Grace to You Resources
Grace to You - Resource

C'est toujours une joie particulière pour moi de venir à la saison de Noël et d'avoir la possibilité de me concentrer sur le message simple et profond de la naissance du Christ. Vous savez, c'est une ironie assez conséquente en Amérique que nous célébrions la naissance de quelqu'un que nous refusons de reconnaître. Une sorte de curiosité ! Nous avons les anniversaires de George Washington et d'Abe Lincoln en même temps ; ils doivent partager un jour. Martin Luther King a son propre jour et à ma connaissance, car je n'ai jamais entendu parler de quelqu’un de l'ACLU « L’Union Américaine pour la Liberté Civile » qui ai poursuivi quelqu'un pour avoir célébré la naissance de ces trois personnes, cela me sidère que, dans aucun contexte public, ou en aucun lieu publique, nous ne puissions célébrer la naissance de Jésus-Christ. Nous ne pouvons pas chanter Son éloge ou énoncer Son caractère unique sans la menace d'un procès ou d'une interdiction. Or la vérité, c'est que personne ne veut arrêter la célébration. Ce n'est pas l'idée, pas celle du monde commercial en tout cas, ils veulent en tirer de l'argent.

Pas le gouvernement non plus, car ils ont besoin des taxes que l'achat, la vente et les voyages produisent, ni les fêtards, ils veulent le plaisir. Si nous pouvions simplement avoir la fête sans Jésus, tout le monde serait heureux. L'anniversaire de Jésus, franchement, est devenu très utile. Il a une immense valeur pragmatique si vous pouvez simplement garder Jésus en dehors. Vous pourriez avoir l'impression d'après tout ceci, que Jésus est une personne insignifiante, le produit du fantasme de chrétiens bien intentionnés ou un personnage d'antiquité archaïque qui a été embelli au cours des années pour devenir quelque chose qu'il n'a jamais été et que nous ne faisons que Le présenter comme il aurait dû être.

Jésus est-il moins important que George Washington, Abraham Lincoln ou Martin Luther King ? Est-ce que Jésus est quelqu'un pour qui nous ne devrions pas faire autant de bruit ni sûrement pas trop débattre du caractère de Sa vie et de ce qu'Il a dit et de ce pourquoi Il est venu. Jésus est-Il quelqu'un pouvant être poussé à l'arrière-plan ? Devrions-nous continuer la fête et oublier la personne à qui elle est dédiée ? Est-il insignifiant ? Les personnes qui veulent proclamer le Christ et chanter Ses louanges doivent-elles être réduites au silence ?

Eh bien, l'apôtre Paul veut nous aider à comprendre qui est Jésus. Et je veux que vous regardiez votre Bible au chapitre 1 de la lettre aux Colossiens. De tous les passages de l'Écriture que nous aurions pu lire pour apprendre la réalité de l'enfant qui était Dieu, aucun n'est plus grand que celui qui se trouve dans le premier chapitre de la lettre aux Colossiens. Je veux vous le lire à partir du verset 15. Écoutez ce que la Bible dit à propos de Jésus-Christ. « Il est l'image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par Lui et pour Lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en Lui. Il est la tête du corps de l'Église; Il est le commencement, le premier-né d'entre les morts, afin d'être en tout le premier. Car Dieu a voulu que toute plénitude habitât en Lui. »

Chacune de ces déclarations faites du verset 15 au verset 19 est absolument exclusive. Elles sont vraies pour lui et pour personne d'autre. Et la somme de toutes ces déclarations se trouve à la fin du verset 18 où il est dit qu’Il doit avoir la première place en tout. Personne d'autre n'est à l'image du Dieu invisible. Personne d'autre ne peut être le premier né de toute la création. Personne d'autre ne peut être le Créateur des choses du ciel et de la terre, des choses visibles et invisibles. Personne d'autre n'est assis au-dessus des trônes et des dominations, des dirigeants et des autorités ; personne d'autre n'est au-dessus de tout ni ne rassemble tout. Personne d'autre n'est à la tête du corps, l'église, le commencement, le premier-né. Personne d'autre n'est empli de plénitude pour le plaisir du père. Ce sont des vérités absolument exclusives. Et ce qu'elles nous disent, c'est que Jésus-Christ est tout à fait unique. Il n'y a personne comme lui. Il est au-delà de tous les autres. Il est infiniment au-delà de tous les autres et si nous devons offenser quelqu'un pour son anniversaire, mieux vaut un homme que l'homme divin.

Nous lisions il y a peu de temps le récit qui parle de l'humble naissance de Jésus-Christ dans l'Évangile de Luc. Il était couché dans une mangeoire, le lieu d'alimentation dans une étable. Le vêtement humble qui enveloppait son petit corps n'a jamais été destiné à être une façade tranquille pour cacher la réalité de la naissance de Dieu le Fils. Bien que le monde ait tenté de le faire croire, c'était vraiment une démonstration de bienveillance, une attitude de serviteur, d'humiliation. Franchement, les personnes qui ont essayé de trouver dans les accoutrements de Noël la simplicité et l'humilité masquant la réalité, ont du mal à expliquer comment un événement si humble puisse être l'événement le plus connu sur la face de la terre. Si Jésus n'était pas si unique, pourquoi avons-nous fixé notre calendrier historique à partir de Sa naissance ?

Il me semble que toutes les protestations à propos de Jésus, toute la banalisation de Sa naissance sont comme une confession que Shakespeare a commentée quand il fait dire à l'un de ses personnages : « Je pense que vous protestez trop ». La trahison d'un motif méchant ! La vérité est, comme le dit l'ange, que c'est Jésus qui sauvera Son peuple de ses péchés et comme l'a dit le prophète, il sera appelé Emmanuel, ce qui veut dire Dieu avec nous. La vérité est que ce que vous avez en la naissance du Christ est un Sauveur qui est Dieu ayant pris la forme humaine. Dieu est entré dans notre monde perverti par le péché sans en être contaminé. Il a pris notre culpabilité, Il a porté nos douleurs, il a porté nos chagrins. Il a été blessé pour nos transgressions. Il a été meurtri pour nos iniquités. Il a été élevé sur la croix pour notre justification. Il est monté au ciel pour intercéder pour nous, pour nous préparer une place et Il reviendra nous chercher pour être avec Lui pour toujours. C'est Emmanuel, c'est Dieu avec nous. Offenser l'enfant de Noël, c'est blasphémer contre le Dieu des Cieux. Il est unique, personne n'a jamais été comme Lui. Personne ne le sera jamais.

Dans le livre de l'Apocalypse, Jean a une expérience étonnante au chapitre 5, car il est pris d'une vision et se retrouve littéralement dans la salle du trône des cieux et dans la présence de Dieu. Il voit Dieu assis sur un trône et dans la main de Dieu se trouve un rouleau. Ce rouleau représente le titre de propriété de l'univers. L'univers en ce moment est entre les mains d'un usurpateur, de Satan, l'ennemi numéro un de Dieu et le destructeur des âmes. Satan est maintenant le Dieu de ce monde, le souverain de cet âge, mais Dieu a été vu dans Apocalypse 5, tenant le titre de propriété de la terre et de l'univers à la main et disant : Qui est digne de prendre le titre de propriété et d'ouvrir son sceau et de reprendre le monde et l'univers. Comme Jean regardait, la totalité du ciel et de la terre est balayée et personne n'est trouvé digne, absolument personne. Aucun grande intellectuel, aucune grand académicien, aucun grand chef militaire, aucun grand monarque, de dirigeant, de roi, d'empereur, aucun grand homme religieux… Personne n'est trouvé digne et Jean commence à pleurer. Il pleure parce que personne n'a l'autorité ou la capacité de se lever pour reprendre l'univers à l'usurpateur. Mais au milieu de ses larmes, il discerne quelqu'un qui s'avance depuis le trône, quelqu'un qui est à la fois un agneau et un lion, ce n'est autre que Jésus-Christ ; il atteint la main du Père et Il prend le rouleau.

Dans tout l'univers, Il est le seul à en être digne. Dans tout l'univers, Il est le seul à avoir cette autorité et cette capacité. Il n'y en a pas deux comme Lui. Et si jamais il y a une célébration pour qui que ce soit, il devrait y en avoir une pour Lui. L'exclure de la célébration est le type de blasphème le plus profond. Il est Dieu qui s'est fait chair pour sauver l'humanité. Mais pour voir la grandeur de Sa personne, il suffit de revenir au texte que nous lisons. Maintenant, je dois vous avouer que j'ai eu une petite lutte dans mon coeur entre ce texte et la lettre aux Hébreux, Hébreux 1: 1 à 3, alors je vais mentionner Hébreux 1: 1 à 3 en passant, d'accord ? Parce que ces textes sont si parallèles ! Et je veux que vous voyiez le portrait peint par l'apôtre Paul sous l'inspiration du Saint-Esprit qui nous donne une série de traits qui dévoilent Jésus-Christ et chacun de ces cinq traits représente une relation particulière. Nous voyons le Christ et Sa relation avec Dieu, puis Sa relation avec l'univers créé, puis avec le monde invisible, puis avec l'église et ensuite avec toutes les autres révélations. Commençons par Jésus dans Sa relation avec Dieu. Verset 15, il est l'image du Dieu invisible, le premier né de toute la création. Maintenant, vous avez besoin d'un peu de contexte. Je ne prendrai pas longtemps mais, pour vous aider à comprendre le cadre, l'église de Colosse a été confrontée à des erreurs religieuses typiques tout comme les églises le sont aujourd'hui. Il y avait de faux prophètes tout comme aujourd'hui. Les gens prêchaient des mensonges comme si c'étaient des vérités religieuses. Et il y avait un groupe de ces prophètes religieux qui pensaient détenir la connaissance absolue, la connaissance supérieure. Ils étaient des intellectuels spirituels supposés de leur époque. Ils pensaient que le christianisme était une religion communément banale et de bas niveau et qu'ils avaient plutôt une religion bien supérieure.

Ils se croyaient l'élite spirituelle, l'élite théologique, l'élite intellectuelle et ils ont déformé les Écritures dans leur quête d'une position supérieure. Or, juste pour vous donner une brève compréhension qui vous aidera à comprendre le contexte, ils croyaient que la création était le fait du mal. Ils croyaient qu'un être maléfique avait créé l'univers et que tout ce que le mal avait engendré était le mal. Par conséquent, la matière était mauvaise. Toute chose était mauvaise. Tout ce qui était physique était le mal. Ils croyaient que l'esprit était bon. Tout ce qui était invisible et intangible était bon, alors Dieu n'aurait jamais pu s'incarner dans un corps. Cela l'aurait obligé à intégrer le mal en Lui. Et Dieu, qui est bon, ne l'aurait jamais fait. En fait, Dieu, qui est bon, n'aurait jamais rien créé. Qui a créé donc ? Eh bien, ils disent que Dieu a créé une série d'imitations de Lui-même ou d'êtres appelés « anges » à partir de Lui-même et à partir d'une ligne de création presque infinie de Lui-même et Dieu est loin, très loin et alors qu'il répandait ces émanations, ils ont continué à descendre l'échelle et, à un moment donné, ils ont dépassé le point de ce qui est bien et ils sont entrés dans le mal. Et l'un de ces êtres malfaisants a créé la matière.

C’était un ridicule sous-dieu maléfique et à présent, le reste de l'histoire de l'humanité est composée de gens qui essaient de lutter contre la stupidité de ce sous-dieu qui a créé la matière et a souillé un monde spirituel parfaitement sain. Jésus ne pourrait jamais être Dieu fait chair parce que le vrai Dieu est bon et qu'Il ne voudrait pas toucher la chair. Celui qui est de chair représente le mal. Jésus, disaient-ils, était l'une de ces bonnes émanations et Jésus ne prendrait jamais une forme physique parce qu'Il ne s'associerait jamais au mal. Donc, Dieu n'est pas le Créateur, Jésus n'est pas le Dieu Créateur, Dieu ne s'incarnerait pas sous une forme humaine et Jésus encore moins.

Paul écrit à l'encontre de ces idées et il leur dit simplement que Jésus est le reflet du Dieu invisible. Au verset 16, par Lui, toutes choses ont été créées. Débarrassez-vous de ce système ridicule que vous avez développé et comprenez ceci. Il y a un seul Dieu et Il est le Créateur et ce seul Dieu est venu au monde sous la forme de Jésus fait chair. C'est la vérité ! En ce qui concerne Dieu, Jésus est le reflet du Dieu invisible. Il est Sa réplique, Son icone vivante. Il est Sa reproduction. Dans Hébreux, chapitre 1 et verset 3, il est dit, et c'est vraiment la même chose : Jésus est l'éclat de la gloire de Dieu et la représentation exacte de Sa nature. Il est l'éclat de la gloire de Dieu ! C'est-à-dire, il est le rayonnement de Dieu. Il est, dit l'écrivain de l’Epître aux Hébreux, l'exacte représentation de Dieu en personne. Il n'en est pas seulement l'éclat, mais il en est l'essence, la substance.

Ce terme, "image" est le terme grec classique pour un moule ou une empreinte. C'est une réplique de Dieu. Il est la reproduction exacte de Dieu. Comme Jean nous l'a dit dans son récit de la naissance de Christ, nous avons vu Sa gloire et quelle gloire était-ce ? La gloire du seul Être engendré d'un Père plein des mêmes attributs, qui sont les caractéristiques de Dieu. Paul écrit dans Philippiens 2 disant, Christ existait sous la forme de Dieu. Mais Il se dépouilla de cela et vint sous la forme d'un homme. Il est la copie précise, la reproduction, la réplique de Dieu. Il est la substance même et l'essence de Dieu. Il est l'éclat de la brillante gloire de Dieu sous forme humaine. C'est pourquoi Il pouvait dire dans Jean 14: 9, si vous M'avez vu, vous avez vu le Père. En fait, Il n'est pas seulement un aperçu de Dieu, au verset 9 et chapitre 2, dans Colossiens il est dit : en Lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité. Et dans le verset 19 du chapitre 1, Dieu a voulu que toute plénitude habite en lui. Dans 2 Corinthiens 4: 4, Paul dit : Christ, qui est l'image de Dieu. Il est une manifestation complète et révélatrice de Dieu. Paul veut que ce soit clair qu'il n'y ait pas d'équivoque quant à l'identité de Jésus-Christ. Il est Dieu fait homme. Ce n'est pas déraisonnable si vous regardez la vie du Christ. Pensez-y de cette façon, si Dieu était un homme, à qu'attendrions-nous de Lui?

Eh bien, si Dieu était homme, voici ma liste. Je m'attends à ce qu'Il soit sans péché. Jésus l'était. Il était en tous points tenté comme nous le sommes mais sans péché. Même Pilate qui trônait en tant que Son juge, après tout le tohubohu qui avait eu lieu, est venu à cette conclusion, je ne trouve en Lui quoi? Aucune faute ! Le centurion romain est arrivé à la même conclusion, de même que le voleur sur la croix. Personne ne pourrait jamais porter une accusation contre lui. Du procès devant Anne, du procès devant Caïphe, du procès devant Hérode puis jusqu'à Pilate, personne n'a pu trouver quoi que ce soit. Si Dieu était un homme, je m'attendrais à ce qu'il soit sans péché.

Les chroniques de l'histoire et l'affirmation du témoignage apostolique et la vérité sont que Jésus était sans péché. Si Dieu était homme, je m'attendrais à ce qu'il parle avec les mots les plus profonds et les plus grands jamais prononcés, n'est-ce pas? Jésus l'a fait.

Un commentaire de ses détracteurs était, nous n'avons jamais entendu qui que ce soit parler comme ça, et chaque fois qu'Il prêchait, ils étaient absolument stupéfaits. Si Dieu était un homme, je m'attendrais aussi à ce qu'il exerce une profonde influence sur la nature humaine. Il l'a fait. L'impact de Jésus-Christ sur l'humanité est sans égale. En fait, regardez simplement les disciples, qui étaient des personnages communs bafouillant la plupart du temps, qui avaient apparemment du mal à comprendre certaines des questions fondamentales de la théologie et de la vérité, mais le pouvoir de la vie de Jésus les a transformés en personnes qui ont changé le monde. Et encore maintenant, Il transforme les gens de cette façon.

De l'influence ! S'il était Dieu, je m'attendrais à ce qu'il ait ce genre d'influence. Maintenant, si Dieu était un homme, je m'attendrais aussi à ce qu'il fasse des miracles. Jésus l'a fait, à maintes reprises, publiquement, indiscutablement, considérablement, prolifiquement, et si Dieu était un homme, je m'attendrais à ce qu'Il connaisse l'avenir. Jésus le pouvait. Il a prédit des choses sur Lui-même, des choses sur la nation d'Israël, des détails sur l'avenir, sur la fin du monde. Si Dieu était un homme, je m'attendrais à ce qu'Il nous montre à quoi ressemblerait Dieu. Il l'a fait. Nous avons vu en Lui l'amour, la gentillesse, la miséricorde et la grâce qui étaient absolument et totalement au-delà de tout ce que tout être humain pourrait expérimenter.

Et nous avons vu en Lui un niveau de vertu, d'équité, de sagesse, d'amour tels que le monde n'en avait jamais connu. De quelque façon que vous l'envisagiez, si Dieu devait venir au monde en tant qu'homme, Il viendrait en tant que Jésus-Christ et c'est le cas. Jésus-Christ est la copie exacte du Dieu invisible, Il rend visible le Dieu invisible. Si vous banalisez la naissance du Christ, comme je l'ai dit plus tôt, c'est une forme de blasphème monumentale parce que c'est aller contre la révélation du Dieu éternel en Christ. En outre, le verset 15 identifie Jésus comme le premier-né de toute la création. Ce n'est pas une référence à la chronologie. Il n'était pas le premier né de la création. Adam a été créé, puis Eve a été formée à partir de sa côte et ensuite ils ont commencé à avoir des enfants. Il y en a eu de nombreux autres avant Sa naissance. Cela ne signifie pas qu'Il était la première personne jamais née dans toute la création. Ce que cela signifie, c'est que de toute création, il est le prōtotokos. C'est-à-dire le numéro un. Dans l'ancien temps, le premier né signifiait l'héritier. Le suprême, le supérieur. Celui qui a le droit d'héritage. Celui qui a le droit de privilège, de prestige et d'honneur. Jacob n'est pas né en premier, mais il était le prōtotokos. Il était l'héritier.

Peut-être que vous pourrez le comprendre si vous pouvez comprendre le Psaume 89:27, où Dieu dit, je le ferai aussi mon premier né, le plus grand des rois de la terre. Le premier né étant défini comme le roi des rois, le suprême. Hébreux 1 parle aussi, au verset 2, de Son Fils qu'Il a nommé l’héritier de toutes choses. C'est ça l'enjeu et c'est pourquoi, au verset 3 à la fin, Il s'assoit à la droite de Sa majesté divine. Il s'assoit sur le trône même de Dieu. Et Paul dit en relation avec Dieu, qu'Il est la copie exacte de Dieu et de tous ceux qui ont été créés, Il est l'héritier, Il est l'être suprême. Il est le numéro un. Il est l'ultime. Paul déclare alors que Jésus est Dieu, la réplique exacte de Dieu. L'être suprême sur tous ceux qui ont déjà existé.

Certaines personnes ont pu être confuses quant à savoir si Jésus avait revendiqué cela, le peuple juif de Son temps ne l'était certainement pas, ils voulaient le lapider pour blasphème, nous dit Jean 10:33, parce que disaient-ils, Toi qui est homme, Tu T'es proclamé Dieu. En effet, Il était Dieu. Thomas avait raison quand il a tendu la main et s'est écrié mon Seigneur et mon Dieu. Remarquez le deuxième lien dans les versets 16 et 17, non seulement nous voyons Jésus dans sa relation avec Dieu, mais dans sa relation au monde ou à la création. Le verset 16 dit, « car par lui tout a été créé à la fois dans les cieux et sur la terre ». Le visible et l'invisible. Puis, à la fin du verset, toutes choses ont été créées par Lui et pour Lui, et Il est avant toute chose et en Lui se tiennent toutes choses. Nous ne traitons pas ici avec un homme, pas même avec un grand homme, nous traitons ici avec le Créateur et le Tuteur de l'ensemble de l'univers. De tout ce qui est dans le ciel et sur la terre. Tout ce qui est visible ou invisible. Tout a été créé par Lui. Tout a été créé devant Lui. Il a été avant toutes choses et en Lui, tout s'assemble. Il est le Créateur et encore une fois, c'est exactement ce que nous lisons dans Hébreux 1: 2, à travers lequel le monde a été créé. Ou littéralement, le filtre à travers lequel Il a fait le monde. L'univers entier, tout le cosmos. Tout l'univers matériel a été créé par Jésus-Christ.

Je veux dire que rien que d'y penser, c'est ahurissant. Si vous pouviez forer un trou dans le soleil et y déverser des terres, vous pourriez y mettre 1 200 000 terres et avoir encore de la place pour 4 300 000 lunes car le soleil est incroyablement massif. Le soleil se trouve à 93 millions de kilomètres de nous. L'étoile la plus proche, l'alpha du centaure est cinq fois plus grande que le soleil. Maintenant, la lune est à seulement 340 316,71 kilomètres de distance. C'est simplement une petite promenade. Vraiment ! Je vous assure. Vous pourriez marcher jusqu'à la lune en 27 ans si vous pouviez faire 38 kilomètres par jour.

Un rayon de lumière se déplace à 299 337 km par seconde pour atteindre la lune en 1,5 secondes. Maintenant, si nous pouvions aller à cette vitesse, si nous pouvions maintenir cette vitesse, nous pourrions atteindre Mercure en 4 minutes et demi. Elle est à seulement 80 millions de Km de distance. En fait, en deux minutes, nous pourrions atteindre Venus, c'est seulement 42 millions de Km et en 4 minutes et 21 secondes, nous pourrions atteindre Mars. C'est à seulement 55 millions de Km. Et puis, si nous voulons voyager un peu plus loin nous pourrions aller jusqu'à Jupiter. C'est 590 millions de Km et cela nous prendra 35 minutes et 11 secondes. Si nous voulions aller jusqu'à Saturne, eh bien, cela prendrait un certain temps. Il faudrait une heure et 11 secondes. Cela se trouve à un milliard de kilomètres. Et puis, si nous voulions aller encore plus loin, nous pourrions aller jusqu'à Uranus qui est à 2 500 000 000 Km ou Neptune qui est à 3 milliards de Km ou vers Pluton qui est bien au-delà. Et quand vous arriverez à Pluton, vous n'aurez pas quitté la véranda. Cette extraordinaire étoile se trouve à 141 milliards de Km, et le croirez-vous, a un diamètre supérieur à l'orbite terrestre. C'est une énorme étoile. Qui a mis en forme toute cette matière ? Qui a fait tout ça ? Jésus ! Quelqu'un devrait mettre l'ACLU (Union américaine pour les libertés civiles) au courant de cela, vous savez ? Ça pourrait peut-être les aider.

C'est Lui qui a engendré la création et Il l'a bien fait, n'est-ce pas ? L'homme l'a entachée par son péché et Il reviendra un jour pour la reconstruire et la ramener à sa gloire d'origine. Regardez le verset 16, à la fin, toutes les choses ont été créées par Lui. Et pour Lui. Pour Son propre bien et Son propre plaisir et pour Ses propres fins ! Il est au-dessus de tout. Il se devait d'être avant toutes choses ou il n'aurait pas pu les créer. C'est-à-dire que Jésus est préexistant. Il était vivant avant Son incarnation et en Lui étaient toutes choses. Il était là avant la création parce qu'Il était le Créateur. Il est Celui qui tient le monde cohérent. Il est la Cohésion. Nous n'acceptons pas le point de vue déiste selon lequel Il a créé le monde puis l'a laissé se développer par lui-même et S'en est éloigné. Il tient tout dans Sa main. Hébreux 1:3 dit qu’Il affirme tout par le pouvoir de Sa parole. C'est le principe de la cohésion. C'est ce qui maintient tout en mouvement, ce qui garde tout en orbite. Vous comprenez ? Comprenez-vous que les corps célestes ne restent pas en orbite simplement parce qu'ils restent en orbite ? Ils restent en orbite parce qu'Il les y maintient. Et comprenez-vous que lorsque vous observez l'infiniment petit et que vous regardez à l'intérieur d'un atome et que vous êtes à la recherche de composants d'un atome, d'un neutron et d'un proton, un électron fait exactement ce qu'il fait dans un atome, non pas parce qu'il se meut par Lui-même, mais parce qu'il y a un Dieu qui les fait fonctionner de cette façon et de manière cohérente. Il engendre tout cela par le propre pouvoir de Sa parole. Comprenez-vous que si la rotation du monde ralentissait, tour à tour nous gèlerions puis brûlerions ? Il doit maintenir Sa création à la même vitesse tout le temps. Notre globe est incliné à un angle exact de 23 degrés, ce qui nous permet d'avoir quatre saisons. S'il n'était pas incliné comme ça, les marées de l'océan se déplaceraient du nord vers le sud et accumuleraient des continents massifs de glace aux deux extrémités et nous aurions des problèmes majeurs dans la rotation pour ne rien dire des saisons. Si la lune ne restait pas une distance précisément exacte de la terre, la marée inonderait toutes les terres deux fois par jour. Qui garde toutes ces choses en place ? Si le niveau de l'océan augmentait de quelques pieds plus profond qu'il ne l'est, le dioxyde de carbone et l'oxygène dans l'atmosphère terrestre seraient complètement absorbés et aucune vie végétale ne pourrait exister. Qui soutient cet équilibre délicat ? C'est Jésus-Christ. Il est avant toute chose et en lui toutes choses sont cohérentes, toutes choses se maintiennent. Et tout cela était déjà là dans la crèche, le Créateur, le Seigneur, avant toute chose. Cet enfant est l'origine de la création, la fin de la création, le Défenseur de la création et le Gardien de la création.

Troisièmement, observez Sa relation avec le monde invisible. Au milieu du verset 16 il est dit, « tout a été créé par Lui ». Que ce soit les trônes ou les territoires, les dirigeants ou les autorités ! Or, ces termes sont familiers à tout étudiant du Nouveau Testament parce qu'ils sont annonciateurs des myriades d'anges. Vous verrez ces termes un certain nombre de fois dans les écrits de Paul, plusieurs fois dans sa lettre à l'église d'Éphèse et ce qu'il nous dit, c'est qu'Il est le Créateur de tous les anges. Les trônes, les territoires, les détenteurs d'autorité, évoquent tout simplement les strates ou les rangs des anges. Il est tout au-dessus d'eux. Les princes angéliques les plus haut placés sont les sujets de Jésus-Christ, qu'ils soient séraphins ou chérubins ou qu'ils soient des démons ou Satan lui-même.

La totalité des anges qui chantaient cette nuit-là, gloire à Dieu au plus haut des cieux, étaient les serviteurs du bébé dans la crèche. Ils avaient été créés par Lui. Les anges, que ce soit les anges élus, les saints anges ou les anges déchus, sont soumis au Christ. Ils n'existeraient pas en dehors de Son pouvoir Créateur et ils ne pourraient continuer à exister en dehors de Sa volonté. Dans Hébreux, encore une fois, au chapitre 1 verset 7, il est dit qu'il a fait de Ses anges des vents. Il s'agit d'un acte Créateur. Et de Ses serviteurs une flamme de feu, mais Il dit au Fils, ton trône, ô Dieu est éternel, et lorsque Dieu a fait les anges, c'était un acte créateur. Quand Christ a fait les anges c'était par Son acte créateur, Il les a faits ministres. C'est le mot pour serviteurs. Mais quand Dieu a envoyé Son Fils, Il n'était pas un serviteur. Il est dit, ton trône, ô Dieu est éternel et les anges l'adorent parce qu'il est souverain. Le verset 6 nous dit, "lorsqu'il introduit de nouveau dans le monde le premier-né, Il dit: Que tous les anges de Dieu l'adorent !" Les anges sont des serviteurs. Il est Celui qui doit être servi. Il est le roi. Il est souverain. Il y a une quatrième relation ici que je voudrais vous signaler.

Regardez au verset 18. Nous avons vu Jésus dans Sa relation avec Dieu, avec l'univers qu’Il a créé et avec le monde invisible des anges. Maintenant, voyons Jésus et sa relation à l'église. Il est également Chef du corps de l'église. Il est le début, le premier né et le premier à ressusciter d'entre les morts, de sorte qu'Il soit à même d'avoir la première place en toute chose. Je vais énoncer une énorme vérité ici. Il est la tête du corps, de l'église. Bibliquement, la métaphore du corps est souvent utilisée. L'église est comme un corps et le Christ est comme sa tête. C'est compréhensible pour nous. Cela veut bien dire ce que ça veut dire, à savoir que la capacité de croissance de votre cerveau, est une petite cavité à la base de votre crâne. Dans cette cavité se trouve une glande appelée glande pituitaire, qui est liée à la croissance. Elle est entre autre chargée de diffuser l'hormone de croissance qui stimule la croissance et la croissance du corps est directement liée à la puissance fournie par la tête. Notre cervelet contrôle les parties de notre corps, le cervelet est appelé l'harmonisateur de l'action musculaire. Toutes les fonctions du corps humain à la fois volontaires ou involontaires sont sous le contrôle du cerveau. Tout est initié par ce qui se passe dans la tête : la croissance, l'orientation, et évidemment tout le processus de pensée. Tout est contenu dans l'esprit et la tête, ce qui donne la direction de tout ce que nous faisons, disons et pensons.

Et cela illustre simplement le fait que le Christ est la source de toute vérité, de toute connaissance, de toute sagesse, de toute croissance et de toute orientation dans Son Église. Il est le Chef de l'Église. Deuxièmement, il est dit qu’Il est le commencement. Il est le commencement de l'Église. Il est la source de l'Église. Dans Matthieu 16, Jésus dit, je construirai mon Église. C'est l'idée ici. L'église est la création du Christ. Il est la source de son existence. Et sincèrement, Il est le membre le plus important de par Sa résurrection que nous évoquerons dans un tout petit instant. Il est l'arkhé (grec ancien pour origine), Il est le pionnier. Il est le précurseur. Il est le leader. Il est la source de l'Église. Il est non seulement sa tête, mais son Créateur, sa Source. Et ça continue au verset 18, il est aussi le premier-né des morts, revoilà notre Prōtotokos. Ce n'est pas qu'il est la première personne à ressusciter. Il y a eu des personnes ressuscitées dans l'Ancien Testament. Il y a eu des gens que Jésus a ressuscités des morts avant qu'Il ne soit ressuscité Lui-même. Nous ne parlons pas d'être le premier chronologiquement, mais de tous ceux qui ont jamais été ou qui seront jamais ressuscités Il est le prōtotokos. Il est l'être suprême. Ici, Paul s'intéresse à la résurrection. Il est né, mais il a été ressuscité des morts, le premier d'entre eux à s'être éveillé. Sa résurrection est une garantie de la résurrection ultime dans la vie éternelle pour tous les hommes. Ce n'est pas un héros mort. C'est un Dieu ressuscité. Et de tous ceux qui sont revenus d'entre les morts, Il est l'être suprême, l'être supérieur. Vous ne pouvez pas cataloguer Jésus comme une figure historique morte, Il est vivant. Il est le chef du corps, de l'église. Il est la source, l'instigateur du corps, de l'église, et Il a donné naissance à toute l'église à partir de Sa mort par Sa propre résurrection.

La conséquence de tout ça, la conséquence d'être la copie exacte et la réplique du Dieu invisible, l'individu le plus haut-placé de tous ceux créés, la conséquence d'être le Créateur Lui-même, Celui qui a tout créé dans l'univers, le visible et l'invisible, la conséquence d'être souverain sur tout le monde spirituel, la conséquence de régner en tant que chef, qu'autorité, qu'instigateur et qu'insufflateur de vie pour l'église. La fin du verset 18 nous dit qu'Il est venu Lui-même pour être le premier en tout. Il est absolument prééminent. Et c'est évident, n'est-ce pas, que Celui qui est le plus haut-placé de l'univers, Celui qui est un point de référence, qui est le mandataire, la finalité, le précurseur, le soutien, le maître en matière de création, Celui qui est le chef de l'église, le commencement et le plus éminent de ceux qui ont été ressuscités c'est qu'Il est Le prééminent. Il est alors inconcevable d'avoir des vacances au cours desquelles nous faisons la fête et essayons en même temps d'ignorer Celui qui est la raison pour laquelle nous la faisons. Et lorsque vous ignorez ce quelqu'un, ce n'est pas seulement une personnalité historique que vous ignorez, mais plutôt le Dieu vivant.

Puis, juste pour s'assurer que rien ne soit laissé de côté après avoir dit tout cela, au verset 19, Paul ajoute un mot à propos de Jésus et Sa relation avec toutes les autres révélations. C'était la volonté du Père que toute plénitude habite en Lui. Tous les pouvoirs de la divinité, tous les attributs de la divinité. Le verset 3 du chapitre 2 dit tous les trésors de la sagesse et de la connaissance. Le verset 9 dite: toute la plénitude de la divinité, tout est en Lui. Tout est en Lui. Il est la plénitude de l'essence de Dieu, la gloire de Dieu et c'est en Lui et Lui seul. Tout ça pour dire que si quelqu'un se présentait après ça pour dire, je suis Dieu, ne le croyez pas, il n'a pas besoin de suppléant, il n'a aucun rival. Il n'y aura plus de révélations. C'est en Lui et Lui seul que Dieu a mis toute la plénitude de Sa propre divinité, car Il Lui plaisait de le faire. La question finale est pourquoi ? Et la réponse vient au verset 20, écoutez, "il a voulu par Lui réconcilier tout avec Lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par Lui, par le sang de Sa croix. Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, Il vous a maintenant réconciliés par Sa mort dans le corps de Sa chair, pour vous faire paraître devant Lui saints, irrépréhensibles et sans reproche." Pourquoi le Christ est-Il venu dans le monde ? Pour sauver les pécheurs. Pour monter sur une croix, verser Son sang jusqu'à la mort, payer le prix du péché afin qu'Il vous présente à Dieu, saints, irrépréhensibles et sans reproches.

Il est venu rassembler une humanité rachetée pour la ramener à Dieu. Il est venu dans le monde pour sauver les pécheurs, c'est pourquoi Il devait être appelé Jésus. Il est venu apporter la réconciliation entre les pécheurs et un Dieu saint. Il est venu pour effacer la malédiction de l'univers et pour réconcilier l'univers avec son but, sa destinée et sa raison d'être originels. Il est venu pour rassembler des hommes et des femmes comme vous et comme moi. Et tous les autres dans toute l'histoire de l'humanité, sur lesquels Dieu a mis la main pour les rassembler et les présenter à Dieu, saints, irrépréhensibles et sans reproches. Il est venu pour nous sauver du péché et nous amener à Dieu, pour réconcilier les perdus. Il s'est fait chair afin que nous soyons saints comme Il est saint.

C'est une vérité formidable, à l'exemple de Joab, dans l'Ancien Testament vous vous souvenez, il a plaidé pour Absalom, le fils rebelle entêté, l'a amené à David et David l'a embrassé. Alors Jésus-Christ nous amène au baiser de Dieu afin que nous soyons réconciliés. C'est le sens de Noël, rien de moins, et certainement rien de plus. C'est une chose triste dans notre culture que Noël, d'une part, soit banalisé et, d'autre part, qu'il soit attaqué dans le but d'en ôter la seule chose qui soit vraiment importante, éternellement importante. Et je pense enfin qu'il nous incombe en des temps comme ceux-ci de saisir toutes les opportunités pour s'assurer que les gens comprennent ce qu'est vraiment Noël.

Je ne défends pas le 25 décembre comme si c'était le jour où Jésus est né, c'est très peu probable. Je ne défends pas tout ce qui se passe autour de Noël, mais je dis: si le monde nous donne l'occasion de nous concentrer sur la naissance de Jésus-Christ, profitez-en. Profitons de cela pour L'adorer et Le louer parce que c'est juste dans l'ordre des choses de parler de Lui à ceux qui ont tant besoin d'en entendre parler. Insensés, insensés sont ceux qui veulent oublier Jésus-Christ, ne garder que la fête et se débarrasser de sa signification et, ce faisant, dans leur effort pour gagner le monde, y perdre leur âme. Nous en assumons une énorme responsabilité. Joignons-nous dans la prière.

Père, c'est avec reconnaissance et une gratitude du cœur que nous Te reconnaissons ce matin comme notre Sauveur parce que ce n'est pas quelque chose qui vient de nous, mais de Toi. C'est un cadeau. Nous ne pouvons même pas comprendre pourquoi Tu as été si gracieux de nous le donner, mais nous T’en remercions. Nous prions pour ceux qui ne connaissent pas le Christ. Nous prions que, lors de cette saison de Noël, en particulier grâce au témoignage de personnes fidèles qui appartiennent au Christ, le cœur des gens puisse se tourner vers le Sauveur et, alors que le monde fait tout son possible pour dissimuler la réalité du Christ, estompant complètement la célébration de Sa naissance, le concept de l'incarnation, la vérité du salut, Seigneur, puissions-nous parler avec audace à mesure que les attaques augmentent, que les témoignages augmentent aussi et nous donnent le privilège de conduire les gens à la connaissance du Christ. Ces choses, nous les demandons pour ta gloire. Amen.

FIN

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

Donation:
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize