Grace to You Resources
Grace to You - Resource

Matthieu chapitre 5 et verset 8. Je veux vous lire tous les versets des Béatitudes comme cadre pour nos pensées, puis nous allons prier ensemble et nous regarderons ensuite ce verset. Au verset 1, Matthieu écrit : « Voyant la foule, Jésus monta sur la montagne; et, après qu'il se fut assis, ses disciples s'approchèrent de lui. Puis, ayant ouvert la bouche, il les enseigna, et dit : Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux ! Heureux les affligés, car ils seront consolés ! Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre ! Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés ! Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde! Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu ! Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu ! Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux ! Heureux serez-vous, lorsqu'on vous outragera, qu'on vous persécutera et qu'on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux ; car c'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous. » Prions ensemble.

Père, nous venons à Toi ce soir avec un besoin profond dans nos propres vies. Il suffit d'un regard rapide sur ce verset pour savoir que nous, par nous-mêmes, nous ne pouvons pas être qualifiés. Car Seigneur, dans nos vies il y a des choses qui ne sont pas pures. Il y a toujours des choses qui ne sont pas bonnes. Seigneur, nous sommes de ceux qui avons faim et soif de la justice, une justice que nous savons, au fond de nous-mêmes, être une impossibilité absolue. Nous sommes de ceux qui désirent être purs de cœur, Seigneur, mais la bataille est si dure... et la pureté que nous cherchons est si insaisissable. Quand nous pensons que nous l'avons, nous la perdons. Seigneur, je prie pour que Tu m’aides par la lumière de Ta Parole, par les mains du Saint Esprit de Dieu pour que je puisse regarder ma propre vie ce soir. Et aide chacun de ces chères personnes réunies ici ce soir à regarder leur propre vie aussi.

Père, je suis d'abord très reconnaissant pour la présence de ces personnes ; elles viennent afin d’être exposées à la vérité de Ta Parole. Merci pour celles qui mettent leur vie à l'épreuve de la Parole de Dieu, qui ne viennent pas pour entendre un certain thème fascinant prêché ou un message sans rapport avec la vie. Elles ne viennent pas pour écouter en quelque sorte une discussion fantaisiste, mais elles viennent tout en sachant que nous allons traiter de la pureté du cœur et qu'elle seront appelées à examiner leur vie en la confrontant à la Parole de Dieu. Dieu, je suis reconnaissant pour ce genre d'esprit, et je sais que c'est le genre d'attitude où Tu peux travailler et le genre de vie que Tu peux transformer pour qu'elle mûrisse et se conforme à l'image de Jésus Christ. Et ainsi, Seigneur, que ce que je dis ne soit pas la parole de l'homme, que je ne parle pas par la puissance de mon propre esprit, mais que je sois qu'un porte-parole par lequel l'Esprit de Dieu parlera. Que nous n'écoutions pas l'habileté des hommes mais que nous écoutions la voix de Dieu ! Puissions-nous ne pas appliquer les choses aux autres mais plutôt à nous-mêmes. Donne-nous l'honnêteté de le faire. Aide-nous à ne pas penser à un autre, mais seulement à nous-mêmes. Et Père, nous prions que quand nous aurons fini ce soir, nous soyons mieux équipés pour Te servir, plus engagés que jamais pour chercher Ta gloire que nous l'étions auparavant. Avec cette anticipation, nous Te remercions pour ce que Tu vas faire au nom de Christ. Amen.

Il y a certaines choses dans la Bible que vous pensez pouvoir gérer. Il y a quelques vérités dans la Bible que vous comprenez et que vous pensez pouvoir transmettre à d'autres. Mais il y en a d'autres qui semblent être des fosses sans fond. Ce sont des puits dont les profondeurs sont incommensurables. Ce sont des vérités dont la portée est impossible à englober. Nous allons parler d'une de celles-là en essayant de traiter une déclaration incroyable comme «Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu !» et dans une seule soirée, ce serait une insulte à Dieu, à Sa puissance, à la profondeur et la perspicacité de Sa Parole. C'est l'un des plus grands énoncés, je crois, dans toute la Bible, et je ne peux, en aucun cas, traiter ce verset entièrement. C'est une de ces choses omniprésentes qui s'étend sur tout ce qui est révélé dans les Écritures.

Le sujet de la pureté du cœur peut être suivi depuis le début de la Bible jusqu'à la fin. Comme l'a dit un petit garçon : «Des génies, à la place de Genèse, à la révolution à la place de Révélation ou Apocalypse.» Le thème de la pureté du cœur qui est nécessaire pour voir Dieu est quelque chose de vaste, d'infini. Elle nous dessine presque chaque thème biblique. Il n'y a aucun moyen de découvrir tout ce qui se voit ici. Mais nous avons demandé au Seigneur de nous aider à nous concentrer au moins sur le sens central qui sera riche et significatif pour nous.

Maintenant, notre façon de commenter les Béatitudes a été de poser quelques questions et ensuite d’y répondre. Comme nous vous l'avons dit, vous ne pouvez pas définir une simple déclaration comme cela, pas vraiment. Ce que vous devez faire est de lâcher, en quelque sorte. Je trouve que la meilleure façon d'aborder quelque chose comme ce texte est de poser des questions. Alors c'est ce que je vais faire. En fait, ce que je vous partage depuis quelques semaines est tout simplement ce que j'ai demandé à Dieu de me révéler par ces versets. Et la première question que j'ai posée était la suivante. Quel est le contexte de ces mots ? Quel est le cadre dans lequel Jésus les a prononcés ? Premièrement, son contexte historique, de quoi Jésus parle-t-Il et à quel sujet se réfère-t-Il quand Il dit cela ? Et puis, non seulement cela, mais en chronologie, pourquoi ces mots apparaissent-ils à cet endroit dans la liste des Béatitudes ? Pour moi, cela semble crucial, si fantastiquement important et si absolument nécessaire qu'il ne semble pas juste au premier coup d'œil de le voir simplement coincé là-dedans sans raison. Je me demande pourquoi il n'a pas un endroit plus stratégique, soit au début, au milieu ou à la fin.

Alors, quel est l'arrière-plan et quel est le contexte de ces mots ? D'abord, historiquement, puis littérairement ! Regardons l'histoire d'abord. Je n'ai pas besoin de passer trop de temps à cela parce que vous devenez petit à petit de grands historiens vous-mêmes alors que nous traversons le cadre dans lequel notre Seigneur parle ici, mais je vais essayer de rafraîchir votre mémoire. Rappelez-vous tout d'abord que, au moment de l'entrée de Jésus-Christ dans le monde pour commencer Son ministère en Galilée et à Jérusalem, Israël était dans une situation désespérée économiquement, politiquement et surtout, spirituellement. Nous avons discuté en détail de la situation politique en Israël. Nous avons parlé du fait qu'ils prévoyaient un Messie qui viendrait et mettrait en place une sorte de renversement politique, qui assommerait l'oppression romaine et qui établirait le royaume de Dieu. Nous avons réglé cela. Mais ce soir, je veux m'intéresser à la condition spirituelle d'Israël au moment où Jésus est venu parce que c'est la question que notre Seigneur traite principalement dans le Sermon sur la Montagne. Il parle ici de choses spirituelles. Elles ne sont pas politiques ; elles ne sont pas économiques ; elles sont spirituelles... particulièrement au verset 8. Cette Béatitude montre, en son cœur, une réalité spirituelle.

Maintenant, permettez-moi de parler de la condition spirituelle d'Israël au moment où le Christ a commencé Son ministère. Ils étaient, pour la plupart, oppressés par un régime écrasant et autoritaire de la part des Pharisiens. L'influence et la force dominantes sur Israël au temps du ministère du Christ venaient les Pharisiens. Un système légaliste, en fait, tend généralement à dominer la scène, là où elle se trouve. Il tend à établir des paramètres rigides autour de ce qui est spirituellement acceptable et en raison de son caractère définitif, il règne d'une façon oppressive. Donc, à ce moment particulier de l'histoire d'Israël, les Pharisiens étaient la force dominante sur la vie du peuple. Ils avaient mal interprété la loi de Moïse. Ils avaient, à cause de leur incapacité à garder la loi de Moïse, inventé de nouvelles lois auxquelles ils pouvaient obéir, et ainsi ils pouvaient pacifier leur conscience en gardant leurs traditions alors qu'ils ne pouvaient pas garder les lois de Dieu. Et ainsi, à partir de leur interprétation erronée de la loi mosaïque et d'une sorte de quasi-engagement à la loi mosaïque avec une annexe qu'ils avaient ajoutée, ils avaient mis en place un rigide et imposant système légaliste. Soit dit en passant, il était absolument impossible à mettre en place, à exécuter et c'était une cause de frustration pour l'avocat qui est venu à Jésus et qui a finalement dit dans un dernier effort pour essayer de ratifier ce système légaliste qu'il ne pouvait pas gérer: «Seigneur, quelle est la seule chose que nous pouvons faire ? Donne-moi juste une chose que je peux faire pour Te plaire. Quelle est cette chose ? » Et le Seigneur dit : « C'est facile. Aimez le Seigneur, votre Dieu, de tout votre cœur, de toute votre âme, de toute votre pensée, de toute votre force et votre prochain comme vous-même. Si vous avez accompli cela, vous avez accompli toute la loi et les prophètes. »

Eh bien, ce n'était pas si facile ? Mais c'était un avocat frustré qui est arrivé parce qu'il n'y avait aucun moyen pour accomplir toute la loi. En fait, les dirigeants eux-mêmes avaient décidé - si vous lisez l'histoire, vous découvrirez - que si vous pouviez simplement garder quelques-unes des lois, Dieu comprendrait. Et puis, ils ne pouvaient même pas faire cela, alors ils ont dit que si vous pouviez trouver une seule loi et lui obéir, Dieu comprendrait, et c'est ce que l'avocat recherchait vraiment. Qu'est-ce que nous pouvons faire ? Donc, ce qui est intéressant, c'est que lorsque vous regardez la masse de la population en Israël, il me semble évident qu'elle était quelque peu frustrée par un système juridique qu'elle ne pouvait pas suivre. Et cela produisait une culpabilité énorme ainsi que de la frustration et de l'anxiété. C'était le cas d'un peuple vraiment engagé, même superficiellement, à la réalité de Dieu et au fait que Dieu se révélait par Ses lois. Donc, un ensemble de lois leur avaient été donné. Ils étaient déjà des gens religieux et ils savaient qu'ils avaient besoin d'obéir à ces lois, car c'est ce que leur société leur disait, même s'ils savaient qu'ils ne pouvaient pas le faire, et donc ils vivaient avec beaucoup de frustration, d'anxiété et de culpabilité, comme n'importe qui sous n'importe quel système légaliste. C'est un système impossible ! Maintenant, vous pouvez en inventer un qui n'intègre que les choses que vous pouvez accomplir et vous justifier. Mais dans ce cas-ci, ils étaient sans espoir. Et donc l'oppression du système juridique avait créé une énorme quantité de culpabilité.

Maintenant, personnellement, je crois que c'est une des choses qui a contribué dramatiquement à la puissance du ministère de Jean-Baptiste. Je pense que Jean-Baptiste avait un public, tout prêt, qui cherchait littéralement un endroit où aller pour soulager le fardeau du péché. Quand Jean-Baptiste prêchait dans le désert, vous vous souvenez que des multitudes affluaient vers lui, que des foules venaient littéralement à lui. Même des pharisiens, des sadducéens et des scribes venaient. Je crois que la raison pour laquelle il dit que tout Israël, tout Jérusalem se déplaçait pour venir à Jean était qu'il y avait cette énorme oppression et cette culpabilité conséquente suite au système juridique. Le cœur de chacun était littéralement en souffrance et avait besoin du pardon, du salut, de tranquillité pour leurs âmes troublées. Ils criaient pour un Sauveur, ils criaient pour un Rédempteur, ils criaient pour Celui qui viendrait ne leur imposant plus de règles. Pas pour un autre rabbin avec une autre règle, mais Celui qui viendrait pour leur pardonner de ne pas avoir pu accomplir la loi. Et ils savaient depuis longtemps que Dieu avait promis un Rédempteur. Ils connaissaient assez bien la Parole d'Ésaïe pour savoir qu'il y aurait, un jour, quelqu'un qui leur pardonnerait leur péché. Il y en aurait Un qui ferait disparaître leur iniquité. Il y aurait quelqu'un pour corriger leurs torts. Un Sauveur viendrait pour trouver les gens honnêtes et vraiment motivés, ceux qui adoreraient vraiment Dieu, Il viendrait et Il les purifierait.

Ils connaissaient la parole d'Ézéchiel qui disait qu'un jour Dieu allait venir et les arroser d'eau et ils seraient propres et que Dieu allait enlever leur cœur de pierre pour mettre un cœur de chair à la place. Dieu allait les laver de leurs iniquités. Dieu allait les purger de leurs péchés. Et ils connaissaient le témoignage de David qui savait ce qu'était le pardon, qui savait crier pour dire : «Oh, Dieu, heureux est l'homme dont les iniquités ne lui sont pas imputées. » Eux, n'avaient jamais vécu cela. Et voilà, ils avaient cet énorme fardeau d'oppression. Et quand Jean-Baptiste est venu et a annoncé le Messie, le Rédempteur, le Sauveur, ce n'est pas étonnant, pour moi, que les gens soient sortis quand il a commencé à dire « Repentez-vous car le royaume de Dieu est proche », ils ne pouvaient pas arriver aussi vite qu'ils l'auraient voulu pour se repentir, pour se décharger de leur fardeau et chercher le pardon que le Messie pouvait donner.

Maintenant, une des raisons pour lesquelles je crois que c'est vrai, c'est parce que cela semblait être le désir dans le cœur des gens quand ils ont rencontré Jésus. Par exemple, regardez avec moi au chapitre 3 de Jean, au verset 1, il est dit : «Mais il y eut un homme d'entre les pharisiens, nommé Nicodème, un chef des Juifs». Or, voici un pharisien. Maintenant, Nicodème était un homme très honnête, et même s'il n'avait qu'un peu d'honnêteté, - et je suis persuadée qu'il en avait parce que c'est pour cela qu'il a été attiré vers le Christ - et s'il avait aussi de l'intégrité, il savait qu'il était dans le pétrin. Le pronom emphatique a été utilisé ici. Or, cet homme était un grand enseignant, un chef d’Israël, le meilleur des hommes en termes de récitation des principes divins. C'était un homme important, mais c’était un homme frustré. Son cœur était rempli d'inquiétude et il est venu à Jésus en disant : « Rabbi, nous savons que tu es un enseignant venu de Dieu. Car personne ne peut faire les choses que tu fais sauf si Dieu est avec Lui. » Maintenant, c'est un aperçu formidable de ce qui était dans son esprit. Il avait cherché un homme de Dieu. Pourquoi ? Parce qu'il voulait savoir ce que Dieu avait dit au sujet de quelque chose.

Il est venu la nuit à Jésus et lui a dit, « Tu es de Dieu ! Je sais que Tu es de Dieu à cause de ce que Tu fais. Personne ne pourrait faire ces choses s'Il n'était pas de Dieu. » Mais dans Son cœur c'était cette énorme question. Laquelle ? Que dois-je faire pour être juste ? Que dois-je faire pour entrer dans Ton royaume ? Que dois-je faire pour être un enfant de Dieu ? Que dois-je faire pour que Dieu me rachète ? Voilà la question. Mais Nicodème, en fait, n'a même jamais posé la question. Pourquoi ? Il n'a pas eu le temps. Jésus a lu dans son esprit. Jésus a répondu à la question qui n'avait même pas été posée dans le verset 3. Jésus a répondu, n'est-ce pas grandiose ? Parfois, vous n'avez même pas besoin de poser la question. Il la connaît, Il vient de donner la réponse. Jésus répondit à la question dans le coeur de Nicodème : «En vérité, je te le dis, si quelqu'un ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu.» Quelle était la question de Nicodème ? Comment puis-je voir le royaume de Dieu ? Vous voyez ? C'était la question. Et Jésus a dit : « En étant né de nouveau. » Maintenant, c'est la question qui rongeait le cœur du Juif au temps de Christ. Nicodème regarde sa vie et dit : «Je suis un pharisien et j'essaie de garder la loi ; je suis un souverain sur la terre, je suis un enseignant de la loi et toutes ces choses, mais je ne suis pas sûr d'être sauvé. » Il était assez honnête pour admettre son péché bien qu'étant quelqu'un qui essayait de garder la loi, il avait échoué misérablement. Alors il dit : « Que dois-je faire pour entrer dans le royaume de Dieu ? »

Regardez le chapitre 6 de l'Evangile de Jean au verset 28. Voici le peuple à nouveau. Et Jésus, bien sûr, a sans aucun doute fait ce merveilleux miracle de nourrir plus de 5 000 personnes. Ils lui dirent, au verset 28 - et c'est si clair. «Que devons-nous faire, pour faire les œuvres de Dieu ?» Jésus leur répondit : « L'œuvre de Dieu, c'est que vous croyiez en Celui qu'Il a envoyé. » Maintenant, vous savez ce qu'ils disent réellement? C'est la même chose que Nicodème. Nous connaissons tout le système juridique. Nous connaissons toute la routine rituelle. Nous connaissons toutes les cérémonies et les traditions par cœur. Que devons-nous faire pour connaître la réalité de l'œuvre de Dieu ? Vous voyez ? Comment remontez-vous de la cérémonie à la réalité ? C'est la même question et elle trahit l'attitude des cœurs du peuple d'Israël à cette époque. Ils voulaient quelque chose de réel. Ils voulaient savoir comment arriver vraiment dans le royaume, parce que si vous essayez de faire partie du royaume en gardant la loi, personne n'y parviendra. Ils le savaient, s'ils étaient honnêtes.

Regardez avec moi au chapitre 10 de Luc et au verset 25. C'est très simple. « Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l'éprouver : Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? » Maintenant, c'est la même question sauf que Jésus a répondu autrement. C'est ce que la multitude voulait savoir. C'est ce que Nicodème voulait savoir. Quelle est la norme ? Que faire pour entrez dans le royaume ? Comment obtenez-vous le soulagement pour la culpabilité, l'anxiété et la frustration qui viennent quand vous êtes confronté à un système juridique tout en essayant de plaire à Dieu. Vous savez que vous ne pouvez pas le faire ! C'était toujours la même question dans l'esprit du peuple.

Tournons au chapitre 18 de Luc et au verset 18. Là, nous trouvons un autre homme. Cette fois, ce n'est pas un avocat mais un jeune gouverneur. Mais sa question est la même. « Un chef interrogea Jésus, et dit : Bon maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ?» Vous voyez, c'est toujours la même question à la base. Nous cherchons la réalité. Vous voyez ? Comment aller plus loin que la cérémonie ? Comment obtenir le pardon ? Comment entrer dans le royaume ? Ils n'avaient aucun sentiment de sécurité, voyez-vous. Face à un système juridique auquel vous ne pouvez pas obéir, vous êtes confronté à un terrible sentiment d'insécurité. Et ils voulaient savoir comment ils pouvaient avoir la sécurité, comment ils pouvaient savoir s'ils étaient citoyens du royaume de Dieu. Je pense vraiment que c'était le moment idéal pour que Jésus vienne, parce qu'Il avait la bonne réponse. Vous voyez, Dieu est un Dieu saint. Dieu, en tant que Dieu saint, est absolument juste. En Lui, il n'y a pas de péché. Dieu offre le salut à l'homme pécheur. Un homme pécheur se dit à lui-même : «Comment un saint Dieu peut-il donner le salut à un homme pécheur ?» Et un juif dit : «Comment cela peut-il être ? Un juif honnête et dévoué dirait : « Comment puis-je entrer dans le royaume de Dieu alors que je n'arrive pas à garder les lois de Dieu ? Si c'est la condition, comment puis-je le faire? »

Et cela pose la question à laquelle Jésus répond dans les Béatitudes. La question est : comment une personne peut-elle être sauvée ? Comment entrez-vous dans le royaume de Dieu ? Comment héritez-vous de la vie éternelle ? Comment devenez-vous juste ? Comment pouvez-vous entrer dans une situation où un Dieu saint sans péché peut vous accepter ? Comment ? Et croyez-moi, c'est la question la plus importante dans l'esprit des gens assis sur cette colline galiléenne écoutant parler notre Seigneur dans Matthieu, chapitre 5.

Maintenant, vous vous souviendrez qu'il avait parcouru toute la Galilée, enseignant dans les synagogues, prêchant l'Évangile du royaume, guérissant toutes sortes de maladies, et Sa renommée allait partout, et quand la foule venait, c'est parce qu'elle avait entendu parler de Lui. Elle avait entendu Son enseignement, elle avait vu Ses miracles qui avaient été répandus, et elle avait une grande question : comment une personne peut-elle entrer dans le royaume de Dieu ? Quel genre de justice devons-nous avoir pour être accepté par le Messie, pour faire partie du royaume ? Comment pouvons-nous entrer ? Et je crois, plus que toute autre Béatitude, cette Béatitude, au verset 8, donne la réponse. «Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu ! » - "autoi" C'est eux et eux seuls au sens emphatique – qui « verront Dieu. » Si je peux paraphraser, vous voulez savoir qui entre dans le royaume de Dieu ? Les purs de cœur uniquement verront Dieu dans Son royaume. C'est la réponse. Ceux qui ont le cœur pur!

Maintenant, regardez ceci : Ce ne sont pas ceux qui observent les purifications extérieures. Ce ne sont pas ceux qui passent par les cérémonies extérieures. Ce ne sont pas ceux qui ont ce que j'ai choisi d'appeler la religion des accomplissements humains. Ce ne sont pas ceux qui mettent en marche un système rituel, externe, de justice. Ce sont ceux qui ont purifié leurs cœurs qui verront Dieu et eux seuls. Quelle incroyable déclaration ! C'est la réponse à la question posée par la population que Jésus confronte. C'est une déclaration puissante. Les purs, de cœur, et eux seuls verront Dieu. Maintenant, écoutez bien, l'homme a tendance à se comparer à son prochain. En d'autres termes, à utiliser un autre critère humain. C'est comme dans 2 Corinthiens 11 où Paul parle des faux apôtres qui se comparent entre eux. Et nous en avons parlé, n'est-ce pas? Les Pharisiens étaient bons pour cela. En d'autres termes, chaque fois que vous désirez vous tester : votre moralité, votre éthique ou vos qualités, vous trouverez toujours quelqu'un de pire que vous, n’est-ce pas ? Pensez-y. Bien sûr ! Vous pouvez toujours trouver une norme humaine inférieure.

C'est ce que les Pharisiens faisaient. Le Pharisien venait prier ainsi avec lui-même: «Je te remercie de ne pas être comme les autres hommes, même comme ce publicain misérable.» Voyez-vous ? Sa norme était inférieure à lui-même. Maintenant, savez-vous ce que cela fait ? Cela signifie que la norme humaine ultime est la personne la plus pourrie qui existe, car si tout le monde continue à baser sa propre évaluation sur une personne d’un niveau plus bas, l'ensemble des choses se rabaisse jusqu'à ce que la norme ultime soit la personne la plus pourrie au monde entier. Mais ce n'est pas ainsi que Dieu a établi les choses. Quand Dieu a mis en place un standard pour le caractère acceptable, Il n'a pas dit que vous deviez être meilleur qu'un publicain. Il faut être meilleur qu'un homme immoral. Il faut être meilleur qu'un menteur et un voleur et un tricheur. Il faut être meilleur que celui qui n'est pas juste envers ceux qui l'entourent, qui est injuste. Il faut être meilleur que quelqu'un qui bat ses enfants. Il faut être meilleur qu'un meurtrier. Il a dit que si vous voulez voir Dieu, vous devez être 100% quoi ? Pur ! La norme, c’est Dieu ! 1 Pierre 1 dit : « Vous serez saints, car je suis saint. » Et si vous le voulez en utilisant les paroles du Sermon sur la Montagne, vous les trouverez au chapitre 5, verset 48, « Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. » C'est la norme !

Les hommes considèrent que la norme dépend du pire être humain vivant mais Dieu établit la norme comme Lui-même, le Saint absolu, le Juste, et seul Dieu de l'univers. Qui va entrer dans le royaume ? Qui va au ciel ? Qui va être sauvé ? Qui est apte à entrer à jamais dans la présence de Dieu ? Qui aura à jamais la vision de Dieu ? Qui verra Dieu face à face ? Qui entrera à jamais dans le bonheur ? Qui connaîtra la bénédiction ? Qui connaîtra à jamais le vrai bonheur ? Seulement ceux qui ont le coeur pur. Quand j'ai commencé à réfléchir à cette vérité, j'ai pensé, « waouh, cela répond bien à leur question quand on tient compte de ce qu'ils vivaient à l'époque », car ils s'occupaient surtout de tout ce qui était externe, n'est-ce pas ? Les pharisiens auraient pu se réveiller s'ils avaient été moins préoccupés par le lavage des mains et des ustensiles et les autres rites de leur religion, vous savez. Et le Seigneur dit qu'ils étaient fidèles quand il fallait donner la dîme même quand il s'agissait de la menthe, le cumin et l'anis. En d'autres termes, ils donnaient 10% des fines herbes mais ils ne donnaient pas la dîme de l'amour et la vérité, la miséricorde et la justice. Ils étaient forts quand il s'agissait de déchirer le dixième d'une feuille pour la donner, par contre. Tout est si superficiel !

Jésus leur dit : «A l'extérieur vous êtes blanc et vous avez tous l'air si merveilleux, mais à l'intérieur vous êtes remplis d'ossements de morts. Vous êtes comme une tombe blanchie. Vous êtes des hypocrites.» Tout ne se voyait qu'extérieurement et le Seigneur prend ce manteau d'hypocrisie pour le déchirer en une seule déclaration. Qui verra Dieu ? Pas les externalistes mais ceux qui sont purs à l'intérieur. Vous voyez ? Ils sont les seuls à voir Dieu. Maintenant, vous dites que si c'est un tel sunum bonum, si c'est si important, si c'est une béatitude clé, pourquoi est-elle placée ici dans la liste ? Eh bien, puis-je dire quelque chose à propos de cela ? Chacune de ces béatitudes est critique. Vous ne pouvez pas en supprimer une. Chacune d'elles est importante et toutes s'entrelacent dans un bel ordre magnifique et parfait selon l'Esprit de Dieu. Nous ne pouvons pas dire que la premiere ou la dernière ou celle du milieu est plus importante. Elles sont toutes aussi importantes. Elles font toutes partie de la même série. Elles font toutes partie d'une grande réalité. Vous ne pouvez pas en isoler une de l'ensemble. Bien-aimés, je vous dirais ceci : Une personne du royaume est celle qui accomplit toutes ces choses. Vous voyez ? Toutes ces choses ! Vous ne pouvez pas choisir. Vous ne pouvez pas dire : «Eh bien, voyons voir. Il y en a beaucoup. Réfléchissons, je vais prendre, euh »- non, vous ne pouvez pas faire cela. C'est le flux de la vie. Une fois que vous avez atteint la première : ceux qui sont pauvres en esprit, le reste coule par un merveilleux travail de l'Esprit de Dieu.

Vous commencez par la réalité de votre pauvreté en esprit. Et ensuite vous vous voyez comme un mendiant dans un coin, qui tend la main pour un petit don, n'ayant aucun pouvoir de gagner quoi que ce soit. Et comme un mendiant qui se recroqueville, ayant honte de montrer son visage, vous tendez la main avec un sens énorme d'insuffisance. Vous tendez la main vers Dieu. C'est là que cela commence, et puis, dans votre tentative d'atteindre Dieu en tant que mendiant, votre réponse suivante est celle de pleurer sur le péché qui vous a mis dans cette position. Et à partir de votre sens total de péché, vous devenez doux devant un Dieu absolument Saint. Vous ne pouvez pas être autre chose qu'un humble pécheur. Et dans votre humilité, tout ce que vous pouvez faire, c'est de crier votre faim et soif d'une justice que vous ne pouvez pas atteindre et pourtant il le faut. Et vous pleurez en demandant que Dieu vous la donne. Et alors que se passe-t-il ? Dieu vous donne miséricorde et c'est la prochaine béatitude et vous devenez un de ceux qui sont miséricordieux. Et une fois que vous avez reçu la miséricorde, que Dieu, par Sa miséricorde, a purifié votre cœur parce que vous aviez faim de Sa justice, vous devenez pur de cœur et à ce moment-là seulement, vous pouvez être un pacificateur.

Vous voyez, il y a un flux qui ne peut pas être isolé, et une fois que vous devenez un pacificateur dans le monde, vous trouverez que le monde va vous persécuter et se moquer de vous, vous haïr et vous mépriser, mais ce n’est pas grave parce que le verset 12 dit que vous pouvez vous réjouir car Dieu va vous récompenser. Donc, une raison pour laquelle cette béatitude est ici est parce que c'est la suite naturelle. La pureté du cœur vient après la faim et la soif de justice quand Dieu vous aura dispensé Sa miséricorde. C'est Sa miséricorde qui nettoie votre cœur. C'est la miséricorde qui purifie votre mauvais cœur. Ce n'est pas quelque chose que vous gagnez ; c'est quelque chose que Dieu vous donne avec miséricorde et ensuite, dans ce cœur pur qui vient de Sa miséricorde, c’est cette pureté qui vous permet de voir Dieu. Mais il y a une autre belle pensée aussi, qui explique pourquoi cette béatitude est ici. Les sept premières béatitudes s'intègrent d'une belle manière. Les trois premières mènent à la quatrième et ensuite les trois autres suivent. La quatrième, qui semble être le point culminant, est la faim et la soif de justice.

Vous commencez par un esprit mendiant et par la mendicité de votre propre esprit vient un deuil sur le péché et quand vous vous voyez comme un pécheur, vous êtes humble et doux devant Dieu. A ce moment-là, vous criez pour la justice et alors Dieu agit. Vous expérimentez Sa miséricorde, vous trouvez la pureté du cœur et un don de rétablissement de la paix qui sort de la quatrième béatitude. Les trois premières vous mènent à Dieu, les trois dernières s'écoulent de Lui. Mais avez-vous remarqué quelque chose qui est encore plus complexe ? La première et - attendez que je réfléchisse un peu... La première et la cinquième, la deuxième et la sixième, la troisième et la septième semblent également se comparer. Par exemple, ce sont les pauvres en esprit qui se rendent compte qu'ils ne sont que des mendiants et ils vont montrer la miséricorde aux autres, n'est-ce pas ? Parce qu'en tant que mendiant, vous savez que tout ce que vous avez est un don de miséricorde et donc vous aurez tendance à être miséricordieux aussi. Et en deuxième lieu, ce sont ceux qui pleurent sur leur péché qui vont connaître la pureté de cœur, parce que si vous ne pleurez pas sur votre péché, il n'y a pas de purification. La vraie repentance implique le deuil, et donc le deuil semble être lié en quelque sorte à la pureté de cœur. Enfin, ce sont les doux qui sont les artisans de la paix. Je vais vous dire quelque chose que j'ai appris il y a longtemps quand j'ai étudié Philippiens, chapitre 2. Personne, et je veux dire personne, n’est un pacificateur s'il n'agit pas avec humilité.

Ainsi vous voyez, ce sont les mendiants qui sont miséricordieux envers les mendiants. Ce sont les endeuillés qui sont les purs de cœur et ce sont les doux qui sont les artisans de la paix. Le tissage de ces béatitudes montre comment l'Esprit de Dieu agit. Elles sont donc à la bonne place historiquement, chronologiquement. Maintenant, rappelez-vous que dans la foule ce jour-là se trouvaient des juristes pharisiens. Disons en passant qu'ils sont dans chaque foule religieuse. Le monde en est plein. Ils pensent aller au ciel à cause de leurs réalisations humaines. «Eh bien, je vais bien.» «Je ... - Eh bien, le Seigneur ne peut certainement pas m'envoyer en enfer. Je ne donne pas de coups de pieds aux chats. Quand mon voisin en a besoin, je lui prête ma pelle. » « Je vais - je n'ai jamais fait - je n'ai jamais tué personne, je n'ai jamais trompé ma femme, je suis un père assez bon, je pourvois pour mes enfants, ils ne se promènent pas sans vêtements, et nous avons fait du mieux qu'on a pu dans cette vie. » C'est la religion de la réalisation humaine. Il y a aussi des gens qui vont au temple bouddhiste ; ils brûlent leur petite chose et ils mettent leur petit dîner là-bas, et ils vont se frayer un chemin pour gagner tout ce qui se trouve là-haut, Nirvana, se pensant dans le néant exquis. Ils sont partout dans ce monde.

Il n'y a que deux genres de religion dans le monde, d'accord ? Seulement deux. Les gens disent : «Oh, il y a tant de religions.» Non, seulement deux ! Seulement deux religions dans le monde entier ! La religion de l'accomplissement humain, et c’est sous toutes les marques imaginables, mais c'est toujours la même chose : vous gagnez votre propre salut..., et la religion de l'accomplissement divin qui dit que vous ne pouvez pas le faire, que Dieu a tout fait en Christ, il n'y en a qu'une qui dit cela et c'est le Christianisme. Ce sont les deux seules religions dans le monde : la religion de la réalisation humaine et celle de l’accomplissement divin. Faites votre choix. Les réalisations humaines ont toutes sortes d'étiquettes, mais ce sont toutes la même chose. C'est un mensonge de Satan. Et ainsi dans chaque foule, vous avez les gens qui vont essayer de le faire par eux-mêmes. Ils vont gagner leur chemin vers le ciel. Ils vont y arriver par leurs propres forces, leur propre pouvoir, leurs propres ressources.

Ils étaient dans cette foule ce jour-là et le Seigneur Jésus-Christ les dépouillait dès le départ. Ils se contentaient de cérémonies extérieures. Ils se contentaient d'œuvres superficielles, de justice et de systèmes qui ne traitaient que l'extérieur. Et Jésus leur disait : « Désolé, vous ne vous qualifiez pas pour voir Dieu. Vous ne serez jamais dans mon royaume, parce que je cherche celui qui a le coeur pur. Je travaille pour changer l'intérieur. » Vous savez, ces gens n'avaient aucune excuse. Psaumes 51 : 6 - ils connaissaient les Psaumes. Psaumes 51 : 6 dit : « Mais tu veux que la vérité soit au fond du coeur ». Le Psalmiste a enseigné la même chose, la même réalité dans Psaumes 24, aux cinq premiers versets : «A l'Eternel la terre et ce qu'elle renferme, le monde et ceux qui l'habitent ! Car il l'a fondée sur les mers, et affermie sur les fleuves. » Il voit le royaume de Dieu dans sa plus grande définition possible. Alors il dit : « Qui pourra monter à la montagne de l'Eternel ? » Qui sera accepté dans le royaume ? Qui pourra entrer ? «Qui s'élèvera jusqu'à son lieu saint ?» Qui verra Dieu ? Et la réponse vient au verset 4 : « Celui qui a les mains innocentes et le coeur pur ; celui qui ne livre pas son âme au mensonge, et qui ne jure pas pour tromper. Il obtiendra la bénédiction de l'Eternel, La miséricorde du Dieu de son salut. »

Qui entre dans le royaume ? Qui est sauvé ? Qui est juste ? Qui verra Dieu ? Jésus condense le Psaume 24 dans cette béatitude. Ceux qui ont les mains propres et les cœurs purs sont ceux qui reçoivent le salut. S'ils s'étaient rappelés des paroles du prophète bien-aimé qu'ils exaltaient si merveilleusement, le prophète Esaïe, ils auraient su. Il est dit dans Ésaïe 59 : 1, « Non, la main de l'Eternel n'est pas trop courte pour sauver. » Si vous n'êtes pas sauvé et que vous n'obtenez pas le salut, ce n'est pas parce que le bras de Dieu ne peut pas vous atteindre, que Son bras est trop court et que vous êtes trop loin. Non ! « Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation entre vous et votre Dieu ; ce sont vos péchés qui vous cachent Sa face et L'empêchent de vous écouter. Car vos mains sont souillées de sang, et vos doigts de crimes; vos lèvres profèrent le mensonge, votre langue fait entendre l'iniquité. Nul ne se plaint avec justice, nul ne plaide avec droiture; ils s'appuient sur des choses vaines et disent des faussetés, ils conçoivent le mal et enfantent le crime. Ils couvent des oeufs de basilic, et ils tissent des toiles d'araignée.» et ainsi de suite. NOUS SOMMES ICI !

Et au verset 12 : « Car nos transgressions sont nombreuses devant toi, et nos péchés témoignent contre nous », dit le prophète. « Nos transgressions sont avec nous, et nous connaissons nos crimes. » Au verset 16, « Il voit qu'il n'y a pas un homme, Il s'étonne de ce que personne n'intercède ; alors son bras lui vient en aide, et sa justice lui sert d'appui. Il se revêt de la justice comme d'une cuirasse, et il met sur sa tête le casque du salut ; Il prend la vengeance pour vêtement, et il se couvre de la jalousie comme d'un manteau. » Et voici un tableau du Christ. Le Christ regarde autour d'elle et il voit les gens perdus dans le péché. Et comme les Juifs du temps de Jésus, ils crient et disent : « N’y a-t-il pas d’homme, n'y a-t-il pas d'intercesseur ? Et le Christ vient et Il revêt les vêtements du salut et Il se meut. Et il est dit au verset 20 : «Un rédempteur viendra pour Sion». Voyez-vous ?

S'ils se souvenaient d'Esaïe 59, ils auraient eu la réponse à leur propre question. S'ils connaissaient Ezéchiel 36, ils auraient su que le Messie allait venir et laver Son peuple de l'intérieur. C'est toujours le cœur pur, bien-aimés. Toujours !

Il n'y a que trois approches à la religion. Il y a la religion de la tête qui fait confiance à une croyance et à un système. Il y a la religion de la main qui fait confiance à une bonne action. Mais Dieu dit : «Ce que je cherche, c'est la religion du cœur», qui est basée sur une pureté implantée et donnée par Dieu. 1 Samuel 16 : 7, « l'homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l'Eternel regarde » - où ? – « au cœur. » Tant de personnes ont manqué cela. Permettez-moi de le dire ainsi : Vous ne verrez jamais Dieu, vous ne serez jamais dans le royaume de Dieu, vous n'entrerez jamais dans la présence de Dieu, vous n'aurez jamais Son pardon, vous ne connaîtrez jamais le Rédempteur qui sort de Sion, vous ne saurez jamais ce que c'est que de venir boire au puits du salut, vous mourrez frustrés par vos péchés - sauf si votre cœur est pur. Sauf si votre cœur est pur !

Mais vous savez, l'émerveillement de tout cela est que c'est exactement ce que Jésus-Christ est venu faire, purifier votre cœur. Car quand Il est mort sur la croix, vous voyez, Il a pris le péché qui vous avez été compté et Il a payé toute la pénalité pour ce péché. La Bible dit qu'Il impute alors Sa justice sur vous. C'est un échange fantastique. Il prend votre péché, vous donne Sa justice, de sorte que lorsque vous mettez votre foi en Jésus-Christ et que Dieu vous regarde, Dieu vous voit pur. Et à aucune autre condition, Il ne vous voit de cette façon.

Catesby Paget l'a dit en ces termes : «Si cher, si cher à Dieu, plus cher que cela je ne pourrais être, car dans la personne de Son Fils, je suis aussi cher que Lui. Si près de Dieu, plus près, je ne pourrais être, car dans la personne de Son Fils, je suis aussi proche que Lui. » C'est parce que le Christ a pris notre place, a porté nos péchés dans Son propre corps sur l'arbre, que Sa justice nous est donnée, et ainsi par la foi, Dieu nous rend purs. C'était son message et c'était le contexte.

Examinons maintenant une deuxième question. En passant, nous ne couvrirons probablement pas toutes ces questions ce soir. Nous allons laisser tomber les deux dernières. C'était des pensées supplémentaires de toute façon. Deuxième question : Que signifie être pur de cœur ? Qu'est-ce que cela signifie vraiment ? Et c'est la question clé. Que signifie être pur de cœur ? Tout d'abord, permettez-moi de vous rappeler que le mot «cœur» c’est kardia, avec lequel nous obtenons «cardiaque»; c'est le mot grec pour «cœur». Mais le cœur, comme nous le savons, c’est l'intérieur. Le cœur dans la Bible est toujours vu comme la partie intérieure de l'homme, le siège de sa personnalité, son homme intérieur. De façon prédominante - et je veux que vous notiez ceci : De façon prédominante, il se rapporte au processus de pensée. Le cœur, ce n'est pas seulement les émotions.

Nous vous avons enseigné auparavant que lorsque la Bible veut parler d'émotions, elle parle des entrailles de la compassion. Le sentiment dans l'estomac, dans la section médiane, il est utilisé très différemment - très différemment - en fait, parfois il parle même du foie comme un organe de l'émotion, si vous pouvez l'imaginer. Et la raison pour laquelle ils utilisent ces termes c’est parce qu'un juif exprime son sentiment en termes de ce qu'il ressent dans son estomac. Vous savez, quand il a vraiment aimé, il l'a senti dans son estomac. Quand il détestait vraiment, il le sentit dans son estomac. Quand il avait vraiment une certaine émotion, il l'a tournée dans l'estomac. Et c'est encore vrai aujourd'hui. Nos émotions affectent nos organes internes, mais l'esprit et le cœur étaient vraiment ensemble. « Comme un homme pense dans son » - quoi ? - « coeur ». Ainsi, le cœur est devenu l'équivalent du processus de pensée principalement. Mais notez ceci : Parfois, le mot « cœur » fait référence à la volonté et l'émotion comme si elles venaient de l'intellect.

Par exemple, mon esprit fait quelque chose et si mon esprit est vraiment engagé à ce quelque chose, il affectera ma volonté, ce qui affectera mon émotion. L'esprit est comme généré - l'esprit génère la volonté, qui génère l'émotion. La volonté c’est comme un volant. L'esprit le met en marche et une fois le volant en mouvement, il tourne les émotions. Et ce dont parle notre Seigneur, quand il dit «le pur du cœur», c'est l'intérieur, et Il pense tout d'abord à l'esprit, qui contrôle la volonté, qui contrôle les réponses de l'émotion.

C'était comme un coup de feu aux pharisiens et aux légalistes qui disaient à tout le monde que tout ce que vous aviez à faire, c’était de prendre soin de l'extérieur et que seul l'extérieur était en question. Et que si vous vous contentiez de l'extérieur et de l'activité religieuse extérieure, vous alliez vous en sortir, mais ce n'est pas la réponse. Marc, chapitre 7, est une bonne illustration de cela, si vous voulez le suivre. Le cœur se réfère à l'intérieur. C'est l'endroit où tout se passe à l'intérieur de vous, dans la pensée hébraïque.

Par exemple, un bon verset pour s'orienter sur ceci est Proverbes 4 : 23. Cela tire le tout ensemble. Écoutez, je vais vous le citer - c'est très court : « Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie. » En d'autres termes, quel que soit le cœur, c'est la source des questions de la vie. Les questions de la pensée, du sentiment et de l'action jaillissent de ce cœur. Éphésiens 6 parle de faire la volonté de Dieu avec le cœur. Faire la volonté de Dieu avec le cœur. C'est là que tout est généré. Jérémie 17 : 9 dit : «Le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant : qui peut le connaître ?» Dans Genèse 6 : 5, quand Dieu regarde la civilisation avant le déluge, Il dit: «et toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal ». Le cœur est la pensée, le siège du comportement. De là viennent les questions de la vie.

Dans Matthieu, chapitre 15, au verset 19 je pense, il dit : «Car c'est du coeur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies. Voilà les choses qui souillent l'homme; mais manger sans s'être lavé les mains, cela ne souille point l'homme. » - ce n'est pas grave du tout, vous voyez. Il s'approchait des pharisiens. «Vous faites une telle chose comme la cérémonie de lavage, et ce qui préoccupe Dieu c’est le cœur. » « Ces choses » - le verset 18 dit – « qui sortent de la bouche viennent du cœur, et c'est ce qui souille l'homme.»

Dans Jacques chapitre 4, au verset 8, « Approchez-vous de Dieu, et il s'approchera de vous. Nettoyez vos mains, pécheurs »- c'est l'extérieur – « et purifiez vos cœurs »- c'est l'intérieur. Eh bien, il y a tant d'autres Écritures, nous ne prendrons pas le temps de les regarder. Dieu recherche un cœur changé. C'est le vrai cœur du problème. Souvenez-vous de cher David dans Psaumes 51 ? Qu'a-t-il dit ? « Créer en moi un » - quoi ? - «un cœur pur, ô Dieu!» «Crée en moi un cœur pur.» La source même de sa personnalité ! Vraiment, dit le Psaumes 73 : 1, « Dieu est bon pour Israël » - ah, mais qui en Israël ? - «à ceux qui ont le cœur pur». Vous voyez ? Dieu a toujours recherché ce qui vient de l'intérieur.

Bien-aimés, permettez-moi de vous dire quelque chose : Je m’en fiche que vous alliez à l'église tous les jours de la semaine. Je m’en fiche que vous portiez une Bible avec vous et que vous récitiez des versets. Si votre cœur n'est pas pur, vous n'arrivez pas à la norme de Dieu. Peu importe votre religiosité à l'extérieur. Permettez-moi de l'illustrer par David et Saul. Lorsque Dieu appela Saül, Saül était un peu dérangé. Grand, sombre et beau, mais rien d'autre ! Et ainsi il est dit dans 1 Samuel 10 : 9 que Dieu a donné à Saül un autre cœur. N'est-ce pas génial ? Dieu a dû le changer à l'intérieur. Ainsi, il est dit dans 1 Samuel 10 : 9, «Dieu lui donna un autre coeur». Mais vous savez ce qu'il a fait ? Il a commencé à désobéir à Dieu, et il lui est arrivé de faire des choses que seul le prêtre avait le droit de faire, et Samuel vint à lui pour lui dire : «Saül, le Seigneur dit que tu es fini. Vous n'aurez pas de ligne royale. Pourquoi ? Parce que Dieu a cherché un homme selon Son propre cœur. » Vous voyez ?

Pourquoi ? Pourquoi Dieu se soucie-t-Il de cela ? Et la réponse est venue dans 1 Samuel 16 : 7, « l'homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l'Eternel regarde au cœur. » Qui était l'homme selon le cœur de Dieu ? Eh bien, c'était David. Dieu a choisi David parce que son cœur était juste. David dit ceci dans Psaumes 9 : 1 : « Je louerai l'Eternel de tout mon cœur ». Dans Psaumes 19 : 14, David dit : « Préserve aussi ton serviteur des orgueilleux ; qu'ils ne dominent point sur moi ! Alors je serai intègre, innocent de grands péchés. » Dans le Psaume 26, verset 2, David s'écrie : «Sonde-moi, Eternel ! Éprouve-moi, fais passer au creuset mes reins et mon cœur. » Dans le Psaume 27 et le verset 8 : «Mon cœur dit de ta part : cherchez ma face ! », dit David, « Je cherche ta face, ô Eternel ! » Vous voyez, c'était un homme qui a été gouverné par son cœur. De l'intérieur !

Le Psaume 28, verset 7 - et je cite seulement la première partie des Psaumes : «L'Eternel est ma force et mon bouclier; en Lui mon cœur se confie.» Il y avait un homme selon le cœur de Dieu. David, dans son être intérieur, cherchait Dieu. Et vous savez quelle est la somme de tout cela ? J'aime bien cela. Psaumes 57 : 7 - Ne l'oubliez jamais ! David cria : «Mon cœur est affermi, ô Dieu ! Mon cœur est affermi !». N'est-ce pas grandiose ? Je suis enfermé en Toi dans mon cœur. C'est le genre de culte que Dieu veut. C'est un homme qui a vu Dieu. Oh, il a échoué à l'extérieur, mais son cœur était tourné vers Dieu. Ces gens n'ont peut-être pas échoué à l'extérieur, ils ont peut-être accompli tous les rites, mais le cœur n'était pas tourné vers Dieu. Le deuxième terme dans cette phrase, «pur de cœur», est le mot «pur». Qu'est-ce que cela signifie ?

Katharos. Katharos. Maintenant, vous ne parlez pas beaucoup de pureté dans notre monde si vous voulez être populaire. Les gens disent que la pureté est quelque chose de plat, d'insipide, de plutôt vague, de peu attrayant qui appartient à des gens étranges en robes longues qui vivent dans les monastères. Qu’est-ce que signifie être pur? Le mot katharos c’est un nom formé de katharizō, qui signifie nettoyer la saleté et l'iniquité. C'est aussi simple et vous n'avez besoin de savoir que ça. Dans le sens moral, cela signifie être libre du péché. Il est apparenté au mot latin castus et le mot latin castus est la racine du mot français «chaste». Il y a donc un lien.

Soit dit en passant, certains d'entre vous traitent avec la médecine, vous savez ce qu'est un cathartique. Un cathartique est un agent utilisé en médecine pour nettoyer une plaie ou nettoyer une zone pour la rendre pure. Quand quelqu'un va chez un psychologue ou un conseiller et ils ont une catharsis - c'est un autre usage du mot - ils ont un nettoyage de l'âme. Le mot signifie simplement être purifié. Mais c’est intéressant, il y a deux nuances dans la signification et je veux juste vous les donner très rapidement. Certains suggèrent l'idée qu'il signifie "sans mélange". Mais «pur» a le sens de non allié, non modifié, non mélangé, tamisé ou nettoyé de paille, vanné, si utilisé pour désigner une variété de blé. En d'autres termes, pour être purs, vous n'avez pas d'élément étranger ajouté. C'est non allié, non-adulteré, non-mélangé. Et ce que notre Seigneur dit vraiment ici est : «Je recherche un cœur qui est sans mélange dans sa dévotion, sans mélange dans sa motivation, ayant une motivation pure venant d'un cœur pur.

Et donc cela pourrait être l'idée de l'intégrité spirituelle. Il y a un rapport avec les attitudes. Il y a un rapport aussi avec l'intégrité et la ténacité du cœur en opposition avec la duplicité des intentions qui viennent d'un esprit divisé en deux parties. Vous vous rappelez dans Jérémie 32 : 29, la Parole dit : « Et je leur donnerai un seul cœur et un seul moyen pour qu'ils me craignent à jamais. » En d'autres termes, Dieu dit : « Je vais leur donner un cœur et ils ne vont plus être divisée. » C'est cette dévotion unique, ce but unique. En d'autres termes, c'est une motivation pure. Je pense que c'est très important. Je pense que notre Seigneur met vraiment l'accent sur ce point, comme nous le verrons plus loin dans le Sermon sur la Montagne au chapitre 6 et au verset 19-23. Il dit : «Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. L'œil est la lampe du corps. Si ton œil est en bon état, tout ton corps sera éclairé ; mais si ton œil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres ! » En d'autres termes, Il voit ici comment vous regardez les choses, comment vous les voyez, et cela peut affecter votre vie entière. Si votre motivation est pure, alors votre vie est pure. Si votre motivation est corrompue, votre vie est corrompue.

Il faut donc qu'il y ait un seul cœur, une seule dévotion, une seule motivation, et c'est résume au verset 24 : «Aucun homme ne peut servir» - quoi ? - «deux maîtres». Il recherche cette ténacité. Jacques en a parlé - au chapitre 4 - à quelques reprises dans le verset 4. «Adultères que vous êtes ! Ne savez-vous pas que l'amour du monde est inimitié contre Dieu ? Celui donc qui veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu. » Vous ne pouvez pas avoir les deux. Ainsi, dans le verset 8, il dit : «Approchez-vous de Dieu, et il s'approchera de vous. Nettoyez vos mains, pécheurs; purifiez vos cœurs, hommes irrésolus.» Il y a donc ce sentiment, bien-aimés, que Dieu veut une motivation pure. Et vous voulez savoir quelque chose ? Je crois que si vous êtes chrétien, c’est normal pour vous d'avoir ce genre de motivation. Je vois l'apôtre Paul dans Romains chapitre 7, et que voulait-il faire ? Est-ce qu'il voulait faire ce qui était juste ? Il a dit : «Les choses que je veux faire, je ne peux pas faire. Et les choses que je ne veux pas faire, je fais. Oh, l'homme misérable qui est en moi. Qui me délivrera du corps de cette mort ? » Il dit : « Car la volonté est juste. Je désire ardemment faire la loi de Dieu. J'aime la loi de Dieu. Je veux la loi de Dieu, mais le péché qui est en moi me corrompt. » En d'autres termes, il dit : « J'ai des motivations pures, mais je ne peux pas passer outre ma chair pécheresse. »

Donc Dieu recherche ces motivations pures. Je crois que si vous êtes vraiment un chrétien, cette motivation de pureté est vraiment là. Et si vous n'avez pas cela dans votre cœur, je me demande si vous connaissez Dieu. Parce que les seules personnes qui voient vraiment Dieu, les seules personnes qui connaissent vraiment Dieu, sont celles qui sont pures dans leur cœur dans le sens d'une motivation qui est vers Dieu. Chaque fois que David péchait, c'était parce ses motivations étaient corrompues. Ses motifs étaient tordus. Mais il revenait toujours à Dieu. Vous savez quand il a crié, « Mon coeur est affermi, ô Dieu ! mon cœur est affermi !» Savez-vous où il était ? Il se cachait dans la caverne d'Adullam. Tu sais pourquoi il se cachait dans cette caverne ? Parce qu'il avait agi comme un idiot quand il était là-haut à Gath. Il était dans le pays des Philistins, et il pensait : «Ces Gathites, ces Philistins, ils vont me tuer. Oh, j'ai tellement peur, et il a laissé tomber sa confiance en Dieu, pour jouer comme un homme fou ; il crachait partout sur sa barbe et il griffait les murs comme un fou. Il agissait comme un fou. Ils ont dit donc : «Nous n'avons pas besoin de plus d’idiots. Débarrassez-vous de lui. »

Et il est dans la caverne d'Adullam et il se dit à lui-même : « David, tu voulais te protéger, tu voulais sauver ta propre peau au lieu de glorifier Dieu. Donc tu as joué l'idiot, et c’est même écrit dans les Écritures ; tout le monde va savoir quel idiot tu étais. Tu as déshonoré Dieu, tu as omis de glorifier Dieu », puis il s'arrête et dit : « Dès lors, mon cœur est affermi. » « Seigneur, mon cœur est affermi. » Plus de douceur. Et vous ? Avez-vous ce désir dans votre cœur ? Avez-vous des motivations pures ?

Le grand John Bunyan, qui a écrit le chef-d'œuvre Le Voyage du Pélerin et La Guerre Sainte et tant d'autres choses, a une fois été signalé par quelqu'un comme un grand prédicateur et qu'il avait sans doute prêché un chef-d'œuvre ce jour-là. Je cite : «Merci, mais le diable me l'a déjà dit alors que je descendais de la chaire.» Motivation pure ! Mais laissez-moi ajouter quelque chose à cela. Ce n'est pas assez. La motivation pure n'est pas suffisante. Le mot «katharos» va au-delà des motifs. Ne vous arrêtez pas là. Écoutez, il y a beaucoup de gens avec des motivations pures et ils ne viennent jamais à Dieu. Sais-tu cela ? Il y a des gens qui marchent sur des clous. J'étais à Mexico et j'ai vu des femmes au Sanctuaire de Guadalupe ramper à genoux pendant 150, 200, 300 mètres jusqu'à ce que leurs genoux saignent et qu'elles aient dû couvrir les genoux avec leurs vêtements, et le sang était partout sur leurs vêtements. Je les ai regardés faire avec des bébés sur le dos. Elles étaient très sincères mais sincèrement dans l'erreur. Sans doute les adorateurs de Baal avaient une certaine sincérité à l'époque d'Elie quand ils sont sortis avec des couteaux et ont commencé à se mutiler. Je dirais qu'ils étaient sincères. Vous commencez à vous tailler et vous n'y allez pas par quatre chemins.

Il y a plus que cela dans le mot «katharos». Ce n'est pas seulement une motivation pure ; c'est un acte sacré, voyez-vous. Et les deux doivent être là. C'est la pureté qui sort d'une motivation pure. Thomas Watson a dit : «La moralité peut noyer un homme aussi vite que le vice.» Il a dit aussi : «Un vaisseau qui contient de l'or peut couler aussi vite qu'un vaisseau avec du fumier.» Vous pouvez penser que vos motivations sont pures et vous dites : «Je suis une personne très religieuse et je veux plaire à Dieu», mais si vos actes ne sont pas conformes à Sa parole et s'ils ne révèlent pas une réelle pureté de cœur, cela ne servira à rien. Donc oui, nous parlons de motivations, mais des motivations +.

Maintenant, permettez-moi de conclure en vous donnant une dernière petite pensée ou deux. Il existe cinq types de pureté. Maintenant écoutez, car cela vous aidera à mieux comprendre - cinq sortes de pureté. Vous êtes prêts ? La première est celle que j'appelle la pureté primitive. Vous dites : «Qu'est-ce que la pureté primitive ?» C'est le genre de pureté qui n'existe qu'en Dieu. Il est aussi essentiel en Dieu que la lumière est pour le soleil, et que l'eau est humide. C'est Sa pureté primitive.

Deuxièmement, il y a ce que la Bible appelle - eh bien, elle ne l'appelle pas vraiment cela, mais ce que la Bible présente et ce que vous pourriez appeler "la pureté créée". C'est la création d'un être pur avant la chute. Dieu a créé les anges dans la pureté, Il a créé l'homme dans la pureté, et puis tous les deux sont tombés. Mais c’est la pureté créée. Donc, vous avez la pureté primitive, ce qui existe seulement en Dieu. Vous avez la pureté créée, ce qu'Il donne de Sa propre pureté à un être qu'Il crée.

Troisièmement : la pureté ultime. La pureté ultime est une catégorie de glorification. En d'autres termes, finalement, tous les saints de Dieu seront complètement purs, n'est-ce pas ? Un jour, nous serons lavés de tout péché, nous serons nettoyés, totalement propres, nous habiterons avec Dieu dans son Ciel éternel pour toujours, à ce moment-là, nous expérimenterons la pureté ultime. 1 Jean 3 : 2 nous dit comment ce sera. «Nous serons semblables à Lui, parce que nous Le verrons tel qu'Il est.».

Quatrièmement, la pureté de position. Et c'est une réalité énorme. La pureté de position est la pureté qui nous a été donnée maintenant par l'imputation de la justice de Christ. Quand vous croyez en Jésus-Christ, Dieu vous impute une sorte de pureté postérieure. En d'autres termes, votre position dans le Christ vous accorde la pureté. Quand Dieu regarde John MacArthur, croyez-le ou non, Il dit : «John MacArthur, absolument pur en Christ. La justice de Christ a été appliquée à lui parce qu'il a cru en Jésus-Christ. » Romains 3 nous dit que la justice de Christ nous est imputée. Romains 5 nous dit que nous avons été justifiés à cause de ce que le Christ a fait. Galates 2 : 16 nous dit la même chose. 2 Corinthiens 5 : 21, la même chose. Ephésiens 5 dit que les maris doivent aimer leurs épouses comme Christ aime l'église et comme Il a purifié l'église et Il a lavé l'église. Et dans 2 Corinthiens chapitre 11, l'apôtre Paul dit que l'église est comme une vierge chaste. Il y a une pureté de position.

Cinquièmement : Nous voyons la pureté primitive, la pureté créée, la pureté ultime, la pureté de position, et enfin la pureté pratique. Maintenant, c'est la partie difficile. Seul Dieu connaît la pureté primitive. Seul Dieu peut accorder la pureté créée. Un jour Dieu donnera à chaque saint une pureté ultime. À l'heure actuelle, chaque croyant a une pureté positionnelle. Mais, nous avons beaucoup de problèmes dans le domaine pratique, n'est-ce pas ? Essayons de vivre ce que nous sommes, notre position. Et c'est pourquoi l'apôtre Paul crie dans 2 Corinthiens 7, au verset 1, cette énorme déclaration à tous les croyants, et nous devons l'entendre. Écoutez ce qu'il dit. « Chers bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l'esprit, perfectionnant la sainteté et la crainte de Dieu. » Il ne parle pas de la pureté primitive, créée, ultime ou positionnel. C'est l'affaire de Dieu. Ce qu'il souhaite est une pureté pratique et vivante. Et au mieux, ce sera de l'or mélangé avec du fer. Au mieux, ce sera un manteau blanc avec quelques fils noirs. Mais Dieu veut que nous soyons aussi purs que possible, en pratique, devant Lui.

Écoutez, mes amis : Ce sont ceux qui sont positionnellement purs en Jésus-Christ qui verront Dieu, qui seront dans Son royaume. Ce genre de personnes le manifesteront dans une pureté de vie, avec des motivations pures et une vie pure. Si ce n'est pas vrai dans votre vie, alors vous n'êtes pas chrétien ou bien, vous êtes un chrétien vivant dans la désobéissance. Nous échouons. Bien sûr, nous échouons. Mais la Bible nous dit comment faire face à l'échec. Nous sommes tentés par l'impureté. Nous sommes tentés par des pensées impures, des mots impurs, des choses impures. Nous sommes tentés par des motivations qui ne sont pas justes et qui vont se manifester en paroles et en actes qui ne sont pas justes. Mais la Bible nous dit comment faire face à la tentation. Lisez Éphésiens 6, endossez votre armure. Vous dites : «Mais que faire si j’échoue ? » La Bible vous dit comment faire face à cela. "Si nous confessons nos péchés, Il est fidèle et toujours juste pour nous purifier de toute iniquité." La Bible dit comment faire face à la tentation et à l'échec et chaque fois, vous faites face et vous vous repentez et vous le traitez, et Dieu vous pardonne et vous passez à un plus grand niveau de pureté.

C'est une chose formidable de savoir que Dieu nous rend purs. Il y a une autre question que vous devez poser et c'est celle-ci : Comment mon cœur peut-il être pur ? Comment purifier mon cœur ? Certains disent : «Eh bien, pour être vraiment pur, il faut aller dans un monastère sur une colline pour vous éloigner de tout. Ne pas voir de mal, ne pas entendre de mal, ne pas parler de mal. » Le monachisme ! D'autres disent : «Non, ce que c'est vraiment, c'est une seconde œuvre de grâce. Après avoir été sauvé depuis longtemps, vous allez à la seconde œuvre de grâce » - et d'ailleurs, il y en a beaucoup qui l'enseignent – « et vous obtenez ce qu'on appelle l'éradication. Et Dieu, par un acte divin, éradique votre nature pécheresse et vous ne pécherez plus jamais tant que vous vivrez. » Une fois, j'ai confronté un homme qui a dit qu'il avait reçu cela, il avait l'acte d'éradication, la deuxième œuvre de grâce, Il ne péchait plus du tout. Et je lui ai demandé s'il avait jamais fait des erreurs et il a dit, « Si, mais c'est différent. »

Je ne pense pas que le monachisme est la solution. Le perfectionnisme non plus ! Comment puis-je rendre mon cœur pur ? Je vais vous donner trois points – enregistrez-les. Premièrement, sachez que vous ne pouvez pas le faire vous-mêmes. Si vous voulez un cœur pur, sachez que vous ne pouvez pas le faire vous-mêmes. Il n'y a aucun moyen. Proverbes 20, au verset 9, dit : «Qui peut dire : J'ai nettoyé mon coeur, je me suis purifié de mon péché ? » Qui peut dire cela ? La réponse est "personne". Vous ne pouvez pas faire cela. Un léopard peut-il changer ses tâches ? Un Ethiopien peut-il changer sa peau ? Qui peut dire : «Je suis propre» ? Personne !

Deuxièmement, Actes 15 : 9 dit : «ayant purifié leurs cœurs par la foi.» Vous ne pouvez pas le faire par les œuvres. Vous ne pouvez pas le faire par les œuvres, mais vous pouvez le faire par la foi, si vous croyez. Actes 15 : 9 dit : «ayant purifié leurs cœurs par la foi.». La foi dans quoi ? Il faut croire en quoi ? Dans 1 Jean 1 : 7 - et c'est un peu le point culminant de la pensée, il dit : « Mais si nous marchons dans la lumière, comme Il est Lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. » Maintenant, l’avez-vous compris ? Vous ne pouvez pas le faire par vos œuvres. Cela peut être fait par la foi. La foi dans quoi? Dans le sang de Jésus-Christ, qui nous purifie du péché ! Vous voulez avoir un cœur pur? Acceptez le sacrifice du Christ sur la croix. Acceptez ce qu'Il a déjà fait.

Zacharie 13 : 1 dit : «Une source sera ouverte pour la maison de David et les habitants de Jérusalem, pour le péché et pour l'impureté.» Vous dites : «John, j'ai déjà fait cela. J'ai déjà donné mon cœur à Jésus-Christ et je sais que je suis positionnellement pur et je sais que je vais être pur au stade final, mais j'ai du mal avec la pratique de la pureté. Comment puis-je être pur en pratique ? » Savez-vous comment ? Ne bougez pas. C'est écrit dans ce livre ! Écoutez les paroles de Jésus. Jean 15 : 3, « Déjà vous êtes purs, à cause de » - quoi ? – « La Parole. » Et la deuxième chose, si vous êtes chrétien, restez dans la parole et priez. Priez et entendez les paroles de Job, qui a dit : «Comment d'un être souillé sortira-t-il un homme pur ? » Et il n'y avait qu'une réponse qui résonne à travers l'éternité. Dieu peut le faire. Donc, si vous demandez d'abord, « Comment puis-je être propre ? » Réalisez que vous ne pouvez pas le faire par les œuvres. Vous pouvez connaître la pureté seulement par la foi. La foi dans quoi ? Dans le sang de Jésus Christ, versé pour vous. Si vous avez fait cela et que vous êtes un chrétien et que vous luttez toujours contre l'impureté dans votre vie, regardez la Parole et priez.

Il y a une autre question que je dois mentionner. Quelle est la promesse attachée à une telle pureté ? Que se passe-t-il si nous sommes purs ? Ah, c'est si bon ! Regardons la fin du verset : « Ils doivent » - quoi ? – « voir Dieu. » C'est un indicatif futur en grec. Un avenir continu. Permettez-moi de vous lire comment cela devrait aller. «Ils verront continuellement Dieu pour eux-mêmes.» C'est la voix moyenne réflexive. «Ils verront continuellement Dieu pour eux-mêmes.» Vous savez ce qui arrive quand votre cœur est purifié lors du salut ? Vous vivez en la présence de Dieu. Vous ne voyez pas Dieu avec un œil physique mais vous le voyez avec un œil spirituel. Vous le comprenez. Vous savez qu'Il est là. Vous le voyez. Et comme Moïse, qui a crié « Seigneur, montre-moi Ta gloire», celui dont le cœur est purifié par Jésus-Christ voit encore et encore la gloire de Dieu. Hé, écoutez, savez-vous que voir Dieu était la plus grande chose qu'une personne de l'Ancien Testament pouvait rêver ? Moïse dit : « Montre-moi Ta gloire. » Quelle pensée ! Philippe dit ce jour-là à Jésus : «Montre-nous le Père et cela nous suffit.» Et bien-aimés, quand vous serez purifiés dans votre cœur par Jésus-Christ, vous verrez Dieu. Il sera vivant pour vous et vous Le verrez. Et alors que vous mûrissez, et plus vous devenez pur, plus la vision devient béatifique.

Plus votre cœur est pur, plus vous voyez Dieu. Quelle belle réalité ! Job dit au chapitre 42 : « Mon oreille avait entendu parler de Toi ; Mais maintenant mon œil t'a vu ». Et vous savez quand il L'a vu ? Il L'a vu lors des difficultés. Et le psalmiste Le voyait dans la création. Et d'autres le voient selon les circonstances. Certains le voient dans le cœur des autres, mais Il est vivant dans ce monde. Mais vous ne pouvez pas vivre cela à moins que vous n'ayez été purifié dans votre cœur. La pureté du cœur purifie les yeux de l'âme afin que Dieu soit visible. Quelle grande pensée ! Voulez-vous voir Dieu ? Voulez-vous voir Dieu vivre dans votre monde ? Pour maintenant et pour toujours ? Alors purifiez votre cœur. Et il y a un sens ultime, parce qu'un jour vous verrez Dieu avec de vrais yeux. 1 Jean 3 : 2, « Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à Lui, parce que nous Le verrons tel qu'Il est. » Oh, quel jour ce sera ! Voir Christ face à face. F. F. Bullard écrivit : «Quand enfin je verrai avec justice Ton visage glorieux. Quand toute la nuit fatigante passera et je me réveillerai avec Toi, pour voir les gloires qui demeurent, seulement à ce moment-là, je serai satisfait. »

Père, encore une fois ce soir, nous avons enrichi nos cœurs en partageant Ta Parole. Confirme-la en nous, au plus profond de notre cœur, pour que nous puissions faire des actes de volonté qui Te plaisent. Rend-nous purs, ô Dieu, pour l'amour de Jésus.

Si vous êtes ici ce soir sans Christ, vous savez que votre cœur est impur. Vous savez que votre transgression vous sépare de Dieu. Mais quelque chose à l'intérieur dit : «Je veux connaître Dieu. Je veux la pureté de cœur qui me libérera pour voir le Dieu vivant. Je veux la repentance et le pardon qui peuvent me libérer de la servitude de la culpabilité. Je veux savoir ce que c'est d'être pur. Je veux savoir ce que c'est d'être pardonné. Je veux savoir ce que c'est d'être libéré du fardeau de toute la douleur et l'angoisse et la frustration que mon péché et la culpabilité ont apporté. Si c'est votre désir en ce moment dans votre cœur, pourquoi ne pas dire, «Seigneur Jésus, je crois que Ton sang a été versé pour moi et peut purifier mon péché. Je crois que Tu es ressuscité des morts pour moi. Je Te donne ma vie, et je veux que Tu sois mon Seigneur et mon Sauveur. » Pouvez-vous prier cette prière ? Je l'espère. J'espère que vous donnerez votre vie au Christ, pour connaître la pureté que seul Lui peut donner. Si vous êtes chrétien et vous savez qu'il y a eu des choses dans votre vie qui sont impures - et vous savez ce qui se passe quand vous êtes impurs ? Tout à coup, vous ne pouvez plus voir Dieu. Il disparaît. Il devient flou et brumeux. La joie est partie, la vision de Dieu est partie. Le vide prend la place de la plénitude. La douleur prend la place de la joie. L'absence de sens remplace le but et vous devenez misérable. Purifiez votre cœur ce soir par la confession et la repentance.

Seigneur Jésus, rejoins-nous là où nous sommes. Nous Te remercierons de faire ce travail en nous qui nous purifie, non seulement pour Ta gloire, mais merci, mon Dieu, afin que nous puissions continuer à voir Dieu pour nous-mêmes. Quelle fabuleuse et merveilleuse récompense pour la pureté. Au nom de Jésus, Amen.

FIN

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

ECFA Accredited
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize