Grace to You Resources
Grace to You - Resource

J'aimerais vous souhaiter la bienvenue dans la suite de notre étude de l'épître de Jacques. Vous pouvez donc prendre vos Bibles et les ouvrir dans Jacques. Beaucoup de choses nous attendent dans cette grande épître mais nous allons nous arrêter ce soir pour poser un regard bref sur le verset 18. Nous devrions normalement prendre une autre section commençant au verset 19, puisque nous avons mentionné le verset 18 dans notre dernière étude. Je veux cependant m'arrêter là un moment et élargir notre compréhension de Jacques 1:18 parce que c'est vraiment un grand verset. C'est un verset qui formule d'une manière très simple la signification de la nouvelle naissance, le sens du salut.

J'ai été intéressé ce matin, au moment de la réception de ceux qui visitaient notre église pour la première fois, par une jeune femme du Japon qui comprend un peu anglais, l'anglais de conversation, et qui m'a avoué avoir éprouvé beaucoup de mal à suivre ce que je disais dans le message. Et cela m'a interpellé non pas tant le fait que les termes que j'emploie ne soient pas intelligibles mais davantage parce que plus longtemps on est chrétien, plus on s'implique dans la chrétienté et la Parole de Dieu et plus on développe une espèce de jargon évangélique. Et quelqu'un qui arrive et qui ne connaît que l'anglais de conversation éprouvera beaucoup de difficultés à comprendre ce qui se dit. C'est aussi quelque chose qui nous rappelle bien qu'il faut de temps à autres retourner à la simplicité de ce que l'Evangile est vraiment. C'est ce que nous voulons faire ce soir. Regardons ensemble au verset 18 de Jacques chapitre 1.

Il est dit que de Sa propre volonté, en parlant du Père, Dieu le Père mentionné au verset 17, “Il nous a engendrés selon sa volonté, par la parole de vérité, afin que nous soyons en quelque sorte les prémices de ses créatures.” Un verset simple mais dans lequel est emballée toute la richesse de la nouvelle naissance. L'Ancien Testament dit: “Soyez saints car moi l'Eternel je suis saint”. Pierre déclare dans son épître: “Soyez saints car moi l'Eternel je suis saint”. Pour pouvoir entrer dans la présence de Dieu, l'homme doit être saint, séparé du péché et mis à part pour la justice. Cependant, les hommes sont loin d'être saints. C'est évident. Ils ne sont pas justes, c'est-à-dire qu'ils sont pécheurs. Ils ne pensent pas comme il conviendrait. Ils ne parlent pas comme il faut, ils n'agissent pas comme il faut et ne font pas ce qui est bien. Ils n'ont pas une bonne perception de Dieu. Ils n'ont pas une bonne perception d'eux-mêmes. Ils ne perçoivent ni la vérité de Dieu, ni Sa révélation, ni Sa loi et ni Sa volonté comme il conviendrait.

Mais bien que les hommes ne soient pas saints et qu'ils ne soient pas justes devant Dieu, ils manquent pour la plupart de réaliser qu'ils ne sont pas saints. Ils ne comprennent pas qu'ils ne sont pas justes. Ils n'acceptent pas délibérément le diagnostic des Ecritures selon lequel ils sont pécheurs. Les hommes sont impies et pire, ils ne reconnaissent ni la nécessité de la sainteté, ni même dans plusieurs cas, son absence. Et quand il leur arrive de reconnaître qu'ils ne sont pas saints, ils rendent en général quelqu'un d'autre responsable de cette situation.

Et c'est ce dont nous avons parlé lors de notre dernière examen de ce formidable chapitre. En règle générale, les être humaines rejettent indirectement la responsabilité de leur état de pécheurs sur Dieu. Et tandis que nous avons examiné les versets 13 à 18, nous avons vu que nous n'avions personne d'autre que nous mêmes à blâmer pour notre état de pécheurs. Nous ne pouvons certainement pas accuser Dieu en disant: “Eh bien c'est Dieu qui nous a créés. Dieu a fixé des lois qu'il est impossible de respecter. Dieu m'a laissé devenir ce que je suis à cause de mon entourage. Dieu m'a placé dans des circonstances qui ont mis une telle pression sur moi que je ne pouvais pas contrôler mon comportement”, etc. etc. Mais ce que Jacques nous dit c'est ceci: Dieu ne peut jouer aucun rôle dans notre état de pécheur fut-il de manière directe ou indirecte. Ainsi donc, les humains doivent être saints pour avoir une relation avec Dieu. Ils ne sont pas saints. Pour la plupart, ils ne reconnaissent pas qu'ils sont impies et s'ils reconnaissent qu'ils pèchent, ils accuseront toujours quelqu'un d'autre et ce quelqu'un d'autre est dans un sens vague le Dieu qui les a placés dans leurs circonstances et qui leur a donné les pulsions qu'Il leur a données. Ils cherchent ainsi à se débarrasser de toute responsabilité. Jacques dit donc du verset 13 à 18 que vous ne pouvez accuser personne d'autre que vous-mêmes pour votre péché. Au verset 13, il dit que la nature du mal le démontre. Personne ne peut dire, lorsqu'il est tenté, qu'il est tenté par Dieu car Dieu ne peut pas être tenté par le mal et Il ne tente personne. Vous ne pouvez pas blâmer Dieu pour ce qui est mal parce que Dieu et le mal s'excluent mutuellement. Et ensuite, au verset 14, la nature de l'homme. Il dit que l'homme a son propre problème. L'homme est tenté lorsqu'il est attiré par sa propre convoitise et qu'il est séduit. Le problème se trouve en l'homme, il se situe dans son état de pécheur, sa déchéance. Ensuite, il parle de la nature de la convoitise aux versets 15 et 16.

Lorsque la convoitise conçoit, elle enfante le péché et le péché une fois consommé ne produit rien d'autre que la mort et ne vous trompez pas à ce sujet. Autrement dit, comprenez que c'est cela la réalité du péché. Ce n'est donc pas Dieu puisque Dieu et le mal sont incompatibles. Le problème se situe au niveau de la nature humaine et, dans cette nature humaine, le problème ce sont ses mauvais désirs, sa convoitise, sa passion pour ce qui est mal. Ensuite au verset 17, il rentre en arrière pour discuter de la nature de Dieu et il dit que tout bienfait et tout don parfait viennent de Dieu qui ne varie jamais et en qui il n'y a pas d'ombre afin que vous ne puissiez pas blâmer Dieu dont la nature consiste seulement à donner de bonnes choses. Seul le bien vient de Dieu. Il dit donc que nous ne pouvons pas accuser Dieu pour notre péché à cause de la nature du mal, à cause de la nature humaine, à cause de la nature de la convoitise et à cause de la nature de Dieu Lui-même. Ensuite, au verset 18, il résume en quelque sorte son argument en affirmant que la nature de la régénération elle-même ou la conversion, la rédemption, la nouvelle naissance nous montre que Dieu ne nous conduit pas dans le péché. Le verset 18 dit: “De Sa propre volonté”, autrement dit c'était Sa volonté de nous engendrer afin que nous soyons semblables à Lui. Une espèce de prémices de Sa création. Ainsi, l'objectif de la régénération était de nous nous faire naître à la vie. De nous créer pour faire le bien et non le mal. De nous donner le pouvoir sur le péché en tant que partie intégrante de la nouvelle création.

Dieu n'est donc en aucune manière impliqué dans notre état de pécheurs. Il ne peut pas être mélangé au mal. Le problème se trouve en l'homme. Dans l'être humain, le problème est emballé dans sa convoitise. La nature de Dieu est telle qu'Il ne peut donner que de bons dons et lorsque Dieu touche votre vie, c'est pour produire la vie et non la mort, Il produit la justice et non le péché. Il vise à faire une nouvelle création et non à exercer la vieille nature.

Ainsi, toutes ces choses que nous avons examinées la dernière fois, indiquent que Dieu ne saurait être directement ni même indirectement à l'origine du péché. Dieu ne peut pas et ne tente pas l'homme à pécher. Et nous avons ainsi examiné le verset 18 à cet égard. Cependant, le verset est tellement riche parce qu'il aborde cette question de la nouvelle naissance, de l'engendrement d'un individu, de la régénération d'une personne et cela nécessite un examen plus rapproché et plus long. C'est ce que nous allons faire ce soir. Il nous introduit au sujet de la régénération au verset 18 en lien avec un point dans son contexte. Et le point c'est ce que je viens tout juste de vous dire. Il se sert de la régénération comme moyen de vous faire comprendre que Dieu ne conduit personne dans le péché, Il conduit plutôt les gens à être des créations d'une nouvelle nature, comme Lui. Il les extrait du péché pour les conduire à la nouveauté de vie. Et cela serait incompatible avec une quelconque pensée selon laquelle Il nous conduirait dans le péché. Il nous recrée en dehors du péché, et non pas dans le péché, mais en dehors du contexte lui-même. Tandis que nous examinons le verset, j'aimerais juste que vous regardiez ce point en particulier parce qu'il dit tant de choses sur la régénération et que tout l'enseignement sur la régénération et la nouvelle naissance mérite notre attention particulière. Maintenant, gardez à l'esprit ce que je vous ai dit auparavant et ce que nous avons noté dans le texte selon lequel l'homme est plein de convoitise et la convoitise enfante le péché qui conduit à la mort. C'est vrai que sans la sainteté nul ne pourra jamais avoir de relation avec Dieu, personne ne pourra pleinement connaître Dieu. Personne ne pourra jamais entrer dans la présence de Dieu sans la sainteté. Et cependant, l'homme est impie et il est pécheur et tout dans sa nature produit la convoitise et le mal. Pour vous donner une image plus claire de cela, regardez avec moi dans Romains au chapitre 3.

C'est un passage des Ecritures très familier pour les étudiants de la Bible mais qui a cependant besoin d'être examiné à la lumière de ce point particulier. A la fin du verset 9, il dit que tous Juifs et grecs sont sous l'emprise du péché. Ils sont littéralement sous la domination du péché. Ils sont tous assujettis au contrôle du péché. Puis il continue à montrer cela en l'étendant par une citation de l'Ancien Testament et il dit, “selon qu'il est écrit : Il n'y a point de juste, pas même un seul.” Depuis la chute d'Adam, il n'existe aucun être humain qui ait été créé dans ce monde qui soit juste, et cela signifie qui soit en règle avec Dieu, qui pratique la justice, qui obéisse à la volonté de Dieu en soi et de lui-même.

Il n'y a aucun juste, pas même un seul. Il n'y a personne qui comprenne. C'est-à-dire qu'il n'y a personne qui comprenne pleinement ce que Dieu exige, qui soit capable de le saisir pleinement et l'accomplir. Il n'y a même personne qui recherche Dieu. La disposition naturelle de l'homme c'est de rechercher le péché. L'homme aime quoi? Les ténèbres, Jean 3 déclare, plutôt que la lumière parce que leurs oeuvres sont mauvaises. Ils se sont tous égarés. Ils ont tous dévié du chemin que Dieu a ordonné pour la justice. Ils sont tous devenus inutiles. Le mot grec employé fait allusion à un lait aigre/fermenté. Il ne sert à rien. Ils sont absolument inutiles. Et il y en a aucun qui fasse le bien, pas même un seul. Ensuite, il décrit la nature de leur mal. Leur gosier est un sépulcre ouvert. Il pue comme un cadavre dont l'odeur s'échappe de la tombe. Ils se servent de leur langue pour tromper. Le poison d'aspic ou du serpent se trouve sous leurs lèvres. C'est à travers sa conversation et ce qui sort de sa bouche qu'un homme est fondamentalement révélé. Et sa laide, mauvaise nature pécheresse souillée et mortelle sort à travers sa bouche. La bouche est pleine de malédictions et d'amertume. Leurs pieds sont légers pour répandre le sang. La destruction et le malheur sont sur leur route. Ils ne connaissent pas le chemin de la paix et la crainte de Dieu n'est absolument pas devant leurs yeux. Voici la définition d'un homme pécheur, un homme qui n'a pas Dieu. Et le monde entier se retrouve dans cette condition au verset 18. Chaque bouche est fermée et le monde entier est coupable devant Dieu. Et il n'y a aucun moyen, à travers leur chair, selon ce qu'il dit au verset 20, qu'ils soient justifiés par Dieu en respectant certaines règles en obéissant à la loi, bien qu'il s'agisse de la loi de Dieu. La loi produit seulement la connaissance du péché, elle ne produit pas la justice. Il y a donc dans Romains 3, la définition de l'homme. L'homme dans son état de péché, regardez dans Ephésiens 2.

Dans Ephésiens 2, il est dit au verset 1, “Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés”. Et nous trouvons ici que l'homme est à nouveau défini comme étant mort, la puanteur d'un cadavre et la caractéristique de sa mort est une mort dans la transgression et le péché. Il y a juste deux termes employés pour démontrer en quelque sorte la largeur et l'étendu de sa nature pécheresse. Il est dit qu'il marche selon le train de ce monde. Autrement dit, sa conduite au quotidien lui est dictée par le système du mal. Celui qui contrôle sa vie n'est autre que le prince des airs, l'esprit qui agit dans les enfants de la désobéissance. Il s'agit des titres de Satan. Verset 3, il vit selon les convoitises de sa chair. Il satisfait le désir de la chair et de la pensée et il est par nature un enfant de la colère. Cela veut dire qu'il constitue une cible du jugement, il est l'objet du jugement divin.

Maintenant, tout ceci est fondamental. Pour pouvoir avoir une bonne relation avec Dieu, l'homme a besoin d'être saint. L'homme est impie. L'homme ne reconnaît pas qu'il n'est pas saint et quand il lui arrive de reconnaître son absence de sainteté et son état de pécheur, il a tendance à blâmer Dieu pour ses circonstances. Il se débarrasse de sa responsabilité, ce qui le maintient confiné sous la domination du péché et le coupe par conséquent de Dieu. La question se pose à présent: Qu'allez-vous faire pour aider l'homme? Qu'allez-vous faire pour changer sa situation? De quoi est-ce que cet homme a besoin? Le changement extérieur ne suffit pas. Il n'est pas capable par une quelconque résolution personnelle de décider d'obéir à la loi de Dieu et sortir ainsi de lui-même de cet état de mort. Il n'est pas en mesure de s'octroyer une nouvelle vie.

Ce dont il a besoin c'est d'être recréé. Ce dont il a besoin c'est d'un cœur nouveau, une nouvelle personne intérieure, un nouveau principe de vie. Il a besoin de naître de nouveau. Il a besoin de prendre un nouveau départ afin de ressortir différent. Un peu comme si, en reprenant les termes de Nicodème, il était capable de rentrer en rampant dans le sein de sa mère pour tout recommencer avec une nature différente. Puisque la sainteté constitue la condition absolue pour être accepté dans la communion avec Dieu, l'homme pécheur dans sa condition de mort déchue ne peut jamais accéder à cette communion et Dieu ne pouvant accepter sa personne corrompue, il a par conséquent besoin d'une nouvelle vie. Il a besoin d'une toute nouvelle vie. Ainsi, lorsque nous parlons de l'Evangile ou de la nouvelle naissance, nous ne parlons pas d'ajouter quoique ce soit. Nous ne parlons pas de construire quelque chose par dessus. Nous ne parlons pas de mettre un ruban sur une truie. Nous ne parlons pas d'enfiler un nouveau costume sur un vieil homme. Nous parlons d'une transformation totale. Pour entrer dans une relation convenable avec Dieu, il faut être une toute nouvelle personne. Vous devez rentrer en arrière et recommencer à zéro et renaître totalement à une vie nouvelle.

Les Ecritures l'affirment. Ce n'est même pas une nouveauté dans le Nouveau Testament. Cela faisait partie de la promesse qui avait été faite d'avance dans l'Ancien Testament. Jérémie dit par exemple que le cœur de l'homme est tortueux par dessus tout et qu'il est désespérément méchant. Et Jérémie déclare: “Un Ethiopien peut-il changer sa peau?” Peut-il délibérément et en le voulant vraiment plutôt qu'en se contentant de le souhaiter, peut-il changer la couleur de sa peau noire? Et Jérémie dit ensuite, un léopard peut-il changer ses taches? Et la réponse est bien sûr: non. De même, une personne qui est habituée à faire le mal peut-elle faire ce qui est bien?

Vous ne pouvez pas non plus changer votre vie. Vous avez besoin d'une transformation. Il s'agit de Jérémie 13:23. Et plus loin, au chapitre 31, arrive la merveilleuse promesse de cette transformation. Jérémie 31:31, “Voici, les jours viennent, dit l'Eternel, Où je ferai avec la maison d'Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle, non comme l'alliance que je traitai avec leurs pères, le jour où je les saisis par la main pour les faire sortir du pays d'Egypte”, et ainsi de suite. Il déclare, “Je ferai une nouvelle alliance”. Verset 33, “Je mettrai ma loi au dedans d'eux, je l'écrirai dans leur cœur; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.” J'entrerai au-dedans d'eux et changerai leur intérieur. Ils ne peuvent pas le faire d'eux-mêmes alors il faut qu'on le fasse pour eux. L'homme a besoin d'expérimenter un changement au cœur même de son être.

L'homme naturel, c'est-à-dire l'homme non régénérai, l'homme qui ne connaît pas Dieu. L'homme pécheur, l'homme qui n'est pas racheté, celui qui n'est pas sauvé “ne”, dit I Corinthiens 2:14, “reçoit pas les choses de l'Esprit de Dieu”. Il ne peut pas les recevoir. Il est mort. Et un cadavre ne réagit à rien du tout. Et donc, de quoi a-t-il besoin? Il a besoin de naître de nouveau. Il a besoin d'une nouvelle vie. Je viens juste de vous lire Ephésiens 2:1 à 3, qui dit comment cet homme est mort par ses offenses et son péché et marche selon la convoitise de la chair, la convoitise de la pensée, les désirs de la chair, se soumettant à la domination de Satan, le prince de la puissance des airs. Ils sont les enfants de la colère. Cependant, il est dit au verset 5 du même chapitre que lorsque nous étions morts dans nos offenses, Christ nous a rendus à la vie et nous a ressuscités. Et voici l'idée d'une résurrection d'entre les morts, l'idée d'une nouvelle vie, d'une nouvelle naissance. Dans Romains 6, il est dit que quand vous mettez votre foi en Christ, vous mourrez et ressuscitez pour marchez en? Et il emploie cette merveilleuse expression, nouveauté de quoi? De vie. Voilà ce que tout le monde a besoin d'avoir: la nouveauté de vie. Il est question de se débarrasser totalement de l'ancienne vie pour qu'une nouvelle vie arrive. Dans Ephésiens 4:24, vous avez revêtu l'homme nouveau qui, écoutez ceci, à l'image de Dieu est créé dans la justice et la véritable sainteté. Lorsque vous parvenez au salut, vous revêtez un nouvel homme, une nouvelle personne et non de nouveaux vêtements. Une nouvelle personne.

C'est la recréation. La meilleure et l'illustration la plus imagée de cette réalité se trouve dans la merveilleuse rencontre entre Jésus et Nicodème. Ouvrez donc à Jean 3 et regardons cela brièvement et souvenons-nous de cette merveilleuse, merveilleuse histoire. Il y avait un homme parmi les pharisiens, c'est-à-dire qu'il était un dirigeant religieux très respecté. Il se peut qu'il ait été aussi grand que n'importe quel docteur de la loi parce que Jésus dit au verset 10: “Tu es” - et Il utilise l'article défini - “le docteur d'Israël, et tu ne sais pas ces choses !”

Voici donc un homme qui est peut-être reconnu publiquement comme un docteur de stature élevée en Israël, un pharisien qui connaît bien la loi. Il aborde Jésus et dit: “Nous savons que tu es un enseignant venu de Dieu”. Voici un homme de grande estime. Voici un homme qui reconnaît son propre appel mais qui reconnaît aussi celui qui est largement au-dessus de lui dans la compréhension. Il vient donc à Jésus et déclare au verset 2, “Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n'est avec lui.” Et, à aucun moment, il ne dit ce qu'il a sur le cœur. Il ne pose aucune question mais Jésus lit sa pensée. Et Jésus répond. Il s'agit d'une déclaration très intéressante parce qu'il n'a rien demandé. Il a seulement dit: “Tu es un docteur”, et a continué en disant: “Tu viens de Dieu, nous le savons”. Cependant, Jésus répond à la question qu'il a sur le cœur et dit: “En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu.” Et il savait que ce qui était sur le cœur de Nicodème c'était: “Comment puis-je faire pour entrer dans le Royaume?”

Voici un homme qui était un docteur de la loi en Israël. Un pharisien qui réussissait sur le plan religieux mais qui savait pertinemment qu'il n'était pas encore tout à fait entré dans le Royaume de Dieu. Comment savait-il qu'il n'y était pas parvenu? Parce que rien au-dedans de lui ne le confirmait. Alors il vient à Jésus et la question qu'il a sur le cœur c'est: “Qu'est-ce que je dois faire pour entrer dans le Royaume?” Et l'implication serait: “Je suis très religieux, j'étudie la loi, j'essaie de vivre selon le code de l'Ancien Testament. Je suis un homme de bonne moralité. Je suis un homme de confiance. Je suis un homme respecté. Que dois-je ajouter à ma vie pour pouvoir entrer dans le Royaume?” Et Jésus lui a répondu: “Tu n'as rien à ajouter. Il faut tout reprendre à zéro.”

Vous tuez simplement tout le truc et recommencez par la naissance. Vous devez naître de nouveau. Et Nicodème lui dit: “Comment est-ce qu'un homme peut naître lorsqu'il est vieux?” Il n'est pas en train de poser la question sur le plan physique. Laissez-le tranquille. Il n'est pas en train de dire, physiquement, comment puis-je retourner et naître? Il sait de quoi Jésus est en train de parler. Il se contente de reprendre le même langage voilé, l'expression en paraboles du meshal, la figure de style qu'ils emploient. Et il reprend la même métaphore, les mêmes termes descriptifs que Jésus utilise et il demande comment une personne qui a passé tant d'années dans la religion, qui aura passé tant d'années à suivre un code, tant d'années au point d'être à présent pharisien et un rabbin et un docteur de la loi, pourrait jamais rentrer en arrière pour défaire toutes ces choses et recommencer.

C'est ce qu'il est en train de dire. Et s'il vous est jamais arrivé de rendre témoignage à un juif orthodoxe, quel que soit le nombre d'années, vous comprendriez cette mentalité. Comment pourrais-je parvenir à démêler toute cette poursuite religieuse de toute une vie et tout recommencer? Voilà ce qui était dans la pensée de Nicodème. Peut-il entrer une seconde fois dans le ventre de sa mère et naître? Et il se montre quelque peu espiègle à ce niveau. Il le dit à nouveau, conformément à l'analogie que Jésus avait employé. Comment puis-je naître de nouveau spirituellement? Comment puis-je faire ça? Comment cela peut-il se produire? Et Jésus lui dit tout fondamentalement: “Tu ne peux pas le faire.”

Vous ne pouvez pas y arriver, Nicodème. En vérité, en vérité, Je vous le dis, si un homme ne naît d'eau et d'esprit, il ne peut pas quoi? Entrer dans le Royaume de Dieu. Il dit, vous ne pouvez pas le faire. Cela doit se faire par l'eau et l'esprit. Cela doit se faire par une puissance et une ressource extérieures à vous-même, à l'extérieur de vous. Et cette puissance c'est l'eau et l'esprit. Maintenant, à quoi cela se réfère-t-il? Il s'agit de l'eau du salut, je crois. Si vous retournez un instant à Ezéchiel 36, vous verrez Jésus dans Sa conversation avec Nicodème en des termes très familiers. Il connaissait l'Ancien Testament. Il avait connaissance de la promesse qui se trouve dans Ezéchiel 36 verset 25, “Je répandrai sur vous une eau pure”.

Qui est-ce? Dieu. Il s'agit d'un acte souverain. “Et vous serez purifiés de votre souillure et de toutes vos idoles vais-je vous purifier”. Ce qu'Il dit à Nicodème c'est ceci, numéro un, vous devez expérimenter une purification souveraine de la part de Dieu. Deuxièmement, cela vient par le Saint-Esprit. Vous avez besoin d'un salut souverain qui vient de l'extérieur. Tout comme Ezéchiel l'a prophétisé, l'eau pure, pour la purification de vos souillures. Paul en écrivant à Tite parle du lavage avec de l'eau à travers la Parole. L'eau de la régénération, verset 26, “Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j'ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois.”

Ainsi, lorsque Jésus déclare à Nicodème: “Tu dois naître d'eau et d'esprit pour pouvoir entrer dans le Royaume”, Il ramène Nicodème directement à Ezéchiel 36 en disant, vous savez ce que le prophète a dit, vous avez besoin d'une purification souveraine qui vienne de Dieu et qui soit extérieure à vous-même. Par ailleurs, vous avez besoin qu'Il plante Son Saint-Esprit dans votre cœur pour vous donner une nouvelle vie et un nouveau cœur et une nouvelle motivation. Pourquoi? Verset 6, si vous essayez de le faire de vous-même: “ce qui est né de la chair est” quoi? Tout ce que vous parviendrez à faire ce sera reproduire quoi? Vous-mêmes. Plus de vous. “Mais ce qui est né de l'esprit est” quoi? “Esprit”. Ne soyez donc pas surpris que je vous aie dit, vous devez naître de nouveau. Ne soyez pas étonnés. Ensuite, Il dit: “Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit.” Vous savez ce qu'Il est en train de dire ici? Il dit, Je ne puis vous dire comment ni quand le Saint-Esprit fait cela mais il s'agit d'un acte souverain du Saint-Esprit. Il ne peut être tracé. Vous ne pouvez même pas le voir arriver ou s'en aller mais l'Esprit de Dieu entre là où Il veut et offre la nouvelle naissance à qui Il veut en tant que Dieu souverain par le moyen de l'esprit, à travers le lavage de l'eau de la Parole dans la régénération, Il purifie le cœur et plante cet esprit à l'intérieur de l'homme. Ce dont vous avez besoin, Nicodème, c'est d'une nouvelle vie et il s'agit d'un acte souverain de Dieu. Exactement ce que Jérémie 24 a dit au verset 7 où Dieu a déclaré: “Je leur donnerai un cœur pour qu'ils connaissent que je suis l'Eternel”.

Une nouvelle nature, un nouveau cœur, une nouvelle vie. “Si quelqu'un est en Christ”, 2 Corinthiens 5:17, “il est une nouvelle création, les choses anciennes sont passées, voici toutes choses sont devenues nouvelles”. Alors, ce que je suis en train de dire c'est qu'une nouvelle naissance est essentielle. C'est là que se trouve le salut. C'est Dieu qui dans Sa souveraineté descend vers le pécheur et qui par Sa grâce purifie ce pécheur et plante en lui Son Esprit afin que la purification de ce pécheur prenne en charge sa relation avec Dieu et que l'implantation de l'esprit s'occupe de lui donner le pouvoir de vivre dans la volonté de Dieu. Et c'est ça l'objectif ou la régénération

A présent, j'aimerais poser quatre questions dans notre verset, Jacques 1:18. Retournons-y. C'était l'introduction. Jacques 1:8. Je souhaiterais vous poser quatre questions sur la régénération Ce sont des questions très simples et cela ne nous prendra qu'un moment pour répondre aux quatre. Première question, qu'est-ce que c'est? Vous venez juste de dire que l'homme ne peut pas connaître Dieu sans la sainteté. L'homme n'est pas saint. L'homme ne reconnaît pas son manque de sainteté et quand il lui arrive de le faire, il a tendance à accuser Dieu. Comment parviendra-t-il donc jamais à sortir de ce dilemme? Ici, soit il blâme Dieu pour cet état des choses, soit il ne le reconnaît pas. Comment parviendra-t-il jamais à changer? Vous dites qu'il faut que quelqu'un le porte à des standards plus élevés, à un niveau d'éthique plus élevé, une loi qu'il devra respecter et qu'il suivra de lui-même. Non. Ce que la chair produit c'est plus de quoi? Plus de chair. Ainsi, ce qui doit se passer c'est qu'il a besoin d'une intervention divine du Dieu souverain, qui vient par Son Esprit laver son péché et planter une nouvelle vie en lui. Qui lui accorde Son Esprit pour communiquer de la puissance à cette nouvelle vie en vue de l'obéissance. Il s'agit là d'un acte souverain. C'est vraiment la régénération Mais rentrons dans ce verset et regardons les quatre questions. Première question. Qu'est-ce que c'est? Quelle est la nature de la régénération? Et j'ai déjà fait allusion à cela. En fait, j'en ai couvert une grande portion, mais juste cette phrase: “de sa propre volonté, Il nous a engendrés”. Voilà la nature de la régénération

C'est Dieu qui nous amène à la vie, nous donnant naissance en tant qu'êtres nouveaux. Vous n'êtes plus le même. Vous êtes une toute nouvelle création. Il s'agit au fait du même verbe, exactement le même verbe que celui qui est employé au verset 15. Dieu, lorsqu'Il conçoit, enfante la régénération Il engendre une nouvelle vie. C'est exactement le même verbe. C'est au temps Eros, ce qui fait qu'il regarde en arrière à l'événement du salut lorsque nous sommes nés d'un parent divin et avons reçu la nouvelle vie en tant qu'enfants de Dieu. Maintenant, si vous voulez une définition technique de la phrase “Il nous a engendrés” en voici une que je pense être excellente. Elle est donnée par le théologien Berkhoff il y a de cela plusieurs années, mais il l'a vraiment dit. La régénération est un acte de Dieu par lequel le principe de nouvelle vie est implanté en l'homme et la disposition qui gouverne son âme rendue sainte. C'est une excellente définition. La régénération c'est cet acte de Dieu par lequel le principe d'une nouvelle vie est implanté en l'homme et la disposition gouvernante de son âme rendue sainte. C'est-à-dire une transformation totale. Cela ne ressemble en rien à Romains 3, n'est-ce pas? Ce n'est pas non plus comme Ephésiens 2:1 à 3. En fait, Pierre dit que nous devenons participants à la nature divine. Dieu nous communique Sa propre vie, Sa propre personnalité, Son propre caractère juste, Sa propre sainteté est implantée en nous. Une formidable pensée, tout simplement. En tant que chrétiens, vous et moi possédons la nature même de Dieu, 2 Pierre 1:4. Nous sommes participants à cette nature divine. Non pas dans sa plénitude cependant. Nous attendons de recevoir tout ce que cela implique, toutefois, ce principe de nouveauté de vie est déjà planté en nous. Ceci est accompli à un moment donné. Il ne s'agit pas d'un processus. C'est un événement. C'est un acte par lequel Dieu vous crée à nouveau. C'est un travail secret. Il ne peut pas être vu. C'est pour cette raison que nous ne pouvons pas, selon les termes de Jésus, distinguer le blé de l'ivraie puisque cet acte particulier est imperceptible. Il ne se reconnaît que par ses effets. Nous ne pouvons pas voir Dieu en train de recréer un individu. Il s'agit d'un miracle divin qui est invisible par un quelconque oeil humain.

Cependant, il plante en un individu un principe de vie nouvelle et une nouvelle disposition qui le rend capable et le pousse à observer la loi de Dieu. Merveilleux. Cela surmonte la mort du péché, et la mortalité du péché. Nous ne sommes plus désormais assujettis au péché. Paul dit dans Romains chapitre 6 que le péché n'a plus de pouvoir sur nous. Nous suivons désormais un nouveau maître, de notre propre gré et avec empressement.

Jésus a dit dans Jean 10: “Je suis venu afin qu'ils aient” quoi? “La vie”. De quoi est-ce que les morts ont le plus besoin? De la vie. Alors Il vient pour nous donner une nouvelle vie. Alors, qu'est-ce que la régénération? Qu'est-ce que c'est? Il nous a engendrés. Qu'est-ce que cela signifie? Il nous a donné une nouvelle vie. Une transformation totale de l'être intérieur. Deuxième question: qui fait cela? Eh bien, je vous l'ai dit depuis Jean chapitre 3. Qui fait ça? Regardez à nouveau Jacques 1 et verset 18, “Il nous a engendrés selon sa volonté”. Lui, en tant que Dieu le Père mentionné au verset 17 en tant que la source de tout bienfait et tout don parfait. De Sa propre volonté vient en premier dans la version grecque de ce verset, ce qui met cela dans une position d'insistance qui démontre que la volonté souveraine de Dieu constitue la racine de cette nouvelle vie. Il ne pouvait en être autrement, car comment est-ce qu'un mort ferait pour se donner la vie? Impossible. La source de la nouvelle vie c'est Dieu. Dieu. C'est la grâce de celui qui donne et non le désir de celui qui reçoit. Ce désir du receveur est activé par la grâce du donneur. C'est donc entièrement le choix et l'œuvre du Dieu Tout-Puissant.

Si je suis sauvé et si vous êtes sauvés, qui en retire toute la gloire? Dieu. Nous Le louons. Retournez à Jean1:12 et j'aimerais davantage insister sur cette pensée. Vous dites: “Mais attendez un instant, n'est-ce pas moi qui ai reçu Christ? N'est-ce pas moi qui ai cru?” Bien sûr que vous l'avez fait. Vous avez tendu la main et vous L'avez reçu et avez cru. Regardez le verset 12 de Jean 1, “Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu”. Vous dites: “C'est tout à fait ça. J'ai cru et j'ai reçu. N'est-ce pas moi qui l'ai fait? N'est-ce pas moi qui ai initié cela?” Regardez au verset 13: “lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme”, mais de quoi? “Dieu”. Vous avez cru et vous avez reçu parce que c'était la volonté de qui? De Dieu. C'est quelque chose de souverain. Oui, vous avez cru. Oui, vous avez reçu. Mais derrière tout cela, c'était entièrement la volonté souveraine, déterminante et gracieuse de Dieu.

Humainement parlant, aucun enfant n'est jamais venu au monde parce qu'il ou elle a voulu naître. Cela vous satisfait? La naissance d'un enfant relève strictement de la décision des parents et non de l'enfant à naître. La naissance spirituelle est analogue. C'est la décision du souverain et divin parent. Jésus a déclaré: “Nul ne peut venir à moi si” quoi? “Le Père ne l'attire”. A moins que le Père ne l'attire. Et même la foi que nous exerçons est gracieusement accordée par Dieu. Ainsi, notre expérience consciente de la conversion, notre expérience consciente de l'engagement de notre vie à Jésus-Christ par la foi à Sa mort et à Sa résurrection, par l'ouverture de nos cœurs pour Le recevoir, par le fait de croire en l'Evangile, tout cela est une conséquence de Sa volonté souveraine.

Bien-aimé, quand vous vous arrêtez pour réfléchir au fait que vous êtes sauvés parce qu'Il a prédéterminé dans une éternité passée de vous sauver, c'est une chose merveilleuse. Dieu dans Sa grâce et dans Son amour a prédéterminé d'avoir une relation éternelle d'amour intime avec vous tout simplement parce que c'est ce qu'Il voulait. Merveilleux. Jean le formule de cette manière: “Nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier.” Un enfant manifeste de l'amour à un parent humain en réponse à l'amour parental et à l'attention et à la vie qu'ils donnent à cet enfant. Et parce que Dieu a désiré nous sauver, parce que Dieu a voulu nous offrir une nouvelle vie et une nature sainte, il est absolument impossible, déclare Jacques, qu'Il puisse jamais vouloir nous conduire dans le péché. Voyez-vous à quel point cela est absolument incongru? Quelle pensée passionnante! Il nous a prédestinés à être l'objet de Son amour.

A nous donner une vie nouvelle afin que nous ayons une communion éternelle avec Lui. Et Il désire que nous soyons dans Sa présence. Et lorsque nous entrons dans Sa présence, Il nous rend semblables à Son propre Fils et Il déverse la bénédiction éternelle sur nous pour toujours et à jamais. Pas étonnant que Jean dise dans 1 Jean 3, “Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu !” Il n'arrive même pas à trouver un adjectif. C'est absolument indescriptible. Il dit simplement: “quel amour”. Il n'a même pas pu trouver un adjectif pour décrire ce genre d'amour prédéterminé, souverain et librement choisi.

Maintenant, revenez en arrière regarder à Jacques 1:18, juste une autre pensée sur ce point particulier. Lorsqu'il est dit “de sa propre volonté”, il emploie le terme boulētheis, un participe aoriste. Il ne s'agit pas simplement d'un souhait mais plutôt d'une volonté active d'accomplir. Ce n'est pas Dieu qui se contente de souhaiter. Il souhaiterait que nous soyons sauvés. Il est plutôt dit qu'Il le veut au point où cela s'accomplit effectivement. Puis-je vous dire quelque chose de très profond sur le plan théologique? Il s'agit de ce que nous appellerons la volonté productive de Dieu. C'est-à-dire lorsqu'Il le désire, cela s'accomplit. Il ne s'agit pas d'un souhait. Vous pouvez souhaiter quelque chose, “Oh je souhaiterais, Oh j'aurais tellement souhaité que ceci se passe” et cela pourrait être complètement éloigné, sans aucun rapport avec ce qui va se passer. Ou alors, vous pouvez dire, “Je veux que ceci arrive” parce que vous avez les moyens d'amener cela à l'existence. C'est l'intention du mot qui est utilisé ici, le désir de Dieu réalise l'objet de ce désir. Qu'est-ce que c'est donc que la régénération? C'est Dieu qui nous recrée. Qui le fait? C'est Dieu qui le fait par Sa puissance souveraine et nous répondons à cette grâce souveraine. Troisième question. Nous avons demandé quoi et qui et voici la troisième. Comment cela se produit-il? Comment est-ce que cela se passe?

Vous dites: “Eh bien Dieu se contente-t-Il de descendre et, bang!!! Vous êtes sauvés? Dieu se contente-t-Il de vous zapper? Comment cela se passe-t-il?” Eh bien, retournons regarder ce verset, verset 18, “Il nous a engendrés selon sa volonté”. Et le voici, “par la parole de vérité.” Par la parole de vérité . Ou plus littéralement, par la parole de la vérité. Par la parole de la vérité. Ceci signifie la Parole de Dieu, l'Ecriture. Vous voyez, Dieu nous régénère et nous lave et nous purifie et nous donne une nouvelle personne intérieure et plante en nous un esprit par la puissance de quoi? De Sa Parole. De Sa Parole. Les êtres humains naissent de nouveau par la puissance de la Parole. Si vous n'entendez pas la Parole, vous n'entendez pas le message qui sauve. Dans 1 Thessaloniciens 2:13 où Paul félicite les Thessaloniciens pour la manière dont ils avaient accueilli la prédication de la Parole de Dieu. Il est dit: “C'est pourquoi nous rendons continuellement grâces à Dieu de ce qu'en recevant la parole de Dieu, que nous vous avons fait entendre, vous l'avez reçue, non comme la parole des hommes, mais, ainsi qu'elle l'est véritablement, comme la parole de Dieu”, écoutez ceci, “qui agit en vous qui croyez.” C'est la Parole qui agit avec un cœur qui croit. Dieu agit de manière souveraine pour racheter. Une personne répond au contact de la Parole de Dieu avec foi et le salut prend effet. La volonté de Dieu au sujet du salut est ainsi présentée au cœur de l'individu à travers une compréhension de la Parole mélangée à la foi et la régénération prend place. Comment est-ce que cela se passe? Cela se produit à travers la Parole de Dieu. Et une fois de plus, je vous rappelle Tite3:5, “non à cause des oeuvres de justice que nous aurions faites”. Nous n'obtenons pas le salut et la nouveauté de vie par nos oeuvres, en essayant d'obéir à Dieu dans la chair, mais plutôt selon Sa miséricorde, Il nous a sauvés. Observez ceci, “A travers le bain de la nouvelle naissance et le renouvellement du Saint-Esprit” (Segond 21). On retrouve les deux mêmes éléments: le lavage de l'eau de la Parole et l'implantation du Saint-Esprit. C'est l'œuvre souveraine de Dieu. Ainsi, la Parole de vérité constitue le problème.

Laissez-moi à présent porter cette phrase un peu plus loin, la Parole de vérité ou la Parole de la vérité. Cette désignation particulière est employée à plusieurs reprises dans le Nouveau Testament. Dans 2 Corinthiens 6:7. Vous n'avez pas besoin d'ouvrir ces passages, je vais me contenter de vous les mentionner. Il est dit par la Parole de vérité, par la puissance de Dieu et ainsi de suite. Dans Colossiens 1:5, il est dit: “Vous en avez déjà entendu parler”, écoutez ceci, “par la parole de la vérité, l'Evangile. par la parole de la vérité, l'Evangile.” Et là la Parole de la vérité est spécifiquement reliée à l'Evangile. Soit dit en passant, 2 Timothée 2:15 mentionne aussi la parole de vérité: “exposer avec droiture la parole de la vérité”. Ainsi, en règle générale, la Parole de vérité c'est la Parole de Dieu.

C'est ce que Dieu amène à nous pour nous dévoiler une compréhension de Sa révélation de Lui-même. De manière plus spécifique et d'après Colossiens 1:5, nous pourrions appeler cela la Parole de la vérité de l'Evangile. Maintenant, avec cela en pensée, nous retournons à Jacques et nous pouvons tout simplement dire que nous ne serions pas du tout hors sujet en affirmant que nous naissons de nouveau par la Parole de la vérité, non seulement la révélation générale de Dieu mais dans Colossiens 1:5, Sa révélation spécifique de l'Evangile. Et vous dites: “Qu'est-ce que l'Evangile?” La bonne nouvelle selon laquelle Jésus est venu, est mort et est ressuscité. Ainsi, les gens parviennent au salut lorsque Dieu se propose souverainement de leur octroyer la nouvelle naissance, de leur donner une nouvelle nature, de les purifier de leur péché, de planter Son Esprit en eux. Il les amène à une compréhension de tout ceci à travers la connaissance qui découle de l'Evangile qui est prêché ou qui leur est donné. Cela se mélange à la foi pour produire la nouvelle naissance. Dans Romains 10:17, et je reprends juste certaines des Ecritures qui me viennent à l'esprit et que je pense être en lien avec ceci tandis que nous ralentissons en quelque sorte. Cependant, dans Romains 10:14, vous vous en souvenez ? “Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n'ont pas cru ? Et comment croiront-ils en celui dont ils n'ont pas entendu parler ? Et comment en entendront-ils parler, s'il n'y a personne qui prêche ?” et il dit ensuite, “Et comment y aura-t-il des prédicateurs, s'ils ne sont pas envoyés ?” et ainsi de suite. Il est question de la nécessité d'avoir des prédicateurs. Comment est-ce que les gens feront pour entendre s'il n'y a pas de prédicateurs? Comment pouvons-nous envoyer qui que ce soit s'il n'y a personne à envoyer? Les gens ont besoin de prédicateur. Et, en citant Esaïe, “Qu'ils sont beaux les pieds de ceux qui annoncent l'Evangile”. Qu'il est donc important de prêcher cela! Pourquoi? Parce qu'au verset 17, la foi vient de ce qu'on entend, un discours sur Christ. C'est la traduction appropriée de la version grecque de Romains 10:17. La foi vient de ce qu'on entend l'Evangile de Jésus-Christ, Romains 10:17. Ainsi Dieu sauve de manière souveraine en entrant dans une vie et en recréant cette vie, toutefois, cela ne prend effet que lorsqu'une personne parvient à écouter et à comprendre l'Evangile et que cet Evangile est mélangé à la foi. Cela produit la nouvelle naissance. Qu'est-ce que c'est? Il s'agit d'une transformation totale. Qui l'opère? C'est Dieu qui le fait de Sa propre volonté souveraine. Comment est-ce que cela se passe? En écoutant et en croyant l'Evangile de Jésus-Christ selon lequel Il est mort sur la croix et est ressuscité. Cela provient de la Parole révélée de Dieu. Un autre passage de l'Ecriture à cet égard est 1 Pierre 1. Etant nés de nouveau, il est dit, et voici la définition des moyens: “Puisque vous avez été régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole vivante et permanente de Dieu.”

Par la Parole de Dieu qui vit et demeure pour toujours. Car la chair, vous ne pouvez pas expérimenter une nouvelle naissance dans la chair, “Car Toute chair est comme l'herbe, et toute sa gloire comme la fleur de l'herbe. L'herbe sèche, et la fleur tombe”. La chair ne peut rien produire de durable, “Mais la parole du Seigneur demeure éternellement”. Ecoutez à présent: “Et cette parole est celle qui vous a été annoncée par l'Evangile.” Une fois de plus, il est dit que vous êtes nés de nouveau par la Parole et la Parole par laquelle vous êtes nés de nouveau est l'Evangile et l'Evangile est l'histoire de la mort et de la résurrection de Jésus.

Ainsi, Dieu décide de manière souveraine de racheter, Il descend, purifie le cœur, plante Son Esprit. Mais pour pouvoir le faire, le cœur doit comprendre l'Evangile clairement prêché et cette compréhension mélangée à la foi produit une nouvelle vie, une vie nouvelle. A présent, si quelque chose doit changer en nous c'est Dieu qui doit le faire. Cependant, nous devons également répondre à l'Evangile. Ceci nous laisse donc avec une question, une question. Pourquoi est-ce que c'est fait? Pourquoi? Pourquoi est-ce que Dieu se donne cette peine? Nous savons quoi, nous savons qui, nous savons comment mais pourquoi? Quel est l'objectif de nous rendre neufs? La fin du verset 18, c'est merveilleux. “Afin que nous soyons en quelque sorte les prémices de ses créatures.” Mince alors, quelle affirmation! Nous pourrions creuser un peu plus sur celle-ci. Les implications de ceci sont tout simplement formidables. Afin que nous soyons, remarquez le verbe être, un verbe qui montre un objectif, l'objectif de produire un nouveau genre de création, c'est ce que Dieu veut. Il veut un nouveau genre de création et nous en sommes les prémices.

C'est grandiose. Qu'est-ce que c'est que les prémices? Eh bien, si nous avions du temps et nous ne prendrons pas le temps, nous pourrions étudier l'Ancien Testament. Notez Exode 23:19, Lévitique 23, Deutéronome chapitre 18, Deutéronome chapitre 26, qui parlent des prémices. Quand vous cultivez, Dieu dit qu'Il veut vos premiers fruits. Les premiers fruits signifient deux choses: “Je désire le premier en terme de rang et Je veux le meilleur.”

Lorsque vous récoltez, apportez-moi une offrande et je veux votre toute première récolte et cela montrera que vous vivez par la foi si vous prenez votre premier. Un cultivateur prend en général sa première récolte et la conserve au cas où plus rien ne sortirait. Alors, apportez-moi les premiers et apportez-moi les meilleurs, c'est ça les prémices. Les premiers de toute une récolte qui viendra plus tard et c'est exactement ce qu'Il signifie ici.

Il dit, j'aimerais que vous, c'est passionnant, soyez les premiers et les meilleurs indicateurs de toute une récolte qui viendra plus tard. C'est merveilleux. A présent, écoutez-moi attentivement, vous rendez-vous compte, braves gens que le monde ne continuera pas à évoluer comme il le fait en ce moment? Le savez-vous? Savez-vous que nous nous dirigeons vers une transformation totale du monde tel que nous le connaissons ? Savez-vous que toute cette opération sur terre brûlera entièrement et la Bible nous dit que le Seigneur va recréer cette terre, à Sa convenance? Il fera une nouvelle création, toute chose naîtra de nouveau, entièrement tout. Le hommes et les femmes et la poussière et les collines et les vallées et l'eau et l'herbe et les plantes et les animaux et tout. En fait, Il fera un nouveau ciel et une nouvelle terre. Il viendra une toute nouvelle création et nous n'en constituons que la première évidence.

Comme Paul le dit dans Romains 8, le monde ne sait même pas encore ce que nous serons, parce que nous sommes encore voilés dans notre chair et il attend la manifestation des fils de Dieu au moment où ce que nous sommes véritablement deviendra évident pour le monde entier. C'est assez enthousiasmant de savoir qui je suis à cet égard. Je suis un échantillon en tant que chrétien et vous aussi, et ce qui vient. Nous ne sommes qu'un premier aperçu de la nouvelle création. Incroyable. Nous Lui appartenons. Et Il nous a recréés en tant que symboles, en tant qu'exemples, en tant qu'illustrations de Sa nouvelle création future. Vous voulez savoir à quoi ressemblera le futur? Je vais vous dire à quoi il va ressembler. Il sera comme nous, complètement nouveau au-dedans. Il sera comme nous une fois que nous serons également et complètement renouvelés au dehors/à l'extérieur. Cependant, nous ne sommes que les prémices. Qu'est-ce que c'est? Les premiers fruits constituent la promesse de la récolte toute entière. La promesse de la récolte totale. Et nous sommes les premiers fruits. Quelle pensée! Dieu déclare: “Je veux vous prendre pour que vous soyez ma possession spéciale. Je veux vous prendre pour que vous M'apparteniez. Pour que vous soyez les symboles de toute la nouvelle création qui doit arriver.”

Vous rendez-vous compte que nous sommes là dans cette petite église de la Communauté de la Grâce dans cette petite poche de briques ici ce soir et le monde n'a pas la moindre idée de qui nous sommes, cependant, nous ne sommes que les prémices d'une incroyable nouvelle création qui sera là au moment où Dieu recréera tout le ciel et toute la terre? Nous ne sommes que les premiers fruits. La création, est-il dit dans Romains 8, soupire en attendant cette nouvelle création. Et nous aussi crions en attente de cette nouvelle création, non pas de notre âme car nous l'avons eue mais de notre quoi? De nos corps sur lesquels la chair est accrochée.

Cette nouvelle vie que nous avons en Christ constitue un avant-goût de la gloire à venir au moment où l'univers tout entier sera recréé. Alors, quel merveilleux privilège que le nôtre? Qu'est-ce que la régénération? C'est la recréation. Nous rendre complètement nouveaux à partir de l'intérieur. Qui le fait? Dieu le fait de manière souveraine. Quand et comment cela se passe-t-il? Cela se produit lorsque nous écoutons la Parole de l'Evangile avec des cœurs qui croient et qu'ensuite Dieu mélange sa foi à Sa puissance souveraine et qu'Il nous transforme. Et pour quelle raison fait-Il cela? Parce que nous sommes appelés à nous démarquer du monde en tant qu'exemples vivants de ce que à quoi ressemblera ce monde lorsqu'Il l'aura recréé.

A présent, pour remettre les choses dans le contexte de Jacques, essayez maintenant de me dire que Dieu veut que nous péchions et je vous répondrai qu'il vous manque un boulon. Il n'est pas possible que Dieu veuille vous voir pécher. Il ne peut en aucun cas se réjouir de votre péché. Il vous a créés pour être un modèle d'une société exempt de péché. C'est ce qu'Il veut. Alors, quand vous péchez, ne L'accusez pas. Mettez le blâme là où il doit être c'est-à-dire sur votre chair et aspirez au jour où votre chair sera rachetée.

Voilà ce que cela signifie que d'être né de nouveau et nous avons tant de raisons de louer Dieu. Baissons-nous dans la prière. Notre Père, nous avons intitulé notre message de ce soir “Né à la Sainteté”. Et nous sommes effectivement engagés à cela. Le fait que nous ayons été renouvelés/(rendus neufs) afin que nous qui étions impies puissions devenir saints. Quelle formidable vérité est-ce! Père, nous Te remercions tant de faire de nous des symboles de Ta nouvelle création. Et Père, nous prions pour que nous puissions briller comme des lumières dans le monde.

Afin que nous qui avons été rachetés puissions être reconnaissants au point de vivre de manière à représenter convenablement toute cette nouvelle création dont nous ne sommes que les prémices. Pardonne-nous pour ces fois où nous T'avons accusé pour notre péché et aide-nous à comprendre que c'est Ton désir de nous recréer pour la sainteté.

Et aide-nous à rechercher cela de toute notre force et avec la puissance de l'Esprit. Et Père, s'il y en a quelques uns parmi nous ce soir qui ne sont jamais venus à Christ, qui ne sont jamais nés de nouveau, qui n'ont pas encore reçu le principe de vie, qui n'ont pas encore été changés de l'intérieur, qui n'ont pas encore été purifiés de tout leur péché, qui n'ont pas encore reçu un nouvel esprit et une nouvelle personne intérieure. Un nouveau principe de vie. Qui n'ont pas encore reçu le Saint-Esprit pour vivre en eux. Qui ne sont pas Ta possession spéciale, bien-aimée et intime, Tes prémices et la promesse d'un tout nouvel univers. Oh Seigneur, que cette nuit soit le moment où ils embrassent Jésus-Christ. Puissent-ils croire en Celui qui est mort sur la croix pour eux, qui a versé Son sang pour payer la pénalité pour leur péché. Qui a ressuscité le troisième jour pour leur salut.

Puissent-ils mettre leur foi en Jésus-Christ le Vivant et puissent-ils expérimenter cette miséricorde glorieuse et souveraine et cette grâce et cette joie d'être des prémices, des exemples vivants de la recréation future. Oh Dieu, aide-nous qui Te connaissons à vivre d'une manière digne de qui nous sommes. Et à représenter avec justesse auprès de ce monde ce qui vient dans le futur. Nous prions au nom de Jésus-Christ, amen.

FIN

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

Donation:
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize