Grace to You Resources
Grace to You - Resource

Comme je l'ai mentionné plus tôt, dimanche prochain je ferai un message spécial sur cette question d'appartenance en tant que membre à l'église en partageant mon cœur avec vous. Le dimanche d’après, nous reviendrons dans 2 Corinthiens, chapitre 1, avec le texte qui suit, à commencer par le verset 15 du chapitre 1. Mais ce matin, je veux m'attarder un peu plus longtemps sur cette question de conscience. Ouvrez, si vous le souhaitez, à 2 Corinthiens 1, et vous vous souviendrez que nous avons regardé les versets 12 à 14 il y a plusieurs semaines, avant les vacances de Noël. Nous avons examiné ces versets assez attentivement et en avons discutés.

Mais depuis plusieurs semaines, j'ai choisi de parler sur le mot « conscience ». Permettez-moi de vous lire le verset 12 pour définir le contexte afin d’avoir une discussion plus approfondie de cette question de conscience. Paul écrit : « Car ce qui fait notre gloire, c'est ce témoignage de notre conscience, que nous nous sommes conduits dans le monde, et surtout à votre égard, avec sainteté et pureté devant Dieu, non point avec une sagesse charnelle, mais avec la grâce de Dieu. » Maintenant, vous vous souviendrez que l'apôtre Paul était assailli quant à son intégrité, à sa justice, à son autorité, quant à sa crédibilité, quant à son efficacité. Il était attaqué sur tous les fronts. Et pour se défendre, il fait appel à la plus haute cour qui se trouve sur la terre en dehors de Dieu Lui-même et c’est la conscience. Il ne demande pas le témoignage d'autres hommes de lui venir en aide. Il ne demande pas à un groupe d'écrire une lettre de recommandation. Il dit simplement ceci : « Car ce qui fait notre gloire, c'est ce témoignage de notre conscience, que nous nous sommes conduits dans le monde ». Et sa conscience a affirmé qu'il était saint, qu'il était pieu, qu’il était sincère, il se comportait correctement par la grâce de Dieu, dans le monde et envers les Corinthiens.

La conscience est donc la plus haute cour sur terre. La conscience est le système d'alerte de l'âme, comme nous l'avons noté dans notre dernier message à ce sujet. C'est la conscience, selon Romains 2 : 15, qui nous accuse ou qui nous excuse. C'est-à-dire qu’elle nous affirme être bon, juste et saint, ou elle nous accuse d’être méchants, pécheurs. Et franchement, la conscience est la meilleure critique parce qu'elle connaît les secrets les plus encrés de notre cœur, que personne d'autre ne connaît à part Dieu. Si nous cherchons à avoir une vie pacifique, une vie tranquille, comme Paul l'a appelée, une vie calme et paisible, si nous cherchons à profiter du bonheur et de la plénitude, nous aurons le genre de joie qui fait que notre cœur se réjouit et nous donne la liberté de servir Dieu avec joie et sans contrainte. Alors nous devons avoir une conscience pure. Ce devrait vraiment être le désir et le but de tous les croyants de pouvoir dire ce que Paul a dit : vous pouvez apporter toute l'accusation que vous voulez contre moi, mais le témoignage fier de ma conscience est que je vis d’une façon sainte et sincèrement pieuse.

Nous voulons expérimenter cette affirmation de notre conscience, et c'est un défi car le péché imprègne tout notre être. Le péché est au cœur même de l'âme humaine. Jésus a dit, par exemple, dans Matthieu 15 : 19 et 20 : « Car c'est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies. Voilà les choses qui souillent l'homme ; mais manger sans s'être lavé les mains, cela ne souille point l'homme. » Et puis il a dit : « L'homme bon tire de bonnes choses du bon trésor de son cœur, et le méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor; car c'est de l'abondance du cœur que la bouche parle », Luc 6 : 45. En d'autres termes, profondément dans le cœur humain le péché est omniprésent, et il persiste à créer le genre de mots et le type d'action que nous étiquetons le péché. Franchement, c'est dans la nature humaine d'aimer le péché et de haïr Dieu. L'esprit charnel, dit Romains 8 : 7, c'est l’inimitié contre Dieu. Nous naissons en aimant le péché, nous aimons notre propre personne, détestant la justice et détestant Dieu. Pourtant, même si nous sommes nés de cette façon, notez ceci, le péché n'est pas une faiblesse ou un défaut pour lequel nous ne pouvons être tenus responsables. C'est un antagonisme énergique et déterminé envers Dieu qui résulte de notre volonté. Les pécheurs ont librement choisi le péché. En d'autres termes, le péché qui se trouve en nous se manifeste dans une rébellion délibérée contre Dieu.

La Bible dit que les pécheurs raisonnent dans leurs cœurs comme ceci. Psaumes 12:4 dit, « Que l'Eternel extermine toutes les lèvres flatteuses, la langue qui discourt avec arrogance. » Comme pour dire que Dieu n’a rien à voir avec ma vie, que je dirai ce que je veux et je ferai ce que je veux. Ésaïe 57 : 4 caractérise les pécheurs comme des enfants rebelles qui ouvrent la bouche et tirent la langue à Dieu. Le péché détrônerait Dieu, Le destituerait, usurperait Son autorité et mettrait « le moi » à Sa place. Le péché est donc un acte de fierté. La fierté dit : « Dégage, Dieu. Je prends Ta place ; je ferai ce que je veux. » Par conséquent, tout péché à sa source est un blasphème parce qu'il attaque Dieu.

Et quand nous entrons dans ce monde, nous aimons le péché, nous aimons notre rébellion, nous aimons notre fierté et nous aimons notre blasphème. Nous nous en réjouissons et nous cherchons toutes les occasions possibles de le manifester. Mais, il y a un problème. Nous avons une conscience et la conscience nous dit que nous sommes coupables. Elle nous le martèle. C'est comme une sonnerie implacable dans nos oreilles spirituelles. Et alors, que faisons-nous ? Nous essayons de calmer la conscience en camouflant notre péché, en le redéfinissant, ou en désavouant notre responsabilité. Et vous pouvez résumer comment nous le faisons de trois façons. Tout d'abord, afin de calmer notre conscience en général, nous essayons de couvrir le péché, de le masquer. Ce n'est pas nouveau, Adam et Eve l'ont fait dans le jardin. Il est dit dans Genèse que quand ils ont péché, les yeux de chacun se sont ouverts, ils savaient qu'ils étaient nus, et ils ont cousu des feuilles de figuiers ensemble pour se couvrir. Et ils se sont cachés de la présence du Seigneur. Ils ont essayé de se cacher. Ils ont essayé de se dissimuler.

Le roi David a essayé inutilement de couvrir sa culpabilité quand il a péché contre Urie. Il a commis un adultère avec la femme d'Urie, Bathsheba. Quand elle est tombée enceinte, David a d'abord tenté de faire semblant qu’Urie soit le père du bébé, selon 2 Samuel 11 : 5 à 13. Cela n'a pas marché. Alors, il a dû tuer Urie. Cela a seulement aggravé son péché, et pendant tous les mois où David a dû faire face à la grossesse de Bathshéba, il a continué à couvrir son péché. Plus tard, lorsque David a été confronté à son péché et s'est repenti, il a dit : « Tant que je me suis tu, mes os se consumaient, je gémissais toute la journée ; car nuit et jour ta main s'appesantissait sur moi, ma vigueur n'était plus que sécheresse, comme celle de l'été. » Psaumes 32 : 3 et 4. David a tenté de le couvrir, et sa conscience l'a tracassé pour que sa vigueur soit comme une canicule en été, desséchée. Que pourrions-nous dire pour expliquer cela : la salive, le flux sanguin, le fluide qui conduit le système nerveux... ? Il est littéralement devenu un homme malade.

Une seconde façon d’essayer de faire face à notre péché afin de balayer ou de camoufler et d'aider notre conscience à survivre, c'est tenter de nous justifier. Le péché est toujours la faute de quelqu'un d'autre. Encore une fois, revenez à Adam. Il a accusé non pas Eve, mais Dieu. Et il a décrit Eve comme étant la femme que Dieu lui a donnée pour être avec lui, et donc il blâmait non seulement sa femme, mais aussi son Dieu. Typiquement, les gens essaient d'excuser leur mauvaise conduite parce qu'ils pensent qu'ils ont une raison valable. Ils se convainquent que c'est normal parce qu'ils sont vraiment victimes d'une puissance extérieure, d’une autre source. De nos jours, nous étiquetons même le péché comme une maladie, nous nous étiquetons en tant que victimes, nions que nous avons fait quelque chose de mal. L'esprit humain est sans cesse créatif en essayant de se justifier. La pensée pervertie nous fait faire cela.

Troisièmement, et juste brièvement, nous sommes inconscients de notre péché. Nous essayons de le camoufler en le couvrant, en essayant de nous justifier en tant que victimes, ou alors nous sommes inconscients de notre péché. En d'autres termes, nous pouvons pécher dans l'ignorance absolue. Nous sommes tellement ignorants, nous sommes si peu éduqués en termes de la loi de Dieu, que nous péchons par inadvertance. Et c’est caractéristique en tant que pécheurs. Nous, comme le psalmiste, devons prier : « Qui connaît ses égarements ? Pardonne-moi ceux que j'ignore. » Et c'est ce que David a dit dans Psaumes 19. Il y a des choses qui se passent dans ma vie, je ne suis même pas au courant, pour me garder du péché présomptueux. Il y a les choses que nous connaissons, planifions et préparons, des choses qui sont les activités involontaires de notre chute. Nous avons naturellement tendance à être insensible à notre propre péché. C'est pourquoi Jésus a dit, qu’avant d'aller retirer le cure-dent dans l’œil de quelqu'un d'autre dans Matthieu 7, il faut retirer la poutre de notre propre œil.

Nous pouvons très souvent et plus facilement voir le péché chez les autres plutôt que chez nous. Le péché est très trompeur. Parfois, nous pensons que, comme nous ne voyons pas l'acte de péché, nous n'avons pas à faire face aux attitudes du péché qui sont dans nos cœurs. Alors, en tant qu'êtres humains, nous généralisons. Nous, en tant qu'êtres humains, nous avons une conscience. La conscience est déclenchée lorsque nous péchons. Elle est déclenchée par la plus haute loi connue dans nos cœurs. Et puisque même les gens païens ont la loi de Dieu écrite en eux afin qu'ils sachent ce qui est juste et faux, leur conscience les afflige de la culpabilité. Ils doivent faire face à cela. Comment font-ils ? Habituellement, ils la couvrent, la justifient d'une certaine manière, ou tout simplement l'ignorent car ils sont si occupés dans leur vie, ils sont tellement mal informés des choses que Dieu dit à propos de leur péché. Et même s'ils l’ont su à un moment donné dans le passé, ils l’ont oublié depuis longtemps. Le péché peut continuer dans la vie des gens et ils n’en sont même pas sensibles. Cela devient une telle tendance dans leur vie qu'ils ne l'étiquètent même pas comme un péché. Maintenant, c'est une façon dangereuse de vivre car, en fin de compte, cela vous fera du mal. En fin de compte, cela va vous envoyer en enfer parce que vous camouflez ce que vous devez reconnaître pour pouvoir venir au Sauveur. N’est-ce pas ? Et nous en avons parlé.

Maintenant, j'aimerais approfondir ce sujet car je suis très préoccupé par toutes nos vies, et je veux juste poser quelques questions ce matin et essayer d’y répondre afin que nous puissions creuser un peu plus loin. La première question c’est : qu’est-ce que le péché? Obtenons une idée claire de ce qu'est le péché. Le péché, selon l'Écriture est, la transgression de la loi, 1 Jean 3 : 4. C'est-à-dire que le péché est une violation de la loi de Dieu. Tous ceux qui pratiquent le péché sont des hors la loi, comme dit le New American Standard Bible (La Nouvelle Bible Standard Américaine) dans ce même verset, et le péché crée des hors la loi. C'est une violation de la loi de Dieu. Le péché est un manque de conformité à la norme morale parfaite de Dieu. Maintenant, la demande centrale de la loi de Dieu est la suivante : quel est le premier commandement ? « Aime le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. » N’est-ce pas ? Et le second c’est « Aime ton prochain comme toi-même ». Ainsi, l'incarnation de tout péché est de violer ces deux commandements ; l’essence de tout péché est le manque d’amour pour Dieu. C'est la violation principale. Et cela apparaît quand Jean 16 dit que le Seigneur va envoyer le Saint-Esprit qui convaincra le monde de péché. Quel est le plus grand péché ? Parce qu'ils ne croient pas en moi. En d'autres termes, c'est le partenaire de ce manque d’amour pour le Seigneur, de ce manque d’amour pour le Seigneur Jésus-Christ. C'est pourquoi 1 Corinthiens 16 : 22 dit : « Si quelqu'un n'aime pas le Seigneur, qu'il soit anathème ! »

Ainsi, le péché ultime, l'essence du péché, la sommation du péché, c’est le manque d'amour pour Dieu, le manque d'amour pour le Christ. L'esprit charnel, Romains 8 : 7 encore, n'est pas soumis à la loi de Dieu et ne peut l'être. Ainsi, une personne non régénérée ne peut pas garder la loi de Dieu et, par conséquent, il pèche, et il pèche… et le péché principal qui mène le défilé est le manque d'amour pour Dieu, le manque d'amour pour le Christ, ainsi que le prétendu amour de soi qui se manifeste par la fierté. Notre haine naturelle de la loi est telle que même le fait de savoir ce que la loi exige ne fait que susciter plus de désobéissance. Écoutez ce que Paul a écrit : « Car, lorsque nous étions dans la chair, les passions des péchés provoquées par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort. Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli. Que dirons-nous donc ? La loi est-elle péchée ? Loin de là ! Mais je n'ai connu le péché que par la loi. Car je n'aurais pas connu la convoitise, si la loi n'eût dit : Tu ne convoiteras point. » Romains 7 : 5 à 7. Paul dit : j'ai lu au sujet du péché, et je savais ce que c'était, et puis je me suis vu le faire. Plutôt que la loi de Dieu m'aide à vaincre le péché, la loi de Dieu a simplement suscité le péché. Plus j’en apprends sur les péchés, plus mon cœur veut pratiquer ces choses.

Tel est le penchant du pécheur pour le péché, plus il apprend à propos de la loi de Dieu, plus il pèche. La loi ne l'aidera pas. La loi va tout simplement exciter le péché. En fait, Romains 1, verset 32 ​​dit : « Et, bien qu'ils connaissent le jugement de Dieu, déclarant dignes de mort ceux qui commettent de telles choses, non seulement ils les font, mais ils approuvent ceux qui les font. » Ils connaissent la loi de Dieu, et ils savent que cela mène à la mort, mais ils le font de toute façon. Et ils applaudissent les autres qui le font. Incroyable !

Maintenant, toute notre culture aujourd'hui reflète cette passion pour le péché. Nous vivons dans une culture où la passion est maintenant légitime. Dans certaines cultures, ce n'est pas le cas et il y a des contraintes sociales. Mais pas dans la nôtre. Notre culture entière reflète cet amour passionné pour le péché et personne ne veut l'empêcher. Cela est plus visible dans le monde des médias. Les médias sont devenus les porte-paroles des péchés de base de l'homme. Et, nulle part ailleurs, c’est plus vrai que sur certaines chaines de télévision qui diffusent des images sans arrêt de sexe, de drogues et de violence. Sans arrêt ! Leur programmation est conçue à dessein pour faire appel à la convoitise des yeux, à la convoitise de la chair et à la fierté de la vie. Il n'y a pas d'autre but. Il n'a pas de vertu rachetée. Il ne s'agit pas de rendre les gens plus moraux, de les rendre bons, de les faire réfléchir. Ce n'est pas destiné à les éduquer. Il ne s'agit pas de les informer. C’est destiné à libérer leurs passions. C'est tout ce qu’ils veulent faire. C’est leur but !

Le programme le mieux noté de MTV, par exemple, est une série animée comportant deux personnages dont la vie entière est occupée à regarder des vidéos musicales et à remettre en question tous les standards de la bonté et de la moralité. Beavis et son ami, dont le nom ne doit pas être mentionné en public, mais qui vous est connu, ont littéralement plongé les profondeurs du nihilisme moral à la télévision. La langue, les images présentées sur ces programmes sont intentionnellement offensantes. Ils sont intentionnellement infâmes. Ils sont immoraux, anti-chrétiens et ce ne serait même pas approprié pour moi d’en discuter dans un service d'adoration.

En dépit de cette incroyable réalité de MTV, qui est la lie, la fosse septique de l'industrie des médias, MTV a récemment fait une spéciale sur la théologie du péché. Je ne l'ai pas vu sur MTV, je veux que cela soit clair, parce que je n'ai pas cette chaine sur mon téléviseur. Je l'ai vu sur PBS où ils l'ont rediffusé sur le Système de Diffusion Publique. J'ai été franchement surpris de voir que MTV reconnaissait même le concept du péché, et encore moins en faire une série spéciale. J'étais curieux de voir de quoi il s'agissait.

J'ai regardé une bande vidéo du programme. C'était à peu près ce à quoi je m'attendais, une rationalisation entièrement humaniste qui représentait le péché comme quelque chose qui n'était pas mauvais, simplement redéfini. Il y avait certains types de comportement qui n'étaient pas souhaités. Je veux dire, certaines choses étaient imprudentes, et parfois il n’est gentil de faire certaines choses, mais il n'y avait rien de vraiment mal, et il n'y avait rien qui pourrait offenser Dieu parce qu'il n'y avait aucun Dieu.

Maintenant, la série a été construite autour des sept péchés capitaux. Et si l'un de vous a des antécédents dans le catholicisme, vous avez probablement entendu parler des sept péchés capitaux. Ils ne sont pas listés comme tels dans la Bible, mais à l'époque médiévale, certains théologiens de l’époque ont dressé une liste de ce qu'ils pensaient être les sept péchés capitaux. C'est une liste quelque peu familière : la fierté, la convoitise, la luxure, la colère, l'envie, la gourmandise et la paresse. Pas une liste biblique, mais un groupe classique, probablement assemblé par certains théologiens médiévaux. Le but n'était pas d'identifier tous les péchés, mais d'identifier les attitudes profondes de tout péché. Vous remarquerez que ces sept péchés, appelés les sept péchés capitaux, ne sont pas des actions, ce sont des attitudes. La fierté, la convoitise, la luxure, la colère, l'envie, la gourmandise et la paresse ! Ceux-ci concernent certains termes et certaines actions, mais ceux-là, pensaient les théologiens, sont des choses qui provoquaient des comportements humains et pécheurs.

Maintenant, sur MTV, les sept péchés capitaux ont été dépeints comme étant mortels. En fait, ils ont diffusé des petits bouts de dessins animés, des extraits de films bien connus et des interviews avec des célébrités, des punks, des rockeurs et des rappeurs, des entretiens avec des gens dans un centre commercial, et tout était édité pour fournir un commentaire courant sur ces péchés. Voici des réponses typiques. Queen Latifah, une chanteuse de rap, a déclaré : « La fierté est un péché ? Je n'étais pas au courant de cela». L'actrice Kirstie Alley a accepté de parler et je cite : « Je ne pense pas que la fierté soit un péché et je pense qu'un imbécile l’a inventé. » Un rockeur du groupe Aerosmith a dit : « Je vis pour la luxure. C'est pour cela que je suis entré dans le groupe. Les petites filles du premier rang. » Le rappeur Ice-T dit de la colère : « C’est nécessaire. Vous devez libérer cette tension car la vie apporte des tensions. Nous libérons notre colère quand nous faisons des enregistrements. Lorsque nous avons fait 'Cop Killer', nous étions en colère et les flics se sont mis en colère en retour. » Un personnage qui a joué avec Michael Douglas dans un film intitulé « Wall Street » a déclaré : « La cupidité, c’est bien ».

Et, bien sûr, il y avait avec tout cela, un renversement total de la définition du péché, l'attrait inévitable de la psychologie pop pour défendre ces points de vue, et la défense était toujours dans la préservation de l'estime de soi. La psychologie dit que nous ne pouvons pas étiqueter les gens comme des pécheurs. Cela détruirait leur estime de soi. Ice-T a dit : « La fierté est obligatoire. C'est l'un des problèmes du centre-ville ; les enfants n'ont pas assez de fierté. Je suis entré dans un gang à cause de la fierté. » Maintenant, est-ce de la perversion ?

Jean Léo a écrit une perspective à ce sujet pour l’émission « the US News and World Report (Informations et Rapport Mondial des États-Unis), où il résume la saveur du programme. Je l'ai lue et je l’ai trouvé très intéressant. Écoutez ce qu'il a dit. « Au lieu du langage de la modération et de la maîtrise de soi, tout le monde semble parler le langage thérapeutique de sentiment et d'estime de soi ». La fierté n'est pas un péché ; vous êtes censé vous sentir bien dans votre peau. L'envie vous rend mal à l’aise au sujet de vous-même. « Lorsque vous avez des relations sexuelles avec une femme », dit un rockeur, « elle vous aide à vous sentir bien ». Mais je ne sais pas si cela vous sauve à la fin. Même le partisan homosexuel repentant est totalement engagé dans l'auto-discours : « Me pardonner a été le défi de ma vie ». Il écrit : « Il y a un vague sentiment que le péché, s'il existe, est sûrement un problème de psychologie ». Kurt Loder, le narrateur, nous dit au début du programme que nous avons affaire à des contraintes. Il dit : « Les sept péchés capitaux ne sont pas des actes néfastes, mais plutôt des contraintes humaines universelles qui peuvent être troublantes et très agréables ».

La discussion de la gourmandise se détériore rapidement en bavardage au sujet des addictions. C'est ainsi que toutes les habitudes et attachements sont discutés et les pop thérapies auxquelles la génération MTV a grandi. « Je suis accro à ma petite amie », dit un homme à propos de la gourmandise. Quelqu'un d'autre dit que le programme d'auto-assistance en 12 étapes est le don de Dieu du 21ème siècle. Il ne raconte que le chaos et la confusion.

Soit dit en passant, le partisan homosexuel repentant mentionné dans cet article était un jeune homme qui avait effectivement tué un homosexuel, ensuite il a décrit ses sentiments de remords. Il se demandait s'il pourrait être pardonné. Alors il est allé chez un aumônier qui, je suppose, se trouvait dans sa prison et l'aumônier lui a dit que le pardon est possible, mais il reconnaîtrait son pardon uniquement si un jour il le ressentait. Donc il vit chaque jour en essayant de se sentir pardonné. C’est triste !

Le péché, selon MTV, n'est pas fondé sur des normes morales absolues. Au lieu de cela, il s'agit de la préférence de chaque personne. En d'autres termes, ce qui est péché pour moi peut ne pas être un péché pour vous. Le programme MTV se termine par un appel à la tolérance universelle. Écoutez cela ! Le danger réel du péché, selon MTV, est tout ce qui endommage votre ego. C'est le péché ! Et aucun péché, écoutez aussi celui-ci, est aussi mauvais que l'attitude de ceux qui pensent que le péché est une norme absolue qui offense un Dieu saint. Penser cela, c'est le pire des péchés.

La culture est devenue perverse de cette façon. Toute la production, toute la défense du péché me rappelle que nous vivons dans une culture cédée par Dieu à ses propres convoitises maléfiques. Les gens aiment leur péché, et ils vont aux extrémités pour le justifier et le rationaliser. Et aussi longtemps qu'ils font cela, ils se condamnent, n'est-ce pas ? Parce que, si vous ne définissez pas correctement la maladie, vous n'arriverez jamais à la guérison appropriée. Vous ne pouvez pas venir au Salut, sauf si vous comprenez le péché. Évidemment, ce genre de pensée est mortel et damne ceux qui se sont trompés. Mais c'est vrai aussi, et c'est là que je souhaite aller en ce moment ; nous n'avons plus beaucoup de temps.

Ce genre de pensée, et c'est ce qui m’attriste, ce genre de pensée a envahi la pensée des chrétiens. Les chrétiens sont victimes de la redéfinition de la culture du comportement humain. Les églises le sont aussi. Les églises qui ne toléraient autrefois ni l'adultère, ni la fornication, ni l'homosexualité, ni le mensonge, ni la tricherie, ni tout autre genre de choses, sont très tolérantes maintenant. Les églises qui autrefois voulaient faire face au péché ne le confrontent plus. Nous sommes tous tombés dans le jeu psychologique jouant avec l'estime de soi et l'égo-construction. C'est typique dans tous les mouvements de l'église chrétienne. Ce n'est pas dans chaque église, mais il domine dans la plupart d’entre elles. Et si vous allez contre, vous êtes vraiment anathème. Nous avons permis au monde de redéfinir la loi morale de Dieu et même de redéfinir le caractère de Dieu et de Le rendre plus tolérant au péché qu'Il ne l’est.

L'exposition constante à la Parole de Dieu est donc essentielle. Je vais vous dire, dans un temps comme celui-ci, ce dont les églises ont le plus besoin, c'est l'exposition constante à la norme divine de Dieu. Au lieu de cela, ils obtiennent des églises qui acceptent la mentalité de MTV et leur donnent plus ou moins la même chose, ce qui est inconcevable pour moi. Il devrait y avoir une telle hostilité contre celle-ci, qu'elle renverserait littéralement ces sortes d'églises qui diluent la vérité. Je veux dire, nous devrions être si irrités à propos de cet acquiescement que cela commencerait une révolution spirituelle. C’est incroyable pour moi que dans un moment où la culture est définie par MTV, les églises essayent de s'adapter à la culture. C'est incroyable !

D'autre part, ce dont les gens ont désespérément besoin est une exposition constante à la Parole de Dieu qui est la seule chose qui les sensibilisera à la moralité divine semaine après semaine alors qu’ils sont agressés constamment par ce qui les entoure. Quand nous avons besoin de cela désespérément pour garder notre sensibilité à la norme de Dieu, à la vraie sainteté et à la vraie pureté, les églises le rejettent en faveur du divertissement de leur peuple. C'est un moment effrayant dans lequel nous vivons.

Maintenant, je souhaite poser une deuxième question, nous verrons jusqu’où nous pouvons aller. Quel péché est le plus grave ? Nous savons ce qu'est le péché. C'est une violation de la loi de Dieu, et nous ne serons jamais sensibles au péché, à moins que nous ne soyons constamment sensibles à la loi de Dieu à travers l'enseignement de la Parole. La culture ne fait que noyer les gens, y compris les chrétiens, dans cette nouvelle moralité, cette nouvelle explication psychologique pour l'iniquité, et cette nouvelle recherche dégradante sur l'estime de soi et la nécessité de construire l’ego. Nous savons ce qu'est le péché, seulement si nous sommes exposés à la Parole de Dieu, mais je pense que nous devons y passer plus de temps. Ce n'est pas le moment pour des sermons courts qui sont intéressants ; c'est le temps pour de longs sermons exigeants. Garder une vie pure est très, très difficile en ce moment. Nous devons entendre la Parole de Dieu.

Mais, allons-y un peu plus profondément. Quel est le péché le plus grave ? Je vais vous dire la réponse ; les théologiens médiévaux ont eu raison : ce sont les péchés de l'esprit. Jésus l'a dit : c'est du cœur que la bouche parle. C'est ce qui se cache dans le cœur de l'homme qui le profane le plus. Et le véritable défi dans notre vie, bien-aimés, c’est de garder un esprit pur, et c'est très difficile. Je crois que la seule façon où cela peut se produire, c’est en restant continuellement aux pieds de la Parole de Dieu et en la proclamant de manière convaincante. En réalité, les sept péchés capitaux de la théologie médiévale n'étaient pas des comportements ; ce sont tous des péchés de l'esprit. Aucun péché n'est plus destructeur pour la conscience que le péché qui a lieu dans le domaine de l'esprit. Les péchés de l'esprit remuent la conscience comme aucun autre péché parce que, écoutez-moi, la conscience est la seule dissuasion.

Un ami chrétien peut empêcher un péché de langue, n'est-ce pas ? Vous allez faire attention à ce que vous dites si vous êtes avec un autre chrétien, n'est-ce pas vrai ? Un ami chrétien, un mari, une femme, un enfant, va freiner les péchés de l'action. Mais la seule chose dissuasive, dans votre vie contre les péchés de l'esprit c’est votre, quoi? Votre conscience ! Et vous devez nourrir votre conscience constamment dans la Parole de Dieu, dans votre esprit afin que votre conscience fonctionne réellement avec tout son pouvoir. Votre conscience doit être si sensible aux péchés de votre esprit que vous puissiez jouir comme Paul quand il a déclaré que notre fierté est celle-ci : le témoignage d'une bonne conscience. Vous devez faire face aux péchés de l'esprit. Vous seul et Dieu seul les connaît. 1 Corinthiens 2 : 11 dit : « Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l'homme, si ce n'est l'esprit de l'homme qui est en lui ? » Qui sait ? Personne ne le sait, juste vous, dans votre propre esprit.

Beaucoup de gens qui ne font pas de mauvaises actions sont néanmoins hardiment mauvais dans leurs pensées. Ils n'agiront pas en faisant de mauvaises choses parce qu'il y a une pression de l’entourage, et il y a des raisons impérieuses pour ne pas le faire, mais ils sont très impliqués avec le mal dans leur esprit. Un homme qui, par exemple, s'abstient de la fornication de peur d'être pris au piège, peut se convaincre qu'il est bon de livrer son esprit à des fantasmes salaces parce qu'il pense que personne ne découvrira jamais un péché aussi privé. Le fait est : le péché qu'il entretient délibérément dans son esprit peut être mille fois pire que tout ce qu'il pourrait penser faire devant les autres. Et l'Écriture dit que sa culpabilité est la même devant Dieu que s'il avait agi. C'est pourquoi la conscience est si exigeante, si implacable. Vous voyez, pour vous livrer aux péchés de la pensée, se livrer à ce genre de choses, c’est aller à l’encontre de votre conscience directement. C'est simplement avoir une culpabilité sans fin et l'absence de joie. Ceux qui pensent être impurs ne peuvent pas avoir de consciences pures. La culpabilité est inhérente à la pensée du mal. Lorsque les pensées sont souillées, la conscience est immédiatement souillée, et la conscience crie. Paul dit à Tite dans le chapitre 1, verset 15 : « Tout est pur pour ceux qui sont purs; mais rien n'est pur pour ceux qui sont souillés et incrédules, leur intelligence et leur conscience sont souillées. » Rien ne porte plus atteinte à la conscience que l'habitude de se livrer à de mauvaises pensées. Malheureusement, une fois qu’elle est commencée, la pratique devient trop facile.

En passant, c'est le péché qui n'a pas besoin d'opportunité. Avez-vous remarqué cela ? Il ne nécessite personne, ni rien ni aucun endroit particulier. Les péchés de l'esprit peuvent se produire n'importe quand, n'importe où, en toutes circonstances, et c'est pourquoi, lorsque vous commencez à cultiver les péchés de l'esprit, vous vous mettez dans une situation absolument terrifiante parce que vous ne pouvez pas échapper. Il y a des péchés que vous pouvez fuir, mais pas les péchés de l'esprit.

Donc, c'est destructeur au-delà de toute autre chose. Vous pensez que ça peut aller parce que ce n'est pas visible de l'extérieur, et tout le monde pense que tout va bien. La vérité est que c’est pire à l'intérieur, car ce n'est pas détecté par les autres et donc ce péché peut engendrer une addiction, en engageant l'esprit, les émotions, le désir, le souvenir et l'imagination. Les péchés de la pensée ! Votre âme s’habitue, continue dans ces habitudes pécheresses qui suivent le courant. Semez une pensée, récoltez un acte ; semez un acte, récoltez une habitude ; semez une habitude, récoltez un caractère ; semez un caractère, récoltez un destin.

C'est une chose tragique ! C'est pourquoi il est si important que vous entendiez la Parole de Dieu régulièrement, que vous soyez sensibilisés au péché constamment. Encore une fois, je reviens sur cette question car cela me concerne tellement. Les gens peuvent aller à de nombreuses églises encore et encore et le péché n'est jamais confronté. Cela peut leur faire croire, momentanément, que tout va bien. Cela ne fait rien pour leur conscience à long terme, par contre. Cela n’aide pas ; c'est gênant. Finalement, ces choses à l'intérieur apparaîtront à l'extérieur. Personne ne tombe par hasard dans l'adultère. Nous voyons cela avec les pasteurs et les autres. Personne ne tombe dans l'adultère. Le cœur de l’adultère a été façonné par un long processus de pensées pécheresses et de pensées charnelles. Il prend forme de cette façon. Le cœur du voleur fait un long chemin avant l’acte de vol par la convoitise. Tout le péché est d'abord incubé dans l'esprit. Jacques 1 : 13 dit : « Que personne, lorsqu'il est tenté, ne dise : C'est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne. Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. Puis la convoitise, lorsqu'elle a conçu, enfante le péché; et le péché, étant consommé, produit la mort. » Ne vous trompez pas, frères, tout commence à l'intérieur.

Encore et encore, vous vous souvenez que Christ a réprimandé les pharisiens parce qu'ils ont observé la loi de cérémonie externe et ont négligé la partie morale ? Ils étaient tout à fait préoccupés par l'apparence d'être justes, mais ils étaient comme une tombe : blanche à l'extérieur, mais à l'intérieur, elle empeste les os de l'homme mort. Il a dit : « Malheur à vous, scribes et pharisiens, hypocrites, vous nettoyez l'extérieur de la tasse et du plat, alors qu’à l'intérieur il y a pleins de vols et d'indulgences. Vous, Pharisiens aveugles, nettoyez d'abord l'intérieur de la tasse et du plat afin que l'extérieur de ceux-ci soit également propres. Malheur à vous, scribes et pharisiens, hypocrites, car vous êtes comme des tombeaux blanchis à la chaux qui, à l'extérieur, semblent beaux, mais à l'intérieur sont pleins d'ossements morts et remplis de toute impureté, de même que vous aussi, extérieurement, apparaissaient justes envers les hommes, mais intérieurement vous êtes plein d'hypocrisie et d'anarchie. » Et saviez-vous que les pharisiens avaient atteint le point où ils pensaient réellement que les mauvaises pensées n'étaient pas vraiment pécheresses, seules les actions ? Et c'est pourquoi Jésus leur a dit : « Vous avez entendu qu'il a été dit aux anciens : Tu ne tueras point; celui qui tuera mérite d'être puni par les juges. Mais moi, je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère mérite d'être puni par les juges. Vous avez appris qu'il a été dit : Tu ne commettras point d'adultère. Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. » Non seulement le meurtre est un péché, mais la colère aussi ; non seulement l'adultère est un péché, mais la convoitise aussi. Essayez de le dire à notre génération.

Qu’est-ce qui devrait se passer dans notre esprit ? Que devrions-nous cultiver dans les recoins les plus profonds de nos esprits et de nos cœurs ? Je vais vous le dire : adorer et aimer Dieu. L’adoration et l’amour envers Dieu ! Lorsque nous avons été sauvés, c’était pour être des fidèles. Le Seigneur nous a sauvés afin que nous soyons de vrais fidèles. Écoutez ceci : pécher dans l'esprit, c'est salir le sanctuaire où notre meilleur culte devrait avoir lieu. Ainsi, cultiver les péchés de l'esprit ne défile pas seulement l'esprit, mais il déplace le culte pour lequel nous avons été sauvés. Et là encore, cela peut être défini comme une forme de blasphème.

Il est souvent relativement facile de confesser et d’abandonner les actes de péché, les paroles du péché, mais les péchés de notre esprit sont moins confessés que tous les autres. Ce sont les péchés qui font noircir l'âme. Ce sont les péchés qui contaminent le caractère. Ils travaillent directement contre la conscience, et la conscience se bat avec toute sa valeur contre cette attaque. C'est pourquoi l'Ancien Testament dit dans Proverbes 4 : 23 : « Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie. » Mais, vous savez, au-delà de la conscience, je dois dire que Dieu connaît nos cœurs. Actes 15 : 8 dit : « Dieu connaît nos cœurs. » 1 Jean 3 : 20 dit : « Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses. » David a écrit : « Tu sais quand je m'assieds et quand je me lève, Tu pénètres de loin ma pensée ; Tu sais quand je marche et quand je me couche, et Tu pénètres toutes mes voies. » Donc, Dieu sait si nous avons un cœur adultère, envieux, en colère, hostile, égoïste et fier qui cultive tous ces péchés de la pensée ou si notre cœur est consacré à L’adorer. Le Psaumes 44 : 21 dit : « Dieu ne le saurait-Il pas, Lui qui connaît les secrets du cœur ? » Jésus a dit aux Pharisiens dans Luc 16 : 15 : « Vous, vous cherchez à paraître justes devant les hommes, mais Dieu connaît vos cœurs; car ce qui est élevé parmi les hommes est une abomination devant Dieu. »

Et vous savez quoi ? Ce qui se passe dans votre cœur est le test décisif de votre caractère. Proverbes 23 : 7, « Car il est comme les pensées de son âme. » Proverbes 6 : 12 : « L'homme pervers, l'homme inique, marche la fausseté dans la bouche ». Vous voulez savoir ce que vous êtes réellement ? Regardez votre cœur. Regardez l'intérieur, car comme dans l'eau, le visage reflète le visage, ainsi le cœur de l'homme reflète l'homme. Proverbes 27 : 19.

Le comportement externe n'est pas une mesure précise de votre caractère ; les pensées de votre cœur révèlent la vérité. Les pensées de votre cœur ne sont connues que de Dieu et de votre conscience. Et, bien-aimés, il est si crucial que nous cultivions une vie pure afin que nous puissions apprécier le témoignage d'une conscience pure. Vous savez, plus vous apprenez la Parole, plus vous êtes exposé à la Parole, plus votre cœur est rempli de Sa vérité, et plus votre amour et votre adoration seront tournés vers Dieu. Le nettoyage de celui-ci produira une conscience pure. Je ne sais honnêtement pas comment les hommes peuvent nourrir leurs pensées de saletés, de pourritures, d’obscénités, de méchancetés, de choses qui déplaisent à Dieu, et ensuite se tenir debout pour partager la Parole sans être littéralement agressés dans leur conscience.

Les consolateurs de Job, vous vous en souvenez ? Ils sont venus vers lui et ils l'ont accusé faussement ; il n'y avait rien dans sa vie dont ils pouvaient l'accuser, n'est-ce pas? Vous vous souvenez de Job. Il était plus juste que tout autre homme, alors de quoi pouvaient-ils l'accuser ? Je vous dis, ils l'ont accusé d’avoir des pensées sales. Zophar est venu et lui a dit : Job 20, versets 12 et 13 : « Le mal était doux à sa bouche, il le cachait sous sa langue, il le savourait sans l'abandonner, il le retenait au milieu de son palais. »

En d'autres termes, il est vraiment méchant à l'intérieur. Vous ne le voyez pas, et vous ne l'entendez pas, mais il est pourri à l'intérieur. L'image qu'il a peinte du penseur maléfique est certainement vraie. Les mauvaises pensées sont comme des bonbons pour eux. Le penseur maléfique tire une grande satisfaction de ses iniquités imaginaires. Il savoure les fantasmes maléfiques. Il savoure ses pensées comme un morceau de choix, de douceur, sous sa langue. Il les roule dans son imagination. Il retourne vers les mêmes méchants auprès desquels il peut glaner un plaisir illicite, encore et encore. Il les examine comme un animal qui rumine, évoquant les pensées mauvaises préférées encore et encore dans l'esprit. C'est ce dont ils ont accusé Job, mais ils ne connaissaient pas Job réellement. Job s'était bien gardé de cela. C'est ce qu'il a dit dans Job 31 : 1, « J'avais fait un pacte avec mes yeux, je n'aurais pas arrêté mes regards sur une vierge. » Je ne fais rien. Je ne regarde dans aucune direction qui peut cultiver une pensée maléfique. Il savait que Dieu connaissait ses pensées. Il dit ceci : « Dieu n'a-t-Il pas connu mes voies ? N'a-t-Il pas compté tous mes pas ? Si j'ai marché dans le mensonge, si mon pied a couru vers la fraude, que Dieu me pèse dans des balances justes, et Il reconnaîtra mon intégrité ! » Alors Job a nié que son cœur avait suivi ses yeux. Il a nié que son cœur ait été attiré par une autre femme. Ce serait un crime charnel, dit-il, et l'iniquité sera punie par les juges. Cacher l'iniquité dans le cœur, dit-il, serait de couvrir sa transgression comme Adam. Rien que la pensée écœurait son cœur juste.

Non, Job était très conscient du danger des pensées pécheresses. Il a consciemment et délibérément placé une garde sur son cœur pour éviter de telles choses. Et alors, vous savez ce qu'il a fait ? Il offre même un sacrifice à Dieu, au cas où ses enfants auraient péché dans leurs cœurs. Quand les jours de festin étaient terminés, Job renvoie ses enfants et les consacre, se levant tôt le matin pour offrir des holocaustes pour chacun. Car Job a dit : peut-être mes fils ont péché et ont maudit Dieu dans leurs cœurs. Job faisait des sacrifices continuellement, préoccupé non seulement par ses propres pensées, mais par les pensées de sa propre famille. C'est pourquoi le Seigneur a dit qu'il n'y avait personne comme lui sur la terre. C’était un homme irréprochable et juste qui craignait Dieu et qui se détournait du mal.

Donc, toute cette question de péchés de la pensée doit être traitée si nous voulons parler de la conscience, si nous voulons libérer notre conscience et jouir de la paix, de la joie, du bonheur dans l'expérience chrétienne. Si vous voulez calmer votre conscience bruyante, vous devez faire face à vos pensées.

Eh bien, je vais essayer de terminer rapidement en deux minutes. Il y a trois façons dont l'esprit s'engage dans le péché. Je vais simplement les mentionner, puis je m'arrêterai. Les péchés de souvenir, d'abord. Pour apprécier le souvenir des péchés passés, ramener un souvenir méprisant d'un péché passé, c’est commettre le péché à nouveau. Il y a peu de temps, j'ai baptisé un homme qui était un ancien homosexuel, transformé par le Christ. Sa vie a changé. Son cercle d'amis a changé. Il s'est éloigné le plus possible de tout ce qui rappelait de près ou de loin sa vie passée. Il n'était pas tenté par de vieux amants. Il n'était pas tenté par les homosexuels autour de lui, mais vous savez par quoi il avait une tentation incessante ? Devinez ! Sa mémoire qui parcourait toutes les relations illicites de son passé. Des souvenirs si vifs, tellement ancrés dans son cerveau, qu'il pensait parfois ne jamais être capable de les surmonter. Toutes les relations viles du passé ont été stockées dans son cerveau. S'il le voulait, il pouvait dire non à ces tentations. S'il le voulait, il pouvait dire oui et revenir aux saletés du passé. Le péché a une façon de s'imposer sur nos souvenirs avec des sensations vives que nous ne pouvons pas chasser.

Je vous affirme que je suis affligé quand je sais que de jeunes gens impressionnables dans leur adolescence vont s'asseoir dans une salle de cinéma et regarder des gens de plus de cinq mètres de haut, mener des activités sexuelles d’une façon dramatique et supposer que ces images vont rester dans l'esprit de ces jeunes pour toujours, au moins dans cette vie. Ils ne pourront pas s’en sortir. Vous ne pouvez pas chasser ces images. Satan peut vous faire revisionner tout cela, et votre corps charnel peut aussi le faire.

Et cela ne concerne pas uniquement des péchés sexuels. Certaines personnes aiment répéter les souvenirs du moment où ils se sont fâchés et ont versé leur vengeance envers quelqu'un qu'ils méprisaient, ou bien ils ont pris l'habitude de mentir et de s'en sortir, ou ils savourent le fait qu'ils ont triché sur leur déclaration d’impôts sur le revenu. Toutes sortes de tentations proviennent de la mémoire. Satan tentera de vous ramener dans les ordures de votre passé et, une fois que vous avez implanté une image explicite dans votre esprit, vous ne pouvez pas l'enlever, elle est là. Ainsi, une façon dont nous péchons dans l'esprit, c’est de se souvenir du péché passé.

Deuxièmement, des péchés d'intrigue. L'esprit, comme nous l'avons vu dans Jacques, commence avec la convoitise et son désir se développe dans l'imagination pour atteindre le fantasme complet. Et il prévoit, avec des complots et des plans, le présomptueux péché prémédité.

Et puis, le troisième, le péché imaginaire. L'intrigue pourrait finalement se terminer par une véritable action du péché, mais il y a des péchés d'imagination, un péché purement imaginaire. Commettre l'adultère dans le cœur, assassiner dans le cœur, convoiter dans le cœur, être mécontent de ce que vous avez comme situation dans la vie, rêver un jour d'être marié à quelqu'un d'autre, penser à un luxe que vous voulez dans votre vie, se livrer à la gourmandise dans une frénésie imaginaire. Littéralement, des millions de personnes vivent dans ce genre de fantaisie du péché. Et vous savez ce à quoi je pense ? Vous avez entendu parler de cette théologie de confession positive ? Je crois que, pour la plupart, ce n'est que le péché fantastique. Ce n'est pas divin, ce n'est pas vertueux, et ce n'est pas la foi. Pour dire, je veux une nouvelle Rolls Royce, une nouvelle Cadillac, une nouvelle maison, un meilleur travail ou plus d'argent et je vais croire en Dieu pour cela, ce n'est pas juste un acte de foi. C'est une iniquité ! C'est un péché fantastique ! C'est une convoitise ! C'est la convoitise !

Et ainsi, l'esprit peut pécher en se rappelant, en prévoyant les péchés dans le futur et en développant l'imagination. Le psalmiste a déclaré : « Créez-en moi un », quoi ? « cœur pur, ô Dieu, afin qu'il puisse avoir une conscience pure ».

Prions. Maintenant, alors que vos têtes sont baissées dans ce moment de clôture, écoutez ce que je dis, puis nous prierons. Comment allez-vous faire face au problème des péchés de la pensée ? Premièrement, avouez-le, identifiez-le et abandonnez-le. Qu'il s'agisse de l'immoralité, de la colère, de la vengeance, de l'amertume, de la convoitise, du mécontentement. Deuxièmement, refusez de vous divertir avec cette pensée. Faites une alliance avec le Seigneur pour réfléchir sur des choses honorables, justes, aimables et bonnes. Troisièmement, nourrissez-vous avec la Parole qui, lorsqu'elle est cachée dans le cœur, fait fuir le péché. Quatrièmement, évitez les attractions perverses. Ne vous exposez pas à des choses qui provoquent des péchés de pensée. Cinquièmement, cultivez l'amour de Dieu. C'est ma prière et mon désir pour vous que vous glorifiez Dieu, que vous honoriez votre Sauveur, que vous recevriez la bénédiction, le bonheur triomphant d'une conscience pure et que vous puissiez dire avec Paul : « Car ce qui fait notre gloire, c'est ce témoignage de notre conscience, que nous nous sommes conduits dans le monde, et surtout à votre égard, avec sainteté et pureté devant Dieu, non point avec une sagesse charnelle, mais avec la grâce de Dieu. » Quel témoignage !

Père, travaille dans tous les cœurs. Nettoie tous les cœurs, et que nous ayons une conscience affirmée, la joie et la paix d'une conscience affirmée. Je Te remercie que le pardon soit disponible, et ce n'est pas seulement un sentiment, c'est un fait réel donné à celui qui demande, car si nous confessons nos péchés, Tu les pardonnes. Crée en nous un cœur pur, ô Dieu, pour l'amour de Christ. Amen.

FIN

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

ECFA Accredited
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize