Grace to You Resources
Grace to You - Resource

Ce matin, alors que nous considérons ensemble la merveilleuse réalité de l'histoire de Noël, je veux que nous regardions un texte de l'Écriture trouvé dans les deux premiers chapitres de l'évangile de Luc et je vous invite si vous voulez à ouvrir votre Bible dans le livre de Luc . Nous allons examiner une partie du chapitre 1, et une partie du chapitre 2 également. Je suis sûr que tous les parents sont convaincus, sans aucun doute que leurs enfants sont les enfants les plus uniques qui soient jamais nés.

Et je suis également sûr qu'aucun enfant ne vient jamais dans le monde sans remplir le coeur de leurs parents d'une quantité d'attentes. Quand nos quatre enfants sont nés, nous aussi bien sûr, et même maintenant, nous continuons à avoir le grand espoir, le grand rêve et le grand désir qu'ils soient tout ce qu'ils peuvent être pour la gloire de Dieu, ou du moins lorsqu'un enfant vient au monde, ce que nous espérons n'est rien de plus que nos aspirations. Ce que nous espérons n'est qu'un souhait, parce que l'histoire n'est pas encore écrite. Nous ne savons pas encore ce que cet enfant deviendra, et nous attendons avec une grande anticipation, avec un grand degré d'inquiétude et de préoccupation durant les années qui passent de la vie de cet enfant pour voir ce que, vraiment, cet enfant deviendra. Ce n'était pas vrai dans le cas du Seigneur Jésus-Christ. Car à la naissance de l'enfant de Bethléem, tout ce qui devait être connu de cet enfant a été révélé dès le début. Il n'y avait vraiment pas besoin d'espoir, il n'y avait pas besoin d'un souhait, d'un rêve, d'imaginer, tout a été dit quant à qui était l'enfant et pourquoi il est venu et ce qu'il ferait et comment il affecterait le monde , c'est si différent. Deux jeunes juifs ordinaires ont été confrontés à l'enfant le plus stupéfiant que le monde ait jamais connu.

Un enfant dont la vie était déjà clairement tracée et jalonnée à partir du moment de sa naissance. Contrairement à tout autre enfant. Quel enfant a sa vie, son destin et son impact complètement décris avant que sa vie ne soit vécue. Quel enfant a tous les détails de son caractère, de ses actions et des effets qu'il produira, clairement définis avant même que l'un d'eux ne trouve sa place dans l'histoire. Une naissance vraiment, vraiment unique. Le seul autre enfant qui vient avec des lettres de créance préécrites est un enfant né juste avant la naissance du Christ, à savoir, Jean-Baptiste. Beaucoup a été dit aussi de lui, dans la première partie de Luc également au chapitre 1. Jean-Baptiste devait naître d'un prêtre du nom de Zacharie qui avait une femme nommée Elizabeth, mais bien que beaucoup a été dit au sujet du ministère de Jean le Baptiste, il y avait encore des questions dans l'esprit des gens comme dans Luc 1:66, où les gens qui ont entendu parler de cet enfant unique disent : "Quel genre d'enfant sera-ce?" C'était encore quelque peu flou, même dans le cas de Jean-Baptiste, bien que beaucoup aie été dit, qu'est-ce que serait cet enfant exactement. Mais l'enfant né après Jean-Baptiste, l'enfant dont la vie et l'histoire est préécrite non seulement dans la première partie du Nouveau Testament qui annonce sa naissance, mais à travers tout l'Ancien Testament, est beaucoup plus unique que Jean. Et tant de choses stupéfiantes et étonnantes ont été dites à propos de Jésus-Christ, que nous lisons dans Luc 2: 33: "Son père et sa mère étaient dans l'admiration des choses qu'on disait de lui." Il offrit même à Joseph et Marie de l'émerveillement, à cause de ce que l'ange leur a dit à son sujet.

Maintenant, qu'est-ce qui, précisément, a été dit au sujet de Jésus-Christ à sa naissance qui est si étonnant, qui a laissé ses parents avec tant de stupeur, de crainte et d'émerveillement ? La réponse commence à se dévoiler pour nous dans l'annonce de l'ange faite à Marie à partir au chapitre 1, verset 30, lisons-le. "L'ange lui dit: Ne crains point, Marie; car tu as trouvé grâce devant Dieu. Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n'aura point de fin.Marie dit à l'ange: Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d'homme?L'ange lui répondit: Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu."

Or, cette annonce, jointe à l'annonce faite à Joseph par l'ange, couplée à certaines choses qui sont dites du Christ à la fin du chapitre 2 ou près de la fin, aux versets 34 à 38, ce sont ces choses qui étonnent les parents. Et je veux que nous nous concentrions sur six d'entre elles dans notre étude du Seigneur Jésus-Christ ce matin. Tout d'abord, d'une manière générale, vous remarquerez le verset 32. Et là, nous lisons cette déclaration : il sera grand. Il sera grand. Cette même déclaration a été faite dans le chapitre 1 verset 15 à propos de Jean-Baptiste. Car il sera grand devant le Seigneur. Jean-Baptiste devait être grand. Jésus devait être grand. Le mot peut signifier extraordinaire, merveilleux, splendide, magnifique, noble, distingué, illustre, éminent, puissant, cela implique qu'ils sont des êtres à part. Jean-Baptiste était grand. Il était grand parce qu'il était le plus grand représentant des prophétes. Le précurseur du messie. En fait, on dit de lui, qu'il n'y en a pas eu de meilleur que Jean-Baptiste. Le Seigneur Jésus-Christ est grand lui aussi, c'est-à-dire qu'il surpasse tout ce qui est éminent, prééminent, splendide, illustre, renommé et tout ce que ce mot implique. Pour des raisons autres que la grandeur de Jean-Baptiste, pour des raisons qui sont expliquées dans ce même passage. C'est qui l'a rendu grand et ce qui a étonné et émerveillé ses parents.

Nous trouvons ici six choses qui qualifient Jésus-Christ dans sa grandeur unique dès le moment de sa naissance. Tout d'abord, au verset 32, "Il sera grand et sera appelé Fils du Très Haut" Ce qui veut en fait dire, Jésus est Dieu. Jésus est Dieu et c'est la vérité indubitable que je veux que vous imprimiez dans votre esprit alors que nous débutons notre étude de ce passage. Jésus est Dieu. Donc, Luc se réfère à Dieu, avec le terme, le très haut, ou si vous voulez, le plus grand. Luc semble favoriser ce terme en identifiant Dieu, de même que l'ange qui a fait l'annonce. Au verset 35 il est dit : "L'ange lui répondit: Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre." Puis au verset 76 : "Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très Haut." C'est le témoignage de Zacharie lorsqu'il est rempli du Saint-Esprit. Alors l'ange appelle Dieu le très haut. L'Esprit Saint à travers Zacharie appelle Dieu le très haut. Ce terme parle de la souveraineté de Dieu. Notre Seigneur Jésus Christ dans Luc 6:35, dit que vous serez les fils du très haut. Dans Actes 7:48, Luc qui écrit le livre des Actes choisit aussi d'utiliser le même terme le très haut. Il y a même une occasion où les démons se réfèrent à Dieu comme le très haut ou le plus grand. En fait, appeler Dieu le plus grand, appeler Dieu le très haut, souligne sa souveraineté majestueuse, c'est l'affirmation de la supériorité suprême de Dieu. C'est-à-dire qu'il n'y a personne plus grand que lui. Il n'y a personne à son niveau, ou au-dessus de lui. Le titre qui lui est donné dans l'Ancien Testament est El Elyon en hébreu et il est utilisé initialement dans Genèse 14:18. Ce terme, El Elyon, devient un titre très courant de l'Ancien Testament pour désigner Dieu. Et où qu'il soit utilisé, il nous donne le sentiment du pouvoir souverain de Dieu surpassant toute chose ; De sa suprématie ultime. Il n'y a personne de plus grand que lui. Il est le plus grand en autorité et en prééminence. L'utilisation du terme de El Elyon, contribue de manière significative à souligner le rang suprême de la souveraineté de Dieu.

Par exemple, dans Deutéronome 32: 8, nous lisons: " le Très Haut donna un héritage aux nations" Dans le Psaume 47: 2 " Car l'Éternel, le Très Haut, est redoutable, Il est un grand roi sur toute la terre." Et par quatre fois dans la prophétie de Daniel, il est dit les très haut règne sur la terre et distribue les royaumes des hommes à qui il veut. Donc, tous ces versets nous disent que le très haut est souverain sur les nations. Il est souverain sur les nations. Deuxièmement, dans 2 Samuel 22:14, il y a une description de Dieu contrôlant l'eau, les nuages et les cieux, les éclairs et le tonnerre, les mers et la pluie, le texte nous dit, "L'Éternel tonna des cieux, Le Très Haut fit retentir sa voix." Et là, le plus haut est vu à travers sa souveraineté sur la nature. Son contrôle sur tout l'univers créé. Il est donc souverain des nations. Il est souverain sur la nature. Dans les Psaume 7:17 et Psaume 9: 2, il y a une discussion sur la puissance de Dieu face aux méchants et sur la puissance de Dieu face à ceux qui se rebellent et lui désobéissent et il est dit: " Je louerai l'Éternel à cause de sa justice, Je chanterai le nom de l'Éternel, du Très Haut." Il est souverain sur les pécheurs. Dans le Psaume 21: 7, il parle de la miséricorde du Très-Haut qui est accordée par le salut à ceux qui croient en lui, c'est-à-dire qu'il est non seulement souverain sur les pécheurs, mais il est souverain sur les justes à qui il accorde tout autant la grâce et la miséricorde du salut.

Dans le Psaume 46: 4, il se réfère aux tabernacles du très haut où le peuple de Dieu trouve protection, sécurité, tranquilité, confort et c'est ce qui nous dit qu'il est souverain sur son propre peuple racheté. En fait, dans Daniel 7:18, il est dit, que nous sommes les saints du très haut. Ce sont les saints qui appartiennent au Dieu souverain. Dans Lamentations 3:37 et 38, il y a une affirmation tout à fait claire qui dit : C'est de la volonté du Très Haut que viennent les maux et les biens. Son propre nom, résume alors à lui seul tous les éléments de la souveraineté de Dieu. Il est souverain dans toutes les dimensions possibles. Souverain sur les nations. Souverain sur la nature, sur les pécheurs, sur les justes, souverain sur le peuple qu'il a racheté et souverain sur tout ce qui est mauvais et tout ce qui est bon, c'est-à-dire, il est le très haut. Il n'y a pesonne d'aussi élevé que lui. Il est Dieu au-dessus de tous les autres dieux. Il est le Dieu suprême.

Pourquoi est-ce important me direz-vous ? Revenons à notre texte dans Luc chapitre 1 et regardez le verset 32. Voici le message de l'ange à Marie et le message est, le fils que tu enfantera sera appelé le fils du très haut. Le fils du très haut. Puis au verset 35, à la fin du verset, le fils de Dieu. Le fils de Dieu. Or, qu'est-ce qu'un titre de ce genre voulait indiquer, sinon rien de moins que l'évidence. Son intention est de dire, Jésus est Dieu. Dire que Jésus est le fils du très haut c'est dire qu'il porte le caractère et la nature et l'essence du très haut. Le terme Fils n'implique pas que Dieu est un grand Dieu qui a engendré un sous-dieu ni que Jésus est un sous-dieu. C'est dire que Jésus porte la même vie, la même essence et la même nature que Dieu. Comme le dit Hébreux 1, il est la reproduction exprimée ou exacte de l'image de Dieu. Hébreux 1: 1 et 2 nous dit cela. Dieu nous parle par son fils, verset 3, qui est la réplique exacte de lui-même. Il est le fils de Dieu, c'est-à-dire qu'il porte la vie et la nature de son père. Voilà l'essence de l'utilisation de cette idée ici. Maintenant, aucun écrivain ne nous montre plus clairement le sens de Christ le fils envoyé par son père, que l'écrivain Jean, donc je voudrais que vous vous tourniez vers Jean 5 pour un moment. Il y a deux semaines, j'ai rencontré quelqu'un et je lui ai suggéré que ce qui était nécessaire dans leur vie était la connaissance du Seigneur Jésus-Christ. C'était un homme juif et il m'a dit, je ne sais pas qui est Jésus-Christ, j'ai besoin de le savoir. Et j'ai dit, je veux que vous rentriez chez vous cette semaine et que vous fassiez juste une chose, que vous lisiez l'évangile de Jean, lisez-le. Asseyez-vous et lisez l'évangile de Jean. Pour lui le mot Jésus, la parole Christ était soit un blasphème, soit quelque chose dont on ne parle pas.

Cet homme juif rejetait la réalité du Christ. Et il a lu l'Évangile cette semaine-là, est revenu et j'ai demandé : l'avez-vous lu? Et il a dit, oui. Et j'ai dit, quelle est votre réponse? Quelle est la conclusion dominante dans votre esprit après avoir lu l'évangile de Jean. Sans hésiter il m'a dit, alors qu'il n'avait jamais lu l'évangile de Jean avant, eh bien, une chose est sûre, Jésus est plus qu'un simple homme, Jésus est Dieu. Rien qu'en lisant l'évangile de Jean, parce que l'intention de Jean, c'est ça.

Et personne ne dit mieux qui est le fils de Dieu que Jean et aucun passage ne l'exprime mieux que le cinquième chapitre. Regardons le verset 16. Les Juifs persécutaient Jésus et ils cherchaient réellement à le tuer parce qu'il avait fait quelque guérison le jour du Sabbat. Il avait violé leur tradition juive artificielle en guérissant le jour du sabbat et en faisant transporter un homme sur son lit, ce qui, selon eux, était une violation de leur tradition. Maintenant, Jésus leur répond, il leur répond au verset 17, et sa réponse est une affirmation absolument étonnante de qui il est. Tout d'abord, dit-il, mon père travaille de cette façon et je travaille, alors, les Juifs ont cherché à le tuer encore plus parce qu'il avait non seulement brisé le sabbat, mais qu'il a dit aussi que Dieu était son père, se qui faisait de lui quoi ? Un égal de Dieu. Dans l'esprit juif, dire que Dieu était son père c'était dire je suis de la même essence que Dieu et c'est exactement ce que l'ange voulait dire dans son annonce à Marie

Or, ce qui est si dévastateur pour ce peuple juif, c'est que quand Jésus dit, mon père travaille et je travaille, il prétend être égal en nature avec Dieu, vous comprenez ? Égal en nature avec Dieu. Il dit vraiment cela, regardez, dans Marc 2:27 il est dit, le sabbat a été fait pour l'homme. Le sabbat a été fait pour l'homme, pas pour Dieu. Vous me direz, mais Dieu a créé en six jours et le 7ème jour il s'est reposé ? Écoutez, ne croyez pas un instant que le septième jour, Dieu s'est reposé complètement. Tout ce dont il se reposait c'était de la création parce qu'elle était terminée. Dieu s'est reposé de sa création, mais si Dieu s'était endormi, tout ce qu'il avait créé se serait désintégré. Il soutient tout par le pouvoir de sa parole. Dieu s'est reposé du processus créateur. Dieu ne s'est pas reposé de faire ce que Dieu doit faire pour maintenir sa création. La seconde chose qu'il nous dit, c'est qu'il est non seulement égal à Dieu par nature, mais aussi par le travail. Regardez dans le verset 19, Jésus leur répond et il leur dit, en vérité, en vérité, je vous le dis, le fils ne peut rien faire par lui-même, que ce qu'il voit le père faire. Car tout ce qu'il fait, le fils le fait aussi, de la même manière, car le père aime le fils et lui montre tout ce qu'il fait lui-même, et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles que tu peux imaginer. À présent, il prétend être égal dans les œuvres. Il dit, tout ce que je fais est exactement ce que Dieu fait. Et si vous me condamnez pour avoir brisé votre sabbat, vous condamez Dieu. Dites à Dieu qu'il a brisé votre sabbat parce que je fais seulement ce que Dieu fait. J'obéis à Dieu. C'est lui qui travaille et je suis celui qui travaille et ce qu'il fait, je le fais. Donc, si vous m'accusez, vous accusez Dieu. Incroyable déclaration. Je ne fais rien par moi-même. Quoi que fasse le père, c'est exactement ce que je fais. Quoi qu'il veuille que je fasse, il me montre quoi faire, donc votre dispute est avec Dieu parce que nous sommes égaux dans le travail. Troisièmement, il dit, nous sommes non seulement égaux en nature et égaux dans le travail, mais nous sommes égaux en puissance, verset 21: "Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut." Il dit: J'ai le même pouvoir de ressusciter les morts physiquement et spirituellement que Dieu. Nous sommes égaux en puissance. Et au verset 26: "Car, comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d'avoir la vie en lui-même." Et il répète la même idée. Jésus fait des déclarations étonnantes.

Comme le fils du très haut, il possède la nature du plus grand. Il fait les œuvres du très haut et il est égal en puissance. Quatrièmement, il dit qu'il a la même autorité que lui, à la fin du verset 21, il dit que le fils donne la vie à qui il veut. Il a la même autorité que lui. Il peut rendre jugement. Il peut faire ce qu'il veut. Vous remarquerez aussi au verset 22, qu'il est égal dans le jugement. "Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils," Le verset 27 évoque la même idée, il lui a donné l'autorité d'exécuter aussi le jugement parce qu'il est le fils de l'homme, verset 30. "Je ne puis rien faire de moi-même: selon que j'entends, je juge; et mon jugement est juste" Ainsi Dieu juge. Dieu confie le jugement à Christ donc en réalité, Dieu et Christ jugent ensembles, ils sont donc égaux dans le jugement. Et puis nous avons le verset 23, que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n'honore pas le Fils n'honore pas le Père qui l'a envoyé. Le fait est qu'ils sont égaux en terme d'honneur. A présent, notez l'alternance tout au long de ce passage des termes père, fils, père, fils, père, fils, père, fils. Et ce que l'emploi de la relation père fils de Dieu et du Christ a l'intention de communiquer c'est l'égalité de leur nature, l'égalité de leur travail. L'égalité de pouvoir, l'égalité de leur authorité, l'égalité de leur jugement et l'égalité de leur honneur. Bref, que Jésus est Dieu. Jésus est Dieu. Et alors, quand l'ange dit à Marie, il sera appelé le fils du très haut, il dit, c'est le fils de Dieu dont la parole est égale à celle de Dieu. Et quand Jésus a affirmé cela, les Juifs savaient que c'est ce qu'il voulait dire.

L'Enfant est Dieu, quelle incroyable, quelle merveilleuse, quelle extraordinaire, quelle renversante et presque incroyable voix qui résonne à leurs oreilles disant que votre enfant, ce petit bébé que vous avez porté en votre sein et celui que vous tenez dans vos bras est le Dieu vivant. Matthieu rapporte également la naissance du Christ et souligne cela. Comment Dieu peut-il naître d'un ventre humain ? Le verset 20 dit: "l'enfant qu'elle a conçu vient du Saint Esprit" Et le verset 23, "Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d'Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous." L'enfant est Dieu. Et l'enfant a été conçu sans un père humain, Dieu a planté une graine en Marie pour créer le Seigneur Jésus-Christ.

Dans Luc 1:43, même Élisabeth dit à Marie, pourquoi est-ce accordé à moi que la mère de mon Seigneur vienne à moi? Elle reconnaît que sa relation, sa propre parenté, Marie est sur le point de donner naissance au Seigneur lui-même. Et dans le chapitre 2 de Luc et verset 11, l'ange annonce aux bergers qu'il va naître ce jour dans la ville de David un sauveur qui n'est autre que le Messie, le Seigneur, le Seigneur lui-même. Ainsi le premier message étonnant qui est venu aux parents de Jésus était que cet enfant serait Dieu. Dieu. Le Seigneur. Les auteurs de nos chants de Noël ont compris cela à travers les siècles et chaque année nous arrivons en cette saison et nous chantons ces chansons et presque sans y penser nous ne prétons pas attention à ce que nous chantons, alors laissez-moi vous rappeler l'accent mis sur Les chants de Noël. Écoutez ces lignes familières.

Joie pour le Monde, le Seigneur arrive. Oui, Seigneur, nous te saluons, né en ce joyeux matin, viens adorer à genoux, le Christ le Seigneur. Christ au plus haut des cieux adoré, Christ le Seigneur éternel. Il s'est fait chair, vois le visage de Dieu , salue la divinité incarnée. Jésus notre Emmanuel. Pourtant, dans la rue sombre, la lumière éternelle resplendit. Nous chantons oh viens à nous demeure avec nous notre Seigneur Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous. Le Seigneur Jésus est né. Nous chantons le doux garçon de la vierge est le Seigneur de la terre. Nous chantons la parole du père s'est maintenant faite chair. Comment, à Bethléem, est né le fils de Dieu. Dieu réside maintenant avec l'homme, tout à coup le Seigneur est apparu. Nous chantons que tu as quitté ton trône et qu'ils te couronnent royalement quand tu es venu sur terre pour moi. Et nous chantons souvent que le père a donné son fils, il a donné son bien-aimé. Et donc les auteurs de tous les chants de Noël marquent pour nous la réalité que l'enfant est Dieu. La deuxième chose étonnante et c'est tout aussi étonnant c'est que l'enfant était aussi homme. Il avait aussi des traits humains.

De retour à Luc 1:31, et voici, dit l'ange à Marie, tu concevras dans votre sein et tu porteras un fils. Maintenant, ce serait une chose pour Dieu de simplement venir dans le monde, juste en eescendant du ciel en quelque sorte et d'arriver. Et Dieu pouvait certainement faire cela. Dieu est allé et venu dans l'Ancien Testament, sans le besoin d'une mère humaine, sans naissance humaine. Il y a de nombreuses occasions dans l'Ancien Testament où Dieu est apparu. Il marchait et parlait dans le jardin avec Adam et Eve. Dieu a fait des apparitions encore et encore, il est descendu au mont Sinai, il s'est montré à Abraham. Il y a des moments et des endroits où Dieu a pris une apparence et il n'a pas eu besoin d'être né d'une femme. Mais c'était parce que Dieu n'était jamais venu au monde comme un homme avant. Et maintenant, il vient, il ne vient pas seulement en tant que Dieu dans son entier, mais complètement homme et donc, doit être né pleinement comme les hommes sont nés à travers le ventre et le canal de naissance d'une femme humaine.

Et tu concevras en ton sein, et tu enfanteras un fils pour mettre en relief son humanité. En passant, au verset 36, en ce qui concerne Élisabeth, il est dit: qu'elle a aussi conçu un fils dans sa vieillesse, et elle en est au sixième mois, elle qui a été appelée stérile. Le parallèle est évident. Elisabeth portait un enfant duquel elle allait accoucher, tout comme Marie portait un enfant auquel elle donnerait naissance et si Jean-Baptiste était humain, Jésus le serait aussi.

Dieu dans sa totalité, oui, mais pleinement homme aussi. Regardez pour un moment, le chapitre 1 de Matthieu et le verset 19. "Joseph, son époux, qui était un homme de bien et qui ne voulait pas la diffamer, se proposa de rompre secrètement avec elle." Quand il la trouva enceinte et il savait qu'il n'avait jamais eut de relation avec elle, il allait divorcer pensant qu'elle lui avait été infidèle. "Comme il y pensait, voici, un ange du Seigneur lui apparut en songe, et dit: Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l'enfant qu'elle a conçu vient du Saint Esprit; elle enfantera un fils." Donc Matthieu dit la même chose, la conception a eu lieu en elle et elle enfantera un fils. Maintenant, prenez Luc 2: 6. Et ainsi, pendant qu'ils étaient là, les jours étaient passés, ou le temps était venu, afin qu'elle soit délivrée, tandis qu'ils étaient à Bethléem, le temps a été calculé. C'est-à-dire, que sa grossesse de neuf mois avait suivi son cours. La période normale de neuf mois avait eu lieu. C'est une naissance très normale. Ce n'est pas une conception normale. Jésus-Christ a été conçu par l'œuvre de l'esprit de Dieu, mais il est né par le processus normal du corps de Marie. Et notez ce qu'il dit d'une manière quasiment nonchalente, verset 7, "elle enfanta son fils premier-né." Ce qui me frappe ici c'est que l'expression son premier fils né souligne quelque chose de très significatif. "elle enfanta son fils premier-né." Cela implique qu'elle en a enfanté d'autres. Et c'est-à-dire que son premier-né et tout les autres sont nés de la même manière, par le processus normal elle a enfanté son premier-né. Si vous lisez l'Evangile de Matthieu, vous constaterez que le témoignage de Matthieu 12:46 et 47, le témoignage de Matthieu 13:55 et 56, le témoignage de Jean 2:12, Jean 7 versets 3, 5 et 10 arreste qu'elle a eu d'autres enfants. Jésus avait des frères et des sœurs. En son sein, elle a porté beaucoup d'enfants. Par accouchement, elle a fait naître beaucoup d'enfants. Ce n'était que le premier. Le fait est que Jésus est né de manière humaine naturelle il est donc parfaitement homme et ce qui est étonnant et stupéfiant c'est de savoir comment une femme peut-elle enfanter quelqu'un de totalement humain sans l'aide d'un père humain ? C'est un mystère aussi profond que la façon dont l'enfant pourrait être Dieu, car il exige lui même un miracle infini.

C'est un être humain véritable. Regardez le chapitre 2 verset 12. On dit aux bergers qu'ils trouveront un vrai bébé enveloppé dans des langes couché dans une mangeoire, notez le verset 21, "Le huitième jour, auquel l'enfant devait être circoncis, étant arrivé, on lui donna le nom de Jésus." Comme tout autre enfant juif, ils voulaient être sûrs que celui-ci avait le signe de l'alliance, la circoncision, la coupe du prépuce. Cela a été fait pour le petit bébé Jésus, comme pour tout autre bébé. Ce n'est pas quelque bizarrerie, ni une étrange créature qui est venu dans le monde. C'est vraiment Dieu, oui, mais un Dieu pleinement homme aussi, hey oui. Et la circoncision qui a été commandée depuis la Genèse 17:12, réitérée dans Lévitique 12: 3, comme la loi de Dieu pour le peuple de l'alliance est appliquée également dans le cas de ce petit aussi. Vous remarquerez aussi dans le chapitre 2 de Luc au verset 40 que l'enfant a grandi et est devenu fort en esprit. Qu'il était empli de sagesse et que la grâce de Dieu était sur lui.

C'est très semblable à ce qui est dit sur Jean-Baptiste au chapitre 1 verset 80. Il est dit de Jean-Baptiste, et l'enfant grandit et devint fort en esprit. Comme Jean-Baptiste grandit, Jésus grandit dans un processus très naturel de croissance humaine. Jésus, nous dit Jean 1:14 était la parole faite chair qui a habité parmi nous. En hébreu plusieurs passages de l'Écriture soulignent des choses sur le Christ qui sont essentielles. Par exemple, dans Hébreux 2:17, il est dit, par conséquent en toutes choses, il était approprié pour lui d'être fait comme ses frères. En toutes choses, fait comme ses frères. Il était en tous points, Hébreux 4:15, tenté comme nous sommes, mais sans péché. Dans Galates 4: 4, ce merveilleux témoignage dit, dans la plénitude des temps, Dieu a envoyé son fils fait d'une femme. Fait sous la loi, c'est-à-dire qu'il est né comme tout le monde. Il est venu au monde comme tout le monde, d'une femme, d'une femme, obligé comme tous les êtres humains de garder la loi de Dieu. Fait comme ses frères en toutes choses. S'il devait remplacer l'homme sur la croix, il devait être homme. S'il devait ressusciter des morts pour l'homme, il devait être homme.

C'est pourquoi Paul dit si merveilleusement: Nous avons un médiateur entre Dieu et l'homme, 1 Timothée 2: 5, Jésus Christ l'homme. Ses parents étaient étonnés qu'il soit Dieu. Ils étaient étonnés qu'il soit homme. Entièrement Dieu et pleinement homme. Enfant miraculeux. Et je vous rappelle encore une fois ce que vous chantez chaque année, c'est aussi un thème important et essentiel de toutes les chansons que nous chantons, saint enfant si tendre et doux, apparaissant par la parole du père non par la chair. Voyez-le dans la mangeoire, couvert de chair, voyez la Divinité. Quel est cet enfant étendu sur les genoux de Marie endormi ? Comme tout autre bébé, ce bébé, le fils de Marie. Un auteur dit, bien que d'humble naissance tu t'es vu naître dans la plus grande humilité. Un autre dit, il est né de la ligne de David, descendance du sein de la vierge, heureux d'habiter tel un homme parmis les hommes, Jésus notre Emmanuel. Entièrement homme, nous le chantons. Nous en témoignons. Le troisième aspect étonnant de cet enfant, au chapitre 1 de Luc, encore dans le verset 35, est le fait qu'il n'était pas seulement Dieu et homme, mais qu'il était sans péché. Il était saint. Il était parfait. L'ange dit: L'Esprit Saint viendra sur toi. La puissance du très haut te couvrira de son ombre, et c'est vraiment tout ce que nous savons de la façon dont la conception virginale de cette naissance a eu lieu. Par conséquent, retenez bien ça, cette descendance sainte, sera appelée le fils de Dieu.

C'est un enfant saint, oh, quelle déclaration remarquable. Pensez-y, il n'y a eu dans toute l'histoire des naissances de l'humanité qu'un seul enfant né saint. Un seul, personne n'a jamais enfanté de saint enfant, excepté Marie par la puissance de l'esprit de Dieu. Jean le Baptiste était rempli du Saint-Esprit nous dit Luc 1:15, mais il n'était pas saint. Il n'était pas sans péché, il n'était pas parfait. Il n'était pas sans défaut. Quel enfant ! Imaginez qu'on vous dise que l'enfant que vous portez sera absolument parfait. Vous n'aurez obsolument aucun problème avec son éducation.

Aucun, quel qu'il soit. Il n'y a jamais eu un moment dans la vie et l'expérience de cette famille où Jésus a provoqué quelque mécontentement causé par quelque chose qu'il aurait fait qu'il n'aurait pas dû. Il n'y avait jamais de parole, de pensée, d'acte provocateurs. Il n'y a jamais eu de mauvaise attitude. Il n'y a jamais eu d'acte irréfléchi, méchant ou égoïste. Il ne produisait que l'émerveillement et l'admiration, le respect et la louange. Il n'y a pas d'autre enfant de ce genre. La mère de Pierre n'avait pas d'enfant saint. La mère de Jacques et de Jean n'avait pas d'enfants saints. La mère de Paul n'avait pas d'enfant saint, lui qui était le chef des pécheurs, lui qui lutta avec son corps mortel jusqqu'à ce qu'il soit libéré par Jésus-Christ. Vous voyez, depuis Caïn et Abel, tous les enfants ont été impies, mais le Saint-Esprit, d'une manière miraculeuse, a produit un enfant à travers le corps de Marie et en a extirpé le péché créant un enfant saint.

Il était saint dès la naissance, ce que nous ne connaîtrons pas jusqu'à notre mort. Il commence où nous finissons. Il commence dans la sainteté que nous attendons. Il est dans la plénitude de sa sainteté bien avant nous. Il est entré en pleine liberté le jour même où nous entrons dans notre grande servitude. Il a commencé par être pleinement sanctifié et nous, par la grâce de Dieu, finirons par être pleinement sanctifiés. Aucun enfant ne sera jamais tel que lui. Hébreux dit qu'il est distinct des pécheurs. Il est sans souillure. Il n'a jamais eu besoin de discipline. Il n'a jamais eu besoin de correction. Il n'a jamais eu besoin de pardon, il n'a jamais eu besoin de salut. Alexandre White, le prédicateur le plus remarquable d'Écosse à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, qui était pasteur de Free Saint Georges à Edimbourg, écrivait à propos de la sainteté du Christ enfant comparé à nous dans quelques très, très beaux termes. Écoutez ce qu'il dit, je dirai que si vous voulez que votre enfant ne soit pas cérémonieusement et conventionnellement saint, mais personnellement et réellement et éternellement saint, et si vous savez vous-même ce qu'est la sainteté, vous devez vous même rechercher, pour votre enfant, non pas la sainteté en elle même, mais celle de l'enfant saint lui-même. Et aussi souvent que vous voyez le cœur brisé la preuve que votre enfant n'est pas né saint comme l'enfant de Marie, quand vous ne pouvez que voir et sentir au plus profond votre coeur, l'irritabilité, l'agressivité, l'impolitesse, la bouderie, l'impudence, l'orgueil, la colère et l'obstination, prenez le à part et comme la mère de Thomas Halliburton priez avec lui et pour lui. "Priez pour que votre enfant soit aussi fait de Dieu, priez pour que lui et vous, soyez un frère jumeau du saint enfant Jésus. Priez sans cesse que votre enfant soit sanctifié avec la même sanctification que l'enfant de Marie. Et même si tout n'est pas parfait du premier coup comme sa sanctification l'a été, priez pour qu'au moins elle débute, et que vous soyez là pour la voir et y prendre part. Prenez votre enfant à part tant qu'il est docile et vous suit et demandez à genoux et pour qu'il l'entendre quelque chose comme ça, oh Dieu, le Dieu et le père du saint enfant Jésus, fais de mon cher enfant un enfant de Dieu comme lui et après je sois parti, fais qu'ilàsoit et qu'il reste un homme de Dieu comme lui. Ne prenez pas de repos pour vous-même et ne donnez à Dieu aucun repos jusqu'à ce que vous voyiez la graine de Dieu, non seulement germer dans le cœur de votre enfant, mais jusqu'à ce que vous le voyiez comme Marie a vu son premier fils né, soumis à elle et aux règles de sa maison ; Grandissant chaque jour en sagesse, en renommée et en grâce avec Dieu et les hommes." Quel défi, quel défi. Le saint enfant. Incomparable à tout autre enfant et le modèle pour chaque enfant. Ne chantons-nous pas cela ? N'est-ce pas une partie de notre répertoire de Noël, ne chantons-nous pas les étoiles du matin ensembles, proclamons la naissance sainte? Ne chantons-nous pas Jésus-Christ si tendre et doux, ne chantons-nous pas les rayonnements radieux de ton saint visage, ô saint enfant de Bethléem, descends vers nous, nous t'en prions. Ne chantons-nous pas, mais à Bethléem il n'y avait pas de place pour eux sainte nativité.

Oui, nous sommes toujours émerveillés que l'enfant soit sans péché. Non seulement Dieu, homme, et sans péché, mais quatrièmement, ses parents ont été stupéfaits parce qu'on leur a dit que l'enfant serait aussi le Seigneur souverain, qu'il serait également roi. Revenons au verset 32, le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. Il régnera sur la maison de Jacob pour toujours et son royaume n'aura pas de fin. Il aura un royaume éternel. Le Seigneur lui donnera ce trône.

Ceci, bien sûr, accomplit la prophétie de 2 Samuel 7:11 à 13 qui dit queDavid un jour aura un fils plus grand, un fils qui viendrait des siècles plus tard de ses reins et qui prendrait le trône et rétablirait le royaume et alors ce serait un Royaume de justice et un royaume éternel et ce n'est autre que le Seigneur Jésus-Christ. Il est né dans la lignée de David. Lisez la généalogie de Joseph dans Matthieu 1. Lisez la généalogie de Marie dans l'Évangile de Luc, chapitre 3 et vous verrez que c'est celui qui est né de parents qui viennent des reins de David. Marie et Joseph font parti de la lignée de David, et ils portent donc le sang royal, qui se réunit en Christ, et il est donc en effet l'héritier légitime du trône de David. Il n'est pas né comme Jean-Baptiste dans la maison de Lévi, la maison sacerdotale, il est né dans la maison royale, la maison des rois, dans la maison de David. Et il peut prétendre au trône d'Israël, qui devient le trône du monde, qui devient le trône de l'univers. Qui devient le trône de l'éternel nouveau ciel et nouvelle terre.

Il est Seigneur souverain, ce petit enfant dont ils entendent parler recevra le trône de son père David et régnera dans un royaume éternel. Quelle annonce. Je veux dire, ce serait suffisant pour certains d'entre nous si le Seigneur nous disait, votre enfant grandira pour devenir croyant. Votre enfant grandira pour devenir un grand missionnaire. Votre enfant grandira pour être un grand professeur. Mais l'influence de cet enfant est absolument incroyable et stupéfiante, et l'esprit de ses parents a même du mal à saisir toutes les déclarations radicales faites sur ce petit enfant. Le roi de l'univers. Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Et Matthieu veut nous montrer la signification de ceci dans le deuxième chapitre de son Evangile. Dans les versets 1 à 8, il décrit les mages ou, comme nous les appelons, les sages. Les Mages étaient un groupe héréditaire de prêtres qui avaient pris une grande importance dans l'Orient en Babylone et Médes et en Perse. Et ils étaient les faiseurs officiels de rois de l'est. Ce sont eux qui connaissaient les lois des Mèdes et des Perses. Ils s'étaient élevés à un tel pouvoir qu'aucun roi ne pouvait être nommé à l'est en opposition aux grands rois de l'Occident et de l'Empire romain, à moins qu'il ne fût formé, approuvé et nommé par eux. En fait, ces Mages ont grandi à Babylone et même s'ils étaient païens et incroyants pendant un certain temps, l'influence de Daniel et des Juifs en captivité avait provoqué parmi eux une certaine crainte de Dieu qui firent vraiment chercher aux Mages ce messie. Ce grand roi qui viendrait.

Le roi des dernières années avait été détrôné et le temps de chercher un nouveau roi était venu, l'étoile est apparue, ils ont suivit l'étoile, cherchant à voir l'accomplissement de la prophétie sans doute transmise par Daniel et les autres Juifs croyants en captivité. Et ils partent, des générations après ceux qui ont reçu cette prophétie. Quand Daniel était en vie, mais le message est aussi frais que lorsqu'il a été transmis. Ils vont trouver ce roi et le fait que Matthew veut que nous notions est que les non-juifs, le monde païen, les faiseurs officiels de roi de l'est viennent affirmer qu'il est véritablement le roi. De plus, Matthieu confirme aussi que le monde juif l'a reconnu comme roi de façon unique en l'hostilité d'Hérode. S'il n'était pas roi, il n'aurait pas été une menace pour Hérode. Par le fait même qu'Hérode ai massacré tous les jeunes enfants dans cette région et ai créé un holocauste de proportions énormes prédit par le prophète Jérémie. Matthieu nous montre qu'Hérode aussi, représente l'hostilité du peuple juif, à affirmer la royauté de Jésus-Christ dans son effort pour l'éradiquer afin qu'il ne représente aucune menace pour Hérode. Ainsi, que ce soit par le culte positif des Mages ou par l'hostilité négative d'Hérode, le peuple affirme que Jésus est en effet un roi. Il avait le droit de gouverner.

Sa généalogie le dit, à travers Joseph. Sa généalogie le dit à travers Marie, et toutes les choses qui se passent nous le disent également et l'Écriture nous le redit évidemment, roi des rois, Seigneur des seigneurs, le seul potentat. Celui qui régnera pour toujours et de manière suprême. Les Écritures sont pleines de déclarations à ce sujet. Philippiens 2 dit que tout genou fléchira devant lui sur la terre, sous la terre, toutes les créatures s'inclineront en soumission à la royauté au Seigneur Jésus-Christ. Quelle chose étonnante, je veux dire, ce serait merveilleux si, quand vous avez reçu votre bébé, on vous aurait dit que votre enfant serait le président des États-Unis ou même le président d'une société. Je veux dire, ce serait merveilleux pour certains d'entre nous. Un grand chef. Mais être roi des rois et Seigneur des seigneurs est plus que Marie ne peut contenir et c'est peut être bien pourquoi, quand on nous parle de ses rêveries, elle a médité toutes ces choses dans son coeur. Il lui était impossible d'être résolue, parce que toutes ces choses étaient inconcevables pour elle.

Et les auteurs de cantiques célébrent cela aussi. Nous le chantons tout le temps, joie pour le monde, le Seigneur est là. Que la terre reçoive son roi. Joie pour la terre, le sauveur règne. Venez le voir naître le roi des anges. Venez adorer à genoux, Christ le Seigneur, le roi nouveau-né. Ecoutez la voix des anges chanter, gloire au roi nouveau-né. Et un auteur dit il est né un roi dans la plaine de Bethléem, j'apporte l'or pour le couronner encore. Roi pour toujours, à jamais, sur le monde il régne. C'est le Christ Roi. Le roi des rois le salut apporte, laissez les cœurs aimants l'entonner. Né pour régner en nous à jamais. Règne en nos cœurs seulement, élève-nous vers ton glorieux trône. Venez adorer, venez adorer, Christ le Seigneur le roi nouveau-né. Car le coeur de Bethléem berce un roi. Paix sur la terre, bonne volonté aux hommes, de la part des cieux au le roi gracieux. Et ça continue. Et l'émerveillement continue. Non seulement Dieu, homme, sans péché, souverain, mais cinquièmement, on a dit à ses parents qu'il serait le sauveur, le sauveur. Verset 31, et vous lui donnerez le nom de Jésus et à Joseph il a été dit, et inscrit dans Matthieu 1:21, tu l'appelera Jésus ce qui signifie Dieu sauve, car il sauvera son peuple de ses péchés. Je veux dire, il suffirait à quiconque de savoir qu'ils allaient enfanter Dieu et un Dieu qui était pleinement homme et qui était absolument saint. Et qui soit le souverain Seigneur de l'univers et maintenant de savoir aussi qu'il est le sauveur de toute la race humaine qui a la foi, incroyable enfant. Dans Luc chapitre 2 verset 11, l'ange annonce aux bergers : "c'est qu'aujourd'hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur." en fait, c'est le seul passage dans les évangiles synoptiques de Matthieu, Marc et Luc, où Jésus est appelé Sauveur, littéralement, bien que le terme apparaisse ailleurs dans le Nouveau Testament. Il vous est né un sauveur. Dans le chapitre 2 verset 30, Simeon se réjouit, en disant, mes yeux ont vu ton salut alors qu'il tient cet enfant. Au verset 38, Anne, la prophétesse qui est veuve depuis de nombreuses années et se trouve dans le temple à servir Dieu en jeûnant et attendant la venue du rédempteur se réjouit de la rédemption arrivée à Jérusalem et répand la nouvelle à tous ceux qui sont à la recherche de cette rédemption.

Oui, il est venu en tant que sauveur. Paul dit: Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs. C'est une parole fidèle et digne de toute acceptation. Jésus a dit dans Luc 19:10, le fils de l'homme est venu pour chercher et sauver ce qui a été perdu. Et Hébreux 10: 5 à 7 dit qu'étant donné que les troupeaux de chèvres et tous les sacrifices d'animaux ne pouvaient pas enlever le péché, Dieu a formé un corps pour le Christ pour qu'il vienne dans le monde pour nous ôter notre péché. Pour nous sanctifier. Pour enlever notre péché. Pour détruire notre ennemi, pour nous amener à la perfection spirituelle. Pour faire de nous de nouvelles créations et nous sommes purs en lui, dit-il. Par une seule offrande, il nous a sanctifiés pour toujours. Oui, c'est le sauveur. C'est celui qui est né pour mourir pour les péchés du monde. Il y a sur la mangeoire l'ombre de la croix et cette ombre est présente toute sa vie jusqu'à ce qu'il soit cloué sur cette croix. C'est pour cette raison que je suis venu dans le monde, nous dit-il. Je suis venu mourir. Parce que, dès le début, il devait être le sauveur. La seule façon de sauver les hommes de leur péché était de payer la peine de leur péché, qui est la mort et Jésus vient mourir.

N'est-ce merveilleux quand nous chantons les chants de Noël, d'entendre des lignes comme celles-ci, Christ le sauveur est né. Christ le sauveur est né ? Je me demande parfois ce que les gens pensent qu'ils disent quand ils chantent ces cantiques. Je me demande ce qu'ils pensent quand ils les entendent chantés. C'est comme si toute la vérité de ces chants leur passaient au-dessus . Et je crois personnellement, je suppose par le dessein de Dieu, que les chants de Noël ont maintenu une grande intégrité théologique qui surpasse beaucoup d'autres cantiques familiers. Ils portent des vérités profondes dans la cité de David, est né ce jour de la lignée de David, le Sauveur qui est Christ le Seigneur. Joie pour le monde, le sauveur règne. Paix sur terre et miséricorde douce. Pourquoi? Dieu et les pécheurs, se sont quoi? Réconciliés. Né, pourquoi? Pour élever les fils de la terre, nés pour leur donner une seconde naissance, alors unissons tous ensemble nos louanges à notre Seigneur céleste qui a fait le ciel et la terre à partir de rien et avec son sang a racheté l'humanité. Un autre chant dit, le roi des rois apporte le salut, un autre, les bons chrétiens se réjouissent cœurs et âmes et voix, maintenant vous n'avez plus à craindre la tombe, le Christ est né pour vous sauver, le Christ est né pour vous sauver.

Un autre dit, rappelez-vous le Christ notre sauveur est né le jour de Noël pour nous sauver tous de la puissance de Satan quand nous étions égarés. Tu viens, ô Seigneur, avec la parole vivante qui libèrera ton peuple, mais avec un dédain moqueur et une couronne d'épines, ils te conduiront au Calvaire. Oui, il y avait étonnement à la naissance de Christ à cause de qui était l'enfant. Et ses parents ont été stupéfiés de ce qui leur a été dit.

Finalement, Simeon leur a dit au chapitre 2 verset 34 et 35 que cet enfant serait le maître du destin dechaque être humain. Il est le maître de la destinée de chaque personne et Simeon les a bénis et a dit à Marie sa mère, voici que cet enfant est destiné à amener la chute et lerelèvement de beaucoup en Israël et à devenir un signe de contradiction, oui une épée percera votre propre âme alors que les pensées de nombreux coeurs seront révélées. Il est un révélateur du cœur et il est un maître de la destinée. C'est ce qui se passe avec Jésus-Christ qui détermine si vous tombez ou si vous ressuscitez. Votre destinée éternelle, c'est de tomber dans la gueule de l'enfer. Votre montée dans la gloire du ciel dépend du Christ. Je veux dire, c'est une chose d'avoir un enfant influent. C'est une chose de dire, eh bien, mon enfant a eut un grand impact sur le monde. Mon enfant a de l'influence sur cette région, sur cette région ou sur une autre région, mais penser que votre enfant possède la plus grande influence au monde, qu'il est si influent que le destin de chaque être vivant dépend de sa relation avec cet enfant. Incroyable déclaration. Ce n'est pas un enfant ordinaire. Celui qui a le fils a quoi? La vie. Celui qui n'a pas le fils de Dieu n'a pas la vie. C'est très clair, il est le maître de la destinée de tous les êtres humains. Quiconque veut entrer au le ciel ne peut le faire qu'en raison de l'œuvre de Jésus-Christ à savoir la disposition gracieuse de son péché, quiconque est envoyé en enfer va en enfer parce que cette disposition gracieuse ne leur a pas été accordée à cause de leur incrédulité.

Vous me direz, qu'en est-il des saints de l'Ancien Testament avant sa mort? Les saints de l'Ancien Testament avant sa mort avaient leurs péchés couverts par la mort de Christ. Si Jésus n'était pas mort, ils n'auraient jamais été au ciel. Vous dites, eh bien, cela n'avait pas encore eu lieu, bien cela avait eu lieu dans l'esprit de Dieu parce que le temps ne s'applique pas à Dieu. Tout le monde a été racheté par le sacrifice de Jésus-Christ, vous me direz, bien ils n'étaient même pas au courant de ça. C'est vrai, ils ont cru en Dieu. Et parce qu'ils ont cru en Dieu, Dieu leur a fait bénéficié de ce sacrifice à cause de leur foi. Abraham croyait en Dieu et cela a compté pour lui comme un signe de droiture. Mais c'est l'œuvre de Christ qui a payé le châtiment pour le péché. Ce n'était pas le travail des boeufs et des chèvres, c'est certain. Ainsi, le destin de chaque personne est lié au Christ. Et ne l'entendons-nous pas? Pensez aux chants de Noël à nouveau, ils sont pleins d'invitations, venez adorons-le. Ensuite, chantons tous à l'unisson avec notre Seigneur céleste, quelle que soit votre réponse à Jésus-Christ cela détermine votre destinée. Venez le louer riches et pauvres, le roides rois apporte le salut, que les cœurs aimants le couronnent. Oh saint enfant de Bethléem, descends vers nous, prions. Lave nos péchés et viens en nous, naît en nous aujourd'hui. OH viens en nous, demeure avec nous notre Seigneur Emmanuel. Oh viens en mon coeur Seigneur Jésus, il y a de la place dans mon coeur pour toi.

Enfin, j'aime ces deux là , soit près de moi Seigneur Jésus, je te demande de rester près de moi pour toujours et de m'aimer je t'en prie. Bénis tous tes chers enfants de tes tendres soins et emmenes les au ciel pour y vivre avec toi. Ce sont là des réponses appropriées à la naissance du Christ, oui, l'enfant le plus merveilleux qui aie jamais vécu. Encore un peu de merveilleux le verset 33 du chapitre 2 nous dit, Joseph et sa mère étaient dans l'admiration des choses qu'on disait de lui. Je veux croire que le même émerveillement et le même étonnement sontt dans votre cœur lorsque vous entendez à nouveau ces grandes vérités.

FIN

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

ECFA Accredited
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize