Grace to You Resources
Grace to You - Resource

 

1 Pierre 1 : 1-2. Voulez-vous ouvrir vos Bibles à ce texte ? Dieu nous réserve de merveilleuses richesses ce soir, alors que nous partageons ensemble la précieuse vérité de Dieu.

Pierre ouvre cette épître, comme vous le savez, en utilisant le mot « choisis » pour décrire ses lecteurs. Choisis ! Quelle énorme pensée ! Nous sommes choisis par Dieu, pour le privilège de Le connaître par Son Fils, Jésus-Christ. Ce n'est pas nouveau. Choisir souverainement a toujours été le modèle de Dieu. Néhémie 9 : 7 nous dit : « Dieu a choisi Abram. » Genèse 21 : 12 nous dit : « Dieu a choisi Isaac. » Romains 9 : 8-15 dit : « Dieu a choisi Jacob. » Le prophète Aggée 2 : 23 dit : « Dieu a choisi Zorobabel. » Ésaïe 42 : 1 et 1 Pierre 2 : 6 dit : « Dieu a choisi le Christ ».

L'Évangile de Jean, chapitre 15, nous rappelle même les paroles de notre Seigneur quand il a choisi les disciples, les apôtres. Galates 1 : 15 nous dit qu'il choisissait Paul, un vaisseau choisi. Et ici, nous sommes de nouveau confrontés au fait qu'il a choisi l'église comme choix souverain. Dieu a élu ceux qui lui appartenaient. Nous nous souvenons d'Ephésiens 1, où il dit au verset 4 : « En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde.» Et 2 Thessaloniciens 2 :13, « Parce que Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut».

Et nous avons examiné cette grande et riche vérité que nous sommes choisis par Dieu. Pierre commence son épître avec cela parce qu'il veut rappeler à ses frères et sœurs persécutés qu'ils ne sont pas les élus du monde, mais ils sont choisis par Dieu. Ils peuvent ne pas être choisis par la norme mondiale, mais ils sont choisis selon la norme de Dieu. Son but pour eux se déroule pendant toute l'éternité, peu importe ce que le monde puisse faire. Au moment où il écrit, ils sont rejetés, persécutés, souffrant pour leur foi, et il leur rappelle qu'ils sont le peuple élu de Dieu. Quel énorme encouragement pour les croyants persécutés.

Et comme il introduit le fait qu'ils sont choisis, il nous donne quelques éléments de la grande doctrine de l'élection. Le mot « choisi» est la nature de notre élection. C'est-à-dire que nous sommes le choix de Dieu par Sa grâce. Il discute ensuite de l'état de notre élection. Parce que nous sommes les élus, nous résidons, le verset 1 dit : « en tant qu'étrangers». Nous n'apparaissons pas ici. Nous sommes citoyens d'un autre royaume, membres d'une autre famille. Nous sommes des étrangers en exil temporaire, si vous voulez. C'est la condition de notre élection.

Troisièmement, la source de notre élection au verset 2, «selon la prescience de Dieu le Père». Dieu nous a choisis selon une relation prédéterminée. Nous sommes choisis par Dieu en fonction de Sa propre prescience. Et nous avons dit que cela ne signifie pas de prévoyance, cela ne signifie pas une information acquise par l'observation, c'est une relation prédéterminée. Ce même terme, «connaissance approfondie», est utilisé en 1 : 20, où il dit : «Le Christ a été connu avant la fondation du monde». Cela ne signifie pas que Dieu a choisi le Christ pour être le Sauveur sur la base de la prévoyance ou de l'observation. Cela doit signifier une relation et un plan prédéterminé, une conception délibérée. Donc, la source de notre élection est liée dans le plan prédéterminé de Dieu, appelé la prescience.

La sphère de notre élection est venue ensuite. Et nous avons noté au verset 2 que nous entrons dans l'expérience réelle de notre élection «par l'œuvre sanctifiante de l'Esprit». C'est-à-dire que l'élection devient une réalité dans la vie de la personne choisie par la mise à l'écart du travail du Saint-Esprit. La «sanctification» signifie «se séparer». Nous étions séparés du péché. Nous étions séparés du monde. Nous étions séparés des enfants de Satan pour être enfants de Dieu. Nous étions séparés de la mort pour la vie. C'est le travail sanctifiant ou la mise à part du travail du Saint-Esprit de Dieu.

La sanctification a donc commencé au Salut et c’est un processus de purification qui se poursuit jusqu'à ce que nous voyons Jésus-Christ face à face. Nous avons été choisis, dit Ephésiens 1 : 4, pour être saints. Nous avons été choisis pour poursuivre la sainteté. Et ainsi, le travail sanctifiant commence par le Salut, lorsque nous sommes séparés du péché envers Dieu, séparés de la mort pour la vie, séparés de Satan pour le Christ, et que cet écart se poursuit progressivement jusqu'à ce que nous nous rendions de plus en plus saints et de plus en plus comme Le Seigneur Jésus Lui-même. La sphère de notre élection est donc un environnement de sanctification. L'œuvre sanctifiante du Saint-Esprit rend l'impie saint.

Cinquièmement, maintenant, cela nous amène - et ce ne sont que des critiques - au but de notre élection au verset 2. L'œuvre sanctifiante de l'Esprit a été faite pour que vous puissiez « obéir à Jésus-Christ ». Maintenant, écoutez ceci. C'est très simple. Nous avons été séparés du péché contre Dieu afin d’obéir à Jésus-Christ. L'obéissance est donc le sous-produit. Ephésiens 2 : 10 dit que nous sommes des chefs-d'œuvre, en quelque sorte, le travail que Dieu ordonne aux bonnes œuvres que Dieu a prédéterminées que nous ferions.

Autrement dit, le Salut est, par définition, une vie d'obéissance. Une vérité très importante ! Nous avons été mis à part pour Dieu par l'œuvre de l'Esprit afin d’obéir à Jésus-Christ. Cela suit la réalité précédente. L'élection, par conséquent, amène le Salut à une vie d'obéissance. Maintenant, nous n'obéissons pas comme nous devrions le faire, pleinement, mais nous sommes néanmoins rachetés à l'obéissance, séparés pour obéir.

Cela devient un modèle dans notre nouvelle vie. Nous devenons soumis à la loi de Dieu, Romains 7. Nous devenons soumis à Dieu comme notre Maître, Romains 6, nous ne sommes plus les esclaves du péché, mais nous sommes maintenant les serviteurs de Dieu. La droiture caractérise notre comportement. La vertu est un modèle de notre vie. Nous devenons fidèles, fructueux, servant et aimant le Christ. Le vrai Salut produit l'obéissance - pas l'obéissance parfaite, mais l'obéissance.

Dans 1 Timothée 6 : 3, Paul dit : « Si quelqu'un enseigne de fausses doctrines, et ne s'attache pas aux saines paroles de notre Seigneur Jésus-Christ et à la doctrine qui est selon la piété… ». Et ce qu'il veut dire, c'est que la vraie doctrine de Christ, la vraie doctrine du Salut, est inhérente, conforme à la piété. La réalité bénie du Salut produit le beau fruit de l'obéissance. Et cela aussi, c'est l'œuvre de l'Esprit.

Voulez-vous me regarder un instant avec 1 Thessaloniciens 1 où Paul écrit avec ses compagnons Silas, Silvain ou Timothée à l'église des Thessaloniciens ? Il rend grâces à Dieu toujours pour eux, verset 2. Verset 3, il a pris en compte « l’œuvre de votre foi, le travail de votre charité, et la fermeté de votre espérance ». Et il dit au verset 4 : notez ceci - qu'il « sait », frères bien-aimés de Dieu, que vous avez été élus ».

« Je sais que vous êtes élu », dit-il. « Je sais que vous êtes choisi. » Comment le savez-vous ? « Notre Evangile ne vous ayant pas été prêché en paroles seulement, mais avec puissance, avec l'Esprit Saint, et avec une pleine persuasion; car vous n'ignorez pas que nous nous sommes montrés ainsi parmi vous, à cause de vous.» Notez le verset 6. « Et vous-mêmes, vous avez été mes imitateurs et ceux du Seigneur, en recevant la parole au milieu de beaucoup de tribulations, avec la joie du Saint Esprit ». Et verset 7. « Vous êtes devenus un modèle pour tous les croyants». Et le verset 9. « Car on raconte, à notre sujet, quel accès nous avons eu auprès de vous, et comment vous vous êtes convertis à Dieu, en abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant et vrai».

Il dit : « Je sais que vous êtes élu. » Comment je le sais ? Parce que vous l'avez dit ? Parce que vous avez levé la main ? Parce que vous avez été baptisé ? Non ! Je sais que vous êtes élu parce que vous nous avez imités. Vous avez imité le Christ. Vous avez reçu la Parole en subissant la tribulation. Vous avez connu la joie. Vous êtes devenu un exemple. Verset 8, vous avez parlé de la Parole. Verset 9, vous avez abandonné les idoles. Verset 10, vous attendez le Christ. Tous les facteurs d'une expérience régénérée, d’une vie régénérée ! Ce sont les choses qui marquent une véritable élection. C'est fondamental.

A.W. Pink pose cette question. Il dit : « Comment puis-je savoir si je suis élu ? » Comment puis-je savoir que je suis élu ? Et puis il répond de cette façon. « Tout d'abord, par la Parole de Dieu qui est venu par le pouvoir divin à l'âme, afin que ma complaisance soit brisée et que ma droiture soit renoncée. Deuxièmement, par l'Esprit qui m'a reconnu coupable et qui m'a révélé mon état triste et perdu. Troisièmement, en m'ayant révélé l'adéquation et la suffisance du Christ qui a changé mon cas désespéré, et par une foi divinement donnée, pour que je tienne à Lui et repose sur Lui, mon seul espoir.

« Quatrièmement, par les marques de la nouvelle nature en moi. Un amour pour Dieu, un appétit pour les choses spirituelles, un désir de sainteté, un désir de se conformer au Christ. Cinquièmement, par la résistance que la nouvelle nature fait à l'ancienne, ce qui me fait détester le péché et je répugne pour cette raison. Sixièmement, en évitant tout ce qui est condamné par la Parole de Dieu, en se repentant sincèrement et en confessant humblement toutes les transgressions. »

« L'échec à ce stade entraînera sûrement et rapidement un nuage sombre sur notre assurance, ce qui fait en sorte que l'Esprit retire son témoignage. Septièmement, en encourageant la diligence pour cultiver les grâces chrétiennes et en utilisant tous les moyens légitimes à cette fin, ainsi la connaissance de l’élection est cumulative ».

Comment savez-vous que vous êtes élu ? Comment savez-vous que vous êtes élu? En résumant ce qu'il a dit, vous le savez parce que la Parole de Dieu vous enseigne et travaille dans votre vie, elle vous convainc du péché et brise votre complaisance. Vous le savez parce que tout à coup votre esprit se réveille au péché, à la réalité du Christ, et vous recevez cette nouvelle nature, vous aimez Dieu, vous aimez sa Parole, vous désirez le servir, pour Le glorifier. Vous détestez le péché. Vous voulez le résister, et ainsi de suite.

En fait, tout cela est selon le terme le plus courant le reflet d’un cœur obéissant. Vous obéissez à la Parole. Vous obéissez à la conviction de l'Esprit. Vous obéissez à l'œuvre du Christ. Vous obéissez à ce que l'Écriture vous appelle à faire. L'obéissance est le but. C'est le résultat. C'est la réponse qui vient à celui qui est réellement racheté.

Pierre nous dit alors que cette œuvre d’élection produit l'obéissance à Jésus-Christ. Ce n'est pas l'obéissance parfaite, et là où nous échouons, il y aura un cœur brisé et une confession, mais c’est la norme pour un vrai croyant d'obéir à Jésus-Christ.

Et puis pour sceller cette vérité, Pierre mentionne le sixième aspect de l'élection que je veux appeler à votre attention. Nous pourrions l’appeler de beaucoup de manières - appelons-le « la sécurité de notre élection ». On pourrait même l'appeler l'obligation de notre élection, voire l'alliance de notre élection. Mais je veux que vous le voyiez. C'est profond, formidable, pratique.

Il dit ceci : « Pour que vous obéissiez à Jésus-Christ », et remarquez la prochaine phrase. Soulignez-le dans votre Bible et dans votre esprit, « - et soyez aspergé par Son sang ». Cette phrase nécessite une attention particulière.

Qu'est-ce que Pierre veut dire par « l'aspersion du sang sur les gens est en quelque sorte liée à l'obéissance ? » Que veut-il dire ? Vous dites : « Eh bien, il parle du Salut. » Non, ce n’est pas cela. La chronologie du verset met cela comme étant la conséquence du Salut. À quelle phrase le Salut a-t-il eu lieu dans le verset 2 ? Nous, « qui [sommes] élus selon la prescience de Dieu le Père ». Ce fut dans l'éternité du passé. Le Salut s'est produit par la phrase par le « travail de sanctification de l’Esprit ». C'est là que le Salut a eu lieu. Cela a conduit à l'obéissance et à l'aspersion de Son sang. C'est le Salut qui est exprimé dans la phrase « sanctification de l’Esprit ».

Mais qu'est-ce que cela signifie alors ? Qu'est-ce est la conséquence de l'acte du Salut qui implique une aspersion de sang ? Eh bien, si vous étudiez les Écritures comme j’ai fait pour me préparer, il n'y a que quelques occasions où les gens étaient réellement aspergés de sang. Les gens n’étaient pas aspergés de sang à l'expiation, le jour de l'expiation. Sur aucune des occasions des offrandes pour le péché, des offrandes de rémission, aucune de celles-ci n'était jamais aspergée de sang. L'autel était arrosé du sang des animaux, mais pas la personne.

En fait, le sang a été répandu chez les personnes dans deux cas mentionnés dans les lois dans le livre des Lévitiques. C’est très intéressant, en passant. L'un d'eux était un lépreux et dans la cérémonie pour le nettoyage symbolique d'un lépreux, Lévitique 14 : 6 et suivants, le sang d'un oiseau était répandu sur un lépreux. Aussi le sang d'un bélier a été répandu sur Aaron et ses fils dans la purification symbolique et la consécration d'Aaron et de ses fils à la prêtrise, selon Lévitique 8 et Exode 29. Ce sont les deux seules occasions. Le sang d'un oiseau répandu sur un lépreux, Lévitique 14. Le sang d'un bélier saupoudré sur Aaron et les prêtres quand ils ont été mis à l'écart pour le sacerdoce. Cela ne correspond pas. Pierre ne parle pas d'un lépreux et il ne parle pas des prêtres.

Quelle autre occasion s’est produit dans l'Ancien Testament et qui vient à l'esprit de Pierre qui a trait à l'aspersion de sang chez les gens ? Il n'y en a qu'un, et cela ne s'est passé qu'une seule fois. C’est très clair que c'est exactement ce que Pierre a dans son esprit. Cela s'est produit une seule fois, et cela s'est produit avant la législation dans Lévitique. C'est en dehors de la législation lévitique. Cela ne faisait pas partie de cette loi pour Israël. Pourtant, cette fois-ci c’est si significatif qu'il est mentionné deux fois dans le livre des Hébreux - Hébreux 9 : 19 et Hébreux 12 : 24 - la seule référence à cet incident est faite deux fois.

Maintenant, allons la trouver dans Exode, chapitre 24. C'est fascinant ! Exode chapitre 24. Je vais lire les versets 3 à 8. Vous pouvez suivre en lisant avec moi. « Moïse vint - » Exode 24: 3 « - rapporter au peuple toutes les paroles de l'Eternel et toutes les lois. Le peuple entier répondit d'une même voix : Nous ferons tout ce que l'Eternel a dit.  Moïse écrivit toutes les paroles de l'Eternel. Puis il se leva de bon matin; il bâtit un autel au pied de la montagne, et dressa douze pierres pour les douze tribus d'Israël. Il envoya des jeunes hommes, enfants d'Israël, pour offrir à l'Eternel des holocaustes, et immoler des taureaux en sacrifices d'actions de grâces. »

« Moïse prit la moitié du sang, qu'il mit dans des bassins, et il répandit l'autre moitié sur l'autel. Il prit le livre de l'alliance, et le lut en présence du peuple; ils dirent : Nous ferons tout ce que l'Eternel a dit, et nous » quoi ? Soulignez cela « - obéirons.  Alors - » verset 8 « - Moïse prit le sang, et il le répandit - » où ? « - sur le peuple, en disant : Voici le sang de l'alliance que l'Eternel a faite avec vous selon toutes ces paroles.»

Il y a une seule occasion où le sang a été répandu sur des personnes autres que les deux que nous avons mentionnées. Cela ne s'est passé qu'une seule fois. C'est ce qu'on appelle le « sang de l’alliance ».

Maintenant, laissez-moi vous guider. Écoutez très attentivement et vous verrez ce que cela signifie. Les principaux points à noter sont ceux-ci : Moïse a proclamé au peuple la Parole de Dieu et les gens ont répondu avec une promesse de faire quoi ? De la respecter, verset 3. « Nous ferons tout ce que l'Eternel a dit. » Moïse a ensuite écrit les mots. Il a construit un autel. Il a envoyé des jeunes hommes offrir des holocaustes et faire des sacrifices de bœufs à Jéhovah. Et puis, il a répandu la moitié du sang de ces sacrifices sur l'autel et le reste, - selon le verset 6 - il l’a mis dans des bols ou de bassins.

Il a ensuite pris le livre de l'alliance - qui est la Parole de Dieu qu'il a écrite - il l'a lu devant tout le peuple, et ils ont répondu avec une autre promesse d'obéissance au verset 7. Ils ont dit : « Nous ferons tout ce que l'Eternel a dit, et nous obéirons. »

Maintenant, écoutez attentivement. Ils faisaient une alliance d'obéissance avec Dieu médiatisée par le sacrifice. C'était une promesse d'obéissance. L'autre moitié du sang, Moïse a ensuite prit les bassins et il l'a répandu sur le peuple en disant : « Voici le sang de l'alliance que l'Eternel a faite avec vous selon toutes ces paroles. », verset 8.

Dans les temps anciens, lorsque deux personnes faisait une alliance, cette alliance était habituellement confirmée par le sang. A l'occasion, ce sang a été placé habituellement sur les deux parties. Et c'était une alliance d'engagement de sang pour faire un pacte. C'était courant dans les cultures anciennes. Et c'est ce jour-là. L'alliance était celle-ci : « Nous promettons, ô Dieu, que nous allons - » quoi? « - obéir à Ta Parole ». C'était une alliance d'obéissance. Une alliance d'obéissance, scellée dans le sang !

Le but principal de l'aspersion du sang était de consacrer, d'obliger les partis dans l'alliance. Il y avait un lien entre Dieu et le peuple. Maintenant, suivez bien ce que je dis. Vous ne voulez pas l’oublier car il y a une conclusion extrêmement passionnante à ce sujet. Il y a un lien entre les gens et Dieu. Les gens promettent de garder Sa Parole. Et le sang sur eux indique leur part de l'alliance. Le sang sur l'autel indique la partie de Dieu de l'alliance. L'aspersion du sang sur les gens symbolisait leur engagement envers l'obéissance. L'aspersion du sang sur l'autel symbolisait l'engagement de Dieu envers la fidélité. Je crois que c'est exactement ce que Pierre avait à l'esprit. C'est le seul endroit dans les Écritures où vous avez ce lien entre l'obéissance et l'aspersion de sang. Et Pierre, bien sûr, étant juif et connaissait bien ce passage. Il y trouve un énorme parallèle pour le chrétien et la question des élections.

Écoutez bien ! Lorsque ces croyants à qui Pierre écrivait ont été sauvés, quand ils ont été sauvés par l'œuvre sanctifiante du Saint-Esprit, faisant de leurs élections passées une réalité présente, ils ont été amenés dans une alliance avec Dieu scellée par le sang. C'était une alliance d'obéissance.

Puis-je vous soumettre que, dans la mort de Jésus-Christ, il n'y avait pas seulement le Salut de la Nouvelle Alliance, mais il y avait aussi une alliance d'obéissance? Quand nous venons et acceptons le sacrifice de Christ pour nous, nous n'acceptons pas seulement le bénéfice de Sa mort en notre nom, nous faisons alliance avec lui dans l’obéissance. Et cela est consacré par le sang et par la mort du Christ.

L'aspersion du sang sur l'autel est vu comme le sacrifice de Christ sur la croix qui satisfait Dieu. En fait, vous pourriez être intéressé par le fait de savoir que Jésus, quand il est mort, a cité Exode 24, les mots exacts, quand il a parlé de son sacrifice comme « le sang de l'alliance ». Et c’était une promesse inhérente à la nouvelle alliance. La promesse c’était que le Seigneur venait nous racheter et notre réponse serait de garder Sa Parole. Créer un Salut sans cette alliance serait créer une fausse alliance.

L'aspersion de sang présupposait une perte de sang. La consécration de la nouvelle alliance présupposait le sacrifice sur la croix, où Christ a offert Sa vie et Son sang pour l'homme par la volonté de Dieu, Il l'a fait pour qu'il y ait une alliance. Je suis la !

Ce que Pierre dit, pour résumer, est ceci. L'œuvre de Christ satisfait Dieu lorsqu'Il meurt comme une expiation parfaite pour le péché. Mais cela va au-delà ; Il amène les hommes à une alliance d'obéissance scellée dans le sang. Une vérité vitale et profonde ! Nous disons donc que ce que Pierre conclut, c'est que lorsque vous étiez mise à part par le Saint-Esprit, vous avez été mis à part pour Dieu afin de mener une vie d'obéissance scellée dans le sang du Christ. L'obéissance est inséparable de l'aspersion de sang.

Quand Christ a versé Son sang, une alliance d'obéissance en a été fournie. C'est pourquoi il est dit dans Actes 5 : 32 : « Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint-Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent. » L'obéissance est inhérente à l'alliance. Le Salut et l'obéissance sont les deux côtés de la Nouvelle Alliance.

Dans Romains 6 vers le verset 17, je crois : « Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de cœur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits. » Vous ne pouvez pas parler de Salut sans parler d'obéissance. Vous ne pouvez pas parler d'une nouvelle alliance sans parler d'obéissance. Le sang a été répandu symboliquement sur nous comme notre part d'obéissance et sur Dieu comme Sa part de fidélité. Nous avons été élus pour obéir, élus dans l'obéissance.

Et il y a une autre pensée - une chose qui m’impressionne. Écoutez ceci : vous dites : « Et maintenant, pourquoi le sang est-il répandu sur l'autel ? Quelle est la part de Dieu ? Écoutez bien ! Le sang aspergé sur nous symbolise notre engagement envers l'obéissance. Le sang versé sur l'autel de Dieu symbolise Son engagement de pardon. Avez-vous compris cela ? C’est la grâce. Une pensée merveilleuse !

C'est aussi l'alliance. L'alliance est notre promesse à obéir, et Dieu promet de pardonner quand nous n’en arrivons pas. N’est-ce pas une alliance merveilleuse ? C'est ce que nous procure le sang. Ce sont les deux côtés de l'alliance de l'obéissance, la sécurité de notre élection. Nous sommes en sûreté en tant qu’élus en raison de l'alliance. Nous avons une alliance d'obéissance et notre vie se caractérise par l'obéissance. Et si vous dites à quelqu'un : « Devenez chrétien et ne vous inquiétez pas pour l’obéissance », vous ne leur donnez pas le vrai message. Lorsque vous appelez quelqu'un au salut, vous les appelez à s’engager dans une alliance. Notre part est d’obéir et la partie de Dieu est de nous pardonner quand nous échouons. C'est ça, l'alliance !

Quand vous venez à Dieu par le Christ, vous dites : « O Dieu, je Te donne ma vie. Je veux T’obéir. Je promets de vivre pour Toi, de T’aimer, de Te servir le mieux possible. » Vous êtes aspergé par le sang du Christ symboliquement et vos péchés sont lavés. Vous devenez Son enfant. Le sang aspergé sur l'autel est Son lien avec vous qui, lorsque vous ne tenez pas votre côté de l’alliance, Le rend patient et gracieux pour pardonner votre péché. C’est une pensée grandiose !

La sécurité de notre élection vient du fait que non seulement nous avons été aspergés dans l'alliance, mais Dieu, à l'autel, a été aussi aspergé et il gardera Sa promesse quand nous ne garderons pas la nôtre. Le même sang qui a scellé l'alliance couvre le péché du chrétien désobéissant. C'est la sécurité de notre élection. C'est pourquoi il continue à nous nettoyer de tout – quoi ? - péché. Quelle vérité !

Nous voyons donc la vérité de l'élection : sa nature, sa condition, sa source, sa sphère, son but, sa sécurité. Enfin, nous voyons les avantages de notre élection. Je vais simplement extrapoler la déclaration finale au verset 2. « Que la grâce et la paix vous soient multipliées par la connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur ! ». C’est répété dans le Nouveau Testament par les écrivains des épîtres. Le don du Salut est la grâce. Le résultat est la paix. Pierre dit : « Je veux que vous l'ayez en abondance. » C'est son souhait. C'est un verbe optatif. Vous qui étudiez le grec, vous savez que cela exprime un souhait. Je vous souhaite la grâce. Je vous souhaite la paix en toute mesure. Je vous souhaite tout le meilleur, tout ce que Dieu a, tout ce que Dieu peut donner, en multipliant encore et encore.

En d'autres termes, je vous souhaite toutes les bénédictions en tant qu’élus. N'est-ce pas merveilleux ? Maintenant, laissez-moi vous dire quelque chose. Il y a de formidables bénédictions pour les élus. Puis-je m’éloigner de la pensée de Pierre et terminer en vous donnant une petite liste ?

Quels sont les avantages de l'élection ? Nous pensons à la doctrine de l'élection et nous nous déconnectons en quelque sorte. Nous ne voulons pas en parler. C'est trop profond, trop déroutant, trop difficile à comprendre. Permettez-moi de vous dire ce que la doctrine de l’élection devrait faire dans votre cœur, les réponses qu'elle devrait donner. Vous ne devriez pas éviter d’en parler, au contraire. Vous ne devriez pas en avoir peur, vous devriez vous en réjouir. Voici pourquoi.

L'élection est, tout d'abord, la doctrine la plus étonnante dans les Écritures. C'est vrai ! Il produit de l'humilité. C'est la vérité la plus humiliante qu'il existe, car vous n'avez absolument rien à voir avec votre salut. Cela brise votre fierté spirituelle et religieuse. Spurgeon l'appelait la doctrine la plus décapante dans le monde. Il vous dépouille de tout.

Il a écrit ceci : « Je ne sais rien, rien de plus humiliant que cette doctrine d'élection. Je me suis quelquefois prosterné devant Lui en essayant de la comprendre, mais lorsque je m’approche de lui une pensée me remplit l’esprit : « Dieu t’a choisi depuis le commencement pour le salut », alors je suis renversé par cette puissante pensée. De mon âme vient une élévation vertigineuse, des paroles prosternées et brisées: « Seigneur, je ne suis rien, je suis un moins que rien, pourquoi moi ? Pourquoi moi ? » C'est une doctrine écrasante pour la fierté, et c'est une bénédiction parce que Dieu donne grâce aux humbles.

Deuxièmement, c'est une doctrine exaltante pour Dieu. Elle donne toute la gloire à Dieu. Elle déclare que la repentance vient de Dieu, que la foi vient de Dieu, que le pouvoir d'obéissance vient de Dieu. Que même si nous échouons, Sa part de l'alliance consiste à couvrir nos échecs. Pas étonnant que nous répondions, « Pas à nous. Pas à nous, ô Seigneur, mais à Ton nom donne gloire. » Le fait même que notre volonté agissait, était le résultant de Son action. C'est l'élément divin le plus exaltant de la doctrine du salut, tout comme c'est l'élément le plus humiliant pour l’humanité.

Troisièmement, c'est elle produit la joie. Ecoutez. Notre seul espoir est d'être élu. Est-ce que vous avez entendu ? C'est notre seul espoir ! Donc, cela nous apporte une joie suprême. Quand je pense au fait que Dieu m'a choisi, une joie suprême m’inonde car je n'aurais aucun espoir de salut en dehors de Dieu. Je n'aurais aucun espoir si Dieu, dans Sa miséricorde souveraine, ne m'avait pas choisi. Quelle pensée joyeuse ! Cela inonde mon cœur.

Le chapitre 9 de Romains : « Et, comme Esaïe l'avait dit auparavant : Si le Seigneur des armées ne nous eût laissé une postérité, nous serions devenus comme Sodome, nous aurions été semblables à Gomorrhe. » Verset 29. Nous serions détruits comme le reste des impies si le Seigneur ne nous avait pas choisis. Psaumes 65 : 4 dit : « Heureux celui que tu choisis et que tu admets en ta présence, pour qu'il habite dans tes parvis ! ». Psaume 65 : 4. « Heureux celui que tu choisis ».

Ô, bien-aimé, cela doit inspirer la joie. Dieu vous a aimé depuis qu'Il est Dieu, et il a toujours été Dieu, donc il vous aimera toujours.

Quatrièmement, c'est la doctrine qui donne le plus de privilèges dans le salut. C'est la vérité qui favorise les privilèges : l'exaltation de Dieu, la joie et les bénédictions parce qu'elle nous accorde « Toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ!» affirme Ephésiens 1 : 3. Nous allons de bénédiction en bénédiction. Nous avons été créés, selon chapitre 2 : 9, « Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de Celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière. » Regardez les privilèges que nous avons, des privilèges incroyables en tant qu’élus. Il faut aimer cette doctrine. vous y attacher.

Cinquièmement, c'est la promotion de la sainteté des éléments du salut. Quelle autre motivation plus convaincante pourrait-il avoir pour moi de vivre à la gloire de Dieu que de savoir qu'Il m'a choisi par Son amour ? Par reconnaissance absolue, je serais obligé d'avoir une vie de pureté. Je ressens vraiment que lorsque la doctrine de l'élection n'est pas correctement enseignée et comprise, les gens adoptent l'hypothèse qu'ils ont fait quelque chose pour leur salut, et parce qu'ils estiment que c’est en partie grâce à eux, ils ne sont pas obligés de servir, d’aimer, et de glorifier le Dieu qui Lui est le Seul responsable par Sa volonté de l'acte de salut.

Vous n'aidez pas les personnes si vous ne les faites pas comprendre cela. Pourquoi pensez-vous que Paul dans Colossiens 3 : 12 dit : « Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d'entrailles de miséricorde, de bonté, d'humilité, de douceur, de patience. », etc. Réagissez parce que vous êtes le choix de Dieu. Quelle chose incontournable ! Quelle chose absolument convaincante ! L'élection devrait produire l'obéissance.

Spurgeon a de nouveau déclaré : « Rien dans l'influence gracieuse du Saint-Esprit ne peut rendre un chrétien plus saint que de savoir qu'il a été choisi. « Devrais-je pécher, dit-il, quand j’ai été choisi par Dieu ? Devrais-je transgresser un tel amour ? Devrais-je m'égarer après avoir reçu tant de bonté, de tendresse et de miséricorde ? Non, mon Dieu, puisque Tu m'as choisi, je T'aimerai, je vivrai pour Toi, je me donnerai à Toi pour toujours, me consacrerai solennellement à Ton service. » C'est quelque chose de convaincant !

Sixièmement, la doctrine de l'élection est la plus fortifiante des éléments du salut. Que voulez-vous dire ? Si je suis élu, je suis sécurisé. Si je suis entré dans une alliance d'obéissance par l'aspersion du sang et que le sang a été répandu sur l'autel, représentant Dieu, cela signifie que Dieu doit conserver l'alliance. Ma part c’est d'obéir. Sa part est de pardonner ma désobéissance. Je suis sûr de cela. C'est l'élément le plus fortifiant pour savoir que celui qui a commencé un bon travail en vous, l'accomplira jusqu'au jour de Jésus-Christ, ou le perfectionnera. Jésus a dit : « Tous ceux que le Père me donne viendront à moi, et je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi ; car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé. Or, la volonté de celui qui m'a envoyé, c'est que je ne perde rien de tout ce qu'il m'a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour. » Pourquoi ? Ils sont les élus.

Écoutez, bien-aimés. Si vous êtes élu, cela scelle votre éternité. Quelle vérité de renforcement ! Et encore, je reviens sur ce que Spurgeon a dit à ce sujet. Écoutez cette citation assez longue, mais riche.

Il a dit : « Aucun homme ne sera si audacieux que celui qui croit qu'il est l’élu de Dieu. De qui l’homme a-t-il peur s'il est choisi par Son créateur ? Qu'appréciera-t-il des chants pitoyables de quelques petits moineaux quand il sait qu'il est un aigle d'une race royale ? Aura-t-il peur quand le mendiant le montre du doigt, car le sang royal du ciel coule dans ses veines ! Aura-t-il peur même si le monde entier est contre lui ? Si la terre s’arme contre lui, il habite en parfaite paix, car il est dans le lieu secret du tabernacle du Très-Haut, dans le grand pavillon du Tout-puissant.

« Je suis Dieu », dit-il, «je suis distinct des autres hommes. Mon nom n'est-il pas écrit dans le livre de Dieu ? Est-ce qu'il craint le monde ? Non ! Comme le lion ne s'occupe pas du chien qui aboie, il sourit à tous ses ennemis. Quand ils s'approchent de lui, il se déplace et les déchire en morceaux. Il se promène autour d'eux comme un Colosse, tandis que les petits hommes marchent en dessous de lui et ne le comprennent pas. Son front est en fer, son cœur de silex. Est-ce qu’il s'occupe de l'homme ? Non ! Si un sifflement universel venait du monde entier, il sourirait en disant : « Celui qui demeure sous l'abri du Très-Haut repose à l'ombre du Tout Puissant ».

C'est vrai ! Que craignons-nous ? Nous sommes les élus. Rien ne peut rendre un homme plus audacieux, plus fort, plus courageux, plus sûr que cette connaissance. Vous voyez combien cette doctrine est merveilleuse ? Elle brise notre fierté, nous rend humbles. Elle exalte notre Dieu. Elle produit de la joie. Elle accorde des privilèges, nous pousse vers la sainteté, donne de la force et de la hardiesse. Pouvez-vous ignorer ce genre de doctrine ? Si l'église ignore cette doctrine, regardez ce qu'elle perd, regardez ce qu'elle manque. Une énorme vérité !

Bien-aimés, nous devons comprendre ce que Dieu nous a donné dans Sa grâce, et nous ne devons pas être ignorants, car dans toute doctrine que Dieu nous donne, nous avons le privilège de pouvoir répondre par la louange. Et donc, ignorer la doctrine de l'élection enlèverait notre capacité de louer et de glorifier Dieu. Prions ensemble.

Nous Te félicitons pour Ton choix. Nous sommes émerveillés, et oui, nous ne le comprenons pas complètement. Mais, ô Dieu, combien nous nous réjouissons. Nous sommes dans l'alliance de l'obéissance. Quand nous sommes venus à Christ, c'était le désir de notre cœur de Lui obéir. Et nous sommes tellement reconnaissants que Ton souhait et Ta promesse de sang pardonnent notre désobéissance. Nous, comme Israël d'autrefois, avons fait la promesse grandiose que nous T’obéirions, et nous, comme eux, avons échoué. Merci pour le sang qui couvre ces échecs. Merci de nous avoir choisis. Merci d'avoir choisi Ton église. Ô mystère ! Mais ce qui est mystère pour notre intellect est un rayon de soleil pour notre cœur. Nous Te remercions de ce que Tu as fait pour nous. Amen.

 

 

FIN

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

ECFA Accredited
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize