Grace to You Resources
Grace to You - Resource

Nous avons maintenant ce grand privilège de retourner vers le futur dans notre étude de l'Apocalypse. Ouvrez votre Bible à nouveau au chapitre 1 et permettez-moi de faire un bref commentaire. Quelqu'un a dit la semaine dernière, « Il y a 404 versets dans le livre de l'Apocalypse. Vous avez couvert la moitié du premier verset. Nous avons calculé que cela représente 808 messages pour 50 messages par an. C'est très long. » Donc, je veux que vous sachiez que nous allons avancer plus rapidement. Nous allons avancer excessivement plus rapidement en traitant un plus gros passage. Mais dans l'introduction, il est nécessaire de faire la mise en scène pour tous ces messages à venir. Lorsque nous entrons dans les parties narratives du livre, cela avancera rapidement et nous le ferons donc. Mais nous devons traiter les circonstances de cette section d'ouverture qui sont fondamentales pour notre compréhension de ce grand livre.

Maintenant, aucun livre dans la Bible ne révèle plus la gloire de Dieu, ou plus la splendeur de Jésus-Christ que ce livre. Bien qu’il soit singulièrement béni, il est encore mal compris, mal interprété et négligé plus que tout autre livre du Nouveau Testament. Pour beaucoup, c’est un livre fermé, c’est un livre scellé. Et c'est exactement ce que Dieu ne voulait pas qu'il soit. Certaines choses Dieu voudrait sceller. Revenons à Daniel 12:9 où l'Ecriture dit : «car ces paroles seront tenues secrètes, scellées, jusqu'au temps de la fin. » Mais ce livre ne doit pas être scellé. Dans l'Apocalypse, chapitre 22 et verset 10 : «Puis il me dit : Ne tiens pas secrètes les paroles de la prophétie de ce livre, car le temps est proche.» Ne l’enfermez pas à clé, ne le cachez pas. Ne le couvrez pas. Ne le scellez pas. En outre, c’est le seul livre de la Bible qui commence et se termine avec une bénédiction pour le lecteur, le seul. Il ne doit pas être scellé et c’est une bénédiction !

L’Apocalypse est aussi le dernier livre dans la bibliothèque divine. C’est le dernier mot de Dieu. Ce qui a commencé dans la Genèse se termine dans l'Apocalypse. Dans la Genèse, vous avez le commencement du ciel et de la terre, dans l'Apocalypse la consommation du ciel et de la terre. Dans la Genèse vous avez l'entrée du péché et de la malédiction, dans l'Apocalypse, vous avez la fin du péché et de la malédiction. Dans la Genèse vous avez l'aube de Satan et de ses activités, dans l'Apocalypse vous avez le malheur de Satan et de ses activités. Dans la Genèse, vous avez l'arbre de vie abandonné, dans l’Apocalypse, l'arbre de la vie renaît. Dans la Genèse, la mort entre, dans l’Apocalypse, la mort sort. Dans la Genèse, la douleur commence, dans l’Apocalypse la tristesse est bannie. Dans Genèse, le paradis est perdu, dans l’Apocalypse, le paradis est retrouvé. Pour le thème central dans la Genèse, le Sauveur est promis, dans l'Apocalypse, le Sauveur est prééminent. Donc, nous participons à un voyage, le voyage de notre vie, un retour vers le futur pour voir la gloire de ce qui est à venir car Dieu apporte toute l'histoire du salut à son grand point culminant.

Maintenant, pour nous aider dans notre orientation dans ce livre, j'ai essayé de diviser cette section d'introduction des versets 1 à 6 en plusieurs parties composantes. Je n'essaie pas vraiment de faire un plan homilétique, mémorable, mais juste de trier ces choses pour que nous puissions saisir leur ampleur morceau par morceau. Tout d'abord, nous avons constaté, en examinant le livre de l'Apocalypse, sa nature essentielle. Au verset 1, c’est la révélation "l’apokalupsis", le dévoilement. Il enlève la couverture. Ce n’est pas une cachette, c’est une révélation. Ensuite, nous avons noté son thème central: la révélation de Jésus-Christ. C’est au sujet de Jésus-Christ. C’est Jésus-Christ dans la gloire future dévoilé, découvert et rendue manifeste.

Ensuite, nous avons noté Sa source divine, « que Dieu lui a donné. » Et je vous ai dit que Dieu est la source de ce livre et que ce livre a été principalement donné par Dieu à Jésus-Christ, car le Christ Lui-même s’est humilié et Il a souffert. Comme une récompense pour Sa soumission parfaite, Son humilité parfaite, Sa souffrance parfaite et Son expiation parfaite, Dieu Lui donne maintenant le grand dossier de Sa gloire future. Nous avons noté ensuite Ses destinataires spécifiques ; Dieu l'a donné au Christ pour montrer à Ses esclaves. Cela se réfère aux chrétiens, ceux qui sont les esclaves de Jésus-Christ. Dieu l'a donné au Christ pour, qu'à Son tour, Il nous le donne.

Cinquièmement, nous avons constaté Son caractère prophétique. C’est la révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donné, pour montrer à Ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt. Maintenant, en ce sens, on nous rappelle que c’est une prédiction future. Ce livre regarde vers l’avant. Il nous emmène dans l'avenir. Il y a des éléments qui sont dans le passé, comme nous constatons dans le verset 19, « ce que tu as vu. » Il y a des éléments de celui-ci qui, à l'époque de Jean, étaient dans le temps présent : «les choses qui sont. » Mais la majorité de ce livre est sur «les choses qui auront lieu suite à d'autres choses. » Il se concentre sur le retour de Jésus-Christ dans toute Sa gloire et tous les événements et les circonstances qui en découleront. Donc, nous faisons un voyage dans le futur. Nous verrons des choses choquantes. Nous verrons des choses passionnantes. Nous verrons des choses troublantes. Nous verrons des choses joyeuses. Nous verrons des choses douloureuses. Nous verrons des choses encourageantes. Nous verrons des choses inquiétantes. Nous verrons des choses bénies. Et ce que nous verrons n’aurait jamais pu être connu sans ce livre.

Maintenant, ce n'est pas un livre d'évangélisation. Il ne vise pas vraiment les non-croyants, bien que son pouvoir ait un impact sur les non-croyants qui entendront ses vérités. Dieu l'utilise pour sauver, mais c’est surtout un livre d'espoir pour les chrétiens. Il a été donné, tout d'abord, au Christ, afin qu’Il connaisse pleinement et ensuite pour laisser une trace écrite pour Ses enfants, Son peuple, de la gloire future qui Lui appartient. Mais cela fascine tout le monde car tout le monde est fasciné par l'avenir. Tout le monde veut connaître l'avenir. Voilà pourquoi ils lisent leurs horoscopes. Voilà pourquoi ils tâtonnent avec leurs biscuits de fortune dans les restaurants chinois. Voilà pourquoi ils vont voir des gens qui soi-disant lisent les cartes de tarot pour raconter leurs fortunes. Mais un Seul connaît l'avenir. C’est Dieu ! Et dans ce livre, Il nous en parle.

Maintenant, vous remarquerez au verset 1, un point particulier sur le caractère prophétique du livre et je veux attirer votre attention sur un mot. Il est le mot tacheos ou rapidement. Je veux que vous saisissiez le sens de ce mot parce que il entre en jeu dans votre compréhension du livre. Il peut signifier un court laps de temps, ou pour le dire autrement, il peut signifier rapidement. C’est le mot anglais à partir duquel nous obtenons le mot tachymètre. Certains d'entre vous ont sur votre voiture un tachymètre. Il mesure la vitesse. Il mesure la vitesse de votre moteur, les tours par minute. Et nous avons pu le voir dans ce contexte comme un mot qui parle de la vitesse de ce livre. En d'autres termes, quand vous arrivez à la partie future dans le chapitre 6, ce qui vient arrive très vite, dans un délai de sept ans : un spectacle incroyable de jugements qui balayeront la terre. Et puis, dans une période de mille ans appelé le royaume, des choses incroyables se déroulent jusqu'à ce que l'ensemble de l'univers soit détruit et qu’un nouveau ciel et qu’une nouvelle terre soient créés. Il y a une certaine brièveté en ce concerne ces événements. Il y a une certaine vitesse dans l'accomplissement de ces événements. Et une fois que nous entrons dans cette partie future, dans le chapitre 6, vous allez vous sentir comme si vous vous déplaciez à la vitesse de la lumière, car cela va tellement vite. En seulement sept ans, le système de l'homme et de Satan est inondé par la colère terrible de Dieu. Et puis un royaume, vraiment bref en fait, mille ans, est comme un jour dans l'esprit de Dieu.

Mais ce n’est vraiment pas le sens principal de ce mot. Il pourrait signifier cela et peut-être que l'Esprit de Dieu utilise ce mot en partie avec cette implication parce que c’est bien vrai. Mais la signification principale de ce mot est l'idée de "bientôt". Si nous allons à la fin de l'Apocalypse, cela nous aidera à faire cette interprétation. Dans Apocalypse 22:12 Jésus dit : «Je viens bientôt. » Maintenant, vous avez "tachu" de la même famille, mais il semble ici qu'Il ne parle pas de la vitesse de Sa venue, mais de la proximité de Son retour. Au verset 20 Il dit encore : « Oui, je viens bientôt. » Et encore une fois, nous ne supposons pas qu'il parle de la vitesse de Sa venue mais il parle de la proximité de celle-ci.

C'est confirmé par d'autres utilisations du mot. Dans le chapitre 2, par exemple, regardez le verset 5, écrit à l'ange de l'église d'Ephèse, le messager de cette église, et le Seigneur parle à l'église. Dans le verset 5 Il dit : «Souviens-toi donc d'où tu es tombé, change radicalement et reviens à tes œuvres premières ; sinon, si tu ne changes pas radicalement, je viendrai à toi et j'enlèverai ton chandelier de sa place. » Et il est venu et il a fait enlever le chandelier. Et il y a encore ici l'accent sur la proximité de Sa venue. C’est un retour proche. Allez au verset 16 du même chapitre, « Change donc radicalement». Il écrit à l'église de Pergame, « sinon je viendrai à toi bientôt. » Encore une fois, ce n'est pas la rapidité de Sa venue, c’est la proximité de celle-ci : c'est imminente. C’est, pour utiliser le mot que nous aimons utiliser, imminent ! C’est prochainement ! C'est imminent ! Dans le chapitre 3, les lettres aux églises continuent et nous trouvons au verset 11 la même déclaration, cette fois à l'église de Philadelphie, «Je viens bientôt. » Encore une fois, l'accent est mis sur le prochain retour du Christ. Et si vous vouliez suivre l'utilisation du même mot dans l'Apocalypse, vous le verriez à nouveau dans le chapitre 11, verset 14, «Le deuxième « malheur » est passé. Le troisième « malheur » vient bientôt. » Et ainsi de suite.

Il semble donc préférable de voir ce mot comme une désignation de la proximité de la venue du Christ et non la vitesse avec laquelle Il vient. Maintenant, la vitesse avec laquelle il vient pour l'enlèvement de l'église est quand même étonnante parce qu'Il vient prendre Son église dans quel laps de temps ? Un clin d’œil ! C'est rapide, ça ! Mais lorsque vous comparez l'utilisation de tacheos et ses autres formes tout au long du livre de l'Apocalypse, il semble préférable de le voir comme parlant de la proximité plutôt que de la rapidité. Par exemple, dans 2 Timothée 4, pour sortir du livre de l'Apocalypse, nous trouvons le même mot utilisé et Paul qui écrit à Timothée en disant : «Tâche de venir me rejoindre au plus tôt. » C'est le même mot. Je ne pense pas qu'il dit à Timothée: «Peux-tu, s'il te plaît, aller plus vite ? » Je pense qu'il est juste en train de dire, « Peux-tu arriver aussi rapidement que possible ? » Il ne parle pas de la vitesse de ton déplacement mais de la rapidité avec laquelle tu viens, sans trop attendre.

Ce que nous avons alors, de retour dans l'Apocalypse, chapitre 1, est cette idée de l'imminence, cette idée que le prochain événement sur le calendrier rédempteur de Dieu est la venue du Christ, avec rapidité et imminence. Cela ne signifie pas nécessairement qu'il vient dans une brève période de temps. Cela signifie que c’est la prochaine chose sur le calendrier des événements. Cela ne fait pas obstacle à un temps d'attente. Dans le chapitre 6, verset 10, nous trouvons quelques saints sous l'autel, au milieu de la tribulation, la période de sept ans : «Ils crièrent : Jusqu'à quand, Maître saint et vrai, tardes-tu à juger, à venger notre sang en le faisant payer aux habitants de la terre ? » Donc, le fait qu'Il arrive bientôt, que Sa venue est proche, n'empêche pas nécessairement un temps d'attente. L'Église a toujours vécu dans cette espérance. Vous vous souviendrez dans notre étude de 1 Thessaloniciens, l’apôtre Paul supposait que Jésus pouvait venir pendant sa vie. Il utilise le pronom pluriel «nous» et «notre» pour parler de ceux qui seraient pris dans l'enlèvement. Et l'Église a toujours vécu dans cette espérance.

Pierre n’espérait pas moins, car dans 1 Pierre, chapitre 4, verset 7 il dit : «La fin de tout s'est approchée. » Il vivait dans le sens de l'imminence. Retournez à Actes, chapitre 1 et vous trouverez Jésus qui monté au ciel et l'ange dit aux hommes qui le regardent aller au ciel, «Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l'avez vu aller au ciel ». Et ils vivaient toujours avec cette espérance. 1 Corinthiens 15 : «en un instant, en un clin d'œil », les morts en Christ ressusciteront et la même chose est dans 1 Thessaloniciens 4. Hébreux 10 dit que nous ne devons pas renoncer à « notre assemblée, comme quelques-uns en ont coutume, mais encourageons-nous mutuellement, et cela d'autant plus que vous voyez le jour s'approcher. » Et donc, l'église a toujours vécu dans l'attente de cet événement. Maintenant, nous ne savons pas quand cela va se produire parce que dans Actes 1:7 Jésus l'a dit très clairement : «Il ne vous appartient pas de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de Sa propre autorité. » Fondamentalement, cela signifie, en clair, ce n’est pas notre affaire, c’est celle de Dieu. Et nous vivons dans l'espérance, sachant que le prochain grand événement messianique sera la venue de Jésus-Christ dans la gloire.

Et les gens sont rappelés. Par exemple, dans Luc 12, «Tenez-vous prêts, la ceinture aux reins et les lampes allumées. Vous aussi, soyez semblables à ces hommes qui attendent que leur maître revienne des noces, afin de lui ouvrir sitôt qu'il arrivera et frappera. » En d'autres termes, soyez prêt tout le temps. Verset 40 : «Vous aussi, soyez prêts, car le Fils de l'homme viendra à l'heure que vous ne pensez pas. » Et cela devance l'événement de la seconde venue, avec toutes ses parties composantes. Nous ne savons pas quand cela va arriver alors nous vivons tous dans l'espérance continue tout le temps. Alors, qu'est-ce qu'on apprend dans cette section merveilleuse d'ouverture : La nature essentielle du livre : le thème central, la source divine, les destinataires spécifiques, et le caractère prophétique.

Notons un sixième point, d'accord ? Appelons-le la prestation surnaturelle, la livraison surnaturelle. Nous remarquons ensuite au verset 1, et ceci est un point merveilleux, «Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses esclaves ce qui doit arriver bientôt ; il l'a signifiée en envoyant son ange ». Voici Sa prestation surnaturelle. Maintenant, cela doit intensifier mon intérêt. C'est quelque chose de très rare. Savez-vous quoi ? Ceci est le seul livre dans l'ensemble du Nouveau Testament qui a été livré et transmis par des anges. C'est merveilleux ! C'est distinctif ! C'est une situation très inhabituelle. Le Seigneur a choisi de porter le message de ce livre jusqu'à nous par des anges. Quel autre grande partie de la révélation a été livrée par des anges ? La loi de Moïse, n’est-ce pas ? Actes 7:53 : « vous qui avez reçu la loi communiquée par des anges et qui ne l'avez pas observée ! » Et maintenant, nous avons ce livre incroyable livré par des anges. Dans Apocalypse 22:16 alors qu’il se termine, nous lisons : «Moi, Jésus, j'ai envoyé mon ange pour vous apporter ce témoignage au sujet des églises. C'est moi qui suis le Rejeton et la Postérité de David, l'Étoile resplendissante du matin. » Ce livre est envoyé par un ange. Le mot envoyé, apostolos, à partir duquel nous obtenons le terme apôtre, donne l'idée d'un représentant chargé avec autorité pour une mission. Il a une mission angélique, un ministère angélique. En fait, il y a un ministère plus angélique dans ce livre que dans tout autre livre dans la Bible. Quand nous aurons terminé cette étude, vous connaîtrez réellement les anges. Dieu envoie des êtres angéliques pour apporter cette révélation de Jésus-Christ à Jean, à sa plume, et maintenant à nous. Il l'a envoyé et l’a communiquée par Ses anges. Les anges apparaissent dans presque tous les chapitres. Il suffit d'écouter cela. Ils sont dans les chapitres 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 14, 15, 16, 17, 18, 19 et 20. Ils sont partout, soixante-sept fois dans ce livre. Nous allons faire connaissance avec les anges.

Passons au numéro sept de notre petite liste, qui divise en quelque sorte cette introduction, et nous voyons un agent humain. À qui les anges apportent-ils le message pour qu’il soit écrit ? À qui les anges donnent-ils la vision ? À qui les anges donnent-ils la révélation? C'est marqué : «Communiquée par Son ange, à Son serviteur nommé Jean. » Par l'ange qui appartient au Christ au serviteur qui appartient au Christ, à savoir Jean. Et Jean est absolument subjugué. Il ne cesse d'être submergé. Regardez le chapitre 1 verset 9 : «Moi, Jean...» : C’est presque comme s’il disait, pouvez-vous croire cela ? Moi, Jean, je reçois ce genre de choses ? C'est presque comme s’il ne pouvait pas dire : «J'ai » ou "Je" et il doit dire « Jean », « c’est moi qui reçoit cela, c’est impensable ! » Dans le chapitre 21, il est encore un peu subjugué quand il dit : « Je vois la ville sainte », comme pour dire, pouvez-vous croire cela ? Chapitre 22, verset 8 : « Moi, Jean, je suis celui qui a entendu et vu ces choses. » Maintenant dites-moi quelque chose à propos de l'Évangile de Jean. Vous souvenez-vous de quelque chose quand vous avez étudié l'évangile de Jean ? Dans l'ensemble de l'Évangile combien de fois Jean se réfère-t-il à lui-même ? Aucune, c’est un gars humble. Mais ici il se nomme parce qu'il est en état de choc. Il a au moins quatre-vingts ans. L'année est 96 après J.-C. Il était adolescent lors du dernier repas en 33 après. J.-C. Nous sommes pas mal d'années plus tard, soixante-trois ans plus tard ; il doit avoir dans les quatre-vingts ans. Et il est exilé sur l'île de Patmos. C’est un vieil homme à Patmos, tout seul, et il ne peut tout simplement pas croire ce qu'il voit.

Le verset 2 nous parle de lui. « Qui a témoigné de tout ce qu'il a vu : la parole de Dieu et le témoignage de Jésus-Christ. » Je vais vous dire une chose à propos de Jean : quand il était jeune et quand il était vieux, c’était un témoin fidèle. Vous souvenez-vous quand il a écrit 1 Jean, comment il l’a commencé ? «Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont palpé, — il s'agit de la parole de la vie ». Il dit "je décris et je parle exactement comme je l'ai vu, exactement comme je l'ai entendu et exactement comme je l'ai ressenti quand je l'ai touché." C’est un vrai témoin ! Vous savez ce qu'est un témoin? C'est quelqu'un qui a vu quelque chose arriver et qui en parle ; c'est cela être un témoin. Je suis un témoin. J'ai vu une tentative de meurtre un jour. Je suis allé au procès. Ils m’ont dit : vous êtes un témoin, dites-nous ce que vous avez vu, entendu et ressenti, et je l'ai fait. Voilà ce qu’est un témoin. Et Jean était un témoin fidèle. Il a rendu témoignage à la Parole de Dieu. Il vit la Parole de Dieu qui vint à lui par ces visions portées par des anges. Et il a rendu témoignage, d'autre part, au témoignage de Jésus-Christ.

Par ailleurs, ce sont des synonymes. Du mieux que je peux discerner, vous lisez le livre de l'Apocalypse et vous trouvez ces deux mots ensemble plusieurs fois. Chapitre 1, verset 9, la Parole de Dieu et le témoignage de Jésus. Puis dans le chapitre 12, verset 17, puis au chapitre 19, verset 10, ils vont ensemble et ils semblent dire vraiment la même chose parce que la Parole de Dieu est le témoignage de Jésus. C’est le témoignage de Jésus-Christ envers Son église. Et c’est l'autre révélation qui se voit dans le reste du livre, du chapitre 4 à la fin : tout cela vient de Jésus-Christ. Vous dites : «Êtes-vous sûr de cela ? » Oui ! Le verset 16 du chapitre 22, «Moi, Jésus, j'ai envoyé mon ange pour vous apporter ce témoignage au sujet des églises. C'est moi qui suis le rejeton et la postérité de David, l'étoile resplendissante du matin. » Cela vient de Dieu, mais aussi de Christ. Et est-ce que nous nous attendons à ce que la Trinité soit mêlée ? Alors Jean rendit témoignage à la Parole de Dieu, et au témoignage venant de Jésus-Christ, et ce qu’il a vu exactement dans ces visions apportées par des anges, c’est exactement ce qu'il a écrit. Il est un témoin fidèle !

Nous arrivons maintenant à l'impact personnel de tout cela : le point suivant, numéro huit dans notre petite liste est Sa béatitude spirituelle. Cela est si merveilleux ! Le verset 3 devrait vraiment vous faire venir à l'église chaque semaine, n’est-ce pas ? « Heureux celui qui lit à haute voix les paroles de la prophétie, comme ceux qui les entendent et qui gardent ce qui y est écrit ! Car le temps est proche. » Heureux, heureux. Si vous écoutez ces versets lus à haute voix et expliques et vous les entendez avec des oreilles obéissantes en tenant compte dans votre vie, vous serez béni. Telle est la promesse de Dieu dans ce livre. Regardez à la fin du livre, chapitre 22 verset 7, car je veux vous montrer une promesse similaire. Le verset 7, «Je viens bientôt. Heureux celui qui garde les paroles de la prophétie de ce livre ! » Au début c’est la bénédiction ; à la fin c’est la bénédiction ; donc à la fois au début à la fin, il y a la promesse que nous sommes bénis.

Maintenant, permettez-moi d’aller un peu plus loin, d'accord ? Vous allez, si vous restez à l'écoute à travers toute cette série, noter beaucoup de ces bénédictions. Chapitre 1 : «Heureux celui qui lit ». Chapitre 14 : «Heureux les morts qui meurent dans le Seigneur ... » Chapitre 16, «Béni soit celui qui veille et garde ses vêtements», et nous expliquerons cela lorsque nous y arriverons. Chapitre 19 : « Bienheureux sont ceux qui sont ... invités au festin des noces de l'Agneau. » Chapitre 20 : « Heureux et saints » sont ceux qui ont « participé à la première résurrection. » Chapitre 22, « Heureux celui qui garde les paroles de la prophétie de ce livre. » Chapitre 22 encore : « Heureux ceux qui lavent leurs robes ». Beaucoup de bénédictions, en fait ! Je viens de vous lire sept bénédictions dans ce livre.

Maintenant, remarquez les trois verbes au verset 3 : lire, entendre, faire attention. Tous des participes présents, une action continue ! Et cela représente vraiment un service religieux. Vraiment ! Quelqu'un lit, quelqu'un entend, puis ils appliquent. Voilà ce qu'il vous demande de faire. Je vais vous donner la lecture qui comprend l'explication. Vous devez l'entendre et vous allez entendre la petite phrase : « Que celui qui a des oreilles entende, » encore et encore dans les chapitres 2 et 3. Vous devez apprendre à écouter. Je vais le lire et vous donner l'explication qui est inclus dans la lecture ; vous devez entendre et vous devez en tenir compte. C’est si précieux ! C’est le dernier mot de Dieu. Nous n'avons rien au-delà. Nous n'avons rien au-delà de l'Apocalypse.

Maintenant, je veux vous donner une petite note ici. Écoutez ! Tout au long du livre de l'Apocalypse, vous trouverez beaucoup de choses qui viennent par sept. Je viens de vous lire sept bénédictions qui en font partie. Il y a beaucoup de choses qui viennent par sept. C'est une chose très importante à noter. Il y a sept églises, sept esprits, sept chandeliers, sept étoiles, sept lampes, sept sceaux, sept cornes, sept yeux, sept anges, sept trompettes, sept tonnerres, sept mille, sept têtes, sept couronnes, sept anges, sept fléaux, sept coupes, sept montagnes et sept rois. Et puis, il y a d'autres, comme je vous l'ai dit, sept béatitudes bénies, sept années de jugement, sept divisions de chacune des lettres aux sept églises, sept « Je suis » sur le Christ, et sept doxologies au ciel. Et quand vous ouvrez le livre et vous regardez tout cela vous dites : «Il doit y avoir une raison à cela, n’est-ce pas ? » Tous ces sept ! Qu'est-ce que le sept ? Eh bien, vous pouvez retourner au livre de la Genèse et trouver. Je vais vous le lire. Genèse 2:3 : «Dieu bénit le septième jour et en fit un jour sacré, car en ce jour Dieu se reposa de tout le travail qu'il avait fait. » Si sept ne signifie rien d'autre, sept signifie que c’est fini. Sept est le nombre de l'achèvement. Sept est le nombre de la plénitude. Et tous les sept dans ce livre me disent que c’est l'achèvement. Voilà pourquoi, dans le chapitre 22, regardez les versets 18 et 19, «Moi, je l'atteste à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre : si quelqu'un y ajoute quelque chose, Dieu lui ajoutera les fléaux décrits dans ce livre ; et si quelqu'un retranche des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l'arbre de la vie et de la ville sainte décrits dans ce livre.» N’ajoutez rien ! C’est le livre des sept, le livre de la plénitude, la fin, quand Dieu a terminé.

Qu'avons-nous appris ? La nature essentielle du livre : c’est la révélation. Le thème central : Jésus-Christ. La source divine : Dieu. Les destinataires spécifiques : Ses serviteurs, à savoir les croyants. Le caractère prophétique : les choses qui doivent arriver bientôt. Sa livraison surnaturelle vient par des anges. Son agent humain est Jean. Sa béatitude spirituelle nous est indiquée au verset 3 : pour ceux qui entendent et font attention. Et tout cela est relié par le point suivant : l'urgence impérieuse. La fin du verset 3 : «Car le temps est proche. » Le temps est proche. Le mot temps ici, n’est pas chronos, qui est le temps de l'horloge, le temps de calendrier. Le mot est kairos, c'est le temps "épochal", les époques, les saisons... Le mot près, "engus", signifie simplement que la prochaine grande époque de l'histoire rédemptrice de Dieu est proche. C’est à l'horizon, c’est imminent ! Le chapitre 22, verset 6 réitère cela. « Il me dit : Ces paroles sont certaines et véritables ; et le Seigneur, le Dieu des esprits des prophètes, a envoyé Son ange pour montrer à Ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt ». Nous y sommes, c’est proche. Cela va arriver dans peu de temps. Le verset 10 du chapitre 22 dit: «Le temps est proche. »

Maintenant, vous voyez, ce que le Saint-Esprit cherche à faire est de forcer tout le monde dans l'église, à partir du moment où cela a été écrit, à vivre dans la lumière du fait que ce sera le prochain événement, et puisque nous ne savons pas quand cela va arriver, nous devons vivre comme si cela allait se passer dans un proche avenir. C'est un concept courant dans les Écritures. Dieu peut dire que c’est proche et pourtant quelqu'un va dire : Eh bien, deux mille ans sont passés..., est-ce que Dieu voulait vraiment dire ce qu'il a dit ? Oui, si vous comprenez que proche signifie "prochain événement". Et vous comprenez, deuxièmement, que ce qui peut sembler beaucoup de temps pour vous est très bref pour Dieu, car avec Lui un jour est comme mille ans et mille ans comme un jour. Et Jacques 5:8 utilise ce même mot - engus - ce même mot pour proche. « Soyez patients, renforcez vos cœurs ... l'avènement du Seigneur est proche. ». Deux mille ans ont passé, c’est toujours proche. En fait, c’est plus proche maintenant que jamais ! Vous souvenez-vous de Romains 16 : 20 ? Voilà une des grandes promesses. Romains 16 : 20 dit : «Le Dieu de la paix écrasera bientôt Satan sous vos pieds, » tacheos à nouveau, "bientôt". Eh bien, vous dites, deux mille ans se sont écoulés. Oui, mais c’est la prochaine étape. C’est après !

Et pourtant, même si c’est après et même si c’est proche, dans Luc 18 nous avons une note intéressante. Le Seigneur dit dans Luc 18, versets 7 et 8, «Entendez ce que dit le juge injuste : Et Dieu ne ferait-Il pas justice à ceux qu'Il a choisis, alors qu'ils crient vers lui jour et nuit ? Il les ferait attendre ? » En d'autres termes, tous les gens pieux pleurent à cause de la persécution et l'injustice : "Seigneur vient, s'il te plaît ; Seigneur vient, s'il te plaît." Et dans le verset 8, Jésus dit : « Je vous le dis, il leur fera justice bien vite. Mais quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » Il y a ce même concept : après, rapidement, bientôt. « Cependant, quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » Qu'est-ce que cela veut dire ? Cela signifie que le délai pourrait être si long que les gens vont commencer à croire qu’Il ne viendra pas du tout. C’est proche, c’est après, mais cela peut être retardé si longtemps que les gens vont se demander s'Il va venir. Est-ce que les moqueurs ont capté cela ? C’était juste une question de quelques mois à peine et ils disent : «Où est le signe de Sa venue ? » Il n’est pas venu dans 2 Pierre. Mais Il viendra. Il n'y a pas de doute à ce sujet, et Sa venue est la prochaine étape dans la planification rédemptrice. Et ne laissez pas ce seul fait échapper à votre connaissance que pour le Seigneur, un jour est comme mille ans et mille ans comme un jour. Deux mille ans, ça ne fait que deux jours pour Dieu. Il arrive !

Maintenant, cela nous amène à un dixième point. Ceci est merveilleux, toujours dans l'introduction. C’est une bénédiction trinitaire. Franchement, c’est si accablant qu'il doit y avoir une certaine note de louange au tout début, et nous allons voir cela dans un moment. Mais avant la louange -- nous serons obligés d'attendre la semaine prochaine pour y entrer effectivement -- nous avons besoin de regarder la bénédiction qui vient dans les versets 4, 5 et 6, de prendre cette grande vérité de la venue du Christ pour l'appuyer à nouveau comme nous voyons dans le verset 3 avec l'idée de la béatitude. Verset 4 : « Jean, aux sept Églises qui sont en Asie », qui est l'Asie Mineure, la Turquie moderne, sept églises qui se trouvent dans la moitié ouest de l'Asie Mineure... Elles sont nommées dans le verset 11, les voyez-vous là-bas ? Ephèse, Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie et Laodicée. Ces églises étaient les bénéficiaires terrestres directes de cette lettre. Nous allons étudier ces sept villes et ces sept églises en détail alors que nous entrons dans les chapitres 2 et 3. Ensuite vient le message d'accueil standard pour eux, « A vous grâce et paix. » Et voici l'incroyable, la bénédiction trinitaire, c’est tout simplement Dieu qui déverse sur nous Son amour. Grâce, « la paix de Celui qui est, qui était et qui est à venir, et des sept esprits qui sont devant Son trône, et de Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de La terre. A celui qui nous aime et nous a libérés de nos péchés par Son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu Son Père. » Arrêtons-nous là !

C’est la Trinité, mes amis. Cette chose commence par une bénédiction incroyable de la Trinité. La bénédiction signifie bénir. Voici la grâce et la paix qui vient de la Trinité tout entière à ces sept églises et aux vrais croyants ! Donc, c’est une lettre d'amour. Dieu vous envoie Sa bénédiction. Le Saint-Esprit vous envoie Sa bénédiction. Jésus-Christ vous envoie Sa bénédiction. Les trois membres de la Trinité envoient la grâce et la paix. Écoutez bien, c’est leur souhait pour vous d’avoir la grâce. C’est la volonté de Dieu ; c’est le désir de l'Esprit ; c’est le souhait du Fils. C’est leur souhait que vous ayez la paix. C’est la volonté de Dieu ; c’est le désir de l'Esprit ; c’est le souhait du Fils. Je vous promets une chose, s'Ils le souhaitent, vous l'aurez, c'est la bénédiction.

D'abord Dieu est identifié : « De celui qui est, qui était et qui est à venir. » C'est le Dieu éternel, la source de toute bénédiction, de toute grâce et de toute paix et je ne peux pas résister à vous montrer quelque chose de très fascinant. Cela montre Dieu dans les dimensions du temps mais Il est intemporel parce que c'est la seule façon dont nous pouvons Le comprendre. Il est éternel, Il était, Il est, Il est à venir, en regardant le passé, le présent et l'avenir. Ce titre est utilisé plusieurs fois. Regardons le verset 8 : à nouveau Dieu est décrit comme Celui qui est, qui était et qui vient, le Tout-Puissant ! Regardez le chapitre 4, verset 8 : «Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, Celui qui était, qui est et qui vient ! » Chapitre 11, verset 17, deuxième partie du verset : «Nous te rendons grâce, Seigneur Dieu, Tout-Puissant, toi qui es et qui étais... » Quoi ? Quelque chose manque, qu’est-ce que c’est ? «Qui doit venir » manque ? Pourquoi ? Parce qu'avant votre arrivée ici, devinez quoi ? Il est venu. Chapitre 16, ce n’est plus le futur. Chapitre 16, verset 5 : « J'entendis l'ange des eaux dire : Tu es juste, Toi qui es et qui étais, Toi, le Saint, puisque Tu as jugé ainsi. » N’est-ce pas formidable ? Il est venu, donc nous n’avons plus à dire «qui doit venir». C’est le Dieu éternel qui nous envoie la grâce et la paix.

Puis Jean avance vers le deuxième membre de la Trinité, verset 4 : «de la part des sept esprits qui sont devant son trône. » Vous dites : «Attendez une minute, je pensais qu'il y avait un Saint-Esprit. » Bien sûr ! Vous dites : «Eh bien, pourquoi il y a sept Esprits ici ? » Eh bien, plusieurs réponses sont possibles à cette question. La première c’est que sept est le nombre de la plénitude et donc ce verset parle de la plénitude du Saint-Esprit. Une autre est que, dans Ésaïe, chapitre 11, verset 2, il y a une merveilleuse déclaration au sujet de l'Esprit Saint. Il dit: «Le souffle du SEIGNEUR reposera sur Lui : souffle de sagesse et d'intelligence, souffle de conseil et de vaillance, souffle de connaissance et de crainte du SEIGNEUR. » Là, vous avez sept aspects de l'Esprit Saint. Il est l'Esprit du Seigneur, l'Esprit de sagesse, l'Esprit de compréhension, l'Esprit de conseil, l'Esprit de force, l’Esprit de connaissance et l'Esprit de la crainte du Seigneur. Voilà le septuple ministère de l'Esprit.

C’est également possible que Zacharie puisse être dans l'esprit de Dieu alors que cette salutation est envoyée. Zacharie, chapitre 4, et je ne vais pas prendre le temps d'en parler en détail, mais c’est possible que l'idée des sept esprits remonte à Zacharie, chapitre 4, versets 1 à 10. Dans le verset 2, «Que vois-tu ?» et je dis : «Je vois un porte-lampes tout en or avec un réservoir à son sommet et sept lampes dessus. Il y a sept becs sur les sept lampes qui sont à son sommet ». Maintenant, voici ces sept : sept lampes. Avez-vous déjà vu une menora juive avec des courbes ? Il y a sept bougies, une au milieu et trois de chaque côté. Ils en ont une en face de la Knesset, c’est le Parlement, une énorme menora à Jérusalem. Au verset 10, encore une fois une idée similaire : les sept lampes sont les yeux du Seigneur qui vont sur toute la terre. Vous dites : «Eh bien maintenant, cela pourrait-il être une référence au Saint-Esprit ? » Oui, c'est possible parce qu’au milieu de ce passage se trouve cette déclaration, « ni par force, ni par la puissance, mais [Quoi?], par Mon Esprit, » verset 6.

Apocalypse 4 et 5, franchement, portent un symbolisme très semblable à Zacharie 4. Le travail du Saint-Esprit est très important dans Zacharie, chapitre 4. Et donc il y a un lien. Si vous regardez Apocalypse 5:6, le passage parle des sept yeux, qui sont les sept Esprits. C'est presque une interprétation de Zacharie 4. Zacharie parle de sept lampes ; c’est la lumière de Dieu. Il parle de sept yeux qui sont l'Esprit. Vous voyez à peu près la même chose dans le chapitre 5, et il se pourrait que la meilleure connexion soit dans Zacharie, chapitre 4. Dans tous les cas, si c’est la plénitude de l'Esprit, les sept Esprits d'Ésaïe 11 ou ces sept lampes, le concept des sept yeux de Zacharie 4 répété dans Apocalypse 5, font référence à l'Esprit Saint. Et donc, merveille des merveilles, encore une fois, nous disons qu'Il est le Saint-Esprit dans toute Sa gloire, l'Esprit Saint dans toute Sa plénitude qui nous envoie la grâce et qui nous envoie la paix. N’est-ce pas merveilleux ? Si nous appartenons à l'Église, si nous appartenons à Dieu, si nous appartenons au Christ, le Père et l'Esprit nous envoient leurs vœux pour la grâce et la paix. Et puis Jean avance vers le membre restant de la Trinité. La Grâce et la paix de Jésus-Christ, verset 5, le témoin fidèle, le premier-né des morts et le prince des rois de la terre, quelle description glorieuse, absolument palpitante !

Et il prend un peu plus de temps avec le Christ qu'il l'a fait avec l'Esprit ou avec le Père parce que, après tout, Jésus-Christ est le thème. Il domine le livre. Le livre entier est une vision du Christ envoyé aux persécutés, aux chrétiens découragés en Asie Mineure qui souffrent énormément. Et ce fut pour les encourager à l'avenir. Et la première chose qui les encouragerait serait que Dieu l'Eternel ne les oublie pas, mais leur envoie la grâce et la paix. La deuxième chose qui les encouragerait serait que Dieu, le Saint-Esprit, les aime et leur envoie la grâce et la paix. Il ne les a pas oubliés. Et la troisième et la plus merveilleuse, c’est que le Fils, Jésus-Christ, ne les a pas oubliés. Il leur envoie la grâce et la paix. Et qui est-Il ? Jean dit qu'Il est le témoin fidèle. Ésaïe 55:4 prophétise que le Messie serait un témoin pour la population. Un témoin fidèle c’est celui qui dit toujours la vérité et le Christ dit toujours la vérité, toujours le témoin fidèle, qui ne dévie pas de ce qui est vrai. En fait, dans le chapitre 3, verset 14, il est appelé «l'Amen, le témoin fidèle et véritable. » Dieu dit de Lui dans le Psaumes 89 : «Il est un témoin fidèle, » et je crois que ce message ici sur le Christ vient du Psaume 89. Si vous lisez le Psaume 89, versets 27 et 37, vous pouvez le voir. Le Messie sera un témoin fidèle. « A cette fin, je suis né», dit Jésus dans Jean 18:37, « Il faisait froid ; c'est pourquoi les serviteurs et les gardes avaient allumé un feu autour duquel ils se tenaient pour se réchauffer. Pierre aussi se tenait avec eux et se réchauffait.» Jésus envoie Son témoignage dans ce livre et c’est un témoin fidèle.

Le deuxième titre qu’il Lui donne est « le premier-né des morts. » Que veut-il dire par cela ? Le premier né ne signifie pas qu'Il est le premier à avoir été ressuscité des morts. Non, d'autres l’ont été dans le temps devant Lui. Mais cela signifie que de tous ceux qui ont déjà été ressuscités, Il est Celui par excellence. Le premier né, prototokos, signifie prééminent ; que de tous ceux qui ont été ressuscités avant ou après, Il est Celui par excellence. Encore une fois, Psaumes 89, verset 27 : «Lui, il m'invoquera en disant : Tu es mon père, mon Dieu, le Rocher de mon salut ! » c'est à dire, mon héritier. Ce livre est l'histoire de cet événement. Ce livre est le témoignage d'un témoin fidèle. Ce livre est l'histoire de Dieu exaltant le prototokos, le chef de tous ceux qui ont été ressuscités des morts.

Et puis Il lui donne un troisième titre, « le Prince des rois de la terre. » Le mot maître est archon. Cela signifie le Maître. Dans certaines traductions c’est le mot prince. Mais Maître, un terme plus générique, est mieux. Il le fera Prince des rois de la terre. En fait, dans Apocalypse 19:16, Il sera le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs. Et quel roi ! Daniel 4:37 l'appelle «le Roi des cieux. » Matthieu 2:2 « le Roi des Juifs », Jean 1:49, «le Roi d'Israël. » 1 Timothée 1:17, le Roi des âges. Psaumes 24:7, « le Roi de gloire. » Apocalypse 15:3, « le Roi des saints.» Et enfin : « Le Roi des rois ».

Maintenant, regardez ces trois titres. Un témoin fidèle parle de Son passé. Pour ce que Dieu a à dire dans le passé, Il donne un témoignage fidèle. Le Seigneur Ressuscité : qui est le prototokos, le chef de tous ceux qui ont été ressuscités, c’est Son rôle actuel ou présent. Et Maître des rois de la terre : Son avenir. Il est le témoin fidèle à la vérité de Dieu. Et Son témoignage est vrai. Il est le chef de tous ceux qui ont été ressuscités, actuellement, dans la gloire de la résurrection et Il est assis à la droite du Père. Et un jour à l'avenir Il sera le Maître de tous les rois de la terre. Et nous verrons toute cette future gloire dépliée. C’est vrai aussi qu'Il deviendra ce souverain parce qu'Il est le chef de tous ceux qui ont déjà été ressuscités, et Il deviendra ce Maître parce qu'Il a été un témoin fidèle. Ceci est remarquable, dans cette merveilleuse lettre, la Trinité nous envoie une bénédiction.

Et cela nous amène à une dernière perception. Nous avons vu la nature essentielle du livre, le thème central, la source divine, les destinataires spécifiques, le caractère prophétique, la livraison surnaturelle, l'agent humain, la béatitude spirituelle, l'urgence impérieuse, la bénédiction trinitaire. Voici la dernière : Sa doxologie exaltée ! Jean ne peut pas se contenir, il ne peut pas. Je veux dire, il vient d'écrire seulement ces six versets et il ne peut se contenir. Comment peut-il conclure au verset 6 ? « A lui soit la gloire et la puissance, aux siècles des siècles. » Pourquoi dit-il cela ? Parce que Jésus-Christ est Celui « qui nous aime et nous a libérés de nos péchés par son sang - et il a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour son Dieu et Père [et ainsi] – A Lui soit la gloire et la puissance, aux siècles des siècles. Amen. » Ceci est un hymne de louange exaltée ! C’est vers « Celui qui nous aime, » au présent, s'il vous plaît, un amour qui demeure. Paul ne dit rien ne nous séparera de l'amour du Christ. L'amour de Dieu n’est pas une expérience passée. C’est une réalité présente. Et Son amour pour nous à ce moment présent est une force aussi complète que quand Jésus est mort au Calvaire. Il nous a aimés quand nous Le détestions, et Il continue à nous aimer maintenant que nous Lui appartenons. Il nous aime.

Et dans le passé, à la croix : « Il nous a libérés de nos péchés par Son sang. » Le sang : un terme faisant référence à son œuvre expiatoire entière. Quand vous voyez la référence au sang du Christ dans l'Écriture, c’est une référence à Sa pleine expiation. Le sang signifie la mort, et dans le cas du Christ, le sacrifice, c'est la mort expiatoire pour le péché. Par Sa mort, Son œuvre expiatoire sur la croix, Il nous a libérés de nos péchés. Quelle grande vérité !

Ce n’était pas seulement une chose négative. Ce n’était pas seulement ce de quoi Il nous a sauvés. Mais regardez le positif au verset 6 : «Il a fait de nous un royaume. » Qu'est-ce que Jean veut dire par là ? Eh bien, nous constituons un royaume maintenant. Nous avons un Roi et nous avons la vie commune en vertu de ce Roi, nous sommes sous Son autorité. Ceci est une désignation collective pour tous les croyants. Nous qui croyons sommes tous dans ce sphère sous la domination de Dieu par le Christ, et nous entrons dans ce royaume par la foi en Jésus-Christ. Il nous aime ! Il nous aime tellement qu'Il nous a libérés de nos péchés par Son sang, par le biais de Son expiation sur la croix. Il nous aime tellement qu'Il a fait de nous une communauté de saints pour toujours, liés ensemble dans les limites d'un royaume sur lequel Il règne ; et nous aimons Son règne d’amour et Son amour souverain, Sa protection toute-puissante. Il nous a donné, pour ainsi dire, le privilège d'être gouvernés par le Roi des rois tout en régnant avec Lui.

En outre, dit Jean, Il a fait de nous des «prêtres pour Dieu et Son Père. » Après avoir été libérés de nos péchés, nous sommes devenus un royaume, une partie d'un royaume où nous sommes entrés par la foi ; nous sommes sous Sa domination. Nous sommes également devenus prêtres. Qu'est-ce que ça veut dire ? Nous avons maintenant un accès direct à Dieu, n’est-ce pas ? Un prêtre était celui qui avait le droit d'entrer dans la présence de Dieu. En Israël, le prêtre et seul le prêtre pouvait entrer dans le lieu saint et une fois par an, le grand prêtre dans le Saint des Saints où était Dieu. Nous sommes maintenant tous les prêtres. Voilà pourquoi nous disons que nous croyons au sacerdoce des croyants ; nous entrons dans le lieu saint. Nous avons tous accès à Dieu. Oh quel Sauveur nous avons ! Pas étonnant que Jean dit : «A celui qui nous aime et qui nous a libérés de nos péchés par Son sang, puis fait de nous un royaume » sur lequel il règne, et nous a fait des prêtres qui ont un accès immédiat et direct avec Dieu le Père «  A Lui soit la gloire et la puissance, aux siècles des siècles. » Que veut-il dire ? Il signifie que Celui qui nous a donné tout cela est digne de recevoir la louange éternelle, la gloire éternelle, la souveraineté éternelle. Voilà ce que signifie le mot domination. En fait, ce serait une injustice interne s'Il n'avait pas eu la gloire et s’Il n'avait pas reçu la domination pour toujours.

Et puis il ajoute cette merveilleuse réponse solennelle, amen ! Cela signifie, « Qu’il en soit ainsi. » Et Jean conclut Son introduction et ainsi il nous balaye dans l'avenir pour saisir la richesse de ce livre incroyable. Et il ne peut même pas sortir de son introduction sans être perdu dans la louange. Ce livre, bien-aimés, donnera à Celui qui nous aime et Celui qui nous a libérés de nos péchés par Son sang, Celui qui a fait de nous un royaume et des prêtres devant Dieu, ce livre Lui donnera la gloire et la puissance qu'il mérite pour toujours. Et je crois que lorsque nous avons compris cela, nous atteindrons un nouveau niveau exalté de capacité à louer le Christ. Et nous pouvons dire avec Jean, un chaleureux Amen !

Père, nous te remercions pour l'ouverture de la porte de ce livre ce soir, et nous sommes prêts à entrer. Nous chantons déjà les louanges du Christ. Nous sommes tous prêts à dire qu’Il mérite la gloire et qu’Il mérite la domination. Nous sommes prêts à chanter, « Digne est l'Agneau qui a été immolé, de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse et la force, l'honneur, la gloire et la bénédiction. » Nous sommes prêts à faire tout cela et nous ne faisons que commencer. Remplis nos cœurs, Père, avec l'anticipation de ce que nous allons apprendre quand nous verrons la gloire du Christ venir. Et nous prions en Son nom. Amen.

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

Donation:
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize