Grace to You Resources
Grace to You - Resource

En observant la Parole de Dieu ce matin, je veux que vous ouvriez votre Bible aux deux premiers chapitres de l'évangile de Matthieu, les deux premiers chapitres du Nouveau Testament. Ils nous introduisent à la naissance du Roi. Elle ne cesse jamais d'être une histoire d'émerveillement, une histoire de béatitude, une histoire d'intervention surnaturelle. Peu importe combien de fois nous passons en revue la naissance du Christ, cela provoque encore notre fascination, remplit nos cœurs de joie. Je voudrais que nous nous concentrions ce matin à travers Matthieu sur la naissance du roi, en soulignant sa royauté, la royauté de Jésus-Christ. C'est la grande intention de Matthieu.

Et les cantiques que nous chantons à cette époque de l'année sont véritablement des rappels du fait que Jésus-Christ est né roi. Nous chantons "Joie pour le monde" et ce chant dit: "Le Seigneur est venu, que la terre reçoive son Roi." Et puis plus loin "Il est venu du ciel clair de minuit", puis nous chantons: "Le roi gracieux de tous les Cieux." "Les anges que nous entendons depuis les cieux", disent : "Christ le Seigneur, le roi nouveau-né." Et mon chant préféré, "Ecoutez le Chant des Anges" dit: "Gloire au Roi nouveau-né."

"Nous sommes trois rois d'Orient." Nous connaissons ce chant. Il y a une ligne là-dedans qui dit: "Il est né un roi dans la plaine de Bethléem". Une autre dit: "Roi éternel, ne cessant jamais, sur nous tous de régner." Une autre dit: "Roi et Dieu et sacrifice." Le chant "Quel est cet Enfant", dit "C'est Christ le Roi". "Viens Jésus longtemps attendu" nous dit "Il est Né un enfant sinon un Roi." Et "Anges du Royaume de la Gloire" nous exprime, "Adore le Christ l'enfant Roi."

Tout cela met l'accent sur la superbe réalité de la naissance du Christ, qu'il est en fait né un roi. Les sages qui partirent à sa recherche, s'arrêtèrent à Jérusalem et demandèrent: "Où est le roi qui vient de naître ?" L'enfant Christ est né pour être le souverain suprême, le monarque suprême. En fait, l'auteur de l'Apocalypse, Jean, dit qu'il est Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Il est le plus grand, le plus suprême de tous les monarques. Un roi, comme vous le savez, a le droit souverain de gouverner.

Un roi est la dernière cour d'appel. Il tient en main le pouvoir de la vie, le pouvoir de la mort, le droit de prendre chaque décision et toutes les décisions. Jésus-Christ est né roi. Il est différent de tout autre roi, mais néanmoins un roi. La différence est dans sa royauté au dessus de toutes, son caractère royal hors norme, son royaume hors norme ainsi que sa domination, son autorité et sa puissance. Mais Matthieu veut que nous comprenions particulièrement que Jésus est Roi, et que sa naissance est la naissance d'un Roi. Ainsi, dans les deux premiers chapitres, il se concentre sur les aspects royaux de la naissance du Christ, et c'est ce que je voudrais que vous regardiez avec moi ce matin.

Tout d'abord, dans le chapitre 1 versets 1 à 17, nous avons la généalogie de Jésus. C'est-à-dire, que nous avons la lignée des descendants d'Abraham jusqu'à la naissance du Christ. Ceci, Matthieu veut que nous le comprenions, est sa généalogie royale. Quiconque est roi doit avoir une généalogie royale. Un roi doit avoir une lignée authentique. Il doit posséder le sang royal. Pour être apte à prendre le trône, il doit être descendant d'une longue lignée de rois. Et, en fait, c'est précisément vrai pour Jésus. En Israël, la lignée des juifs descend d'Abraham. Abraham était le père du peuple juif, donc ethniquement parlant il se devait d'être un descendant d'Abraham. Au sein des descendants d'Abraham, la lignée royale a commencé avec David. Ainsi, afin d'avoir le pedigree d'un roi, afin de posséder la lignée royale, il lui fallait être un fils d'Abraham et un fils de David.

La lignée ethnique a été établie au travers d'Abraham dans Genèse 12. La lignée royale a été établie par David dans 2 Samuel chapitre 7. Et donc, pour être qualifié, Jésus doit être à la fois fils d'Abraham et fils de David. Et la généalogie commence par ces mots, au verset 1, "Généalogie de Jésus Christ, fils de David, fils d'Abraham." Les deux noms les plus importants de la généalogie sont donnés en premier : Abraham pour la lignée ethnique, David pour la lignée royale. Et puis, à partir du verset 2, nous avons une présentation plus détaillée de cette généalogie en commençant par Abraham et se déroulant jusqu'à David au verset 6, pour arriver finalement à Christ au verset 16. Et ainsi, le Seigneur Jésus est fils d'Abraham, fils de David. Il remplit les conditions pour être roi. Et pour monter sur le trône, il avait besoin de posséder cette lignée royale.

Maintenant, je veux vous suggérer que le détail de cette généalogie est très important. Matthew écrit à un public juif, principalement, qui sont tenaces sur les questions de filiation. La certification est essentielle pour eux. Leur culture entière est construite autour de cela. Par exemple, lorsque les enfants d'Israël sont entrés dans le pays de Canaan et que Dieu leur a donné le pays où habiter, il a réparti la terre donnant un territoire spécifique à chaque tribu donnée. Donc la tribu à laquelle vous apparteniez a dicté où vous avez vécu et quelle terre vous possédiez. Dans le territoire tribal, les familles ont assumé certaines portions de terre et votre lien avec votre famille a décidé où était votre maison, où votre terre était. Et donc, votre lignée était très, très importante pour établir l'endroit de votre résidence. Les tribus, les familles et les maisons des ancêtres étaient absolument essentielles à la compréhension de vos relations, de vos droits et de vos privilèges sur la terre de Palestine.

Chaque fois qu'il y avait la nécessité de vendre, de transférer ou d'échanger des biens, cela nécessitait la connaissance des arbres généalogiques afin de déterminer à qui la propriété appartenait réellement. Et dans l'Année du Jubilé, la cinquantième année où toutes les terres ont été retournées à leur famille d'origine, encore une fois, il était nécessaire pour celui qui demanderait une portion de terre parce qu'il était descendant de telle ou telle tribu de pouvoir prouver qu'il en était descendant de ceux à qui la terre avait été donnée à l'origine. Quand les enfants d'Israël furent emmenés en captivité à Babylone. De l'an 600 à 586 av. J.-C. environ, ils ont été emmenés en captivité. Leur terre était déserte; Ils ont été dépossédés. À la fin des 70 ans lorsqu'ils sont retournés dans le pays, Ezra nous dit que lorsqu'ils se sont mis à s'établir à nouveau dans le pays après toute une génération ou deux d'absence, il était nécessaire pour les gens de prouver leur descendance afin de pouvoir revendiquer la terre qui leur appartenait.

Quand vous prenez le deuxième chapitre de Luc, que j'ai lu un peu plus tôt pour vous, même à l'époque, tous les Juifs de Palestine sont allés se faire recenser à l'endroit d'oû était originaire leur lignée pour souscrire à une taxe qui leur était imposée par les Romains. Donc ils étaient très attachés à tout ce qui touche votre tribu, votre famille et vos ancêtres. C'était juste une partie de la vie, vraiment nécessaire et vraiment essentielle. Notons cependant qu'aujourd'hui tout cela a changé et qu'il n'y a pas de Juif vivant sur la terre aujourd'hui qui ait une idée de sa lignée. Il n'y a pas de Juif aujourd'hui qui sache de quelle tribu il est originaire, de quelle famille il est originaire, de la terre qu'il possède parce que tous les documents ont été détruits en 70 de notre ère, quand Jérusalem a été saccagée par Titus Vespasien. La chose intéressante à ce sujet est que quiconque se présente aujourd'hui et prétend être Messie, fils d'Abraham, fils de David et possède un lignage étayé ne pourrait jamais, en aucune circonstance prouver la véracité de ses dires. Par conséquent, le dernier revendicateur fiable à la messianité d'Israël, à la royauté promise par David est Jésus-Christ. Aucun autre Messie ne pourra jamais prétendre de son droit au trône. Le Christ est le dernier prétendant. Et ce n'est que quelques années après sa mort que tous les documents ont été détruits.

Donc, la lignée royale ici est la lignée royale qui mène au Christ. Il est intéressant que Matthieu nous donne sa lignée par son père, Joseph. Luc nous donne sa lignée par sa mère, Marie. Vous serez intéressé de savoir que Marie était aussi descendante de David. Elle descend du fils de David, Nathan, qui n'a jamais régné, mais néanmoins était de sang royal. De David à Nathan jusqu'à Mary, il y a du sang royal. Marie est une descendante de David par son fils Nathan, à ne pas confondre avec le prophète Nathan. C'est alors, par Marie, que Jésus est le vrai fils de David, car Marie était sa mère.

En fait, comme nous le savons depuis notre dernière étude, il est né d'une vierge. Joseph n'a pas participé à sa naissance. Joseph ne planta aucune graine dans le corps de Marie. Il a été planté par l'Esprit de Dieu. Marie seule a été la source de sa naissance humaine. Par conséquent, il était essentiel qu'elle soit aussi issue de la lignée de David ou Il n'aurait pas porté de sang royal. D'autre part, la lignée de Joseph est la lignée du droit légal au trône. Cela est toujours transmis par le père. Il devait donc avoir un père qui était aussi un fils de David et non seulement un fils de David, mais un fils de David issu en droite ligne de Salomon, fils de David, car c'est de Salomon que vient la lignée régnante. Ainsi, Jésus a reçu son sang royal de Marie et le droit légal au trône de Joseph. Bien que Joseph n'eût pas participé à sa naissance parce qu'il était né de la femme de Joseph, Marie, il était alors le fils de Joseph, légalement, et donc avait le droit de régner en tant que roi

Il a été dit que s'il y avait eu un roi, un roi légitime en Israël, en Palestine au temps de Joseph, cela aurait été Joseph. Joseph était l'héritier légitime. De sorte que la généalogie de Matthieu descend par Joseph parce qu'il avait le droit légal au trône. C'est transmis par le père. Luc le justifie à travers Marie afin que nous sachions qu'il a non seulement un droit légal, mais un droit réel au trône car il porte le sang de David. Remarquez au verset 16 la façon dont l'accent est mis. "Jacob engendra Joseph", ce qui est un Jacob autre que le patriarche familier dans l'Ancien Testament. C'est un nom juif commun. Nous ne savons rien de cet homme. "Jacob engendra Joseph, l'époux de Marie, de laquelle ... c'est la forme féminine du mot grec, il se réfère seulement à Marie ... de laquelle est né Jésus, qui est appelé Christ." Joseph n'est jamais dans l'Écriture appelée autrement que le mari de Marie, Joseph n'est jamais appelé le père de Jésus. "De laquelle" est féminin. Il ne fait référence qu'à Marie et souligne la naissance virginale.

Maintenant, je veux vous montrer quelque chose qu'il est absolument essentiel de comprendre. Vous remarquerez dans les versets 10 et 11 que nous avons une myriade de noms. Comme vous le voyez au verset 11, il est dit: "Josias engendra Jéchonias et ses frères, au temps de la déportation à Babylone.", et ça continue à partir de là. Donc, au milieu de cette lignée, cette lignée royale, ce droit royal au trône, est né un roi du nom de Jéchonias. Jéchonias était un homme méchant, aussi appelé Chonias. C'était un homme mauvais. Et dans la prophétie de Jérémie, chapitre 22 au verset 30, la Parole du Seigneur dit ceci à propos de Jéchonias. "Inscrivez cet homme comme privé d'enfants", - Dans quel sens? - "Comme un homme dont les jours ne seront pas prospères; Car nul de ses descendants ne réussira à s'asseoir sur le trône de David Et à régner sur Juda."

Ce que dit Dieu c'est qu'aucun fils de Jéchonias ne régnera jamais sur la Palestine en Israël. Aucun fils ne montera jamais sur le trône de David. Et pourtant, Jéchonias est dans la lignée messianique. Comment donc Jésus peut-il être le Roi s'il ne vient pas par la lignée royale de Jéchonias ? Et comment peut-il être le roi si la lignée de Jeconiah est maudite ? Ce dilemme apparemment sans espoir est résolu dans la naissance virginale. Par cette lignée, Jésus a reçu le droit légal au trône, mais il n'était pas un enfant de sang de Jéchonias, car cette lignée a été maudite et il n'aurait jamais pu y avoir d'enfant de Jéchonias sur le trône de David. C'est pourquoi Christ est né d'une vierge. Il n'y avait pas de souillure du sang de Jéchonias en Lui parce qu'Il n'avait pas de sang de Joseph en Lui non plus.

Ainsi, par l'œuvre merveilleuse de Dieu, la malédiction de Jéchonias est évitée en contournant Joseph et en faisant naître Jésus d'une vierge. Et pourtant il était essentiel qu'il soit dans la lignée légale de Jéchonias, car c'était la lignée de David qui avait le droit au trône. Chaque détail a été réglé avec soin. Ainsi, Matthieu veut que nous comprenions que Jésus a une généalogie qui fait ressortir la réalité de sa royauté. Il est le roi authentique, né de la lignée royale, contournant la malédiction de Jéchonias par la naissance virginale. Il a donc une identité irréprochable. C'est sa généalogie royale.

Ensuite, je veux parler de sa nature royale ... Son caractère royal. Un roi est un roi non seulement à cause de sa lignée royale mais à cause de sa nature, de son caractère. Si vous réfléchissez à vos expériences en lecture et peut-être en voyant un film ou une histoire sur un roi, vous vous souviendrez que souvent les rois sont appelés "Votre Grâce". Avez-vous entendu parler de cela? Nous n'en savons pas beaucoup sur les rois dans notre société. Nous sommes une nation entière qui s'est révoltée contre un roi et les rois ne font pas partie de ce que nous connaissons. Mais la seule chose que vous devez garder à l'esprit au sujet d'un roi, c'est qu'un roi était un souverain suprême. Oubliez la Cour suprême, oubliez le Congrès, oubliez les assemblées législatives au niveau de l'État et mettez-vous dans une situation où un homme règne unilatéralement de manière absolue et vous aurez une idée de ce que c'est d'être gouverné par un roi. Un roi est la seul et unique autorité, le pouvoir sur un peuple. Et d'ailleurs, c'est la meilleure forme de gouvernement si vous avez le bon roi. C'est encore pire s'il n'est pas le bon. C'est la forme de gouvernement dans laquelle nous vivrons dans le royaume millénaire et durant toute l'éternité où il n'y aura qu'un seul Roi, Dieu Lui-même, tel que révélé au travers du Christ et du Saint-Esprit.

Mais le roi était un souverain suprême. Il avait le droit de vie et de mort. Et par sa sagesse ou son caprice, par sa justice ou par son parti pris, il pouvait décider de la vie et de la mort de n'importe quelle personne en toutes circonstances. Les rois étaient alors la source de la grâce. Si vous vouliez la miséricorde, vous vous prosterniez devant le roi et plaidiez pour sa miséricorde. Si vous vouliez la grâce, vous vous incliniez devant le roi et vous demandiez grâce. Ainsi, un roi qui était un bon roi, un roi noble, un roi juste, un roi vertueux serait un roi connu pour sa miséricorde, sa bonté, son amour, sa grâce, parce que le roi est la cour d'appel à laquelle tous ceux qui cherchent la miséricorde doivent se rendre, car il détient la puissance de la vie et de la mort. Et vous voyez déjà, en ne regardant que sa généalogie que Jésus sera un roi de grâce. Il n'y a aucun doute à ce sujet. Il sera un roi à qui les pécheurs peuvent demander la grâce, le pardon et le soutient. Il sera un Roi à qui ceux qui ont violé sa propre loi et méprisent son propre nom peuvent aller chercher le pardon.

Comment savons-nous cela? C'est étroitement lié à sa généalogie même. Puis-je vous montrer pourquoi? Regardez le verset 16. Il est dit que Jésus est né de Marie, de Marie. Et là, vous avez une femme de la lignée de David, choisie parmi toutes celles du monde entier pour être la mère du Roi des Rois et Seigneur des Seigneurs. Et ce qui est remarquable à ce sujet, c'est que Marie n'était pas sans péché. Marie n'était pas une femme parfaite. Elle n'était pas une personne sans péché. Elle était un pécheur comme tous les autres hommes et femmes. Elle avait besoin d'être sauvée de la mort et de l'enfer comme tous les autres hommes et femmes. Elle était sur le chemin vers une éternité sans Dieu si elle n'avait pas fait confiance à Dieu, si elle n'avait pas cru en Dieu, et si elle n'avait pas accueillit son propre Fils, le Sauveur, le Seigneur Jésus-Christ. Il est évident d'après les écrits du Nouveau Testament que Marie ne possédait aucune sainteté particulière, qu'elle n'avait pas de sanctification unique.

Par exemple, dans Marc chapitre 3 au verset 31, Jésus enseignait dans une maison et sa mère et ses frères sont arrivés. Et, se tenant à l'extérieur, ils lui firent dire qu'ils étaient là et l'appelèrent. Ils voulaient le voir. Et une foule était assise autour de lui, et ils lui dirent: "Voici, ta mère et tes frères sont dehors et te demandent. Et il répondit : - c'est incroyable - Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? Puis, jetant les regards sur ceux qui étaient assis tout autour de lui: Voici, dit-il, ma mère et mes frères. Car, quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, et ma mère."

Vous comprenez, si Marie était quelqu'un sans péché, il n'aurait jamais dit, "Qui est ma mère, et qui sont mes frères ?" Il n'aurait jamais dit, "Eh bien, quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, et ma mère." Si sa mère était quelqu'un de spécial, d'unique, quelqu'un de saint, quelqu'un d'impeccable, il l'aurait distinguée des autres. En effet, si elle l'avait appelé, il aurait immédiatement répondu à son appel, car il savait que toute expression des lèvres d'une personne parfaite serait la volonté parfaite de Dieu.

Il ignore sa mère ce qui veut dire que les paroles de sa mère ne peuvent surpasser la sienne, ce qui signifie que sa mère lui est inférieure , et qu'étant parfait, elle doit alors être imparfaite. Et le fait qu'il aie dit que quiconque fait la volonté de Dieu est égal à sa mère, à sa soeur et à son frère, place Marie au même niveau que tous les hommes. Et c'est par la foi en Christ et l'obéissance à la Parole de Dieu, que nous nous réclamons à juste titre de lui.

Il dit, en effet, qu'il n'y a aucun avantage particulier pour elle à être sa mère terrestre lorsqu'il s'agit de questions spirituelles. Elle est aussi tenue de faire la volonté de Dieu. De ses propres lèvres dans Luc 1:46, de ses propres lèvres dans ce qu'on appelle communément son Magnificat, son chant de louange, elle parle à Dieu, et voilà ce qu'elle dit: "Mon âme exalte le Seigneur" Verset 47 - "et mon esprit se réjouit en Dieu mon Sauveur." Marie n'est le sauveur de personne. Marie a besoin d'un sauveur, et elle dit que Dieu est son Sauveur. C'est lui qui la délivre du péché.

Marie, tout en étant la meilleure des pécheurs, si cela existe, la plus noble des jeunes filles, la plus belle des vierges, Marie devait être la plus pur des jeunes filles, mais Marie avait besoin d'un sauveur. Et Marie, en tant que mère physique terrestre de Jésus, ne pouvait revendiquer aucun privilège spirituel et ne pouvait réclamer ni temps, ni attention, ni vie au Christ. Elle était un pécheur qui avait besoin d'un sauveur. Et n'est-ce pas incroyable que le Roi des rois et Seigneur des seigneurs ai permis à une pécheresse d'être sa propre mère terrestre? Oui, c'est un roi de grâce et même avant qu'il ne soit né, vous voyez sa grâce alors qu'il désigne sa mère et la choisit pécheresse.

Le second aspect de sa royauté qui et reliée à sa grâce, c'est son caractère, sa nature ne vient pas d'une femme, mais du choix de deux hommes. Revenons au verset 1. "Fils de David, fils d'Abraham." Maintenant, si vous savez quoi que ce soit sur Abraham, c'est qu'Abraham était bien un pécheur. Il était appelé l'ami de Dieu et il y avait des choses merveilleuses au sujet d'Abraham. Il était un homme de grande foi, croyant enfin en Dieu. Mais Abraham était aussi un homme qui était connu pour ses péchés. Il a menti de façon flagrante et ouvertement au sujet de sa propre femme pour essayer de la protéger quand il était en Égypte.

Il doutait de la puissance de Dieu. Il a commis l'adultère parce qu'il ne croyait pas que Dieu pouvait vraiment lui donner un enfant. Il a donc agi de lui même et a eu une relation avec sa propre servante hors du mariage et a produit Ismaël, un enfant maudit à bien des égards. Abraham était un pécheur, un menteur, un sceptique et un adultère. Son fils Isaac, qui fait aussi parti de la lignée messianique fut une grande déception. L'histoire d'Isaac est une histoire de faiblesse. C'est une histoire de déception. C'est l'histoire d'un homme qui a fondamentalement échoué à faire le travail confié par Dieu. Abraham était pourtant l'ancêtre humain du Messie. Et on peut à nouveau voir la grâce de Dieu dans le choix d'Abraham.

Et David? David, bien qu'il ait été un homme selon le cœur de Dieu, c'était aussi un homme bien connu pour son péché. Il a vécu une vie de péché épouvantable. C'était un homme sanglant, menant de nombreuses batailles, provoquant de nombreux massacres, de nombreux morts. Il a semé des graines de débauche en épousant de nombreuses femmes. C'était un horrible exemple pour un père, perdant ses enfants et leur permettant de tomber dans la débauche, le mal, et même la rébellion. Il était plus que pécheur lors de son aventure adultère avec Bathsheba et de l'assassinat de son mari. Il a joué les fous une fois parce qu'il doutait de Dieu et il a agit comme s'il était fou pour tenter d'échapper à une situation de laquelle il pensait que Dieu était incapable de le délivrer.

Son fils Salomon était pire que lui, dépassant sa folie dans des proportions massives, épousant des femmes et ayant des concubines à un niveau presque innombrable. Et à cause des nombreuses femmes étrangères de qui ont occupé toute son attention ainsi que de son énorme intérêt pour les biens et les richesses, il a plongé le royaume tout entier dans le mal pour finalement le diviser en deux parties. Et pourtant Abraham et Isaac, David et Salomon font parti de la lignée royale. Ils sont dans la lignée du Messie. c'est ça la grâce du Roi. La nature du Roi est une nature de grâce.

Et il n'est pas seulement descendant de cette femme et de ces deux hommes, mais trois époques sont citées ici. Cette généalogie comporte trois groupes de quatorze noms. Les quatorze premiers noms, puis les quatorze noms suivants, puis les quatorze derniers. Les quatorze derniers se terminent par le nom de Christ. Chacun de ces quatorze noms, et nous ignorons pourquoi le Saint-Esprit en a choisi quatorze. Nous ne savons pas quelle était la stratégie ici. Mais chacun de ces trois groupes définit une période différente. Les quatorze premiers noms comprennent les patriarches, Abraham, Isaac, Jacob et ainsi de suite ainsi que les juges, il y a des juges connus dans ce premier groupe. Les quatorze noms suivants sont ceux des rois, de la monarchie, David, Salomon, Roboam, Abia, Asa, Josaphat, Joram, Ozias et Joatham. Ce sont tous des rois.

Les quatorze derniers noms traitent de la période de captivité. Période numéro un, patriarches et juges. Période numéro deux, monarchie. Période numéro trois, depuis la captivité à Babylone jusqu'à la venue du Christ. C'est une période de 600 ans que nous connaissons très peu. Les noms de ce groupe sont flous pour nous. Nous n'en savons pas grand-chose. Des noms comme Abiud, Eliakim, Azor, Sadok, Achim, Eliud, et ainsi de suite jusqu'en bas de la liste. Nous ne savons pas qui ils sont. Ils demeurent un mystère. On ne sait que vraiment très peu de choses d'eux, ce sont des gens méconnus.

L'âge des patriarches et des juges était une époque de péché. Ils étaient tous des pécheurs. L'âge de la monarchie était un âge de déclin, de dégénérescence, d'apostasie, de captivité et de destruction. Et de la captivité à la venue du Christ était un temps de mal, un temps de tromperie, un temps d'hostilité, un temps de guerre sur la terre de Palestine. Tous ces temps étaient, des temps mêlés de pathétisme et de gloire, des temps d'héroïsme et de honte, des temps d'hommes de renom et d'hommes méconnus.

Mais ce que nous observons à travers toutes ces listes c'est que ce sont tous des pécheurs qui ont vécu dans des temps de péché, et pourtant ils ont été choisis pour faire parti de la lignée du Messie. Donc, que vous parliez de la femme qui a été sa mère, des deux hommes qui se démarquent dans sa généalogie, ou des trois périodes de l'histoire qui le précèdent, tout indique la grâce du roi, qui, bien qu'il ne soit pas encore né, révèle sa grâce dans le choix de ceux qui sont ses ancêtres.

Mais cela ressort encore plus clairement lorsqu'on lit l'évocation de quatre exclues, quatre exclues. Quatre femmes pécheresses à qui Dieu a accordé la grâce. Il y a quatre femmes dans sa généalogie qui sont tout simplement remarquables par leur prise en compte. La première est dans le verset 3, durant la période patriarcale, une femme du nom de Thamar. Il est dit au verset 3: "Juda engendra de Thamar Pharès et Zara" Vous devriez comprendre en lisant Genèse 38 ... si vous avez la chance de lire cela, lisez-le attentivement. Thamar a commis l'inceste, et Perez et Zérah, nés de Thamar, sont nés de l'inceste, de l'hideux et vulgaire mal qu'est l'inceste. Elle était coupable de prostitution, coupable d'inceste, elle a donné naissance à deux fils nés de l'inceste. Non seulement elle est dans la lignée mais ses deux fils aussi. Cela en dit vraiment long sur la grâce de Dieu.

Puis vous avez au verset 5: "Salomon engendra Boaz de Rahab." Un homme nommé Salmon a épousé une femme cananéenne, vraiment une femme païenne du nom de Rahab. Rahab était une prostituée qui dirigeait un bordel à Jéricho. Si vous lisez attentivement le récit de Josué au chapitre 2, vous lirez que Rahab en est venue à croire au vrai Dieu et a caché les hommes qui espionnaient Jéricho. Mais elle était une prostituée de profession et pourtant elle est incluse dans la lignée messianique. Elle a le privilège de donner naissance à Boaz qui est vraiment un modèle du rédempteur lui-même.

Puis il y a une troisième femme dans la généalogie, au verset 5 à nouveau, et c'est Ruth. Ruth, encore une fois, était une Moabite. Le peuple moabite en tant que peuple provenait de l'inceste. Tout le peuple était maudit. Et voici cette femme d'un peuple maudit, cette femme païenne, cette femme idolâtre intègre la lignée, épouse le roi rédempteur Boaz et devient l'arrière-grand-mère de David. Ainsi Dieu prend deux prostituées et une Moabite païenne idolâtre maudite et les intègre dans la lignée messianique.

Et puis étonnamment nous avons au verset 6, "Isaï engendra David. Le roi David engendra Salomon de la femme d'Urie." Et qui est-ce? Bathshéba, 2 Samuel 11, la femme adultère. Deux prostituées, une moabite maudite et une adultère. Pourtant, elle est la mère de Salomon, femme de David. Incroyable. La grâce de Dieu en choisissant cette femme, en choisissant ces deux hommes les plus significatifs, en choisissant les gens dans ces trois périodes et en choisissant ces quatre exclues, en fait un roi de grâce. Lignée royale, caractère royal.

Troisièmement, et brièvement pour celui-ci, les versets 18 et suivants nous instruisent concernant sa naissance royale. Il avait le droit d'être roi par lignée. Il avait le caractère pour être roi; Il était empli de grâce. Et maintenant voyons qu'il a le pouvoir d'être roi à cause de sa naissance unique. Or, la naissance de Jésus-Christ, au verset 18 dit, est décrite comme suit: "Marie, sa mère, ayant été fiancée à Joseph" - ce qui signifie être engagée. Et en passant, il s'agissait d'un engagement les liant par contrat légal, différent des engagements aujourd'hui. Les gens s'engagent aujourd'hui et ils échangent leurs anneaux sans beaucoup de conviction. On y trouve beaucoup d'émotion, mais pas beaucoup d'engagement légal, en fait aucun. Les engagements ne sont plus légaux aujourd'hui, mais autrefois ils l'étaient. Il existait une promesse de lien faite légalement, selon Deutéronome 20 verset 7. Cette période de fiançailles était de neuf à dix-huit mois, au plus. Et le but de la période de fiançailles était de faire en sorte que la fiancée puisse prouver sa virginité.

En d'autres termes, la peur du jeune homme de l'époque était de développer une relation avec une jeune femme, de l'épouser, puis de découvrir qu'elle était enceinte et de se rendre compte qu'il n'était pas le père, puis d'être alors coincé dans un mariage indéfectible. Et ainsi pour que sa virginité à elle soit reconnue et qu'il entre dans cette relation une fois que lui ainsi que toute la communauté aie confirmée sa pureté, il fallait une période de neuf à dix-huit mois pour démontrer qu'elle était pure, pour prouver qu'elle n'était pas enceinte. Et puis venait le temps de la chupah, qui était la cérémonie elle-même c'est à dire la consommation du mariage.

Mais dans le cas de Joseph, il était fiancé à Marie. "Avant qu'ils eussent habité ensemble" - c'est-à-dire avant la chupah, avant la cérémonie, avant la consommation physique, de leur union - "elle se trouva enceinte." Ses pires craintes se sont réalisées, le choc de tous les chocs. Cette jeune fille, Marie, devait être la plus belle des jeunes femmes en termes de caractère. C'est quelque chose que Joseph n'aurait jamais imaginé possible en un million d'années. Mais durant leur période de fiançailles avant qu'ils ne se soient réunis, il découvre qu'elle va en effet avoir un enfant. Et l'enfant est déposé en son sein par le Saint-Esprit, mais, au départ, Joseph l'ignore. Et ainsi il est dit au verset 19, "Joseph, son époux, qui était un homme de bien et qui ne voulait pas la diffamer, se proposa de rompre secrètement avec elle."

La loi de Dieu prévoit que dans un cas comme celui-ci, le divorce peut avoir lieu. La période légale de fiançailles contraignantes pouvait être rompue. Et c'était juste et vertueux, et un homme juste et vertueux avait le droit de faire cela quand il avait été trahi par celle en qui il avait mis sa confiance et à qui il avait promis de donner sa vie et sa pureté. Mais il l'aimait aussi. Et dans la confusion entre son amour et l'impossibilité de croire qu'une femme comme Marie tomberait enceinte d'un autre homme, il a décidé d'opter pour la solution qui apporterait le moins de disgrâce publique et de rompre secrètement. La loi qui était sans doute la loi de l'époque, qui était peut-être une interprétation plus souple de Deutéronome 24, lui permettait de rompre lors d'une cérémonie privée, plutôt que par un acte publique.

Il avait tous les droit de la déshonorer publiquement, de l'accuser publiquement d'adultère, de la poursuivre en justice pour non respect du contrat et de la déshonnorer publiquement ce qui l'aurait poursuivit le reste de sa vie. Mais il ne pouvait pas se résoudre à le faire. Et ainsi il a été permis une rupture de contrat privée faite secrètement entre deux parties avec juste deux témoins. Ainsi, la rupture serait officielle et on ne reviendrait plus jamais sur sa raison. Etc'est ce qu'il a décidé de faire. Mais avant qu'il ne puisse le faire, le verset 20 nous dit : "Comme il y pensait, voici, un ange du Seigneur lui apparut en songe, et dit: Joseph, fils de David" -Et voilà à nouveau l'insistance de Matthieu à rappeler que s'il y avait eu un roi en Palestine à cette époque, cela aurait été Joseph. " fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l'enfant qu'elle a conçu vient du Saint Esprit;elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus; c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés."

Je vais vous donner maintenant une information qui vous ne pouvez vraiment pas imaginer, que vous ne pouvez pas concevoir. Votre fiancée et bien-aimée est enceinte. Un ange vous dit, au milieu d'un rêve surnaturel, que cette grossesse est le résultat direct de l'œuvre d'implantation du Saint-Esprit pour produire en elle un fils dont le nom sera Jésus et qui signifie "sauver" et qu'il sauvera son peuple de ses péchés, que votre fiancée bien-aimée porte dans son ventre le Sauveur du monde conçu par Dieu. On lui annonce donc, qu'elle donnera naissance à un Sauveur. Et juste pour lui donner un contexte, Matthieu précise : "Tout cela arriva afin que s'accomplît ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète:"

Cela devrait être compris parce que c'est ce que l'Ancien Testament dit, "Voici, la vierge sera enceinte." C'est une impossibilité physiologique. Mais la vierge sera miraculeusement enceinte, enfantera un fils, ils l'appelleront Emmanuel ce qui signifie "Dieu avec nous." Ceci n'aurait donc pas dû être choquant pour qui que ce soit parce que l'Ancien Testament est très clair. "Joseph se leva de son sommeil, fit comme l'ange de l'Eternel l'avait commandé, la prenait pour femme" - et notez bien - "Mais il ne la connut point jusqu'à ce qu'elle eût enfanté un fils, auquel il donna le nom de Jésus." Il n'a eu aucunevrelation charnelle avec elle jusqu'à ce que cet enfant soit né afin que personne ne considère cet enfant comme étant celui de Joseph. Elle est restée vierge jusqu'à la naissance de l'enfant.

Au fait, il est inutile de préciser qu'après la naissance de l'enfant, elle n'était plus vierge. C'est l'intention originelle du texte. Et soutenir le fait que la virginité de Marie est perpétuelle et permanente c'est nier ce que ce texte dit très clairement. En outre, le Nouveau Testament est clair sur le fait que Marie a eu beaucoup d'autres enfants avec Joseph, les frères et sœurs de Jésus qui sont évoqués dans le passage de Marc au chapitre 3 que je vous ai lu en est une illustration. Ainsi, Marie est entrée dans une relation conjugale normale avec Joseph et ils ont conçu d'autres enfants, mais pas avant la naissance du Fils de Dieu. C'est une naissance royale, les amis.

Vous me direz : "Pour pouvoir être roi, vous devez posséder du sang royal. Quant est-il du sang divin à ce stade ? Pourquoi ne pas naître de Dieu ? Dieu n'a pas de sang à proprement parler, mais spirituellement parlant, il est la progéniture de Dieu qui est le Roi des rois, le Roi de l'univers?" Ainsi, le Christ n'est pas seulement de lignée royale, il n'est pas seulement de caractére royale, mais réellement de naissance royale, il est né de Dieu. Et il est dit dans Esaïe 7:14: "Et elle lui donnera le nom d'Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous." Dieu fait chair. Il est né roi.

La mangeoire n'était pas royale et l'écurie n'était pas royale et les animaux n'étaient pas royaux et les bergers n'étaient pas royaux, et il n'y avait pas beaucoup de royauté dans chacun des événements autour de la naissance de Christ. Mais c'était une naissance royale pour Dieu, infiniment riche, devenu véritablement pauvre. Dieu dans sa gloire divine a embrassé la nature humaine. Dieu dans sa sainteté absolument éternelle est entré dans le flux pollué de l'existence de l'homme. Lui, cependant, n'a pas été touché par le péché comme un rayon de soleil brillant sur une décharge. Il est là mais il est intact. Dieu en parfaite sainteté a pris sur lui la culpabilité de l'homme, il a porté les peines du pécheur, et sur la croix il a payé le prix pour tous ceux qui ont péché. Quelle vérité. Une naissance royale, une naissance exceptionnelle, une naissance majestueuse, il n'existe aucune autre naissance comme celle-ci dans l'histoire de l'univers.

Ainsi, Matthieu affirme qu'il est un roi de par sa généalogie. Il est roi par sa nature. Il est roi par sa naissance. Et quatrièmement, il est roi par la louange. Et Matthieu le souligne dans le chapitre 2. Nous n'avons pas le temps de développer pleinement cela, mais je voudrais vous donner brièvement le contexte. Verset 1, "Jésus est né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode." Et à propos, nous ne savons pas combien de temps après, quelque temps après, peut-être déjà à ce moment-là le jeune couple et l'enfant vivaient dans une maison plutôt que dans l'étable. Ils avaient trouvé un endroit pour les accueillir, un certain temps s'était écoulé. "voici des mages d'Orient arrivèrent à Jérusalem."

Or, qui sont les mages? Qui sont exactement ces rois qui apparaissent toujours à la naissance du Christ ? Permettez-moi de vous donner un peu de contexte. Ils venaient de l'empire Perse Parthien à l'est de la Palestine, une grande région orientale. La région autrefois gouvernée par l'Empire babylonien, suivie par l'Empire Médo-Persan. Et ils étaient vraiment descendants des Perses, des Mèdes et des Perses. Les Mages étaient une tribu de gens issue de cette partie du monde. Je ne sais pas si c'était la génétique ou si c'était le plan de Dieu ou si c'était l'environnement ou s'il s'agissait des circonstances ou autre, mais ils étaient exceptionnellement capables et doués. Et ils avaient fini par posséder une grande réputation au Moyen-Orient.

Au moment de la naissance du Christ, ils étaient le corps dirigeant dans cette partie du monde. Ils étaient montés aux plus hauts niveaux en termes de pouvoir politique. Ils possédaient ce pouvoir depuis l'Empire médo-perse. Les Mages étaient présents depuis Daniel. En effet, lorsque les Juifs furent emprisonnés à Babylone et restèrent captifs au temps de l'empire babylonien et de l'Empire Médo-Perse, ces Mages furent fortement influencés par les Juifs, par de nombreux Juifs dévots et sans doute par Daniel lui-même qui, grâce à ses propres prophéties est considéré comme le chef des Mages. Il les a sans doute beaucoup influencés. Ils ont alors compris qu'un grand roi aller arriver dans cette partie du monde. Ils connaissaient sans doute la prophétie de Daniel et l'enseignement d'autres membres du peuple d'Israël.

Ils avaient obtenu le pouvoir au temps de Nebucadnetsar. En fait, Nergal Scharetser, qui est le chef des Mages, est nommé dans Jérémie 39 dans la cour de Nebucadnetsar. Ils étaient donc très, très puissants, très influents, des hommes d'élite. Quand nous lisons la loi des Mèdes et des Perses, c'est vraiment l'enseignement des Mages. Ils avaient été, comme je l'ai dit instruits plus profondément par Daniel. Leur religion s'était formée sur le zoroastrisme, puis avait été influencée par les enseignements des Juifs. Ils étaient si puissants au temps du Christ que personne ne pouvait monter sur le trône dans cette partie du monde à moins d'être nommé par les Mages.

C'étaient les dirigeants... les dirigeants les amis. Ils nommaient les rois. En fait, ils sont appelés par les historiens "les faiseurs de roi de l'est." Ils contrôlaient également le bureau judiciaire. Nous apprenons d'Esther que les juges royaux dans la cour ont été nommés par les Mages. Ils ont nommé les rois, ils ont nommé les juges; Ils ont dominé cette culture en terme d'autorité. Ils avaient une vaste connaissance de l'astronomie, de l'astrologie, de l'histoire naturelle, de l'architecture et de l'agriculture. Leur religion était monothéiste. Ils croyaient au conflit entre le bien et le mal. Ils croyaient en une prêtrise héréditaire, aux sacrifices de sang, aux révélations surnaturelles, et ils croyaient même aux prophéties, de sorte qu'ils avaient beaucoup en commun avec l'enseignement de l'Ancien Testament. Et c'est peut-être ce qui leur a permis de percevoir et de retenir ce qu'ils avaient reçu de Daniel et des autres juifs.

Or, à l'époque de la naissance de Jésus, ils avaient réellement pris le contrôle de cet Empire du Moyen-Orient. Leur grand ennemi était Rome. Ils avaient combattu contre Rome en 63 av. J.-C., 55 av. J.-C. et 40 av. J.-C., et ils voulaient avoir le pouvoir sur Rome. Une des choses qu'ils voulaient reprendre était la terre de Palestine que Rome occupait alors. Quand la perspective d'un grand roi se levant alors au Moyen-Orient apparut, ils étaient très impatients de venir voir ce roi. Et si en effet c'était un roi, ils espéraient que ce roi se lève contre les autorités, reprenne la terre d'Israël et vainque Rome. Ils avaient le choix absolu de la sélection du prochain roi pour cet Empire.

En passant, il y avait des problèmes dans l'Empire au temps du Christ. Le roi nommé Phraates IV avait été détrôné. Personne n'était sur le trône, et les Mages cherchaient quelqu'un pour succéder cet homme. D'après la prophétie de Daniel à propos du roi divin et d'après l'étoile dans le ciel vers laquelle le Seigneur lui-même, surnaturellement, a dû attirer leur attention ... et ils ont du recevoir des informations sur la signification de cette étoile... ils ont décidé de suivre cette étoile pour trouver celui qui était destiné à être roi, pour le couronner le roi, comme il se doit, et pour prêter leur appui à son autorité et à son règne.

Vous pouvez seulement imaginer ce que c'était quand ils sont montés à Jérusalem. Ils sont probablement venus sur de beaux chevaux persans. Il n'y a aucune raison au monde de croire qu'il n'y en avait que trois. Ils ont apporté de l'or, de l'encens et de la myrrhe, mais cela n'a rien à voir avec le nombre d'entre eux. Les estimations les porte à des centaines, et certains disent qu'ils étaient probablement accompagnés par environ un millier d'hommes à cheval. C'est une armée, les amis, et il n'est pas étonnant qu'Hérode était un peu nerveux quand ils sont arrivés. Ils étaient politiquement puissants et ils étaient aussi d'honorables croyants craignant Dieu selon la prophétie de l'Ancien Testament.

Ils sont arrivés. Ils arrivent à Jérusalem ... remarquez le verset 2: "Où est le roi des Juifs qui vient de naître?" C'est comme s'ils disaient: "Nous sommes à la recherche d'un roi et nous voulons vérifier que c'est bien lui. Nous croyons que c'est le roi que nous recherchons. Nous avons vu son étoile à l'est et sommes venus l'adorer." Aucun des rois qu'ils ont jamais vu dans le passé n'avait sa propre étoile. C'était un grand roi. "Le roi Hérode, ayant appris cela, fut troublé, et tout Jérusalem avec lui." Il se sentait si menacé et si intimidé, il était effrayé qu'un autre roi vienne. Quand il l'entendit, il fut troublé. Et il est dit: "Tout Jérusalem fut troublé avec lui." Vous savez pourquoi? Si Hérode était troublé, tout le monde l'était aussi parce que quand Hérode fut troublé, il commença à tuer des gens, et tout le monde se troubla et craignit que ce ne fût eux. Rassemblant tous les principaux sacrificateurs et les scribes du peuple, il se mit à leur demander où devait naître le Christ. Et ils lui dirent, citant d'après Michée, "A Bethléem en Judée" - cela a été écrit par le prophète Michée - "Et toi, Bethléem, terre de Juda, Tu n'es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, Car de toi sortira un chef Qui paîtra Israël, mon peuple."

Hérode appela donc secrètement les Mages, et obtint d'eux qu'ils lui révèlent le moment où l'étoile était apparue. Et il les envoya à Bethléem leur disant : "Allez, et prenez des informations exactes sur le petit enfant; quand vous l'aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que j'aille aussi moi-même l'adorer." Et vous savez le reste de l'histoire. Il ne voulait pas l'adorer. Il voulait le tuer. "Puis, divinement avertis en songe de ne pas retourner vers Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin." Ils ne sont jamais retournés vers Hérode pourlui dire où il était. Hérode était tellement furieux qu'il a massacré tout enfant mâle de moins de deux ans, pensant qu'il atteindrait le roi au cours du massacre de tous ces enfants.

Ce que je veux que vous remarquiez, en particulier, c'est que lorsque les mages sont arrivés, au verset 11, ils sont entrés dans une maison - encore une fois, nous nous rappelons que du temps s'est écoulé et qu'ils sont maintenant dans une maison, pas une étable - ont vu l'enfant avec Marie sa mère, ils se sont prosternés et l'ont adoré. Nous avons là l'indication que ces faiseurs de roi non-juifs de l'estl' ont reconnu comme le Messie promis. Ils ne sont pas juifs. Ils sont, ils sont païens, et ils comprennent les paroles de Daniel et des autres juifs, et ils se rendent compte que c'est effectivement le roi. Et le peuple d'Israël a manqué ce que ces païens ont vu. Ils l'ont adoré.

Il est roi par la louange. Il était adoré par les faiseurs de rois établis du monde. Et ouvrant leurs trésors, ils lui ont apporté des présents d'or, d'encens et de myrrhe. De l'or symbole de royauté; de l'encens dont la seule fumée montante est un symbole de divinité. Elle était offerte à Dieu comme un doux parfum. De la myrrhe symbole de son humanité. C'est un parfum pour rendre la vie plus supportable et la vie plus agréable, pour écarter certaines des odeurs de la vie. Il est roi, l'or. Il est Dieu, l'encens. Il est Dieu fait Homme, la myrrhe, le Dieu fait Homme qui est roi. Ils l'ont adoré. La louange royale ... Matthieu dit qu'il est roi parce que les faiseurs de rois du monde se sont inclinés devant lui. Hérode le confirme en tant que roi par son désir de l'assassiner

Et ainsi, la royauté du Christ est établie non seulement par sa lignée, non seulement par son incroyable grâce vue jusque dans sa généalogie, non seulement par sa naissance royale, mais par le culte royal qui lui est rendu. Et finalement, Matthieu veut que nous sachions qu'il est roi par décret royal. Non seulement ça, mais il a été désigné pour être roi par Dieu Lui-même. Dieu qui est son royal Père l'a ainsi décrété. Comment? Retournons au chapitre 1 verset 23. Dieu a dit dans l'Ancien Testament, "Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d'Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous." Dieu a dit que le Roi naîtrait d'une vierge. Le décret divin s'est réalisé.

Au chapitre 2 verset 6, le prophète nous dit, c'est Dieu qui parle : "Il serait né à Bethléem." C'est exactement là où Il est né. Chapitre 2 verset 15: "J'ai appelé mon fils hors d'Égypte.", dit Osée au chapitre 11 verset 1. Vous vous rappelez que pour échapper à la colère d'Hérode, on leur a dit d'aller en Egypte où ils étaient restés. Puis ils sont sortis d'Égypte pour s'installer à Nazareth. Cela a été prophétisé dans Osée 11: 1. Ainsi Dieu, par décret, annonce qu'une vierge portera un enfant. Dieu, par décret, annonce que l'enfant naîtra à Bethléem. Dieu, par décret, annonce que l'enfant sortira d'Égypte.

Et dans le verset 18, la prophétie de Jérémie est accomplie: "On a entendu des cris à Rama, Des pleurs et de grandes lamentations: Rachel pleure ses enfants, Et n'a pas voulu être consolée, Parce qu'ils ne sont plus." Rachel est en quelque sorte la mère représentant toutes les mères juives, gémissant et pleurant devant le massacre de tous leurs nouveaux nés. Or, le décret que Dieu a donné à travers Jérémie 31:15 dans ce passage dit que lorsque le Messie viendra on entendra les gémissements de mères juives liés à la perte de leurs enfants au moment de sa naissance. Et finalement dans le verset 23, il réside dans une ville appelée Nazareth c'est ce qui a été annoncé par les prophètes qui s'accompli. Il sera appelé Nazaréen. "Les prophètes" c'est au pluriel ici, nous n'avons pas de prophétie spécifique ... en fait, il se peut même qu'elle n'aie jamais été transcrite. Mais les prophètes ont dit qu'il serait Nazaréen et c'est exactement là qu'il est allé vivre.

Dieu a annoncé que lorsque le roi viendrait il naîtrait d'une vierge. Quand Il viendrait, il naîtrait à Bethléem. Que quand il viendrait, il sortirait d'Egypte. Que quand Il viendrait il y aurait un massacre qui provoquerait les pleurs des femmes pour leurs enfants tués. Et que quand il viendrait, il choisirait sa résidence dans un lieu appelé Nazareth pour être appelé Nazaréen. Jésus a rempli toutes les conditions du décret royal de Dieu. Il est Roi dans tous les sens. Il est roi de naissance. Il est roi par décret. Il est roi par lignage. Il est roi de caractère. Il est roi par hommage et par culte.

Et les cantiques le disent, n'est-ce pas? "Un Roi est né, un Roi est né," encore et toujours. "Christ, le Roi nouveau-né." Mais quel genre de roi, en fin de compte ? Est-il le roi d'une nation terrestre? Est-il le roi de plusieurs nations de la terre? La Bible nous dit qu'il est un roi divin. La Bible nous dit ce que lui-même a dit : "Mon royaume n'est pas de ce monde." Il nous dit: "Le royaume est en vous, ou parmi vous, ou au milieu de vous." Et nous apprenons que c'est un royaume spirituel. Il règne sur les cœurs de ceux qui croient en Lui. Il est souverain sur ceux qui l'aiment. Il est le souverain de ceux qui plient leur genou et s'inclinent vers lui et cherchent son pardon gracieux pour leurs péchés. Il est le roi de ceux qui reconnaissent sa mort et sa résurrection pour leur salut. Et un jour il sera roi de la terre et tout l'univers se soumettra à lui.

Alors, il est roi dans le sens spirituel, il sera roi dans le sens terrestre, et il sera roi dans le sens éternel. Il n'est pas un roi comme tous les autres. C'est pourquoi Pilate ne pouvait pas le comprendre. Il ne pouvait pas comprendre quel genre de roi se laisse tuer. Il ne pouvait pas comprendre quel genre de roi a des sujets qui ne luttent pas pour Lui. Il ne pouvait pas comprendre quel genre de roi ne possède aucune autorité terrestre, aucune puissance terrestre, aucune sphère de domination terrestre. Il ne pouvait pas comprendre ce genre de roi.

Il est roi et il règne sur les cœurs de tous ceux qui l'aiment et le servent et lui donnent leur vie. Et un jour, il régnera sur le monde entier, "quand le royaume du monde" - dit l'Apocalypse - "sera remis à notre Seigneur et à son Christ; et il régnera aux siècles des siècles." Ce royaume spirituel deviendra un royaume terrestre et fleurira en un royaume éternel où il régnera encore, toujours et à jamais et nous seront avec lui. Jennie Hussey, il y a de nombreuses années dans l'hymne qui nous est si familier, a écrit ces mots qui nous donnent la réponse appropriée. "Roi de ma vie je te couronne dès à présent, A toi soit la gloire." Prions ensemble.

Il ne suffit pas, Père, que Christ soit venu pour nous. Il ne suffit pas qu'il soit né roi si nous ne plions pas le genou à sa souveraineté, si nous n'entrons pas dans son royaume, si nous ne n'abandonnons pas le royaume des ténèbres pour le royaume de ton cher Fils. Il ne signifie rien que Jésus soit venu, Dieu vivant incarné, qu'il soit mort, qu'il soit ressuscité, qu'il soit monté au ciel, qu'il vive pour toujours, qu'il règne pour toujours. Ce n'est pas suffisant. Cela n'a aucun sens à moins que je n'ouvre personnellement mon cœur au Christ pour le couronner Roi de ma vie, pour le confesser comme Seigneur, maître souverain et régent de mon coeur. Je prie, ô Dieu, pour que le Christ, né Roi, soit le Roi dans la vie de chaque personne ici, pour que chacun de nous incline le genou et cherche le pardon et la miséricorde du Roi gracieux, le pardon pour le péché et pour que nous nous attachions à devenir les sujets de son royaume glorieux afin de connaître le bonheur de tout ce qu'il accorde à ses sujets.

Nous te remercions, Père, pour ta Parole claire concernant le but de la venue du Christ. Le monde ne le voyait pas comme un roi, et tout était si humble et si voilé et si caché que la plupart des gens l'ont manqué. Mais ceux qui regardaient de près ont vu sa naissance majestueuse, son caractère majestueux, ses paroles majestueuses, sa puissance royale dans les miracles qu'il faisait. Et nous nous comptons parmi ceux qui le couronnent roi. Le monde a écrasé une couronne d'épines sur sa tête et se moquait de l'idée qu'il était roi. Mais il est Roi, Roi de tous ceux qui l'aiment et le futur Roi de tout l'univers lors de sa glorieuse seconde venue. Nous prions pour que tout cœur soit ouvert à la royauté du Fils de Dieu. Nous prions en son nom. Amen.

FIN

This sermon series includes the following messages:

Please contact the publisher to obtain copies of this resource.

Publisher Information
Grace to You
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Playlist
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time

Welcome!

Enter your email address and we will send you instructions on how to reset your password.

Back to Log In

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize
View Wishlist

Cart

Cart is empty.

Donation:
Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Back to Cart

Checkout as:

Not ? Log out

Log in to speed up the checkout process.

Unleashing God’s Truth, One Verse at a Time
Minimize