Grace to You Resources
Grace to You - Resource

 

Notre texte ce soir est 1 Pierre 1 : 1-2. « Pierre, apôtre de Jésus-Christ, à ceux qui sont étrangers et dispersés dans le Pont, la Galatie, la Cappadoce, l'Asie et la Bithynie, et qui sont élus selon la prescience de Dieu le Père, par la sanctification de l'Esprit, afin qu'ils deviennent obéissants, et qu'ils participent à l'aspersion du sang de Jésus-Christ : que la grâce et la paix vous soient multipliées ! ».

Maintenant, cette salutation au début de la lettre de Pierre sert à souligner que ceux à qui il écrit sont choisis selon la prescience de Dieu le Père. Et donc, Pierre prend une plongée théologique de proportions extrêmement profondes dès le début de cette lettre. La leçon pour nous ce soir sera au sujet de l'élection ou le fait d’être choisi par Dieu.

Le professeur biblique doué et érudit, A.W. Pink qui, en passant, est mort en 1952, a une fois commencé un sermon en disant ceci : « Je vais parler ce soir de l'une des doctrines les plus détestées de la Bible, à savoir celle de l'élection souveraine de Dieu. » Il avait raison. C'est une doctrine détestée. Il a ensuite écrit ces mots - et je les trouve très perspicaces - « L'élection souveraine de Dieu, c’est la vérité la plus détestable et injurieuse selon la majorité de ceux qui prétendent être des croyants. Qu'il soit clairement annoncé que le salut ne s'est pas produit par la volonté de l'homme mais par la volonté de Dieu, si ce n'était pas le cas, personne ne pourrait être sauvée. Car, après la chute, l'homme a perdu tout désir et volonté pour ce qui est bon. Même les élus eux-mêmes doivent être appelés et préparés et les cris d'indignation contre de tels enseignements sont grands.

Puis il dit : « Les proclamateurs de mérite n'admettront pas la suprématie de la volonté divine et l'impuissance de la volonté humaine. Par conséquent, ceux qui sont les plus amers, qui dénoncent l'élection par le plaisir souverain de Dieu, sont les plus vigoureux pour crier la volonté libre de l'homme déchu ».

Pierre dit qu'il est difficile pour certaines personnes d'accepter la doctrine biblique d'une élection souveraine. Il est difficile pour l'homme de reconnaître que son salut est un acte de Dieu. Dans sa détresse, il veut assumer une certaine responsabilité, même si c'est quelque chose de tout petit, d’avoir cru, par exemple. Il veut un certain crédit pour avoir fait le bon choix.

En outre, la doctrine de l'élection nous semble répugnante parce que, selon nos normes, il semble injuste que Dieu, hors du monde des êtres humains, choisisse certains pour être sauvés, à Sa discrétion, et non les autres. Mais vous comprenez, n'est-ce pas, que la raison pour laquelle l'homme veut désespérément avoir une part là-dedans est parce que, dans sa détresse, il veut justifier sa fierté.

Nous pouvons donc éliminer cela en tant que véritable problème. C'est seulement une expression de la déchéance. Est-ce injuste ? Dieu est-il injuste ? Non, Dieu ne doit jamais être mesuré par des normes humaines, certainement pas par la norme humaine de l'équité qui est aussi un reflet de la déchéance de l'homme. Sommes-nous si stupides de supposer que nous qui sommes tombés, les créatures pécheresses, avons un niveau plus élevé que ce Dieu juste qui n’a jamais chuté et qui est infiniment et éternellement saint ? Quel genre de fierté est-ce ? C'est là le véritable problème.

Il est dit dans les Psaumes 97 : 2 : « Les nuages et l'obscurité l'environnent, La justice et l'équité sont la base de son trône. » La droiture et la justice sont le fondement même du trône de Dieu. C’est-à-dire, tout ce que Dieu fait repose sur une base de droiture et de justice. Ce n'est pas la droiture humaine ni la justice humaine, mais c'est divin.

Dans ces mots familiers d'Ésaïe 55 : 8-9, l'Écriture dit de Dieu : « Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, dit l'Eternel. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées. » Nous ne sommes pas en position, en tant que créatures tombées, pour déterminer si ce que Dieu fait est droit, juste ou équitable. Vous avez dépassé les limites si vous dites que Dieu a fait quelque chose qui n'est pas juste.

Qu'est-ce que la justice divine, alors ? Permettez-moi de vous donner une définition : c'est un attribut essentiel de Dieu - c'est-à-dire que la justice infinie et parfaite fait partie de Son être ; elle est en Lui, de Lui, pour Lui, par Lui et en aucun autre.

James Usher, il y a plusieurs années, a écrit : « La source de la justice de Dieu vient de sa propre volonté et de rien d'autre. Car ce qu'il veut est juste et puisqu'Il le veut, c'est juste, non pas parce que la chose est juste, mais parce qu’Il le veut. » Vous comprenez cela ? Une chose est juste parce que Dieu le veut. Il ne le veut pas parce que c'est juste selon des normes humaines. C'est Lui qui définit la norme. La justice divine est d'un ordre et d'un caractère entièrement différents de la justice humaine.

Et en passant, la justice n'est pas le problème de toute façon. Vous ne voulez pas trop parler de justice lorsque vous parlez du salut, car si Dieu agissait selon la justice, nous serions tous envoyés en enfer. Vous voyez, le Créateur ne doit rien à la créature, même pas ce qu'il est gracieusement heureux de donner aux élus. Il ne le doit pas aux élus. Comment Dieu pourrait-il être appelé injuste quand tout ce qu'il fait est juste. Le fait qu'il ait élu certains à être sauvés quand, de toute façon, ils ne l'ont pas mérité, comment cela pourrait-il être injuste ?

Le salut n'est jamais une question de justice, c'est toujours une question de grâce, pure grâce. Vous ne voulez vraiment pas essayer de comprendre ce point de vue : « Est-ce juste ? » Dieu l'a fait. Cela le rend juste. Dieu définit le standard de ce qui est juste. Si vous ne comprenez pas ce que Dieu fait, cela ne signifie pas qu'il ne respecte pas votre norme, cela signifie que votre norme ne correspond pas à la sienne. Il est Dieu !

Maintenant, en discutant de la doctrine de l'élection, il n'y a pas de meilleur passage d'écriture, plus condensée que celui que nous avons devant nous. Et Pierre, franchement, entre dans la profondeur de la théologie dès le début. Il n'a même pas terminé le premier verset avant d'introduire le mot « choisi », puis il lance une déclaration très brève, mais profonde, sur l'essence même de l'élection.

Alors qu’il s'adresse à ses lecteurs, son intention dans ces deux premiers versets est de les identifier comme ceux qui sont choisis par Dieu. Il les identifie de deux façons. Tout d'abord, il les identifie par rapport à leur place sur la terre, et deuxièmement, il les identifie par rapport à leur place dans le ciel.

En ce qui concerne la terre, ils résident « dispersés dans le Pont, la Galatie, la Cappadoce, l'Asie et la Bithynie ». En ce qui concerne le ciel, ils sont « choisis selon la préscience de Dieu le Père par l'œuvre sanctifiante de l'Esprit qui obéit à Jésus-Christ ayant été aspergés de son sang. » Alors, il clarifie ainsi leur identification terrestre et leur identification paradisiaque.

Examinons brièvement leur identification terrestre. Les lecteurs à qui Pierre écrit sont considérés comme des étrangers, « éparpillés dans le Pont, la Galatie, la Cappadoce, l'Asie et la Bithynie ». Maintenant, nous devons parler de cela, parce que nous devons comprendre à qui il écrit. Voulez-vous, s'il vous plaît, noter le mot « dispersé ». C'est un mot familier pour tout étudiant du Nouveau Testament. C'est le mot diaspora en grec.

Vous avez peut-être entendu le mot « diaspora ». Il signifie « dispersion ». Dans les Évangiles, c'est un terme technique pour la dispersion des Juifs à travers le monde. Il est utilisé de cette façon dans Jean 7 : 35. Il est également utilisé par des Juifs dispersés à travers le monde dans Jacques 1 : 1.

Je suis convaincu que Pierre ne l'utilise pas ici de manière technique comme Jacques. Notez le chapitre 1, verset 17. Il écrit à ces personnes dispersées en disant : « Et si vous invoquez comme Père celui qui juge selon l'œuvre de chacun, sans acception de personnes, conduisez-vous avec crainte pendant le temps de votre pèlerinage ». L'implication est votre durée terrestre, votre séjour terrestre, qui nous conduit à croire qu'il parle de personnes qui ne sont pas tant des étrangers dans une culture étrangère, que des étrangers sur la terre elle-même.

Chapitre 2, verset 11, « Bien-aimés, je vous exhorte, comme étrangers et voyageurs sur la terre, à vous abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l'âme. » De plus, l'étranger ici semble être la personne qui est dans un environnement contraire à sa nature et qui fait la guerre contre son âme. Il ne s'inquiète donc pas de parler d'un Juif étranger à l'échelle nationale, alors qu'il se préoccupe de parler d'un croyant qui est spirituellement un étranger - un public beaucoup plus large, qui incluait certainement quelques Juifs messianiques ainsi que des païens. Les Juifs étaient peut-être minoritaires. Nous pensons que ça doit être le cas dans les provinces des païens auxquelles cette épître est adressée.

Donc, ce qu'il dit n'est pas : « Pour vous, les Juifs dispersés dans des pays étrangers », mais « Pour vous, chrétiens, qui êtes des étrangers sur la terre, vous êtes des « extra-terrestres », de vrais étrangers et des pèlerins. Vous n'appartenez pas à la terre. » L'église est un groupe d'étrangers dispersés à travers le monde, loin de son véritable foyer.

En fait, dans Philippiens 3 : 3, Paul dit : « C'est nous, qui rendons à Dieu notre culte par l'Esprit de Dieu, qui nous glorifions en Jésus-Christ, et qui ne mettons point notre confiance en la chair. » Et voilà, je pense que Pierre dit : « Nous sommes les dispersés, la diaspora, dans un sens spirituel ».

Donc, l'idée est qu'il écrit aux croyants qui, dans le monde, sont des étrangers. Il s'adresse à l'église. C'est tout simplement cela. Il s'adresse aux églises, à l'église du Pont, à l'église de Galatie, à l’église de Cappadoce, à l'église d’Asie et celle de Bithynie.

Ce sont, en passant, les provinces. Ils occupent ce que nous connaissons aujourd'hui comme la Turquie moderne. Ils faisaient partie de l'Empire romain à l'époque de Pierre. Mais il écrit aux chrétiens dispersés dans ces provinces romaines, et nous concluons donc que la lettre avait un public très large.

Dans ces provinces, il devait y avoir un certain nombre d'églises. Nous connaissons dans la province d'Asie, par exemple, au moins sept ou huit églises. Sept des églises en Asie ont reçu des lettres du Seigneur Jésus dans Apocalypse 2 et 3. Et il y avait d'autres églises en Asie, comme Colosses, non mentionnées dans l’Apocalypse. Ainsi, il y a eu un certain nombre d'églises dans Pontus, en Cappadoce, en Bithynie aussi… des chrétiens, dispersés comme étrangers dans une terre étrangère, à savoir le monde non régénéré.

Pierre écrit donc à beaucoup de gens. Et pourquoi un tel public aussi large ? Parce que la persécution qui était venue contre les chrétiens en raison de leur culpabilité pour l’incendie à Rome était en train de balayer l'Empire romain. Et partout où la persécution allait, les chrétiens devaient payer le prix de la souffrance. Ainsi il écrit comme pour les embrasser tous dans cette épître, et leur apprendre à faire face à la souffrance triomphalement.

Mais ce qui est plus important que leur relation avec la terre, c'est leur relation avec le ciel. Et il veut qu'ils sachent qu'ils ont été choisis par Dieu. Il veut qu'ils saisissent cette réalité extrêmement réconfortante. Au milieu de leur persécution lorsqu'ils s’interrogent tant, il veut qu'ils sachent qu'ils sont choisis par Dieu. Et ainsi, à la fin du verset 1, il dit : « ceux qui sont étrangers et dispersés sont élus selon la préscience de Dieu le Père ».

Prenons le mot « extra-terrestre » qui est choisi. Les « étrangers » signifient « pas de ce monde », comme nous l'avons dit, ceux qui sont dépossédés dans une terre qui n’est pas la leur. Cela peut signifier « résident temporaire », ou « étranger ». De toute façon, ils étaient des résidents temporaires et ils étaient étrangers. C'était une ville non éternelle dans les cieux mais faite par des mains humaines. C’était un séjour temporaire jusqu'à ce qu'ils soient appelés à Sion qui est au-dessus, comme l’appelle l'écrivain de l’Epître aux Hébreux.

Ces étrangers, l'église, ces rachetés, ces croyants sont choisis, eklektos, sont appelés, « ceux qui sont appelés ». C'est un adjectif verbal. Cela signifie « choisir » ou « sélectionner ». En fait, vous pourriez même le traduire de cette façon - et ce serait beau – « les étrangers de choix, les étrangers sélectionnés. » C'est un terme pour les chrétiens, c'est tout. Les élus, les sauvés, ou les choisis !

En passant, il s'agissait même d'un terme pour Israël pour les identifier autrefois. Deutéronome - vous vous souvenez peut-être de ce verset très familier - Deutéronome 7 : 6, « Car tu es un peuple saint pour l'Eternel, ton Dieu ; l'Eternel, ton Dieu, t'a choisi, pour que tu fusses un peuple qui lui appartînt entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre. »

Eh bien, vous comprenez mieux cela. Dieu ne s'était pas assis au paradis en disant : « J'espère qu'une nation va me croire et me choisir. » Non ! « De toutes les personnes sur terre, je vous ai choisi. Israël, mon élu ! » C'est Deutéronome 7 : 6. Deutéronome aussi 14 : 2, « Car tu es un peuple saint pour l'Eternel, ton Dieu; et l'Eternel, ton Dieu, t'a choisi, pour que tu fusses un peuple qui lui appartînt entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre. » Il répète la même chose à nouveau. Choisis ! Psaumes 105 : 43 appelle Israël « Ses élus ». Psaumes 135 : 4 dit : « Car l'Eternel s'est choisi Jacob, Israël, pour qu'il Lui appartînt. » Israël a été élu.

Vous dites : « Eh bien, cela est-il vrai aussi de l'Église ? » Dieu n'a pas changé Son plan. Dieu n'a pas changé Sa méthode. L'Ancien Testament a déclaré : « Personne ne cherche Dieu. » « Il n'y a personne de juste. Non, pas une. » Dieu a choisi Son peuple, Israël, par Son propre choix. L'Église aussi et nous sommes les élus !

Permettez-moi de vous montrer cela. Dans Matthieu 24 : 22, suivez simplement la pensée que nous sommes les élus. Verset 22. « Et, si ces jours n'étaient abrégés (c’est l’époque de la Tribulation), personne ne serait sauvé; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés. » Écoutez ceci ! « Si quelqu'un vous dit alors : Le Christ est ici, ou Il est là, ne le croyez pas. » Verset 24. « Car il s'élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s'il était possible, même les élus. »

C'est un terme pour les croyants, pour les chrétiens. Verset 31. « Il enverra ses anges avec la trompette retentissante, et ils rassembleront ses élus des quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu'à l'autre. »

Dans l'֤Évangile de Luc 18 : 7, il est dit : « Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard ? » Nous arrivons à Romains, la grande épître de Paul, ce merveilleux Romains 8 : 33, « Qui accusera les élus de Dieu? C'est Dieu qui justifie ! » Nous sommes élus.

Colossiens 3 : 12. « Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d'entrailles de miséricorde, de bonté, d'humilité, de douceur, de patience. », et ainsi de suite. Vous avez été choisi par Dieu pour être sain et bien-aimé. Il a choisi de mettre Son amour en vous et en moi sans aucun acte de notre part, mais c’était strictement Son propre choix. Les élus de Dieu, c'est ce que nous sommes.

2 Timothée 2 : 10 : Paul dit : « C'est pourquoi je supporte tout à cause des élus, afin qu'eux aussi obtiennent le salut qui est en Jésus-Christ, avec la gloire éternelle. » Je fais mon ministère évangélique pour porter l'Évangile aux élus. Dans Tite, quand Paul écrit cette lettre, il ne pouvait pas mieux le dire. « Paul, esclave de Dieu et apôtre de Jésus-Christ, pour la foi de ceux choisis de Dieu ». 2 Jean, cette petite épître, décrit l'église comme «la dame choisie, la femme élue », 2 Jean 1. 2 Jean 13 dit : « Les enfants de ta sœur l'élue te saluent. » Deux églises, toutes les deux élues !

Donc, voyez-vous, lorsque Pierre dit : « J'écris aux élus de Dieu », ou aux choisis, il veut dire aux croyants. Maintenant, saisissez ceci ! Le terme « élu » ou « choisi » est synonyme de « chrétien », de « sauvé », de « né de nouveau ». Et la riche réalité de ce terme nous rappelle que nous sommes choisis par Dieu. Il a fait le choix, pas nous.

Et je pense que ce que Pierre dit est tellement merveilleux. Ce qu'il dit à ces chrétiens persécutés est : « Hé, vous n’êtes pas le choix du monde, mais vous êtes le choix de Dieu. » Pouvez-vous saisir ceci ? C'est tellement réconfortant ! C'est une réalité riche. Et écoutez, c’était destiné à être un encouragement pour les croyants persécutés.

Maintenant, en regardant un peu plus attentivement, je vais vous donner une petite liste des éléments d'élection. Voyons jusqu’où nous arriverons.

Premièrement, la nature de notre élection - et nous l'adopterons simplement phrase par phrase. C'est tellement riche ! La nature de notre élection ! Le verset 1, « Qui sont choisis ? » Qui sont choisis ? Chapitre 2 : 9 - notez-le - Pierre dit : « Vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis ». Vous êtes une race choisie.

Bien-aimés, pouvez-vous saisir cette réalité ? Vous êtes un chrétien parce que vous avez été choisi par Dieu. C'est ce que dit la Bible. Ce sont ces élus qui sont sauvés. Le terme, comme je l'ai dit, signifie « sélectionner », « choisir », « appeler de ». Pierre dit simplement que les chrétiens sont des gens que Dieu a choisi pour Lui appartenir. C'est la nature de l'élection. Donc, la nature de l'élection c’est que Dieu a choisi un peuple pour Lui appartenir, et nous sommes ce peuple. Dieu choisit les gens hors du monde pour Lui appartenir.

Dans Actes 15 : 14 - Je pense que c'est le bon verset - nous lisons cela. « Siméon, ou Pierre, a raconté comment » … c'est au conseil de Jérusalem-, …« comment Dieu s'était d'abord préoccupé de prendre parmi les païens un peuple pour Son nom. » Le plan de Dieu est de sortir un peuple, de choisir un peuple.

Maintenant, quelque chose à l'intérieur de vous résiste à cela, n'est-ce pas ? Vous dites : « Maintenant, attendez une minute, vous voulez dire que nous sommes juste choisis ? » Et vous vous battez contre cela. Votre nature pécheresse combat cela parce que vous aimeriez penser qu’une partie dépend de vous. C'est la fierté ! Nous aimerions aussi réfléchir : « Eh bien, cela ne semble pas juste. » C'est la fierté qui dit : « Dieu, je vais régler mes comptes quand je serai au paradis ». Vous ne comprenez pas ce qu’est la justice. Vous devez vous rabattre sur la foi, mon ami. Vous devez vous rabattre sur la foi.

Qu’enseigne la Bible ? Est-ce que la Bible enseigne que nous sommes choisis par Dieu ou pas ? Ecoutons une petite leçon biblique, d'accord ? Prenez votre Bible, ouvrez-la à Matthieu chapitre 20 et préparez-vous, nous allons avancer. Vous devez comprendre cela. Vous avez une parabole ici.

« Car le royaume des cieux est semblable à un maître de maison qui sortit dès le matin, afin de louer des ouvriers pour sa vigne. Il convainc avec eux d'un denier par jour, et il les envoya à sa vigne. Il sortit vers la troisième heure, et il en vit d'autres qui étaient sur la place sans rien faire. Il leur dit : Allez aussi à ma vigne, et je vous donnerai ce qui sera raisonnable. Et ils y allèrent. » Il les a embauchés. Il les a sélectionnés. Tout au long de la parabole, il a choisi ceux qu'il voulait et il les a récompensés avec la vie éternelle. C'est l'essence de la parabole. Très simple ! Il les a sélectionnés. Il les a appelés à son service. Il les a envoyés pour servir. Il les a récompensés équitablement, fidèlement, généreusement. C'est une image de l'élection.

Jean 15. Vous souvenez-vous de ce verset ? Jésus l'a dit à ses disciples : « Ce n'est pas vous qui m'avez » quoi ? « - choisi ; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que ce que vous demanderez au Père en mon nom, Il vous le donne. » Tu ne m'as pas choisi, c’est moi qui t’ai choisi.

Vous dites : « Attendez une minute. Je t'ai choisi aussi. » « Non, tu ne m'as pas choisi, Je t'ai choisi », c'est ce que J'ai dit. C'est comme ça ! Regardez dans Jean 17 : 9. Il dit aux chrétiens - prier au Père notre Seigneur – « Je demande en leur nom ». C’est la haute prière sacerdotale du Christ « Je ne demande pas au nom du monde, mais au nom de ceux que vous m’avez » quoi ? « donné. » Le Père nous a choisi et nous a donné au Christ comme un cadeau d'amour et nous sommes à Lui.

Regardez Actes, chapitre 13 – c’est beaucoup plus intéressant ! Le plus intéressant ! Actes 13 : 48. Ici, Paul prêche aux païens, une énorme foule le jour du sabbat. Et il dit, au verset 46, nous commencerons là. « Paul et Barnabas ont parlé avec audace, ont déclaré qu'il fallait que la Parole de Dieu vous soit prêchée à vous tout d'abord, puisque vous l'aviez répudiée en vous considérant pas dignes de recevoir la vie éternelle. Voici que nous nous tournons vers les païens, » c’est passer des Juifs aux païens, « car ainsi le Seigneur nous a ordonné : ‘Je vous ai placé comme une lumière pour les païens que vous devriez apporter le salut jusqu’aux extrémités de la terre.’ Et quand les païens ont entendu cela » -c'est-à-dire le message de l'Évangile- « ils commencèrent à se réjouir et à glorifier la Parole du Seigneur et tous ceux qui avaient été nommés pour la vie éternelle crurent. » Les élus ont cru. Ceux qui étaient élus à vie éternelle ont cru.

Regardez Romains 9 : 14. C’est l'antagoniste évident qui va répondre. Dieu parle du choix. Il dit : « J'ai aimé Jacob et j'ai haï Esaü. » Dieu a fait son choix. Verset 14, « Que dirons-nous donc ? Y a-t-il en Dieu de l'injustice ? Loin de là ! » Mē genoito, en grec. Non ! Non ! Ce n'est pas une injustice. « Car il dit à Moïse : Je ferai miséricorde à qui je fais miséricorde, et j'aurai compassion de qui j'ai compassion. »

Verset 16 - regardez ceci. « Alors, » le « salut » ne dépend pas de l'homme qui veut ou de l'homme qui court, mais de Dieu qui est plein de miséricorde. » La miséricorde souveraine ! Hmm. Et quelqu'un dans le verset 19 dit : « Tu me diras : Pourquoi blâme-t-il encore ? Car qui est-ce qui résiste à sa volonté ? » « O homme, toi plutôt, qui es-tu pour contester Dieu ? » Taisez-vous, ce n’est pas de votre ressort.

« Le vase d'argile dira-t-il à celui qui l'a formé : Pourquoi m'as-tu fait ainsi ? Le potier n'est-il pas maître de l'argile, pour faire avec la même masse un vase d'honneur et un vase d'un usage vil ? Et que dire, si Dieu, voulant montrer sa colère et faire connaître sa puissance, a supporté avec une grande patience des vases de colère formés pour la perdition. »

Écoutez ! Dieu a tous les droits d'utiliser ses attributs pour la destruction et la colère, en le mettre en évidence contre les impies, que pour donner Sa grâce, Son amour et Sa miséricorde devant ceux qu'Il choisit. C’est très clair. Ne discutez pas avec Dieu. Vous ne montrerez que votre orgueil et l'ignorance de votre esprit en fin de compte. Si vous ne Le comprenez pas, croyez-Le. C'est ce qu'Il dit. C'est exactement ce qu'Il dit. « Cela ne dépend pas de l'homme qui veut ou de l'homme qui court, mais de Dieu qui aura pitié de qui Il décidera d'avoir pitié ».

Romains 11 : 5, « De même aussi », comme dans le cas du prophète Elie et de sept mille hommes qui n'ont pas plié le genou devant Baal – « de la même manière, il est arrivé au temps présent un reste selon la grâce et le choix de Dieu ».

1 Corinthiens 1 : 9, « Dieu est fidèle, Lui qui vous a appelés à la communion de son Fils, Jésus-Christ notre Seigneur. » Votre salut a été une œuvre directe de Dieu. Il vous a appelé en fraternité avec son Fils. Regardez Éphésiens 1 : 3. « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ ! » verset 4, êtes-vous prêts, « tout comme il nous a choisis en Lui ? » C’est-à-dire en Christ - avant la fondation du monde.  Quand est-ce arrivé ? Quand avons-nous été choisis ? Avant notre naissance ! Avant que nul ne soit né ! Avant qu'il y ait un monde, nous avons été choisis.

Pouvez-vous saisir cette pensée ? Depuis que Dieu existe, nous avons été choisis. Comprenez cela. Vous dites, « Depuis combien de temps Dieu existe-t-il ? » Depuis toujours ! Vous voulez savoir quelque chose ? Vous avez été choisi dans l'éternité passé. Depuis l’éternité de Dieu, ses élus ont été dans Son esprit. Waouh ! Incroyable ! Choisis !

Sur la base de Son choix, verset 5, « nous ayant prédestinés dans Son amour à être Ses enfants d'adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de Sa volonté ». Pas la nôtre !

Il nous a choisis. Depuis qu'il est Dieu, nous avons été choisis. Waouh ! C'est une pensée incroyable. Depuis l’éternité de Dieu, John MacArthur était dans Son plan. J'étais dans Son esprit. Vous aussi si vous Lui appartenez. C'est une pensée passionnante !

Regardez 1 Thessaloniciens 1 : 4. Paul est tellement encouragé par l'église à Thessalonique qu'il dit au verset 2 : « Nous rendons continuellement grâces à Dieu pour vous tous, faisant mention de vous dans nos prières ». Comme l'église à Philippes, c'était une congrégation bien-aimée. Il ne les connaissait pas aussi bien. Il n’y est pas resté longtemps, que trois sabbats. Mais il les aimait. Il dit : « Nous rappelant sans cesse l'oeuvre de votre foi » au verset 3 « - le travail de votre charité, et la fermeté de votre espérance en notre Seigneur Jésus-Christ, devant Dieu notre Père. » Il vous a choisis. C'est évident !

2 Thessaloniciens 2 : 13. Écoutez cela. « Nous devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu ». Nous ne devons pas vous remercier. Nous devons remercier Dieu « Pour nous, frères bien-aimés du Seigneur ». N'est-ce pas super ? « Parce que Dieu vous a… » quoi ? « - choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l'Esprit et par la foi en la vérité. » Vous dites, « Qu'est-ce que c'est ? » Je ne sais pas. Je ne sais pas ce que c'est - le commencement. Quel commencement ? Je ne sais pas. « Dès le commencement pour le salut » Avez-vous vu cela ? « Dieu vous a choisi depuis le début pour le salut ». Je ne sais pas comment on pourrait le dire plus clairement. Comment quelqu'un pourrait-il ne pas comprendre ?

2 Timothée 1 : 9. Voici un autre de ces casse-têtes. Paul parle de Dieu à la fin du verset 8, puis il dit : « Dieu qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos œuvres, mais selon Son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus-Christ avant les temps éternels » Maintenant, nous découvrons ce début. Toute l'éternité ? Paul a su que nous étions les élus de toute l’éternité. Il nous a connus dans Son esprit depuis qu'Il existe et savait que nous serions sauvés. Tout suit Son plan, Son but et Sa grâce, pas les nôtres. Remarquable ! Une vérité remarquable !

Regardez 2 Timothée 2 : 10. Paul dit : « C'est pourquoi je supporte tout à cause des élus », et il a beaucoup souffert « - afin qu'eux aussi obtiennent le salut qui est en Jésus-Christ, avec la gloire éternelle. » « Mon ministère est d'atteindre les élus », dit-Il, « Atteindre les élus ».

Apocalypse, chapitre 13, verset 8 - écoutez ceci - parle de la bête et de l'antéchrist du temps de la tribulation à l'avenir. Il dit : « Et tous les habitants de la terre l'adoreront ». Tout le monde va l'adorer. Le monde entier L’adorera, « ceux dont le nom n'a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l'agneau qui a été immolé. »

Quand votre nom a-t-il été écrit ? Dès le fondement du monde. C'était quand ? Je ne sais pas. Mais depuis que Dieu existe, Il m'avait dans Son esprit. Depuis que Dieu existe, il nous a gardés, vous et moi qui sommes chrétiens, dans Son esprit, et Il a prédéterminé de nous aimer et de nous faire Ses enfants ; Il a écrit nos noms dans Son livre avant le début du monde.

Apocalypse 17 : 8 : Là encore, la bête sera adorée et louée. Et le passage dit : « Et les habitants de la terre, ceux dont le nom n'a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie ». Encore une fois, on nous dit que les chrétiens sont ceux dont les noms sont écrits dans le Livre de la Vie depuis le début, depuis l'éternité, depuis la fondation du monde.

Donc, quand quelqu'un vous dit : « De quelle religion êtes-vous ? » Vous pouvez dire : « Je suis l'un des élus. » « Choisis par qui ? » Dieu ! « Vraiment, quand ? » Pour toujours. Depuis que Dieu est Dieu, Il m'a choisi, m'a aimé. « Pourquoi ? » Cela n'avait certainement rien à voir avec moi. Je me suis présenté et j'ai été élu. « Avez-vous fait de bonnes œuvres pour le mériter ? » Non, je n’existais pas encore quand Dieu l'a décidé.

Apocalypse 17 : 14. « Ils combattront contre l'Agneau » c'est-à-dire, l'hôte de l'Antéchrist « - et l'Agneau les vaincra, parce qu'il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois, et ceux qui sont avec Lui sont appelés » quoi ? « Les élus et les fidèles. » Nous sommes les élus.

Une dernière mention au chapitre 20. C'est incroyable ! Le jugement définitif, le grand trône blanc ! « Si le nom de quelqu'un n'a pas été retrouvé dans le Livre de la Vie, il était ... » quoi ? « - jeté dans le lac de feu. » Quand les noms ont-ils été placés dans le livre ? Avant la fondation de la terre ! Nous sommes élus ! C'est juste un petit bout de ce que l'Écriture dit à ce sujet.

Nous résistons à cela. Quelque chose en nous lutte contre cela. Regardez Luc 4. Cela vous réconfortera. Vous n’êtes pas seuls. Luc 4. C’est intéressant. Jésus, dans cet événement merveilleux à la synagogue à Nazareth, a ouvert le livre du prophète Ésaïe, Il s'est levé dans la synagogue, a ouvert le livre et l’a lu. C'est ce qu'il a lu, verset 18, et une prophétie s’accomplissait directement en lisant ce passage.

« L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu'il m'a oint pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres ; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés. Pour publier une année de grâce du Seigneur. Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur, et s'assit. Tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui. Alors il commença à leur dire : Aujourd'hui cette parole de l'Ecriture, que vous venez d'entendre, est accomplie. Et tous Lui rendaient témoignage; ils étaient étonnés des paroles de grâce qui sortaient de Sa bouche, et ils disaient : N'est-ce pas le fils de Joseph ? »

Jusqu'ici tout va bien. Mais regardez ce qui se passe ensuite. Verset 25 : « Je vous le dis en vérité : il y avait plusieurs veuves en Israël du temps d'Elie, lorsque le ciel fut fermé trois ans et six mois » - pas de pluie - « et qu'il y eut une grande famine sur toute la terre.» Il y avait beaucoup de veuves. « Et cependant Elie ne fut envoyé vers » qui ? « aucune d'elles, si ce n'est vers une femme veuve, à Sarepta, dans le pays de Sidon. Il y avait aussi plusieurs lépreux en Israël du temps d'Elisée, le prophète; et cependant aucun d'eux ne fut purifié, si ce n'est Naaman le Syrien. »

Vous savez de quoi il leur parle ? La grâce souveraine ! Beaucoup de veuves et beaucoup de lépreux, et Dieu ne choisit d'eux qu'une veuve à Sarepta et un lépreux nommé Naaman qui n'était même pas Juif, il était Syrien. « Ils furent tous remplis de colère dans la synagogue, lorsqu'ils entendirent ces choses. Et s'étant levés, ils Le chassèrent de la ville, et Le menèrent jusqu'au sommet de la montagne sur laquelle leur ville était bâtie, afin de Le précipiter en bas. »

Laissez-moi vous dire quelque chose. Les chefs religieux respectables d'Israël ont méprisé la doctrine de l'élection, surtout lorsqu'ils ont vu qu'ils n'étaient pas élus. Vous ne pouvez pas débattre de la vérité. C'est la vérité ! Vous ne pouvez pas en débattre. Ils ne voulaient pas l'entendre. Beaucoup aujourd'hui ne veulent pas l'entendre, mais c'est la vérité quand même. Vous voyez, dans Apocalypse 19 : 6 on nous dit : « Car le Seigneur notre Dieu tout-puissant est entré dans Son règne. » Dieu dans les cieux est le contrôleur et le broyeur de toutes les créatures.

L'Écriture dit que le Très-Haut règne au milieu des armées des cieux et personne ne peut résister à Sa main et lui dire : « Que fais-tu ? » Il est Tout-puissant, Celui qui travaille selon Sa propre volonté. Il remplit tous Ses propres objectifs, fait aboutir toutes Ses promesses. Il est le potier céleste qui prend le morceau d'argile, l'humanité tombée et la façonne en faisant ce qu’Il veut. Il est Celui qui décide, qui détermine la destinée de chaque personne. Il est le Contrôleur de tous les détails dans la vie de chaque individu, ce qui est simplement une autre façon de dire que Dieu est Dieu.

Arthur Pink, encore une fois, a déclaré : « La seule raison pour laquelle quelqu'un croit en l'élection est parce qu'il la trouve enseignée dans la Parole de Dieu. Aucun homme ou groupe d'hommes n'a jamais créé cette doctrine. Comme la doctrine du châtiment éternel, elle est en conflit avec les dictées de l'esprit charnel et répugne aux sentiments du cœur non régénéré, et comme la doctrine de la sainte trinité et la naissance miraculeuse de notre Sauveur, la vérité de l'élection doit être reçue avec une simple foi sans équivoque ».

Ainsi est la nature de l'élection. La volonté divine de Dieu en choisit certains pour le salut. Est-ce que c'est difficile pour vous de saisir cela ? Je vous avoue que je lutte avec cela. Je le crois avec tout mon cœur parce que la Bible l'enseigne. Il y a quelque chose de très excitant à ce sujet, ne le sentez-vous pas ? Il y a quelque chose de très excitant à propos de cette réalité. Il y a quelque chose d'énormément humiliant aussi à ce sujet. C’est immensément humiliant. Je veux dire, cela détruit littéralement l’orgueil. Que pouvons-nous réclamer ? Rien !

Vous dites : « Qu'en est-il des gens qui ne sont pas élus ? » La Bible dit qu'ils vont en enfer en raison de leur incrédulité. Et Dieu ne prend aucune responsabilité pour cela. Vous dites « Je ne comprends pas ! » C'est vrai ! Je ne comprends pas non plus. Mais je comprends mon Dieu et je comprends ce qu'Il a dit dans Sa Parole. Il a dit : « Vous êtes condamné parce que vous ne croyez pas en moi. » Vous dites : « Comment expliquez-vous cela ? » Je ne le fais pas. Dieu est la justice parfaite.

La raison pour laquelle Dieu nous a donné la doctrine de l'élection était pour nous dire deux choses. Un, c’est Lui qui gère toute chose. Deux, il est tellement gracieux pour ceux d'entre nous qui ne pourraient jamais y arriver que nous devrions passer notre éternité à louer Son Saint nom. La doctrine de l'élection ne nous est pas donnée pour nous confondre. Elle nous est donnée pour détruire notre fierté et susciter notre louange. Nous allons en découvrir plus dimanche prochain. Cela fait un sur cinq. John Zimmer ne croyait même pas que je pourrais en terminer un. Prions ensemble.

Seigneur, il y a beaucoup à dire à ce sujet. Nous venons de survoler la surface. Mais, Seigneur, nous commençons à comprendre ce que dit Ta Parole, même si nous ne pouvons pas bien saisir dans notre esprit tout ce que cela implique. Aide-nous à marcher par la foi en sachant que Tu es un Dieu cohérent, parfaitement juste et qu’il n’y a absolument aucune contradiction dans Ta personne.

Nous, qui sommes sauvés, le sommes parce que nous avons été choisis par Ton Esprit depuis que Tu es Dieu, et nous n'avons rien fait pour y contribuer. Tu as même produit la foi en nous, Tu nous as créés et Tu nous as même accordé la repentance. Tu as créé l'obéissance par Ton Esprit. Seigneur, nous comprenons aussi que ceux qui partent vers l'éternité et ne savent pas que Tu es responsable de leur propre incrédulité, parce que c'est ce que dit l'Écriture. Et alors, nous crions aux non chrétiens de croire, et nous Te louons parce que Tu nous as choisis ; nous Te laissons cette résolution.

Merci, mon Dieu, de nous avoir choisis. Pourquoi, oh pourquoi ? Nous sommes tellement reconnaissants. Et que cette gratitude se manifeste par une vie d'engagement, d’amour et de reconnaissance envers Toi. Nous sommes impatients de voir le jour où nous pourrons être en Ta présence pour T’adorer sans cesse et sans restriction pour toujours, pour nous avoir choisi.

Nous prions pour ceux qui ne croient pas. Nous prions, ô Dieu, que les hommes ne Te tournent pas le dos. Car Jésus a dit : « Celui qui vient à moi, je ne le mettrai pas dehors. » Que ceux qui sont sauvés soient réconfortés par la doctrine de l'élection, et que les perdus ne soient pas détournés par cette doctrine, mais qu’ils entendent les mots de Jésus : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés et je vous donnerai le repos ».

Nous venons de commencer cette étude. Nous voulons la comprendre au mieux, nos esprits limités sont capables de le faire. Reste avec nous. Aide-nous à Te louer pleinement pour Ta grâce souveraine. Au nom du Sauveur. Amen.

 

FIN

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

ECFA Accredited
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize