Grace to You Resources
Grace to You - Resource

 

Nous sommes en train d'étudier la 1ère Epître de Pierre. Nous nous trouvons ce soir au chapitre 4 en cherchant pour la deuxième fois aux versets 1 à 6 et en discutant du sujet qui est sur le cœur de Pierre, à savoir un souvenir qui évitera le péché. John Owen, un grand puritain que je suis en train de lire depuis quelques semaines, a déclaré : « Le péché dans le croyant est un fardeau qui l'afflige plutôt qu'un plaisir qui le ravit ». Tout véritable croyant vit dans une énorme bataille entre le désir de la chair non réputée et les contraintes du nouvel homme. La nouvelle nature. Comme l'apôtre Paul dans Romains 7, nous aimons la loi de Dieu. Comme lui dans Romains 7 aussi, nous luttons contre la loi du principe du péché et bien qu'il y ait quelque chose de profond en nous, planté par Dieu lui-même, dans le merveilleux miracle de la régénération, il y a un nouveau principe de vie qui désire ce qui est juste, ce qui est vrai, ce qui est bon et ce qui est honorable, noble, sain et pur. Il y a aussi cette chair non réputée dans laquelle cette nouveauté est incarcérée et c’est donc la bataille. La question que nous posons en examinant ce texte ce soir est : comment allons-nous faire face à cette guerre ? Comment faire face à la réalité de ce conflit et connaître le chemin de la victoire ? Permettez-moi de vous suggérer qu'un facteur qui est très important. C’est d'avoir une perspective triple en ce qui concerne le péché. Tout d'abord, nous devons avoir un regard vers l'avant. Nous devons avoir une sorte d'orientation future. Dans ce cas, nous faisons ce que Jésus a dit, en regardant et en priant, afin de ne pas éprouver la tentation. Pour faire ce que l'apôtre Paul a dit, marcher prudemment pour être en alerte, sachant que devant nous, à n’importe quel moment, dans un souffle, nous pourrions être confrontés par une tentation terrible.

Et donc dans un sens nous vivons dans l'anticipation. Nous vivons dans la vigilance. Mais il n'y a pas seulement une dimension future, il y a aussi une dimension présente. Nous devons non seulement anticiper, nous devons nous occuper de ce qui se passe actuellement. Nous devons haïr ce qui est mauvais. Nous devons nous accrocher à ce qui est bon. Comme l'a dit l’apôtre Paul, nous devons nous vêtir du Seigneur Jésus-Christ et faire attention dans le temps présent pour que la chair n’accomplisse pas ses convoitises. Donc, ressentir ce qui est imminent dans le futur tout en vivant ce qui est réel dans le présent nous aidera à faire face au péché. Mais il y a un autre aspect, et là où Pierre veut en venir vraiment dans son texte et c'est le regard en arrière. Il faut aussi avoir une vue du passé. Et je crois que toute personne qui veut traiter avec le péché doit avoir une bonne mémoire. Pierre va nous aider à comprendre ce dont nous devons nous souvenir en regardant le texte, alors commençons au verset 1. « Ainsi donc, Christ, ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée. Car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché, afin de vivre, non plus selon les convoitises des hommes, mais selon la volonté de Dieu, pendant le temps qui lui reste à vivre dans la chair. C'est assez, en effet, d'avoir dans le temps passé accompli la volonté des païens, en marchant dans la dissolution, les convoitises, l'ivrognerie, les excès du manger et du boire, et les idolâtries criminelles. Aussi trouvent-ils étrange que vous ne vous précipitiez pas avec eux dans le même débordement de débauche, et ils vous calomnient. Ils rendront compte à celui qui est prêt à juger les vivants et les morts. Car l'Evangile a été aussi annoncé aux morts, afin que, après avoir été jugés comme les hommes quant à la chair, ils vivent selon Dieu quant à l'Esprit. »

Maintenant, rappelez-vous que Pierre écrit aux chrétiens qui souffrent, des chrétiens qui vivent un rejet, des chrétiens qui subissent une persécution directe. Et comme il a fait, à plusieurs reprises, il parle de la vie difficile d'une personne pieuse qui se trouve dans une situation impie. Il veut souligner à la fin du chapitre 3 ce point fort : dans la plus grande souffrance il peut y avoir le plus grand triomphe. Il est clair que lorsque vous étudiez 1 Pierre que la souffrance est la toile de fond et qu'il y a un sens dans lequel l'aboutissement de la vision de la souffrance vient dans les versets 18 à 22 du troisième chapitre, pour montrer que les plus grandes souffrances peuvent conduire au plus grand triomphe. Et l'exemple de cela n'est autre que Jésus-Christ. Vous vous souvenez peut-être de notre étude du Christ, où nous avons souligné en passant par ce passage, que Jésus, à l'heure de sa plus grande difficulté, à l'heure de sa plus grande douleur, la persécution la plus sévère, à savoir l'heure de sa mort, a remporté la plus grande victoire que le monde n’ait jamais connue.

Et le point de départ de Pierre, peu importe le niveau de l'hostilité, peu importe la sévérité de la persécution, montre que ce qui peut être le moment le plus difficile peut être le moment le plus triomphant. Le Christ a été assassiné sur la croix et par cette même mort, il a triomphé du péché. Il a triomphé de Satan. Il a triomphé des démons. Il a triomphé de la mort. Il a triomphé sur l'enfer. Il a triomphé, pour ainsi dire, même sur le jugement de Dieu et finalement, il a été hautement exalté par Dieu Lui-même. Et le verset 22 dit : il s’assoit à la droite de Dieu, après que tout lui a été soumis.

Alors, mon ami, la souffrance peut être triomphante. Sur cette base, nous arrivons au verset 1. Par conséquent, comme il y a un grand triomphe dans la souffrance et puisque le Christ a souffert dans la chair, armez-vous aussi avec le même but parce que celui qui a souffert dans la chair a cessé de pécher. Pierre dit que Christ a souffert dans la chair d’une façon triomphale, alors faites de même. Vous pouvez avoir la victoire qui est parallèle à certains égards à la victoire du Christ. Maintenant, qu'est-ce qu'il avait en tête ? Permettez-moi de vous rappeler.

Quand il dit, Christ a souffert dans la chair, il veut dire, le Christ est mort. Il parle là de la crucifixion, comme noté au verset 18, le Christ est également mort. Certains manuscrits parlent de « souffrir », nous supposons que l'échange a l'intention de souligner l'un, la mort et l'autre, les souffrances qui lui sont associées, mais les deux vont ensemble, évidemment, quant au verset 1 du chapitre 4, il dit que le Christ a souffert, il est impliqué qu'Il est mort. C'est un synonyme de la mort ici.

Il dit, puis armez-vous avec la même idée, ennoia, le même but, le même principe, la même pensée mais quelle pensée et quelle idée et quel but ? Que vous êtes disposé à mourir pour l'amour de la justice parce que vous savez que vous pouvez triompher. Maintenant, si vous êtes armé contre la persécution avec la volonté de mourir, si vous êtes prêt à faire ce que Jésus a dit dans Matthieu 10 : 38 et 39, et Matthieu 16, prenez votre croix et suivez-Le, ce qui implique une volonté de mourir là aussi. Si vous voulez mourir pour la cause du Christ, vous vous êtes armé de la même idée qu’avait le Christ quand Il est mort. Car il est mort à cause de la joie qui a été placée devant Lui. Il savait ce qu'Il accomplirait. Il avait compris le triomphe. Et vous devez le comprendre également.

Et quel est ce triomphe, regardez la fin du verset 1. Parce que celui qui a souffert dans la chair a cessé de pécher, c'est un aspect. Nous avons noté dans notre dernière étude une partie de la discussion concernant cette phrase et j'ai partagé avec vous la conclusion que j'ai de ce texte et de ce dont il parle. Il est très simple, ce qu'il dit est : s'il vous tue, vous cessez de pécher. La phrase « souffert dans la chair », encore à la fin du verset 1, signifie la même chose qu’au début du verset 1 et c’est à voir avec la mort du Christ, c’est à voir avec la mort. Ce qu'il dit, c'est que si vous mourrez, vous cessez de pécher. Le but est, vos persécuteurs ne peuvent pas faire pire que de vous tuer et s'ils vous tuent, la bataille est terminée. Cela semble-t-il prometteur ? Cela devrait l’être. C'est l'idée ! Et si vous êtes armé de cette idée, vous ne reculerez pas. Vous aurez du courage, de l'audace, de la confiance et de la force au milieu d'un procès. Toute difficulté, toute persécution, toute menace ! Ensuite, ce genre d'attitude produira l'attitude du verset 2, afin de ne plus vivre le reste du temps dans la chair pour les convoitises des hommes. C'est la clé ! Si vous êtes disposé à mourir en sachant que vous cesserez de pécher, alors vous venez d'enlever la plus grande arme que les ennemis ont contre vous, la menace de la mort et si cela ne vous menace pas, ce n'est pas une arme pour eux. Et si vous comprenez que le but de votre vie est de cesser de pécher et que tout ce que la mort peut faire est d'apporter la solution, si vous comprenez que c'est l'objectif de votre vie, vous ne vivrez pas le reste de votre vie dans la chair en cherchant les convoitises des hommes.

En d'autres termes, Pierre dit, une fois que vous vous êtes armé par la réalité que votre but est d’être libéré du péché, il dispersera la menace de la mort et il contrôlera la façon dont vous vivez votre vie. Vous devez vivre votre vie en évitant le péché, sans être entraîné par le désir charnel, sans compromis parce que la mort ne pourrait être que la délivrance du péché sans menace ni compromis. Cela devient alors un important stimulant pour générer l'élimination du péché. Maintenant, Pierre commence à explorer ce concept de souvenir. Et je veux simplement vous faire réfléchir à cela, rapidement, nous avons examiné deux points du schéma et je vais donc condenser la suite. Rappelez-vous, tout d'abord, Pierre nous donne plusieurs points…, rappelez-vous ce que le péché a fait à Jésus-Christ au verset 1. Il l'a tué. Si nous allons faire face au péché et si nous allons avoir la victoire sur le péché, nous devrons haïr le péché. Si nous comprenons ce que fait le péché, il est plus facile de le haïr. Il n’y a pas de plus grande illustration que de regarder ce que le péché a fait au Christ. Le Christ a souffert. Le Christ est mort comme nous dit le verset 18 du chapitre 3.

Deuxièmement, dans notre dernière étude, nous avons noté que vous devez avoir une bonne mémoire afin de vous souvenir de ce que le péché a fait au Christ et, d'autre part, ce que le péché a fait aux chrétiens. Regardons la deuxième partie du verset 1. Il les tue aussi. Non seulement il les tue, de temps en temps, il y a des martyrs, ceux qui sont morts pour la cause du Christ. Mais cela les force, notez ceci, à combattre toute leur vie jusqu'à leur mort. L'implication à la fin du verset 1 c’est que le seul moyen de cesser de pécher est de mourir.

Nous devons haïr le péché parce qu'il a tué le Christ. Nous devons haïr le péché parce qu'il empêche les croyants d'être ce que Dieu aurait voulu qu'ils soient : parfaits, saints, semblables à Christ, sans péché. Cela nous empêche d'être ce que nous devrions être. Cela nous fait faire ce que nous ne voulons pas faire et nous empêche de faire ce que nous devrions faire. C’est une guerre terrible, une sorte de servitude dont nous ne pouvons jamais être entièrement libérés et c'est pourquoi nous crions pour la rédemption de notre corps dans le chapitre 8 de Romains. En troisième lieu, et c'est là que nous reprenons notre étude de ce soir : nous devons nous rappeler que si nous voulons éviter le péché, non seulement ce qu'il a fait au Christ et ce qu'il a fait aux chrétiens, mais ce qu'il a fait à Dieu par implication, mais je pense que c'est un point que nous devrions mentionner. Le verset 2 dit que le croyant doit vivre le reste du temps dans la chair, non plus pour la convoitise des hommes, mais pour la volonté de Dieu. Et ici, nous voulons nous rappeler ce que le péché fait à Dieu. Ce qu’il fait à Dieu est de violer Sa quoi ? Sa volonté ! Voilà l'implication.

Pierre nous appelle à réaliser que nous devons faire la volonté de Dieu pour le reste de notre temps à vivre dans la chair, car avant notre salut, évidemment, nous avons fait tout sauf la volonté de Dieu. Il oppose la vie vécue pour les convoitises des hommes et celle qui fait la volonté de Dieu. L’une ou l'autre ! Pierre dit simplement qu’il faut se rappeler, il faut regarder en arrière et comprendre que le péché viole la volonté de Dieu. Quand nous vivons dans le péché, quand nous suivons les convoitises des hommes, nous violons la volonté de Dieu.

La Bible est pleine de nombreuses exhortations à cette question d'obéissance et je voudrais simplement vous montrer quelques-unes qui vous sont assez familières. Matthieu chapitre 7, nous dit ceci au verset 24 : « C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison : elle n'est point tombée, parce qu'elle était fondée sur le roc.  Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison : elle est tombée, et sa ruine a été grande. » Tout cela peut être résolu en disant que le jugement arrivera à la fin et il viendra pour ceux qui n'ont pas fait la volonté de Dieu. Dans le verset 21, Jésus a dit : « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. »

Ceci est une exhortation à l'obéissance de la volonté de Dieu. Dans Matthieu chapitre 28, l’apôtre nous rappelle la Grande Mission. Jésus a dit que nous devons leur apprendre à observer tout ce que je vous ai commandé. Cela fait partie intégrante des disciples, car il faut amener l'homme à l'obéissance aux commandements qui expriment la volonté de Dieu. Vous vous souvenez bien, peut-être depuis votre enfance, que vous avez mémorisé Romains 12 : 2, « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » Dans Ephésiens, chapitre 5 et verset 7, l'Écriture dit : « Que personne ne vous séduise par de vains discours ; car c'est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion. » Dans Éphésiens 6 : 6, il nous dit que nous serons des esclaves de Christ faisant la volonté de Dieu de tout notre cœur. J'adore Colossiens 4 : 12, il parle d'Epaphras qui a toujours combattu sérieusement pour vous dans ses prières pour que vous soyez parfait et pleinement assuré dans toute la volonté de Dieu. Et ainsi il continue dans le Nouveau Testament par l'appel à l'obéissance. Le péché, d'autre part, en commençant par Lucifer et sa chute, est une expression de désobéissance, un refus de faire la volonté de Dieu.

Le péché, c’est de la rébellion, dit l'Écriture, le péché c’est une hostilité contre Dieu. Maintenant bien-aimés, je vous parle simplement, je vous rappelle ces Ecritures qui parlent de l'importance de l'obéissance. Mais c'est un point simple. Le point est le suivant : comment pouvons-nous pécher quand nous comprenons combien cela viole la volonté de Dieu ? Dieu a été si gracieux pour nous. Dieu a été si aimant et miséricordieux et gentil, comment pouvons-nous vivre, selon les dires de Pierre, le reste de notre vie en suivant les convoitises des hommes plutôt que selon la volonté de Dieu.

Nous ne pouvons pas ! Si vous désirez éviter le péché dans votre vie, vous devez avoir un regard en arrière, vous devez comprendre ce que le péché a fait au Christ, il l'a tué. C'est méprisable et haineux, et vous devez comprendre ce qu'il a fait aux chrétiens. Il les a retardés, les a empêchés d'être tout ce qu'ils pouvaient être et devraient être. Vous devez vous rappeler aussi ce que cela fait à Dieu. Il viole Sa sainte volonté. Dans un sens il donne un coup de poing à Son visage béni. Il se rebelle contre Lui. Voyez-le pour ce qu'Il est. Dans Jérémie, chapitre 22 et verset 21 et Jérémie 35 : 14, il dit : « Et moi, je vous ai parlé, je vous ai parlé dès le matin, et vous ne m'avez pas écouté. » C'est l'essence même du péché, de la rébellion.

Quatrièmement, je crois que Pierre nous suggère que si nous voulons éviter le péché, nous devons nous rappeler ce que le péché a fait à l'humanité perdue. Non seulement ce qu'il a fait au Christ, ce qu'il a fait aux chrétiens en les empêchant d'être ce qu'ils pourraient être, non seulement ce que cela a fait à Dieu, mais ce qu'il a fait pour que l’humanité soit perdue. Et c'est au cœur des versets 3 à 5, auxquels j'attire votre attention. Ce que vous avez dans les versets 3, 4 et 5 c’est une description plutôt graphique et tragique des effets dévastateurs du péché sur l'humanité qui devrait donner à votre mémoire beaucoup de raisons pour éviter le péché. Il dit : vous devez vivre le reste de votre temps dans la chair, non plus pour les convoitises des hommes, mais pour la volonté de Dieu, parce que dans le passé vous ayez accompli le désir des païens et des nations. En d'autres termes, vous avez déjà eu suffisamment de temps. Vous avez déjà vécu suffisamment de temps dans le péché. Pourquoi continuer à vous y traîner encore ? Il se réfère à votre vie de pré conversion, avant de connaître le Christ et il dit que votre expérience préchrétienne du péché est suffisante. Le sens du mot, suffisant, en passant, est « plus que suffisant ». Vous avez déjà eu plus qu’assez de ce genre de vie. Vous avez effectué le désir des païens à tel point que vous n'avez plus besoin de le faire.

En passant, le désir c’est boulēma qui semble donner l'idée d'un désir qui est un but, c'est un désir propice et lorsque vous n'étiez pas sauvé et lorsque vous étiez sans Dieu et sans Christ, votre cœur a voulu accomplir ce désir maléfique. C'est ce que Pierre appelle dans le chapitre 1 : 18, un mode de vie inutile. Vous avez déjà consacré plus que suffisamment de temps à cela. Assez de temps pour avoir travaillé, avoir produit, avoir accompli le style de vie païenne à sa limite ; maintenant c’est fini !

Alors, rappelez-vous ce que le péché a fait pour l’humanité perdue en vous rappelant ce que vous étiez avant votre conversion, et le reste du temps, faites la volonté de Dieu. Vous avez vécu assez longtemps dans le péché. Maintenant, Pierre ne s'arrête même pas avec cette injonction, mais il se souvient avec eux et devient un peu plus précis. Notez encore au verset 3. Il décrit que l'ancien mode de vie a poursuivi son parcours. Le verbe signifie conduire sa vie, c'est l’idée. Vous avez mené votre vie tout au long de ce parcours, sur le parcours du péché en suivant le battement hypnotique d'un batteur diabolique, c'est le diable qui donne la cadence pour la marche descendante solennelle dans le péché ; vous l'avez fait et c'est suffisant. Regardez votre passé, n'est-ce pas suffisant ? Il y a beaucoup d'entre vous ici ce soir qui regardent leur passé en disant : oui, c’est assez, plus que suffisant. Examinons un peu plus attentivement. À quoi ressemblait-il ? Six mots le décrivent. Vous avez poursuivi un mode de sensualité, aselgeia, le mot est utilisé pour décrire l'esprit qui ne connaît aucune contrainte. L'esprit qui ose commettre n’importe quel péché. Débridé ! Un vice non restreint. En fait, l'ancien mot est « débauche ».

Et ce mot signifiait une indulgence excessive dans les plaisirs sensuels. Il dit que vous étiez comme ça, avant de venir au Christ dans votre condition perdue, vous avez vécu dans l'anarchie non contrôlée, ouverte, scandaleuse contre Dieu. Vous avez affiché votre vice. Et certainement, c'est vrai dans la culture dans laquelle nous vivons, ce qui devrait être défini comme une culture pornographique. Le deuxième mot qu'il utilise est très étroitement associé à la première. Il utilise le mot «convoitises », « passions » signifiant un désir maléfique.

Il doit être conduit par l'instinct animal, par la passion. C'est une indulgence insolite dans les plaisirs que la passion poursuit. Puis il utilise un autre mot, «l'ivrognerie ». Ce mot signifie littéralement que le vin bouillonne et parle d’intoxication, d'ivresse habituelle ; cela pourrait bien parler de l'ivresse qui vient des drogues aussi. Le quatrième mot qu'il utilise est traduit par « carrousel ». Kōmos, il se réfère vraiment à une fête sauvage, une orgie sauvage. Le terme était utilisé dans la littérature extrabiblique pour se référer à une bande de personnes émoussées, qui agissaient comme des sauvages, se balançant et dansant, se promenant dans les rues, provoquant des ravages et la folie. L'ivresse publique ! Au fait, c’était généralement associé au culte de faux dieux, aux cultes de l'époque antique, comme le culte de Dionysos ou Bachas. Et puis il ajoute un mot qui est très semblable : les soirées pour boire, les potos, des orgies... Juste pour boire et se saouler.

Et puis il ajoute l’idolâtrie abominable. Le culte des idoles. C'est une abomination pour Dieu. Maintenant, chers amis, c’est un attribut d'une personne non régénérée. Tout le monde, bien sûr, n'est pas aussi mauvais que cela, mais c'est plutôt le mode de vie d'une personne non régénérée dans notre culture et cela l’était également à l'époque de Pierre. Il a dit d’arrêter cette façon de vivre, cette abominable vie lâche de débauche ; il ne faut plus être motivé par la passion. Assez de cette ivresse, de ces fêtes et ces orgies, assez de ces saouleries, assez de ces abominables idolâtres qui adorent les faux dieux. Assez ! Désormais, il ne faut plus vivre de cette façon. Rappelez-vous ce que vous avez vécu. Rappelez-vous ce que le péché a fait de vous. Rappelez-vous la douleur de votre sensualité et de votre convoitise, de votre ivrognerie et de vos carrousels, la désillusion après vos fêtes d'alcool, après vos idoles insulaires abominables. La chose intéressante dans tout cela: c’était comme un cadeau emballé et attaché avec un ruban appelé « religion » dans l'Antiquité. C’était justifié comme une forme de culte à une divinité.

En plus, dans le verset 4, Pierre ajoute, et c'est très intéressant : « Aussi trouvent-ils étrange que vous ne vous précipitiez pas avec eux dans le même débordement de débauche, et ils vous calomnient. » C'est toujours vrai ! Ils sont surpris lorsque vous dites que votre vie a changé, que vous ne faites plus cela, ils sont surpris. Ils sont choqués quand ils voient que votre vie est différente. C'est normal pour eux. C'est tellement un mode de vie, que lorsque vous ne vivez plus de cette façon, ils sont surpris. Le verbe signifie être étonné, choqué. Et cela inclut l'idée d’une infraction. Ils vous rejettent. Pourquoi ? Ils vous renvoient parce que vous ne les suivez pas dans le même excès de dissipation. Vous voyez, tout d'abord, quand ils vous voient transformé et que vous ne vivrez plus votre vie de cette façon, c’est étonnant pour eux. C'est surprenant.

J.B. Nichols écrit : « Les licencieux sont liés par des habitudes qu'ils ne peuvent pas casser, ils sont enflammés par des convoitises qu'ils ne peuvent pas éteindre, gravités vers le bas par une puissance qu'ils ne peuvent pas résister par leurs propres forces. Alors ils sont étonnés du changement complet de la vie de ces croyants dont le but dans la vie est maintenant la volonté de Dieu. » Et comme M.B. Welch a écrit il y a plusieurs années, dans ce poème charmant : « Mais le maître arrive et le fou ne peut jamais comprendre la valeur d'une âme et le changement opéré par le toucher de la main du Maître. » Ils ne le comprennent pas et cela les dérange énormément que vous ne courez plus avec eux.

Vous ne faites plus ce qu'ils font. Vous ne continuez pas, littéralement, à courir avec eux. Soulignez qu’auparavant vous le faisiez et maintenant, ils sont offensés parce que vous ne le faites plus. Cette petite phrase « dans le même excès de dissipation » est une expression très vive. L'image est d'une grande foule qui court ensemble dans une course folle et sauvage. Un plongeon, une mêlée. William Kelly dit une débandade euphorique, une course de demandeurs de plaisance. Le terme «excès», utilisé uniquement ici, signifie principalement «la confluence des eaux». Il a l'idée que les eaux s'unissent pour s'écouler. Certains pensent à l'idée d'une citerne. D'autres suggèrent l'idée des eaux usagées versées dans une fosse sceptique. Il décrit la vie avant la conversion comme une race folle d'idolâtres, ivres, passionnés, qui cherche le plaisir et qui courent comme des eaux boueuses dans un cloaque de dissipation. La signification du mot « dissipation » est l'état d’une personne qui ne pense qu’au mal. Elle ne pense ni à la santé, ni à l'argent, ni à sa réputation, ni à son caractère mais uniquement comment se livrer à sa passion. Il y a une telle passion brûlante dans le péché que les gens poursuivent sans relâche leur passion d’une façon compulsive et courent vers une fosse sceptique de dissipation. Ils sont attirés par cela. Et Pierre dit que ce n'est pas un endroit pour un chrétien. Pas vraiment l'endroit pour vous. Rappelez-vous comment c’était, rappelez-vous comment c’était avant. Et il dit, vos amis vous rejettent.

Blasphēmeō. Ils vous blasphèment… ils vous diffament ; ils attaquent votre réputation pour vous calomnier. Ils parlent mal de vous parce que vous n'êtes plus dans la même fosse sceptique qu'ils fréquentent. Encore une fois, Kelly dit : « Il existe une foule de preuves provenant des sources païennes et chrétiennes selon lesquelles c'est précisément la réticence des chrétiens à participer à la routine de la vie contemporaine, en particulier les amusements conventionnellement acceptées, les cérémonies civiques et toute fonction impliquant le contact avec l'idolâtrie, ou ce qu'ils considèrent comme immorale. C’est pour cette raison qu’ils étaient détestés, méprisés et même soupçonnés eux-mêmes de pratiques illicites.

C'était la raison pour laquelle les gens les haïssaient. L'humanité perdue est laide. Elle calomnie les chrétiens. Elle méprise les chrétiens. Elle court comme une eau boueuse dans une fosse sceptique de dissipation. C'est une image moche et Pierre dit, rappelez-vous que vous couriez avec eux. Vous couriez dans cette même fosse sceptique de dissipation, sexuellement perverti, ivre, idolâtre et fou. Mais vous avez été délivré de tout cela. Alors vous êtes devenu l'objet de leur amertume. Allez-vous maintenant vous livrer à nouveau aux péchés que vous avez faits par le passé ?

Ce serait mieux d'être juste et de souffrir triomphalement que d'aller dans cette fosse sceptique. Et il ajoute une note dans le verset 5 : "Ils rendront compte à celui qui est prêt à juger les vivants et les morts. » Ce verbe, « ils rendront compte » signifie « rembourser ». Ils vont rembourser. En fait, les gens qui vivent comme cela, qui critiquent les chrétiens, qui leur jettent des dispersions, amassent une dette envers Dieu et ils vont passer l'éternité à la rembourser. Ils devront payer. Ce verbe est un terme de comptabilité. Dieu l'a noté sur ses livres de compte et ils vont payer. L'Écriture décrit ce paiement. Vous avez lu Matthieu chapitre 18, versets 23 et les suivants. Lisez aussi Apocalypse, chapitre 20, versets 11 à 15 : il arrivera un moment où ils paieront. Et ils rendront compte à Celui qui est prêt à juger quand ils se tiennent debout au Jugement du Grand Trône Blanc. C'est marqué que Celui qui jugera, jugera les vivants et les morts. Les vivants, ceux qui étaient vivants dans le temps de Pierre. Les morts, ceux déjà morts, vont tous être jugés, tous ! Dans Romains 3 : 19, Paul écrit que toute bouche sera fermée et personne ne pourra se défendre. Ils n'échapperont pas au jugement. Ils seront muets devant un Dieu saint, devant le jugement du trône, sans défense, sans avocat, sans excuse et ils seront jugés. En fait, la sévérité de leur jugement est peut-être aussi graphiquement décrite dans 2 Thessaloniciens que n'importe où : «Car il est de la justice de Dieu de rendre l'affliction à ceux qui vous affligent, et de vous donner, à vous qui êtes affligés, du repos avec nous, lorsque le Seigneur Jésus apparaîtra du ciel avec les anges de sa puissance, au milieu d'une flamme de feu, pour punir ceux qui ne connaissent pas Dieu et ceux qui n'obéissent pas à l'Evangile de notre Seigneur Jésus. Ils auront pour châtiment une ruine éternelle ». Leur jour viendra ! Une note dans le chapitre 4, verset 5 - le mot « Lui ». Ils Lui rendront compte, celui qui est prêt à juger. Qui est le juge ? Qui est celui qu'on appelle « Lui » ? On pourrait dire, par contre, que c'est Dieu. 1 Pierre 1 : 17, « Et si vous invoquez comme Père celui qui juge selon l'œuvre de chacun ». Cela se réfère à Dieu, mais si nous lisons Jean 5 : 22 à 27, il nous dit que tout jugement a été remis à Jésus-Christ et nous croyons que Dieu les jugera, mais Dieu les jugera par l'intermédiaire de son fils, Le Seigneur Jésus-Christ, auquel il a remis tout jugement. Qu'est-ce que le péché a fait pour ceux qui vivent dans le péché? Ils vivent dans la débauche. Ils ont été plongés dans une fosse sceptique crasseuse de dissipation. Ils sont les ennemis du peuple de Dieu. Ils sont ennemis de Dieu Lui-même, les ennemis du Christ et les objets d'un jugement éternel et damné.

Je pense que ce que Pierre a sur le cœur est de nous rappeler et de dire : « Regardez cela et ne l'oubliez pas ». Cela devrait vous aider à éviter le péché. Cela devrait vous aider à être disposé à souffrir pour l'amour de la justice avec joie, et donc éviter le péché exige une bonne mémoire. Une bonne mémoire de ce que le péché a fait au Christ. Cela L'a tué. De ce que le péché a fait aux chrétiens. Cela nous empêche d'être ce que nous pourrions être parce que la seule façon de cesser de pécher est de mourir. Nous sommes tellement liés dans la chair. Pour regarder de nouveau et voir ce qu'il a fait à Dieu. Il l'a beaucoup offensé pour le péché, c'est la révolte contre Sa volonté, regardez et voyez ce que cela a fait aux perdus. Il les a rendus crasseux et les a damnés.

Enfin, Pierre a un souvenir magnifique pour nous aider à éviter le péché et être volontiers disposé à souffrir pour l'amour de la justice. Rappelez-vous, cinquièmement, ce que Dieu vous a promis pour vaincre le péché. Rappelez-vous ce que Dieu vous a promis en regardant le verset 6. « Car l'Evangile a été aussi annoncé aux morts, afin que, après avoir été jugés comme les hommes quant à la chair, ils vivent selon Dieu quant à l'Esprit. » C'est un verset simple et profond. « Car l'évangile a été prêché » parle du message salvateur de Jésus-Christ. « L'Évangile a été aussi annoncé aux morts » signifie simplement ceux qui sont maintenant morts. Il a pensé à certains croyants qui ont entendu l'Évangile et qui sont maintenant morts. Certains d'entre eux sont peut-être morts en tant que martyrs. Peut-être que certains dans l'association de ceux auxquels cette lettre a été envoyée sont morts pour leur foi en Christ. Ainsi, l'idée globale est que le croyant, sous la persécution, suite à un traitement injuste, une punition, même la mort, devrait être disposé à souffrir en sachant qu'il a triomphé. Même s'il meurt en tant qu'homme dans la chair, il vivra dans l'esprit selon la volonté de Dieu.

Ce que Pierre dit, c'est que Dieu vous a promis que, par la mort, vous vaincrez le péché. Il rappelle donc à ses lecteurs que l'Évangile a été prêché à ceux qui sont maintenant morts dans ce but. Qu'ils soient jugés dans la chair comme des hommes, littéralement mis à mort pour leur foi en Christ, ils vivront dans l'esprit selon Dieu. Et donc cela nous ramène à l'endroit où nous avons commencé. Toute mort peut vous faire vivre la vie éternelle en présence de Dieu. Vous voyez, c'est un parallèle à tout ce que nous avons appris à la fin du chapitre 3, verset 18. Christ est mort, mais il n'est pas resté mort. Il a été ressuscité dans l'Esprit. Son corps était mort, son Esprit était vivant. Même point. Ils peuvent tuer votre corps, mais votre esprit restera vivant. Et vous entrerez dans la promesse de la vie éternelle. Ainsi, s'éloigner du péché face aux grandes menaces, face à la persécution, et même à la mort, c'est possible, noble, juste ; c’est un ordre. Et une façon d'aider à ce dépassement c’est de se rappeler et de se souvenir de ce que le péché a fait au Christ, de ce qu'il fait aux chrétiens, de ce qu'il fait à Dieu, de ce qu'il fait aux perdus. Et alors, souvenez-vous de ce que Dieu vous a promis à l'avenir.

Peu importe ce qu'ils nous font, nous pouvons être victorieux. Je pense que Jésus a très souvent dit la même chose : « Ne craignez pas ceux qui détruisent le corps. Mais craignez celui qui détruit l'âme et le corps dans l'enfer. » Bien-aimés, nous tous, tout comme ceux qui sont venus au Christ, combattons le péché. Cela a été une présentation quelque peu prudente et peut-être même technique, mais je ne veux pas que vous perdiez l'impact, car nous luttons tous contre le péché. Et ce qui nous donne la victoire n'est pas une appréhension mystique. Ce n’est pas une certaine perception ésotérique, mais simplement le fait de se concentrer sur les dégâts et la dévastation du péché. Si nous le voyons pour ce qu'il est, nous le détesterons, car Dieu le déteste. Pour ce qu'il a fait au Christ, pour ce qu'il fait à Dieu. Pour sa façon d'affaiblir les croyants. Parce qu'il détruit leurs vies, leurs mariages, leurs familles. Il les empêche d'être ce que Dieu voudrait qu'ils soient et conduit toute la race humaine dans une fosse sceptique de dissipation vers le jugement final qui devrait nous faire détester le péché. Et alors, lorsque vous lâchez cela et le comparez avec ce que Dieu nous a promis à la fin, peu importe ce qu'il nous fait, nous vivrons dans l'esprit pour Dieu et pour toujours. Il ne devrait pas y avoir de pression de ce monde impie qui peut nous faire retomber dans leur niveau de vie. Pas même la menace de la mort ! Bon, que Dieu nous aide à être des combattants fidèles, des guerriers, contre cet ennemi. Prions.

Père, nous nous souvenons du prochain verset de ce passage, Pierre parle de l'importance de la prière fervente. Père, on se rend compte que même lorsque nous avons cultivé la mémoire et quand nous comprenons les effets terribles du péché, nous devons toujours prier et dépendre de Toi en tant que Ressource pour la victoire dans notre vie. Père rends-nous saints, justes, purs, continue à nous transformer à l'image du Christ qui est à la fois notre but et notre destinée. Et nous Te donnerons des remerciements et des louanges au cher nom de Jésus. Amen.

FIN

 

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

Donation:
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize