le visage du Christ. » Maintenant, comment a-t-Il fait cela ? Comment Dieu a-t-il donné à l'homme la lumière de la connaissance de la gloire de Dieu ? Voilà, « dans le visage de », qui ? « Jésus-Christ ! » Dieu a déclaré Sa gloire dans le visage de Jésus-Christ. Voilà où Dieu se manifeste.

Maintenant, pour revenir à Colossiens 1 et en regardant ce mot « image », cela signifie une copie précise, une réplique. Christ est la parfaite réplique sans tache de Dieu. Il est non seulement un croquis ; Il est entièrement coloré. Colossiens 2 : 9 : « Car c'est en lui qu'habite corporellement toute la plénitude de la divinité ». Colossiens 1:19 « Car il a plu à Dieu de faire habiter en lui toute plénitude ». Alors bien-aimés, Jésus est la, seule, complète, et finale révélation de Dieu sans que rien ne manque. Penser que Jésus est quelqu'un d'inférieur est un blasphème envers Dieu; c'est de l'idolâtrie, comme nous l'avons vu ce matin.

Je pense que c'est dans Genèse 32, n’est-ce pas ? Verset 30 : «Jacob appela ce lieu du nom de Peniel ; car, dit-il, j'ai vu Dieu face à face » Peniel signifie «face de Dieu.» «J'ai vu Dieu face à face. » Qui a-t-il vu ? Je crois qu'il a vu le Fils, la manifestation pré-incarné.

Nous sommes une image gâchée, insuffisante. Christ seul est suffisant. Mais je vais vous dire quelque chose qui est excitant pour moi quand j'y pense, c’est dans 1 Jean 3 : 2. Un jour, nous serons comme Christ. Voilà, une réalité stupéfiante. Dire que Dieu est devenu un homme, que Dieu a envahi le monde sous une forme humaine est une pensée stupéfiante.

Ephésiens 4 : 13 dit que notre objectif en tant que chrétiens, ici et maintenant, c’est «jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état de l'homme adulte, à la mesure de la stature parfaite de » qui ? «de Christ ! » Nous allons être comme Lui. Nous sommes imparfaits maintenant. Nous allons être comme Lui. Nous devons nous efforcer d'être comme Lui, même maintenant.

Ainsi, le Christ est Dieu révélé dans le monde. Si vous voulez savoir à quoi ressemble Dieu, regardez le Christ. Il vous dira comment est Dieu. Si Dieu était un homme, nous nous attendrions à ce qu’Il soit sans péché. Jésus l’était. Si Dieu était un homme, nous nous attendrions à ce qu’Il dise les plus grands mots jamais parlés. Il l’a fait. Si Dieu était un homme, nous nous attendrions à ce qu’Il exerce une profonde influence sur la personnalité humaine comme aucun autre être qui n’ait jamais vécu, et Il l'a fait. Si Dieu était un homme, nous nous attendrions à ce qu'Il fasse des miracles avec aisance, et Il l'a fait. Si Dieu était un homme, nous nous attendrions à ce qu’Il aime, et Il l'a fait, parce qu'Il est Dieu, et Dieu ne peut être connu autrement que par Jésus-Christ. Paul dit que vous ne pouvez même pas appeler Jésus Seigneur si ce n'est par l'Esprit Saint. Ainsi, c’est une question de révélation divine.

En outre, Colossiens 1. Nous ne voulons pas nous enliser dans ces conditions. « Qui est l'image du Dieu invisible». En second lieu, dans le verset 15, « Le premier-né de toute la création. » Cette phrase particulière a causé beaucoup de problèmes envers les gens, parce qu'ils ne comprennent pas ce qu'Il dit. Le premier-né, ou le «premier-né de toute la création. » Ceci fait référence, bien-aimés, à la position, pas au temps. Il n’est pas le premier être créé en termes de temps.

Il y a deux bonnes raisons pour cela. La raison numéro 1, Il n'a jamais été créé. Il a dit : «Avant qu'Abraham fût » quoi ? «Je suis» dans Jean 8:58. Apocalypse l'appelle «Celui qui était, qui est, et qui est à venir. » Les gens disent : « Eh bien, il a été créé. » Non, il n'a pas été créé. Les gens disent : « Le premier-né de toute la création ? Eh bien, il n'a pas été le premier créé. Beaucoup ont été créés avant Lui si vous voulez comprendre de cette façon. » Que signifie « premier-né » ? Prototokos, le terme grec fait référence à la position. Maintenant marquer cela, c’est très important. Cela se réfère à un grade ; cela se réfère à un droit d'autorité, de primauté ; pas à la chronologie. Le premier-né est celui qui a les droits de succession. Dans le contexte juif, tout le monde le savait. Même dans le contexte païen, tout le monde comprenait cela. Ils n’ont eu aucun doute dans Colosses sur ce à quoi il faisait allusion ; que le Christ était Celui qui était honoré, Le privilégié, Le prestigieux, l'héritier du Père.

Jacob et Esaü, vous vous souvenez ? Esaü est né en premier. Jacob était le prototokos. Il a obtenu la bénédiction. Psaumes 89:27, «Je vais faire de lui mon premier-né» ; puis il le définit, Dieu fait de lui, « le plus élevé des rois de la terre. » Qu'est-ce qu'un premier-né ? Le plus haut. Il y a une définition de cela dans Psaumes 89 : 27. Quelqu'un qui est le plus haut, le plus élevé.

Retournons à nouveau à Hébreux 1. «Dans ces derniers jours, Dieu a parlé à nous, par son Fils. » Maintenant, écoutez ceci, « Son Fils qu'Il a établi héritier. » L'héritier a été nommé par le Père. Normalement, c’était le premier-né, mais si le premier-né a été disqualifié pour une raison quelconque, et le père a voulu le donner à un autre, il avait le droit de le faire. Mais il devait être nommé par le père.

Vous souvenez-vous de la situation juive, le père devait conférer une bénédiction sur le premier-né ? La question n’était pas nécessairement qui était le premier-né, mais qui devait être l’honoré, le fils prestigieux qui hérite tout ce que le père possédait. L'héritage va au Christ.

Dans l'Apocalypse, chapitre 5, Dieu est sur le trône et le rouleau est dans Sa main, le titre de propriété de la terre, scellé de sept sceaux, comme de coutume selon les lois romaines. Pour sceller un testament, il devait être scellé sept fois de sorte que vous ne puissiez pas le dérouler sans lui faire une distraction évidente. « Je vis aussi un ange puissant qui proclamait d'une voix forte : qui est digne d'ouvrir le livre et d'en rompre les sceaux ? » Qui est le propriétaire de la terre ? Qui est l'héritier qui a conquis le monde ? Qui a le droit de contrôler la terre, de le reprendre en tant qu'héritier ? « Mais personne, ni dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, ne pouvait ouvrir le livre ni le regarder.» Jean dit : «Je pleurais beaucoup, parce que personne n'avait été trouvé digne d'ouvrir le livre ni de le regarder. »

Où est le premier-né ? Où est le prototokos ? Où est le premier de tous ? Où est l'héritier ? «Ne pleure pas ; le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a été vainqueur : il peut ouvrir le livre et ses sept sceaux ! Alors je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des anciens, un agneau debout, qui semblait immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre. Il vint recevoir le livre de la main droite de Celui qui était assis sur le trône. »

Voici le Christ, qui prend le titre de propriété de la terre comme le prototokos afin de prendre la relève et régner comme le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs. Du chapitre 6 au chapitre 19, c’est la prise de contrôle de la terre jusqu'à ce qu'Il règne enfin dans le chapitre 20. Le verset 13 fait écho aux sentiments du ciel. «Et toutes les créatures dans le ciel, sur la terre, sous la terre et sur la mer, tout ce qui s'y trouve, je les entendis qui disaient : A celui qui est assis sur le trône et à l'agneau, la bénédiction, l'honneur, la gloire et le pouvoir à tout jamais !» Vous voyez, tout l'univers résonne, sonne des cloches, car celui-ci est digne.

La triste réalité, bien-aimés, est que la seule chose que Satan voudrait est de faire en sorte que personne ne comprenne cela, s’assurer que personne ne croit vraiment que Jésus est Dieu, et que personne ne croit vraiment qu'Il n’est pas une créature mais qu'Il est la principale personnalité parmi toutes. Donc, dans 2 Corinthiens 4 : 4 nous lisons : « le dieu de ce monde» - Qui est-ce ? Satan ! « Les gens sans foi dont l'intelligence a été aveuglée par le dieu de ce monde, de sorte qu'ils ne voient pas resplendir la bonne nouvelle de la gloire du Christ, qui est l'image de Dieu. »

Satan ne veut pas que les gens sachent que Jésus est l'image de Dieu. Il ne veut pas non plus que les gens sachent que Jésus est le seul qui ait le droit de régner dans le monde. Satan ne veut pas qu'ils sachent, de sorte que leurs esprits soient aveuglés par l'incrédulité. Voilà un bon verset à montrer à quelqu'un s'ils vous disent : « Le Christ n’est pas Dieu. » Vous pouvez leur expliquer pourquoi ils croient cela.

Dans Jean 10 : 33, les Juifs répondirent. Jésus a fait beaucoup de demandes, mais les Juifs ont compris le message. Les gens disent : «Eh bien, Jésus n'a jamais prétendu être Dieu. » Balivernes ! C'est ridicule ! Jésus n'a jamais prétendu être Dieu ? Les Juifs répondirent à Jean 10 : 33, «Ce n'est pas pour une belle œuvre que nous allons te lapider, mais pour blasphème, parce que, toi qui es un homme, tu te fais Dieu ! » Ils ont reçu le message. Croyez-moi, ils ont reçu le message. Ils savaient exactement ce qu'Il réclamait. Il avait revendiqué l'autorité divine sur les anges. Il avait revendiqué l'autorité divine sur les hommes. Il a affirmé, en effet, l'autorité divine sur tout lorsqu’Il a dit : «Toute autorité m'a été donnée dans le ciel et sur la terre.» Matthieu 28:18. Il a affirmé l'autorité divine sur la loi, sur le sabbat, sur la tradition des anciens, sur tout. Il a affirmé avoir le pouvoir de pardonner les péchés, le pouvoir de se relever d'entre les morts, et Il l'a prouvé.

Non, Jésus n'est une émanation ni un sous-Dieu. Il est Dieu ! Ainsi, nous voyons Jésus dans Sa relation avec Dieu qui est si puissante au verset 15. Maintenant, regardons le verset 16, Jésus dans Sa relation avec le monde. « Car c'est en lui que tout a été créé dans les cieux et sur la terre, le visible et l'invisible, trônes, seigneuries, principats, autorités ; tout a été créé par lui et pour lui.»

Maintenant, nous venons d'apprendre qu'Il a la primauté sur toute la création, et vous savez pourquoi ? Parce qu'Il a créé tout cela. Jean 1 dit: «Tout est venu à l'existence par elle, et rien n'est venu à l'existence sans elle.» Regardez à nouveau dans le verset 16, «car c'est en lui que tout a été créé» Qui a tout créé ? Christ, n’est ni un sous-Dieu, un démiurge, une émanation mineure, ni un être maléfique. Christ. Il est le Dieu créateur. Il a créé pour Lui-même et Il a créé pour Sa gloire, ainsi que par Lui-même. Regardons Hébreux 1 : 2 à nouveau, « par qui il a fait les mondes.» Par Son dia. En grec, cela signifie «à travers». Par le Christ, les mondes ont été faits. Je dois vous dire que, quand vous pensez à cela, c’est absolument incroyable !

Al Oliver, qui était avec nous lors de notre petite dédicace il y a environ une heure, a un petit bébé - pas si petit, un gros bébé - un joli petit bout de chou nommé Matthieu. Il était assis là, il tenait Matthieu dans ses bras et il a dit : «L'autre jour, je regardais ce petit gars, et je pensais, pourriez-vous croire, que le Dieu de l'univers est devenu un petit bébé comme lui, et s’est mis à la merci des hommes ? C'est incroyable! » J'ai répondu : « C'est vraiment une pensée profonde. » Croyez-vous que cette petite chose était le Créateur de l'univers ? Regardez vôtre bébé. Pouvez-vous croire cela ? Incroyable ! Dieu est devenu un homme. Dieu a pris la forme d’un corps. Dieu qui a créé le monde ? - quand vous vous arrêtez pour penser un peu.

Je ne suis pas scientifique. Même avec beaucoup d'imagination, je ne peux pas dire que je suis un scientifique. Tout ce dont je me souviens c’est que je brûlais les brûleurs Bunsen quand j'étais en science et les béchers se cassaient. Je ne suis pas scientifique, mais je vais vous dire une chose. J’en connais assez, et je lis assez pour savoir que ce monde est complexe, et que Celui qui l’a construit est "quelqu'un".

Arrêtez un moment pour réfléchir. Permettez-moi de vous montrer combien le soleil est grand. S'il y avait un trou dans le soleil, vous pourriez y mettre 1 200 000 terres et il resterait encore de la place pour accueillir les 4 300 000 lunes tout autour. C'est énorme ! L'étoile la plus proche se trouve à 322 milliards de km. L’étoile du Nord est à 644 milliards de km. Une étoile particulière, son nom me surprend toujours – « Bételgeuse » - cette étoile est à 1 412 quadrillions de km. Ne me demandez pas à quelle distance c’est, 1 412 quadrillions de km. La science dit qu'il est si grand que son diamètre est plus grand que l'orbite de la terre. Cela fait beaucoup de matériel.

Jésus Christ a fait tout cela, mais peut-être vous dites : «Je ne crois pas à ce miracle de transformer l'eau en vin. » Et en plus ! «Je ne crois pas qu’Il a guéri cet homme boiteux. » Réfléchis un peu, mon vieux ! Si vous voulez discuter avec moi au sujet de Sa puissance créatrice, il vous faudrait aller encore plus loin que moi, parce que je suis une nouvelle création, et je sais ce qu'Il peut faire. Voilà pourquoi je rejette l'évolution. L’évolution pour moi est absolument inepte. Il n'y a qu'une raison pour laquelle une personne pourrait croire à l'évolution. D'accord, deux raisons ! Je retire ce que j’ai dit, il y a deux raisons. La première, c’est l'ignorance. Je veux dire que vous ne savez pas, n’est-ce pas ? Vous venez, vous n’avez jamais entendu la vérité. La deuxième est tout simplement une incroyance volontaire. Comme je ai lu dans un article écrit par un scientifique une fois qui a dit : « Je rejette l'idée d'un Dieu transcendant, donc quel autre choix ai-je ? » Voilà ! Il a fait tout cela. C'est la seule chose à laquelle vous pouvez croire si vous réfléchissez un peu.

Ainsi, Paul énumère une superbe fondation de qui Il est. Juste une autre pensée au verset 17 qui d’après moi est vraiment quelque chose. « Il est avant toutes choses, et par Lui toutes les choses se composent. » Il est avant toutes choses. Vous savez ce que j'aime ? Cette déclaration de Jean 8 : 58 : «avant qu'Abraham vienne à l'existence, moi, je suis. » J’aurais tellement aimé être là. J'aurais aimé voir la réaction. C'est une chose bouleversante. Il est avant toutes choses. Avant qu'il n’y ait quoi que ce soit, Il était là. Cela est nécessaire si vous allez tout faire. Il a dit dans l'Apocalypse 1 : 8, «C'est moi qui suis l'Alpha et l'Oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était et qui vient, le Tout-Puissant.» Apocalypse chapitre 2, « Voici ce que dit celui qui a l'épée acérée à deux tranchants. » De grandes déclarations !

La première, la source de départ. Apocalypse 22 : 13, « L'Alpha et l'Oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin, c'est moi ! » Le verset 16 que j’aime beaucoup : « C'est moi qui suis le rejeton et la postérité de David, l'étoile resplendissante du matin. » Pensez-y ! Comment pourriez-vous être la racine et la postérité de la même personne ? Comment pourriez-vous être le père de David et le fils de David ? Il l’est. Il l’est avant toutes choses. J'aime cela. Il dit : «Et par Lui tout tient ensemble. » Voyez-vous cela ? « Par Lui toutes choses subsistent. » Hébreux 1 : 3 dit : «Il confirme » en utilisant le présent, « toutes choses par la parole de Sa puissance. »

Maintenant, je voulais trouver quelques idées sur ce sujet, et donc je lisais ce petit livre que Bob Heinmiller m'a donné, et il y avait des choses très intéressantes dedans. Je vais partager certaines d'entre elles avec vous dans une minute, mais quand vous pensez à la façon dont la terre se tient ensemble, c’est vraiment incroyable ! Vraiment incroyable ! Si la rotation de la terre devait ralentir, nous gèlerions et brûlerions en alternance. Ainsi, elle doit tourner à une vitesse constante. Si la température du soleil devait changer, je pense que c’est à 12 000 degrés Fahrenheit, la même chose se produirait. Notre terre est inclinée à, je pense, un angle de 23 degrés. Cela nous permet d'avoir quatre saisons. Si ce n’était pas ainsi, les vapeurs de l'océan se déplaceraient vers le Nord ou le Sud, remplissant les continents avec de la glace. Si la lune ne restait pas à la distance exacte où elle se trouve, les marées océaniques nous noieraient. Alors qui tient tout cela ensemble ? Paul dit : «Le Fils de Dieu, le Christ de Dieu. »

Cet article que Bob m'a donné a été écrit par un homme nommé Chestnut, un médecin, un physicien nucléaire. Il a dit des choses fascinantes. Permettez-moi d’en partager quelques-unes avec vous. Elles sont vraiment hallucinantes. « La science nucléaire nous dit que toute substance dans l'univers est construit à partir de trois petites particules fondamentales appelées protons, électrons et neutrons. » Vous avez tous étudié cela à l'école. Vous avez un noyau dans lequel vous avez des protons et des neutrons et des électrons qui tournent autour de l'extérieur. Vous ne pouvez pas le voir ; c’est infinitésimal en taille, mais ce sont les éléments de base de toute la matière.

Maintenant, il dit dans son article qu’ « Étant donné que ces pièces subatomiques sont les plus petits fragments de l'univers, ils doivent détenir les faits secrets de la conception et du comportement. Si Dieu est Dieu, alors ces choses pointent vers Lui. Les protons et les neutrons forment le noyau alors que l'électron est assez loin, relativement parlant, bougeant tout autour. Donc, nous allons simplement faire abstraction des électrons pour notre petite interlude et nous concentrer sur le noyau d'un atome, qui est une combinaison de protons et de neutrons ».

Maintenant, le Dr Chestnut dit, en parlant des choses connues, « Chaque proton porte une charge positive d'électricité. Le neutron ne porte aucune charge électrique. Les scientifiques évitent d'en discuter pour savoir le pourquoi. Franchement, ils ne savent pas pourquoi. Mais la partie étrange est que depuis des décennies les scientifiques ont eu une loi inviolable qui dit, «De tels charges d'électricité et de magnétisme se repoussent mutuellement.»

Ce que je veux dire c'est que, si vous avez tout un tas de petits protons qui se lancent comme une charge électrique, pourquoi n'y a-t-il pas de court circuit ? Qu'est-ce qui maintient ce noyau ensemble ? La loi dit que les protons ne devraient pas être en mesure de vivre côte à côte dans le noyau d'un atome, parce que les charges se repoussent mutuellement. «Les scientifiques nucléaires dans les années 30 ont conclu que la loi de Coulomb de répulsion mutuelle entre les objets est à l'œuvre dans le noyau de chaque atome, en essayant de toutes leurs forces de le détruire de l'intérieur. »

Ils avaient cette loi, appelée la loi de Coulomb, et ils ont dit : «Ils sont au travail, en essayant de faire de leur mieux pour briser cet atome. Maintenant, à l'époque moderne, nous avons compris comment annuler la force qui le tient ensemble pour le laisser se briser. » Ce n’est pas facile. Avez-vous déjà vu cette chose à Palo Alto qui va sur des kilomètres et des kilomètres, en essayant de faire cela ? « Mais ils ont dit, assez étrangement, » et c’est quelque chose que nous ne pouvons pas comprendre, « il y a une deuxième force dans un noyau qui se bat contre la force qui divise et le tient ensemble. Ils appellent cela «la colle nucléaire.» Ils n'ont pas la moindre idée de ce que c’est. Nous savons.

Voici donc un atome qui existe avec deux lois contradictoires présentes. Je veux dire, quand l'homme avec toutes ses connaissances scientifiques, revient à la chose la plus fondamentale, il se trouve avec un problème sans réponse. Ses lois de la science lui disent que le bébé va sauter, mais quelque chose le tient ensemble. Quelque chose résiste au facteur de division. Il y a une loi, qui s’appelle la loi de Coulomb, qui essaye de détruire l'atome, et une chose primordiale le tient ensemble.

Karl Darrow, physicien chez les Bell Laboratoires à New York, a déclaré que, « Ces noyaux n’ont pas du tout le droit d'être en vie. En fait, ils n’auraient jamais dû être créés; et s’ils ont été crées, ils auraient dû sauter instantanément. Pourtant, ils sont là. » Mais ils sont là ? Ils sont tout. « Une inhibition inflexible les tient ensemble sans relâche. » Je voudrais vous présenter une inhibition inflexible.

George Gamow, professeur de physiques à l'Université George Washington, a dit ceci : «Chaque objet est un potentiel explosif nucléaire, sans être déchiquetés. » C’est incroyable, non ? Qui tient cela ensemble ? Nous savons qui. La science peut appeler cela «une colle nucléaire. » Ils ont même trouvé le nom « Colossus. » Ce n’est pas « Colossus. » C’est Colossiens. Je dis que c’est Colossiens 1:17.

Juste pour vous donner une idée, mon père parlait de cela dimanche dernier. Regardez 2 Pierre 3:10. Maintenant, vous allez être beaucoup plus heureux en sachant que c'est Dieu qui tient les choses ensemble, n’est-ce pas ? Parce que si jamais Il les laisse tomber, au revoir ! 2 Pierre 3:10, «Cependant le jour du Seigneur viendra, comme un voleur.» Cela signifie de façon inattendue « dans lequel » maintenant regardez-ça, « En ce jour-là, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront et la terre, avec ses œuvres, sera mise à découvert. Puisque tout cela est appelé à » - quel est le mot ? - « se dissoudre ainsi ». Cela signifie littéralement libérer quelque chose qui était lié. Savez-vous ce que cela décrit ? Cela décrit la fin de la colle nucléaire.

Un jour quand ce sera le temps de Dieu, Il va décoller les atomes. L'univers va exploser dans la fission nucléaire. Les cieux passeront avec une explosion qui est appelé « un grand bruit » et je peux imaginer que ce sera quelque chose d'incroyable. « Et les éléments vont fondre dans une chaleur fervente, » un autre résultat de cette terrible charges électrique qui traversera l'univers. Tout va fondre. Il sera littéralement dissous. Luõ, « libérer». C’est le mot «libérer». Cela signifie «libérer ce qui est lié. »

La colle nucléaire est partie et tout est dissout et fondu. La libération, le déliement de la force contraignante détruit les noyaux de tous les atomes. La loi de répulsion prend le relais. La loi de Coulomb va détruire l'univers. Quand Paul dit : «Il soutient toutes choses », ou « Par Lui toutes les choses se composent », il nous dit qui est Celui qui tient tout cela ensemble.

Retournons encore une fois à Colossiens 1. Je veux vous montrer le Christ dans Sa relation avec le monde invisible. Nous nous dépêchons pour finir dans une minute. Christ et Sa relation avec le monde invisible est à nouveau dans le verset 16, « car c'est en lui que tout a été créé dans les cieux et sur la terre, le visible et  l’invisible ». Voici les noms des différents types d'anges, ceux de différents rangs. « Trônes, seigneuries, principats, autorités ». Tous ont été créés par Lui. Là, vous avez le classement des anges. Nous ne connaissons pas la différence. Nous ne savons pas ce qu’est leur organisation. Nous savons qu'ils ont différents grades. Certains sont appelés principautés, certains pouvoirs, certains autorités, certains dominations, et certains pouvoirs ou trônes. Donc, quel que soit les rangs des anges qui existent, Il a créé chacun d'entre eux. Il les a faits. Il ne fait pas partie des émanations. C'est Lui qui a fait toutes les émanations, dit Paul.

Hébreux 1 : 7 est utile : « Pour les anges, il dit : Il fait de ses anges des esprits, de ses serviteurs un feu flamboyant. » Là, vous avez l'idée de la création des anges. « Mais pour le Fils : Ton trône, ô Dieu, est établi pour toujours, le sceptre de ton règne est un sceptre d'équité. » Soit dit en passant, vous avez ici dans Hébreux 1 - Je ne vais pas prendre le temps de tout lire - sept citations de l’Ancien Testament pour démontrer que Christ est supérieur aux anges. Les anges sont créés. Christ est supérieur. Il est le Fils. En fait, il nous dit dans Philippiens 2, n'est-ce pas que, «Tout genou fléchira dans les cieux, sur la terre et sous la terre. » Qu'ils soient des anges, ou peu importe ce qu’ils sont, ils vont courber le genou.

Dans Ephésiens 1 : 21, il dit : Christ est « au-dessus de tout principat, de toute autorité, de toute puissance, de toute seigneurie, de tout nom qui puisse se prononcer, non seulement dans ce monde-ci, mais encore dans le monde à venir. » Toutes les choses ont été mises sous ses pieds. C'est un symbole de règne. Un roi était assis sur un trône élevé et tout le monde est sous Ses pieds : tous les anges, toutes les principautés, tous les pouvoirs, toutes les dominations, tous ceux qui régnaient dans le royaume angélique et opérant dans ce domaine sont soumis à Jésus-Christ. Il n’est pas l’un d'entre eux.

Dans 1 Pierre 3, il est dit dans le verset 22 : «Jésus-Christ qui s'en est allé au ciel, à la droite de Dieu et les anges, les autorités et les puissances Lui sont soumis. » Donc, Il n’est pas un ange. Il est au-dessus des anges. Nous voyons Jésus alors, par rapport à Dieu, en relation avec le monde, en relation avec le monde invisible.

Quatrièmement, dans le verset 18, nous voyons Jésus en relation avec l'Église. Nous l'avons vu plusieurs fois et je ne vais pas passer du temps dessus. Je veux juste le mentionner. Verset 18 : «Il est à la tête de l'église, le corps: qui est le commencement », le prototokos à nouveau, ou le principal d'entre les morts, « afin qu'en toutes choses Il puisse être le premier. »

Maintenant, quatre grandes vérités sont présentées sur le Christ. Premièrement, Il est la tête du corps, l'Église. L'Église est appelée, «le corps du Christ». Il y a beaucoup de métaphores utilisées pour l'Église. Nous sommes appelés une famille, un royaume, un vignoble, un troupeau, un bâtiment, une jeune mariée. Mais je pense singulièrement que celui qui n'a pas d'équivalent de l'Ancien Testament pour Israël comme l'Église, c’est le corps. C’est organique. Christ est comme la tête, et nous sommes les membres et les organes et les parties qui fonctionnent en réponse à la domination du cerveau. C’est à Paul, je pense, cette métaphore la plus dominante de l'Église. Alors que nous commençons à étudier 1 Corinthiens 12 dans nos études du matin dans quelques semaines, nous allons le faire avec une grande profondeur et intensité. Donc, je ne vais pas passer beaucoup de temps à traiter avec cela ce soir.

Il suffit de dire que l'Église est un organisme. Nous sommes indissolublement attachés ensemble par le Christ vivant. Comme il vit en chacun de nous la même vie, nous sommes unis inséparablement à Lui et inséparablement les uns aux autres. Chacun d'entre nous prêchent en tant que corps. Nous devons prêcher en liaison les uns avec les autres. Nous avons tous une responsabilité à assumer envers l'autre.

1 Corinthiens 12 prévoit tout cela en détail. Le corps se caractérise par l’unité. Autrement dit, nous sommes tous un seul corps qui va à un seul endroit. Nous ne sommes pas un corps spasmodique. Nous sommes unifiés et nous sommes obéissants, sous le contrôle de l'esprit.

Dans le corps, il y a, d'autre part, la diversité. Même s’il y a un esprit et une unité de réponse à la tête, qui est le Christ, il y a en même temps une diversité des dons, des différents ministères et différentes opérations.

Troisièmement, il y a de la réciprocité dans le corps, ou autrement dit, le ministère commun d'un membre du corps à un autre membre. Ceci est vital. Donc, nous sommes le corps et le Christ est la tête. Il est la force divine dominante, qui guide, qui dirige. Nous ne dépendons pas des anges, dit Paul aux Colossiens. Nous ne sommes pas dépendant de superbes visions. Nous ne sommes pas dépendant des connaissances autres que le Christ. Christ est la tête et Il gouvernera l'Église.

A la base de votre crâne se trouve la glande pituitaire qui, entre autres, contrôle l'hormone de croissance. Vous grandissez en réponse à votre tête. Le cervelet dans le cerveau est appelé l’ «harmonisateur de l'action musculaire. » Vous vous déplacez et vous fonctionnez et vous êtes guidés par le cerveau. De même, le Christ provoque une croissance et guide le corps. Il est la tête. Il règne sur l'Église. Nous répondons à Lui. Il domine. Il n’est pas seulement un parmi d’autres. Il n’est pas seulement un ange que nous choisissons d’adorer et nous devons ajouter des suppléments. Il est le chef de l'Église, le corps.

Puis il dit, deuxièmement, « Il est le commencement de l'Église. » Le début, archē, en commençant dans ce sens-là. Le sens de la source et du rang. Dans le sens de la primauté, Il est l’archē. Il peut être traduit par «chef» ou il par «pionnier». Celui qui est devant, le très-haut, le numéro un, et aussi cela signifie «source». Il est à la fois la source de l'Eglise, qui est son pouvoir d'origine, et le chef ou le premier dans l'église.

Alors Paul dit : «Il est le premier-né », prototokos encore d’entre les morts. Je vous ai dit ce que cela signifie. De tous les gens qui ont été ressuscité des morts, Il est le chef. Il est celui qui est primaire. Il est le numéro un, le rang numéro un, le plus grand de tous.

Quatrièmement, qu'en toutes choses, Il puisse avoir la prééminence. Ce qui Lui a donné la prééminence, bien-aimés, c’est le fait qu'il soit ressuscité d'entre les morts. Parce qu'Il est mort sur la croix et ressuscité d'entre les morts, le Père l'exalte fortement. Il a la prééminence. Il va de soi, je crois, que Celui qui est le premier dans le rang de l'univers, Celui qui est le point de référence de l'histoire, Celui qui est l'agent, le but, le précurseur, le préservateur, le gouverneur dans le domaine de la création, Celui qui est le chef de l'Eglise, Celui qui est le commencement, la source, et le numéro un, Celui qui est au rang numéro un de tous ceux qui sont ressuscités, Celui qui est le premier fruit, si vous voulez, de ceux qui dorment – c'est Lui qui a le droit au titre « prééminent ». Ne le diriez-vous pas ? Donc, par rapport à Dieu, l'univers, le monde invisible, l'église, nous voyons le Christ.

Enfin, le Christ par rapport à tout le reste, au verset 19... Cela reprend tout l’ensemble. «Car il a plu à Dieu de faire habiter en lui toute plénitude » Juste au cas où quelque chose a été oublié ou mis de côté, il n'y a rien de Dieu dans qui que ce soit d'autre. Tout est en Lui. Juste au cas où quelqu'un n'a pas été mentionné, le pouvoir, maintenant marquez cela, les pouvoirs de la divinité. Écoutez cela ! Les pouvoirs de la divinité, les attributs de la souveraineté, ne sont pas répartis parmi une multitude d'êtres. Ils sont possédés par un seul et manifeste dans Celui-ci, le Christ. Vous n'avez pas besoin d'anges pour vous aider à être sauvé. Voilà ce qu'ils enseignent. On n'a pas besoin d'autres esprits. On n'a pas besoin d'autres êtres. « En Lui est toute plénitude ».

Il n’avait aucun supplément. Chapitre 2, verset 3 : « en qui sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance. » Il n'a pas de rivaux. Chapitre 2, verset 9 : «Car c'est en lui qu'habite corporellement toute la plénitude de la divinité», et vous êtes pleinement en Lui. Il n'y a rien d'autre de nécessaire. Ce qui est incroyable c’est quand vous devenez chrétien - j'aime cela. Jean 1 : 16 dit : «Nous, en effet, de sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce pour grâce ». Quand vous devenez un chrétien tout ce qu'Il est à vous. C’est une grande vérité !

John Owen a bien dit : «La révélation de Christ et l'Évangile béni est plus excellent, plus glorieux, plus rempli avec des rayons de sagesse divine et la bonté de la création tout entière, que la vraie compréhension de celle-ci, si réalisable, peut contenir ou comprendre. Sans cette connaissance, l'esprit de l'homme, même s'il est doué pour d'autres inventions et découvertes, est enveloppée de l'obscurité et de confusion. Ceci, par conséquent, mérite la plus sévère de nos pensées, le meilleur de nos méditations, notre plus grande diligence. Car si nous dans l'avenir notre bénédiction nous permettra de vivre où Il est et de voir Sa gloire, quelle meilleure préparation peut-il y avoir pour cela, qu'une contemplation précédente constante de cette gloire, dans la révélation qui est faite dans l'Evangile pour cette fin, et par une vue de celle-ci, nous pouvons être transformés progressivement dans la même gloire. »

Ma réponse est dans les paroles de Pierre, « Dans votre cœur, consacrez le Christ comme Seigneur, avec douceur et respect, en ayant une bonne conscience ».

Notre Père, nous sommes reconnaissants de ce que Tu nous as appris ce soir encore, alors que nous avons vu Christ. Je Te remercie pour le merveilleux miracle de Ta venue dans le flux humain. Je Te remercie pour ces précieuses personnes, pour leur amour pour Toi, pour leur fidélité car ils viennent pour entendre, enseigner, sortir et vivre ces vérités. Nous Te remercions de ce qu'ils signifient pour moi, pour la façon dont ils m’encouragent, et comment ils se frottent contre moi comme une pierre sur une pierre pour m’aiguiser, comment ils me forcent à faire preuve de diligence afin que je puisse nourrir leurs âmes.

Je Te remercie pour Toi, que je peux venir vers Toi pour être nourri. Et que moi, je peux, à mon tour, les nourrir. Ma plus grande prière ce soir est d'exalter le Fils, et je viens Te demander, Père, que cela ait été fait ce soir, que nous allons quitter ce lieu en voyant Jésus-Christ dans toute la majesté de Sa personne.

Pendant que vous priez, méditez encore et contemplez notre bienheureux Christ, ce serait bien de permettre une réponse dans votre cœur. Je suis convaincu qu’il y a quelques personnes ce soir qui ne connaissent pas Jésus-Christ comme Sauveur. Vous avez entendu parler de Lui. Vous avez certainement entendu parler de Lui ce soir. Il est venu dans ce monde comme Dieu. Il est mort sur la croix pour vos péchés et les miens. Il est mort afin que vous puissiez vivre, Il a payé la pénalité de votre péché. Il vous offre un cadeau gratuit. C’est un don de Dieu, et ne vient pas des œuvres car nous pourrions nous en vanter. Ce don gratuit est le salut, et Il dit : «Si vous avancez votre main pour la mettre sur mon chemin, je vous donnerai le cadeau. Je ne demande nulle autre chose que le fait que vous vous détourniez de votre propre nature pour moi, que vous arrêtiez d'essayer de vivre votre vie à votre façon en faisant ce qui vous plait ; que vous me laissez prendre le relais et régner sur elle pour la remplir. »

Je ne sais pas pour vous, mais je vous dis que je suis très ravi d’avoir reçu la plénitude du Christ, comme le dit Jean 1 : 16. Je vous dis tout simplement que, si vous voulez prendre ce don, pourquoi ne pas le Lui dire ? Vous pouvez même dire : «Seigneur, je ne comprends pas tout à ce sujet. Mais je comprends que Tu es mort pour moi et que Tu m'offres le salut comme un cadeau et je veux le prendre ».

Pouvez-vous prier cela dans votre cœur ? Si vous le faites, vous entendrez une réponse. Il répond toujours. Peut-être que vous avez quelques épreuves et quelques angoisses, vous êtes à bout et vous ne savez plus où vous tourner. Tournez à Jésus-Christ et vous serez restauré. Vous ne pouvez pas perdre. C’est une chose personnelle entre vous et Dieu.

Père, je Te remercie de notre communion ce soir. C’était si bon. Nous avons juste eu un temps formidable avec la famille ce soir. C’était riche. Nous Te remercions d'être en mesure d'apprendre à connaître un peu les gens autour de nous. Merci pour le faite que nous sommes capables de chanter et d’exprimer notre amour pour Toi. Apprends-nous à aimer vraiment les uns les autres parce que Tu nous as aimés. Et plus que tout, nous Te remercions pour Jésus-Christ. Nous ne pourrons jamais comprendre le mystère de la raison pour laquelle Tu nous as choisis. Mais nous Te disons merci et nous demandons que Tu amènes à Toi ce soir ceux que Ton Esprit a touché, pour Ta gloire. Donnes-nous une bonne semaine pour partager les vérités que nous avons apprises. Au nom du Christ, Amen !

FIN

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize

Currently Playing

Today's Radio Broadcast

Playlist

Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

Donation:
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize