Grace to You Resources
Grace to You - Resource

Nous venons à nouveau à la Parole de Dieu, et Luc 20 est notre texte. Luc 20. Nous arrivons à la fin de ce chapitre et nous allons étudier les trois derniers versets : Luc 20 :45-47. Laissez-moi vous les remettre en tête. Suivez avec moi. Luc chapitre 20, commençons au verset 45.

« Tandis que tout le peuple l’écoutait, il dit à ses disciples : Gardez-vous des scribes, qui aiment à se promener en robes longues, et à être salués dans les places publiques; qui recherchent les premiers sièges dans les synagogues, et les premières places dans les festins; qui dévorent les maisons des veuves, et qui font pour l’apparence de longues prières. Ils seront jugés plus sévèrement. »

Des mots forts, sans équivoque. En arrière-plan de ce texte et pour le placer dans son contexte large, nous devons nous souvenir que la Bible nous met en garde contre les faux docteurs du début jusqu’à la fin. Il y a toujours eu et il y aura toujours de faux chefs religieux qui œuvrent pour Satan. Ils prennent leurs sources dans le royaume des ténèbres, mais ils agissent comme s’ils étaient messagers de Dieu.

Dans le chapitre 20 du livre des Actes, l’apôtre Paul a rencontré les anciens éphésiens et leur a dit ceci : « Durant trois années, je n’ai cessé nuit et jour d’exhorter avec larmes chacun de vous. » D’exhorter à quel sujet ? « Des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau, et qu’il s’élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux. » Ils viendront avec des enseignements hérétiques. Attendez-vous à cela venant de l’extérieur et de l’intérieur.

Dans 2 Corinthiens 11 :13-15, l’apôtre Paul dit que « Satan lui-même se déguise en ange de lumière. » C’est-à-dire qu’il vient comme s’il représentait Dieu. Alors ne soyez pas surpris si ses messagers sont aussi déguisés en anges de lumière.

Les faux docteurs se revêtent d’habits de Dieu. Ils veulent que les gens croient qu’ils représentent Dieu, qu’ils connaissent Dieu, qu’ils ont la compréhension de la spiritualité et de la vérité divine et de la sagesse divine, même s’ils sont les émissaires de l’enfer lui-même. L’apôtre Paul en écrivant à Timothée pour l’aider à comprendre le ministère dans l’église dit ceci dans 1 Timothée 4 : « ’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteurs. » Une doctrine démoniaque activée par des esprits démoniaques au travers de faux docteurs hypocrites qui mentent.

2 Pierre 2:1 dit : « Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront sournoisement des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine. Plusieurs les suivront dans leurs dérèglements, et la voie de la vérité sera calomniée à cause d’eux. Par cupidité, ils trafiqueront de vous au moyen de paroles trompeuses, eux que menace depuis longtemps la condamnation, et dont la ruine ne sommeille point. »

Vous vous souvenez bien sûr des paroles de Jude : « Alors que je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de vous envoyer cette lettre pour vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. » Pourquoi ? « Car il s’est glissé parmi vous certains hommes dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dérèglement, et qui renient notre seul maître et Seigneur Jésus-Christ. »

Attention, prenez garde aux faux docteurs. Comme nous le lisons, il y a de nombreux antéchrists. Ils sont partout et vous qui connaissez la vérité devez vous protéger d’eux.

Les faux docteurs n’ont jamais été aussi agressifs que pendant le ministère de notre Seigneur Jésus-Christ. C’était comme si l’enfer envoyait ses attaques les plus lourdes sur une personne, sur le Seigneur Jésus, pendant ces trois années. Et nous comprenons cela. Nous comprenons. Afin de contrecarrer les objectifs de l’Evangile de Dieu, Satan a déchaîné tout ce qu’il a pu sur Jésus-Christ. Et lorsqu’on se demande qui étaient les agents de l’enfer, qui étaient les agents de Satan qui ont tenté de se déchaîner contre les objectifs de Dieu. S’agissait-il des prostituées, des voyous, des voleurs ? Non. Les émissaires et les agents de Satan étaient les plus dévoués, les plus religieux, les plus respectés chefs religieux d’Israël : les scribes et les pharisiens, avec les sadducéens et les hérodiens.

Ils se sont tous ligués contre Jésus-Christ. Ils ont assemblé toutes leurs capacités, toutes leurs capacités spirituelles démoniaques pour l’attaquer, pour le mettre à terre, pour dérouter les objectifs de Dieu. Gardez à l’esprit que les ennemis de l’Evangile étaient et sont toujours les plus impressionnants lorsqu’ils sont religieux, surtout les pharisiens et les scribes, car ils contrôlaient la religion dominante du judaïsme de l’époque. Ils sont implacables dans leurs attaques envers Jésus.

Ils ne s’entendaient pas avec les sadducéens, car ils avaient une théologie très différente. Ils ne s’entendaient pas avec les hérodiens car les hérodiens étaient engagés dans la politique et ils étaient attachés à Hérode qui n’était pas juif du tout. Ils étaient très différents les uns des autres, les pharisiens, les sadducéens, les hérodiens, mais sur un point, l’enfer les a rassemblés : se débarrasser de Jésus. Le vendredi de la semaine de la passion, ils ont réussi à cause de ce que Dieu avait prévu. Ils ont réussi à le faire crucifier.

Si nous revenons à Luc chapitre 20, cependant, nous sommes le mercredi de la semaine de la passion. Nous sommes mercredi. La journée a été longue, une longue journée pendant laquelle Jésus était dans le Temple se déplaçant parmi les nombreuses personnes dans le Temple. Il enseignait la foule. Il s’était engagé dans une confrontation avec les pharisiens, les scribes, les prêtres principaux, les sadducéens et les hérodiens qui l’ont tous attaqué pour le discréditer publiquement afin d’avoir une bonne raison de le faire exécuter, car il était une telle menace pour le royaume des ténèbres et pour leur propre situation terrestre. Ils ont tout essayé et ils n’ont pas réussi.

Nous lisons donc dans le chapitre 20, verset 40 « ils n’osaient plus lui poser aucune question. » Ils avaient terminé. Ils avaient épuisé toutes leurs possibilités. C’était terminé. Ils lui ne lui ont plus posé de question. Puis, nous avons vu dans le verset 41 que Jésus commence à poser des questions, et avec miséricorde, compassion, bienveillance, Il revient sur le sujet de l’identité du Messie qui n’est pas seulement le Fils de David, mais le Fils de Dieu, le Fils de Dieu.

Dans les versets 41 à 44, vous vous souvenez de la semaine dernière, qu’Il les ramène dans le Psaume 110 dans lequel David appelle le Messie « Mon Seigneur. » Le Messie est donc à la fois le fils de David et le Seigneur de David. Il est donc un homme qui n’est pas encore né, mais Il doit aussi être Dieu qui était vivant à l’époque de David.

Dans un effort de compassion, Jésus affirme encore Sa divinité et la nécessité que le Messie soit à la fois Dieu et homme. C’est un acte de compassion. Dans un sens, c’est Son dernier acte de compassion, de parler une fois encore de Son identité de véritable Messie, Fils de David, Fils de Dieu.

Il a maintenant terminé. Il a maintenant terminé de parler aux scribes, aux pharisiens, aux sadducéens et aux hérodiens, sauf par nécessité lors de son jugement. Il a terminé de parler aux foules, au peuple, et au verset 45 il dit : « Tandis que tout le peuple l’écoutait, il dit à ses disciples ». Il s’agit d’une transition. Les gens continuent d’écouter, mais Il se tourne vers ses disciples. C’est ce qu’Il va faire à partir de maintenant. Plus de messages pour les foules. A partir de maintenant il parle à Ses disciples. C’est une transition très importante.

Il a dit tout ce qu’Il a à dire. Il n’y a plus rien à ajouter. Il a répondu à toutes les questions qui pouvaient être soulevées. Il se tournera et donnera des instructions à ceux qui Le suivent toujours, leur montrant toujours de l’intérêt, cherchant toujours à apprendre de Lui, le suivant toujours. Les attaquants sont partis et la foule se dissipe.

Mais il y a un dernier message que tout le monde doit entendre, les disciples et le peuple. C’est le message des versets 46 et 47, « Gardez-vous des scribes ». Il continue avec cette mise en garde. Le dernier message. Chaque fois que quelqu’un donne un dernier message, il est forcément important. Quelle est la dernière chose que Jésus veut dire aux foules ? Nous voulons connaître Ses dernières paroles. C’est une parole de mise en garde. Non seulement une parole de mise en garde, mais une parole de condamnation. Gardez-vous d’eux. Ils sont dangereux et « ils seront jugés plus sévèrement. » Fin du verset 47. Il met donc le peuple en garde contre eux et il prononce une malédiction sur eux. Ce sont des paroles très fortes.

Avant d’aller plus loin, laissez-moi replacer l’importance de ce texte dans un contexte actuel. Il y a quelques mois, j’ai écrit un livre appelé, « La guerre pour la vérité ». C’est le dernier d’une série de livres que j’ai écrits au fil des années pour aborder ce que je pense être des erreurs dangereuses qui existent dans l’Eglise. J’ai écrit ce livre « La guerre pour la vérité » pour exposer et apporter le jugement de la Parole de Dieu sur les aberrations et les dangers du nouveau mouvement appelé « l’Eglise émergente », ou « le mouvement de l’Eglise émergente. »

Il s’agit de relativisme du post-modernisme qui corrompt l’église. Il avance parmi les soi-disant évangéliques qui rejettent maintenant les certitudes doctrinales, la clarté des Ecritures, et l’exclusivité de l’Evangile. Je vais dire cela à nouveau. La marque de ce mouvement est le rejet de la certitude doctrinale, de la clarté des Ecritures, et de l’exclusivité de l’Evangile. C’est du néo-libéralisme. C’est simplement le bon vieux libéralisme qui a détruit les grandes dénominations de ce pays, la vieille théorie hautement critique, le vieux libéralisme de retour sous une autre forme, si vous voulez, pour appeler à la camaraderie, à la collégialité, à la tolérance avec ceux qui ne croient pas à l’Evangile, qui ne croient pas que le christianisme est une vraie religion.

Il loue les vertus du dialogue ouvert et généreux, plutôt que du dogmatisme. Il appelle au respect, à la tolérance et à la diversité. Et le pire c’est qu’ils ont trouvé un mot qui définit ce qui marque le mouvement de l’église émergente, c’est le mot « conversation ». C’est leur slogan. Ils veulent engager tout le monde dans une conversation afin que nous partagions nos points de vue spirituels.

L’un des leadeurs du vieux libéralisme était un homme du nom d’Harry Emerson Fosdick. En 1928, Fosdick dit ceci : « de nombreux prédicateurs ont l’habitude de délivrer ce qu’ils appellent des sermons expositifs. Ils prennent un passage des Ecritures et procèdent selon la supposition que les personnes qui assistent au culte ce matin-là sont très soucieux de connaître le sens du passage biblique. Ils passent une demi-heure ou plus sur l’exposé historique du verset ou du chapitre, en terminant par une application pratique destinée à l’auditoire. »

« Ce procédé mène à coup sûr à l’ennui et à la futilité. Qui peut sérieusement supposer qu’en fait un membre de la congrégation sur cent à de l’intérêt pour commencer par ce que Moïse, Esaïe, Paul ou Jean voulait dire dans ces versets spécifiques, ou est venu à l’église avec un grand intérêt pour cela ? Aucune personne qui s’adresse à un auditoire ne présuppose que l’intérêt vital d’une personne réside dans la signification de paroles prononcées il y a deux mille ans. »

Fosdick exprime donc une prophétie en 1928. « L’avenir, » dit-il, « « appartient à un type de sermon qui peut le mieux être décrit comme une aventure de pensée coopérative. » La conversation, une aventure de pensée coopérative, 1928.

Tout récemment, en 2005, Doug Pagitt, l’un des leadeurs du mouvement émergent dit « nos sermons ne sont pas des leçons qui définissent précisément la croyance, mais plutôt des histoires qui accueillent nos espoirs, nos idées et notre participation. » Ayons une conversation. Une conversation avec ceux qui ne sont pas d’accord, une conversation avec ceux qui ont une autre religion. Plus de dogmatisme. Nous mettons de côté la condamnation pour favoriser la conversation.

Brian McLaren, qui est l’un des auteurs principaux, sinon l’auteur principal du mouvement émergent a sorti un nouveau livre qui s’appelle « Le message secret de Jésus ». Cela fait peur. Jésus n’a pas de message secret. Il a révélé Son message. Mais, il dit dans « Le message secret de Jésus » : « A l’époque du terrorisme mondial et des conflits religieux émergents, il est significatif de noter que tous les Musulmans voient Jésus comme un grand prophète, que de nombreux Hindous veulent bien considérer Jésus comme une manifestation divine légitime, que les Bouddhistes voient Jésus comme l’une des personnes les plus éclairées de l’humanité, et que Jésus Lui-même était Juif. » Il dit, « c’est super ! Nous aimons tous Jésus. Commençons une conversation. »

Il continue « une réinterprétation partagée du message de Jésus pourrait ouvrir un espace ou une plateforme commune pour le dialogue religieux dont nous avons vraiment besoin. Et il ne semble pas qu’il soit exagéré de dire que l’avenir de notre planète dépend d’un tel dialogue. » Nous mettrions donc toutes nos différences doctrinales de côté pour sauver la planète, et laisser les gens aller en enfer.

Son dernier commentaire, « cette réinterprétation du message de Jésus peut être le seul moyen de sauver un certain nombre de religions, y compris le christianisme. » Nous devons donc tous trouver le message secret de Jésus qui est sans doute caché dans notre psyché spirituel, et avoir une conversation. Au lieu de condamner ces autres religions, nous devons nous assoir et avoir une conversation et apprendre de la spiritualité des autres, apprendre de leur expérience spirituelle, apprendre de Dieu au travers d’eux.

Un autre grand avocat du mouvement émergent a un nom familier, Tony Campolo, qui est un orateur très populaire. Voici les paroles mêmes de Tony qui nous donnent une idée de jusqu’où va ce mouvement. Je ne lis pas ce genre de chose d’habitude, mais je pense que c’est très utile pour se tenir au courant de l’actualité. Voici ce qu’il dit. « Nous devons nous montrer du respect les uns aux autres et nous parler avec l’idée que même si les gens ne se convertissent pas, ils sont le peuple de Dieu, Dieu les aime et il ne nous appartient pas de juger qui va au ciel et qui va en enfer. »

«  Je pense que ce que nous devons tous faire, c’est laisser ce jugement à Dieu. Ce que les Musulmans ne feront pas c’est condamner les Juifs et les Chrétiens à l’enfer si, en fait, ils n’acceptent pas l’Islam. L’Islam est bien plus gracieux envers les Chrétiens évangéliques qui sont fidèles au Nouveau Testament que les Chrétiens ne le sont envers les Musulmans qui sont fidèles au Coran. » C’est une réflexion intéressante. Il n’a évidemment pas lu les articles sur le massacre des Chrétiens dans les milieux islamiques.

Mais l’idée est d’être généreux avec tout le monde. Il continue en disant « Mohammed comprenait très bien qu’il y avait de grandes vérités dans le christianisme. Il était différent de nous en ce qu’il sentait qu’il était en possession d’une vérité plus complète et que l’Islam dépendrait de cela. Mais Mohammed soutenait que nous serions finalement jugés selon la vérité que nous avons à notre disposition. Je pense que certains frères et sœurs musulmans sont prêts à dire qu’on vit la vérité au fur et à mesure qu’on la comprend. Je vivrai la vérité au fur et à mesure que je la comprends et nous laisserons Dieu faire son jugement le jour du jugement dernier. Je dois croire que Jésus est le seul sauveur, mais être chrétien n’est pas la seule façon d’être sauvé. »

Plus loin, il dit : « Nos frères et sœurs musulmans peuvent dire que l’Islam est la seule foi, mais nous n’avons pas la conviction que seuls les Musulmans apprécient le salut. Je ne suis pas convaincu que la grâce de Dieu ne va pas plus loin que la communauté chrétienne. » Voici une autre phrase. « Ce que nous devons faire c’est dire que nous croyons à différentes choses. Mais il y a tant de bonté dans la communauté islamique, elle ne peut pas être ignorée. Il me semble que lorsque nous écoutons les mystiques musulmans parler de Jésus et de leur amour pour Jésus, je dois dire que c’est bien plus proche du christianisme du Nouveau Testament que beaucoup de Chrétiens que j’entends. »

Autrement dit, si nous cherchons un terrain d’entente, nous pouvons le trouver dans la spiritualité mystique, même si nous ne pouvons pas nous mettre d’accord sur le plan théologique ? Pouvons-nous prier ensemble de telle façon que nous nous connectons à un Dieu qui transcende nos différences théologiques ? C’est de la conversation. On peut la concevoir avec tout le monde, car il n’y a pas de clarté doctrinale. On ne sait pas quelle est la réelle interprétation des Ecritures.

Janvier 2006, le groupe Emergent des Etats-Unis a rencontré Synagogue 3000, une conversation interreligieuse centrée sur les thèmes de la communauté sacrée, de l’apprentissage et du culte. Un blog juif appelé Synablog rapporte ce qui s’est passé.

« Synagogue 3000 a identifié un phénomène religieux juif contemporain appelé « émergent juif ». Cette semaine de Synagogue 3000 a convoqué pour la toute première fois un groupe de travail sur les communautés sacrées émergentes, les leadeurs juifs engagés à l’établissement de communautés sacrées transformatives non liées par les attentes conventionnelles de ce qu’une synagogue est supposée être. » L’Eglise émergente, c’est leur slogan, trouver une Eglise qui ne soit pas liée à l’idée conventionnelle d’une église. Les Juifs se joignent alors au mouvement. Ils ne vont pas se laisser lier par des idées conventionnelles de ce qu’est une synagogue.

« Afin d’enrichir la conversation, Synagogue 3000 a invité les membres du groupe de travail pour échanger des idées avec des leadeurs chrétiens visionnaires membres d’Emergent USA. La rencontre du groupe de travail sur les communautés sacrées émergentes marque la toute première fois qu’Emergent USA se réunissait avec un groupe religieux en dehors de la foi chrétienne. C’était intéressant, motivant et historique. »

Un peuple émergent est un environnement parfait. On s’y joint pour apprendre en quoi consiste leur spiritualité et quelle est leur connaissance de Dieu. Et on échange une conversation. De cette conversation sort comme une illumination avec les membres du judaïsme, ou de l’islam, ou du mormonisme, ou du catholicisme romain, de la religion orthodoxe grecque, ou des témoins de Jéhovah, ou qui que ce soit.

Tout ceci pour dire la chose suivante. Lorsque j’ai écrit « La guerre pour la vérité », le livre, j’étais curieux de voir comment il serait reçu. Les gens de l’Eglise Emergente ne l’ont pas aimé. Je n’étais pas surpris. Voici quelle a été leur réponse. «  Le livre divise. Il ne communique pas l’amour. Le livre est intolérant. » Et ils sont dit que si j’aimais vraiment les gens et si j’avais vraiment l’Esprit de Jésus, je me joindrais à la conversation avec humilité et je serai ouvert aux points de vue spirituels des autres religions. 

Conversation hein ? Pas de condamnation. De plus, comme cela devient de plus en plus populaire de nos jours, les Juifs n’ont pas besoin de croire en Jésus de toute façon. Ils ont un autre chemin qui mène au salut.

En réponse à cette critique, pourquoi ne pas me joindre à la conversation, je n’ai qu’une seule question à poser. La voici. Comment Jésus a-t-il traité ceux qui ne croyaient pas à la vérité ? Comment Jésus a-t-il traité ceux qui ne croyaient pas à la vérité et qui étaient totalement religieux, qui mettaient la spiritualité au sommet de l’expérience humaine ? Comment Jésus a-t-il traité les religieux, les responsables religieux ? A-t-il eu une conversation avec eux ? Ou bien a-t-il utilisé la condamnation ? Parce que je veux simplement faire ce que Jésus a fait.

Clairement, Jésus ne s’est pas engagé dans la conversation post-moderne. Il ne s’est pas impliqué dans un dialogue relativiste abstrait sur les thèmes de la spiritualité, répandant des idées sur Dieu et des idées sur Lui-même en tant que Jésus, des idées qui sont aussi flexibles que du caoutchouc. Voici les dernières paroles de notre Seigneur concernant les responsables religieux, il s’agit bien de religieux, de chefs religieux juifs.

Ce qu’Il dit ici n’est franchement pas nouveau. Retournez au chapitre 11 de Luc, ce n’est pas nouveau. Verset 37 : « Pendant que Jésus parlait, un pharisien le pria de dîner chez lui. » C’est ici une parfaite occasion d’avoir une conversation. Ce n’est pas une situation officielle. Ce n’est pas une synagogue, ni un sermon, ni une réunion publique dans le Temple. C’est un déjeuner dans la maison du pharisien.

« Il entra, et se mit à table. » Le pharisien devait avoir invité d’autres pharisiens aussi. « Le pharisien vit avec étonnement qu’il ne s’était pas lavé avant le repas. » Il n’a pas suivi la prescription pharisaïque des ablutions cérémoniales. Il s’est simplement assis et il a mangé. Voici ce que le Seigneur lui a dit.

« Mais le Seigneur lui dit: Vous, pharisiens, vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat, et à l’intérieur vous êtes pleins de rapine et de méchanceté. » C’est une conversation courte. C’est une conversation qui ne mène nulle part. Et pour empirer les choses, verset 40, « Insensés! celui qui a fait le dehors n’a-t-il pas fait aussi le dedans? Donnez plutôt en aumônes ce qui est dedans, et voici, toutes choses seront pures pour vous. »

« Mais malheur à vous, » c’est une malédiction, « pharisiens! Parce que vous payez la dîme de la menthe, de la rue, et de toutes les herbes, et que vous négligez la justice et l’amour de Dieu: c’est là ce qu’il fallait pratiquer, sans omettre les autres choses. Malheur à vous, pharisiens! Parce que vous aimez les premiers sièges dans les synagogues, et les salutations dans les places publiques. Malheur à vous! Parce que vous êtes comme les sépulcres qui ne paraissent pas, et sur lesquels on marche sans le savoir. »

Luc 12 :1 : « Les gens s’étant rassemblés par milliers, au point de s’écraser les uns les autres, Jésus se mit à dire à ses disciples: Avant tout, gardez-vous du levain » ou de l’influence « des pharisiens, qui est l’hypocrisie. Il n’y a rien de caché » les hypocrites cachent des choses, rien de ce qu’ils cachent « qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu. » Je vais démasquer leur hypocrisie.

Le texte qui est devant nous, dans Luc 20 est un passage parallèle à Marc 12, aussi un texte bref. Mais il y a un autre texte parallèle dans Matthieu 23. Seulement dans Matthieu 23, cela prend tout un chapitre. Le texte complet de ce que Jésus dit des pharisiens et des scribes se trouve dans Matthieu 23. Vous pouvez le lire par vous-même. Nous n’allons pas le lire ensemble aujourd’hui. Mais c’est le texte complet de ce que Jésus a dit ce mercredi dont Luc nous donne seulement un petit passage.

Il s’agit d’une dénonciation cinglante, une critique cinglante des faux chefs religieux. Ce n’est pas une conversation, il n’y a pas de collégialité, pas de dialogue, pas de coopération ; C’est une confrontation et une condamnation. Sans compassion ? Non. Souvenez-vous de Luc 19 :41, lorsqu’il est entré dans la ville, qu’a-t-il fait ? Il a pleuré. Et nous entendons encore qu’Il leur a déclaré qu’Il est le Messie, Fils de David et Fils de Dieu. C’est encore un effort miséricordieux pour déclarer qui Il est. Cette époque est pleine de tristesse pour Lui, et pleine de compassion, alors qu’Il les invite à croire. Mais une fois que la compassion est épuisée, et que les invitations ne sont plus d’actualité, vient la condamnation.

Regardons maintenant au texte. Trois points : une mise en garde, une définition, une condamnation. Toute personne qui a un point de vue corrompu de Jésus-Christ et de l’Evangile est sous la condamnation. Toute personne qui ne croit pas au Seigneur Jésus-Christ ne connait pas le Père. Si vous ne connaissez pas le Fils, vous ne connaissez pas le Père, 1 Jean 2. Regardons à la mise en garde.

Très simple : « Gardez-vous des scribes. » Gardez-vous des scribes. Dans le long récit de Matthieu de la condamnation de Jésus, Il met en garde contre les scribes et les pharisiens. Les scribes étaient des pharisiens. Ils étaient experts de la loi. Tous les pharisiens n’étaient pas des scribes, mais les scribes étaient des pharisiens. Il y avait des pharisiens qui n’étaient pas des scribes, mais les scribes étaient des pharisiens. Ils étaient experts de la loi. Ils étaient la secte légaliste et suffisante.

En fait, les Juifs avaient l’habitude de dire la chose suivante : « Moïse a reçu la loi et l’a donnée à Josué. Josué a reçu la loi et l’a donnée aux anciens. Les anciens ont reçu la loi et l’ont donnée aux prophètes. Les prophètes ont reçu la loi et l’ont donnée aux pharisiens et aux scribes. » Ils étaient les gardiens de la loi de Dieu. Ils étaient ceux à qui ont faisait confiance. Ils étaient des experts. Ils étaient les juristes d’Israël.

Souvenez-vous que nous sommes dans un royaume théocrate où toute la loi est vue comme la loi de Dieu, non seulement comme la loi biblique, mais la loi de la tradition, les lois qui ont évolué au fil des années. Toute la mosaïque de la loi était considérée d’un point de vue théocratique. Il s’agissait de toute la loi de Dieu.

Ceux qui connaissaient donc la loi de Dieu interprétaient la loi de Dieu et appliquaient la loi de Dieu étaient les juristes d’Israël. Ils ne donnaient pas simplement la compréhension des Ecritures aux pharisiens, aux rabbis et aux prêtres et à d’autres. Ils interprétaient aussi la loi, et non seulement dans l’interprétation, mais aussi dans son application. Ils étaient les juristes d’Israël. Ils s’occupaient de toutes les questions légales. Ils étaient la force dominante de judaïsme, non seulement sur le plan religieux, mais social. Ils s’occupaient de toutes les questions légales pour le peuple : la propriété, l’immobilier, les contrats, les résolutions. Toutes ces choses étaient entre les mains de ces juristes.

A l’époque, ce n’était pas différent de maintenant. Tous les sujets légaux sont entre les mains des juristes. Tout était effectivement entre les mains des scribes. Mais de leur point de vue tout était sacré. Tout jugement qu’ils rendaient et toute décision qu’ils prenaient était en fait supposé être une représentation de Dieu et de la volonté de Dieu, une délégation du pouvoir de Dieu, si vous voulez.

Puisqu’ils étaient alors les agents de Dieu, ils portaient un énorme poids et une grande confiance. Les gens n’avaient personne vers qui se tourner, car il n’y avait pas d’autres personnes que les scribes pour s’occuper de toutes leurs affaires. Il met tout le monde en garde, la foule comme les disciples de faire attention, prosechete apo, « prennez garde, protégez-vous. »

Comment pouvez-vous faire cela ? Comment allez-vous faire cela ? Parce qu’ils sont partout. Comment allez-vous vous extraire de cet environnement théocrate où tout tombe entre les mains des scribes et ils appliquent leur volonté dans tous les domaines ? La dernière chose que Jésus leur dirait est : Ce sont de bons gars, ils ont des intentions religieuses, ils ont une certaine compréhension des choses spirituelle, ayons une conversation avec eux... Repoussez-les, fuyez loin d’eux. Comme Jude 23 le dit, vous allez vous tacher, ou vous allez vous brûler si vous vous approchez trop.

Pourquoi constituent-ils une telle menace ? Parce qu’ils ne sont pas saints. Ils ne connaissent pas Dieu. Ils n’ont pas de sagesse spirituelle. Ils sont destructeurs. Ils sont des agents de Satan pour lutter contre les buts de Dieu.

Est-ce que vous comprenez ? C’est une notion de base et je l’ai dit de nombreuses fois au fil des années, la fausse religion ne restreint jamais la chair. Ces gens agissent tous comme le pire des personnes qui ne sont pas régénérées, sauf que c’est une apparence, en surface. Les fausses religions peuvent soumettre les cœurs vulnérables qui ne peuvent être soumis à Dieu que par la régénération, et cela ne peut arriver que par le moyen de la vérité de l’Evangile. Ils vont donc toujours paraître à l’extérieur et être quelqu’un d’autre à l’intérieur. Attention à eux. Ils ne sont pas saints. Ils n’ont rien de spirituel à offrir. Ils sont mortels. Ils sont dangereux. Ne vous approchez pas d’eux, ou vous allez vous brûler, vous tacher. Restez éloignés.

C’est pourquoi le Psaume 1, aussi basique soit-il, dit, au début des psaumes, leçon 1 : « Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs ! » Ne vous approchez pas d’eux.

De la mise en garde vient la définition. Voici comment Il les caractérise. Verset 46 : « qui aiment à se promener en robes longues, et à être salués dans les places publiques; qui recherchent les premiers sièges dans les synagogues, et les premières places dans les festins ; qui dévorent les maisons des veuves, et qui font pour l’apparence de longues prières. » Tout ceci se résume à un mot : hypocrites. Toutes les personnes impliquées dans une fausse religion sont hypocrites. Elles ne connaissent pas Dieu. Elles ne connaissent pas Dieu. On ne peut arriver à ce point que par Christ. Notre Seigneur n’y va pas par quatre chemins. Le point principal est que ce sont tous des charlatans spirituels. Ils sont tous des escrocs spirituels.

Son auditoire devait avoir l’habitude du genre de choses qu’ils faisaient. Passons-en six en revue. Premièrement, ils aimaient se promener en robes longues. Le mot grec est stolē, qui signifie une robe qui touche le sol. Et ils ont commencé à créer des robes très différentes des robes des autres personnes. Il y avait certaines choses sur ces robes, des marques et des fantaisies. Elles sont devenues des robes uniques, fantaisies et chères qui les identifiaient comme étant les saints.

Ils portaient « de longues franges à leurs vêtements » dit Matthieu 23 :5. Cela vient de l’Ancien Testament. Dans l’Ancien Testament, dans Nombres 15 :38-40, Dieu avait ordonné que les Juifs pussent porter des petites franges en bas de leur robe, et c’était un merveilleux petit symbole qui leur rappelait la loi de Dieu. Où que vous alliez, vous pouvez les voir, elles rappellent la loi de Dieu. Jésus en avait sur Sa robe, selon Matthieu 9 :20. C’était habituel.

Mais les scribes et les pharisiens ont allongé leurs franges, non pas pour mieux se souvenir, mais pour mieux paraître, dans un but ostentatoire. Ils n’essayaient pas d’attirer l’attention vers Dieu et Sa Parole. Ils essayaient d’attirer l’attention sur eux-mêmes comme s’ils étaient saints. C’était une façon de se positionner, de montrer qu’ils pouvaient atteindre leur but. Et leur but était s’ingérer dans la vie des gens, les tromper et les utiliser pour que leur propre volonté s’accomplisse. C’est pourquoi ils portaient des vêtements particuliers.

Je pense à cela à chaque fois que je vois quelqu’un revêtu d’un habit religieux ridicule, paradant comme si cela était une indication de grande sainteté. Au lieu de petites choses au bas de leur robe pour signifier leur soumission à la loi de Dieu, ils avaient créé le genre de robe qui leur donnait un certain statut. C’est encore le cas aujourd’hui. Des robes religieuses sont portées.

Deuxièmement, ils aimaient les salutations respectueuses dans la ville. En rencontrant et en quittant les gens dans la vie quotidienne, la vie publique, ils s’attendaient à ce qu’on s’adresse à eux avec des titres honorifiques. Retournons à Matthieu 23. Dans ce récit complet de Matthieu des paroles de notre Seigneur à leur sujet, Il nous parle spécifiquement des titres particuliers qu’ils aimaient. Il est dit au verset 7 qu’ils veulent que les hommes les appellent « rabbi ». Il s’agit de la transcription littérale en français « rabbi » signifiant « professeur éminent, excellence, le plus savant, le plus sage. » l’équivalent d’aujourd’hui serait d’appeler quelqu’un « docteur ». Ils étaient au sommet.

En fait, ils étaient élevés si haut qu’on les appelait « rabbi », ils étaient si élevés que dans le Talmud, au Sanhedrin 88 il est dit : « la punition est plus grande d’agir en opposition aux paroles d’un scribe qu’en opposition aux Ecritures. » Ils voulaient qu’on les appelle « excellence, éminence, le plus savant, élevé au plus haut. » C’est ce qu’ils recherchaient.

Ils voulaient aussi être appelés « père », verset 9, « n’appelez personne sur la terre votre père; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. » « Père » signifie « source ». Non seulement ils sont exaltés dans leur sagesse, mais ils sont la source de la vie spirituelle. Ils sont la source de la vérité spirituelle. Ils veulent être père, procréateur, créateur.

Ils veulent porter des robes fantaisies. Ils veulent porter des titres élevés, qui expriment la puissance et la dévotion. Et ils veulent être appelés « père » comme s’ils étaient la source de la vie spirituelle. Ils veulent être appelés « directeur », verset 10. « Ne vous faites pas appeler directeurs; car un seul est votre Directeur, le Christ. » Faites vous appeler « serviteur ».

Ils voulaient être « directeurs ». C’est-à-dire celui qui détermine la direction, celui qui détermine la destinée, celui qui établit le chemin à suivre. Les faux docteurs ne sont jamais humbles. Ils portent la façade de l’humilité. Mais gardez cela à l’esprit. Si vous rejetez la vérité, c’est la chose la plus orgueilleuse que vous puissiez faire pour vous opposer à Dieu et à Sa Parole. Vous rejetez la Bible, vous rejetez l’Evangile, c’est l’ultime acte d’orgueil. Les faux docteurs ne sont jamais humbles. La chose la plus orgueilleuse que l’on peut faire est rejeter la Parole de Dieu, se rebeller contre elle. C’est ce qu’ils font. Puis ils veulent être élevés par leur titre et leur habit.

Troisièmement, ils aiment non seulement « être salués dans les places publiques », même verbe, « ils recherchent les premiers sièges dans les synagogues. » Ils avaient des estrades dans les premiers rangs de la synagogue. Les scribes importants, les pharisiens s’asseyaient sur cette plateforme, reconnus en tant qu’experts de la loi. Les scribes en visite venant d’autres régions s’attendaient à être conduits à cette estrade.

Vous commencez à saisir le tableau ? Maintenant vous savez pourquoi je ne me fais pas appeler « docteur », pourquoi je ne porte pas de robe, et je ne m’assieds pas sur une estrade. C’est juste un moyen de rester en dehors de tout ça.

Puis, quatrièmement, ils aiment « les premières places dans les festins ». Dans toutes les occasions spéciales, ils veulent la place d’honneur, proche des hôtes. Ils veulent être le centre d’attention, les plus honorés de tous.

C’est ce qu’ils recherchent. C’est de l’orgueil. Ces quatre choses sont liées à l’orgueil, à l’élévation. C’est ce qu’ils recherchent, les chefs religieux recherchent cela, les faux chefs religieux.

Nous prenons un virage avec le cinquième point. Verset 47 : Ils « dévorent les maisons des veuves ». De quoi s’agit-il ? Premièrement, laissez-moi vous dire, le mot « dévorer » est un mot très fort. Il y a un verbe en grec, esthiō. Il signifie « consumer, dévorer ». C’est métaphorique. Littéralement, cela signifie « manger », c’est le mot qui signifie « manger ». Mais métaphoriquement « dévorer, consumer ».

Il ne s’agit pas d’esthiō, mais de katesthiō. Toujours, lorsqu’on ajoute une préposition au début d’un mot, le verbe est intensifié. C’est-à-dire « consumer totalement, piller, dévorer. » C’est « dévorer » dans le sens le plus fort. Ils en ont après les plus faibles. Comme les faux docteurs, au sujet desquels Paul écrit à Timothée, ils en ont après les femmes stupides. Ils en ont après les sans protection et les faibles. Ils dévorent les maisons des veuves. Les veuves sont les proies les plus faciles.

Que voulez-vous dire ? Premièrement les veuves avaient besoin de protection, n’est-ce pas ? De retour dans l’Ancien Testament, la pure religion, dit Jacques est de prendre soin des veuves. Exode 22 :22, Deutéronome 10 :18, Malachie 3:5 et d’autres versets appellent le peuple de Dieu à prendre soin des veuves. Dieu prend soin des veuves. Ces scribes les dévorent.

Comment font-ils cela ? Gardez à l’esprit qu’ils étaient les juristes du système. Lorsqu’une femme qui était veuve avait besoin de quelqu’un pour la protéger, elle allait voir un juriste espérant qu’il protège sa maison, sa propriété, toutes ces choses. Des études intéressantes ont été menées, des recherches intéressantes sur le genre de comportement en vigueur. En voici juste un aperçu.

Premièrement, ils prenaient de l’argent aux veuves pour se payer, bien que ce soit interdit. Des conseils gratuits, des conseils gratuits. C’était le code d’un véritable rabbi, certainement envers les veuves. Ils désobéissaient et quelle que soit la sagesse qu’ils communiquaient aux veuves, ils les faisaient payer, et de façon exorbitante. Comment une veuve pouvait-elle se défendre ?

Deuxièmement, ils volaient les veuves de leur maison en entrant dans des machinations légales en prétendant apporter une couverture légale, ils commençaient littéralement à dévorer la propriété de cette veuve.

Troisièmement, ils s’imposaient et abusaient de son hospitalité, profitant de chambres libres, du logement et de la nourriture. Il existe des histoires de gloutonnerie et de beuveries se passant chez des veuves.

Un autre moyen était de mal gérer la propriété des veuves, afin de totalement dépouiller une veuve par totale négligence. L’un des moyens populaires était de prendre de l’argent des veuves aux capacités mentales déficientes, profitant de celles qui n’étaient pas capables de se défendre mentalement.

Et le pire était peut-être qu’ils accumulaient des dettes que la veuve leur devrait, encore et encore, jusqu’à ne plus pouvoir payer. Ils pouvaient alors prendre la maison de la veuve en gage de la dette, et ainsi dévorer la maison. Lorsque la veuve ne pouvait pas payer, ils l’expulsaient.

C’est pourquoi ils sont catégorisés par les paroles de Jésus, je vais vous le relire, Luc 11 :39 « vous êtes pleins de rapine et de méchanceté. » Ou par les paroles de Jésus dans Luc 16, ou les paroles de Luc, je devrais dire dans Luc 16 :14 : « Les pharisiens qui étaient avares. »

Fiers et avares. C’est ce qui les caractérisait. C’est typique des faux docteurs. Ils agissaient pour leur convoitise malsaine. Ils s’élevaient eux-mêmes. Ils montraient une façade de spiritualité. Et ils trichaient les personnes les plus vulnérables.

Il existe des juristes qui agissent ainsi. Merci Seigneur pour les juristes chrétiens et ceux qui sont intègres et qui ne font pas cela. Mais certains juristes agissent ainsi. Mais vous savez une chose ? Il existe des évangélistes qui agissent ainsi, de faux évangélistes, des faux enseignants religieux qui prennent de l’argent dans les poches des gens. Et les fausses religions choisissent leurs proies dans les pays du tiers monde qui sont déjà appauvris au départ. Le dernier épisode en date se situe en Afrique, alors que les pourvoyeurs de santé, de richesse et de prospérité sont en Afrique avec beaucoup de succès. Ils sont dans une population de personnes qui sont désespérément pauvres, qui n’ont aucun avenir, qui vivent avec une maigre somme d’argent, qui sont sans défense, au bord du désespoir. On leur promet la santé, la richesse, la prospérité. Ça marche très bien.

Je vais vous donner une illustration. A Lagos, au Nigéria, il y a une église où ce genre de chose est proclamée. Il y a une congrégation de 54 000 personnes dans l’église. Afin d’obtenir la santé, la richesse et la prospérité, il faut donner un mois de salaire au pasteur. Ceci au nom de Jésus. Dépouillant des personnes trompées, dépouillant les pauvres, dépouillant les personnes sans défense. Et ceci se répand en Afrique. Ils sont en train de construire les plus grandes églises de la planète en Afrique, au nom de la santé, de la richesse et de la prospérité, priant ou faisant des pauvres des proies qui n’ont pas d’espoir. C’est un système qui rend celui qui est à la tête, riche.

Donc, les faux docteurs sont fiers et orgueilleux, pas tous au même degré. Puis sixièmement, « ils font pour l’apparence de longues prières. » Il n’y a rien de mal dans une longue prière. J’en ai fait quelques une moi-même. Mais il y a quelque chose qui ne va pas lorsqu’on fait semblant, prier juste pour être vu.

Souvenez-vous de Matthieu 6 :5-6, où Jésus condamne ce genre de prière dans le sermon sur la montagne, qui était si caractéristique des faux docteurs. Il dit ceci : « Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes. » Une tromperie spirituelle, des charlatans qui profitent des gens. Ils font semblant.

L’expression « faire semblant » est intéressante, prophasei est le mot : « ce qui est placé devant pour cacher l’état véritable des choses. » C’est de cela qu’il s’agit. Ils cachent la réalité de qui ils sont. C’est un manteau trompeur qu’ils portent, de longues prières. C’est un jeu auquel les faux docteurs jouent. Encore, dans Matthieu chapitre 23, le Seigneur décrit ce genre d’hypocrisie. « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! Parce que vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat, et qu’au-dedans ils sont pleins de rapine et d’intempérance. Pharisien aveugle! Nettoie premièrement l’intérieur de la coupe et du plat, afin que l’extérieur aussi devienne net. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! Parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au-dehors, et qui, au-dedans, sont pleins d’ossements de morts et de toute espèce d’impuretés. Vous de même, au-dehors, vous paraissez justes aux hommes, mais, au-dedans, vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité. »

Ce sont les personnes les plus religieuses d’Israël. Il y a des évangéliques qui disent aujourd’hui : «  nous devons coopérer avec Israël. Nous devons être solidaires avec eux, car ils sont le peuple de Dieu, et partager leurs connaissances spirituelles. » Non, non. Jésus n’a pas eu de conversation avec las plus religieux d’Israël. Il a prononcé une condamnation. C’est pourquoi Matthieu 23, encore, lisez-le. Verset 15 : « Malheur… » qui signifie damnation, malédiction, verset 16, « malheur, » 23, 25, 27, 29 : « Malheur, malheur, malheur… » Il prononce de terribles, horribles jugements sur eux. Verset 33 « Serpents, race de vipères! Comment échapperez-vous au châtiment de la géhenne? » C’est une condamnation, non pas une conversation.

Retournons maintenant à Luc, et nous voyons les dernières paroles du chapitre. Nous avons vu la mise en garde et la caractérisation. Voici la condamnation. « Ils seront jugés plus sévèrement. » La clé est « plus », pas « moins », parce qu’ils sont religieux. Le Seigneur ne va pas les aimer tout à coup parce qu’ils sont religieux, parce qu’ils sont bons, parce qu’ils sont moraux, parce que Dieu aime toutes les religions, et toutes les religions aiment Dieu et Jésus aime toutes les religions et toutes les religions aiment Jésus. C’est merveilleux.

Non. Il prononce sur eux une condamnation plus sévère. Plus grande, perissoteron, c’est un comparatif, krima, jugement. Perissoteron, « une plus grande, excessive, une plus abondante » ou si vous voulez « une extraordinaire » condamnation, plus qu’habituellement. Les personnes religieuses reçoivent une plus grande condamnation, non pas une moindre. Loin de plaire à Dieu, parce qu’ils ont en quelque sorte vécu avec la vérité qu’ils connaissaient, ils ont reçu une plus grande condamnation, surtout s’ils ont piétiné le sang de l’alliance et considéré comme moins que saint, Hébreux 10 :29-31, rejeté Christ.

L’idée est claire. Si vous n’êtes pas dans la bonne religion, vous allez être condamné. Si vous apportez une fausse religion, vous allez recevoir une plus grande souffrance et condamnation en enfer. Ils sont dangereux, prenez garde, ce sont des hypocrites. Ils sont dignes de recevoir la condamnation. De la compassion ? Oui. L’Evangile ? Donnez-leur l’Evangile. Priez pour leur salut. Que votre cœur soit contrit. Mais en fin de compte, nous n’avons rien à apprendre des faux docteurs et des fausses religions. Et nous devons savoir qu’elles sont sous le coup de la condamnation divine. Ils doivent savoir, pour leur bien et pour le bien de ceux qui ont besoin d’être protégés d’eux. Prions.

Seigneur, nous pouvons seulement te remercier de ce que ceci est écrit dans la Parole. Si nous devions parler ainsi sans avoir les clairs enseignements des Ecritures, les gens auraient du mal à le supporter. Mais nous savons que c’est Ton idée et Ta volonté, car Tu l’as placé dans Ta parole. Oui, nous sommes tristes. Oui, nous pleurons sur ceux qui font partie de ces faux systèmes. Oui, nous désirons avec miséricorde leur donner la vérité, proclamant la vérité. Même ce message est une miséricorde pour tout faux docteur qui l’entend. Mais nous devons les mettre en garde face à leur condamnation à venir et nous devons prévenir ceux qui pourraient être séduits par eux et tomber dans cette même condamnation.

Merci pour cet avertissement plein de grâce et de miséricorde. Et nous Te remercions, Seigneur pour la vérité. Nous Te remercions de ce que nous qui Te connaissons, nous sommes venus à la vérité grâce à Ta puissance et à Ton Esprit. Nous voulons venir ensemble et voir ce que Moïse, Esaïe, Paul et Jean voulaient dire, car c’est Toi qui a parlé dans les Ecritures. Nous ne voulons pas avoir de conversation avec qui que ce soit, à part Toi, et nous ne voulons même pas répondre, nous voulons simplement parler.

Nous n’avons rien à dire. Nous n’avons rien à offrir. Nous ne pouvons pas améliorer Ta Parole. Nous n’allons pas trouver une meilleure compréhension dans une conversation avec n’importe qui, n’importe où, surtout avec ceux qui sont morts dans le trépas et dans le péché et vides de vérité. Donc, Seigneur, que nous puissions seulement nous incliner face à Ta Parole, et avec joie face à Ta Parole, car elle est la vérité et la vérité nous libère. Nous prions au nom de Christ. Amen.

FIN

This sermon series includes the following messages:

Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

Donation:
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize